Carnet de voyage

Voyage en Asie : conquête de l'Indochine française

19 étapes
12 commentaires
5 abonnés
Dernière étape postée il y a 1406 jours
Après deux mois de voyage chacun de notre côté, on se retrouve Arthur et moi au Cambodge pour le début de notre périple en Asie ! Au programme : Cambodge, Laos puis Vietnam 😊
Du 31 mai au 16 août 2017
78 jours
Partager ce carnet de voyage
31
mai

Après un peu plus de 20h d'avion pour moi, et 48h pour Arthur (ouille), on se retrouve à l'aéroport de Phnom Penh le mercredi matin 😊 Aucune difficulté particulière pour obtenir nos visas d'un mois pour le Cambodge, même si les douaniers semblent n'en avoir strictement rien à faire de nous. Première grosse claque en sortant de l'aéroport : la chaleuuur ! Une bien grosse différence avec les 8degres de Nouvelle Zélande ! Ici il fait chaud, on sent que la saison des pluies à commencé, c'est bien humide et on transpire déjà après à peine 3 pas ! On choppe un tuk-tuk pour rejoindre notre hôtel en centre-ville, ça nous fait une rapide immersion dans la culture cambodgienne 😛 La conduite ici c'est vraiment le bordel, il ne paraît pas y avoir de règle de circulation, tout le monde klaxonne sans arrêt, mais en fait on se rend vite compte que tout le monde gère et on se détend pour profiter du trajet !

Le premier trajet en tuk tuk ! 

Arrivés à notre hôtel, on découvre une chambre spacieuse, propre et surtout climatisée alleluia ! Malgré le décalage horaire, on décide d'aller se balader un petit peu dans le coin afin de s'imprégner de l'ambiance de la ville. Il fait très très chaud, c'en est plutôt inconfortable, on se perd assez vite dans la ville, mais on est bien dépaysés par ce qu'on voit !! Néanmoins on ne tarde pas trop, et après un repas dans un petit resto on rentre vite à l'hôtel, au dodo ! 😴😴

Le Tonlé Sap en fin de journée 

Le lendemain, après un petit déjeuner bien copieux à l'hôtel, on prend un tuk tuk pour se rendre au musée du génocide khmer. Ancien lycée transformé en prison lors de la dictature des Khmers rouges, plus de 20 000 cambodgiens ont été interrogés et torturés entre ces murs, avant d'être exécutés dans la campagne environnante. Visite assez éprouvante, aucun détail ne nous ait omis er on peut voir ses photographies assez crues de ce qui se passait dans la prison. Autant vous dire que j'ai dû sortir plusieurs fois pour respirer un peu d'air frais 😕 On commencé à prendre conscience de la lourde histoire du peuple khmer. On continue ensuite la journée avec une note un peu plus légère en nous rendant au marché russe, grand marché dans lequel on peut trouver des bijoux, des habits et de l'alimentaire ! On décide de déjeuner là, c'est le baptême du feu pour mon petit estomac fragile : va-t-il supporter la nourriture locale, la cuisine des marchés ? (Spoiler : oui mesdames et messieurs ! Pas de tourista en vue !)

Le premier vrai repas cambodgien !!  

Ensuite on va visiter une des plus anciennes pagodes de la ville, et en repartant on subit notre première mousson ! Il s'est vraiment mis à pleuvoir d'un coup, et c'est de la bonne grosse pluie ! Le genre qui te trempe de la tête aux pieds en 2minutes. On s'abrite comme on peut en attendant que ça passe, assez amusés, ça se voit que c'est notre première mousson 🤗

La pagode  

Pour notre dernière journée à Phnom Penh, on visite la ville, les vestiges coloniaux, on fait quelques trucs administratifs (procuration pour les législatives, envoi d'un colis avec mes affaires chaudes de NZ), on fait un tour au central market, et voilà 😊

On a booké un bus pour aller à Kep, départ samedi. J'avoue avoir un peu hâte de quitter cette grande ville ! Trop de monde, ça grouille de partout, il fait très (trop) chaud et il y a beaucoup d'agitation. Un petit séjour dans le Sud du Cambodge, à la plage, ça va nous faire du bien !

3
juin
3
juin
Publié le 10 juin 2017

Après 3 jours en plein centre-ville, on arrive à Kep le samedi en fin d'après-midi. Le trajet en bus s'est déroulé sans encombre, on a même eu droit à la retransmission d'un karaoké cambodgien, c'était plutôt rigolo à voir 👩‍🎤👨‍🎤On s'est directement rendu là où on va passer nos deux prochaines nuits, un petit bungalow typique d'ici. L'endroit est tout mignon, paisible et en pleine nature, et les proprios (couple américain-cambodgienne) sont très sympas. Ça a l'air reposant, mais on va vivre dans la nature et avec les animaux ! Notre bungalow est tout ouvert de partout, on côtoie un geiko dans la salle de bain, des fourmis, une grenouille, des lézards... Ça change de Phnom Penh ! On ne s'attendait pas à tomber dans un truc aussi nature, mais bon c'est ça l'aventure !

On va se balader en fin de journée près du marché au crabe, qui est en train de remballer, et là on assiste à un des plus beaux couchers de soleil que j'ai jamais vu. Entre la beauté du lieu, le soulagement d'être dans une petite ville tranquille, le bonheur de partager ça avec Arthur, j'ai l'impression d'être pile poil au bon endroit au bon moment 😊

Notre premier coucher de soleil 😊

On savoure ce coucher de soleil comme il se doit, avant de se diriger vers un petit resto conseillé par le routard pour y déguster la spécialité d'ici : le crabe au poivre vert de Kampot ! Plutôt pas mal 😉

Le lendemain, après une nuit passée à entendre tout plein d'animaux nocturnes, on se motive pour aller faire une randonnée dans le parc national d'à côté. C'était sans compter sur la mousson, qui nous trempe complètement à peine 15 minutes après notre départ. On s'abrite en attendant que ça passe, mais au bout d'une petite heure, voyant que cela ne s'arrange pas et que nos fringues restent trempées, on rentre tout penaud au bungalow. Mais qu'à cela ne tienne ! Dès que le ciel s'éclaircit, direction le Crab market, où on s'achète des bonnes brochettes de fruits de mer pour pas cher pas cher ! Faut bien se remonter le moral comme on peut 😇

Ensuite on continue de profiter du beau temps en se dirigeant vers la plage, et là c'est le pied : la mer a une température parfaite, dans les environs de 25 degrés, nickel pour la frileuse que je suis ! Au cours de notre baignade, on remarque qu'un groupe d'enfants cambodgiens semble s'approcher de plus en plus de nous. Les enfants nous regardent régulièrement, puis commencent à nous sourire en nous faisant coucou. On leur répond, ce qui fait qu'ils s'enhardissent et viennent nous attaquer ! On a passé un super moment à jouer avec eux dans l'eau, c'était un vrai échange er ça à fait du bien de partager quelque chose avec eux sans qu'il y ait ce rapport à l'argent qu'on peut avoir avec les adultes.

Kep Beach 

Pour finir la journée en beauté, deuxième coucher de soleil, cette fois en sirotant un cocktail sur la terrasse d'un bar, moment de grâce encore une fois 😍

Pour notre 3ème et dernier jour à Kep, on décide de louer un scooter pour explorer les environs. C'était pourtant pas gagné d'avance, faut dire qu'avec Arthur on fait une super équipe : je ne suis pas trop à l'aise au volant d'un deux roues, et lui n'a même pas le permis 😛 Mais au final il a vite pris le coup, on a pris des petites routes de campagnes et tout s'est bien passé ! C'est devenu un pro du scoot désormais ! Au cours de cette journée, on est allé visiter une plantation de poivre (le fameux poivre de Kampot) et des caves-temples. C'était vraiment sympa, mais le plus cool ça a vraiment été la liberté procurée par le scooter ! On a pu aller où on voulait, visiter des endroits un peu reculés, mais surtout nous sommes passés par des petites routes, nous permettant d'observer des tranches de vie cambodgiennes typiques.

Le bolide  
Campagne cambodgienne  

Pour résumer, coup de coeur pour Kep! Maintenant, départ pour Sihanoukville, deuxième petite ville balnéaire. Pour cause d'entorse à la cheville (#mercilaNZ), on a convenu de passer quelques jours au bord de la mer pour que je puisse me reposer et repartir d'attaque ensuite !

6
juin
6
juin
Publié le 12 juin 2017

Quoi de mieux qu'un spot au bord de la mer pour se reposer ? Contrairement à la France où la loi littoral s'applique, le Cambogde n'en a rien à faire et il est ainsi possible de faire construire des habitations littéralement au bord de l'eau. C'est ainsi qu'on a booké 3 nuits dans un petit bungalow à 10 mètres des vagues, on sort et on a direct les pieds dans le sable. Si c'est pas beau ça !

Comme on était trop occupé à rien faire, on n'a pas pensé à prendre de photos du lieu, du coup voilà des photos trouvées sur internet pour vous montrer où on a passé ces trois jours 😊 On s'est endormi les 3 soirs avec le bruit des vagues, plus magique que ça tu peux pas faire je crois.

Notre petit bungalow (celui du milieu)

Entre 2 baignades et une petite sieste sur les transats, on a quand même loué un scooter une journée pour aller en centre-ville. Tout d'abord, parce que sans nourriture on ne peut décemment pas commencer une journée : arrêt dans un café pour le petit déjeuner/lunch (oui on a fait les deux en même temps). Les gaufres étaient à tomber par terre ! 😍

Le maxi petit dej !

Ensuite on s'est rendu à l'hôpital, notre principale motivation pour venir en ville. Depuis plusieurs jours, Arthur souffre d'une oreille bouchée (bouchon causé à cause d'une trop grosse quantité de cerumen) et n'entend plus bien, ainsi on a décidé d'aller voir un médecin. Après quelques difficultés à se faire comprendre du personnel soignant (l'anglais c'est pas trop ça ici..), on arrive à voir un médecin ! Enfin, un médecin... Il examine Arthur en 3 secondes, et finit par lui prescrire du paracétamol et de l'ibuprofène. Comme tout le monde le sait, c'est pile poil ce qu'il faut pour enlever un bouchon d'oreille tiens ! Mais l'absurdité de la situation ne s'arrête pas là, car Arthur tique un peu en voyant l'ordonnance, et demande si on ne peut pas plutôt lui retirer son bouchon d'oreille. Et là, réponse du siècle : le médecin lui conseille d'aller voir un coiffeur car ici ils n'ont pas le matériel. Un coiffeur !!! Non mais on marche sur la tête ! Comme dirait l'autre, vaut mieux entendre ça que d'être sourd hihi 🙉 On repart de l'hôpital mi-amusés (bon ok, surtout moi 😂), mi-dépités (surtout Arthur)

Ensuite on est allé voir une cascade située à une quinzaine de kilomètres de la ville, le trajet pour y aller était bof (les routes sont plutôt toutes pourrites ici!) mais la cascade était sympa. C'est le point de rencontre entre deux cours d'eau différents, un étant particulièrement clair tandis que l'autre est tout boueux. Ça rendait plutôt pas mal !

Pour notre dernier jour, ciel bleu sans un nuage, on passe la journée à alterner entre baignade et bronzette (coucou les méchants coups de soleil sur les épaules !) 🌞 Pour le coup ma cheville peut bien se reposer ahah.

Ça va, ça se passe bien au Cambodge !

En fin de journée, on se rend en centre-ville pour prendre notre bus de nuit, direction Battambang ! 1ere expérience en bus de nuit, espérons que cela se passe bien !

En tout cas ces trois jours à Otres ont été bien reposants, avec un beau soleil et un peu plus de monde ça doit vraiment être un coin top en haute saison !

10
juin

Afin d'effectuer les 10h de route entre Sihanoukville et Battambang, on a opté pour un bus de nuit, ça nous permet de ne pas gâcher une journée dans les transports et de ne pas payer de nuit supplémentaire à l'hôtel. C'est vrai que sur le papier ça paraît pratique, en réalité ça l'est un peu moins... Déjà, on apprend lors de l'achat des billets qu'il n'existe pas de bus direct faisant ce trajet, ainsi on devra changer de bus à Phnom Penh au milieu de la nuit, youpi on est content 🤗

2ème bonne nouvelle lorsqu'on monte dans notre premier bus : il est au format asiatique, et non européen ! Pour résumer, le bus n'a pas de siège inclinable, mais plutôt des sortes de transats : le dossier est incliné à environ 30 degrés par rapport à l'horizontal, et l'ensemble est fixe, on ne peut donc pas complètement s'allonger. Si ce n'était que ça à la limite ça irait, mais ces fameux transats sont vraiment courts ! C'est qu'ils ont de petites jambes ces cambodgiens! Du coup on passe les 5h de trajet plutôt mal installés, Arthur ayant carrément les jambes pliées faute de place pour les allonger. Ça va pas être la meilleure nuit de notre voyage ça on peut vous l'assurer 😉 Bref, après un changement de bus dans la capitale, on s'installe dans un vrai bus couchette cette fois, ouiiii vive les couchettes de plus d'1m60 de long 👍On arrive finalement vers Battambang vers 7h du matin, assez décalqués il faut le dire, et pour bien continuer la journée on se fait sauter dessus par des milliers de chauffeurs de tuk-tuk qui meurent d'envie de nous emmener en centre-ville, en nous arnaquant au passage, c'est pas de l'harcèlement pour qu'on monte avec eux mais presque ! (blasée moi? Pas du tout voyons!)

Une fois notre hôtel trouvé (plein centre ville, rooftop et jacuzzi, tout ça pour $6 la nuit, que demander de plus ?), et après une petite sieste réparatrice, on est prêt à attaquer notre première journée à Battambang. On va petit déjeuner dans un petit café à deux pas de notre hôtel, où on déguste une omelette du tonnerre, accompagnée de toast brioché et d'un plateau de fruits. Les péripéties de la nuit sont déjà oubliées 😋 Ensuite on part se balader dans la ville, notamment afin de voir les multiples pagodes disséminées un peu partout.

Ensuite on est allé déguster de savoureux plats dans un petit resto assez moderne le midi, la présentation était aussi stylée que le goût des plats !

Puis petite aprèm posée sur le rooftop de notre hôtel, suivie d'un nouveau resto le soir :

Le lendemain, on a loué un scooter pour aller explorer la campagne, avec au programme : un temple et des grottes. On s'est tout d'abord rendu au temple, au bout d'une petite heure de route et de pas mal de mauvais chemins empruntés (je m'améliore pas trop en tant que copilote 😛) on arrive devant, et là c'est le drame ! Petit topo de la situation : il fait approximativement 72 degrés à l'ombre,il n'y a pas un poil de vent, et on a 3 millions de marches raides et irrégulières à monter. On aime ce genre de défi ! 😉

Les marches de l'enfer !

Bon j'avoue, une fois en haut on voit des choses plutôt jolies ! Et puis on se sent tout léger après avoir sué 3 kilos d'eau ☺

On profite bien de ces quelques ruines en nous projetant à Angkor, dans à peine quelques jours maintenant ! Quand d'un seul coup, un père de famille cambodgien commence à nous taper la discute. Au bout de 5 min, il rameute toute sa famille (femme, enfants, frère, soeur, neveux, bref toute la smala) et nous demande si il peut prendre une photo de nous et de sa mifa !! On a accepté évidemment !!

Le père de famille enchaîne alors, en nous invitant à passer un moment avec eux en bas des escaliers de l'enfer, dans une sorte de petite cabane au bord du fleuve. Il y en a plein partout, tous les cambodgiens en louent une pour passer une journée chill en famille le we. On passe ainsi une petite demi heure en compagnie d'une famille cambodgienne, ils nous font goûter des plats,essaient de nous apprendre quelques mots et expressions khmers, c'est vraiment un moment authentique, très agréable ! Mais il faut bien repartir un jour, d'autant plus qu'on a nos fameuses grottes à visiter.

On reprend le scooter, et on arrive sur le lieu des grottes, où on découvre rapidement qu'il n'y a pas que des grottes à visiter, mais également un temple, des statues de bouddha, un beau lookout sur la campagne, bref c'est assez complet dirons nous.

Concernant les grottes, ces dernières étaient utilisées par les Khmers rouges, qui jetaient leurs prisonniers (vivants) du haut d'un trou en haut des grottes, afin de les achever. Visite assez peu réjouissante.. Juste avant l'entrée de ces 'killing caves', on tombe sur une sculpture grandeur nature représentant des Khmers rouges torturant des individus. C'est assez saisissant, mais surtout ça remet une couche sur le choc ressenti lors de la visite de la prison/centre de torture de Phnom Penh. Cet événement étant vieux de moins de 40 ans, la plupart des cambodgiens sont encore traumatisés, et on s'en rend de plus en plus compte.

Pour résumer ça a été une journée bien sympa, d'autant plus qu'on a eu l'occasion d'établir notre nouveau record du repas le moins cher : $1 pour un plat et une boisson! On n'en croyait pas nos oreilles !

Le lendemain, pour notre dernière journée à Battambang, on a décidé de prendre un cours de cuisine. On a passé 2heures avec un chef cambodgien, qui nous a appris à réaliser 4 plats typiques de son pays. C'était super cool, surtout la partie dégustation de la fin ! 😛 On a même eu un petit livret avec ces 4 recettes ainsi que d'autres, du coup on pourra faire des bons petits plats cambodgiens une fois de retour en France youpi !

Après 3 jours passés à se la couler douce, à bien manger et à faire des rencontres sympas, direction Siem Reap et ses temples 🤗

14
juin

Nous voici arrivés à Siem Reap, la ville de départ pour aller explorer les temples d'Angkor. Ah ces fameux temples, sûrement le point d'orgue de notre séjour au Cambodge, tous les touristes y font un passage, c'est quasiment obligatoire, d'ailleurs le drapeau cambodgien représente le temple le plus connu, Angkor Wat 🇰🇭

On débarque donc mardi en fin d'aprèm à Siem Reap, direction une petite guesthouse bookée pour 3 nuits, l'Happy Guesthouse. Chambre clean, bon marché, bon restaurant à prix serré, personnel aimable, bref on est bien au calme et plutôt bien logé ! On consacre notre journée du mercredi à préparer nos visites des temples, choisir ceux qu'on souhaite particulièrement voir, faire un petit itinéraire, aller louer des vélos, nous préparer un pique-nique, puis on va acheter nos tickets ! Pour le coup on a un peu cassé nos tirelires pour cette occasion, $62 les trois jours d'accès au parc archéologique, ça fait un peu mal mais on se console en pensant aux belles choses qu'on va voir 🤗

Le jeudi, c'est parti mon kiki pour notre première journée aux temples! Réveil (très) matinal à 4h30, ça pique un peu, mais c'est pour la bonne cause : voir le lever de soleil ! On enfourche nos vélos et c'est parti pour une petite dizaine de kilomètres avant d'atteindre le premier site. Pas de bol, le soleil s'est levé plus tôt que l'horaire annoncé par la météo, alors à notre arrivée à Sras Srang, le jour est bel est bien là. Ça ne nous empêche pas de nous poser et de petit déjeuner devant ce beau bassin face au soleil.

Sras Srang, piscine royale entourée d'escaliers et de terrasses. On a petit déjeuné sur une des terrasses ornées de lions 🦁

Après cette pause, on est déjà un peu plus réveillés, il est 7h30 et on attaque par un temple nommé Banteay Kdei. C'est notre premier temple, il y a une belle lumière, de part l'heure matinale il n'y a quasiment personne, on est tout excité ! Ce temple est un temple dit 'plat', par opposition aux temples 'montagnes'. Nous partons donc à l'assaut du Banteay Kdei, en prenant plaisir à se perdre entre les dédales de couloirs (à tel point qu'Arthur est tout paniqué quand il me perd de vue quelques minutes 😛 (rectification de l'intéressé : j'étais pas tout paniqué, et c'était pas quelques minutes mais 10/15 minutes d'abord!)), c'est un vrai bonheur à explorer, à chaque détour on tombe sur une colonne sculptée, une belle arche à moitié détruite ou un bouddha.

Banteay Kdei, Arthur qui essaie d'imiter les petites danseuses sculptées

Ensuite on enchaîne sur le Ta Phrom, rendu célèbre par le film Tomb Raider avec Angelina Jolie. La rançon de cette célébrité est la forte fréquentation de ce temple, néanmoins on arrive assez tôt, on n'est pas autant seuls que dans le précédent temple mais ce n'est malgré tout pas insupportable. La nature a repris ses droits dans ce temple, c'est assez impressionnant de voir d'énormes arbres pousser à même les façades du temple. Se balader dans ce temple envahi par la végétation est assez romantique et reposant, c'est une belle surprise ! On profite bien, encore une fois en se perdant volontairement, afin de découvrir les moindres petits détails.

Le Ta Phrom

Ensuite on enchaine avec deux petits temples, le Thommanon (à gauche) et Ta Keo (à droite), un temple montagne dont l'ascension est un peu fatigante avec cette chaleur mais qui offre un point de vue en hauteur plutôt sympa!

Après notre pause déjeuner bien méritée, on va voir l'ancienne ville fortifiée Angkor Thom. Pour y accéder, on traverse carrément des douves, et les grosses arches à l'entrée en imposent, malgré leur grand âge. Cette ancienne ville contient plusieurs temples, dont le plus stylé à mon goût est le Bayon 😍

L'entrée dans la cité fortifiée, une tour avec 4 visages de Bouddha aux 4 points cardinaux

Le Bayon est un temple construit au 8ème siècle, et était composé initialement de 54 tours, chacune ornée de 4 visages de Bouddha. Bien qu'il ne reste désormais que 37 tours, ces dizaines de visages qui nous regardent en souriant restent assez impressionnants.

Le Bayon

Pour finir la journée, on se dirige tranquillement vers Angkor Wat. Autant jusqu'à présent on a plus ou moins réussi à éviter la masse des touristes, autant là on est des milliers. On fait un tour rapidement mais la fatigue + la chaleur + la foule = on enfourche vite nos vélos pour rentrer nous reposer !

Le mythique Angkor Wat

Conclusion de cette première journée : 30 km de vélos, 11 sites visités, un réveil à 4h30, un lever de soleil raté, mais plein d'étoiles dans les yeux ! On s'est pris une bonne claque dans la figure, maintenant les dents, pipi et au lit. On va dormir comme des bébés après tout ça ☺

16
juin
16
juin
Publié le 30 juin 2017

Pour notre deuxième journée de visite des temples, on décide d'y aller plus doucement que la veille, parce que bon c'est pas tout ça mais c'est les vacances quand même, on va pas se lever à 4h tous les jours ! On opte pour une visite de temples un peu plus éloignés que ceux des circuits (il existe un grand et un petit circuit ; hier on a fait le petit), du coup on loue un scooter pour la journée.

Après une bonne heure de route sur des chemins plus ou moins cabossés, on arrive au premier site de notre programme : Kbal Spean, la "rivière aux milles lingams". On commence par une randonnée de 45 minutes dans une sorte de jungle, c'est notre première vraie marche dans un environnement pareil ça fait plaisir ! Au bout du sentier, on finit par découvrir cette fameuse rivière. Afin de bénir les eaux avant qu'elles n'atteignent la cité royale d'Angkor, le lit de la rivière a été énormément sculpté. Beaucoup de lingams ont été volés, mais il en reste assez pour qu'on puisse imaginer à quoi cela ressemblait avant. C'est un site assez original et qui nous change des temples d'hier !

Les panneaux sculptés

Un peu en contrebas, une petite cascade nous attend, on en profite pour se mettre en maillot de bain et nous rafraîchir après la marche un peu sportive dans la forêt 😁

La pause rafraîchissante ! 🌊

Après un petit repas dans une gargote digne de ce nom, nous nous dirigeons vers un autre site, le temple de Banteay Srei. Ce temple est quasiment entièrement décoré, on peut passer des heures à admirer les moindres détails, donc même s'il est de taille assez modeste et qu'on en fait vite le tour, on est plutôt impressionné par cette visite, où chaque pan de mur contour de fenêtre ou encadrure de porte est délicatement travaillé. D'ailleurs la légende dit que ce temple a été décoré par des femmes, seules ces dernières étant capable d'une telle exécution, proche de la perfection (et c'est pas moi qui le dit, c'est le guide ! C'est donc très objectif 😋). Autre particularité de ce temple, la couleur de ses pierres ! Il a un petit côté rosé peu commun chez ses copains vus la veille. On passe un super moment, avec la lumière de fin d'après midi en prime !

Ne pas hésiter à agrandir pour voir tous les petits détails :)

Le samedi, on se fait une petit journée off, avec grasse mat, piscine et repos de rigueur.

Pour notre troisième et dernier jour de visite, on prévoit de faire le grand circuit. Un peu par flemme, on opte pour le faire en scooter et non en vélo cette fois 😛 Lever à nouveau très matinal (4h15), et cette fois grâce à la rapidité du scooter on arrive à temps devant un des bassins face à Angkor Wat !! On se pose dans l'herbe juste au bord de l'eau et à nous le beau lever de soleil 😊

Angkor Wat au petit matin

Moment assez calme et magique malgré certains touristes qui n'ont pas trop capté qu'un lever de soleil ce n'était pas le meilleur moment pour se raconter tous les potins de la semaine ! Bref après un petit déjeuner plutôt pas mal, on bouge au Phnom Bakeng, temple positionné en haut d'une colline. Pour y accéder, qui dit haut d'une colline dit grimpette ! Vu qu'on est un peu fatigué on avance assez doucement, ce qui fait qu'on arrive enfin au sommet au bout d'une bonne demi heure de marche alors que sur le papier il était plutôt question de 10 minutes (nous = 🐢🐢)

Après des marches assez raides, on tombe sur un beau panorama des environs, en plus on est tout seuls sur le site c'est assez appréciable ! Néanmoins le temple est en rénovation et le ciel est un peu couvert alors on ne s'attarde pas trop et on redescend retrouver notre scooter adoré.

Sur notre route pour aller à un autre temple, Preah Khan, on tombe sur des éléphants ! Il est en effet possible dans une certaine partie du parc de faire un tour à dos d'éléphant. Alors même si avec Arthur on s'est juré dès le début de notre voyage de ne jamais contribuer à cette exploitation cruelle, on ne résiste pas à prendre une photo. C'est tellement majestueux un éléphant ! Le voir tout docile, un peu triste de faire ce sale job toute la journée me rend encore d'avantage contre cette maltraitance animalière. Vive les éléphants libres ! 🐘

Avant d'arriver au temple de Preah Khan en tant que tel, on roule pendant un petit moment au bord de l'eau, c'est tellement sympa qu'on décide de s'arrêter pour faire une petite sieste à côté de nos potos les buffles d'eau 😴

Le temple fait beaucoup penser au Ta Phrom, la végétation étant désormais omniprésente parmi les vieilles pierres. L'absence de touristes, les éboulements et les arbres confèrent à l'endroit une atmosphère particulière, on a adoré !

Quand la nature reprend ses droits

Après cette belle surprise, direction Neak Pean. Un petit pont de bois traverse une étendue d'eau dans laquelle des arbustes ou de la végétation font trempette, on marche quelques centaines de mètres dans cette petite 'forêt' inondée avant d'atteindre le prochain site, c'est très agréable et étonnant comme entrée en matière ! (On s'émerveille un peu de tout 🤗)

On débarque ensuite sur un ensemble de bassins, 4 plus précisément, qui entourent une petit île où se dresse un sanctuaire. Un guide est en train de donner des explications sur le lieu, alors on s'approche discrètement et on apprend quelques petites infos : chaque bassin est orné d'une tête d'animal, qui symbolise un des 4 piliers du bouddhisme. On trouve l'homme qui représente la terre, l'éléphant = l'eau, le lion = le feu et pour le vent ben on n'a pas compris le nom de l'animal 😛

Le sanctuaire au centre des bassins

On est plutôt content d'avoir entendu quelques explications sur ce site, d'autant plus que tous seuls nous n'aurions pas forcément remarqué les têtes présentes pour chaque bassin.

Jusqu'à présent, on supportait plutôt bien la chaleur et le lever matinal, mais après le déjeuner une grosse flemme s'est emparée de nous ! On a alors plutôt expédié le reste de la journée lors de nos visites au Mebon Oriental, au Pre Rup et au Banteay Samre (ce dernier n'aura même pas de photo, car il faisait trop chaud pour sortir mon téléphone du sac...)

En haut : Mebon Oriental, en bas : Pre Rup

On finit cette journée par un dernier coucou à Angkor Wat, par la porte est cette fois, puis après quelques minutes de scooter c'est tout fatigués mais heureux qu'on s'effondre sur le lit de notre chambre, à vous les studios ! 🎬

20
juin
20
juin
Publié le 30 juin 2017


Après 4h30 de bus depuis Siem Reap qui ont été marquées par un somptueux film de vampire et d'esprits réalisé par le japonais Jene Saiki, nous arrivons à Kampong Cham, la ville de la débauche cambodgienne 🎉🥂🍻 Non je déconne 😂 (superbe blague n'est ce pas ?🤔) C'est plutôt tout le contraire d'ailleurs, un petit coin tranquille et authentique, mais on s'y attendait 😊

Du coup, direction Sunrise Villa, un logement/guesthouse chez l'habitant un peu excentré, mais économique (pas moins de 5$ la nuit à deux avec p'tit dej inclus 😋). Nous louons instantanément un scooter pour nous envoler vers un resto en ville 🛵. S'en suit une courte balade nocturnale le long du Mekong puis nous sommes vite allés rejoindre Morphée 😪

Petit coucher de soleil depuis notre balcon et vue nocturne sur un pont enjambant le Mekong

Le lendemain, nous décollons pour une petite virée en scooter dans les alentours de Kampong Cham, KC pour les intimes. Nous visitons un somptueux wat (Phnom Pros, le plus beau du Cambodge selon Arthur) ainsi que son homologue féminin Phnom Srei.

Les magnifiques statues de Phnom Pros

Ensuite, nous virons sur Choeung Krok, un village khmer aidé par l'ONG AMICA. Et quelle bonne surprise ! En effet, le village est l'un des plus authentiques du Cambodge qu'on ait jamais vu : on y croise des tisserands attelés sur leur machine en bois; des petits élevages de zébus (🐮 comme ça mais en plus maigre), de porcelets et de buffles 🐃; des sculpteurs de coconut; j'en passe ... On tombe un tant soit peu sous le charme de ce lieu et on décide alors de porter notre contribution en achetant des souvenirs a la boutique du village.

Le village en question 😍

Ces petites emplettes réalisées, nous mettons cap de nouveau sur la ville pour manger un petit 'fried rice' des familles 🍚 Repus, notre nouvelle quête est de rejoindre l'île de Koh Paen en traversant le fameux 'Bamboo Bridge'. Après être passé plusieurs fois devant sans le voir, nous le trouvons enfin. Et on comprend pourquoi on l'avait loupé : seulement les 50 m du pont tiennent encore debout. Du coup, impossible de rejoindre l'île 😣

Mais bon, c'est pas grave, on renfourche notre scooter et, pour corriger le tir, on décide d'aller dans un autre temple, le Wat Nokor. En chemin, on traverse le quartier des Cham (Cambodgiens musulmans) en ayant la chance d'assister à l'appel à la prière 🕌

Arrivés au temple, on entre un peu sans payer (en fait totalement, mais chut 🤐). Le temple est situé au milieu de ruines de style angkorien ce qui est assez anodin. Finalement, à l'intérieur, quelqu'un nous demande de payer le ticket (zut 😒) et nous donne en échange 2 bracelets rouges qu'il nous attache autour du poignet. Ce bracelet apporte "chance et prospérité" a celui qui le porte. Autant en avoir un maximum pour notre voyage nan ? Au final contents d'avoir chacun un porte-bonheur à notre poignet, nous rentrons tranquillement à notre Guesthouse et nous nous faisons livrer le dîner car, à peine rentrés, commence le déluge ! Dîner qui, au passage, est un peu léger

Le Bamboo Bridge et le Wat Nokor

Pour cette derniere journée à KC, nous décidons de nous cultiver un peu en allant visiter une plantation d'héveas. On remet donc nos casquettes d'ingénieur pendant quelques heures (#JeSuisCentralien) et c'est parti ! 👨‍🏭👩‍🏭

Avant d'arriver à l'usine de transformation, nous traversons de magnifiques champs d'héveas où la lumière du matin donne un éclairage tout particulier. Ensuite, à l'usine, nous payons un droit d'entrée et on entre comme ça, izi pizi (lemon squeezy ajouterai Célia), genre de truc qui n'arriverait jamais en France. On a même pas de guide et on nous dit qu'on peut aller où on veut sauf dans les bâtiments de l'administration. Du coup, on se balade tranquillou et on entre dans la chaîne de transformation de l'hévea en caoutchouc. On se rend compte que les conditions de travail sont assez précaires et très physiques, et probablement tout ça pour un sac de riz ... Et en plus, mais ça schlingue !! Mon dieu, une horreur 😨 Passer ma vie à travailler la dedans je deviens ouf 😲 c'est la qu'on se dit (encore une fois) qu'on a eu de la chance d'être né en France 😓

Les plantations et l'usine

Bon, après je passe le fait qu'on ait cherché désespérément une soi-disant "plage" (Merci Routard) pour arriver directement au marché où on a partagé une bière avec un expat zimbabwéen. Il nous a un peu raconté sa vie au Cambodge et plus particulièrement à KC. Puis apres ça, au dodo les cocos.


La prochaine destination sera Kratie (dire Kratché) où dauphins, tortues, temples et balade à vélo seront au menu.


P.S : cet article a été entièrement écrit par Arthur (vous vous en doutiez 😉)

23
juin

Pour nous remettre de nos émotions après ces deux jours passés à faire la fête à Kampong Cham (lol), direction la charmante ville de Kratie pour nos derniers jours au Cambodge.

Quelques heures de voyage plus tard, dans un bus à la pointe de la modernité et dont la déco n'a rien à envier à celle de Valérie Damidot, on arrive à Kratie pour l'heure du déjeuner. Alors qu'on se pose tranquillement à une terrasse pour satisfaire nos estomacs, le gérant nous saute dessus en nous proposant une chambre double pour 5dollars la nuit, juste au dessus du restaurant. On visite et on signe, contents de la bonne affaire! On consacre ensuite notre aprèm à faire plus ou moins de la logistique : de renseigner auprès des différentes agences de transport pour notre futur trajet, c'est à dire le passage de frontière Lao-cambodgienne, faire une lessive, des petits achats par-ci par-là.

Le lendemain, on loue un scooter dès l'aube pour une journée d'exploration ! 1er arrêt : le Sambok Moutain. Lieu de culte sur trois niveaux, plusieurs escaliers nous mènent aux différentes parties de ce temple. Le plus impressionnant est la succession quasi infinie de sculptures de moines tout le long des escaliers, c'est vraiment saisissant 😄

Au bout d'une petite heure de visite, on repart pour le village de Sambor. La route est agréable, on traverse plein de petits villages constitués comme d'habitude de maisons sur pilotis, et remplis de gamins aux grands sourires qui nous crient des 'hello' dès qu'ils nous voient 😀 À Sambor, on visite une belle pagode, la Pagode aux cents colonnes. On n'a pas compté mais on fait confiance ahah.

Un petit moine qui se balade

Histoire de changer un peu d'occupation, on va ensuite visiter le centre de conservation des tortues du Mekong. Chaque année, des gens vont recueillir des oeufs de tortues avant qu'ils n'aient éclos, et gardent les bébés tortues jusqu'à ce qu'elles soient suffisamment grandes pour ne pas être des proies trop faciles. Quand elles ont environ 10 mois, elles sont relâchées dans la nature 🐢 Ces tortues sont endémiques, et ne ressemblent pas trop aux tortues qu'on a l'habitude de voir car elles n'ont pas de carapace solide, du coup on a l'impression qu'elles sont nues, qu'il leur manque quelque chose. C'est une visite super intéressante, on a appris plein de choses sur les tortues !

Un bébé tortue à carapace souple

Puis...tadam! Le point d'orgue de notre journée : une balade en bateau pour voir des dauphiiiiins 🐬Bon dans la vraie vie les dauphins ressemblent pas du tout à l'émoticône, ce sont des dauphins d'eau douce qui ont plus l'air de marsouins (ils n'ont pas de bec). Ces dauphins sont assez timides, ainsi on ne les a pas vu de très près, et ils ne sont pas du style à sauter ou à jouer avec le bateau comme pourrait le faire Flipper, mais c'était quand même une super balade !

Le lendemain, on embarque dans un tout petit bateau aux normes de sécurité plutôt rudimentaires (autant dire qu'on a intérêt à bien savoir nager si on chavire, et vu la tête du bateau ça doit pas être très compliqué de le faire chavirer 😛), on est quasiment les seuls touristes au milieu des locaux, direction Koh Trong ! Petite île située en face de Kratie, Koh Tronc offre la possibilité de passer une journée dans la nature, au sein de villages typiques khmers.

A peine arrivés sur l'ile, on décide de louer des vélos et c'est parti pour un petit tour ! Il existe plusieurs chemins possibles, et on décide tout simplement de faire tout le tour de l'île. On croise de nombreuses maisons sur pilotis, des vaches, des poules et des cochons, et même une petite plage !

Notre balade à vélo est cependant contrariée par cette méchante mousson, qui par trois fois nous pousse à nous arrêter de pédaler et à aller nous abriter, dans un café ou bien sous une vieille remise, pour des durées allant de 30 minutes à 1h. Autant vous dire qu'on n'avance pas bien vite dans notre tour de l'île ! D'autant plus que le chemin devient de plus en plus boueux (forcément, un chemin en terre mouillé ça devient vite tout caca), les flaques d'eau se transforment en mare et on a de plus en plus peur de glisser à vélo. Les conditions climatiques ne sont pas au top 😔 On arrive néanmoins à repartir pour de bon, et on traverse de magnifiques rizières sur le chemin du retour.

On passe une dernière soirée tranquille à Kratie, qui marque par la même occasion notre dernière soirée au Cambodge... Je suis toute triste à l'idée de quitter ce beau pays, avec ces gens si souriants ! Attention Laos, nous voilà 😊

Y en a une qui est triste de quitter le Cambodge et l'autre content d'aller au Laos !
26
juin


Étape 1 : Corruption à la frontière


Nous arrivons à un moment critique de notre voyage : la traversée de la frontière lao-cambodgienne. En effet, celle-ci a la triste réputation d'être sous le joug de la corruption.

Eh bien oui, le prix du visa français pour le Laos étant de 30$, beaucoup de voyageurs se retrouvent en fin de compte à payer 35-40$. C'est peut être pas grand chose pour nous, mais pour les laotiens, cela représente beaucoup d'argent.

Mais concrètement, comment se manifeste la corruption ? Tout peut commencer avec le chauffeur de bus qui se propose bien gentiment pour faire toutes les démarches à votre place, pendant que vous vous pouvez rester assis tranquillement dans le bus. Mais ceci moyennant 7 à 10$ de plus bien évidemment (pas folle la guêpe 😉) Autrement, sentant le coup fourré avec le conducteur (bah oui le visa c'est 30$ pas 40 !), vous décidez de faire les démarches vous-mêmes. Mais là encore on va vous taxer pour chaque action : et 2$ pour le tampon de sortie du Cambodge (je savais pas que l'encre c'était si chère ... 🤔), et 2$ pour une fausse visite médicale (est ce que je vais bien docteur ? 😦) , et hop 35$ le visa spécialement parce que c'est toi, et pour finir 2$ pour le tampon d'entrée du Laos (ah ouais c'est vraiment la desh en encre par ici ...). Enfin bref, du vol quoi !

Ayant lu tout pleins de commentaires sur internet avec Célia, on décide de faire front et de ne pas payer un dollar de plus que les 30$ du visa. C'est avec plein de détermination que nous commençons notre plan machiavélique (mouhahahahaha 😈😈)


Étape 2 : Le plan infaillible


Nous préparons donc en avance quelques petites techniques pour faire plier M. Les Douaniers

1) Enrôler de nouvelles recrues pour une meilleure puissance de frappe

2) S'armer de son plus beau sourire tout le long et rester calme. Je sais pas pourquoi mais je pense que Célia sera très bonne à ça 😋

3) Envoyer des salves répétées de "We know the stamp is free. We know it's not legal. Can you please do our stamps/visas ? "

4) Ajouter les noms des ambassadeurs français du Cambodge et du Laos avec de faux numéros (on ne va quand même pas les appeler, n'oublions pas #don'tpay2$). Comme ça, on pourra faire genre qu'on les connaît et menacer de les appeler, voire faire un faux appel (intelligent hein 🤓)

5) Exasperer les douaniers en commençant à jouer aux cartes devant eux

6) Utiliser l'arme secrète : dérouler le sac de couchage et dire qu'on peut dormir sur place

C'est donc avec plein d'espoir que nous achetons nos billets de bus pour un départ très tôt le matin depuis Kratie (départ 7h et arrivée prévue à 12h selon la compagnie).


Étape 3 : Premier périple pour atteindre la frontière


Le premier van nous dépose à 9h30 à Stung Treng où l'on doit changer de bus pour rejoindre la frontière. Étant censé rembarquer instantanément, nous apprenons finalement que le prochain bus est à 11h, mais qu'il n'est pas sûr qu'il vienne. À ce moment là, nous devrions prendre le bus de 13h30. On se regarde dans les yeux avec Célia en mode "Eh bah ! Ça commence bien. Inch ce sera celui de 11h" (ouais ouais on parle pas mal le langage des yeux 🙄). Bon bien sûr, vous vous en doutez, celui de 11h n'est jamais venu 😒 du coup on est obligé de payer le déjeuner dans la gargotte de la gare routière (bien huilée c'te histoire) et on attend même jusqu'à 14h30 avant que le second bus n'arrive (soit 5h d'attente : nous sommes déjà en retard 😣). Bref, le bus arrive, enfin non le mini bus ! Bon ok ça passe, il n'y a plus que 2h de route. Mais sauf que ces champions ont vendu plus de tickets que de places dans le van. Alors du coup on s'entasse à 18 dans un van de 14 places (nous sommes 4 sur 3 places assises). Mais bon c'est parti. Comme je l'ai dit avant, il n'y a pas tant de route que ça à faire. On s'embarque donc sur une piste meurtrie par la pluie qui nous démonte bien le popotin (je reste poli) et on arrive 1h30 après au poste frontière.


Étape 4 : Le faux agent de douane


Nous accueillent deux personnes en uniformes blancs qui nous disent de sortir nos affaires du van et de venir remplir les formalités ... dans une gargotte/restaurant ! Bon, très bien, on est content d'avoir le formulaire de demande de visa car cela nous évitera la fameuse visite médicale. Après cela, le (faux) agent nous demande 40$ pour s'occuper des démarches auprès de la douane comme si tout était normal et officiel. Mais nous y étions préparés ! Nous filons donc vers le poste frontière armés de notre plan sans faille et accompagné de 6 personnes que nous avons convaincu qu'il s'agissait d'une supercherie. Le gars nous laisse bien sûr filer, trop occupé à détrousser d'autres pauvres malheureux.


Étape 5 : Le tampon de sortie du Cambodge


Nous arrivons au premier poste frontière et nous demandons nos tampons de sortie. Le mec regarde nos passeports et, comme à son habitude, nous demande 2$ chacun pour lui donner la force de soulever son bras.Ça y est ça commence ! Le festival est lancé ! C'est alors que nous lançons les techniques 2 et 3, tout en rassurant les 6 personnes derrière nous qu'il s'agit d'une mascarade et qu'ils ne doivent pas lâcher un seul kopek en faveur de la corruption. Le douanier n'a pas l'air de vraiment céder et nous relance plusieurs fois nos passeports a la figure en nous demandant les fameux 2$. Après bien 15 minutes de duels de regards entrecoupés de "We know it's not legal. Stamps are free." et de "2$ !!" Célia opte pour l'arme N°4 : mentionner l'ambassadeur français du Cambodge. En réaction, le douanier devient rouge et commence à s'exciter et à (je pense) insulter Célia dans sa langue. Nous ça nous fait marrer parce qu'on comprend rien 🤣 Mais le coup de grâce vient d'une italienne qui était avec nous et qui était déjà sortie du Cambodge. Elle présente son passeport en montrant ses tampons et en précisant qu'elle n'a jamais payé quelconque taxe pour les tampons. À cela, le douanier plie et, résigné, tamponne tous les passeports du groupe. Et déjà 2$ d'économisés 😄


Étape 6 : L'obtention du visa laotien


Là s'annonce l'étape la plus difficile, bien que le prix affiché du visa soit le bon. On sort donc les 60$ et les donne avec nos passeports. Le douanier, avec une montre et une chaîne en or (vive la corruption 💲💲💰💰💵💵), nous demande en retour 2$ en plus pour "retard a la frontiere". Nous lui répondons que cela n'existe pas et que nous ne paieront que 60$ : passeport rendu sans visa. S'engage alors le combat le plus long de tous les temps. Il va bien durer 1h30 et tous les techniques ont été débloquées pour parvenir à nos fins : le faux appel de Claudine Ledoux (alias l'ambassadrice française au Laos), le jeu de cartes à exactement 23cm des douaniers, le déroulage du tapis de sol et du sac de couchage, la musique sur le téléphone, les discussions avec nos chers autres 6 amis (2 americains, 2 anglais, 1 italienne et 1 français). Mais les douaniers n'ont pas l'air de flancher face à nos provocations (à part un qui fissure complètement quand il me voit dérouler le sac de couchage), si bien que nous perdons 2 de nos hommes (les ricains qui se font bien tourister au passage, j'en parlerai plus tard). C'est qu'ils sont doués les douaniers quand même. En même temps, 30 ans de carrière dans l'arnaque de touristes, ça forme. Eux aussi ils ont leur combine : entre l'ignorance totale de son interlocuteur en faisant mine de s'intéresser au même papier pour la 57ème fois (bien que ne sachant pas lire ...) ou en faisant croire qu'après la fermeture ils vont nous jeter dehors (du côté cambodgien bien sûr), cela nous instille parfois un peu le doute. Mais c'est alors que le dernier bus reliant la frontière avec les 4000 iles part que les douaniers se résignent enfin à faire nos visas en faisant bien la tête (c'est un euphémisme 😅). En même temps, il est déjà 18h30 à ce moment là, alors que la frontière est censée fermer à 18h ... Nous avons le sourire jusqu'aux oreilles de voir ces douaniers perdre la face mais, même si nous avons gagné la bataille, nous n'avons pas gagné la guerre. Direction : le tampon d'entrée du Laos.

La demande de visa

Étape 7 : Le tampon d'entrée du Laos


Et là, la plus grosse blague du siècle. Je vous explique : sachant que le guichet jouxte celui des visas, le mec des tampons nous a quand même vu poireauter pendant 1h30 devant les visas pour ne pas payer un dollar supplémentaire de taxe. Mais c'est alors qu'il ose quand même nous demander 3$ chacun pour le tampon 😂 Bref, soit les mecs sont acharnés, soit ils sont complètement débiles (peut-être les deux 🤔). Du coup, on leur pisse dessus (pas littéralement hein 😉) pour leur fait comprendre une dernière fois qu'on ne paiera jamais leurs taxes. À cela, le douanier cède (négociation la plus rapide car ele dure max 5 min) et tamponne nos passeports, très énervé 😡 J'ai même le droit à une petite réflexion perso de sa part quand il me rend mon passeport : il me hurle un "You ! Never come back ! Never in Cambodia! Never in Laos !" sûrement pour essayer de me faire peur, mais cela me fait plus rire qu'autre chose. Il finit enfin par nous dire de quitter au plus vite le poste frontière et de ne pas nous arrêter avant 1km (je crois qu'on ne pourra pas se faire inviter chez ce cher ami 😟) ce que nous faisons sans forcément prendre son ordre a la lettre.


Étape 8 : La ballade au clair de lune


Bon comme je vois l'avais précisé, nous étions dorénavant 6 et sans moyen de transport pour rejoindre le bac pour prendre le ferry. C'est ainsi avec nos petits petons et nos 10 kg sur chaque dos que nous comptons effectuer les 20km qui nous séparent d'avec le port. Mais on réalisé assez vite que la marche risque d'être longue, très longue ... Trop longue même : après une 1h de marche dans la nuit la plus complète, nous avons parcouru seulement 3,6 km 😭 C'est alors que nous décidons de nous arrêter dans l'hôtel le plus proche et de finir le trajet demain matin à la lueur du jour. Mais le chemin est quand même très agréable car la galère ça rapproche ! En effet, pendant le reste du chemin, Célia est en grande discussion sur la NZ avec Laurent, le français, tandis que je philosophe avec Allan, l'anglais 🤓 Il peut être temps que je vous présente les deux autres protagonistes : Kris, la conjointe d'Allan et Mara, l'italienne.

C'est donc après une nouvelle heure de marche que nous arrivons à l'hôtel, qui est très mignon au passage. Après s'être mis d'accord sur la répartition et le prix des chambres (à coup de dessins sur papier parce qu'aucun des hôteliers ne parle anglais ...), nous nous en allons manger tous ensemble dans la gargotte en face de l'hôtel que nous avons repéré en chemin.


Étape 9 : La soirée karaoké laotienne


Mais cette gargotte est en fait un bar karaoké ! Les micros dans la main, nous voyons des laotien s'égosiller sur leurs chansons préférées, ce qui est plutôt marrant. Mais la musique est si forte que l'on a un peu de mal à communiquer ... Vu que les sous-titres sont écrits en laotien, impossible de chanter sur les chansons (Je suis un peu en train de perdre ma virilité là mais ballec ! ), mais les laotien réagissent en passant 2 fois de suite la seule chanson anglaise qu'ils ont (un "zombie" des Cranberry remixé dans le style lao). La deuxième fois, Célia et moi prenons les micros et c'est parti pour le concert ! Après une petite bière, nous allons tous nous coucher 😴


Étape 10 : L'arrivée à Don Det


Après un réveil fort peu matinal (en même temps fallait récupérer des efforts de la veille 😋), nous apprenons lors du petit déjeuner avec nos compères qu'ils ont trouvé quelqu'un pour nous amener en voiture jusqu'au bac de Naka Sang. À la bonne heure ! Nous mettons donc les sacs dans le pick-up et c'est reparti ! Arrivé au départ des bateaux, il nous reste notre dernière épreuve pour ne pas payer un dollar de plus : réussir à prendre le bateau avec le ticket de la veille. Allan donne son ticket comme si de rien n'était et ça passe sans pression. Nous voilà donc embarqués sur le bateau pour Don Det. Je regarde Célia et je lui fais remarquer en rigolant qu'on a exactement 24h de retard par rapport avec ce que nous avait vendu l'agence de bus (arrivée certes à 11h30, mais un jour après !). Pour finir, on oublie pas d'immortaliser ce moment avec les team des "dissidente" (c'est le nom trouvé par Mara l'italienne) et on accoste enfin sur Don Det 🏖 Victoire 💪


Les 'dissidente'

Apparté : Que sont devenus les Americains ?


Vous croyiez que je les avais oublié ces deux la ? Eh bah non et je vais pas les louper 😈 Nan, en vrai ils étaient très sympathiques, mais ils se sont quand même bien fait tourister. Rappelons qu'ils ont payé chacun 1$ supplémentaire pour le visa pour overtime, puis 3$ chacun pour le tampon d'entrée du Laos (2$ de 'tampon' + 1$ de overtime), tout ça pour rechoper notre bus pour aller jusqu'au bateau. Alors déjà, notre bus ne les avaient pas du tout attendu, du coup ils se sont retrouvés à prendre le dernier bus qui quittait la frontière. Là, le chauffeur leur a facturé 15$ à deux alors qu'il avaient déjà payé pour ce transport. Bon jusque-là, il se sont faits niqués, mais on se dit qu'ils vont avoir le bateau. Que nenni ! Le bus ne les a pas du tout déposé au bon endroit et ils ont du marcher 4km dans la nuit pour rejoindre Naka Sang. Arrivés enfin à bon port, ils se rendent compte que le dernier bateau pour rejoindre l'île est parti 10 min plus tôt... Alors, ils ont dû aussi prendre un hôtel sur le port (youpi !) pour prendre un bateau le lendemain (comme nous quoi 😂). Bref, la morale de cette histoire,quand tu fais une chose, fais la à fond 😋

27
juin
27
juin

Ça y est alléluia on est enfin à Don Det ! On a beau être arrivés 24h après notre arrivée prévue, on a gagné 4 nouveaux copains, c'est plutôt une bonne affaire 😊

Après avoir débarqué tous les 6 vers 11h, on se cherche un petit endroit tranquille pour se poser. On élimine direct les premières guesthouses, toutes collées les unes aux autres, sans trop de charme. Quelques 800 mètres plus loin, on tombe sur des petits bungalows avec terrasses sur le Mekong, pour un prix modique. On s'installe alors tous les 6 au même endroit, tous contents de rester quelques jours encore ensemble !

Vue de notre terrasse

Notre chambre est plutôt très basique, la salle de bain n'en parlons pas, mais on a une superbe vue et surtout, surtout, deux hamacs sur la terrasse !! Plus besoin de se battre pour savoir qui aura la chance de s'allonger dedans, ça c'est une bonne nouvelle pour notre couple 😉

On passe notre première journée à Don Det à chiller, à base de hamacs, sieste et lecture. On se motive quand même à bouger en fin d'aprem pour aller voir le coucher de soleil et on passe à travers de superbes rizières, c'est calme et magnifique.

Le lendemain, grosse journée de prévue. Au programme, une excursion à la journée avec : du kayak, des visites de cascades, et une balade en bateau pour voir des dauphins (la même espèce que ceux de Kratie). On a booké l'excursion dans une petite agence, et cerise sur le gâteau nos copains Laurent et Mara nous accompagnent !

On commence par se rendre à 8h30 dans un petit resto, où on nous sert un bon pancake banane-chocolat en guise de petit déjeuner. Après ça, on saute dans nos kayaks ! On est un bon petit groupe de 9 + deux guides, la journée s'annonce sympa. En tant que pro du kayak, Arthur se positionne à l'arrière tandis que je monte devant. C'est parti pour une petite heure de kayak 🛶 On a la chance d'être dans le sens du courant, du coup on n'a pas trop d'effort à faire. Cependant, le guide devant trace, alors il nous faut quand même pagayer plus ou moins sévèrement pour rester pas trop loin.


1er stop de la journée : les cascades de Pa Sai. Après notre petite session kayak, on enchaîne avec une petite marche d'une dizaine de minutes avant d'atteindre les premières chutes. Pour accéder au point de vue, on passe par un pont plutôt branlant et avec 10 cm d'espace entre chaque planche, j'ai eu trop peur de faire tomber mon portable donc pas de photo du pont désoooolée 😄

Sinon les chutes en elles même étaient plutôt sympas mais pas non plus très impressionnantes, ce qui nous a plus frappé ce sont les filets posés un peu partout pour attraper du poisson. Afin de vider les filets, des pêcheurs remontent deux fois par jour le courant avec une petite barque, et vu le courant et les rapides c'est plutôt super dangereux ! Notre guide nous a par ailleurs confié qu'une dizaine de pêcheurs étaient morts l'an dernier à cet endroit...

Une fois la balade terminée, on reprend nos kayaks ! Il commence à faire bien chaud, et mes petits muscles des bras sont mis à rude épreuve 😛 (je vois déjà venir le commentaire d'Arthur : mais quels muscles ? Ahahah, bref passons!) 20 minutes plus tard, on se pose sur une petite berge, et de là on prend un bateau ! Encore une fois ce n'est pas un bateau très rassurant, mais avec nos gilets de sauvetage je me rassure en me disant qu'au moins j'arriverai à flotter jusqu'au Cambodge !

Avant d'avoir pu apercevoir le moindre dauphin, le bateau s'arrête sur une petite île, sur laquelle nous nous installons pour déjeuner. La vue sur le Mekong est plutôt sympa, et on a l'occasion de voir plusieurs dauphins au cours de notre repas !!

Notre spot du midi

Une fois un bon fried rice ingéré (et oui, encore du riz!), on remonte dans le bateau puis on récupère les kayaks, et c'est parti pour la traversée de l'enfer ! Déjà comme tout le monde le sait il ne faut pas faire de sport pendant la digestion, encore moins pendant les heures les plus chaudes de la journée (non non ce ne sont pas des excuses de flemmard ahah) du coup cette heure de kayak est assez fatiguante 😥 A un moment, on s'approche de petits rapides, alors le guide nous dit de faire bien attention, de passer un par un et de bien suivre ses traces. Qu'à cela ne tienne, à peine lancés dans les rapides, un autre kayak commence à nous doubler par la droite (en plus!)! Sauf que sur notre gauche il y a plein d'arbres, on ne peut pas se décaler, en plus le passage est assez étroit, et les deux filles ne semblent pas maîtriser leur vitesse ni leur trajectoire. Ce qui devait arriver arriva : deux femmes à la mer! Bien sûr elles tombent juste devant nous, et avec la vitesse du courant notre seule solution pour les éviter est de raser à gauche, sous les arbres. On se mange plein de branches et de feuilles dans la tête mais on réussit à ne pas chavirer à notre tour youhou ! 💪

Enfin arrivés à destination, on laisse nos kayaks avec grand plaisir pour embarquer dans un gros camion, en direction des deuxièmes chutes d'eau de la journée, les Khone Phapeng. Alors là pour le coup on est assez impressionnés !

Il y a un boucan de tous les diables, et ces chutes sont censées faire parties des chutes les plus larges du monde, avec des cascades sur environ 10 km de long. On comprend mieux pourquoi les Français, désireux d'exploiter le Mekong pour naviguer entre le Laos et le Cambodge, se sont arrachés les cheveux devant ces chutes d'eaux à l'époque ! On apprend ensuite que le débit peut atteindre jusqu'à 50 000 mètres cubes par seconde, pas étonnant qu'on ne soit pas venu jusque ici en kayak ahah.

Un dernier petit coup de camion sur des routes toutes pourrites et nous voilà à Naka Sang, l'embarcadère en face de Don Det. Deux mecs essaient de négocier pour abandonner les kayaks ici et prendre le bateau pour rentrer, quelles mauviettes ! Avec Arthur on remonte courageusement dans nos kayaks, et après une vingtaine de minutes de pagayage, étonnamment plutôt agréables, on arrive à Don Det ! Ce fut une super journée, sportive mais au cours de laquelle on a vu plein de belles choses, et surtout qui nous a permis de visiter le coin d'une autre façon. C'était cool de troquer le scooter contre des kayaks pour une journée !

1
juil
1
juil

Au Laos, il existe deux principales boucles de 4jours/3 nuits à faire en scooter. Vu qu'on n'a pas trop le temps, on a décidé de n'en faire qu'une seule, et notre choix s'est porté sur la boucle des karsts de Khammouanne, dont le départ se fait à Thakhek.

Grosse story pour arriver jusque Thahkek ! Le genre de voyage qu'on maudit sur le coup mais qui nous fait au final une anecdote à raconter 😉 On a booké deux places dans un bus local au départ de Don Det, départ à 11h et arrivée à 21h. Enfin ça c'est sûr le papier ! On monte dans un mini van ultra confort à Naka Sang, on est tout content et on se dit que ça ne présage que du bon! Au bout d'un peu plus de 2h, on arrive à Pakse où on nous fait changer de transport pour un bus local. Moins confort, mais on est jeune après tout!

Au cours de nos précédents voyages en bus, on avait toujours prévu des sandwichs, mais on s'est vite rendu compte que le bus s'arrête à chaque fois dans une petite gargotte pour que les passagers déjeunent. Du coup pour cette fois là on a rien prévu pour le déjeuner ! Tout le monde le voit venir gros comme une maison : pas de stop avant 15h. On se rue sur un petit stand en bord de route dans lequel on achète 2 paquets de chips, et voilà que le bus nous klaxonne déjà pour repartir. Un bon déjeuner en perspective ! Pour couronner le tout, le bus s'arrête, non pas une fois mais 3 fois, pendant plus d'une demi heure, pour charger...des cochons !!

1er chargement de cochons. On trouvait ça drôle à ce moment, moins quand il était 22h et qu'on était censé être déjà arrivés...

Bref, ce fut un long, très long voyage.. On débarque finalement à Thakhek vers 23h30, il est trop tard pour nous rendre dans l'auberge qu'on avait sélectionné du coup on prend la première guest house qu'on trouve sur notre chemin et on s'endort comme des masses! Le lendemain, on se rend dans notre auberge prévue, dans laquelle se trouve un livre d'or écrit par des routards qui donnent plein de conseils sur la fameuse boucle. On prend plein de notes, on va louer notre scooter, et on va se coucher, prêts pour le départ !

Le samedi, départ assez matinal. En effet, on a pas mal de routes à faire et plusieurs stops en chemin. Notre premier arrêt : la Tham Xieng Liap. Cette grotte est composée de deux cavités différentes, dont la deuxième en photo ci-dessous. Malheureusement on n'a pas l'occasion de faire du bateau sur cette rivière, d'autres loopers nous ont dit qu'ils l'avaient fait, mais c'est tout de même déjà très beau de la terre ferme !

Karsts à gauche et la grotte traversée par une rivière

Ensuite deuxième stop : la nang aen cave. Cette dernière a été pas mal aménagée, avec des escaliers en béton par-ci par-là, un chemin tout le long et des lampes de toutes les couleurs qui donnent un côté un peu étrange. Mais c'est tout de même une belle grotte ! Un peu trop touristique mais sympa 😊

On repart tout guilleret (la preuve en photo) 😊

On essaie ensuite d'aller jeter à un oeil à un lac dans les environs, mais les dieux laotiens en ont décidé autrement. La route que nous devons emprunter pour accéder au lac est une route en terre, pleine de nids de poule de surcroît, ainsi la mousson l'a rendue toute boueuse et avec des piscines en plein milieu du chemin. On commence par y aller en scoot, au bout de 2 minutes de galère, vas-y que je descends pendant qu'Arthur roule à 2km/h à côté de moi, on finit par le garer, puis on continue à pied jusqu'à atteindre une mare infranchissable. Bien tenté les amis, vous avez gagné un retour à la case départ ! 😅

A partir de maintenant, n'ayant plus de stop à proprement parler avant d'atteindre notre première guesthouse, on se contente de profiter du paysage. Arthur tombe véritablement en amour du paysage qu'on traverse pendant cette fin de première journée : des milliers troncs d'arbres morts dans des étendues d'eau. C'est super impressionnant !!

Depuis notre auberge pour la nuit, on admire un super coucher de soleil depuis un petit pont, puis on se régale avec un délicieux BBQ à volonté en compagnie d'autres voyageurs effectuant la même boucle que nous. Ça fait du bien de manger autre chose que du riz ! 🍢🍟🍗

Le lendemain, on attaque notre deuxième journée avec beaucoup de kilomètres au programme, en effet on aimerait se rapprocher au maximum de la grotte de Kong Lor, pour pouvoir la visiter dès le matin d'après. C'est parti pour une journée 100% scooter ! On continue de rouler pendant toute la matinée à travers des forêts d'arbres morts, Arthur est aux anges et s'arrête toutes les demi heures pour prendre des photos 😎

En milieu d'après midi, on quitte la route principale pour se diriger vers Kong Lor. Commencent alors 45 km de route à travers des paysages tous plus magnifiques les uns que les autres. Des rizières à perte de vue, superbement vertes car c'est la saison du repiquage, des karsts qui dominent de part et d'autre la vallée que nous parcourons, des petits villages adorables. On croise sur notre route des enfants souriants, des vaches, des cochons, des poules, c'est juste incroyable, on se sent véritablement dans un autre monde 😮 Les vaches sont en plein milieu de la route, ou bien traversent pile quand on arrive et s'en fichent de nous, c'est assez comique à voir ahah.

On passe notre deuxième nuit dans un home stay, un peu décevant car on s'attendait à manger avec la famille mais au lieu de ça nous avons été traité un peu comme des invités, à l'écart et sans trop de contact avec nos hôtes. Malgré tout ce fut plutôt sympa !

Le lundi matin, on se réveille avec une pluie torrentielle. On avait pourtant prévu de partir visiter la grotte tôt le matin, afin de pouvoir faire de la route l'après midi pour ne pas avoir trop de chemin la dernière journée. Néanmoins, face aux trombes d'eau, on décide de se faire une petite matinée tranquillou, on émerge vers 11h30 pour le petit dej, la pluie s'est un peu calmée alors c'est parti pour Kong Lor !

Après une petite marche de quelques minutes dans la forêt, on débouche au bord d'une rivière. On achète nos tickets pour une balade en barque, on s'équipe avec tong/gilet de sauvetage/lampe frontale et on est ready. Notre guide est tout menu, discret mais va bientôt se révéler bourré de talent !



Notre barque et notre super guide

Notre balade en barque peut commencer ! Très rapidement après s'être engouffré dans la grotte, nous n'avons plus que nos frontales comme source de lumière. On essaie d'éclairer comme on peut ce qui nous entoure, mais cela reste assez approximatif de part la puissance de la lampe. La grotte fait un peu plus de 7km de long, et à l'aller j'ai la chance de monter tout devant, ce qui fait que pendant 7km j'ai l'impression que n'importe quoi peut jaillir devant moi vu qu'on circule quasiment dans le noir complet ! C'est super excitant comme sensation 🤗

Au cours de la traversée, notre guide nous fait descendre pour effectuer une courte randonnée à travers des stalactites et autres merveilles de pierre. C'est limite irréel comme balade, d'autant plus que nous ne sommes que tous les deux.

Après cette balade, notre bateau nous conduit de l'autre côté de la grotte, où nous découvrons un petit village. Tout paraît baigné dans une atmosphère magique, sans doute créée par la balade en barque, la verdure et les oiseaux qui chantent.

Le retour se passe également sans encombre, notre guide arrivant parfaitement à s'orienter dans la grotte malgré le peu de visibilité et les multiples virages/plafond bas/obstacles qui ne cessent d'apparaître au cours de la traversée. Il connaît vraiment la grotte comme sa poche, et il arrive même à nous faire éviter l'eau qui tombe régulièrement du plafond en petite cascade. Trop fort ce guide !

La plus belle balade de la boucle

Pour résumer, cette visite a été mon activité préférée au cours de cette boucle, un beau coup de coeur 😊

Les 45 km de scoot pour rejoindre la route principale sont aussi beaux que la veille, le ciel couvert confère de plus aux karsts un petit côté mystérieux, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Je me transforme en paparazzi à l'arrière du scooter, prenant plus de photo des paysages qu'un asiatique devant la tour Eiffel. Il faut dire que ces rizières sont sacrément belles 😍


Le lendemain, mardi, il est temps de retourner à Thakhek pour rendre le scooter. Encore une fois, les dieux laotiens ne nous soutiennent pas beaucoup dans nos projets, étant donné qu'il pleuvra quasiment toute la journée. Pas le choix mes amis, quand faut y aller faut y aller ! On prend la route armés de nos supers capes de pluies (lol), au bout de 10min on est trempé comme des souches mais, malgré ces conditions clairement défavorables, Arthur arrive à établir un nouveau record de vitesse et nous mène à bon port en deux temps trois mouvements (bon en 4h).

Conclusion de cette boucle de 4 jours : de superbes paysages, une belle surprise avec la grotte de Kong Lor, un record de vitesse en scooter, un beau coucher de soleil, beaucoup de pluie et plein de souvenirs 🙄

Prêts pour la prochaine boucle en scooter !
5
juil
5
juil
Publié le 18 juillet 2017

Une fois de retour après nos 4 jours de boucle en scooter, on se pose dans notre auberge à Thakhek. On récupère nos sacs, et là afin de gagner un peu de temps on décide de prendre un bus de nuit pour Vientiane, départ le soir même.

On fait face à l'organisation un peu désordonnée du Laos : le bus part à 1h du matin, il est impossible de réserver des places avant 22h30 (va savoir pourquoi) et notre auberge nous déclare ne pas pouvoir réserver pour nous (c'est bien la première fois!). On se retrouve donc à devoir faire l'aller retour à pied jusqu'à la gare routière à 22h30 pour pouvoir acheter nos tickets. On kiff! Bref, le trajet de bus en lui-même n'est pas terrible et on se coltine une bande de français bourrés, c'est pas des plus reposants mais au moins on arrive à Vientiane à 6h du matin avec toute la journée devant nous ☺

Après avoir galéré pendant une bonne demi heure pour trouver un logement, on pose enfin nos valises, on se fait un petit dej revigorant puis c'est parti pour l'ambassade du Vietnam. On a besoin d'y faire nos visas vietnamiens, qui ne se font pas à la frontière, contrairement au Laos et au Cambodge. Une fois sur place, on tombe sur un gentil monsieur qui nous annonce que ce sera 55 dollars pour récupérer le visa le vendredi soir (on est mercredi matin), ou 65 dollars pour l'avoir le lendemain. Il est bien mignon, mais ces tarifs nous paraissent bien chers, et il n'y a aucun panneau officiel avec les prix. Flairant l'arnaque à plein nez, on décline gentiment et on préfère plutôt obtenir nos visas à Luang Prabang, grande ville dans laquelle on compte rester plusieurs jours.

Après ce semi-échec (on est quand même venu à Vientiane, la capitale, exprès pour ces visas!), on va se coucher car la fatigue des derniers jours se fait carrément ressentir. On émerge vers 14h, et youhou un petit resto à 2 pas de notre auberge nous redonne le smile. On y mange les meilleurs spring rolls du monde, et y a la quantité ! Même Arthur se dit qu'il aura du mal à finir, et ça c'est pas rien 😛

Le bonheur 😍

On finit notre journée avec une petite balade dans la ville, ainsi qu'une visite au COPE visitor centre, qui est une structure aidant les mutilés à avoir des prothèses. Sans partir dans une longue explication, il faut juste savoir que le Laos a été le pays le plus bombardé de l'histoire pendant la guerre d'Indochine, plus de 2.4 millions de tonnes de bombes ont été lâchées, et environ 30% n'ont pas explosé sur le coup. Paysans, enfants, tout le monde est susceptible de tomber sur une de ces bombes, et d'être gravement blessé voire pire. Une grosse entreprise de déminage, couplée à une campagne de sensibilisation est en cours, mais de gros dégâts avaient déjà eu lieu.

Ce centre fournit tout plein d'explications, montre des témoignages d'enfants victimes, visite assez dure mais essentielle pour comprendre l'histoire du pays.

En rentrant, on passe par l'arc de triomphe laotien, c'est plutôt rigolo à voir, ainsi que quelques temples en train d'être décorés par des moines.

Le lendemain, on loue des vélos pour se déplacer plus rapidement. Au programme, des temples, des temples et encore des temples ! 😊


On est assez impressionnés par la beauté des temples laotiens, au Cambogde la plupart des temples ont été détruits par les Khmers rouges et reconstruits ensuite, on a ainsi trouvé qu'ils avaient moins de charme que ceux-ci. L'architecture aussi est différente, le Laos a beaucoup plus d'influence thaïlandaise, mais on ne peut pas en dire plus ahah vu qu'on n'est pas trop calé en archi !

Fin d'aprem, on visite quasiment le dernier temple de notre liste. Il fait chaud, on est un peu fatigué et un peu moins enthousiaste vu que c'est le 8eme temple de la journée. On s'apprête à partir quand tout d'un coup deux bonzes nous interpellent ! On comprend très vite qu'ils veulent prendre une photo avec nous, un peu mort de rire mais en essayant de rester digne on accepte, et j'en profite pour leur filer mon téléphone afin d'avoir moi aussi une photo !!

THE photo

Ça y est j'ai ma petite photo avec mon bonze, franchement sur le coup j'étais trop refaite, c'était dur de contenir une petite danse de la joie 😁

On se fait un petit marché de rue le soir, on fait un tour au marché de nuit et puis on rentre, c'est qu'on a notre bus demain matin tôt, direction Vang Vieng !

En résumé, Vientiane a beau être la capitale, elle ne nous a pas paru beaucoup plus animée que les autres villes du Laos. Elle représente cependant plutôt bien l'état d'esprit général du pays : cool Raoul ! C'était une petite escale sympa, pas grand chose à y faire, mais j'ai eu une photo avec un booooonze alors c'est cool !!!

7
juil
7
juil
Publié le 22 juillet 2017

Après moults réflexions, on a décidé d'aller passer quelques jours à Vang Vieng. Si on a hésité, c'est parce que cette ville traîne avec elle la réputation d'être un endroit au top pour tous les fêtards en manque de sensation forte. Descente de rivière dans une grosse bouée, tyrolienne, tout ça avec quelques grammes d'alcool dans le sang, cela fait parti des activités typiques de la ville. On a croisé quelques voyageurs nous parlant des tournées de free shot dans les bars, des après midi tubing (la grosse bouée) pendant lesquels tu t'arrêtes à tous les bars le long de la rivière, des gens bourrés dans la rue toute la journée, bref pile poil ce qu'on était venu chercher au Laos quoi 😉

Au final, on a opté pour y faire un tour, non pas pour boire comme des trous pendant 3 jours mais car la région offre de belles possibilités de balades, avec de beaux paysages et de points d'intérêts.

A notre arrivée le vendredi, le ciel est couvert mais aucune pluie à l'horizon. On cherche un logement pendant quelques minutes avant de tomber sur une Guesthouse qui propose une offre plutôt alléchante : une chambre double correct, avec petit déjeuner inclus, pour moins de 9dollars la nuit. Cerise sur le gâteau, ils ont une salle de karaoké ! 🎤 Ahaha on signe direct, d'autant plus qu'on arrive à négocier une petite réduc vu qu'on book pour 3 nuits.

Pour notre première journée, on se balade tranquillement dans la ville, qui est plutôt jolie car toute entourée de montagnes, on se fait un petit resto et on chill 😊

Le lendemain, on se réveille avec une bonne grosse pluie 🌧 Direction le super méga petit dej de l'hôtel pour se changer les idées ! Une fois rassasiés, il pleut toujours autant, du coup on retourne dans la chambre, d'autant plus que je me sens un peu barbouillée.

Il va pleuvoir quasiment toute la journée, nous obligeant à rester cloîtrés à l'hôtel, jusqu'à ce qu'alleluia une éclaircie en fin d'après midi !! On se dépêche d'aller louer un scooter pour se rendre à une cascade dans les environs. C'est parti pour la pire route du monde ! 😣 Seulement 6km nous séparent de la cascade, mais on met 45 min pour les parcourir ahah. Route boueuse, glissante, énormes trous remplis d'eau, bref c'est pas la joie d'autant qu'on a un scooter assez pourri.

Une fois arrivés, on fait une petite rando bien glissante avant d'arriver à la cascade qui est plutôt pas mal et qui nous trempe rapidement tellement elle est puissante 🌊

Au moment de repartir, il se remet à pleuvoir, transformant ainsi une route pourrie en une route archi pourrie ! On est bien content d'arriver en ville et de rendre le scooter !

On passe une soirée mitigée : on commence plutôt bien en allant dans un resto qui sert de supers bonnes pizzas au fromage de chèvre, mais je me sens d'un coup très fatiguée et barbouillée, alors on rentre fissa et je me couche direct. Une bonne nuit de sommeil et ça ira mieux !

Au petit matin, la pluie est de nouveau parmi nous, et je me sens toujours aussi faible. On décide alors de ne pas forcer les choses, ainsi je reste tranquillement dans la chambre pour me reposer tandis qu'Arthur loue un vélo pour partir en expédition dans les environs de Vang Vieng.

Changement de narrateur --> Arthur is back ! Alors, malgré quelques hésitations, voyant que je ne pouvais rien faire pour ma pauvre donzelle à part attendre son rétablissement, je choisis de lier l'utile à l'agréable : je loue un vélo pour la journée et m'envole pour 30km de balade au milieu des karts laotiens. Bon, vous l'aurez compris, le beau temps n'est toujours pas au rendez vous ... C'est même plutôt énervant puisque jusqu'à 15h le temps alterne entre pluie diluvienne (ai-je insulté les dieux ?) ou chaleur étouffante, m'obligeant à m'arrêter toutes les 15 minutes pour enfiler ou enlever ma cape de pluie. De plus, j'ai l'impression d'être le seul sportif du coin car je croise des troupeaux entiers de coréens braillards en buggy. Super pour l'écologie les gars 😤

De mon programme initial, je n'ai rien respecté, notamment parce que les endroits où je comptais m'arrêter sont envahis par les buggys coréens. Sauve qui peut !!! 😅 Je pars finalement faire l'ascension d'un piton rocheux qui me permettra d'avoir une vision panoramique de la vallée. L'ascension est difficile et longue (à peu près 300m de dénivelé en 1h), mais cela valait largement le détour 😁


La vue du haut du piton et les karsts dans leur splendeur

En plus, durant la montée, je me fais un pote : un allemand de 19 ans qui a l'air assez cool. On entame rapidement des discussions assez intéressantes (études en philo et musique obligent 😎) et on finira par terminer la boucle en vélo ensemble. Le reste du chemin est assez joli (rizières au milieu des karsts) mais très caillouteux, ce qui commence à faire beaucoup de mal à mon popotin (en même temps fallait pas louer un vélo à 2€ la journée 🤔). Enfin bref, on finit cette balade tranquillement avec quelque arrêts photos, puis je dis adieu à mon allemand (on se croirait en 39-45 la 😅) et je m'en vais retrouver ma dulcinée qui se jette dans mes bras à mon retour (eh ouais 😋) Ça veut dire qu'elle va un p'tit peu mieux : bonne nouvelle 😊 On se fait un p'tit fried Rice des familles dans la gargotte d'en face (la mama qui nous fait a manger est très gentille au passage, je trouvais que c'était important de le préciser !) puis dodo directo 😴 Bah oui c'est qu'on part pour Luang Prabang demain !


En gros, pour résumer, Vang Vieng a encore du mal de sortir de sa réputation de ville de la fête, ce qui est très dommage car il y a de meilleurs choses à faire que de se bourer la gueule avec des coréens déchaînés sautant dans l'eau du haut d'une zipline. Et en plus, la météo peu clémente ne nous a pas aidé à apprécier la vraie valeur de cette ville ⛈⛈⛈ Allez ciao pour de nouvelles aventures 😉


10
juil
10
juil

Ça y est, la fête est finie, direction Luang Prabang! La ville est classée patrimoine mondial de l'UNESCO, on va pouvoir se cultiver un peu 😉

On arrive lundi en milieu de journée après quelques heures de voyage, on trouve assez rapidement une petite guesthouse sympa, et on y pose nos sacs pour les 4 prochaines nuits. Ça va nous faire du bien de rester au même endroit quelque temps ! Si on a choisit de rester dans cette ville aussi longtemps (enfin, la notion de longtemps est toute relative ; vu qu'on reste 3 semaines au Laos, passer 5 jours à Luang Prabang est un gros séjour à notre échelle 😊), c'est pour plusieurs raisons :

- Tout d'abord, on a besoin de faire nos visas vietnamiens, et le délai d'obtention moyen est 3 jours ouvrés

- La ville paraît super intéressante, avec beaucoup de choses à faire et à voir dans les environs

- Mais surtout, on commence à être un peu fatigué après 4 mois de voyage (et oui ça fatigue d'être en vacances 😁). Non plus sérieusement, le fait de beaucoup bouger, de changer de ville, de ne pas avoir de repères, de potes fixes, etc, ben ça commence à fatiguer (plutôt moralement), et on s'est même senti moins enthousiastes plusieurs fois, un peu comme si nous nous lassions devant toutes ces nouvelles choses. Du coup, comme on a quand même envie de continuer à profiter du gros dernier mois qu'il nous reste, on a pris le taureau par les cornes ! Ainsi on va en faire moins dans les jours qui viennent, mais mieux apprécier ce qu'on fait, et se reposer pour le Vietnam qui s'annonce ouf 😄🤗

Dès notre arrivée, on se rend au consulat vietnamien. Là-bas, le préposé nous annonce que le tarif est de 40 dollars pour avoir nos visas en 3jours. Ahah, on savait bien qu'à Vientiane le gars avait essayé de nous arnaquer en nous demandant 55 dollars ! On remplit le formulaire, on file nos photos, passeports et dollars et c'est parti mon kiki, une bonne chose de faite !

On poursuit l'après-midi en explorant un peu la ville. On tombe rapidement sur plusieurs petits étangs, dissimulés entre les maisons. Ces mares, naturelles ou artificielles, sont apparemment très importantes pour l'écosystème de la ville et lui donnent un petit côté original.


Dès qu'on quitte les grandes artères, on a l'impression de ne plus être en ville, c'est assez saisissant ! 3metres derrière nous se trouvent des dizaines de passants, et d'un coup on n'entend plus que le bruit des oiseaux.

On finit la balade en longeant le Mékong, c'est la dernière fois au cours de ce voyage qu'on le verra alors on en profite !! 🤗

Le mardi, on décide d'aller se perdre un peu dans la presqu'île en face de Luang Prabang. Pour cela, on se rend à l'embarquadère du ferry, et là on tombe sur un ferry vraiment bizarre ! Au début on croit que ce n'est que le ponton d'embarquement, et qu'un vrai bateau va arriver. Mais que nenni!

Le ferry plutôt surprenant

En réalité tout le bordel se met à bouger, avec également les rampes d'accès (il y en a une de chaque côté du bateau). Les gens montent dessus avec leurs scooters ou même leur voiture, c'est assez rigolo !

Une fois en face, on part en balade, avec pour objectif de visiter plusieurs temples. Pour le premier, il faut d'abord monter tout plein de marches.. Je me sens encore un peu fatiguée suite à ma maladie, mais Arthur m'encourage et le point de vue en haut en vaut largement le coup 👌

Ensuite on enchaîne sur un deuxième temple, et direct des petits gosses se jettent sur nous pour nous proposer leur service de guide. On les suit, et ils nous font visiter une grotte plutôt sympa, dans laquelle on voit carrément une petite source d'eau sacrée.

Le mercredi, on opte pour se faire un peu prendre en charge pour une fois (toujours dans notre optique d'en faire moins 😉), ainsi au lieu de louer un scooter, on choisit de réserver deux places dans un minibus, direction les cascades de Kuang Si.

Arrivés au site, nous passe d'abord par un centre de protection de ours, dans lequel les ours maltraités sont recueillis et soignés. C'était assez inattendu de voir des ours ici, mais malgré la pluie on a bien profité de la petite balade à travers leur zone de vie.

Puis après une courte marche, on arrive au début de la cascade ! En temps normal, l'eau est censée est de couleur turquoise, cependant, pendant la saison des pluies, beaucoup de terre est mêlée à l'eau, lui donnant une coloration plus boueuse. Nous, on a eu de la 'chance' : ni turquoise ni couleur boue, l'eau était plutôt verte pâle, c'était joli à voir.

On remonte le cours d'eau en passant devant une succession de paliers, on dirait en quelque sorte des rizières en terrasse mais cette fois c'est de l'eau ! Je trouve ça magnifique 🙆‍♀️

On arrive finalement à la chute à proprement parler, à mon humble avis c'est grandiose 😍

Avant de se faire récupérer par le minibus pour le retour, on profite de l'apparition du soleil pour aller se baigner dans une de petites piscines naturelles à disposition en contrebas. C'est assez peuplé mais l'ambiance est bon enfant, et l'eau est bien rafraîchissante ça fait plaisir ! Des petits poissons nettoyeurs de pied sont également de la partie, Arthur aime bien mais j'avoue sursauter dès que j'en sens un me toucher un orteil 😛

On profite tranquillement de la baignade, puis on s'installe confortablement dans le mini bus qui nous ramène tout seul à la maison. Trop facile ! 🙄

Vu que pour le coup on ne s'est pas trop fatigué aujourd'hui, on se chauffe pour grimper les 314 marches du Mont Phousi, temple qui domine la ville. On croise pas mal de petites statues de bouddha le long de notre ascension, j'imagine même pas le nombre de bouddha qu'il y a au Laos tellement on en voit partout !

Une fois en haut, on a un beau point de vue sur la ville, et on retrouve par hasard notre copain Laurent, avec qui on avait passé la frontière cambodgienne. Depuis qu'on s'est tous séparés après Don Det, on ne cesse de se croiser dans chaque nouvelle ville, c'est rigolo 😊

Pour finir la journée en beauté, on se rend dans un resto en extérieur au bord du Mékong, pour manger un BBQ coréen! Kesako ? On a une table avec un trou au milieu, dans lequel sont mis des braises, puis par dessus on a un appareil constitué d'un dôme sur lequel on fait griller ce qu'on veut, et tout autour une rigole pleine d'un bon bouillon pour faire cuire des légumes. Bref, une photo sera plus explicite que mes explications 😉

Le repas de gros porc

Le concept en soi est déjà super cool, mais en plus c'est un buffet à volonté !! On se fait péter le bide comme jamais, c'est juste hyper bon. On valide !

Jeudi matin, réveil très très matinal pour assister au Tak Bat, le rituel d'aumône des moines. Ces derniers n'ont pas le droit de travailler, et dépendent ainsi entièrement de la bonté des habitants. Chaque matin, lors d'une procession, les habitants offrent de la nourriture aux moines, c'est ainsi qu'ils peuvent se nourrir. Quand les habitants ne donnent pas, les moines ne mangent pas... C'est donc une tradition super importante, autant pour les moines que pour les habitants de Luang Prabang.

Dès 5h30, on s'est rendu tous les deux dans l'artère principale conseillée par le routard pour voir cette procession, néanmoins on a vite déchanté car beaucoup de touristes étaient présents et se montraient peu respectueux de la cérémonie, notamment en se mettant à 3cm des moines pour les prendre en photo. On a alors décidé d'aller dans des petites rues parallèles et là ça a été magique !

Un silence respectueux, quasiment que des locaux, on s'est fait tout petit et c'était très beau à voir. Je n'ai pas pris de photo car je trouvais cela inadapté, mais voici une photo trouvée sur internet pour illustrer un peu mes propos.



Il y a vraiment quelque chose qui me plaît chez ses moines, c'est apaisant de les regarder, et pendant ce rituel j'ai trouvé très impressionnant la dignité qu'ils gardent du début jusqu'à la fin! Même devant des touristes peu respectueux, ils restent impassibles, même les plus jeunes d'entre eux.

Après ce moment de calme, retour au lit! C'est pas tout mais ça fatigue de se lever à l'aube 😛

On passe ensuite une journée plutôt tranquille, entre récupérer nos passeports au consulat vietnamien (avec nos visas youpi), chiller dans un café au bord de l'eau rt aller se faire masser, on profite de notre dernier jour ☺

On décolle le lendemain pour Nong Khiaw, encore une fois en minivan. Ces quelques jours à Luang Prabang ont vraiment été sympas, la ville a une atmosphère apaisante et relaxante qui est tombée à point donné vu notre fatigue. On en repart requinqué et prêt pour de nouvelles aventures 👍

14
juil
14
juil

On vous avait quitté à Luang Prabang, nous voici arrivés à Nong Khiaw, après quelques heures de voyage plutôt mouvementées..

Au début, tout commence plutôt bien : un tuk tuk vient nous chercher à l'heure à notre guesthouse et nous dépose rapidement à la gare routière. On récupère nos tickets, on charge nos sacs dans le minibus et on va s'assoir sur un banc. C'est là qu'on commet une grossière erreur !! En effet, quand le chauffeur klaxonne pour nous annoncer un départ proche, nous sommes bien loin du minibus! Ainsi, tout le monde a le temps de monter avant nous, nous laissant les places du fond. Nooooon 😢

Alors ok, quand on était encore naïf et innocent, on se battait pour avoir les places du fond dans le bus. Tmtc on faisait parti des gens trop frais quand on était assis à l'arrière t'as vu 😉 Ben je peux vous dire que quand il s'agit des bus asiatiques, mieux vaut se la jouer premier de la classe, lèche botte ou tout ce que tu veux, et s'assoir tout devant, limite derrière le chauffeur ! Question de survie.

Donc nous voilà tout au fond du minibus. 1er gros point négatif de ces places : on ne sent pas du tout l'air climatisé. En plus on n'a pas de fenêtres qui s'ouvrent, du coup on a chauuuud, mais alors bien chaud. 2ème point négatif, bien pire : dès que la route a un petit défaut, on le sent. #mercilessuspensions

Et une route asiatique qui n'a pas de défaut n'est pas une route asiatique ahah. La route entre Luang Prabang et Nong Khiaw ne fait pas exception, il y a des nids de poule tous les 100 mètres. Grâce à notre chauffeur qui s'est en plus cru dans une course de Formule 1, on passe 4 heures à être secoués sur nos sièges, on saute encore plus que des patates dans une poêle 😅

On arrive enfin, et là on tombe sur une toute petite ville au bord d'une rivière, et entourée de montagnes. Elle est magnifique 😍 On se choisit un petit bungalow avec vue sur la rivière et un hamac, plutôt tranquille la vie !

Vue depuis le pont qui enjambe la rivière

Toujours dans notre optique de nous reposer, on passe l'aprem sur la terrasse, à lire le guide du Vietnam pour savoir un peu ce qu'on compte faire et où aller pendant notre prochain mois.

Alors qu'on est posé tranquille, nos voisins de bungalow rentrent de promenade et là, surprise ! C'est notre copain Laurent avec qui on avait passé la frontière, accompagné d'un pote à lui. On n'aura vraiment pas arrêté de se croiser de ci de là pendant 3 semaines 🤗

On passera la soirée ensemble, avec également un autre français rencontré dans le bus, Mickaël. Petite anecdote : au cours de la discussion il nous a demandé d'où on venait, et on s'est vite rendu compte qu'on venait du même coin de l'Essonne, et encore mieux on a été dans le même lycée avec 2 ans d'écart ! Le monde est vraiment petit 😄

Le lendemain, on passera essentiellement la journée à chiller, on levera juste nos fesses du hamac pour aller avec Mickaël explorer une grotte qui était utilisée par les locaux lors des bombardements. C'était une visite assez sympa, à certains moments le passage était tellement étroit qu'il fallait ramper, c'était plutôt sportif ! Les mecs sont ressortis de la grotte tout contents car ils ont trouvé des vielles balles un peu rouillées, ainsi que des boîtes de conserves vides, encore un signe du lourd passé des Laotiens.

Le dimanche matin, après quelques péripéties, on embarque finalement sur le bateau qui nous emmène à Muang Khoua, dernière ville laotienne avant de passer la frontière du Vietnam. On nous avait vendu nos places en nous assurant qu'on ne serait que 4 sur le bateau, au final on arrive et il est déjà plein à craquer. On se pose comme on peut au fond, sur des planches en bois, au milieu des locaux et des énormes sacs de bouffe. Aucun problème nous affirme le mec qui nous a vendu les places, ils vont tous descendre dans une heure, ensuite on pourra aller s'assoir dans les vrais sièges situés vers le devant du bateau. Ahaha mais que nenni! C'est seulement au bout de 3h30 de navigation qu'on peut enfin déplier nos jambes et s'installer dans des fauteuils. Ça va que la route est belle, ça nous a permis de ne pas trop penser à nos popotins meurtris 😉

Le mec qui peut dormir n'importe où! Et alleluia on est bien assis 😁

On débarque finalement à Muang Khoua vers 18h30, après plus de 7h de bateau, ça fait du bien de retrouver la terme ferme. La ville est minuscule, il n'y a quasiment aucun touriste, enfin il n'y a pas grand monde tout court! C'est vraiment le bout du monde. On se pose dans notre chambre, puis on part chercher des infos pour passer la frontière demain.

C'est un peu la galère, personne ne vend de billets de bus, on ne sait pas trop si des bus vont au Vietnam le lendemain ou si nous allons devoir passer un jour ici, il n'y a pas d'infos, on commence à s'inquiéter un peu jusqu'à ce qu'on tombe sur deux françaises qui veulent aussi aller au Vietnam le lendemain et qui ont vu qu'un bus partait à 7h tous les matins de la place centrale. Alleluia, on se détend pour notre dernière soirée au Laos 😊

Le lundi matin, lever matinal pour être à 6h30 à l'arrêt de bus, et on a bien fait car le bus arrive assez en avance. Rien à dire de particulier sur le passage de frontière, tout se fait facilement et rapidement, on est presque surpris de ne pas faire face à des douaniers corrompus qui veulent quelques dollars par-ci par-là! Bref, on arrive en début d'après-midi au Vietnam, dans la fameuse ville de Dien Bien Phu. De nouvelles aventures commencent 😁

17
juil
17
juil

Ça y est on est arrivé au Vietnam !!!

On débute notre dernier mois de voyage par la célèbre ville de Dien Bien Phu, très touristique et qui a beaucoup de charme. FAUX ! #jesuisnorman

Dien Bien Phu est en réalité une ville plutôt normale, ni moche ni belle, surtout connue pour la défaite des français en 1954, occasionnant ensuite la signature des accords de Genève. Très peu de touristes y vont, quasiment pas même, ce qui fait que pendant nos deux journées de visite, nous nous sommes faits regarder avec pas mal d'insistance par les vietnamiens, c'était plutôt rigolo même si un peu embarrassant.

Pour notre première après-midi, on se balade un peu dans la ville (on vous raconte pas comment on se fait mater!) puis on va faire un tour à la statue de la victoire, construite en 2004 pour fêter les 50 ans de la victoire (logique). On monte 180 000 marches (Arthur : en vrai seulement une centaine mais normal c'est le haut d'une colline) avant d'accéder à la statue, qui domine la ville. Coucou les 3 énormes soldats! Vous êtes bien beaux! Dommage que vous représentiez la défaite des français 😛


La statue de la victoire

De là-haut, on a une superbe vue sur la ville et sur les collines environnantes, avec la lumière de fin de journée c'est plutôt pas mal!

Le lendemain, on se chauffe pour aller au musée de la bataille de Dien Bien Phu. C'est dans ce musée que je me rends compte que le Vietnam est bien un pays au parti unique. Et vive la propagande 😉


Pourquoi je dis ça ? C'est que le musée donne une vision assez subjective sur la bataille de DBP (pour les intimes 😉), et c'est certainement pas en faveur des français, enfin des "colonialistes français ". En effet, on y voit les "bons soldats vietminh, riant dans leur tranchée de la faible contre-attaque française", puis toujours ces mêmes soldats vietminh "exterminant les colonialistes français avec une enième attaque triomphale". En même temps, j'avoues qu'ils nous ont bien botté les fesses sur ce coup là : ils ont détruit notre QG réputé imprenable en à peine deux mois 🙁. Bon, au moins on est pas les seuls à être la risée des vietnamiens : les "imperialistes américains" aussi en prennent pour leur compte vers la fin du musée 😅. Mais c'est quand même un peu fou de voir le genre d'informations qui est divulgué au peuple vietnamien. Il s'agit vraiment d'une vision unilatérale oubliant que dans la guerre, il n'y a ni gentil, ni méchant, juste le chaos. Et c'est ça qui est en train d'être enseigné au peuple viet 😒 Enfin bref j'arrête là philo et je passe à la fin de la journée 😀


Après s'être cultivé quelque peu, toujours dans le thème de la guerre, nous nous sommes rendus à la colline Eliane 2 qui était l'une des bases fortes de l'armée française. Là bas, on a pu s'amuser quelques minutes à se faire passer pour le "misérable colonialiste français" (LOL) en évoluant dans de vraies tranchées très bien restaurées. Ensuite, à part se balader sur la colline en profitant d'une belle vue sur la cuvette de DBP, il n'y a rien d'extra à faire, et de toute façon il est l'heure pour nous de récupérer nos affaires pour grimper dans notre bus de nuit : direction Sapa !


Tranchées et impact de missile sur Eliane 2
19
juil
19
juil
Publié le 9 août 2017

Grâce à notre bus de nuit qui a été plus rapide que l'éclair, on arrive à Sapa à 3h30 du matin au lieu de 6h. On a un peu la tête dans le c** ! 😪 On se trouve une petite auberge, on négocie rapidos et on arrive à avoir accès à deux lits en dortoir pour moitié prix afin de finir notre nuit.

Une fois un peu plus reposés, on se met en quête de notre hôtel. On en trouve un situé dans une rue parallèle à celle qui contient tous les restos, c'est cool car comme ça on n'est pas loin de la zone animée mais en même temps on est au calme 😊

Petite précision importante : la température! Sapa est située dans les montagnes au Nord du Vietnam, ainsi il fait super bon, même un peu frisquet de temps en temps. J'ai ressorti le jean pour l'occasion, première fois depuis l'arrivée en Asie! Ça fait du biiiien de plus avoir cette chaleur étouffante et cette goutte de transpi h24 qui va avec 💧

On consacre notre première aprèm à se renseigner pour faire des treks dans la région, en effet c'est là le réel intérêt du coin : découvrir la campagne environnante. La ville de Sapa en elle même n'a aucun intérêt, on dirait une grosse station de ski française (mais sans la neige 😉), avec ses gros immeubles et la masse de touriste. Le plus déplaisant cependant, et quelque peu brise coeur, est la quantité de femmes qui tentent de vendre des souvenirs dans la rue, n'hésitant pas à interpeller les gens attablés en terrasse. C'est plutôt irritant, et en même temps si elles font ça c'est qu'elles en ont besoin...

Bref, Sapa est ainsi le point de départ de randonnée d'une ou plusieurs journées afin d'aller explorer les villages alentours, habités par des ethnies.

On avait lu pas mal de choses sur certaines randos : des groupes de 15 personnes, de la marche à la queue leu leu, une nuit chez l'habitant dans un dortoir de 20... en bref, rien de très authentique, et pas vraiment ce qu'on était venu chercher. On a donc décidé de faire une rando par nous-mêmes, pour éviter les foules.

Le jeudi matin, on se lève donc plein d'entrain, mais dès qu'on ouvre les volets : une bonne grosse brume et quelques gouttes de pluie. Qu'à cela ne tienne, on va la faire quand même notre rando! On se fait déposer par deux motos-taxis au coeur du petit village de Ta Phin, situé à 15km au nord de Sapa. Maintenant, à nous le retour à Sapa à pied 😊

Dès notre arrivée dans le village, on se fait aborder par 4 villageoises vêtues des habits traditionnels de leur ethnie, les Dao Rouges. Elles ont notre âge ou moins, et parlent très bien anglais, qu'elles ont appris grâce aux discussions avec les touristes. C'est plutôt impressionnant! Elles nous font visiter leur village, tout se passe bien, on est content d'avoir des guides et de pouvoir avoir des infos sur leurs coutumes, leur façon de vivre etc. A la fin de leur visite, elles dégainent tous leurs objets à vendre, sacs, porte-monnaie ou écharpe, on peut trouver son bonheur. Néanmoins, elles sont 4, et nous 2 : petit moment de malaise quand il s'agit de choisir les deux personnes à qui on va acheter chacun un objet 😓

Nos deux vendeuses, vêtues de la tenue des Dao Rouges

On repart un peu plus chargés, et là commence la balade pour rentrer à Sapa. Sur tous les guides, on nous vend ça comme un trek, mais en réalité il s'agit plutôt d'un petit chemin bétonné, et non d'un sentier de randonnée.

Malgré la brume, on profite plutôt bien des belles rizières en terrasse qu'on voit, les paysages sont magnifiques et c'est là qu'on se dit qu'on a bien fait de venir 🤗

😍😍

On traverse plusieurs petits villages sur le chemin, toujours entourés de ces superbes rizières verdoyantes, c'est vraiment splendide ! A un moment, on croise un autre type de plantes, et Arthur ne résiste pas à la tentation de se faire photographier avec.. (quel coquin 😉)

Arthur et Marie-Jeanne

On finit la journée par un petit passage vraiment de trek cette fois, avec une partie au milieu des rizières, puis sur un sentier caillouteux où on croise pas mal de buffles.

Malgré la pluie et la brume, on a passé une super aprèm! On est bien content au final d'avoir opté pour une rando par nous-mêmes, on a pu admirer les paysages tant attendus et on a eu une autonomie complète!

Pour couronner cette bonne journée, on se fait un super resto dans lequel on rencontre 3 français avec qui on finira la soirée autour de quelques bières, à se raconter nos aventures 🍻

Le vendredi, on est motivés pour rééditer notre plan de la veille, en allant cette fois explorer le sud de Sapa. Cependant, la meteo est encore une fois en notre défaveur, la brume est tellement présente qu'on ne voit pas à 5 mètres, et il pleut des cordes. Après plusieurs heures de pluie sans interruption, on se résigne à ne pas bouger de la journée, et on passe donc quelques heures à jouer aux cartes. Pour se consoler, direction le même restaurant qu'hier soir 😋

On réserve ensuite un bus tôt le lendemain matin, direction Ha Giang !

22
juil

Après quelques hésitations, on s'est chauffé pour faire une 2ème boucle en scooter, dans l'extrême nord du Vietnam. Vu notre emploi du temps plutôt serré #ministres, on a choisi de faire la boucle en 3 jours, soit une moyenne de 130 km par jour, ça va dépoter 🚀

On arrive à Ha Giang en milieu d'aprèm, on se dégote rapidement une petite auberge qui accepte de garder nos sacs pendant la durée de la boucle, on va louer un scooter puis on se fait un petit resto dans lequel on goûte une des spécialités de la région, le hot pot, une fondue vietnamienne qui consiste à faire cuire de la viande, des légumes, des herbes dans un gros bouillon parfumé. C'est super bon, et on est les seuls occidentaux au milieu des locaux ! Un groupe s'intéresse d'ailleurs pas mal à nous, et un des mecs nous offre à plusieurs reprises des shots d'alcool de riz. C'est plutôt rigolo, il y a tout un rituel à suivre : d'abord on trinque, petite phrase d'usage à prononcer, on boit, puis on se serre la main droite tout en ayant la main gauche sur le coeur 🤝 Malgré les difficultés à discuter avec eux, on passe un super moment, on sent qu'ils sont heureux de partager ça avec nous et ça nous met de super bonne humeur ! L'alcool de riz joue aussi faut dire 😉

Nous nous sentons bien accueillis à Ha Giang, tout le monde nous fait de grands sourires dans la rue, les enfants nous saluent avec enthousiasme, et un petit papy est même venu nous parler avec animation, c'était trop mignon même si on a rien compris à ce qu'il nous racontait ahah ! Il y a très peu de touristes ici, et ça fait du bien d'avoir ce type de relation avec les locaux, surtout après ces quelques jours à Sapa où tout semblait lié à notre porte-feuille.

On décolle assez tôt le dimanche matin, avec un super soleil, encore une fois ça fait plaisir vu la météo pourrie des jours d'avant 🌞 Très rapidement, notre scooter renommé Nico commence à gravir les premières routes de montagne de la boucle. Les paysages deviennent de plus en plus beau au fur et à mesure qu'on grimpe, et on n'avance pas bien vite à cause de tous nos arrêts photo #Arthurpaparazzi 📸

On tombe parfois sur des petits villages tout en haut des montagnes, c'est juste fou de se dire qu'ils habitent ici, quasiment isolés et loin de tout. En même temps vu le cadre, pas étonnant qu'ils s'y plaisent !

Rizières tout en haut des montagnes

En bref on passe une super première journée, on en prend plein la vue et c'est génial. (Désolée c'est pas bien argumenté, mais c'était juste trop beau, je vais laisser parler les photos plutôt!)

Le lundi matin, on décide de faire un petit détour par rapport à la boucle, et de s'approcher un peu plus de la frontière chinoise. La route est encore une fois magnifique (oui on se répète un peu...), et Arthur profite de l'occasion pour aller faire un petit passage illégal en Chine 😎

Hello la Chine !

On se dirige ensuite vers la Tower Flag, qui nous offre un sacré panorama sur la campagne vietnamienne et chinoise environnante, c'est quand même quelque chose faut l'dire, ça nous en bouche un coin !

Après cette petite pause en hauteur, on se remet en selle, c'est pas le tout mais on n'est pas d'ici ma petite dame! Il nous reste encore une cinquantaine de kilomètres à faire, et les 30 derniers sont supposés être les plus beaux de toute la boucle. On a hâte de voir ça et on se dépêche de repartir, afin de profiter des paysages tant qu'il fait encore jour.

Après un déjeuner plutôt chargé, on entame cette fameuse route qui fait tant parler d'elle grâce à ses fameux paysages. C'est quasiment de la descente pendant 20 km, et grâce à nos copieux plats du midi on dévale la pente à la vitesse de la lumière 🏍 On s'arrête malgré tout quelques fois pour prendre des photos, qui malheureusement ne rendent pas justice à la beauté des lieux à cause du manque de luminosité..



On s'arrête pour dormir le soir à Meo Vac, petite bourgade avec quelques hôtels et restaurants. Celui dans lequel on dîne est rempli de locaux qui nous regardent avec de grands yeux quand ils nous voient sortir un jeu de carte, et qui nous offrent ensuite des shots d'alcool de riz 😄 (enfin, plutôt à Arthur qu'à moi d'ailleurs, car dans leur culture les femmes ne boivent pas d'alcool. Super la discrimination !)

Le lendemain matin, c'est gonflé d'énergie qu'on retrouve Nico la moto, pour notre dernière journée de route. On décide de se diriger vers Ha Giang en prenant une petite route, et c'est probablement la meilleure idée qu'on ait jamais eu !

Cette route nous mène à travers une très belle vallée, à chaque détour on tombe sur des paysages tous plus beaux les uns que les autres, et les villageois de cette vallée sont adorables.

Vue en haut de la vallée

Puis on enchaîne avec cette fois une route pourrie de chez pourrie, avec un bon gros éboulement au milieu qui transforme le passage en mare boueuse géante ! C'est de la bonne grosse gadoue ça ! On franchit le marécage, non sans déguelasser nos chaussures et le scoot, mais au moins on est passé!

Une fois le passage de la mort franchi, on monte, on monte et on monte, la route semble ne jamais s'arrêter de grimper, jusqu'à ce qu'on tombe sur le plus beau point de vue jamais égalé! (Oui cet article est rempli de superlatifs, d'adjectif mélioratif, de paillettes, de bisounours, tout ça tout ça, mais c'est parce que c'était vraiment beau !!!)

Vu qu'après avoir vu ça, on peut mourir heureux, on redescend tranquillement vers Ha Giang, toujours entourés de paysages qui nous fracturent presque la rétine.

De retour en ville, on se fait un plaisir de rendre le scooter (Nico on t'aime bien et on a vu de belles choses grâce à toi mais ton siège nous a bien meurtri le popotin!), on se prend une petite douche puis on saute dans notre bus de nuit, il est temps de retrouver la civilisation et pour ça, direction Hanoi ! 😋

En résumé, ces 3 jours de scoot ont été super cools, on a eu un temps splendide quasiment tout le long et les paysages traversés nous ont vendu du rêve. Ha Giang on te kiffe, change rien ! ❤

26
juil
26
juil

C'est avec un peu d'appréhension, il faut l'avouer, que nous grimpons dans notre bus de nuit à Ha Giang. Jusqu'à présent, nous avons généralement assez mal dormi, étant donné la taille riquiqui des couchettes qu'on devait se partager à deux. Mais là, 1ère bonne nouvelle : on a des couchettes individuelles !! C'est bien la première fois que je suis ravie de ne pas dormir avec Arthur 😉

Le confort absolu !

Le trajet se passe dans l'ensemble assez bien, sauf qu'on arrive à Hanoi vers 3h du matin. Et là, 2ème bonne nouvelle : vu que c'est le terminus, on peut rester dormir dans le bus jusqu'au petit matin !! Première fois qu'on est suffisamment reposé après un bus de nuit. Avec ça, notre séjour à Hanoi ne peut que bien se passer 🤞

Vu qu'on a bien dormi, on n'a pas la tête dans le cul au sortir du bus, et ainsi nous sommes déterminés à trouver le moyen le plus économique pour nous rendre dans le centre-ville, à une petite dizaine de km de la gare routière. Adios le tacos, pratique mais cher, et puis ce serait trop facile ! A la place, en tant que bon français (ou radins, ça marche aussi 😛), on fouine un peu jusqu'à trouver un bus local, qui nous amène quasiment à bon port pour 3 fois rien. En plus d'avoir économisé, on a pu testé les bus locaux avec tous plein de vietnamiens qui allaient travailler, c'était sympa à voir.

Après quelques minutes de marches dans un quartier bien animé de Hanoi, on débarque dans une petite auberge de jeunesse à taille humaine, avec carrément la gérante qui dort dans le dortoir. Cette dernière est adorable, et accepte qu'on partage un lit et qu'on paye par conséquent moins cher. On est vraiment sur une bonne lancée là ☘

Grâce aux conseils avisés de voyageurs, on décide de poursuivre la matinée par un free walking tour (visite guidée), afin de s'approprier un peu la ville.

Au cours de la visite, on a l'occasion de tester la boisson typique d'ici, l'egg coffee, qui est comme son nom l'indique un café dans lequel on a rajouté un oeuf dedans. Alors oui dit comme ça c'est pas ouf, mais en réalité c'était pas mal! Ça donnait un côté un peu onctueux, limite meringué au café, plutôt intéressant ☺

A part cette découverte, la visite ne nous a pas franchement enchanté, on a beaucoup marché pour au final pas grand chose. Au moins on s'est rendu compte qu'Hanoi était une très très grande ville (logique pour une capitale me direz-vous). On a également retrouvé la chaleur étouffante, elle nous avait pas manqué celle-là!

Ah non si j'exagère, il y a un truc qui m'a marqué pendant la visite : on est allé dans une église, en plein Hanoi, en plein Vietnam. Après deux mois de temples à chaque coin de rue, c'est plutôt étonnant de croiser une église ! Bien sûr elles sont toutes de l'époque coloniale (d'ailleurs généralement les français detruisaient des temples ou des habitations pour construire leurs églises), et le Vietnam est le deuxième pays catholique en Asie. On peut donc s'attendre à en croiser de nouveau ⛪

La surprenante église

Grâce à la visite guidée, on a repéré une petite rue étroite remplie de stands de nourriture, c'est un peu la rue du street food et on décide d'aller y faire un tour pour le déjeuner. Bien que les conditions d'hygiène ne soient pas au top du top, on y mange plutôt pas trop mal et pour pas cher du tout !

On part ensuite explorer la ville, tout d'abord à travers une balade dans le quartier des 36 corporations, où à l'époque chaque rue était représentée par une corporation. Il y a la rue des fleurs, la rue des chaussures, la rue des bijoux, la rue des casseroles en cuivre, on en passe et des meilleures 😀

Puis on se dirige vers un vieux pont métallique bien rouillé, qui a été pas mal bombardé pendant la guerre du Vietnam et qui y a laissé plusieurs de ses piliers, perdant de sa solidité. Il est par conséquent aujourd'hui uniquement réservé aux piétons et aux motos, ça rassure 😉


Sinon, une des choses assez surprenantes dans une grande ville comme Hanoi est le fait de pouvoir trouver des petits coins qui paraissent sortis d'une autre époque 🙈 Par exemple, la voie ferrée passe en plein centre-ville, et parfois dans une petite rue assez étroite, où il n'y a la place que pour le train. Les habitants se sont appropriés cette voie ferrée et font leur petite vie tranquillou, certains devant traverser les rails pour aller aux toilettes ou cuisiner. On s'est baladé le long des voies, c'était plutôt surréaliste de voir des papys jouer à un jeu ressemblant aux dames, à 10 cm des rails 😊 J'imagine que les trains ne doivent pas passer très souvent!

Le jeudi matin, on se réveille plutôt du bon pied avec un bon petit déjeuner, et pourtant... La matinée des échecs est sur le point de commencer !

Tout d'abord, on comptait aller visiter le mausolée d'Ho Chi Minh. Après une petite demi-heure de bus et 10 minutes de galère pour trouver l'entrée, on y est ! Il y a une file d'attente incroyable, on se croit presque au parc Astérix au mois d'août 😲 No soucy, on commence à faire la queue nous aussi, quand soudain je me fais interpeller par une très aimable dame du mausolée (lol) qui me dit qu'avec ma tenue, je peux juste aller me rhabiller (double lol), impossible de rentrer comme ça. Ok, j'avoue ne pas avoir été très maligne sur le coup, essayer de rentrer dans un mausolée avec un short ce n'était pas la meilleure idée du siècle, mais quand on voit juste après une bande de filles asiatiques rentrer avec des shorts plus courts que le mien, ça énerve un chouilla ⚡

Bref, on décide de vite passer à autre chose, et de nous diriger vers notre 2eme point du programme, la pagode au pilier unique. Symbole de la ville, elle est décrite comme adorable, avec un petit jardin et un bassin paisibles. Encore une fois, les divinités vietnamiennes ne sont pas de notre côté : impossible de trouver l'entrée du site. Il faut apparemment obligatoirement passer par l'entrée du mausolée, ce qui nous ramène à la problématique évoquée plus haut. Du coup, nous faisons également une croix sur cette visite 🙁

Bon vu qu'on aimerait bien quand même visiter quelque chose aujourd'hui et ne pas juste passer notre temps à se faire recaler, direction le temple de la littérature ! Contrairement à ce que son nom indique, ce n'est pas vraiment un temple, et il ne contient pas non plus de livres (Arthur ne voulait pas trop y aller au départ car il croyait que ça allait être un musée sur les livres ahah, en vrai moi j'aurais trop aimé !) Cet ensemble de bâtiment a servi de collège aux jeunes vietnamiens avant de passer des concours pour devenir mandarins. Les bâtiments sont magnifiques, les jardins paisibles, et on sent bien l'inspiration chinoise dans l'architecture et les décorations, enfin une visite qui se goupille bien alleluia 👐


Le temple de la littérature

Pour continuer sur cette lancée, direction la citadelle de Thang Long, berceau de Hanoi. Vieille de plus de 1000 ans, il ne reste plus grand chose, les Français ayant rasé pas mal de choses pour y mettre leurs petites casernes (super les mecs!). On voit quand même quelques jolis bâtiments encore intactes, et on a un aperçu des fouilles archéologiques effectuées sur le site, avec différents pavages du sol en fonction de l'époque, c'est hyper intéressant !

Pour finir en beauté cette journée, on se rend dans une petite gargotte qui nous sert notre meilleur plat vietnamien à ce jour, j'ai nommé le bun cha nem ! La photo est un peu floue, c'est normal j'ai pas pris le temps de faire la mise au point car ça avait l'air tellement bon qu'il n'y avait pas une minute à perdre en faisant des photos ! 😋

On s'est bien fait péter le bide (en même temps vu que le prix qu'on l'a payé... Pour le coup on a un peu fait les imbéciles, on n'a même pas demandé le prix avant de manger, donc au moment de partir quand on nous a annoncé un prix exubérant on n'a pas eu d'autre choix que de payer...), et ensuite un bon dodo réparateur, avec au programme une bonne grasse matinée 🙌

Pour notre 3ème et dernier jour à Hanoi, on y va tranquillou. On attaque la journée avec la visite d'une mignonne pagode au milieu d'un lac, puis on enchaîne avec le musée des femmes vietnamiennes. On y apprend beaucoup sur les coutumes vietnamiennes telles que le mariage, l'éducation, etc. De plus, une partie est consacrée au rôle que les femmes ont joué pendant la guerre du Vietnam. Comme quoi, on peut l'oublier, mais la guerre ne concerne pas que les hommes.. Musée bien fait et instructif !

On finit la journée par un petit tour au marché de nuit, et c'est à ce moment là qu'on me perd, mais alors complètement ! Je fais des achats complément inespérés et inattendus, et cela me met en joie pour le reste de la soirée 😁😁 Arthur profite également de cette virée au marché pour exercer ses talents de négociateur, art qu'il commence à sacrément maîtriser soi dit en passant !

Voilà, notre séjour dans la capitale est terminé, mais pas le temps de pleurer, on part faire une croisière dans la baie d'Halong 😍⛵ Tchou !