Carnet de voyage

locasaventuras-equateur

8 étapes
4 commentaires
1
Voyage en sac à dos de 45 jours en Équateur
Du 8 mai au 20 juin 2018
44 jours
Partager ce carnet de voyage
14
juin

Après avoir profité de la côte et notre date de passage au Pérou se rapprochant, on file direction Cuenca. D'après pas mal de personnes, il s'agit de la plus jolie ville d'Équateur.

On choisit donc d'aller y passer quelques jours. Étant pas mal fatigués en ce moment, on profitera surtout de notre passage dans cette ville pour nous reposer. Oui même si on peut imaginer le "voyage" comme des "vacances", ce n'est pas toujours de tout repos 😉.

Tout ça pour dire, qu'on n'aura pas fait beaucoup de choses à Cuenca. Mais, on peut quand même confirmer le fait que ce soit la plus jolie ville du pays !

Enfin durant ces 3 jours, on se sera tout de même un peu perdus dans ses rues, on aura longé sa rivière et profité un peu de son ambiance festive en soirée. Et question nourriture on aura surtout mangé de la pizza et du pain ! Vivement le Pérou qu'on retrouve une alimentation un peu plus variée 😄.


Cuenca

Après Cuenca, direction Vilcabamba un charmant village situé au milieu des montagnes. L'auberge où nous logeons se trouve sur les hauteurs de celui-ci. De la terrasse, on peut admirer les montagnes aux alentours et notamment Mandango, une montagne sacrée aux allures de corps humain allongé ! La vue y est magnifique et il s'agit de l'endroit parfait pour continuer à reprendre des forces avant de changer de pays !!

Et pour la petite anecdote : c'est la première fois de notre voyage qu'on aurait pu prendre un bon bain. Oui qu'on aurait pu parce qu'on n'a pas eu d'eau pendant 3 jours 😅. Vivement nos prochaines sources thermales !!


** À savoir : même si nous avons simplement profité du centre du village, il y a des choses sympas à faire dans le coin comme gravir des montagnes ou aller se baigner aux cascades 😉.

** Pour info : Nous avons logé à la Casa Caracola. Il s'agit dune maison tenue par un jeune couple très sympa ! On s'y sent comme chez soi !! Ils sont sur booking, 20$ la nuit.


Vilcabamba - La casa Caracola

Après ce mois et demi passé en Équateur, il est temps pour nous de partir au Pérou !

Nous avons passé de très bons moments dans ce pays notamment du à toutes les belles rencontres qu'on a pu y faire et les retrouvailles avec Franck mais il est temps à présent, pour nous de filer à la découverte de notre avant dernier pays et on compte bien en profiter un maximum !

(Matthieu a ouvert un carnet de voyage pour le Pérou, comme il l'a fait pour l'Equateur et les autres pays. On vous met le lien dans le prochain article.)

Hasta luego todos !

Besitos 😊

8
juin

Après avoir quitté l'Amazonie, on est retourné voir Francky et Estefania à Quito le temps d'un weekend avant de prendre un bus de nuit en direction de Puerto Lopez. Ce trajet de 8h30 n'a pas été des plus agréables. Avec la musique à fond toute la nuit, c'est assez fatigués que nous sommes arrivés à Puerto Lopez à 5h30 du matin. On a attendu une heure dans le terminal que le jour se lève et croyez-le si vous voulez, à cette heure là, il y a déjà des guides bien insistants pour vous vendre des tours pour aller voir les baleines... Après un bon petit déjeuner en ville, on est partis rejoindre la famille des Hautes Alpes rencontrée à Quilotoa. Nous les avons rejoints dans un hôtel très agréable situé à 10km de Puerto Lopez, à las Tunas.

** Hôtel Viejamar: 9$ en dortoir avec petit déjeuner, piscine et plage au pied de l'hôtel, parties communes très agréables et cuisine à disposition **

Puerto Lopez et Hotel Viejamar

Entre 2 baignades, on a été voir la playa de los Frailes située à 15km au Nord de Puerto Lopez. Cette plage est vraiment magnifique. Juste à côté, on trouve d'autres plages plus petites et rocailleuses envahies de crabes. Il y a aussi plusieurs miradors tout au long de la boucle que l'on peut faire à pied.

** playa los Frailes: taxi ou bus. attention, la plage ferme à 16h et les plages à proximité encore plus tôt **

Playa de los Frailes

Ensuite, on a décidé de partir à pied le long de la plage de las Tunas pour rejoindre Olon. On souhaitait trouver des coins sauvages pour camper. Ça ne s'est pas passé comme on pensait. Arrivés à Ayampe, on a essayé de prendre un chemin qui s'est vite transformé en galère à cause de la déclivité et des chiens agressifs rencontrés en chemin. On a alors dû marcher un moment le long de la route avant de refaire une tentative sur un autre chemin. Mais celui-ci était encore une vraie montagne russe et avec l'ensemble de nos affaires sur nous + eau et provisions (15kg pour Carine et 19kg pour moi), c'était un peu trop extrême. Finalement, c'est un taureau qui nous a dissuadé d'aller plus loin. On a regagné la route en passant par un champ (avec une belle chute de Carine au passage) et on a pris un bus pour rejoindre la prochaine plage. Et C'est à ce moment là qu'on a compris qu'on ne pourrait pas camper, le front de mer étant assez urbanisé. 😦 On est donc partis dormir à Olon complètement épuisés après avoir marché une quinzaine de kilomètres.

Entre las Tunas et Olon

Pour terminer notre séjour sur la côte Équatorienne en beauté, on est retournés à Puerto Lopez pour faire l'excursion à l'île de la Plata et voir si possible des baleines. Même si c'est le début de la saison, il est possible d'en voir. On sait que 3 jours d'affilée en début de semaine, les gens avaient vu des baleines. On était donc assez confiants. Malheureusement, la chance n'a pas été avec nous ce vendredi et nous n'avons vu aucune baleine. Passés la déception, on a quand même passés une chouette journée qui s'est déroulée de la manière suivante:

- 42km, 1h15 de bateau pour y accéder

- 2 heures de marche sur l'île de la Plata

- repas et session de snorkelling

- retour sur Puerto Lopez avec recherche infructueuse de baleines.

** Tour à 35$ négocié à 30$ avec Aventuras la Plata **


Sur l'île de la Plata, on a vu des fous à pattes bleues et des fragates. Ensuite, on a enfin vu des tortues de mer adultes (On avait vu des bébés au Nicaragua). Et j'ai testé le snorkelling. Je regrette de n'avoir pas testé plus tôt pendant notre voyage. C'est assez magique de voir les fonds marins avec une multitude de poissons, d'étoiles de mer et de coraux. Par la suite, on a aperçu des raies manta. 😀

Isla de la Plata

Puerto Lopez est une ville assez agréable et tranquille avec de nombreux pêcheurs qui viennent décharger et vendre leur pêche directement sur la plage. C'est ici qu'on a acheté des calamars. Une 1ère pour nous qui n'avons jamais cuisiné ce produit de la mer. Un délice!

Le dernier soir, on a retrouvé à l'occasion d'un repas la famille de Québécois rencontrée en Amazonie. Superbe soirée où on s'est promis de leur rendre visite pour essayer de voir des baleines au Québec. 😀


Prochaine étape à Cuenca.

Hasta luego! 😉

31
mai

Ce matin, nous quittons la petite famille française et Baños direction la selva "la jungle" pour quelques jours.

À vrai dire, nous ne savons pas très bien à quoi nous attendre. J'ai entendu parler de cette petite communauté par une voyageuse et le tarif à la journée nous a tout de suite séduit **.

Nous retrouvons Carlos et sa femme Maria au terminal de bus de Puyo, quelques courses et hop on embarque direction l'Amazonie.

Après une heure de route, la dernière étape pour accéder au "terrain" est la traversée de la rivière. Cela se fait à l'aide d'une tarabita manuelle. Il faut donc s'aider de ses bras pour accéder à l'autre rive. Ça nous met tout de suite dans l'ambiance 😊. Et quelle bonne surprise en arrivant de l'autre côté : nous allons vivre 3 jours au milieu de cette nature, de cette jungle, une vie simple et riche en découvertes.


Cabañas Ecoiwia

Maria nous concoctera alors un bon petit repas avant que nous partions à la découverte de la selva avec Carlos, chaussés de nos bottes. Sur le chemin, Carlos nous fera découvrir les bienfaits de certaines plantes médicinales. Nous croiserons quelques insectes, une grenouille ; pas bien grande... Et pour clôturer cette jolie balade, Carlos nous emmènera à un point de vue d'où l'on peut admirer l'étendue de cette jungle. La vue y est incroyable ! Nous rentrerons ensuite au terrain nous reposer un peu avant de profiter d'un bon petit repas à base de poisson cuit sur le feu, dans une feuille de bananier, éclairé à la bougie. Ici, on retrouve les petites choses simples de la vie et ça fait un bien fou.


Réveil naturel pour cette nouvelle journée qui nous attend : ce matin il pleut à torrent ! Avant de démarrer notre première activité du jour, nous prenons notre petit déjeuner tranquillement dans l'espoir de laisser à la pluie le temps de se calmer un peu.

Ce matin, c'est avec Bosquo, le fils de Carlos que nous partons en balade. Sur le chemin, il ne manquera pas de partager avec nous son savoir concernant les plantes médicinales. Avez - vous déjà entendu parler du Sangre del dragon "Sang du dragon" ? Il s'agit d'un arbre qui contient un liquide rouge, comme du sang, lorsqu'on l'applique sur notre peau ce liquide se transforme en pommade blanche. Celle-ci est très bonne pour soigner les infections de peau et calmer les demangeaisons liées aux piqûres d'insectes...

Bosquo nous fera également goûter l'eau d'une liane (dont on ne se souvient malheureusement pas du nom), cette eau est très bonne contre le diabète et aurait aussi comme bienfait de nettoyer le sang et l'organisme.

Il nous montrera également des fruits très bons contre la malaria, des plantes utilisées pour tous types de maux du quotidien et d'autres pour chasser les mauvais rêves... Toutes ces découvertes nous feront complètement oublier la pluie qui s'abat sur nous depuis deux bonnes heures 😅. On continue à prendre conscience à quel point la nature peut être riche.

Et puis à un moment, Bosquo nous demande si nous avons déjà goûté du coeur de palmier nous lui répondons que non. Il part alors un peu plus loin, on entend plusieurs coups de machette et là on voit... un palmier tomber "tout va bien ?" je lui cris en espagnol il me répond "oui, oui" d'une voix très calme et on le voit revenir quelques secondes après avec un bon morceau de coeur de palmier qu'il nous offrira avec plaisir.

Pour clôturer cette jolie balade, Bosquo nous proposera de redescendre la rivière en pirogue. Bien sûr, nous acceptons sans attendre ! Sans savoir qu'une pirogue ce n'est pas très stable 😄. Cette matinée aura été très riche en découvertes et en partages.

Il est temps à présent de reprendre des forces. C'est au milieu de notre repas que l'on voit arriver une petite famille de québécois. Il ne se passera pas plus de quelques minutes avant que l'on ne se mette à discuter tous ensemble. Carolyne et Patrick sont partis sur la route il y a quasi un an avec leurs quatre filles âgées de 5 à 11 ans.

Après le repas, le soleil revenu, rien de mieux qu'une bonne partie de foot tous ensemble. Les enfants de Bosquo se mêleront également à la partie. Les glissades et les rires s'enchaîneront tout au long de cette belle partie ! 😄

Après ce moment "détente", c'est au tour de cette famille d'aller découvrir la selva. Nous, nous resterons avec Bosquo au "terrain" découvrir l'art de chasser avec une sarbacane après avoir fabriqué une flèche, en utilisant seulement un brin de tige de palmier.

Nous passerons la fin de la journée à discuter, rire, jouer aux cartes, dessiner pour les enfants... Une chouette ambiance règne ici ! On s'y sent vraiment bien !


Pour cette dernière journée, Carlos et Bosquo nous réservent une matinée pleine de découvertes. Cette fois - ci c'est tous ensemble que nous partons en balade. Tout d'abord, nous marcherons durant presque une heure et demie dans la jungle, ici les bottes sont de rigueur ! Puis nous ferons une première halte dans un village où se trouve une école, Matthieu y donnera son premier cours 😊. Nous irons ensuite retrouver une amie de la famille afin de goûter un alcool local à base de 7 plantes. Puis c'est en jeep que nous partirons en direction d'une cascade.

Cette cascade a une histoire : auparavant, les incas venaient se baigner ici pour se purifier, nettoyer leur corps et leur âme. Aujourd'hui, des shamans utiliseraient encore cette eau pour guérir les personnes malades.

Après cette baignade, Carlos et Bosquo nous proposerons d'aller voir des caïmans. Nous passerons ensuite par un autre petit "village" plein de charme puis nous terminerons cette belle matinée, à trinquer une fois de plus aux rencontres ! Nous rentrerons ensuite au terrain, et surprise : pendant que nous nous balladions, Maria en a profité pour pêcher du poisson dans la rivière et nous le cuisiner 😊. C'est délicieux !


Après ces trois jours passés ici, on ne vous cache pas que c'est dur pour nous de partir. Ce qu'on a vécu ici était vraiment fort et restera l'un des meilleurs souvenirs de notre voyage !


** Pour info : Allez-y les yeux fermés, cette petite communauté a vraiment plaisir de vous faire découvrir leur mode de vie. Si je devais donner 3 mots représentatifs de ces moments vécus ici ce serait : gentillesse, partage & joie de vivre. Et étant donné qu'ils ne passent pas par une agence, le prix à la journée qu'ils proposent est plus qu'intéressant : 35$ tout compris. N'hésitez pas à aller jeter un oeil à leur page fcb et à leur site internet : Cabañas Ecoiwia !!


Bon, comme certains le savent peut-être, nous ne sommes pas à jour dans nos articles 😅. Depuis l'Amazonie, nous avons été repasser 2/3 jours à Quito et cela fait 5 jours maintenant que nous sommes sur la côte.

Promis, le prochain article arrive très vite !

Hasta luego !

Besitos 😊

28
mai

Baños est une ville de 15 000 habitants située au pied du volcan Tungurahua. Ce volcan actif qui culmine à 5000m alimente les nombreuses thermes qui sont présentes dans la ville. On a vraiment apprécié se détendre dans les différents bassins (chaud, tiède, froid) en fin de journée la nuit tombée.

** bassins de la virgen: 2$ en journée, 3$ le soir, ferme à 21h, tout proche du centre de baños ; bassins el Salado: 3$, ferme à 20h, à 1.5km en montée du centre de Baños. Attention, il y a foule le weekend **

À Baños, on a retrouvé nos nouveaux amis rencontrés sur la randonnée de Quilotoa. On a encore passé de supers moments ensemble notamment à faire des soirées crêpes dans la cuisine terrasse de l'hôtel où l'on dormait. Un petit goût de France en Équateur.

** Hôtel Chimenea: 7.5$ en dortoir ou 20$ la chambre double, avec piscine et cuisine, terrasse sur le toit. **

Côté visite, on s'est laissé tenter par la Casa del Arbol. Sur le papier, c'était une magnifique balançoire suspendue à un arbre d'où l'on pouvait se balancer dans le vide avec une magnifique vue sur le volcan. En vrai, c'est un endroit très très touristique où la fameuse balançoire n'est pas tant dans le vide que ça. Et c'est plus un jeu de qui va faire la queue pour faire LA photo. Un peu déçus surtout que le volcan en face était bien dans les nuages. Néanmoins, on s'est bien marrés dans notre bus chivas son et lumière et les paysages sur la route sont sublimes.

** Casa del Arbol: bus à l'angle des rues Calle Pastaza - Vicente Rocafuerte, 2$ A/R, dernier bus à 16h ; entrée Casa del Arbol: 1$ **


Casa del Arbol

Le lendemain, on s'est attaqués à la route des cascades qui relie Baños à Puyo sur 61km. C'est quasi exclusivement de la descente jusqu'à la cascade la plus impressionnante, el pailón del Diablo (17km). Sur la route, on passe devant une multitude de cascades, de tyroliennes, de tarabitas (sorte de nacelle téléphérique). Mais comme on n'était pas rassurés au niveau sécurité, on est restés sagement sur nos vélos...😉

Route des cascades

Ces cascades sont déjà très impressionnantes mais ce n'est rien à côté de notre dernière découverte de la journée: el pailón del Diablo. Il y avait 2 sentiers de randonnée pour accéder à la cascade. On en a choisi un au hasard sans savoir s'il y avait une différence. En fait, il y en a un qui arrive au dessus de la cascade avec plusieurs ponts suspendus et un qui arrive au dessous. C'est ce dernier qu'on a pris. Imaginez vous approcher à 20cm d'une cascade de 80m de haut avec un débit hallucinant, après avoir presque rampé pendant 50m sur un chemin creusé à même la roche. 😀 Le bruit, la puissance (la douche gratuite), ça nous a fait un peu flipper. Sensations garanties. On n'a pas de photos de l'endroit au plus près de la cascade car l'appareil aurait été complément noyé et c'était tellement angoissant qu'on a dû y rester 5 secondes.

** location de VTT (bon matériel) - 5$ la journée; pailón del Diablo: 2$; camionnette pour ramener les vélos à Baños depuis pailón del Diablo: 2$ **

Pailón del Diablo.

Prochaine étape: 3 jours en Amazonie...

Hasta luego! 😉

26
mai

Pour préparer cette randonnée de plusieurs jours, on pose nos affaires à Latacunga, bourgade de 100 000 habitants située à proximité de la lagune de Quilotoa et du volcan Cotopaxi. Ce dernier culmine à quasi 5900m. Il est possible d'accéder à son sommet mais avec un guide et du matériel d'alpinisme ce qui rend son ascension un peu onéreuse (200$). Entre les nuages, on a quand même eu la chance d'apercevoir son sommet enneigé et sa forme parfaite. Par contre, on est loin des photos trouvées sur Internet où il est entièrement dégagé avec un ciel bleu sans nuage. Ça ne doit pas être la bonne saison.

** Hôtel Nacional - 20$ la chambre double négociée à 18$ - consigne gratuite pour les bagages **

C'est donc délesté de la majeure partie de nos affaires et avec notre petit sac à dos de 20l que nous partons à "l'aventure". Je mets aventure entre guillemets car initialement on pensait camper mais le temps changeant de l'Equateur nous en a dissuadé. Mais c'est surtout l'offre d'hébergements de qualité et bon marchés tout au long de la randonnée qui nous a convaincu. Pour environ 15$ par personne, il est possible de dormir en chambre/dortoir avec la demi-pension incluse (repas du soir et petit déjeuner). 😀 Ne vous encombrez pas de sacs de couchages, les hôtels mettent à disposition de nombreuses couvertures pour dormir au chaud. À Quilotoa, il y a même des poêles à bois dans les chambres.

On a d'abord pris le bus de 9h30 de Latacunga à Sigchos. Après un almuerzo rapide, on s'est mis en route pour notre 1ère journée de randonnée, la plus facile. On a décidé de partir de Sigchos et non de Quilotoa pour ne pas commencer par le "clou du spectacle" même si la difficulté est bien plus importante dans ce sens.

Jour 1: Sigchos - Isinlivi : 11km ; 500m de D+ ; 4h

Le trajet est assez bien indiqué à part sur la dernière partie (Après avoir traversé la rivière). Demandez aux riverains pour ne pas vous tromper et consultez l'indispensable Mapsme. Les paysages montagneux sont déjà très beaux mais de manière générale ça va aller crescendo au fil des jours. Une bonne mise en bouche pour se remettre en forme.


J1 - Sigchos-Isinlivi

Arrivé à l'hôtel, on fait la connaissance d'une famille Française en voyage. Pedro et Maé, les navigateurs partis du Portugal depuis 8 mois en bateaux stop, ce qui les a conduit au Maroc, au Cap Vert, en Martinique, au Panama et enfin en Colombie. Naomie, partie elle depuis 3 mois de Bolivie en passant par le Pérou. Hélène, la maman baroudeuse de Maé et de Naomie, venue partager un bout de leur voyage en Équateur. Le courant est tout de suite bien passé avec tout ce beau monde et on a continué la randonnée vers Quilotoa ensemble.

** Hostel Taita Cristobal: 15$/personne en demi pension - personnel très sympa et repas excellents et copieux **


Jour 2: Isinlivi - Chugchilán : 13km ; 600-700m de D+ ; 6h

Sentier bien indiqué tout le chemin. L'hôtel nous avait donné un plan mais on en a pas eu besoin et il ne semblait pas vraiment à l'échelle. 😀

On a enchaîné les paysages grandioses tout au long de la journée passant d'un versant à un autre.

J2 - Isinlivi - Chugchilan

** Hôtel el Vaquero: 15$/personne en demi pension - personnel au top et repas excellents et copieux, avec une vue incroyable sur la vallée **


Jour 3: Chugchilán - Quilotoa: 15km ; 1400-1500m de D+ ; 8h - le jour J

Deux itinéraires existent pour atteindre la lagune de Quilotoa depuis Chugchilán. On choisira celui qui passe par le petit village de Guayama San Pedro. Le parcours est assez physique avec 800m de D+ sur 8km. Mais l'effort est vite récompensé par la découverte de la lagune de Quilotoa. Cette lagune volcanique est une vraie merveille dont les tons bleus-verts évoluent en permanence en fonction des rayons du soleil.

Pour profiter à fond de ces paysages grandioses, on a continué la randonnée en faisant le grand tour (7km en prenant à gauche contre 3km de l'autre côté). On a souffert, le parcours étant loin d'étre plat. On est passé sur le pic le plus haut de la lagune de Quilotoa à 3930m. Les photos parleront mieux que de longues explications.


J3 - Chuchilán - Quilotoa

** Hôtel Chikirawa: 18$/pers avec demi pension - personnel peu à l'écoute et nourriture insipide - à éviter **

Cette randonnée est une des plus belles réalisées depuis le début de notre voyage. N'hésitez surtout pas à la faire!


Hasta luego! 😉

20
mai

À Quito, nous avons retrouvé Franck et sa copine Estefania. Franck est un copain de fac qui est installé à Quito depuis 3 ans. On a visité un peu Quito mais on a surtout profité de ces retrouvailles entre copains pour faire un peu la fête et partager leur quotidien.

Quito est une grande ville entourée de montagnes/volcans et avec un centre historique colonial très bien conservé. La ville est située à 2850m d'altitude et le climat est très changeant. On avait l'ambition de prendre le téléphérique et de monter jusqu'en haut du volcan Rucu Pichincha mais les mauvaises conditions météo nous en ont dissuadées.

Quito

À deux heures de Quito se situe Mindo, petite bourgade perdue au milieu des montagnes. Mindo est située à 1200m d'altitude et dispose d'un climat tropical. On a aimé se ballader sur les hauteurs de Mindo en pleine nature.

On a notamment visité la Tarabita, un site accessible en "téléphérique" et situé à 7km de Mindo. Pour y accéder, il faut prendre une nacelle à ciel ouvert qui passe au dessus d'une forêt tropicale. Cette nacelle fonctionne grâce à un moteur à la Mad max activé par une pédale... sensations garanties. De l'autre côté de la montagne, on trouve des sentiers de randonnée qui permettent d'accéder à 7 cascades différentes. Même si on a eu pas mal de pluie sur la fin de notre visite, cette randonnée de 22 km aura été bien agréable.

** Pour info : prix de l'entrée à la Tarabita 5$**

La tarabita et ses cascades

Sur la route en direction de Quito, on s'est arrêtés à Mitad del Mundo. Ce lieu très touristique abrite plusieurs musées et monuments situés plus ou moins sur la ligne de l'Equateur. Le plus célèbre est le monument construit à l'emplacement déterminé à la suite des travaux menés par le Français Charles-Marie De la Condamine au XVIII ème siècle. Cependant, les relevés GPS indiquent que la ligne de l'Equateur passe 300m plus au Nord.

Monument Mitad del Mundo

On a donc préféré aller visiter le musée Intiñan situé à quelques centaines de mètres et qui explique certains phénomènes que l'on rencontre sur la ligne de l'Equateur. Voici quelques exemples:

- on pèse moins lourd (environ 1kg du fait de la gravité plus faible car on est plus éloigné du centre de la Terre en étant au niveau de l'Equateur )

- l'eau s'écoulerait sans tourbillon et dans des sens opposés que l'on soit dans l'hémisphère Nord ou Sud.

FAUX - apparemment c'est un tour de passe passe fait par les guides, en fonction du côté par lequel ils remplissent le lavabo. On y a cru jusqu'à chercher la confirmation sur Internet.

- on peut poser un oeuf à priori sans trop de difficulté sur un clou (nous on n'a pas réussi mais d'autres si).

- il est très difficile de garder l'équilibre sur la ligne de l'Equateur. L'expérience consiste à avancer pas à pas les yeux fermés et les bras écartés. Il est impossible de faire plus de quelques pas sans perdre l'équilibre.

À part ces expériences intéressantes, le musée est un mélange de différents éléments dont on ne voit pas bien ce qu'ils viennent faire là. Des maisons de civilisations anciennes, une reconstitution de tombe, une partie sur le cacao, difficile de voir le fil conducteur. Néanmoins, on a passé un bon moment jusqu'à... ce qu'on retrouve nos sacs à dos complètement noyés. Et pour cause. La salle de "stockage" où on nous a fait mettre nos sacs à dos n'était pas vraiment un endroit à l'abri des intempéries. On n'a pas fait attention en posant nos sacs mais il y avait une gouttière au bout de la pièce... 😦

** Pour info : prix de l'entrée au musée Inti Ñan: 4$ **

Musée Inti Ñan

Maintenant direction Latacunga pour faire la boucle de Quilotoa (randonnée de 3 jours)


Hasta luego! 😉

9
mai

Après San Agustin, on se dirige vers la frontière Colombie-Équateur, par le passage d'Ipiales. Pour minimiser l'attente à la frontière, on y va pour 5h30 du matin. Il y a déjà pas mal de monde à cette heure matinale, quasi exclusivement des Vénézuéliens qui fuient la misère dans leur pays.

Assez rapidement, on discute avec Ali, un jeune Vénézuélien d'une vingtaine d'années. Il part à Lima au Pérou pour essayer de trouver un travail et pour envoyer de l'argent à sa femme enceinte restée au pays. Malgré celà, Ali garde le sourire et une énergie incroyable.

Après 1h d'attente pour obtenir le tampon de sortie du territoire Colombien, nous nous dirigeons ensemble vers l'entrée de l'Équateur. Pendant ces 2h d'attente, nous avons rencontré tout un groupe de Vénézuéliens se dirigeant eux aussi vers le Pérou. Ils ont tous une pêche incroyable malgré leur situation difficile. Ils nous en ont appris un peu plus sur la situation de leur pays. Le président, Nicolá Maduro s'accroche au pouvoir et à sa politique qui laisse une grande majorité de la population dans un désarroi le plus total. La monnaie, le Bolivar Vénézuélien, ne vaut quasiment plus rien. Le gouvernement peine à importer les biens de première nécessité (médicaments, nourriture...). Et plutôt que de se remettre en cause, Maduro crie au complot organisé par les USA et la Colombie pour l'écarter du pouvoir.

Les Vénézuéliens que nous avons rencontrés espèrent revenir un jour au pays mais seulement lorsque Maduro aura laissé sa place. Aujourd'hui, environ 5000 Vénézuéliens fuient leur pays chaque jour...

De ce passage de frontière, nous retiendrons une belle leçon de vie donnée par ces Vénézuéliens courageux qui cherchent un avenir meilleur.

Frontière Colombie Équateur

Notre 1ere étape en Équateur se situe à Otavalo. Cette ville est réputée pour son marché artisanal et pour ses lagunes volcaniques situées à quelques kilomètres. L' Équateur est un pays très volcanique avec 84 volcans dont 27 actifs.

Durant notre séjour à Otavalo, nous dormirons dans un hôtel qui ne manque pas de charme.

** Hôtel Valle del Amanecer : 14$ par personne négocié à 10$ (avec petit-déjeuner) **

Hotel Valle del Amanecer - Otavalo

La lagune de Cuicocha est située à 15 kilomètres d'Otavalo. C'est une lagune volcanique perchée à 3100m d'altitude et dont il est possible de faire le tour (4-5h, 14km). Nous n'avons pas fait le tour mais nous en avons quand même pris plein les yeux. Les 2 îles situées au milieu de la lagune ainsi que les différentes teintes de bleu de l'eau rendent l'endroit magnifique.

** Pour accéder à la lagune: prendre un bus pour Quiroga (0.7€) puis un taxi (5$). Si le taxi retour vous pose un lapin (comme pour nous), faites du stop 😉 **

Laguna de Cuicocha

Pour notre dernier jour à Otavalo, nous sommes passés entre les averses pour aller voir le fameux marché. Cependant, le "vrai" jour du marché est le samedi, jour pendant lequel une grande partie de la ville est occupée par le marché. Le reste de la semaine, le marché artisanal est concentré sur une grande place. Nous y sommes brièvement passés pour 2 raisons:

- nous étions les seuls touristes et il était impossible de s'arrêter devant un stand sans se faire alpaguer par un(e) vendeur(se).

- ce marché ne semble pas si artisanal que ça, ou alors l'artisanat est produit à la chaîne ici...

Vous l'aurez compris, il sera difficile de surpasser le marché de Chichicastenango (Guatemala) qui reste un gros coup de coeur pour nous. 😀

Marché artisanal et Otavalo

À l'heure où nous écrivons cet article, cela fait 5 jours que nous sommes à Quito. On a retrouvé Franck, un copain Français installé ici depuis 3 ans. On vous raconte tout ça dans un prochain article!

Hasta luego! 😉