Carnet de voyage

Locasaventuras

46 étapes
232 commentaires
55 abonnés
Dernière étape postée il y a 5 jours
 avec 
C
Carine
Voyage en couple d'un an en Amérique Latine, du Mexique à la Bolivie. Voyageant avec un petit budget, nous partagerons volontiers nos bons plans sur les visites, transports, hôtels...
21 septembre 2017 au 31 octobre 2018
58 semaines
Partager ce carnet de voyage
14
janv
14
janv

On continue d'explorer l'île d'Ometepe en allant à la découverte de Ojo de Agua. Il s'agit d'une piscine naturelle dont l'eau jaillit d'une source souterraine qui part du volcan Maderas. L'eau est limpide et la grandeur du site fait qu'on n'est pas tassés les uns sur les autres. En plus, le site est dans un cadre naturel préservé et dispose de deux petits sentiers de randonnée très agréables. On a encore eu la chance de voir de nombreux singes. Il y en a même un qui est resté plus d'une heure dans un arbre situé à quelques mètres au dessus de la piscine. On peut facilement passer la journée dans ce cadre idyllique.

** Ojo de Agua : 150 Cordobas ; bus toutes les heures depuis Altagracia

Ojo de Agua

Dans l'après-midi, on s'est dirigés vers la plage la plus réputée de l'île d'Ometepe; la plage Santa Domingo. Cependant, à cause de la saison des pluies intense de 2017, la plage est complètement recouverte par l'eau du lac.

Playa Santa Domingo

Après une autre nuit à Altagracia, on est partis en direction de Merida, sur une des parties les plus sauvages de l'île. D'ailleurs, il n'y avait pas de bus pour y aller. On s'est fait une petite marche de 5km en pleine nature pour rejoindre l'hôtel, entrecoupé par 1km en pick-up! 😀 Après une bonne baignade dans le lac,on est parti manger du poisson dans un petit restaurant situé juste en face du lac. Cette île est vraiment incroyable.

plage à côté de Monkey Island

Le lendemain, on s'est levés tôt pour aller grimper le volcan Maderas qui culmine à presque 1400m. Quelle ascension! 17km en tout - départ 7h15 retour 16h45. Le début est assez facile mais les deux derniers kilomètres sont très compliqués et ressemblent plus à de l'escalade qu'à de la randonnée (700m de dénivelé positif sur les 2 derniers kilomètres), le tout la tête dans les nuages! ça a été difficile pour Carine, physiquement et mentalement mais elle a réussi à dépasser ses limites. La descente a finalement été plus comique qu'autre chose, impossible de compter toutes les fois où on a failli tomber et où on s'est rattrapés à aux branches et autres in extremis. Le chemin est vraiment magnifique, au milieu d'une forêt humide. Malheureusement, la météo n'était pas vraiment de la partie. En arrivant en haut, on ne distinguait rien, même pas la lagune située à quelques centaines de mètres en dessous. C'est en redescendant que le temps s'est dégagé et qu'on a pu profiter d'une des plus belles vues de notre voyage!

Ascension du volcan Maderas

De retour à l'hôtel, on est allés se baigner au moment du coucher de soleil et on a partagé la joie d'un local qui avait pêché un gros poisson avec seulement du fil de pêche et un hameçon. Encore une fois un moment simple mais magique!

Pour notre dernier jour sur l'île d'Ometepe, nous sommes retournés au port principal d'où partent les ferrys pour le continent, à Moyogalpa. Nous y avons fêté nos 8 ans dans un restaurant Mexicain tenu par Jean, un Américain d'origine Africaine installé ici depuis 2 ans et qui parle très bien français. En plus d'avoir très bien mangé, on a fini la soirée à refaire le monde en sa compagnie autour d'une liqueur de café offerte gracieusement pour l'occasion. Un très bon moment de convivialité!

** Restaurant Picante, Moyogalpa, plats à environ 200 Cordobas.

À Moyogalpa pour nos 8 ans!

Maintenant direction Popoyo où nous allons retrouver un ami français d'un ancien collègue qui est parti s'installer au Nicaragua avec un projet touristique de construction de cabanes au bord du Pacifique. ça ne va pas nous faire de mal de bosser un peu! 😀

Hasta luego!

10
janv
10
janv
Publié le 13 janvier 2018

Voilà déjà quelques jours que nous sommes posés ici et profitons pleinement de ce petit havre de paix.

L'île d'Ometepe est une île qui se trouve sur le lac Cocibolca d'une 40aine de kilomètres de longueur et sur laquelle se trouve deux volcans : le volcan Concepcion et le volcan Maderas.

Ici, il fait bon vivre ! La vie y est très paisible.

Afin d'en profiter un maximum, nous choisissons de passer une semaine ici.

Lundi 7, direction la Punta Jesus Maria où nous installerons notre tente pour la nuit (première nuit gratuite du voyage 😀). Malheureusement n'ayant pas eu beaucoup de chance avec les bus et autres ce jour-là, nous arriverons après le coucher de soleil. Nous avons tout de même réussi à prendre deux, trois photos avant qu'il ne fasse totalement nuit 😉, les voici... accompagnées d'une petite photo prise le lendemain matin.


La Punta Jesus Maria - Ometepe

Mardi 8, direction la réserve Charco Verde mais pour attraper un bus ici ce n'est pas chose facile. Je reparlerai de cet aspect un peu plus loin dans l'article. Après avoir patientés un bon moment, nous arrivons enfin devant l'entrée de la réserve mais ayant nos sacs à dos avec nous, nous préférons aller les déposer à l'hôtel avant de partir à la découverte de ce lieu.

Ce soir, nous logeons dans un hôtel grand luxe : vue sur le lac avec piscine, on a rarement dormi dans un cadre comme celui-ci mais pour respecter notre budget nous dormirons une nuit de plus sous la tente 😉.


** Hôtel Chico Largo : 750 cordobas la chambre, 300 cordobas pour pouvoir y installer sa tente et profiter de la piscine.



Puis nous partirons pour quelques heures de balade dans la réserve Charco Verde. Cette réserve est très riche de par sa flore et sa faune également. On y trouve un endroit couvert dans lequel vivent une multitude de papillons ainsi que des tortues d'eau douce, un jardin très fleuri et une partie beaucoup plus sauvage qui offre plusieurs sentiers de randonnée et vues sur le lac et les volcans ainsi qu'une jolie petite plage.

On aura également la chance de pouvoir y observer des singes profitant pleinement de leur liberté et d'en croiser aussi sur notre chemin. On vous laisse découvrir tout cela à travers nos photos.


** Entrée à la réserve Charco Verde : 150 cordobas/personne


Réserve Charco Verde : singes, bananiers, arbre à papayes, cacaotiers...

Mercredi 9, nous posons nos affaires à Altagracia, où nous passerons deux nuits dans un vrai lit cette fois 😊. Il s'agit de la deuxième ville la plus importante de l'île d'Ometepe (7000 habitants sur les 40000 habitants de l'île). L'après-midi, on part à la recherche de plusieurs plages qui se trouvent non loin d'Altagracia. Pour y accéder, nous prenons divers chemins, croisons plusieurs locaux plus souriants les uns que les autres et passons au milieu de champs de bananes qui recouvrent une bonne partie de l'île... Toutefois, nous ne nous baignerons pas ce jour-là suite à la saison des pluies, la hauteur du lac est plus importante ce qui réduit considérablement la largeur des plages.


Quelque part sur l'île d'Ometepe

Comme dit au début de cet article, pour se déplacer sur l'île d'Ometepe il ne faut pas être pressé. Certes, nous aurions pu louer un scooter pour aller et venir où nous voulions mais pour respecter notre budget et être au plus près de la vie locale nous préférons privilégier les bus locaux. Et en attendant le bus, on profite de l'instant présent, on s'amuse avec les enfants, on échange quelques mots avec les locaux, on observe les singes passer à quelques mètres de nous et quand il n'y a pas de bus avant quelques heures, on marche et on tente de faire du stop comme on peut... 😉


En attendant le bus...

Pour finir, voici quelques photos prises ici et là.


Hasta luego y besitos !!

7
janv
7
janv
Publié le 11 janvier 2018

Après le nouvel An passé à Granada, nous avons fait une étape à la lagune d'Apoyo située à quelques kilomètres. Cette lagune est au coeur d'une réserve naturelle "préservée". L'eau assez chaude et les centaines de mètres de plage de sable volcanique en font une destination très appréciée des Nicaraguayens, notamment le week-end. L'endroit est vraiment magnifique mais...encore une fois nous sommes confrontés à un problème récurrent: les déchets. Il y a des poubelles partout mais elles sont pour la plupart vides et on retrouve toutes sortes de déchets par terre, même à côté des panneaux indiquant que nous sommes dans une réserve naturelle aquatique. On a vraiment du mal à comprendre comment on peut saccager des espaces naturels aussi grandioses 😦. Néanmoins, on essaiera encore une fois de faire abstraction de ce problème pour profiter de la magie de l'endroit et d'un lever de soleil magnifique.

Lagune d'Apoyo

Après une nuit passée à Apoyo, direction Masaya. Cette ville est située près d'une lagune et d'un volcan, célèbre pour sa lave visible au fond du cratère. Cependant, en raison de la dangerosité du volcan, on ne peut pas y aller à pied ni effectuer les nombreux sentiers de randonnée qui composent la parc volcanique. La seule solution étant de grimper en voiture pour rester maximum entre 5 et 15 minutes (tour de jour ou de nuit) près du cratère avant de redescendre, on décidera de passer notre tour pour cette fois. Mais heureusement, Masaya a bien d'autres atouts. Passé l'agitation du marché et du terminal de bus situés en périphérie de la ville, on découvre une ville tranquille découpée en plusieurs quartiers qui possèdent chacun leur église et leur parc coloré. Il y a aussi un marché artisanal (on serait bien reparti avec un hamac ou avec une céramique mais ça ne passe pas dans le sac à dos 😦) avec une architecture assez originale pour l'Amérique Centrale et qui propose des spectacles de danse traditionnelle le jeudi soir. Et il y a surtout une promenade (le Malecón de Masaya) qui surplombe la lagune et de laquelle on peut admirer le volcan fumant Masaya, la lagune et le coucher de soleil dans un cadre coloré et familial et à proximité du grand stade de base-ball. En plus, on a trouvé un hôtel qui faisait plus penser à une maison qu'à un hôtel et tenu par un local qui parlait très bien français. Tout ceci fait qu'on est restés quatre jours à Masaya sans vraiment voir le temps passer.

Malecón de Masaya
Marché artisanal - Masaya

À quelques kilomètres de Masaya, il y a plusieurs villages appelés pueblos blancos. On a été passer un après-midi dans 3 de ces villages: Catarina, San Juan de Oriente et Niquinohomo. Même si on n'a pas trop compris pourquoi ces villages sont appelées ainsi, on a passé une très bonne après-midi. Catarina est composé de petites rues colorées avec de nombreux artisans et fleuristes. À l'extrémité de la ville, il y a une promenade et un point de vue magnifique sur la lagune d'Apoyo, sur le volcan Mombacho et même sur Granada en arrière plan. Ensuite, on a été à San Juan de Oriente, célèbre pour sa poterie. Carine y serait bien restée prendre des cours pour apprendre à faire de la céramique 😀. Il faut dire que les poteries locales sont splendides. Pour finir, on a fait un pèlerinage dans le village natal du général Sandino, père de la révolution Nicaraguayenne. Chouette après-midi ensoleillée avant de retourner flâner dans les rues de Masaya!

Pueblos Blancos

Pour finir, voici de nouveau quelques photos de Masaya, cette ville colorée et paisible où il fait bon vivre.

Masaya

Prochaines aventures sur l'île d'ometepe, l'île aux deux volcans. 😀

Hasta luego!

2
janv
2
janv

Après León, on part à la découverte d'une autre ville coloniale : Granada. À peine descendus du bus, on ressent tout de suite l'ambiance tranquille mais en même temps animée de cette jolie ville aux couleurs multiples et aux beaux bâtiments.

Journée assez fatigante pour nous, après la descente du volcan Telica et le trajet pour arriver jusqu'à Granada (même si les routes sont bien meilleures ici !!), nous filerons en direction de notre auberge déposer nos affaires et prendre une bonne douche bien fraîche (il n'y a pas d'eau chaude ici mais vu les températures extérieures on s'en passe très bien) avant de repartir manger un morceau dans la rue la plus animée de la ville.

Il s'agit d'une rue piétonne regroupant un certain nombre de bars et de restaurants. À la nuit tombée, les artistes de rues, musiciens et autres l'envahissent. L'ambiance y est très sympa et festive 😀.

Le 31, après une bonne nuit de sommeil malgré une chambre un peu atypique (un carré délimité par des planches en bois dans un coin de l'espace commun, avec une porte murée avec des agglos au milieu de la chambre 😁), on se met en quête d'un restaurant pour fêter le réveillon. On en profite aussi pour se balader dans les rues de la ville, on passe à côté d'un "marché" de feux d'artifice, on grimpe en haut de la cathédrale pour y admirer la vue sur la place principale, on essaie d'aller se balader au bord du lac mais ça devient vite désagréable à cause de milliers de petits moucherons qui volent dans les airs, on décide alors de faire demi tour. La soirée commence et la ville s'anime. On file direction un petit restaurant asiatique puis après avoir bien mangé on part se poser sur la place principale pour admirer les multiples feux d'artifice et fêter la nouvelle année.


Granada

Après une journée plutôt reposante, nous partons à la découverte du volcan Mombacho qui se trouve a une petite dizaine de kilomètres de Granada. Ce volcan est réputé pour ses divers panoramas et sentiers de randonnée.

L'ascension peut se faire à pied ou en minibus. Nous choisissons de la faire... à pied ! pour une question d'économies mais aussi parce qu'une heure et demie de marche, cela nous paraît facile en comparaison à ce que nous avons pu faire jusqu'à présent mais à vrai dire au bout de quelques centaines de mètres on commence déjà à avoir les molets qui tirent et sous les 30/35 degrés qu'il doit faire ce jour-là, on fait moins les malins 😄 et on en voit passer des bus remplis de touristes et on s'accroche et une fois arrivés en haut quel soulagement !

Mais il faut marcher encore un peu avant de découvrir la vue que l'on a de là-haut. La vue des premiers panoramas est "sympa". On distingue l'intérieur du cratère qui est rempli de végétation et au loin le lac Cocibolca et las Isletas (il s'agit d'un archipel de plusieurs centaines d'îlots créé suite à une éruption volcanique). Puis direction le dernier panorama et là quelle surprise, la vue est complètement dégagée. On peut y admirer en plus du lac Cocibolca et des Isletas, le volcan Masaya, la Lagune d'Apoyo et les villes qui se trouvent aux alentours.


** Entrée volcan Mombacho : 5$/personne, si ascension en minibus compter 15$ de plus. Les sentiers sont également payants. Celui que nous avons fait est le sentier El crater, il coûte 2$.


Volcan Mombacho

On a eu beaucoup de chance en redescendant, un couple s'est arrêté à côté de nous pour nous proposer de nous ramener en ville ce qui nous a évité de marcher 5km de plus et de prendre un chickenbus pour rentrer à Granada. Nous avons également pu échanger quelques mots avec eux c'était très sympa 😊.

De plus, nous tenons à préciser que depuis notre arrivée à Granada, nos échanges avec les locaux sont totalement différents. Nous les trouvons beaucoup plus souriants et accueillants !! Peut être que cela venait de nous aussi... difficile à dire ^ ^.


Sur ce, Hasta luego ! Besitos 😊

30
déc
30
déc
Publié le 31 décembre 2017

Le Nicaragua compte 26 volcans sur son territoire, dont un certain nombre sont actifs. Pour notre 4ème volcan du voyage, nous nous attaquons au volcan Telica situé à proximité de León. Ce volcan est beaucoup moins haut que ceux que l'on a grimpé jusque-là. Il culmine à 1061m.

Profitant de l'expérience accumulée lors des treks effectués avec un groupe, nous décidons cette fois-ci de le grimper seuls. Bien sûr après s'être renseignés en amont sur la faisabilité du trek. Nous partons donc avec suffisamment de nourriture et d'eau pour être en autonomie pendant 24h ainsi qu'avec le tracé GPS sur nos portables.

Le départ du trek se fait depuis les hervideros du village de San Jacinto. Ce sont des sources/geysers de boue bouillonnante reliés au volcan. Après avoir vu ça, on ne doute pas que le volcan soit actif. 😀

Hervideros de San Jacinto

Le début du trek est assez facile, légèrement en montée avec pas mal de zones d'ombre. Après avoir dépassé le volcan Santa Clara, le chemin est plus dégagé et exposé au Soleil mais heureusement il y a beaucoup de vent.

Trek San Jacinto - Volcan Telica

Après 2h30, nous arrivons au pied du volcan. La suite du chemin est un peu plus pentue et difficile surtout à cause de la chaleur (plus de 30 degrés). La dernière partie est plus plate et finalement au bout de 5h, nous arrivons en haut du volcan. La vue est superbe et l'arrivée près du cratère fumant est magique et légèrement inquiétante! L'odeur de souffre est omniprésente et on ne peut pas rester longtemps au bord du cratère sans avoir les yeux et la gorge qui piquent. Le cratère fait 200m de profondeur.

** Entrée hervideros San Jacinto: 60 Cordobas

Parc national volcan Telica: 90 Cordobas

Cratère du volcan Telica

Après avoir admiré le cratère, on a été préparer notre campement et on a profité tranquillement du coucher de soleil dans cet endroit idyllique.

Un endroit magique

Après le coucher de soleil, on est retourné voir le cratère pour voir la lave. On en avait vu en grimpant l'Acatenango mais la voir d'aussi près, c'est impressionnant!

Lave au fond du cratère

Après une courte nuit à cause du vent qui soufflait très fort, réveil à 5h30 pour admirer le lever de Soleil.

Lever de Soleil, volcan Telica

Après 3h de descente sous la chaleur et le soleil, nous sommes retournés à León récupérer une partie de nos affaires et nous avons pris un bus en direction de Granada. Nous allons passer le réveillon du nouvel an dans cette ville coloniale très animée.

Profitez tous bien du réveillon du nouvel an et trinquez à notre santé. On fera la même de notre côté! Bonne année et nos meilleurs voeux à tous! 😉

28
déc
28
déc
Publié le 31 décembre 2017

Après 3 jours assez intenses passés sur la route, nous arrivons à León au Nicaragua.

Il s'agit d'une grande ville coloniale très colorée qui ressemble de très près à San Cristobal au Mexique ou à Antigua au Guatemala pour exemples. Nous y resterons 2 jours pour commencer, avant de filer pour Las Peñitas où nous avons prévu d'y passer Noël.

À vrai dire, nous profiterons surtout de ces deux jours pour nous reposer et prendre la température de ce nouveau pays dans lequel nous venons d'arriver. Ici, il fait 35 degrés la journée, pas toujours facile à supporter 😁..


Le 23 décembre, nous partons en direction de Las Peñitas. Petit coin de paradis qui se trouve au bord de l'océan pacifique à seulement 20 minutes en bus de León. On a qu'une hâte : enfiler nos maillots de bain et courir jusqu'à l'océan pour aller nous rafraîchir !! Et c'est ce qu'on fera bien évidemment une fois nos affaires posées à l'hôtel et après avoir mangé un morceau.

Quel bonheur de se retrouver là, en pleine période de Noël. Sentiment assez particulier on se croirait vraiment en plein mois d'août et pourtant... On réalise une fois de plus la chance qu'on a d'être ici 😊.

On passera donc 3 jours à profiter de la plage, à se baigner (plus Matthieu que moi étant donné la puissance des vagues ici), à se promener le long de l'eau, à aller admirer les couchers de soleil en haut de "notre" rocher ou posés à même le sable et à se faire des petits plaisir gustatifs surtout le soir du réveillon.

Pour la petite anecdote : On a vraiment cru qu'on allait enfin pouvoir manger notre premier vrai plat du voyage à base de fromage ce soir là et pas n'importe lequel : une raclette ! Et non ! Il n'y en avait plus. On s'est donc rabattus sur du poisson frais et des crevettes à la plancha mais vraiment pas déçus 😊.

Quelques photos de ces 3 jours :


Las Peñitas

De retour à León, nous en profitons le premier jour pour aller visiter le musée de la Révolution. Nous aurons la chance de faire la rencontre de Javier, qui prendra le temps de nous raconter en détail toute cette période si importante pour les habitants de cette ville et de ce pays bien sûr.

Le FSLN (Front Sandiniste de Libération Nationale) continue l'action commencée par le général Sandino dans les années 30. Ce dernier luttait notamment contre l'omniprésence des Américains dans la gestion du pays. Dans les années 60-70, le FSLN lutte contre la dictature familiale au pouvoir, les Somoza. Leur action aboutira à la fin de la dictature en 1979 après une guerre civile qui a causé de nombreux morts. Les histoires que nous a raconté Javier sont remplis de héros révolutionnaires.

Avant de terminer la visite, Javier nous propose de monter sur le toit afin d'y admirer la vue sur la ville. Pas très rassurés vu la vétusté du bâtiment nous lui faisons tout de même confiance 😊.

Nous en profiterons ensuite pour aller faire un tour dans les rues de la ville et prendre en photos les fresques peintes sur les murs des batiments qui racontent si bien toute cette période.


** Pour information : le prix de l'entrée au Musée de la Révolution est de 100 cordobas/personne. Il s'agit d'une visite guidée. Demandez à faire la visite avec Javier si possible, il prend vraiment son temps, donne plein de détails ce qui n'est pas le cas de tous...

Musée de la Révolution - Fresques murales de la ville

Le jour suivant, direction le musée des légendes et traditions qui se trouve dans l'ancienne prison de la ville. Ambiance assez particulière ici, sur les murs de cette prison sont représentées des scènes de tortures qui avaient lieu ici il n'y a pas si longtemps que cela...

La visite se fera également avec une guide, attribuée d'office. Cette fois ci, nous aurons plus de difficultés à comprendre toutes ses explications et lui demanderons s'il est possible de refaire un tour "seuls" afin de prendre le temps de lire les panneaux sur lesquels sont racontés ces légendes.

Malgré cela, nous comprendrons enfin la signification du couple de géants que nous pouvons également retrouver sur la grande place de la ville. La femme représente par sa grandeur la haute classe espagnole, L'homme plus petit représente lui un indigène de classe basse mais à l'intelligence plus grande (de part la taille de sa tête).


** Pour information : le prix de l'entrée dans ce musée est de 55 cordobas/personne.


Musée des Légendes et Traditions

Pour ce dernier jour que nous passerons à León, nous déciderons d'aller visiter une fois de plus un musée, celui des Arts. Malheureusement, étant donné qu'il s'agit d'une collection privée nous n'aurons pas le droit de prendre des photos. Dans ce musée, différents types d'arts sont représentés dans quatres maisons coloniales différentes. La collection est très riche et on y passera la matinée.


** Pour information : l'entrée dans ce musée coûte 105 cordobas/personne.


Durant ces 3 jours, nous avons passé beaucoup de temps dans les musées mais nous nous sommes aussi beaucoup promenés dans les rues de la ville. Nous en avons également profité pour aller visiter quelques unes de ses églises ainsi que sa cathédrale. Cependant, arrivés trop tard le dernier soir nous n'avons pas eu la chance de monter sur son toit immaculé de blanc. Nous avons également profité du côté festif de cette ville en compagnie de Marion et Sarah.

Toutefois, parce que tout ne peut pas toujours être parfait 😊 Nous avons trouvé les habitants de cette ville très froids. Certes nous avons échangé quelques sourires et regards avec certains locaux mais cela restait tout de même très rare. On a également essayé de nous faire payer un peu plus cher à certains moments (au restaurant, les taxis également) mais sachant à présent comment ça fonctionne on ne se laisse plus faire 😉.


León

Hasta luego 😊

21
déc
21
déc
Publié le 21 décembre 2017

Comme annoncé dans le précédent article, notre shuttle Puerto Barrios - Leon du 20 décembre a été annulé. Nous l'avons appris le 19 en début d'après-midi et ça a été le début d'un long périple. On a tout de suite décidé de descendre plus au Sud du Guatemala pour traverser par le Salvador et par le Honduras (plus calme au Sud en ce moment). On a pris un bus Puerto Barrios - Chiquimulas (durée 4h30, arrivée 19h30). Le 20, on a pris 6 bus et 1 taxi entre 5h30 et 17h30:

- Bus Chiquimulas - Quezaltepeque - 1h

- Bus Quezatepeque - Frontera Anguiatu - 45min

- Passage frontière Guatemala - Salvador

- Bus Frontera Anguiatu - Metapan - 30min

- Bus Metapan - San Salvador - 3h15

- Taxi terminal bus ouest > est

- Bus San Salvador - Santa Rosa de Lima - 3h

- Bus Santa Rosa de Lima - El Amatillo - 20min

- Passage frontière Salvador - Honduras

À ce moment là, on a commis une petite erreur avec la fatigue! On voulait faire étape dans une ville située à 1h30 de la frontière du Honduras. Et on a refusé une proposition d'un bus de tourisme car on trouvait ça un peu cher. On était persuadés de trouver un autre bus car il n'était pas encore 18h mais il s'est avéré que ce bus était le dernier de la journée. Et là on se sent tout de suite un peu seuls à la frontière du Honduras, un endroit un peu glauque surtout avec la nuit qui tombe et avec les nombreux mecs bizarres qui traînent et veulent à tout prix nous emmener dans un hôtel situé on ne sait où. Finalement, on a été demander conseil au poste de frontière et on nous a indiqué un hôtel situé à quelques dizaines de mètres d'ici. Un hôtel bien miteux mais sécurisé qui nous a permis de nous reposer avant de reprendre la route.

Sinon, de ce que nous avons vu du Salvador, ça a l'air d'être un joli pays, plus moderne que le Guatemala et avec de beaux paysages naturels. Dommage que ce pays soit si dangereux même si pendant notre courte traversée, nous n'avons pas ressenti de menace particulière.

Le lendemain, nous sommes partis vers 6h30 du matin et arrivés à 14h à Leon avec cette fois 3 bus empruntés et 1 pick-up. La traversée du Honduras a été rapide (2h).

- Bus El Amatillo - Guasaule - 2h15

- Passage frontière Honduras - Nicaragua

- Bus Guasaule - Chinandega - 1h

- Bus Chinandega - León - 1h

- 1 pick-up car le bus pour León ne passait pas réellement dans la ville. On s'est alors retrouvés à 7 ou 8km de León mais heureusement un homme en pick-up a bien voulu nous prendre et nous emmener jusqu'au centre! 😀

Au final, pour rejoindre Léon depuis Puerto Barrios, au lieu d'un trajet direct en bus de 15h, nous aurons mis 3 jours, emprunté 10 bus et passé 3 frontières. Maintenant, on va se reposer un peu et fêter Noël sous le Soleil! 😀

Photos prises à la volée dans les bus, d'où la qualité (sur l'avant dernière, tous les gens debouts sont des vendeurs ambulants)

Hasta Luego!

Notre trajet de 800km à travers 4 pays!
18
déc
18
déc
Publié le 21 décembre 2017

Nous ne devions pas visiter ces deux endroits situés au Nord Est du Guatemala. Mais nous avions trouvé un bus qui nous permettait depuis Puerto Barrios de rejoindre le Nicaragua en passant par le Honduras sur une journée (15h de bus).

Pour rejoindre Rio Dulce, nous avons pris un bus depuis Santa Elena. Ce trajet s'annonçait très confortable avec un bus "classique" (et non un Chicken bus surchargé). C'était sans compter sur la malchance. Le bus était au bout du rouleau et les fenêtres ne s'ouvrant pas, on a eu plus l'impression de faire 4h de sauna que de bus.

** Bus Santa Elena - Rio Dulce: 75 Qtz

😀 Néanmoins, on est arrivés à bon port à Rio Dulce, ville qui n'a pas beaucoup d'intérêt. Il y a une rue avec énormément de traffic et de commerces. C'est vite oppressant surtout quand on vient de faire 4h de bus et qu'on est avec nos gros sacs à dos. On a fui cette ville pour se réfugier à San Felipe de Lara, petite ville tranquille située à quelques kilomètres. Le lendemain matin, on en a profité pour visiter le château qui est en fait un fort construit au XVII ème siècle et qui servait à défendre la zone contre les pirates des Caraïbes! L'endroit a été restauré dans les années 60 et est vraiment magnifique.

** Castillo San Felipe de Lara : 20 Qtz

Castillo San Felipe de Lara

Ensuite, nous avons pris un bateau pour rejoindre notre Hôtel situé sur le Rio Dulce à seulement quelques kilomètres de Livingston.

** Lancha Rio Dulce - Livingston: 125 Qtz (9h30 et 14h30), 90 Qtz en passant par directement par notre hôtel

Trajet de Rio Dulce au Round House Hostel

Cet hôtel charmant est autonome en électricité (panneaux solaires) et en eau (système de filtration de l'eau du fleuve). On a passé un séjour très sympa à dormir dans une sorte de grande cabane au bord de la jungle. Pour ma part, j'ai un peu moins bien dormi la deuxième nuit. En allant nous coucher, j'ai débusqué un scorpion d'au moins 5cm qui se baladait à côté de mes affaires. Je n'ai pas pu le tuer et on ne l'a pas retrouvé. Heureusement que la moustiquaire offrait un semblant de protection car sinon j'aurai eu du mal à dormir. 😦 Deux jours après, on a croisé à Livingston deux amis Canadiens qui étaient dans le même dortoir que nous. Un des deux s'était fait piquer le matin même par un scorpion (heureusement sans conséquence) qui s'était sans doute glissé dans son maillot de bain qu'il avait laissé traîner à l'hôtel Round House. À choisir, je préfère encore les araignées!

** hôtel Round House: 40 ou 50 Qtz dortoir , repas soir ++ 50 Qtz

Le Rio Dulce depuis l'hôtel

Pour rejoindre Livingston situé à 6km, on avait l'opportunité de prendre un kayak qu'on pouvait déposer sur un ponton à Livingston. L'occasion était trop belle. On a mis nos gros sacs à dos sur le kayak et on a commencé à naviguer! On a mis 3h30 pour rejoindre Livingston sur un trajet assez facile car le Rio Dulce se jette dans la mer des Caraïbes et le courant était donc avec nous! Le parcours a été rythmé par des paysages magnifiques, de nombreux hérons et pélicans et par les pêcheurs locaux. Une ballade très agréable!

** kayak double Round house Hostel - Livingston: 40 Qtz

Notre ballade en Canoë

Livingston a plusieurs particularités. La ville est accessible seulement en bateau. Elle mélange deux cultures. Historiquement, elle était majoritairement peuplée par les Garifunas. Les Garifunas sont des descendants d'esclaves Africains déportés pendant la colonisation. Ils ont développés une culture distincte des Mayas et ont leur propre langue et coutumes. L'ambiance est assez tranquille à Livingston. Si on vient à Livingston c'est surtout pour observer ces deux cultures qui se rencontrent (Garifuna et Maya). Il y a peu de choses touristiques à voir mais on a quand même été visiter las Siete Altares, situés à quelques kilomètres. L'endroit est connu comme étant un petit Semuc Champey (pour nos lecteurs les plus assidus 😉). Cependant, on a été un peu déçu. Le plus plaisant a été pour y accéder, un chemin au bord de la mer des Caraïbes, même si...des milliers de déchets plastiques apportés par la mer recouvre "la plage". Pour une fois, ces déchets ne proviennent sans doute pas que du Guatemala. Pendant tout notre séjour, on a été plus que choqués par les comportements des Guatemaltèques vis à vis des déchets et de leur environnement immédiat. Ici, la norme est de jeter tout et n'importe quoi dans la nature (notamment depuis les bus): bouteilles de coca, paquets de chips, sachets d'eau en plastique (nouvelle invention très appréciée ici). Mis à part quelques endroits, le Guatemala est une décharge à ciel ouvert. Et c'est bien dommage car l'environnement et les paysages naturels constituent l'atout principal de ce pays magnifique.

** Las Siete Altares : 20 Qtz

** Hôtel los viajejos: 80 Qtz la chambre double

Siete Altares, Mer des Caraïbes et départ pour Puerto Barrios

Sur la dernière photo, on part pour Puerto Barrios en bateau sur la mer des Caraïbes, pas si tranquille que ça! Malheureusement, notre shuttle a été annulé à cause de la situation politique et des blocages de routes au Honduras.

** bateau Livingston - Puerto Barrios : 35 Qtz

Dans le prochain article, vous découvrirez comment on a fait pour passer au Nicaragua: poney, kayak, avion, bateau...?😉

Hasta luego!

14
déc
14
déc

Tikal est le plus grand site Maya existant. À son apogée, la cité occupait un territoire de 30km2 et comptait plus de 100000 habitants.

Pour profiter au maximum de la visite, nous avions décidé d'arriver la veille et de camper sur place. Après 30min de bus, on arrive sur place dans l'après-midi et on installe notre tente. Le camping est situé tout près de l'entrée du site, à proximité de la jungle. Dès notre arrivée, on a eu la chance de voir de nombreux oiseaux attirés par la présence d'un oranger (qui nous a fourni notre dose de fruits frais) situé au milieu du camping. Plus tard, on a vu des singes araignées, des coatis et...un toucan! 😀 La nuit tombe et on observe le spectacle offert par de nombreuses lucioles. La nuit est rythmée par les cris des singes hurleurs!


Fichier audio singe hurleur:

https://we.tl/oGJfP843nZ

Camping campground Tikal

Réveil matinal pour partir à la découverte de Tikal. Le site ouvre ses portes à 6h. Il est possible de le visiter plus tôt pour voir le lever de soleil mais en payant quasiment deux fois plus cher. On décide de commencer par les "petits" vestiges pour éviter la foule de touristes. Finalement, on se rendra compte qu'il n'y avait pas énormément de touristes sur le site. À 6h, les animaux sont très actifs et on voit de nombreux singes (hurleurs, araignées), oiseaux (perroquets, pivert, toucan...), coatis, une sorte de marmotte... En haut du temple 4 où on a une vue splendide sur les autres temples et sur la jungle, un coatis passera quelques minutes avec nous le temps de nous piquer quelques céréales. 😀 Le site est vraiment très grand. Au final, on aura passé 6h à le visiter, et sans en avoir exploré tous les recoins.


** Entrée Tikal: 150 qtz (250 avec lever de soleil)

** Camping: 50 qtz par personne

Tikal

Après avoir visité Tikal, nous sommes retournés à El Remate pour profiter encore un peu de ce coin de paradis. Ensuite, nous avons pris un bus pour Rio Dulce.

Prochain article sur Rio Dulce et Livingston!

Hasta luego! 😉

12
déc
12
déc
Publié le 15 décembre 2017

Après nos quelques jours passés à Lanquín, il est temps pour nous de reprendre la route. Cette fois - ci on choisit de partir en direction de Tikal mais ce site Maya étant un peu loin pour nous, nous décidons de faire une halte à Flores.

Flores est une presqu'île qui se trouve sur le lac Petén Itzá. Les maisons y sont colorées. Au bord du lac se trouvent plusieurs restaurants et cafés/bars. L'ambiance y est assez tranquille (il s'agit de mon ressenti et non de celui de Matthieu 🙄). On s'est aussi amusés à se "perdre" dans les ruelles de Flores. Toutefois, la presqu'île n'étant pas très grande on retrouve facilement notre chemin.

N'ayant pas 1000 choses à faire, nous en avons profité pour aller au cinéma, le premier depuis le début de notre voyage. On n'a pas choisi le film le plus difficile à comprendre 😊 Nous avons été voir Coco le dernier Disney qui se déroule au Mexique pendant "El dia de los muertos". Ça nous a rappelé des souvenirs !

Au départ, nous pensions nous arrêter à Flores 3 jours. Finalement ayant fait le tour de la presqu'île assez rapidement et n'ayant pas choisi le meilleur des hôtels, nous y resterons moins longtemps que prévu et choisirons de reprendre la route en direction de El remate qui se trouve entre Flores et Tikal.


** Pour information : L' hôtel El Mirador del lago est à éviter si vous souhaitez être au calme. Des tours partent en plein milieu de la nuit et le gérant ne se gêne pas pour hurler le nom des destinations. On se croirait plus dans un hall de gare que dans un hôtel !

La presqu'île de Flores

À peine arrivés à El Remate, nous sommes déjà sous le charme de ce petit coin de paradis. Il s'agit d'un petit village très calme et nature qui se trouve au bord du lac. En se promenant le long du lac, on croise des cochons, des poules... La vie a l'air assez simple ici et très paisible.

On prend le temps de vivre. On profite du lac une bonne partie de la journée. On fait des rencontres à l'auberge. On retrouve Loraine et Maxime que nous avons rencontré à Lanquín. On prend l'apéritif au bord de l'eau chaque soir en admirant le soleil qui se couche. On écoute les cris des singes hurleurs qui vivent dans le biotope à 2km de notre auberge et on mange français : notre première quiche du voyage, un régal ! Bref nous profitons pleinement de ce petit endroit magique !

(Caro si tu vois cet article, MERCI de nous avoir fait découvrir ce coin).


** Pour dormir : La casa de Doña Tonita est un peu rustique mais très sympa. Elle possède son propre ponton sur le lac (voir photo n*2). Le lit en dortoir coûte 50q/personne, en fonction de la saison, prévoir un duvet car il n'y a pas de fenêtre. Par contre il y a une moustiquaire sur chaque lit 😉

El Remate

À El Remate, il y a un biotope : le Cerro Cahui. Dans cette réserve vivent des dizaines de singes (des singes araignées et des singes hurleurs) et de nombreuses espèces d'oiseaux. Nous nous sommes baladés durant toute une matinée dans ce biotope et avons eu la chance de voir plusieurs familles de singes araignées. Nous les avons observé durant un bon moment, passer de branches en branches, d'arbres en arbres. C'était super de voir ces singes en totale liberté ! Nous avons également vu des singes hurleurs, plutôt calmes au moment où nous les avons croisé 😉

Nous avons passé un très bon moment à nous balader dans ce biotope très "riche", tant pour sa faune que pour sa flore. De plus, à 3 endroits du sentier se trouvent des "miradores" donnant sur une grande partie de la jungle et le lac.


** L'entrée au Cerro Cahui coûte 40q/personne.

Biotope El Remate - Cerro Cahui

Prochain article sur le site Maya Tikal. Nous venons d'arriver à Rio Dulce, nous avons pris un peu de retard dans la rédaction de nos articles 😊

Hasta luego !!

7
déc
7
déc
Publié le 8 décembre 2017

Après plus de 9h de bus (trajet fait sur 2 jours) nous arrivons enfin à Lanquín.

Il s'agit d'un petit village qui se trouve au milieu de plusieurs vallées, le climat est plutôt tropical, la flore y est très variée. Trouvant l'endroit très sympa et paisible, nous décidons de nous y arrêter plusieurs jours.

Nous séjournons durant ces 4 jours à **l'hôtel El Retiro. En réalité, il s'agit d'un ensemble de petites cabanes au bord d'une rivière. L'ambiance y est très sympa, nous y faisons encore de belles rencontres : Brigitte & Daniel, un couple venant de Suisse et Loraine & Maxime, deux amis français.

Il faut avouer que durant ces 4 jours nous avons passé beaucoup de temps à "l'hôtel" à discuter de tout et de rien, à nous reposer au bord de la rivière, à bouquiner et à nous baigner 😊


Hôtel El Retiro - Lanquín

Mais nous avons tout de même pris le temps 😉 d'aller découvrir la réserve naturelle de Semuc Champey : une petite merveille !

Dans cette réserve se trouve un ensemble d'étangs et de cascades de couleur bleue turquoise. Cette eau provient de la montagne, c'est ce qui la rend si pure et si bleue (du fait des minéraux qu'elle puise dans la roche).

On y trouve aussi une rivière. On nous a expliqué qu'avant de rencontrer l'eau provenant de la montagne, celle - ci empreinte un tunnel de plus de 300m de long qui passe en dessous des différents étangs.

Nous avons passé une bonne partie de la journée dans cette réserve à profiter de ce magnifique cadre et de cette eau bleue turquoise.


** Pour information le prix de l'entrée à la réserve de Semuc Champey est de 50 quetzales.


En compagnie de Brigitte & Daniel
Semuc Champey

Pour cette dernière journée direction la grotte de Lanquín. Cette grotte est impressionnante de par sa hauteur et ses kilomètres de galeries dont seulement une petite partie est ouverte au public.

Nous choisissons d'y aller en fin de journée quand la nuit commence à tomber car d'après plusieurs personnes c'est à ce moment-là que nous pouvons observer des dizaines de milliers de chauves-souris sortir de cette grotte et nous avons très envie d'assister à ce spectacle et quel spectacle !

Nous ne pensions pas que ce serait si impressionnant. Nous sommes restés à observer ces chauves-souris durant presque une demie heure tellement il y en y avait.


** Pour information, le prix de l'entrée à la grotte de Lanquín est de 30 quetzales.


Grotte de Lanquín

Demain, nous reprenons la route direction Flores.

Hasta luego 😊

2
déc

Ce marché artisanal réputé du Guatemala ne nous a pas déçu. Nous avions prévu d'y aller en faisant l'aller retour sur la journée depuis Antigua. Finalement, nous avons décidé d'y arriver la veille pour en profiter pleinement avant l'arrivée des dizaines de bus de touristes en milieu de matinée. Nous ne regrettons pas du tout notre choix. En effet, nous étions quasiment les seuls touristes le samedi soir pour admirer les préparatifs du marché. En plus, nous avons rencontré à la descente de notre deuxième Chicken Bus de la journée (80 dans un bus de 40 places, confort garanti 😉) un Autrichien très sympathique avec qui nous avons partagé notre séjour à "Chichi". Paul a pris une disponibilité dans son boulot et a laissé femme et grands enfants en Autriche pour réaliser un voyage de trois mois essentiellement au Guatemala: un mec en or avec qui on a pu pratiquer notre Espagnol! 😀 On a beaucoup aimer s'asseoir sur les marches de l'église et observer la vie des locaux et du marché! En plus, la culture Maya est très présente à Chichi et on retrouve des cérémonies Mayas devant l'église, dans le cimetière et sur une colline sacrée au Sud de la ville.

Chichicastenango

Pour finir, petit coup de gueule sur certains touristes vraiment irrespectueux des locaux. Trois exemples concrets vus ce matin sur le marché:

- le selfie avec la perche à Selfie dans le cimetière, devant les cérémonies Mayas.

- quelqu'un qui prend violemment par l'épaule une petite fille en train de vendre de l'artisanat local dans la rue pour faire un selfie avec.

- quelqu'un d'autre qui "envoie littéralement chier" une autre petite fille un peu insistante qui vend de l'artisanat dans la rue. Il y a des manières de dire non surtout auprès d'enfants qui, déjà, sont obligés de travailler.


Merci encore à Paul pour sa bonne humeur et sa bonne compagnie!

Paul, le globe-trotter Autrichien!

Et on a enfin eu un hôtel sans Internet! Mais à la place, on avait des annuaires dans la chambre et un super téléphone vintage! 😀

IPhone 10?

Hasta luego !

1
déc
1
déc
Publié le 3 décembre 2017

La ville d'antigua est vraiment une petite merveille d'une rare beauté. Ceci grâce au mélange de l'architecture coloniale et de vestiges d'églises et de couvents. La ville a été fondée au XVIème siècle par les Espagnols. Elle a servi de capitale coloniale pendant 233 ans. En 1776, la capitale a été déplacée à Guatemala city à cause du tremblement de terre qui détruisit une bonne partie de la ville quelques années plus tôt. C'est justement ces tremblements de terre qui expliquent pourquoi il y a tant de vestiges d'églises et de couvents dans la ville. Plutôt que de démolir ces vestiges, le choix a été de les entretenir afin de les rendre visitables au public. Antigua est aussi soumis aux caprices des 3 volcans qui l'entourent (l'Acatenango, le Fuego et l'Agua).

Antigua est vraiment différent de tout ce que nous avons vu jusque là au Guatemala. C'est une ville riche et les prix se font ressentir sur les hôtels et restaurants. On a plus l'impression d'être dans une ville Européenne que Guatemaltèque.

Antigua Guatemala

Il y a aussi un grand marché avec différentes parties: neuf, artisanat, nourriture. Comme souvent, c'est ici que l'ont a mangé pour le moins cher. 15 Quetzales (moins de 2€) pour une soupe, un plat à base de poulet avec légumes et riz et une boisson. Rapport qualité prix imbattable.

Carine, toujours heureuse au moment de manger! 😀

Nous avons visité l'ancienne cathédrale détruite partiellement par le tremblement de terre de 1773. C'est surprenant de visiter une cathédrale "à ciel ouvert", le toit ayant disparu depuis longtemps.

Ancienne Cathédrale d'Antigua

Pour finir notre séjour, nous sommes allés visiter l'hôtel musée Casa Santo Domingo. Ce lieu est vraiment incroyable. C'est un hôtel de luxe construit sur les vestiges d'un ancien couvent et regroupant 6 musées, plusieurs galeries d'art, plusieurs cryptes, 1 restaurant, 1 bar, une chocolaterie, un salon de musique...L'ensemble est gigantesque.

Hôtel Museo Casa Santo Domingo

Maintenant, place à un des marchés d'artisanat les plus grands du Guatemala : Chichicastenango.

Hasta luego!

28
nov

Il y a des choses qui dépassent l'entendement sur cette planète, des merveilles que la nature nous permet de contempler. Ce trek de deux jours sur les pentes de l'Acatenango et à proximité du volcan de Fuego restera à jamais gravé dans nos mémoires. Vous allez comprendre pourquoi en regardant les photos. 😀

Nous étions une vingtaine à participer à l'aventure. Après une heure de bus pour rejoindre le village de Solola depuis Antigua, nous nous mettons en route. Pour cette première journée, nous partons de 2200m pour rejoindre le campement à 3600m. Nous mettrons 4h30 pour faire les 1400m de dénivelé positif. Les jambes sont lourdes mais c'est l'heure de monter la tente. La suite se passe de commentaires. Le coucher de soleil et le spectacle peut commencer...

Coucher de soleil sur le volcan de Fuego et sur le volcan de Agua
Le volcan de Fuego

Autant vous dire qu'on a pas beaucoup dormi cette nuit là, entre le froid, les grondements réguliers des éruptions du Fuego et surtout le réveil qui sonne à 3h15 du matin. Mais pour une bonne raison 😀 : monter à 4000m (3976m pour être précis) en haut de l'Acatenango pour voir le lever de soleil. L'ascension à la lampe frontale, très pentue et difficile, nous a pris 1h30. Mais encore une fois, aucun regret devant le spectacle qui s'est offert à nous.

Dernière projection de lave avant le lever du soleil.
Lever de soleil sur le volcan de Agua

Peu après, on est redescendu au campement prendre un bon café parce qu'il ne faisait vraiment pas chaud là haut. On s'est bien amusés à descendre en "skiant" le chemin que l'on avait monté le matin, sur un terrain constitué exclusivement de cendres volcaniques.

La descente vers le campement

Le chemin du retour exclusivement en descente a été le plus compliqué du trek, notamment pour les genoux. Après 2h30 de descente, nous sommes arrivés au terme de la randonnée assez fatigués mais tellement heureux d'avoir eu l'opportunité de voir un volcan en éruption. C'est de loin la chose la plus incroyable que nous avons eu l'occasion de voir.

Prochaine article sur Antigua, magnifique ville coloniale entourée de volcans. Nous y resterons jusque samedi. Ensuite, nous irons à Chichicastenango pour voir un des plus grands marchés du Guatemala.

Hasta luego! 😉

26
nov
26
nov

Deuxième semaine à San Pedro, on continue à se la couler douce.

Début de semaine assez studieux quand même : je continue à aller à l'école le matin dans le cadre de mes cours d'espagnol. Pendant ce temps là, Matthieu continue à travailler de son côté à l'appartement.

Deuxième partie de semaine un peu plus animée. On a fêté Thanksgiving à l'école. Pour information, il ne s'agit pas d'une fête que l'on célèbre habituellement ici mais étant donné qu'il y avait un américain à l'école la directrice a voulu lui faire plaisir et on ne vous cache pas que le repas était assez royal, au menu poulet mariné aux agrumes cuit sur le feu, accompagné de riz, de pommes de terre et des fameuses tortillas. On a passé une très bonne soirée au coin du feu.


Vendredi, pour fêter la fin de ces deux semaines de cours, ma prof Maxi nous a proposé à Matthieu et à moi de nous emmener à Santiago. Il s'agit d'une ville qui se trouve au bord du lac Atitlan et dont le vendredi est le jour du marché. On y trouve également beaucoup de boutiques traditionnelles et de galeries d'art. Un petit aperçu de ce que nous y avons vu :

Santiago - Atitlan

Nous avons également été voir la maison dans laquelle se trouve la représentation du Saint Maximón. Il s'agit d'un Saint d'origine préhispanique. Les croyants racontent que cet homme était un défenseur des femmes entre autre. Ma prof nous a également expliqué que certains viennent prier afin qu'ils les aident à surmonter leurs difficultés, d'autres, lui demanderaient au contraire de les aider à se venger d'une personne qui leur aurait fait du mal (mais cela serait bien plus rare...).


Photo prise sur le site internet "Beers and Beans"
Photo trouvée sur internet mais très similaire à ce que nous avons vu.

Pour clôturer cette chouette matinée et ces deux semaines de cours intensifs 😉 petite photo souvenir de Maxi et moi avant de reprendre la "lancha" direction San Pedro. (Gracias por todo Maxi !)


** École Corazon Maya, la moins chère de la ville et qui porte très bien son nom (650 Quetzales la semaine de cours 4h de cours/jour, activités comprises).


Moi et ma prof d'Espagnol Maxi

Samedi après-midi, nous avons été rejoindre deux copines à San Marcos, petit village situé encore une fois au bord du lac Atitlan et réputée pour son côté très zen. En effet, on y trouve plusieurs centres de méditation et de yoga. À San Marcos comme à Panajachel, il y a une réserve naturelle, le nom de celle-ci est Cerro Tzankujil. C'est là que nous passerons une partie de notre après-midi farniente. Cette réserve possède de beaux points de vue sur le lac Atitlan mais aussi un plongeoir de près de 8m de haut. On ne va pas vous mentir on n'a pas osé plonger de cette hauteur. 😦

Quelques photos pris depuis la réserve de San Marcos :

San Marcos et Cerro Tzankujil

Dimanche, pour conclure ces 18 jours passés au bord du lac Atitlan, nous avons été faire quelques photos de San Pedro et nous nous sommes baladés une dernière fois dans ses ruelles paisibles et pleines de charme.

Cette pause dans notre voyage nous aura fait beaucoup de bien. Ça a été l'occasion pour nous d'en apprendre davantage sur la culture de ce pays, sur les conditions de vie ici. Malgré le fait que ce soit une destination très touristique, cet endroit garde son côté très authentique et c'est ce qui nous a beaucoup plu. Les locaux sont très accueillants et souriants. Nous quittons cet endroit avec plein de bons souvenirs et des images plein la tête. Après cette pause qui aura tout de même duré 18 jours, il est temps pour nous de reprendre la route direction Antigua.

Hasta luego !!!

San Pedro la laguna
19
nov
19
nov

Déjà 10 jours que nous sommes posés à San Pedro. Après le trek de 3 jours, nous en avons profité pour nous reposer et Carine a commencé les cours d'espagnol lundi dernier. Elle prend 4h de cours par jour, de 8h à 12h . Pour ma part, je travaille l'espagnol depuis notre appartement. Carine a déjà fait beaucoup de progrès et s'exprime beaucoup mieux. La vie ici est plutôt tranquille et très agréable. Nous allons rester une semaine de plus pour continuer à travailler notre Espagnol.

Avec la fatigue des cours d'espagnol (j'en vois déjà râler devant leur écran 😉), nous nous sommes offerts une petite pause détente dans un bain thermal.

Solar Pools

Jeudi, nous avons fêté l'anniversaire de Carine en compagnie des professeurs et élèves de l'école d'Espagnol "Corazon Maya". Pour l'occasion, nous avons appris à cuisiner des tamales de papas (pomme de terre). Les tamales sont un des plats typiques du Guatemala y compris pour les repas de fêtes. Normalement les Tamales sont cuisinés avec du Maïs mais comme ça prend énormément de temps à préparer, nous avons cuisiné la version à base de pomme de terre. Les différentes étapes:

- Cuire et peler les pommes de terre.

- Écraser les pommes de terres et les mélanger à une "sauce" préparée avec des tomates, graines, piments...

- Nettoyer les feuilles de bananier (ou équivalent) qui vont servir à entourer le mélange patates-sauce.

- Préparer les tamales en mettant un peu du mélange patates-sauce et ce que vous souhaitez dans une feuille de bananier. Dans notre cas, c'était du poulet, des poivrons, du piment et des fruits secs.

- Refermer le tamal en pliant la feuille en quatre.

- Laisser cuire les tamales 30 min dans une marmite chauffée au feu de bois avec un fond d'eau et une serviette mouillée posée par dessus. Ainsi, on obtient une cuisson "vapeur".


Nous avons passé une excellente soirée à manger ce plat typique et à boire du thé d'Hibiscus relevé avec un peu d'alcool local, le Quetzalteca. Carine a même eu le droit à la chanson "Joyeux anniversaire" en 4 langues différentes et à plein de belles attentions de la part de toute l'équipe. Cet anniversaire restera un moment inoubliable !

Soirée d'anniversaire Tamales Quetzalteca!

Nous avons profité du weekend pour visiter un peu plus les alentours. Samedi, nous sommes allés dans la réserve naturelle d'Atitlan située à Panajachel, de l'autre côté du lac Atitlan. Pour y accéder, nous avons pris une lancha. Nous avons pu admirer des coatis, des singes araignées ainsi que de nombreux papillons regroupés sous un géodôme. Voici un petit aperçu de ce que nous y avons vu :


** Réserve naturelle Atitlan, Panajachel : 70 Quetzales


Réserve naturelle Atitlan, Panajachel

Dimanche, le réveil a sonné tôt : 4h45 ! Programme de la matinée : grimper en haut du volcan San Pedro qui culmine a 3020 mètres. Pour cela, nous avons préféré faire appel à un guide. Tout d'abord parce que nous avions entendu dire que parfois des "bandits" attendaient les touristes en haut du volcan mais aussi parce que le prix est le même avec ou sans guide, alors pour le guide et pour nous, nous avons choisi cette option. Nous avons fait l'ascension avec un guide très sympa, prêt à échanger sur divers sujets de la vie, à nous en apprendre davantage sur sa culture, les coutumes de son pays mais aussi très curieux des conditions de vie en France. Échanges très intéressants, on ne pas vous cacher que ces échanges ont été bien plus nombreux lors de la descente car mine de rien passer de 1600 mètres d'altitude à 3000 en un peu moins de 2h30 ça reste quand même physique surtout quand ça fait 10 jours qu'on n'a plus fait de vrais efforts. (Enfin à côté de l'ascension de l'Acatenango qui nous attend dans une petite dizaine de jours ça paraît rien... 😉)

Après ces 2h30 d'ascension, nous arrivons au sommet de ce volcan et la vue est juste incroyable ! Voici quelques photos :


** Prix pour l'ascension du volcan San Pedro : 125 Quetzales/pers en passant par l'agence Casa Verde.

Volcan San Pedro

En redescendant, nous nous sommes arrêtés quelques minutes pour faire de la balançoire... Sensations garanties 😀

On entame à présent une nouvelle semaine à San Pedro qui promet d'être riche en découvertes. On vous raconte tout ça dans un prochain article.


Hasta luego & besos !!

9
nov

Depuis le début de notre voyage, nous attendions avec impatience de faire notre première rando sur plusieurs jours. Pour rejoindre le lac Atitlan depuis Xela, c'est l'occasion rêvée. Comme c'est notre premier trek, nous décidons de passer par l'association Quetzaltrekkers pour réaliser cette aventure. Cette association a pour but de financer l'accès à l'école pour les enfants du coin qui n'ont pas cette chance. Les guides sont tous des volontaires venant d'un peu partout dans le monde.

Après le briefing la veille du départ (celui où nous sommes arrivés en retard 😀), réveil matinal ce mardi matin à 6h pour prendre un copieux petit déjeuner à base de pomme de terre et d'omelette. En comptant les trois guides, nous sommes 23 à participer à l'aventure. Beaucoup de nationalités sont représentées: Israël, Irlande, États Unis, France, Norvège, Angleterre, Afrique du Sud, Vénézuela, Chili et Allemagne. Ce mélange de nationalité à majorité anglophone fera que l'Anglais sera la langue "officielle" du voyage, ce qui posera quelques problèmes de compréhension à Carine. 😦 Nous nous répartissons le matériel à emporter (nourriture, casserole, assiettes, tasses, cuillères) et nous partons prendre un Chicken bus qui nous emmène au début de notre randonnée. À noter que nous avions la possibilité de faire expédier une partie de nos affaires directement au lac Atitlan, ce qui nous a considérablement allégé!

Au programme de cette première journée, 17km. Les premiers kilomètres sont en montée, nous sommes mis directement dans le bain. Après deux heures de marche, nous arrivons au point le plus haut du trek (3055m). Après une pause déjeuner à base de sandwichs (guacamole/tomates/concombres...) la suite se fera sans encombre en pleine nature avec des paysages splendides.

Première journée de randonnée - 17km

À 17h30, nous arrivons à Santa Catarina Ixtahuacán, petit village perdue au milieu des montagnes où nous passerons la nuit. Nous sommes accueillis par une famille Guatemaltèque qui met à disposition plusieurs chambres dortoirs. Le temps fort de cette soirée a été le Temazcal. Nous avons eu l'opportunité de profiter de ce sauna traditionnel Maya. Après une journée de randonnée, ça nous a vraiment fait du bien. Le repas à base de pâtes sauce tomate a été succulent (la rando nous apprend à apprécier les choses simples 😉). En ce qui concerne la nourriture, tout était parfait. Entre les petits déjeuners, pauses snacks, repas du midi et dîners, nous n'avons manqué de rien tout au long du voyage.

Après une bonne nuit de sommeil, debout 6h pour un petit déjeuner typique du Guatemala à base de riz/haricots/omelette/tortillas. Ce sera aussi notre repas du midi. 19km au programme de cette deuxième journée avec 7 passages de rivières (ou plutôt ruisseaux 😀). Nous avons passé la soirée à Xiprian dans une famille Guatémaltèque à quelques kilomètres du lac Atitlan. Nous avons eu droit à un repas copieux et à un feu de camp pour nous réchauffer.

2ème jour de randonnée - 19km

À noter que nous avons croisé beaucoup de locaux travaillant dans les forêts que nous avons traversés et transportant des charges impressionnantes dans des chemins difficiles.

Des locaux très courageux!

Pour la dernière journée de randonnée, debout à 3h15...pour profiter du lever de Soleil sur le lac Atitlan et prendre le petit déjeuner là-bas! Nous avons beaucoup de chance. Il n'y a pas un nuage dans le ciel. À la lampe frontale, nous mettrons 45 minutes à atteindre le point de vue. Quand nous sommes arrivés sur place il faisait encore totalement nuit. Nous avons profité d'un lever de soleil sur un des plus beaux lacs au monde, entouré de plusieurs volcans, dont un est actif et crache toutes les heures de la fumée et de la lave. Ce moment restera à jamais gravé dans nos mémoires!

3ème jour - Lever de Soleil sur le lac Atitlan

Après ces moments magiques et un bon petit déjeuner, nous attaquons la descente vers San Juan la Laguna. Seulement 6km prévus pour cette dernière journée, exclusivement en descente. Les articulations commencent à grincer un peu! Le lac Atitlan se dévoile sous différents angles avec le soleil en point de mire.


3ème jour - descente vers San Juan la Laguna

Après un bon café, nous avons pris un pick-up pour rejoindre le point d'arrivée de notre Trek, un restaurant situé à San Pedro la Laguna au bord du lac. Nous passerons une partie de l'après-midi en mode farniente à plonger dans le lac et à se remettre de nos émotions.

Restaurant Fondearo - San Pedro la Laguna

Vers 15h, nous avons dit au revoir aux autres randonneurs et nous sommes partis à la recherche d'un hôtel. Nous garderons un très bon souvenir de ce trek avec une organisation irréprochable et des guides géniaux. Et en plus, c'est pour la bonne cause. Que demander de plus?!

** Randonnée Xela-lago Atitlan: 750 Quetzales (+100 pour le bagage)

Nous cherchions une chambre d'hôtel et nous avons trouvé un studio avec tout ce qu'il faut (frigo, plaques gaz, vue imprenable sur le lac) pour se poser un moment à San Pedro. En plus, nous payons un prix dérisoire (moins de 8€ par nuit). Nous allons rester ici au moins deux semaines voire trois pour que Carine prenne des cours d'Espagnol. Ça va nous faire du bien d'avoir un "chez nous" pendant quelques temps. En plus, il y a pas mal de choses à faire dans les alentours (randonnée, kayak, vélo, villages alentours...).

Lever de soleil depuis notre balcon

Hasta luego!

6
nov

Depuis notre arrivée au Guatemala il y a maintenant une semaine (le temps passe vite !) nos journées ont été pas mal chargées d'où l'absence de nouvelles mais nous comptons bien nous rattraper !

Le passage de la frontière Mexique - Guatemala s'est très bien passé, nous n'avons pas eu de souci particulier et cela s'est plutôt fait rapidement malgré les 3/4 transports différents que nous avons eu à prendre.

En parlant de transports, nous avons enfin testé les Chickenbus. Il s'agit d'ancien bus scolaires canadiens recustomisés. On ne va pas vous mentir après quelques heures passées dans ces bus, nous ne sentions plus certaines parties de notre corps !! 😁


** Possibilité de faire San Cristobal ou Comitan - Quetzaltenango à bord d'un seul et même bus. Nous aurions pu choisir cette option mais pour un souci d'économies nous avons opté pour l'autre.

Chickenbus Guatemaltèque

Pour ces deux premières journées que nous passerons au Guatemala, nous choisirons de nous arrêter à Quetzaltenango connue aussi sous le nom de Xela. Cette ville, même s'il s'agit de la deuxième plus grande ville du Guatemala, n'a pas autant de charme que nous l'imaginions. De plus, il s'agit d'une ville très polluée du aux nombreux Chickenbus et autres véhicules qui y circulent mais plus on se rapproche du centre et moins cette pollution se fait sentir.

La grande place qui est au centre de la ville offre tout de même quelques édifices intéressants comme sa cathédrale et ses nombreux dômes, son musée anthropologique (même si à l'intérieur, celui-ci est assez rustique et offre toute une panoplie de choses et d'autres... Certaines pièces nous auront d'ailleurs bien fait rire !). On y trouve aussi un marché local et artisanal dans lequel les odeurs et les couleurs se mélangent et un passage regroupant plusieurs bars et restaurants : un endroit très sympa où se poser en soirée pour boire un verre et manger un morceau.


Quetzaltenango

Mais ce qui nous a le plus plu dans cette ville c'est la vue que nous avions depuis son mirador et pour une fois les nuages n'étaient pas là pour nous "gâcher" le spectacle 😊. C'est donc accompagné de notre ami Chilien Carlos, rencontré à l'auberge, que nous partirons à la découverte des hauteurs de cette ville.


Mirador Xela

Le lendemain, nous décidons de nous octroyer une pause "détente" à Las fuentes avant de partir pour un trek de 3 jours (dont nous parlerons dans notre prochain article). Il s'agit de sources thermales chauffées par le volcan Zunil qui se trouvent à un peu moins de 20km de Quetzaltenango. A certains endroits du bassin principal, l'eau atteint plus de 40 degrés.

On ne va pas vous cacher que pour accéder à ces fontaines naturelles nous en avons vu de toutes les couleurs !

Tout d'abord, nous avons passé plus de 2h pour trouver une agence de location de vélo ouverte puis l'agence n'ayant pas de pompe pour regonfler les roues de nos vélos, il nous aura fallu 1h de plus pour trouver un endroit où le faire faire. 3h pour se rendre compte au bout d'une heure de route que face aux montées, nos vélos ne feraient clairement pas l'affaire (roulements totalement hs, pédalier deserré et j'en passe). Nous ferons donc demi-tour laissant Carlos aller à Las fuentes de son côté. Mais après un bus et un tuk-tuk (hors de prix malgré nos diverses négociations !), nous le retrouverons et profiterons enfin de cet endroit hors du commun. Cette eau si chaude et riche en souffre nous fera oublier ces "galères" même si nous en profiterons qu'une petite heure car rendez - vous fixé à 18h à l'auberge pour faire le point sur le trek qui nous attend le lendemain... Nous y serons finalement pour 19h n'ayant pas choisi le bus avec l'itinéraire le plus court. Cette journée aura particulièrement joué avec nos nerfs ! 😂

Las fuentes dans les nuages

Hasta luego !

Besitos


** Pour aller à Las Fuentes de Quetzaltenango : prendre un chickenbus jusqu'à Zunil : 5 quetzales/aller puis prendre un tuk-tuk ou un taxi : 50 quetzales, à négocier !!! L'entrée au site est de 60 quetzales pour les touristes (50 pour les locaux).

3
nov

Derniers jours au Mexique avant de passer au Guatemala. À Montebello, nous avons rencontré deux Nantais (deux frères) qui voyagent en vélo. Ils sont partis depuis sept mois du Québec et vont jusqu'à Ushuaia. 😀 Au delà de l'aspect sportif de leur voyage, Jeremy et Vincent sont engagés auprès de l'association Mécénat Chirurgie Cardiaque qui opère des enfants étrangers atteints de malformation du coeur, sur le territoire Français. Ils ont déjà récoltés plus de 26000€ et ainsi permis d'opérer deux enfants. Si vous voulez vous renseigner sur leur projet, voici le lien de leur site Internet et page Facebook:

http://thebikingbrosheart.com

Facebook: The Biking Bro's heart

Si vous souhaitez soutenir leur projet, voici le lien pour faire un don:

https://relaisducoeur.mecenat-cardiaque.org/projects/the-biking-bros-heart-un-voyage-pour-un-coeur-quebec-ushuaia-en-velo

À croiser des cyclistes, ça nous a donné des idées. Mais chaque chose en son temps, on verra en Amérique du Sud! 😀

Le début du mois de novembre est marqué par un événement important au Mexique: El dia de Los muertos, le 2 novembre. À cette occasion, les Mexicains vont dans les cimetières pour rendre hommages à leurs défunts. Le cimetière de Comitán était fleuri de toutes part et des centaines de personnes étaient installées à côté ou sur les tombes de leurs proches pour passer la journée en famille et y faire la fête. Il y avait de la musique, de la nourriture à foison et beaucoup de rires et de joie. C'était vraiment sympa à voir et nous étions les seuls touristes (d'où le fait que vous ne verrez pas de photos de ce moment). Par contre, nous avons pris quelques photos du folklore qui régnait dans la ville en ce jour particulier.

Dia de Los Muertos

Pour notre dernier jour au Mexique, nous sommes allés visiter les cascades "El Chiflón" situés à 45min de route de Comitán. Nous y avons vu des cascades bien plus impressionnantes que sur le site d'Agua Azul, le tout dans un cadre naturel très plaisant. Voici quelques photos de ces magnifiques cascades.


Cascades El Chiflón

Maintenant direction le Guatemala. Nous passons la frontière le 4 novembre à la "Frontera la Mesilla".


Hasta luego!

1
nov
1
nov
Publié le 4 novembre 2017

Un endroit hors du temps situé à une heure de Comitán. Nous sommes restés deux jours dans ce parc naturel d'exception. Le temps y est très changeant. Nous l'avons vu sous la pluie, le brouillard mais aussi sous le Soleil. Nous avons dormi dans une cabane au bord du lac Tziscao. Ça fait du bien de se retrouver dans un endroit calme et de pouvoir profiter de la nature.

Cabañas Playa Escondida

Comme nous étions à quelques centaines de mètres de la frontière avec le Guatemala, nous sommes passés y faire un tour! 😀 C'est surprenant de pouvoir passer une frontière à pied sans aucun contrôle! Malheureusement, nous devons faire tamponner nos passeports à la sortie du Mexique et à l'entrée au Guatemala. Le "vrai" passage à la frontière se fera donc un peu plus au Sud. À Tziscao, la frontière est tracée à la règle. Des bornes la délimitent. Il y a même un petit lac en plein milieu de la frontière sur lequel des bouées sont suspendues pour délimiter la frontière.

Frontière Mexique - Guatemala - Tziscao

Après notre incursion au Guatemala, nous avons pris un Tuk-Tuk (Mototaxi comme ils disent ici 😀) pour partir à la découverte de plusieurs lacs du parc naturel. Malheureusement, un épais brouillard nous a empêché de profiter pleinement de cette visite.

Parc des lacs de Montebello sous le brouillard

Le lendemain matin, la pluie et le brouillard étaient encore au rendez-vous mais le temps s'est brusquement amélioré en fin de matinée. Carine m'a alors motivé pour faire une randonnée de 8km autour des lacs. En plus d'avoir découverts des paysages incroyables et d'en avoir profité pour se baigner, ça a été notre premier vrai entraînement avec nos gros sacs à dos. Merci à Louis et Cathy qui se reconnaîtront pour nous avoir conseillés d'acheter des bâtons de randonnée. 😉 Ils nous ont bien servis.

Sendero Perol et Cinco Lagos

Hasta luego!

27
oct

Pour tout vous dire, au moment d'organiser notre voyage au Mexique nous ne pensions pas visiter cette ville même si nous en avions entendu beaucoup parler 😉 Le voyage c'est ça aussi : l'imprévu ! S'inspirer de ce que l'on entend autour de nous puis aller visiter tel ou tel site, telle ou telle ville, se laisser guider par nos envies du moment, être libre de pouvoir aller là où bon nous semble... Nous arrivons à San Cristobal de las Casas vers 21h/21h30 fatigués de notre journée, nous filons directement à l'auberge afin d'y déposer nos affaires avant d'aller manger un morceau. Ce n'est qu'à partir du lendemain que nous partirons à la découverte de cette jolie ville, après avoir passé plus de 2h à chercher une nouvelle auberge pour nos prochaines nuits... Cette première nuit a été assez compliquée pour nous. Nous savions avant de partir que le voyage et le confort ne seraient pas toujours compatibles mais de là à ce qu'il nous pleuve dessus en pleine nuit c'était un peu trop pour nous sans parler du reste... Enfin sans ces petites galères notre voyage ne serait pas si trépidant !! 😉


** Auberge à éviter : La Casa Caracol. À l'inverse l'auberge La Isla est vraiment top !


Une fois l'hôtel trouvé, nous décidons d'aller nous perdre dans les ruelles colorées de San Cristobal. On se croirait vraiment dans un village pour l'ambiance qui règne dans cette ville mais aussi pour ces jolies rues pavées et ses petits commerces et cafés. De plus, San Cristobal se trouvant dans une vallée, nous avons pu l'admirer depuis plusieurs points de vue. Ce qu'on a aimé aussi : son marché artisanal qui se trouve au pied d'une très belle église. Ce marché est très coloré, on y trouve tout un tas de choses fabriquées à la main comme des pochettes, des sacs, des bracelets, des pulls, des bonnets... On a clairement envie de tout acheter :) Bref on ne vous cache pas qu'on a eu un véritable coup de coeur pour cette ville aussi bien pour son côté esthétique que pour son côté historique. De jour comme de nuit, cette ville a un véritable charme. De jour, l'ambiance y est paisible, tranquille mais quand la nuit commence à tomber ses ruelles s'animent, les terrasses se remplissent et les musiciens viennent y ajouter leur touche personnel. Cependant, car oui même si cette ville nous a particulièrement charmé, on y croise aussi beaucoup d'adultes et d'enfants mendiants. On ne va pas mentir même si on nous avait prévenu, le fait de se retrouver face à la réalité fait mal au coeur... Le voyage c'est ça aussi tout n'est pas rose et ce sont ces prises de conscience, ces "claques" face à certaines réalités qui nous forgent. À présent place aux photos :)


San Cristóbal de las casas

Pendant notre séjour, nous avons visité le musée Na Bolom (maison du jaguar en Maya Tzotzil). Ce musée-maison-centre de recherche fut la demeure de l'archéologue Danois Frans Blom et de l'anthropologue-photogrape Suisse Gertrude Duby. Ce couple s'est rencontré au Mexique en 1943. Frans Blom a découvert non moins de 110 sites Mayas dans la région du Chiapas. Gertrude Duby a photographié et défendu les droits du peuple Lacandone jusqu'à sa mort. Na Bolom est d'ailleurs le siège de l'association du même nom qui offre un refuge au peuple Lacandone et qui poursuit l'oeuvre des époux Blom, à savoir maintenir et promouvoir le patrimoine du Chiapas. Si vous passez par là et que vous souhaitez en savoir plus sur ce peuple et l'histoire de cette ville on vous conseille d'y aller ! De très belles pièces : objets archéologiques, habits et instruments de musique y sont exposés ainsi que de très belles photographies. Ce musée est une petite merveille et il dispose aussi d'un jardin dans lequel on peut se promener.


Na Bolom

Frans Blom a notamment découvert un site archéologique appelé Moxviquil situé au Nord de San Cristobal dans une réserve naturelle réputée pour ses orchidées. Le musée regorge d'informations sur ce site archéologique perdu au milieu de la forêt. Nous avons été jusqu'à cette réserve pour découvrir ce site archéologique mais malheureusement nous ne l'avons jamais trouvé. La seule chose que j'ai trouvé, c'est une bonne chute dans la boue (Matthieu) 😀 Ça nous a quand même permis de voir de magnifiques orchidées sauvages même si ce n'est pas la saison pour la floraison ainsi qu'un point de vue de plus sur San Cristobal !

Moxviquil

En bonus la tente qu'on aurait rêvé d'avoir pour notre voyage : la tente hamac de Frans Blom !

Tente Hamac

Hasta luego !! Becos

29
oct
29
oct

Ce dimanche matin, réveil matinal pour partir à la découverte du canyon el Sumidero situé à une heure de route de San Cristobal.

Au programme de la journée:

- ballade en bateau de deux heures sur le canyon

- 4 points de vue sur le canyon

Avant d'arriver à San Cristobal, nous étions indécis sur le fait de faire ou non la visite du Canyon. Ceci à cause d'une zone au niveau du canyon dans laquelle s'accumule toutes sortes de déchets, notamment plastique. Après avoir eu le retour de voyageurs nous disant que cette visite valait vraiment le coup, nous décidons de la faire. Ce site est vraiment splendide avec un canyon culminant à certains endroits à plus de 1000m de haut. C'était vraiment impressionnant et nous nous sentions tout petits devant ce géant de la nature. La faune est aussi très présente. Nous y avons vu des singes, des crocodiles et des pélicans.

Canyon el Sumidero  

Il y a même une cascade qui sort du Canyon et qui forme un ensemble magnifique avec la végétation qui pousse sur la roche. Cet endroit s'appelle el arbol de navidad (sapin de Noël). Vous comprendrez pourquoi en regardant les photos.

Arbol de Navidad 

Nous sommes passés à l'endroit où s'accumulent les déchets. C'est dramatique de voir que des déchets plastiques se retrouvent dans des endroits aussi magnifiques. Si nous étions déjà dans cette démarche avant de partir en voyage, ça nous a permis de prendre conscience de l'importance de réduire au maximum nos déchets en modifiant davantage nos habitudes de consommations.

Concernant les points de vue, on va dire qu'on a une fois de plus finis la tête dans les nuages! Nous sommes vraiment malchanceux avec les "miradors".

En bonus la photo d'un taxi pick-up vu pendant la journée. Amusez-vous à compter le nombre de personnes! :)

Où est Charlie? 

Hasta luego!

28
oct
28
oct
Publié le 31 octobre 2017

San Juan Chamula est une petite ville située à une quinzaine de kilomètres de San Cristobal de las Casas. Elle est habitée par un peuple traditionnel, les Chamulas. C'est un territoire autonome à l'intérieur du Chiapas dans lequel les Chamulas appliquent leurs propres règles. Cette ville est touristique pour son église catholique. À l'intérieur de l'église, la décoration est assez simple. Vous ne trouverez pas de chaise ni de banc. Sur les côtés de l'église sont alignés dans des vitrines les saints vénérés par les Chamulas ainsi que des centaines de bougies. Le sol de l'église est parsemé d'aiguilles de pins. La population Chamula se livre à toutes sortes de rituels traditionnels au sein de l'église, en se réunissant par petits groupes. Pour les rituels, des dizaines de bougies sont utilisées mais aussi des choses plus surprenantes comme des sodas ou de l'alcool. Nous n'avons pas été témoin mais il y aurait aussi des sacrifices de poulets dans certains rituels. Nous ne pouvons pas vous fournir de photos à l'intérieur de l'église car c'est formellement interdit par les Chamulas.

** Prix d'entrée dans l'église: 25 pesos

Église de San Juan Chamula

Nous sommes ensuite allés voir le cimetière de San Juan Chamula. À quelques jours de la fête des morts, nous espérions voir le cimetière décoré et fleuri. Malheureusement, il était encore trop tôt pour le voir ainsi. Ce cimetière est assez simple avec très peu de monuments funéraires. La quasi-totalité des tombes est composée de terre et d'une croix de couleur (blanc, bleu ou noire selon l'âge de décès). Un peu à l'écart du cimetière, je me suis risqué à faire une photo. Mauvaise idée. Un homme a commencé à se diriger vers nous en faisant de grands gestes et avec des intentions clairement belliqueuses!😦C'est à ce moment là que j'ai fait stresser Carine en lui disant de vite remonter sur son vélo. Nous sommes partis sans attendre de faire connaissance avec ce Chamula. Après coup, nous nous sommes renseignés sur le rapport entre les Chamulas et les photos. Selon leurs croyances, les photos peuvent leur voler leur âme. Nous avons eu de la chance d'être avec nos vélos car nous aurions sans doute eu de sérieux problèmes avec cet individu.

Cimetière de San Juan Chamula

Vous l'avez compris, nous sommes allés à San Juan Chamula en vélo. La route depuis San Cristobal est magnifique mais assez pentue. Nous y avons vu de nombreuses petites exploitations agricoles, des brebis, des collines...

** Location de vélo: Pura Bici, Real de Guadalupe, 25 pesos l'heure, 80 pesos les 4h. Vélo pas forcément de toute jeunesse mais prix imbattable!

Route de San Cristobal à San Juan Chamula

Hasta luego !!

24
oct
24
oct
Publié le 26 octobre 2017

Le programme du jour : aller à San Cristobal de las Casas en faisant une halte au site Maya de Toniná qui se trouve à mi - route.

Départ 9h30 : Après avoir rangé toutes nos affaires et bu une boisson chaude, nous partons à la recherche d'un moyen de transport pouvant nous emmener à Toniná.

Nous échangeons alors avec un taxi qui nous propose de nous emmener jusqu'à Ocosingo (à 20/30min de route de Toniná) pour quelques pesos. Pensant que nous serons plus à l'aise dans un taxi que dans un bus nous acceptons sans hésiter mais c'était sans savoir que nous finirons au complet dans la voiture et que notre chauffeur ne craindra ni les virages ni les ralentisseurs qui se succéderont tout au long du trajet. Pour idée, nous avons mis plus de 2h à parcourir à peine plus de 100 km mais c'était une expérience à vivre !


** Privilégiez les colectivos (sorte de combi/mini bus) et faites une halte à Toniná !!!


Une fois arrivés à Ocosingo, nous décidons d'aller manger un morceau avant de partir à la découverte du site Toniná à bord d'un colectivo cette fois, rustique mais pas moins "confortable". C'est ça l'aventure 😊

(A noter quand même que pour les trajets un peu plus longs les colectivos ne sont pas aussi rustiques).


À bord d'un colectivo mexicain (À l'aller il était plein mais nous n'avons pas osé prendre de photos.)


Le site maya de Toniná est classé parmi les sites les plus impressionnants du Monde Maya et ce n'est pas nous qui dirons le contraire !!

Après avoir été faire un tour au musée du site, nous en savons un peu plus sur son histoire. Il a connu son apogée vers le VIII ème siècle avec la mise à sac du site de Palenque. C'est la dynastie des Crânes de Serpent griffes de Jaguar qui règne alors sur Toniná. Connue pour son caractère belliqueux, la cité capturera et torturera/décapitera de nombreux dignitaires de cités voisines, et notamment plusieurs rois de Palenque. On retrouve d'ailleurs plusieurs sculptures et gravures mettant en scène des captifs dans des scènes de soumission ou de torture.

Le site est constituée d'un pyramide très imposante construite sur 7 niveaux et mesurant 75m de haut (10m de plus que la pyramide du Soleil de Teotihuacan). Cette pyramide renferme plusieurs temples, palais et habitations. On retrouve aussi un terrain de jeu de pelote Maya avec des dimensions impressionnantes situé à l'entrée du site.

Nous n'en sommes pas à notre premier site maya et pourtant nous avons été très agréablement surpris par ce site. Sa situation géographique est juste parfaite : il domine la vallée d'Ocosingo et sa composition diffère de tout ce que nous avons vu jusqu'à présent. Nous nous sommes aussi amusés à nous perdre dans le labyrinthe formé par ses nombreux escaliers et passages "secrets", à nous glisser dans ses passages et ses pièces étroites à ciel ouvert 😊 très belle découverte !


** Pour information, il s'agit d'un site très peu touristique. L'entrée s'élève a 51 pesos avec l'accès au musée. Pour y aller, prendre un colectivo à Ocosingo (15 pesos l'aller).


Site maya Toniná

L' élément la plus impressionnant du site est la fresque des quatre ères représentant les quatre ères de l'histoire de l'humanité.

Mural de las Cuatro Eras

Le site est loin d'avoir livré tous ses secrets. Des fouilles archéologiques continuent à être menées avec des découvertes importantes à la clé (scultures, sarcophage).


Maintenant direction San Cristobal à bord d'un colectivo et non d'un pick-up (on nous l'a proposé mais on n'a préféré ne pas tenter).

On vous redonne des nouvelles dans quelques jours. 😊

Hasta luego !!!

23
oct
23
oct

Réveil matinal pour se rendre sur le site archéologique de Palenque.

Arrivés à 8h15 sur le site, nous sommes parmi les premiers visiteurs. Nous avons entendu dire que de nombreux animaux (singes hurleurs, toucans....) sont visibles sur le site qui est situé sur le parc national de Palenque. Malheureusement, le beau temps n'est pas de la partie. La visite se fera sous un déluge et nous ne verrons aucun animal.

Le site est en plein coeur d'une jungle luxuriante, ce qui lui apporte un côté féerique. La plupart des constructions visibles datent d'une période comprise entre 500 et 800 après JC. Peu de monuments ont été mis au jour. Beaucoup sont encore enfouis sous la végétation.

Attention, en cas de pluie, les nombreuses marches du site deviennent très glissantes. Carine en a fait les frais sans conséquence. 😀


Site Maya de Palenque

Après la visite de la partie centrale de la ville, nous nous sommes dirigés vers une partie du site plus sauvage au milieu de la jungle, en direction du musée. Pendant notre visite, quasiment personne ne passait par cet endroit. Nous y avons vu de magnifiques cascades et des vestiges entourés par la végétation. La pluie battante nous a empêché de trop nous y attarder mais voici un aperçu de cette partie du site.


En bas: El baño de la Reina

Arrivés au musée, nous avons eu la mauvaise surprise de le trouver fermé. Il est fermé le lundi. Dommage, nous aurions aimé avoir plus d'explications sur le site.

Nous sommes donc rentrés à Palenque complètement trempés. Après un bon repas chaud et un peu trop pimenté pour Matthieu ("Le chile vert ce n'est pas très fort il paraît..." 😉) nous passerons l'après midi a l'hôtel pour nous reposer et surtout pour préparer la suite de notre périple dans le Chiapas.

Demain, nous irons visiter le site de Tonina situé à 2h30 de Palenque. Ensuite, nous reprendrons la route pour San Cristobal de las Casas où nous resterons quelques jours.


Hasta luego !!!

Besitos a todos !


** Pour information, l'entrée au site de Palenque est de 102 pesos.

22
oct

Après les quatre jours de farniente à Bacalar, nous avons de nouveau soif de découverte.

À peine arrivés à Palenque, nous décidons de partir visiter les cascades de Misol Há et d'Agua Azul.

La cascade de Misol Há est splendide et fait 45m de haut. Le fait de pouvoir passer derrière la cascade permet de se rendre compte de sa puissance.


Cascade Misol Há, Chiapas

Le site d'Agua Azul fait partie des incontournables repérés lors de la préparation de notre voyage. Malheureusement, en cette fin de saison des pluies, l'eau d'Agua Azul n'est pas aussi bleue qu'à son habitude. Mais ce n'est pas ce qui nous a le plus dérangé. À peine descendus du bus, nous sommes la cible de vendeurs ambulants bien insistants. Peu après, ce sont des enfants que les parents envoient pour nous supplier d'acheter quelque chose. Jusque-là, dans le Yucatán et dans la région de Mexico, nous n'avions pas été confrontés à une telle pauvreté.

Nous commençons la visite. Le site est magnifique avec plusieurs dizaines de cascades qui s'enchaînent sur un site que nous parcourons à la manière d'un escalier. Mais...tout le long de la rivière et des cascades, des cabanes de ventes d'objets de toutes sortes, des bars, des restaurants sont installés (au moins une centaine). Toutes les 30 secondes, un vendeur vous interpelle ou vient vous voir, ce qui gâche complètement la magie du site. On s'attendait vraiment à trouver un lieu préservé au milieu de la nature. Après, on relativise et on se dit que ça permet à pas mal de familles de vivre du tourisme mais ce n'est pas le genre de tourisme que nous affectionnons.

Voici les photos du site. Vous ne verrez pas les boutiques. La magie de la photo permet de camoufler certains éléments! 😀


Cascades d'Agua Azul, Chiapas

Si vous avez aussi vécu la même frustration en arrivant sur un site, n'hésitez pas à nous le raconter en commentaire. 😀


Hasta Luego!

20
oct
20
oct
Publié le 22 octobre 2017

Après trois semaines bien remplies, nous décidons de nous reposer un peu à Bacalar. Bacalar est une petite ville bordée d'une lagune surnommée la lagune aux sept couleurs.

Avec le soleil les différentes teintes de bleu turquoise sont magnifiques. Malgré une météo capricieuse, nous avons pu pleinement profiter de ce petit coin de paradis. Voici quelques photos de nos quatre jours passés à Bacalar. Sur l'une d'entre elles, nous sommes à l'arrière d'un pick-up. C'est la navette qui nous emmenait du camping à la lagune. 😀

Bacalar

Nous avons aussi eu l'occasion de goûter notre premier ceviche, spécialité culinaire Mexicaine à base de poissons (ou crevettes) marinés dans du citron. Un vrai délice. 😀

Ceviche

Maintenant direction Chetumal pour la journée du 21 octobre (déjà 1 mois de voyage) avant de prendre un bus de nuit direction Palenque où nous attendent de nombreuses chutes d'eau et un site archéologique.


Hasta luego!



15
oct

Pour commencer, voici une anecdote qui nous est arrivée la veille sur un des périphériques de Mexico. On nous avait raconté pas mal de choses sur la police et la corruption au Mexique mais pour l'instant, nous n'y avions pas été confrontés. Nous roulions normalement sur le périphérique quand un motard de la police nous fait signe de nous arrêter. Il nous dit alors que nous ne portons pas nos ceintures. Quand il se rend compte que nous les avons, il nous accuse de rouler trop vite. On lui demande le relevé de l'infraction mais bien sûr nous ne l'obtiendrons pas. Il nous dit alors que la voiture va être immobilisée et qu'il faudra aller le lendemain au commissariat payer une amende de 150€ pour la récupérer. La suite consiste à négocier le pot de vin avec le policier pour qu'il nous laisse partir. On s'en tirera pour 600 Pesos, environ 30€. Ça peut paraître peu en France mais pour un Mexicain, ça peut représenter un part non négligeable de son salaire.

Après notre étape à Bernal, nous prenons la direction de la réserve de la Sierra Gorda située à deux heures de route. La route est sinueuse et nous voyons des paysages montagneux similaires à ceux que nous connaissons.

Sierra Gorda

Après un bon repas dans une Fonda (cantine) située en haut d'un col, nous sommes allés voir un point de vue, le mirador Cuatro Palos. Cependant, la météo n'était pas au rendez-vous et nous avons fini dans les nuages.

Mirador Cuatro Palos

Nous avons ensuite passé deux nuits à Jalpan de Serra, pueblo magico au milieu des montagnes. Dans cette région, on trouve beaucoup de Misión. Ce sont des églises qui ont été construites après l'arrivée des Espagnols et dont la mission était de convertir la population au christianisme.

Misión, Sierra Gorda

À deux heures de route de Jalpan de Serra, nous sommes allés visiter le jardin surréaliste "Las Posas" à Xilitla. Ce jardin a été créé par un riche héritier Écossais entre les années 50 et les années 90. Le paysage jusque-là montagneux s'est transformé en paysage tropical. Nous avons pu observer de nombreux papillons et de nombreuses araignées...


Jardin Las Posas

En fin de journée, nous sommes allés voir un phénomène naturel magnifique. La rencontre de deux cours d'eau, "Las adjuntas". Un des deux cours d'eau est bleu turquoise et son eau est assez fraîche. L'autre cours d'eau est marron et son eau est plus chaude.

Las Adjuntas

Le lendemain, nous sommes allés au "Puente de Dios", enchaînement de cascades et de roches. En dehors de la saison des pluies, la rivière est plutôt tranquille et le site est accessible grâce à des passerelles en bois fixés sur la roche. Cependant, en fin de saison des pluies, la rivière est transformée en torrent et nous sommes obligés de passer par la montagne pour accéder au site. Nous étions un groupe de six accompagné d'un guide. Ce guide était plutôt du genre pressé. Il allait à une telle vitesse que le groupe était assez étiré, surtout que les deux Mexicains avec qui nous étions avaient eu la bonne idée d'acheter des pintes de "Micheladas" (mélange de bière, de sel, de sauce salsa...), ce qui n'est pas super pratique pour faire de la randonnée. À un moment, après une bifurcation, on les a perdu et on ne les a jamais retrouvé. On suppose qu'ils ont fait demi-tour. La guide a essayé de les retrouver mais sans succès. C'était un peu bizarre comme situation. Néanmoins, voici les photos du Puente de Dios.

Puente de Dios

Après le Puente de Dios, le guide nous a emmené voir un canyon. Pour y accéder, nous sommes passés sur le chemin d'accès classiques qui est inondé en ce moment. Ce fut un moment assez unique de remonter le torrent en se tenant à la roche sur le côté.

L'aventure

Après toutes ces aventures, nous sommes retournés passer la nuit à Bernal. Ce village est vraiment un coup de coeur.

Avec Antoine, nous sommes partis tôt le lendemain matin pour admirer la vue depuis la Peňa.


La Peña de Bernal au petit matin

Sur la route du retour, nous avons fait une dernière étape avec Antoine et Louise: le site archéologique Aztèque de Tula. Ce site important comptait à son apogée plusieurs dizaines de milliers d'habitants. Il a été abandonné à cause d'un incendie et d'une guerre. Sur ce site, on retrouve des statues aux dimensions imposantes appelées "atlantes".

Site archéologique de Tula

Merci encore à Antoine et Louise pour leurs conseils et leur bonne compagnie!

Dimanche soir, nous avons pris l'avion pour Mérida. Nous sommes maintenant à Bacalar pour quatre jours.


Hasta luego!

12
oct
12
oct

Après ces quelques jours passés à Mexico, Louise et Antoine nous proposent d'aller passer 5 jours dans la région de la Sierra Gorda au nord de Mexico.

Il s'agit d'une région très nature qui regroupent notamment de très jolis "pueblos màgicos" (villages magiques). Pour information, pour obtenir cette appellation ces pueblos doivent remplir plusieurs conditions : garder leur caractère typique, avoir un attrait touristique, limiter le nombre de leurs habitants...

Après un peu plus de deux heures de route, nous arrivons à Tequisquiapan : un petit café et c'est parti. Nous nous laissons guider dans les rues colorées et calmes de ce village plein de charme.

Voici un petit aperçu de ce pueblo. Malheureusement le temps n'étant pas au rendez vous nous n'avons pas pris beaucoup de photos.


Tequisquiapan

Après avoir passé deux heures dans ce village, nous décidons de reprendre la route direction Bernal et sa peña.

Tout comme Tequisquiapan, il s'agit aussi d'un pueblo màgico sauf que celui-ci a un véritable attrait touristique : sa peña. Il s'agit d'un monolithe haut de plus de 300m.

Après avoir repris des forces et goûté des galettes fourrées, à base de maïs bleu (gorditas) dans un petit restaurant du village, nous partons à la découverte de cette peña accompagnés de notre fidèle compagnon surnommé "Gaby".

On vous laisse admirer la vue 😊


Hasta luego y besitos !!

Bernal et sa peña


10
oct

Jusqu'à maintenant, nous avions surtout visité des villes et des sites archéologiques. Nous avions hâte de faire une excursion en pleine nature. Nous avons été gâtés avec le programme proposé par Antoine et Louise. Nous sommes allés sur le volcan Nevado de Toluca situé à une centaine de kilomètres de Mexico. Ce volcan culmine à 4650m, soit quasiment à la même altitude que le Mont Blanc. En ce moment, il n'y a pas de neige à cette altitude.

Pour accéder au volcan, nous avons roulé pendant 15 km sur un chemin de terre qui nous a amené à 3800m d'altitude. Ensuite, nous avons marché jusqu'à atteindre le point le plus haut accessible par le chemin de randonnée. Le sommet n'étant plus très haut au dessus de nous, nous étions aux alentours de 4500m d'altitude. À cette altitude, l'oxygène se fait rare et le moindre effort se fait tout de suite ressentir. Par contre, quel spectacle. Les photos parleront mieux d'elles mêmes pour exprimer la splendeur des paysages que nous avons eue la chance de voir.

Volcan Nevado de Toluca, 4650m



À noter que nous avons vu des athlètes du comité Olympiques Mexicain s'entraîner en courant sur le chemin d'accès au volcan. Nous les avons dépassé sans problème...en voiture. 😀 Après ces paysages grandioses, direction la réserve de la Sierra Gorda à 2h30 de route de Mexico. Nous y resterons jusqu'à la fin de la semaine avant de reprendre l'avion dimanche soir vers Mérida.


Hasta luego!

9
oct
9
oct
Publié le 11 octobre 2017

Après avoir visité partiellement l'immense ville de Mexico, Antoine nous a emmené découvrir un joyau de la civilisation Aztèque: le site de Teotihuacan. Ce site est situé à une quarantaine de kilomètres de Mexico. Arrivés à l'aube, nous avons pu profiter du spectacle offert par la brume matinale se dissipant petit à petit.

Pyramides de la Lune et du Soleil au petit matin

À son apogée, du millieu du II ème au VI ème Siècle, la ville de Teotihuacan comptait 175000 habitants, ce qui en faisait à l'époque probablement la ville la plus peuplée au monde. À partir du VIII ème Siècle, la ville a commencé à décliner au profit d'autres cités comme Tula que nous visiterons d'ici quelques jours.


Les éléments les plus importants du site sont la pyramide du serpent à plumes Quetzalcoatl, la pyramide de la Lune et la pyramide du Soleil.

Pyramide du serpent à plumes

Le site est très grand. L'allée principale (calzada de los muertos) fait quatre kilomètres de long.

Calzada de los muertos, depuis la pyramide de la Lune

La pyramide de la Lune fait 42m de haut et offre une vue imprenable sur la pyramide du Soleil.

Pyramide de la Lune

La pyramide du Soleil est la plus grande du site. Elle mesure 65m de haut. Selon une hypothèse, elle est dédiée au dieu de la pluie Tlaloc.

Pyramide du Soleil

Hasta luego

8
oct
8
oct
Publié le 11 octobre 2017

Après nos deux semaines dans le Yucatán, direction la ville de Mexico qui est l'une des plus grandes au monde. Agglomération comprise, la ville compte près de 30 millions d'habitants. Mexico possède aussi la plus grande Avenue du monde, l'avenue Insurgentes fait 28,8km de long.

La vue sur la ville depuis l'avion est déjà très impressionnante et on se rend compte de l'immensité de la ville.

Mexico depuis l'avion

Tout de suite, on apprécie la fraîcheur qui nous avait manqué depuis le début du voyage. Il faut préciser que Mexico est située à 2250m d'altitude. En ce moment, il fait 15 la nuit et entre 20 et 25 la journée.

Après avoir retrouvé Antoine et Louise, nos amis vivant à Mexico, nous nous faisons ballader en vélo dans Mexico pour partir à la découverte de la ville. On apprécie d'être avec des locaux pour commencer la visite d'une telle ville.

Direction le palais national pour admirer les oeuvres du peintre Diego Rivera et notamment sa fresque couvrant une grande partie de l'histoire de la ville de Mexico, de la civilisation Aztèque à l'époque contemporaine.

Fresques de Diego Rivera, palais national

Après la visite de ce palais, on part découvrir la cathédrale ainsi que les ruines de l'ancienne ville Aztèque Tenochtitlan sur laquelle Mexico a été construite.

Centre historique de Mexico

Le dimanche jusque 14h, plusieurs kilomètres d'avenues sont fermées à la circulation pour permettre aux habitants de se faire une ballade en vélo ou roller.

Mexico le dimanche

Ensuite, nous nous sommes promenés dans le jardin des plantes qui est situé dans un parc qui fait plusieurs kilomètres de longs et qui regroupe plusieurs musées.


Jardin des plantes, Mexico

Nous avons aussi eu la chance d'assister à la représentation des voladores, acrobates Mexicains très impressionnants.

Voici une vidéo de leurs exploits:

https://we.tl/6EiKb4oMIu

Voladores

Pour finir, nous sommes allés tester une spécialité culinaire Mexicaine, les tostadas.

Tostadas au thon

Prochains articles sur la cité Aztèque de Teotihuacan et sur notre excursion sur le volcan Nevado de Toluca qui culmine à 4650m.


Hasta luego.

6
oct
6
oct
Publié le 9 octobre 2017

Le jeu de pelote Mayas (Pok Ta Pok) était un jeu très prisé des Mayas. Nous retrouvons d'ailleurs sur la plupart des grands sites Mayas des vestiges de terrains de pelote Maya.

L'événement auquel nous avons assisté va plus loin qu'une simple reconstitution historique. C'est un véritable sport qui demande une condition physique irréprochable. Deux équipes s'affrontent. Le but du jeu est de mettre une pelote pesant trois kilos dans un cerceau d'environ 50cm de diamètre et situé à deux mètres de hauteur.


Le cerceau dans lequel il faut marquer

Ça peut paraître simple sauf que les joueurs n'ont pas le droit d'utiliser la tête, les bras, les mains, les jambes, les pieds. La plupart du temps, ils jouent avec les hanches ou les épaules. À un seul moment, les joueurs ont le droit de jouer avec les mains: lorsqu'on enflamme la pelote à la fin du jeu...

Sacrifice - les Mayas avaient pour coutume de sacrifier le capitaine de l'équipe vainqueur, ce qui était paraît-il un grand honneur pour lui!

Voici quelques photos de ce jeu très impressionnant. Vous trouverez également à fin de l'article des liens pour télécharger des vidéos.


Le champion, 3 buts à lui tout seul
Pok Ta Pok, qui veut faire une partie?

Liens vidéos:

- Arrivée des joueurs

- Début de partie

- "Tirs aux buts"

- Pelote enflammée


https://we.tl/BndWrCKXuR


Hasta luego pour de nouvelles aventures à Mexico City!

6
oct
6
oct
Publié le 7 octobre 2017

Pour nos derniers jours à Mérida, nous dormons dans une auberge de jeunesse située juste à côté de la cathédrale (Hostal Catedral). Cette auberge dispose d'un rapport qualité prix imbattable (localisation, cuisine moderne, climatisation) avec en prime un petit déjeuner de qualité, le tout pour 5,8€ par personne et par nuit. On a du mal à comprendre comment ils peuvent gagner de l'argent. Cependant, on ne va pas s'en plaindre! 😀

Petit déjeuner à base de café, de thé glacé à base d'Hibiscus, de pastèque, d'omelette, de tortillas de Maïs...

Nous avons alterné les visites et les moments de repos à l'auberge, notamment pour travailler notre Espagnol.

Deux manières différentes de travailler notre Espagnol! :)

Nous avons notamment visité le musée de la ville qui explique en détails l'histoire de la ville de Mérida de sa création au XVI ème siècle jusqu'à aujourd'hui. Comme nous l'avions précisé dans le premier article sur Mérida, la ville a été bâtie sur les ruines de l'ancienne ville Maya T'Hó dont ils ne reste aucune trace aujourd'hui. En effet, les conquistadors Espagnols ont utilisé les pierres des bâtiments Mayas pour construire la ville de Mérida. Ce nom a été choisi par les conquistadors Espagnols car l'architecture de la ville Maya T'Hó leur rappelait les ruines Romaines qui se trouvent dans la ville de Merida en Espagne.

La ville a aussi connu un très important développement économique à partir du XVIII ème siècle grâce à l'industrie tournant autour des fibres d'agave. Selon le musée, durant l'âge d'or de cette industrie, on trouvait plus de gens riches dans le Yucatán que partout ailleurs en Amérique latine. Grâce à cette richesse, Mérida a été la première ville du Mexique à disposer de l'électricité et de l'éclairage public, en 1892. L'industrie a peu à peu déclinée notamment à cause de la révolution Mexicaine qui débute en 1915 puis à cause de la crise boursière de 1929.

Aujourd'hui, il existe encore un artisanat local de qualité lié à l'exploitation de l'agave, avec plusieurs marchés artisanaux dans la ville. Cependant, comme nous l'a confirmé un Mexicain rencontré dans la rue, la plupart des boutiques vendant de l'artisanat Maya à des prix dérisoires vendent en fait des produits "made in China".

Marché artisanal, Mérida

Pour notre dernier jour à Mérida se déroulait dans la cathédrale l'anniversaire d'une congrégation catholique importante. Nous avons pris une vidéo téléchargeable via le lien suivant. Si vous voulez juger par vous même de l'ambiance qui régnait dans la cathédrale, nous vous conseillons de la télécharger (vidéo disponible 7 jours).

https://we.tl/SU1NLTA2Ju


Cathédrale de Mérida

Ce soir, nous avons rendez-vous avec le jeu de pelote Maya que nous avions manqué la semaine dernière. Nous ne manquerons pas de faire un article à ce sujet.

Affiche événement Pelota Maya

Demain debout 5h pour prendre l'avion direction Mexico. 😀


Hasta luego!

3
oct
3
oct
Publié le 4 octobre 2017

Holà todos !


Après une journée plutôt tranquille hier, nous décidons de nous faire un programme un peu plus chargé pour cette nouvelle journée de voyage.


Nous démarrons la journée avec la découverte de deux magnifiques cénotes.

Après 2km parcourus sur un chemin de terre bien cabossé, nous arrivons enfin au premier cenote.


Le chemin pour accéder au cenote Kankirixche.

Ce cenote est moins impressionnant en terme de grandeur et de végétation que celui de Valladolid mais il a d'autres atouts : on a vraiment l'impression d'être dans une grotte avec les stalactites géants qui tombent du plafond et le puit de lumière permet au soleil de se frayer un chemin à l'intérieur du cenote.

Cenote kankirixche

Puis nous remontons dans notre Dodge Chevy direction le deuxième cenote situé à quelques kilomètres de là.


Ce cenote est tout aussi différent que magnifique. Contrairement au premier il est à ciel ouvert ce qui permet à la végétation de s'y développer et au soleil de lui donner une couleur bleu turquoise assez incroyable !

De plus, pour la petite anecdote : après avoir été encouragé par un couple de suisses très sympa, Matthieu a réalisé son premier saut dans un cenote à 4m de hauteur 😀

Cenote Yaal utsil

Après l'effort 😉 le réconfort, nous filons manger un morceau dans un petit village situé non loin du cenote avant de rejoindre le site Maya de Mayapán.

Ce site étant absent des guides touristiques, notre visite aura été des plus tranquille. On a beaucoup aimé avoir le site rien que pour nous !


Site Mayapán

Retour à Mérida dans la soirée pour rendre la voiture. Nous avions convenu avec les Suisses rencontrés dans les cenotes d'aller prendre un verre dans la soirée. Sur les conseils d'une Mexico-Américaine rencontrée dans notre premier hôtel à Mérida, nous sommes allés dans un bar appelé "La Casa de Todos" qui propose du Pulque maison. Le Pulque est un alcool local obtenu à partir de la fermentation de l'agave (la fameuse plante qui servait à faire des cordages, paniers...).

La casa de todos, Mérida

On ne va pas vous mentir. On a trouvé cette boisson très spéciale. Nous avons eu un assortiments de plusieurs goûts : Nature, Citron, Noisette et le dernier avait un goût de fromage de chèvre...😦 Même avec beaucoup de volonté, nous ne terminerons pas nos verres.

Nous déciderons ensuite d'aller prendre un cocktail au mercado 60 qui regroupe plusieurs bars et stands de nourriture sur une place à ciel ouvert. Nous avons passé une très bonne soirée en compagnie de ce couple et avons pu fêter mes 29 ans comme il se doit. 😀


En compagnie des Suisses Marc et Mélissa

Nous passerons les trois prochains jours à explorer plus en détails Mérida avant de nous envoler pour Mexico.


Hasta luego pour de nouvelles aventures.

2
oct
2
oct

Pour ce troisième jour de trip, petite journée au programme, et pour cause. Réveil 11h30 pour récupérer de la veille.

Au programme, la visite d'une Hacienda. Une Hacienda est un grand domaine agricole entourant des habitations à l'architecture impressionnante. C'est au 17ème siècle que se sont développées la plupart des Haciendas au Mexique, sous l'occupation coloniale des Espagnols. Dans le cadre de l'hacienda Ochil, c'est l'agave qui était cultivée.


Agave

Les fibres extraites de la plante servaient à faire des cordages (notamment pour les bateaux), des paniers, des tapis, des tissus... Cette industrie a peu à peu déclinée avec l'apparition des fibres synthétiques. Voici quelques photos de notre visite.

Petit bonus pour vous prouver que rien ne peut nous arriver, nous roulions derrière un camion transportant des statuettes de la vierge Marie et de Jésus...

Jésus & friends

Hasta luego!

1
oct
1
oct

Après une nuit compliquée, rien de mieux qu'un petit déjeuner pour repartir du bon pied!


Petit déjeuner au restaurant de l'hacienda d'Uxmal

Uxmal et Kabah sont 2 sites archéologiques Mayas situés dans la région Puuc, qui signifie colline en Maya. Cette région était une des plus fertiles des Mayas mais les nappes phréatiques profondes et l'absence de cénotes rendaient l'approvisionnement en eau difficile. C'est pourquoi les Mayas ont construits des grandes réserves d'eau souterraines appelées chultuns pour combler ce manque d'eau. C'est ce manque d'eau qui explique aussi l'omniprésence de Dieu Chaac, dieu de la pluie sur les sites Mayas de la région.

Arrivés sur le site vers 9h, nous avons pu profiter de la fraîcheur matinale et du peu de touristes présents. Le site d'Uxmal possède des édifices colossaux qui sont regroupés sur une surface assez réduite. L'ensemble est vraiment impressionnant.


Pyramide du Devin


Quadrilatère des Nonnes

Voici quelques photos qui nous l'espérons vous donnerons une idée de l'ampleur et de la beauté du site.

Uxmal

Le site d'Uxmal est aussi un des mieux préservés du Yucatán et possède encore des détails impressionnants.

Détails architecturaux, Uxmal

Après cette visite, nous nous sommes dirigés vers le site de Kabah. Ce site est beaucoup plus petit qu'Uxmal mais présente un intérêt particulier avec son palais des masques regroupant pus de 300 masques du Dieu Chaac.

Site de Kabah

Sur plusieurs milliers de sites Mayas présents dans le Yucatán, seulement une vingtaine sont visitables. Beaucoup n'ont pas encore été explorés!

Prochain article sur la visite d'une Hacienda!


Hasta luego!

30
sept

Comme expliqué dans un article précédent, nous décidons de louer une voiture pour aller visiter les alentours de Mérida. Notre choix s'est porté sur l'agence "Mexico Rent a car" située en centre ville et disposant d'une bonne réputation sur internet. Arrivée devant l'agence à l'heure convenue, nous ne trouvons personne. Finalement, le loueur arrive 30 minutes plus tard. Ensuite, le loueur ne semble pas en mesure de prendre notre carte bleue pour la caution. Nous décidons alors de retirer la caution au distributeur mais encore une fois, la carte fait des siennes. Nous retournons à l'agence et cette fois ça fonctionne. Nous partons avec la voiture et quelques centaines de mètres après, on aperçoit un voyant orange allumé! Demi tour et on retourne à l'agence. Selon le vendeur, tout va bien, nous n'aurons pas de problème. Pour une location à 10h, nous prenons finalement la route à 13h.

Notre Dodge Chevy (presque neuve...et pas de direction assistée :) )

Direction Celestún, petit village situé sur le golfe du Mexique et connu pour abriter une réserve naturelle avec de nombreux flamants roses. Pour aller voir les flamants roses, il faut louer un bateau avec un guide pour une balade de 2h. Pour réduire les frais, il faut trouver du monde avec qui partager le bateau qui peut contenir jusqu'à 8 personnes. Nous pensions avoir trouvé 2 autres personnes pour partager un bateau mais elles se sont rétractées au dernier moment. Nous avons attendu sur la plage jusqu'en fin d'après-midi d'autres personnes mais en vain. Être en dehors de la saison touristique n'a pas que des avantages. C'est donc avec regret que nous sommes partis de Celestún sans avoir vu de flamant rose, enfin presque. Nous en avons aperçu un de loin.

Plage et réserve naturelle de Celestún

En début de soirée, nous avons pris la route en direction d'Uxmal, site Maya majeur situé à une centaine de kilomètres.

Petit aparté sur les routes et la conduite au Mexique. Les routes sont pour la plupart limitées à 80 km/h hors agglomération et à 40 km/h en agglomération. Dans les agglos, on trouve des "Topes". Ce sont des dos d'ânes sur lesquels il est impératif de passer quasiment à l'arrêt si vous ne voulez pas abîmer votre bas de caisse. Comme le loueur nous l'a indiqué, en l'absence de feu tricolore ou de stop, il n'y a pas de priorité à droite. C'est la voiture la plus grosse qui passe en premier... 😀 À part ça, les Mexicains conduisent plutôt bien. Le plus surprenant est de voir les scooters et mobylettes avec 2,3, voire 4 personnes dessus (si c'est possible).

Les routes du Yucatán sont assez monotones. De grandes lignes droites avec une végétation dense autour. En cette fin de journée, nous avons observé nos premières grosses araignées du voyage avec de nombreux spécimens qui traversaient la route. La végétation dense qui ne laisse pas d'endroit pour camper et la présence de ces bêtes à 8 pattes nous ont un peu refroidi pour camper la nuit venue. Nous avons aussi croisé le chemins de bovins au milieu desquels nous nous sommes tant bien que mal frayés un passage. L'ultime épreuve à été d'éviter les trous (aussi violents que les topes) sur une route plus que dégradée et de nuit.



Les routes du Yucatán

Nous sommes arrivés vers 23h au niveau d'Uxmal. Nous décidons alors de dormir dans la voiture sur le parking d'un musée. On essaye d'abord de s'allonger à l'arrière de la voiture mais la chaleur à l'intérieur de la voiture est intenable et il est impossible d'ouvrir les fenêtres à cause des moustiques. Nous essayerons diverses techniques pour rafraîchir la voiture (du Scotch moustiquaire en passant par monter la moustiquaire de la tente dans la voiture 😀) mais en vain. Nous décidons donc de dormir sur les sièges avant de la voiture après avoir fait fonctionner un peu la climatisation de la voiture. Carine dormira quatre heures cette nuit là et moi une heure. D'un commun accord, nous déciderons de ne plus camper tant que l'humidité et la chaleur seront aussi importantes.

Même si on a connu quelques petites galères , on sait que ça fait partie du voyage et c'est comme ça qu'on apprend. Prochain article sur Uxmal qui est une pure merveille.


Hasta luego!

29
sept
29
sept
Publié le 2 octobre 2017

Mérida est la capitale de la région du Yucatán et compte près d'un million d'habitants. Elle a été fondée par les conquistadors Espagnols en 1542 sur les ruines d'une ancienne ville Maya.

Nous avons passé trois jours dans cette ville pleine d'activités. Et nous y retournerons deux jours au retour de notre périple en voiture. Nous avons pris nos quartiers dans l'hôtel Art Apart situé à tout près de la place centrale du centre ville. En dehors de la saison touristique, l'hôtel est totalement vide. Nous étions 3 clients en tout dans l'hôtel...

Hôtel Art Apart

La vie culturelle est très riche avec de nombreux musées et théâtres dans toute la ville. À notre grande surprise, la plupart des musées du centre ville sont gratuits. La place centrale regroupe plusieurs palais qui sont pour la plupart visitables ainsi que la cathédrale.

Plaza Grande, ses palais et sa cathédrale

Lors de notre dernier soir, le vendredi, nous avons pu profiter de l'animation qui règne en centre ville le weekend à Mérida, avec de nombreux musiciens de rue. Notre seul regret est d'avoir su trop tard que chaque vendredi à 20h, une partie de pelote Maya (jeu traditionnel Maya) a lieu devant la cathédrale. Nous essayerons d'y assister le vendredi suivant.

Un vendredi soir à Mérida

Pour terminer, voici une photo d'une très jolie robe traditionnelle de l'artisanat Maya qui est très présent dans la région. De nombreuses femmes portent d'ailleurs ces tenues au quotidien.

Robe, Artisanat Maya

Hasta luego!