1

Comme un voyage n'arrive jamais seul, après une année de visa vacances-travail au Japon, nous avons décidé de visiter un pays d'Asie du sud-est que nous ne connaissions pas encore : la Malaisie ! Nous y retrouvons d'abord Jer, Marie et leur petite Margaux pendant deux semaines. La suite, nous la passerons à deux, comme au Japon !

Nous avons atterri le 18 mars très tôt le matin après un long vol low-cost, heureux de retrouver la terre ferme même si nombre de nos pensées étaient encore au Japon. Dès la douane, changement d'atmosphère, nous avions bien changé de pays ! Et la température extérieure le confirme, il fait 30 degrés et l'humidité est omniprésente. Pour le moment nous n'avons pas été très "actif" et n'avons guère dépassé le quartier dans lequel nous résidons pour quelque jours...

Cet article est donc juste le lancement numérique officiel de cette nouvelle aventure, pour vous donner quelques nouvelles et vous donner un premier aperçu de Kuala Lumpur

Disons pour le moment que nous sommes près des tours Petronas qui trônent fièrement et dominent le quartier. Partout, des immenses buildings ou de nouveaux en construction, on en a des torticolis à force de marcher le nez en l'air. La nourriture est jusqu'à présent absolument délicieuse, pleine de légumes, de poulet, de riz et de nouilles sautées et surtout... d'épices ! Nos palais ont encore besoin de s'habituer mais c'est un vrai régal. Et après s'être privés de fruits en raison de leur coût exorbitant au Japon, cela fait du bien de se gorger de noix de coco fraiche et autres délicieux fruits exotiques, le tout à prix très modique ! En fait on mange pour 1 ou 2 euros, c'est le pied! Et comble du tout, on a une piscine pour se rafraichir à la résidence...

Bref, le voyage commence sous les meilleurs auspices... A bientôt !

2

Maintenant que nous avons quitté les grandes villes, nous sommes confrontés à quelques difficultés côté connexion internet. Ce n'est pas toujours facile d'en avoir assez pour mettre à jour le blog mais on va quand même essayer de continuer à partager ça avec vous quand on le pourra...

A Kuala Lumpur, nous avons visité l'aquarium de la ville et surtout, nous sommes montés au sommet de ces impressionnantes tour Petronas qui dominent toute la ville. Du haut de leur 452 mètres, ce sont les deux plus hautes tours jumelles du monde. D'ici, on se rend compte à quel point la ville est verticale, des buildings sont essaimés partout ou en construction. Kuala Lumpur est dans la démesure !

Nous nous sommes aussi baladés dans le quartier chinois, dans des ruelles étroites regorgeant de boutiques, ne laissant même pas assez d'espace à deux personnes pour se croiser. Maillots de foot, chaussures, enceintes stéréo, fruits frais... On y trouve de tout et, en l'absence d'étiquettes, tout est négociable ! C'est aussi un quartier vivant où le graffiti est roi, autant vous dire qu'on s'est régalés !

Enfin, nous avons fait une petite excursion dans les environs de Kuala Lumpur pour aller admirer les grottes de Batu. Il s'agit d'un temple hindou (le plus grand hors d'Inde) niché dans une immense grotte où on accède en grimpant 272 marches, encerclés par des singes chapardeurs. Et le moins que l'on puisse ces petits macaques ne sont pas farouches. A peine arrivés, ils ont même sauté sur la petite Margaux pour lui piquer son gâteau !

3

Après ces quelques jours à Kuala Lumpur, nous sommes partis vers le nord en bus, le moyen le plus économique de voyager en Malaisie. Et bonne surprise, les cars sont très confortables ! Heureusement d'ailleurs car il nous aura fallu pas moins de 8 heures, au lieu des 6 initialement prévues, pour rejoindre Cameron Highland. Ce jour-là une course cycliste très populaire (le Tour de Langkawi pour les connaisseurs) traversait le coin et nous avons été bloqués pendant plus de 2 heures en rase campagne... Nous sommes donc arrivés au village de Tanah Rata en fin de journée, fourbus mais bien contents de prendre un bon bol d'air frais à 1 400 mètres d’altitude. La chaleur et l'humidité y sont bien plus supportables que dans la capitale même s'il fait toujours plus de 25 degrés. La ville de Tanah Rata ne présente en elle-même aucun intérêt, s'y entremêle seulement boutiques, restaurants, hôtels et tour opérator pour touristes, un peu décevant...

Nous sommes ici pour y visiter les célèbres champs de thé ! Le climat y étant plus que favorables, les Anglais (qui ont colonisé le pays à la suite des portugais et des hollandais) y ont implanté nombre de de cultures! Le lendemain, nous avons réservé un taxi pour trois heures et sommes partis pour la plantation de Boh, la plus célèbre marque de thé malaisienne, située au sud de la ville. Après une dizaine de minutes sur une route pittoresque où deux voitures peinent à se croiser, nous voilà au beau milieu des plantations. Un petit chemin nous conduit jusqu'a un magnifique point de vue sur les vallées vertes, un régal pour les yeux.

Après quelques emplettes pour déguster le thé local, nous nous sommes rendus sur les flancs d'une deuxième plantation non moins impressionnante... Ces hamps déssinés epar la main de l'homme sont hypnotiques.

Après cette courte étape, nous repartirons dès le lendemain pour une nouvelle destination. Ce qui ne nous empêche pas de savourer les mets locaux.... La cuisine malaise est un savoureux mélange venu de Chine et d'Inde principalement. Plein d'épices, parfois même très relevés, les plats sont riches et savoureux! On peut citer le "roti canai" (prononcer "roti chanaï") qui est une galette à tremper dans une soupe relevée dès le petit déjeuner, les nans indiens et leurs sauces parfumées ou encore le poulet tandoori servi sur feuille de bananier... Le tout est souvent arrosé de jus de fruits fraichement pressés ou de lait de coco siroté à même la noix de coco... Nous sommes tous conquis par la nourriture locale et sa diversité !

4

Après le superbe bol d'air frais des Cameron Highland, nous avons une autre destination dans le viseur : les îles Perenthians. Tout au nord de la Malaisie, à la frontière thaïlandaise, ces petits îlots dont un seul est habité se sont ouverts aux touristes il y a seulement une vingtaine d'années et ses atouts sont évidents : plage de sable fin, iles désertes, palmiers et vie sous-marine très riche parfaite pour snorkeller ou plonger. Nous partons de Cameron Highland en van à 10 places la fleur au fusil mais ce trajet s'est mué en véritable périple : changements de véhicules impromptus, pauses à rallonge au milieu de nulle part, chauffeur ne parlant pas anglais, retard de plusieurs heures accumulés... Et puis il faut dire que leur conduite ce jour-là relevait de véritables chauffards avec klaxons, coup de volant et de freins etc. Heureusement, bébé Margaux est sage comme une image et encaisse sans broncher. Bref, on a traversé la moitié du pays en espérant arriver entier. Nous avons quand même pu apprécier le paysage et notamment les superbes falaises de Taman Negara, un parc national où des rochers de plusieurs centaines de mètres de haut surgissent de la forêt primaire pluri-centenaire. Une fois à Khuala Besut, le port d'embarquement des îles, l'aventure n'est pas finie ! Le "bateau" (une pirogue bâchée à moteur avec une douzaine de place) se met à tanguer dangereusement sur les vagues et ce, quasi-sans arrêt jusqu'à l'arrivée dans la lagune de l'île de Kecil où nous allons passer les prochains jours... Mais nous voilà enfin débarqués sain et sauf... Ouf !

Un trajet épique

Nous découvrons rapidement la beauté à couper le souffle de l'île et ses eaux cristallines. Il est facile d'aller snorkeller près des récifs pour admirer les poissons multicolores qui batifolent ou de héler un bateau-taxi pour se rendre sur une autre plage où on peut observer les tortues... Mais ce jour-là,ces dernières jouent à cache-cache et nous finirons par rencontrer les singes noir et blanc de l'île qui s'amusent dans les palmiers à l'orée de la jungle impénétrable. Les couchers de soleil sont eux aussi à couper le souffle, teintant la mer de Chine de reflets rose et or...

Ca c'était la face A, il faut maintenant parler de la face B. En effet et bien malheureusement, on peut pas parler de ces îles sans évoquer le tragique gâchis qui s'y déroule. La façade en direction des touristes que nous sommes est impeccable mais le parc marin est en train d'être détruit méthodiquement. Les espèces observées sont déjà toutes en déclin. Le corail est piétiné, les tortues se font harceler par des gens qui s'accrochent à leur carapace, aucun avertissement ou consignes de conduite n'est délivré aux touristes concernant la fragilité de la vie marine et quant aux ordures, c'est d'une tristesse... Les détritus sont balancés négligemment dans la forêt par tout le monde, locaux et touristes, ou à la mer ou encore brulés au pied des cocotiers. Tout n'est que "resort", bar, restaurant et sur-exploitation des ressources naturelles. Du coup, malgré le plaisir que nous avons pris à profiter de cet environnement extraordinaire, on vous déconseille vraiment l'endroit. De toute façon, il aura probablement périclité d'ici une vingtaine d'années... Quel dommage... Ca m'a fendu le cœur.

5

Encore du bus, toujours du bus ! Cette fois, il nous a fallu à peu prés 10 heures pour rejoindre Malacca depuis les îles Perenthian ! Mais cette fois-ci, tout s'est déroulé sans encombre : pas de retard, ni de course cycliste... Nous voilà donc dans une des plus vieille cité du pays, capitale de l’État. En raison de son emplacement stratégique à l'entrée du détroit, sur la route entre la Chine et l'Inde, cette ville a été conquise tour à tour par les Hollandais, les Portugais, les Chinois, les Indiens et les Japonais. Le résultat est que la ville est dotée d'une forte identité multiculturelle, très perceptible dans son architecture. C'est la raison pour laquelle la ville a été classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Autant vous prévenir tout de suite, vous allez avoir l'impression de changer de pays à chaque photo ! C'est en tout cas, l'impression que l'on ressent parfois en arpentant ces rues colorées. Notre visite commence par Christ church, une grande église ocre et le quartier chinois attenant.

Le lendemain nous sommes allés visiter une mosquée en bord de mer. Elle a la particularité d'être construite sur pilotis sur la mer, son surnom est donc "la mosquée flottante". L'édifice lui-même n'est pas vraiment impressionnant mais très beau, mis en valeur par ce cadre naturel. Pour entrer et visiter l'intérieur, il faut se couvrir et tout est fourni à l'entrée pour les touristes que nous sommes !

Mais LE truc de la ville, plus que n’importe quoi d'autre, ce sont les "trishaws" ! Il s'agit de tuk-tuk littéralement haut en couleurs, décoré selon un thème (Hello-kitty, Pikachu, la Reine des neiges etc) qui roulent à toute allure, musique à fond et peuvent accueillir une ou deux personnes à la fois... C'est kitchissime, un peu ridicule et pas terrible à faire (Margaux n'est pas du même avis). Finalement, le plus amusant, c'est de les voir passer... En revanche les touristes venus de Singapour ont l'air d'adorer ça!

Malacca est une ville surprenante et charmante, dans laquelle il faut se promener pour découvrir toutes ses richesses : temples chinois et hindous, vieille église, mosquée, street-art, maisons coloniales, friches urbaines et petits marchés... Malgré la chaleur et le trafic dense (et chaotique) des voitures, c'est un vrai plaisir d'y déambuler le nez au vent. On trouve ici une atmosphère bien particulière que nous n'avions pas ressenti jusqu'alors. Malacca a une âme et un passé riche qu'elle dévoile petit à petit aux curieux...

Nous quittons cette ville après une semaine d'un séjour au rythme très lent, où nous avons récupéré nos forces mais sans la famille Mathieu qui a regagné la France (bisous à vous 3!). C'est à nouveau en duo que nous partons pour une nouvelle destination prometteuse dès demain...

6

Nus sommes maintenant au nord-ouest du pays, sur l'île de Penang. Après une journée de bus (encore!) et un petit ferry nous voici dans la capitale de l'ile : Georgetown. Comme à Malacca, la ville est plurielle. Entre les temples chinois, le quartier indien et les maisons coloniales, pour ne citer qu'eux, il y a de quoi se dépayser à chaque coin de rue. Et malgré ce chaos architectural, Georgetown ne manque pas de charme ! Son centre-ville a d'ailleurs été classé au Patrimoine mondial de l'Unesco en 2008. Nos premières journées, nous les passons simplement à flâner dans les rues en nous faufilant à travers la circulation très dense des autos et des deux-roues... En revanche, il fait plus de 30 degrés en permanence et le temps est très humide donc aux heures les plus chaudes, on s'abrite dans les premières échoppes climatisées que l'on trouve.

u

Et Georgetown, c'est aussi le street-art ! La ville a eu la bonne idée d'encourager les artistes urbains à décorer les murs de la vieille ville. Les œuvres s'y intègrent à merveille et cela donne envie de regarder dans les moindres recoins, emprunter chaque ruelle à la recherche de nouveaux graffitis, ce que nous avons fait une bonne partie du temps...

Les oeuvres les plus connues sont celles du lituanien Ernest Zacharevic, il intègre ses peintures à de vrais objets posés dans la rue, à la croisée du street-art et d'une installation d'art moderne. Ces fresques disseminées partut dans la vieille attire la foule, tout le monde vient s'y prendre en photo et elles figurent même sur toutes les cartes de la ville comme attrait touristique ! Et c'est vrai qu'une fois devant, il est difficile de ne pas tomber sous le charme...

7

Après ces balades urbaines, pour nos derniers jours sur l'ile de Penang, nous sommes sortis de la ville pour rejoindre la côte nord. Nous sommes allés faire un tour à la plage de Batu Ferringhi, la plus populaire de Penang. En comparaison avec toutes les plages paradisiaques que nous avons vues cette dernière année, celle-ci fait pâle figure mais cela fait tout de même plaisir de se rafraîchir. Ensuite, nous avons visiter Entopia, une ferme aux papillons et à toute sorte d'insectes et reptiles. Sous une immense serre, plusieurs milliers de papillons volent et butinent créant un ballet de couleurs féériques. Ils sont plus beaux les uns que les autres dans ce décor, c'est vraiment magnifique. On a également pu voir la grenouille la plus cool du monde, d’énormes varans et une sauterelle de compétition (entre autres...) ! Bref une très belle visite, le lieu se veut aussi éducatif et sensibilise le public à la protection de l'environnement, une très belle initiative !

Nous avons également visiter le "Jardin des épices", mon gros coup de cœur ! Nous déambulons au milieu d'une jungle de 8 hectares, armé de notre audio-guide à la découverte des épices du monde. En, réalité, il n'y a pas que des épices, il y a aussi des plantes médicinales, vénéneuses, des plantes dont on extrait des boissons (cacao,thé...) et bien d'autres ! Dans certaines allées du parc on avait l'impression de se retrouver dans un restaurant tellement les odeurs d'épices étaient intenses. Nous qui aimons cuisiner, ce lieu nous a vraiment enchanté.

Le coup de coeur de Raphaël

Nous nous rendus à deux temples bouddhistes d'un style inédit pour nous. Le premier est un temple birman, le seul de Malaisie, nommé "Dharmikarama", dans la banlieue de Georgetown. Il se compose de plusieurs bâtiments autour d'un parc où se trouve fontaine, étang et statues. Le lieu est plutôt joli mais assez étrange avec tout ces décors kitchs en carton pâte... Mais c'est le préféré de Carole. Le second se trouve juste en face, il s'agit d'un temple thaï, le "Wat Chayamangkalaram" de son petit nom qui renferme un immense bouddha allongé de 33 mètres. A l'entrée, plusieurs dragons couverts de mosaïques étincelantes semblent protéger le lieu. A l'intérieur, tous les murs sont composés de petits bouddhas avec le nom de leurs donateurs. Impressionnant.

Penang fut une étape haute en couleur, avec beaucoup de lieux très différents mais tous charmants. Finalement, c'est peut-être bien la plage la chose la moins intéressante à faire, c'est dire ! Nous nous y sommes régalés entre sorties nature, street-art et temples. Georgetown a été certainement une des destinations les plus séduisantes que nous avons eu la chance de parcourir en Malaisie. Ce pays nous aura surpris plus d'une fois, en bien comme en mal et c'était une expérience dense, un vrai dépaysement après notre vie au Japon.

Et nous voilà aujourd'hui de retour à Kuala Lumpur, prêts à embarquer pour notre prochaine destination... la France ! :D