L'Islande m'attirait depuis longtemps. Est-ce l’éruption de l'Eyjafjöll en 2010 qui m'a définitivement donné envie d'y poser mon sac ? Peut-être.
Juillet 2011
15 jours
Partager ce carnet de voyage
1

2011 - Quel plaisir de préparer un voyage à 8 mains. Et enfin, ça y est, nous y sommes.

Les nuages ne nous ont pas permis d'admirer l'Islande vue du ciel. Dommage... Mais ce n'est que le début.

A l'aéroport, nous avons loué un 4x4 de manière à pouvoir quitter la route circulaire pour nous échapper et découvrir des endroits moins accessibles. Nous ne regretterons pas notre choix.

Nous allons enfin pouvoir tester la non-nuit islandaise. Le corps est fatigué, mais la tête ne comprend pas... il est tard et il fait toujours clair. Étrange

Dès le lendemain, nous optons pour une journée détente au Blue Lagoon sur fond de ciel gris, brouillard et température basse. Il y fait bon....

.

Votre circuit individuel en Islande, personnalisable et abordable

Circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
2

Pour cette étape, nous restons sur la route principale. Juste un petit écart pour arriver tout au bord de la falaise... quelques kilomètres de piste. Vive le 4x4 !

Une journée très froide, pluvieuse et venteuse. Pas terrible pour commencer notre périple. Mais nous sommes en Islande...

En route, nous nous arrêtons pour découvrir les solfatares. Chaud bouillant !


Malgré le froid et le mauvais temps, nous passons un bon moment au bord du lac Kleifarvatn. Grandiose ! 
Puis les falaises de Krisuvikurbjarg. Véritable pouponnière, des milliers d'oiseaux y nichent.
3

Première belle étape de la journée : le geyser Stokkur, ensuite Geilfoss (foss = chute), impressionnante. Et bien sûr en fin de journée, la très belle plage de sable noir de Vik.

Une des dix plus belles plages du monde, sur fond de soleil couchant (qui finalement, ne se couchera pas)
4

Suite à un éboulement , la route circulaire est coupée. Nous choisissons de contourner le Myrdalsjokull.

Avec une berline, nous n'aurions pas pu le faire. Avant de nous lancer sur la piste, nous faisons une halte très agréable à l'arche de Dyrholaey. Il faut dire que le soleil brille, le ciel est d'un bleu azur. C'est génial l'Islande quand il fait beau.

• • •

Ensuite, six heures de pistes. Désert de lave, de sable, passage de gués, ça monte, ça descend, ça tourne en haut d'une côte... Fatigant, mais très beau. Une expérience à vivre.


5

Soleil au réveil ! Nous en profitons pour faire une petite rando de trois heures dans le parc national de Skaftafell. Une belle balade , vraiment !

Vue très rapprochée sur les glaciers. 
Les chutes de Svartifoss avec ses colonnes de basalte
• • •

Un peu plus loin, entre mer et volcan, le lac Jorkulsarlon et ces icebergs.

• • •

Pour terminer la journée en beauté, nous reprenons la piste pour rejoindre le sommet du Vatnajokull.

16 kilomètres, départ au niveau de la mer,  arrivée à 1 300 mètres. Grandiose malgré un vent violent.
6

Trois jours pour profiter de ce site magnifique. Le soleil nous accompagne, un vrai bonheur !

Pour commencer, nous faisons le tour du lac, paradis des oiseaux. Puis, Dimmuborgir, et ses colonnes de lave vieilles de 2000 ans, promenade dans un paysage surréaliste, volcan encore fumant et balade d'une heure qui nous conduit aux pseudo-cratères de Skutustadagigar

On se croirait sur une autre planète. C'est chaud, ça fume... un petit air d'enfer 
On s'y baignerait... 
7

Husavik est une petite bourgade sans charme particulier, si ce n'est celui de proposer des excursions en mer afin d'observer les baleines. Trois heures de bateau pour ne voir que quelques ailerons au loin et des macareux curieux. Le chocolat chaud offert à la fin de l'excursion était le bienvenu.


Le port d'Husavik 
8

Nous avons hâte de découvrir la chute de Deltifoss, la chute la plus puissante d'Europe. Crachin, vent et froid au rendez-vous. Les charmes de l'Islande... Mais le paysage en vaut largement la peine, et puis bien équipés, finalement, ça n'est pas si terrible. Nous nous habituons tout doucement aux conditions météo parfois un peu rudes.

Gigantesque, impressionnante... époustouflante.


• • •

Sur la route, nous nous arrêtons à Glambaer, le temps de visiter une ancienne ferme reconstituée de 1900.

En soirée, nous faisons le tour de la péninsule à la recherche de phoques et de cailloux brillants. Nous n'avons trouvé ni l'un ni l'autre et encore moins la nuit islandaise. Mais que de merveilleux paysages.

Un ciel limpide... et la nuit, à son apogée  
9

En route pour Bogarnes, nous longeons la péninsule de Vatnsnes.

10

Nous commençons la journée par une grimpette, pour arriver au sommet d'un (petit) volcan. Belle balade.

L'effort en valait la peine. 
• • •

Un peu plus loin, nous rencontrons enfin quelques phoques, tout aussi curieux que nous.

L'arche  naturelle d'Amarstapi 
11

Avant de rejoindre Reykjavik, nous repassons par Borgarnes. Nous y découvrons un musée de la marionnette vraiment très intéressant.

12

Nous profitons de ce dernier jour dans la capitale islandaise pour visiter le Reykjavík Art Museum (Hafnarhus), la National Gallery of Iceland et l'Hôtel de ville qui présente une maquette impressionnante de l'île. Nous pouvons refaire, en miniature, tout le chemin parcouru en quinze jours.

Déambulation dans Reykjavík  
Harpa  Reykjavik Concert Hall and Conference Centre. Le Palais des Congrés, entre terre, mer et ciel. Magnifique ! 
13

L'Islande est un pays merveilleux, pays de contes, de feu et de glace, aux paysages invraisemblables, rude à l'extérieur, doux et chaleureux à l'intérieur. L'Islande, c'est également ses moutons, ses petits chevaux, ses champs de lupins, sa flore merveilleuse, ses maisons colorées et tant d'autres choses.

C'est également les aléas d'un temps souvent humide et des panneaux de signalisation pas toujours évident à déchiffrer.