Pour notre 6ème voyage, nous devons partir en août, nous allons chercher le frais au nord de l’Europe, nous avons traversé la France, la Belgique, les Pays Bas, le Danemark, l’Allemagne et la Suisse.
Août 2018
30 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Jour 1 : samedi 21 juillet 2018

Nous quittons Vizille vers 10h ce matin. Durant ce voyage, et pour la première fois, Fifi et moi allons partager la conduite à tour de rôle, cela diluera la fatigue pour ces 6000 km à parcourir.

2

Jour 1 : samedi 21 juillet 2018      (300 km)*

Vichy n’est qu’une étape pour rejoindre Blois, et rendre visite à Claudine, la sœur de Fifi, avant son remariage. Nous nous partageons la route, Fifi conduit pour la première fois pendant 2 heures, je fais le reste. Nous arrivons sur les bords de l’Allier, il y a une course de jets ski tout proche. Après le repas, nous nous promenons sur voies qui longent les berges. Pour finir la soirée, nous avons fait 2 parties de Triomino, Fifi a tenu à ce que j’inscrive qu’il a gagné 2 fois.


* distance à titre d'information, pas forcément la distance parcourue lors du voyage, pour le temps, nous prenons grossièrement 80 km par heure, et rajoutons une heure pour les arrêts repas et toilettes.

Course de jets ski, Vichy 
3

Jour 2 : dimanche 22 juillet 2018     (280 km)

Lever, petit café dans un bar, le patron me propose de m’embaucher quand je ramène les tasses au comptoir… Direction Saint-Gervais-la-Forêt, proche de Blois, arrivée fin d’après-midi, Fifi conduit 2 heures.

Fifi conduit
Fifi conduit

Garés devant chez Claudine, Nous prenons une bière en l’attendant. Après un repas tous ensemble, nous dormons sur le parking de la salle des fêtes du village, bonne nuit assez fraiche, comme si le sort nous attendait au tournant, en prédisant de forte chaleur à venir.

4

Jour 3 : lundi 23 juillet 2018

Le matin trajet en bus jusqu’au centre de Blois, la chaleur commence à faire son apparition. Déjeuner dans un Kebab puis nous allons sur la place, où se trouve la maison de la magie, des dragons immenses animés, sortent des balcons en rugissant. Nous visitons la maison de la magie, je suis conquis par la salle des pendules inventées par Robert Houdin, illusionniste et inventeur du 19ème siècle. Les aiguilles semblent se déplacer sans qu’aucun mouvement n’intervienne, belle illusion. En revanche, nous ne sommes pas réellement emballés par la suite de la visite, plutôt dirigée vers un public beaucoup plus jeune.

Maison de la magie, Blois.
Blois 

Retour chez Claudine, l’occasion de reprendre une douche, puis elle nous propose un pique-nique devant le château de Chambord, vue magnifique du château dans le parc où nous nous sommes installés pour le repas. Le coucher de soleil se reflétant sur l’édifice, donne une couleur rose aux façades. Après quelques piqûres de moustiques fatales à Fifi, nous rentrons nous coucher au camping-car.

Chambord 
5

Jour 4 : mardi 24 juillet 2018     (500 km)

Départ 8h30, nous nous partageons le temps de conduite, Fifi fait la traversée du périphérique à Paris. Arrivée à Bruxelles vers 21 heures après avoir cherché longuement le parking, problème GPS qui se perdait dans la ville.

Grand parking très proche du centre, en bordure d’un parc, et face à un musée, il y a également un monument à 3 arches érigé à l’occasion de l’indépendance de la Belgique en 1905. Nuit sur le parking, malgré les gens qui profitent de la douceur du soir.

Parking de Bruxelle 

Nous atteignons les 1000 km.

6

Jour 5 : mercredi 25 juillet 2018     (100 km)

Visite le matin de la Grand Place du centre, passage dans une galerie commerciale sous des arcades. Nous visitons une exposition, de nombreux panneaux sont accrochés aux murs, chacun comporte une question posée directement aux Bruxellois, munis de crayons, chaque personne peut répondre sur le panneau, en fonction de ses origines, de son quartier, sa sexualité, … les questions portent entre autre sur la culture, l’identité, le ressenti et la sécurité de la ville et ses quartiers…

Galerie commerciale et Grand Place 
Statut de chien en bronze 

Il en ressort que la ville est cosmopolite (2ème au monde), pour la plupart, difficile de trouver sa place, 4 langues parlées : Français, Anglais, Néerlandais et Allemand…

Nous continuons vers « Bruxelles-les-Bains », similaire à Paris plage, nous mangeons un cornet de frites et une fricadelle, sur les quais. L’après-midi, se passe sous 35°C, la chaleur est épuisante, on fait une pause bière dans un bistrot, nous cherchons inlassablement une fontaine pour remplir notre bouteille, nous réussissons enfin à trouver, tout petit débit, 10 minutes pour ½ litre… nous arrivons trop tard au parlement européen qui ferme.

Bistro bruxellois 
Parlement européen 

Retour au camping-car et départ pour Bruges, sous la chaleur. Arrivée à 19 heures.

Après une petite discussion avec un camping-cariste français. Méli qui, ces derniers temps, a bien souffert de la chaleur, s’enfuit du camping-car. Nous réussissons à la récupérer non sans mal, je la serre fort contre moi, pour qu’elle ne me lacère pas à son tour, elle pousse des gémissements que je n’avais jamais entendus jusqu’alors. La chaleur, le confinement, l’enfermement l’ont sans doute conduite à s’évader.

7

Jour 6 : jeudi 26 juillet 2018     (240 km)

Visite de Bruges, la cathédrale, les galeries d’art et de la Grand Place. Nous ne pouvons partir de Bruges sans avoir dégusté une gaufre au sucre pour moi, à la chantilly pour Fifi. C’est une jolie ville dans laquelle nous passons un bon moment malgré la chaleur, 37°C à l’ombre.

Bruges 
Galerie d'art, Bruges 

Retour vers 16 heures, nous quittons la Belgique pour les Pays-Bas, précisément à La Haye. Tout au long de l’étape, l’air entrant dans la camping-car est suffoquent. Nous nous garons en bordure d’une route longeant un canal, la chaleur ne semble pas s’atténuer, la météo annonce encore la journée de demain en vigilance canicule

Parking de La Haye 
8

Jour 7 : vendredi 27 juillet 2018     (80 km)

La nuit a été dure, il y a un vent très chaud, nous décidons de ne pas visiter la ville. Le matin, nous prenons les trottinettes pour la plage au sable fin. Baignade furtive, la fraîcheur nous fait du bien mais très vite nous sommes entourés de méduses, nous retournons au camping-car pour le déjeuner. Vers 15 heures, Fifi veut retourner à la plage, toujours sous un soleil de plomb, nous reprenons les trottinettes pour la plage. Arrivés là-bas, la réverbération du sable nous envoie une chaleur intense, l’air ambiant est proche de 40°C, le ressenti est bien plus élevé, au bord de l’eau beaucoup de monde, pas même 1 m² de libre. Je fais immédiatement demi-tour, Fifi me rejoint peu de temps après.

A 18 heures, Fifi prend le volant pour Amsterdam, nous stationnons dans un village proche : Amstelveen. Après manger, nous nous promenons le long du cours d’eau, c’est un joli village, calme et plutôt résidentiel, on croise des jeunes sur des bancs, des vapeurs d’herbe sortent de leur bouche…

Amstelveen 

La météo promet des orages pour la nuit, dans l’attente nous étouffons dans le camping-car, qui est resté toute la journée en plein soleil, pas un brin de vent ne vient nous rafraichir. A l’aide d’un petit ventilateur, je tente de faire rentrer un peu d’air de l’extérieur, impossible de trouver le sommeil. Ce n’est que tôt le matin que les premières gouttes tombent et que le vent se lève, nous attendions cela depuis pas mal de jours, enfin il pleut, l’air se rafraichit, on n’y croyait plus.

Parking d'Amstelveen
9

Jour 8 : samedi 28 juillet 2018

Ce matin la température devient clémente, le ciel est un peu couvert, idéal pour visiter Amsterdam. Tram 5 jusqu’à Amsterdam, nous tentons de prendre le bus 17 pour se rendre au centre. Dans la précipitation, nous avons fait l’erreur grave de rentrer par la sortie, le chauffeur a stoppé le bus, nous ne comprenons le message qu’il nous adresse en néerlandais, tout le monde nous regarde, peut-être nous prennent-ils pour des fraudeurs. Nous décidons de sortir par la sortie et rentrer par le bus par l’entrée, dès que nous sommes hors du bus, il redémarre en nous laissant sur place…

Nous faisons le reste à pied ! A notre arrivée, il y a un grand rassemblement, on comprend vite qu’il s’agit d’une Gay-Pride, rassemblant plusieurs nations. Un homme chante sur scène, il a une tignasse gigantesque, il chante : I am so beautiful ! Nous suivons un moment le cortège, pas d’exubérance comme on peut le voir ailleurs, pas de gestes provocateurs, seulement une marche. Plus tard, nous nous dirigeons vers le centre, très belle ville ponctuée de nombreux ponts, nous nous retrouvons vite dans le quartier rouge, visiter Amsterdam sans voir les prostituées en vitrine serait un sacrilège, de même pour les coffee-shop, où j’achète un peu d’herbe. En entrant dans le coffee-shop conseillé par Google, nous voyons une fille défoncée, affalée sur la table, sa consommation a été sans modération… plus tard, nous allons au Ripley’s Museum, c’est un musée atypique, parfois interactif, très original, nous avons adoré, en particulier ce grand tube tournant traversé par une passerelle, dans le cheminement on a l’impression de tomber.

Gay-Pride 
Amsterdam 
Ripley's Museum 

Retour au camping-car vers 20h30, après manger nous nous promenons au bord de l’eau, dans ce petit village.

10

Jour 9 : dimanche 29 juillet 2018     (200 km)

Nous partons le matin, Fifi prend le volant. Nous nous arrêtons à une station-service où nous prenons une douche. Nous arrivons à Groningen à 15 heures. On cherche un lavomatic sur google, on prend les trottinettes et le linge sale, et Google nous y conduit rapidement. Deux hollandaises arrivent au lavomatic, j’aide l’une d’entre elle à porter des gros sacs de linge, elle me dit qu’il s’agit du linge de son fils. Durant le lavage, nous faisons un rapide tour de la ville, de retour nous aidons encore la dame, sur l’une des machines les inscriptions sont en français !

Parking de Groningen 
11

Jour 10 : lundi 30 juillet 2018     (300 km)

Départ pour Hambourg, 9 heures du matin. Nous arrivons vers 14h30, la faim dévore Fifi, il devient acariâtre, arrêt à Lidl, puis nous gagnons un parking situé sous les arbres en face d’une église qui sonne tous les ¼ heures de 7 heures à 22 heures.

Parking d'une église à Hambour 

Après le repas, nous visitons la ville, il fait encore très chaud, l’humeur de Fifi ne s’arrange pas trop, on visite les bords de l’Elbe, le quartier des entrepôts. Nous prenons un tunnel presque piéton, seule quelques voitures passent, il y fait très frais, cela fait du bien. Nous avons parcouru pas mal de kilomètres. Le soir Fifi va beaucoup mieux…

Les entrepôts d'Hambourg 

Nous atteignons les 2000 km.

Le Vieux tunnel sous l'Elbe est un ouvrage d'art construit en 1911 pour relier les deux rives de l'Elbe par voie souterraine, dans la ville de Hambourg en Allemagne.

Ce tunnel porte le nom de "vieux tunnel" car un nouveau fut réalisé à côté et inauguré en 1975.

Il relie le centre-ville de Hambourg aux docks et aux chantiers navals du port.

Quatre énormes ascenseurs de chaque côté du tunnel permettent aux piétons et aux voitures d'accéder au tunnel. Ils sont toujours opérationnels, mais insuffisants pour le trafic actuel. Aussi fut-il décidé de réaliser, dans la seconde moitié des années soixante, un nouveau tunnel, plus large et plus long avec accès direct par la route, surnommé Nouveau tunnel sous l'Elbe.

Le tunnel 
12

Jour 11 : mardi 31 juillet 2018     (200 km)

Avant le départ, nous faisons le plein de gazole, le plein de nourriture, et je cherche un cimetière pour le plein d’eau. Le GPS nous mène dans le cimetière d’Hambourg, nous n’avons jamais vu un cimetière semblable, des grandes avenues où l’on circule en voiture, de beaux espaces verts, des arbres magnifiques, cela ressemble à un parc parsemé de sépultures. Nous nous arrêtons près d’une fontaine, je remplis le camping-car, j’en profite pour le nettoyer, intérieur et extérieur pendant que Fifi explore les environs, le cadre est tel que l’on repart après le repas. Fifi prend le volant.

Cimetière d'Hambourg 

Nous arrivons à Sønderborg vers 16h30. On se gare sur le port au pied d’un château. Visite du port et de la plage, Fifi goute à une « soft-ice », sorte de glace à l’italienne très onctueuse à la vanille, plongée dans un coulis de chocolat. Nous ne pouvons pas dormir sur le parking, on risque une contravention, nous trouvons un super spot à Krusa, face à la mer Baltique, très beau cadre, pontons, bateaux.

Port de Sonderborg 
Krusa 
13

Jour 12 : mercredi 1er août 2018     (250 km)

Nous arrivons à Ebeltoft en début d’après-midi. Nous visitons le village, aux rues pavées et piétonnes, ainsi qu’un petit musée gratuit dans un ancien atelier de teinturerie, qui explique, au moyen de documents vidéos et aux machines exposées comment se pratiquait la teinture de tissus, jusqu’au milieu du 20ème siècle. Nous arrivons ensuite devant une fabrique de bonbons et sucettes, nous en achetons chacun une pour la déguster durant notre visite.

Atelier de teinturerie, Ebeltoft 
Ebeltoft 

Nous passons la nuit dans un joli spot, au pied d’un phare, la route est un peu galère pour y accéder car parfois étroite et sans visibilité. Nous sommes face à la mer, il y a beaucoup de camping-cars, joli cadre et joli coucher de soleil sur la mer.

Parking proche du phare
Coucher de soleil sur la plage, proche du phare 
14

Jour 13 : jeudi 2 août 2018     (100 km)

Fifi conduit, on passe par Mariager, petite ville en bord de mer Baltique, on s’arrête sur un parking, petit port, et train ancien qui attire l’œil de Fifi. Nous visitons le centre, peu de choses attrayantes à part quelques habitations un peu tordues comme à Sønderborg. Nous repartons pour Hadsund.

Train en gare de Mariager 
15

Jour 13 : jeudi 2 août 2018     (15 km)

A Hadsund, nous arrivons dans une aire de camping-car. Nous sommes reçus par une dame qui parle le français, il se trouve qu’elle était venue en France pour apprendre la langue il y a 30 ans, et plus précisément à Voiron, tout proche de chez nous. Elle avoue préférer parler français qu’anglais, c’est pourquoi nous sommes les bienvenus. Nous avons accès aux toilettes, aux douches et à une petite cuisine. Nous trouvons un emplacement sur l’herbe, pas très ombragé, mais il fait une température très clémente au regard de celles que nous avons supportées. Nous allons ensuite faire un tour dans la ville, en trottinette. Là encore, peu de choses à voir, nous nous arrêtons devant une friperie, et Fifi achète une veste en (faux) daim pour 50 Kr (l’équivalent de 6 €).

Aire d'Hadsund, étang proche 

Le soir, nous préparons un repas dans la cuisine de l’aire de camping-car, et nous mangeons dehors sur une table installée proche de la cuisine. Soirée fraiche, le thermomètre affiche 11°C à 5 heures du matin !

16

Jour 14 : vendredi 3 août 2018     (150 km)

Skagen est le point le plus au nord du Danemark, on y accède par la plage, et c’est à la pointe que l’on peut voir la jonction entre la mer du Nord et la mer Baltique, les vagues arrivant de chaque côté. Le parking se trouve à 5,5 km, dont 2 km de plage. Nous faisons le premier tronçon à trottinette, et le reste à pied dans le sable. Nous continuons sur le banc de sable immergé afin d’aller au bout du bout du Danemark ! Nous sommes alors à mi-parcours. De retour, nous nous promenons dans la ville, elle est assez jolie avec ses rues piétonnes. Fifi s’octroie une glace bien méritée, nous faisons quelques courses à Lidl. Alors que la canicule sévit en Europe, nous prenons un peu de fraicheur, sur le matin la température est de 11,6°C, que du bonheur pour nous d'avoir un peu froid !

 Grenen, jonction de la mer Baltique et mer du Nord
Grenen 
Skagen 
Parking de Skagen, nuit fraiche 
17

Jour 15 : samedi 4 août 2018     (230 km)

Avant de partir, nous décidons de refaire un tour dans la ville, il est 9 heures, les rues sont désertes peu à peu, les commerçants commencent à ouvrir leur boutique. Nous buvons un café. Plus tard, des cloches sonnent, il y a une messe assurée par une femme, beaucoup de gens rentrent dans l’église. Je décide d’y rentrer à mon tour pour prendre des photos, jolie église blanche, claire, qui ne renvoie pas la lumière austère généralement observée dans les autres édifices.

Eglise de Skagen 

Nous quittons Skagen pour Aarhus vers 11 heures.

18

Jour 15 : samedi 4 août 2018     (150 km)

Arrivée à Aarhus, avec les trottinettes, nous visitons la ville, rues piétonnes et port, où semble-t-il une régate se déroule et donne un air de fête à la ville. Nous buvons une bière sur le port, pour étancher la soif…

Aarhus

En fin d’après-midi, nous continuons sur Odense qui n’est qu’une étape pour se rapprocher de Copenhague, nous passons la nuit sur le parking d’une piscine, en pleine nature, assez isolé de la route, pour repartir dès le lendemain matin. Nous verrons la ville lors de l’étape de retour de la capitale.

Parking d'une piscine à Odense (ambiance "Walking dead") 

A mi-parcours, nous atteignons les 3000 km

19

Jour 16 : dimanche 5 août 2018     (170 km)

Fifi conduit sur cette étape. Sur le trajet, nous prenons un pont qui relie Copenhague à Odense, nous passons un péage (51 €), nous arrivons dans un parking un peu circulaire, et trouvons une place à peu près ombragée.

Pont reliant Copenhague à Odense 

Après le repas, nous prenons le bus 250S pour le centre-ville, arrêt Tivoli face à la gare. Visite furtive de la gare, architecture, voûtes, ensuite nous arpentons les rues, et traversons la ville à pied jusqu’au port. Petit arrêt à New Yorker, achat de T-Shirts. Nous nous dirigeons vers la fameuse « petite sirène » au bout du port, en plus de la sirène nous voyons une nuée d’asiatiques, positions aussi ridicules les unes des autres pour la photo avec la sirène en toile de fond. Elle est en effet petite, de taille humaine posée sur un rocher, seul l’attroupement au loin, nous indique sa présence. Fifi achète la figurine dans un magasin de souvenirs.

Copenhague 

Nous continuons vers le parc Tivoli. C’est un parc d’attractions avec de nombreux restaurants, et de plus ou moins anciennes attractions. L’entrée de 16 € ne donne accès à aucune attraction, juste le droit de rentrer dans le parc, les manèges coutent environ 10 €. Cela dit, il est composé de différentes ambiances et différents styles qui en font un très joli parc. Nous rentrons ensuite au camping-car.

Tivoli 
20

Jour 17 : lundi 6 août 2018     (170 km)

Dès le réveil, pour laisser Fifi dormir un peu, je fais un tour dans les environs, j’observe les différents bâtiments, chacun est particulier, l’un en étoile, l’autre circulaire, un autre au pied d’une étendue d’eau artificielle faisant office de très grande piscine avec plage, bien loin de nos bâtiments vétustes et tagués ! Ils sont modernes mais restent très agréables à regarder.

Nous partons pour Odense, arrivée 12h30. Après le repas, nous visitons la ville natale de Hans Andersen, écrivain danois du 19ème siècle, auteur de contes, et notamment « la petite sirène » dont nous avons vu la statue qui a donné l’idée à Andersen d’écrire l’histoire.

Odense 

On trouve plusieurs statues en bronze à l’effigie de l’auteur, dont celle où il est assis sur un banc dans un drapé.

Hans Andersen 

Au cours de la visite, nous faisons une halte « glace », et rentrons au camping-car. Nous ne pouvons rester là pour la nuit, et quittons Odense pour Hindsholm.

21

Jour 17 : lundi 6 août 2018     (30 km)

Une heure de route sinueuse pour accéder au parking de la péninsule, d’abord route large, puis moins large, puis petite, puis très petite pour finir en chemin de terre. Pas facile en camping-car, bien que le nôtre soit compact. Nous nous trouvons devant une vue imprenable à quelques enjambées de la mer, nous passons la nuit sur place. Fifi est un peu contrarié car je ne partage pas autant que lui son enthousiasme, la route pour y accéder ne m’a pas trop emballé. Mais le spot est sympa !

Hindsholm 
22

Jour 18 : mardi 7 août 2018     (200 km)

parking, campus de Flensburg

Nous quittons le Danemark en redescendant par l'Allemagne, arrivée en début d’après-midi. Nous nous garons sur un parking du campus de Flensburg.

Après le repas, nous prenons le bus pour le centre. Promenade dans la ville, nous voyons des câbles joignant des habitations de chaque côté des rues sur lesquels sont suspendues des chaussures en tout genre, étrange ! Nous continuons sur une place en bordure d’une église, nous prenons une bière (pas de wiessbear, on en trouve surtout dans la Bavière), un marocain à une table à proximité, nous entend parler français et vient se mêler à la conversation. Habitant Flensburg depuis plus de 25 ans, il affirme que c’est la première fois qu’il ressent une telle chaleur, au vu de l’hiver particulièrement rigoureux, les anciens avaient prédits cette canicule.

Flensburg 

Sur les marches menant à l’église, des marginaux se réunissent, plus ou moins imbibés d’alcool, je me surprends à les observer, et finis par prendre des photos discrètement. Nous pénétrons ensuite dans l’église, elle semble fermée et vide, cependant on entend de la musique. En effet, un homme est perché sur un promontoire et joue de l’immense orgue. Le volume est fort, la musique est envoutante, on reste immobile un moment, se laissant envahir par le son très particulier de l’instrument. Plus tard nous nous baladons dans un centre commercial avant de rentrer au camping-car vers 19 heures.

23

Jour 19 : mercredi 8 août 2018     (450 km)

Une longue route nous attend, près de 450 km. En chemin nous faisons une halte dans une aire de service sur l’autoroute, après le café nous en profitons pour prendre une douche à la station-service. De temps en temps cela fait du bien de pouvoir se doucher sans trop calculer le volume d’eau… le bien-être est de courte durée, il fait une chaleur terrible, le camping-car étant stationné en plein soleil, nous ne trainons pas trop. Nous arrivons à Berlin vers 17 heures, la chaleur est toujours présente, Méli ne se sent pas bien, elle a très chaud et tire la langue, avant toute chose, je la mets dans la douche et l’arrose un peu, elle n’aime pas du tout ça, mais cela la rafraichit, elle semble mieux respirer.

Nous sommes en bordure du Treptower park, le long d’un boulevard, sous un châtaigner qui laisse tomber ses glands sur le camping-car au fil du vent. Il y a un autre parking non loin de là, nous partons à pied voir sur place, et traversons le parc. Il est très arboré, on y trouve également le soldat libérateur d’un mémorial soviétique, il y a aussi un étang artificiel, des gens se baignent. À notre retour, nous décidons d’aller chercher nos serviettes et maillot de bain. La fraicheur nous fait vraiment du bien, le fond est vaseux et l’eau est remplie d’algues, mais peu importe… Fifi, comme toujours, se donne aux moustiques, sa peau sucrée les attire… Nous constatons que tous les arbres de la ville sont numérotés.

A notre retour, le ciel se couvre, la météo ne prévoit que 10% de chance de précipitation. Quelques gouttes commencent à tomber, nous accélérons un peu le pas, l’étang n’est pas très proche du camping-car, à 200 mètres une pluie battante nous surprend, nous arrivons trempés ! Du coup, la température baisse de 35°C à 25°C, une aubaine pour nous. La nuit est assez fraiche et Méli respire enfin.

Nous atteignons les 4000 km.

24

Jour 20 : jeudi 9 août 2018

Nous prenons le petit déjeuner au MacDo dans un centre commercial. J’ai eu la mauvaise idée de confondre sucre et sel. Au bout d’une gorgée de café salé, je jette mon gobelet avec une envie de vomir.

Visite d’Alexander Platz, puis la mairie de Berlin. Très joli cadre, escalier avec tapis rouge, architecture très raffinée, rien à voir avec celle de Grenoble ! Nous continuons vers « Check Point Charlie », sur la Friedrichstrasse, un des postes-frontières de Berlin, qui durant la guerre froide, permettait de franchir le mur qui divisait la capitale entre la RDA et la RFA, un panneau indique en 4 langues (dont le français) : « Ici, vous sortez du territoire américain ».

Check Point Charlie

Nous voyons une partie du mur de Berlin dans le quartier Friedrichshain. Le mur est tagué sur toute la surface, ainsi que les murs des habitations et magasins des rues du quartier. Rares sont les bâtiments dépourvus de tags. Le quartier est très vivant, il y a beaucoup de noirs en bande, pas très rassurant. Il fait encore très chaud, près de 35°C. Après une journée entière à Berlin, nous rentrons au camping-car vers 18 heures.

Mur de Berlin 
quartier Friedrichshain 

Nouvelle baignade dans le parc, pluie en début de soirée qui fait baisser la température. Repas et nuit.

25

Jour 21 : vendredi 10 août 2018     (200 km)

Parking Liepzig

Arrivée début d’après-midi, nous stationnons en bordure d’un parc très ombragé, très joli spot. La température a bien baissé depuis la veille.

Après déjeuner, nous allons au centre-ville. Nous arpentons les rues piétonnes, et traversons une galerie en arcade au toit en verre très élégante, qui abrite des commerces. Nous entrons dans une très belle église, aux colonnes romaines végétales, une impression de fraîcheur nous envahit, nous continuons notre balade, retour fin d’après-midi.

Liepzig 

Dans le parc se trouve un beargarten, on prend une Weissbear, et une saucisse en guise d’apéro. Il y a beaucoup de guêpes, chacun s’en accommode tant bien que mal, seul un individu court dans tous les sens, proférant des insultes en français à l’égard des guêpes germaniques, avec pour seul succès, les agiter davantage. Je me résous à déguster seul ma bière, et attendre sagement le retour de Fifi accompagné de ses nouvelles amies !

Beargarten 

Le cadre est très agréable, le soir, nous entendons de la musique, en suivant le son qui longe le long d’un cours d’eau tout proche, nous arrivons à un pont, sur lequel un jeune homme chante (bien), style cubain, d’autres jeunes sont assis ou allongés sur le pont, boivent des bières discutent en écoutant les chansons. Un des jeunes s’approche du chanteur, avec son harmonica et s’associe à la musique, un autre prend sa guitare et fait un petit solo, un bœuf improvisé et vraiment impressionnant de qualités.

Nuit calme et fraîche.

26

Jour 22 : samedi 11 août 2018     (430 km)

Au matin, nous quittons Leipzig pour Mayence. Sur l’autoroute nous rencontrons un bouchon, nous n’avançons plus, des gens sortent de leur véhicule, je pars à la pêche aux informations, une femme téléphone à l’oreille vient me parler, je lui demande de parler en anglais, elle m’explique qu’il y a un véhicule en feu à quelques kilomètres et que l’autoroute est coupée pour une heure. Il fait chaud, mais nous ne nous plaignons pas, nous avons notre maison avec nous, de l’eau fraîche de la nourriture, nous pouvons rester ici plusieurs heures, au regard des automobilistes coincés dans leur voiture entre chaleur et déshydratation. Au bout d’une heure, la route est débloquée.

Bouchon sur l'autoroute 

Nous avions prévu de passer la nuit dans une aire de camping-car, arrivé sur le parking attenant, nous remarquons qu’il est ombragé alors que l’aire est en plein soleil, nous décidons de rester sur le parking. Après s’être installé, une caravane arrive, puis deux puis dix, les gitans envahissent peu à peu le parking, pour plus de sécurité nous rejoignons l’aire. A notre grand désarroi, la police allemande fait évacuer le parking en peu de temps, il nous suffisait d’attendre un peu. Eh oui ! Nous sommes en Allemagne, pas en France, ici la police déloge les gens du voyage, en France le parking aurait envahi pour plusieurs jours…

Le soir nous mangeons une pizza Margarita affichée à 7 € en promotion sur la pancarte à l’entrée, et 9,60 € sur la carte. Le commerçant a essayé de nous la vendre au prix fort, je lui ai montré la pancarte, il a fait mine de la découvrir, un oubli de la promotion semble-t-il. Voilà pour l’anecdote !

Nuit calme et fraiche.

27

Jour 23 : dimanche 12 août 2018     (220 km)

Nous visitons la ville le matin, arrêt dans une cathédrale, puis un ancien monastère.

Cathédrale 
Monastère 

Nous allons au musée Gutenberg, il est évidemment question d’imprimerie d’ouvrages depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, les différentes manières d’imprimer au fil des siècles et au fil des civilisations (Asie, Europe, …). On peut y voir des anciennes machines et procédés d’imprimerie du 15ème au 20ème siècle. Ce musée est très intéressant, et c’est avec surprise que nous constatons que nous y avons passé près de 3 h 30.

Musée Gutenberg 

Retour au camping-car vers 15 heures et départ pour Rothenburg, arrivée début de soirée.

Nous stationnons sur un parking payant (9 € la nuit jusqu’à 13h30), tout proche des remparts de la ville.

Nous atteignons les 5000 km.

28

Jour 24 : lundi 13 août 2018     (180 km)

Nous avions déjà visité la ville lors de notre précédent voyage en Bavière. Fifi avait été marqué par les boutiques et le musée de Noël. Nous sommes en ville, le matin de bonne heure, la ville s’éveille, nous marchons en haut des remparts, jolie vue sur la ville, et continuons dans les rues piétonnes. Nous nous arrêtons dans une fabrique de Schneeballens, boule faite à base de pâte à bugne, on en trouve en différents parfums. En dégustant cette pâtisserie un peu étouffe chrétien, cela nous rappelle des souvenirs. Fifi souhaite voir le musée de Noël tandis que je bois un café sur la place, face à une église dotée d’une belle horloge.

Dans ce musée, on peut y voir des sapins traditionnels depuis le 19ème siècle. Beaucoup d’objets décoratifs sont exposés, des personnages et boules et autres… On y explique l’origine de Noël, la légende du père Noël. Saint Nicolas, lors de sa sortie le 6 décembre est accompagné du père Fouettard, alors que Saint Nicolas distribue des cadeaux, le père Fouettard distribue des coups de martinets (ou autre ustensile, selon les régions), aux vilains enfants. Fifi a trouvé ce musée très instructif en ce qui concerne la fête de Noël, son origine, son évolution.

Rothenburg 

La pluie commence à tomber, nous avons laissé tous les lanterneaux ouverts, nous pressons le pas jusqu’au camping-car, par chance, la pluie battante arrive en même temps que nous, nous avons à peine le temps de fermer tous les lanterneaux. Nous partons pour Heidelberg vers 13 heures.

Nous nous garons à l’extérieur de la ville, sur le parking d’un centre de tennis, à l’ombre. Une voiture de police passe près de nous, ils regardent le camping-car et partent. Dans le centre il y a un Beargarten, nous prenons une bière avant le repas et la nuit.

Parking d'Heidelberg
29

Jour 25 : mardi 14 août 2018     (200 km)

Heidelberg est une ville universitaire, il est intéressant de voir la prison destinée aux étudiants réfractaires aux règles, au 19ème siècle. Elle devient un musée à sa fermeture en 1914. Les étudiants pouvaient y passer quelques jours à plusieurs mois selon la gravité de leurs délits (étudiants turbulents suite à des soirées bien arrosées, vols, tapages nocturnes, …). Les prisonniers avaient l’obligation de suivre les cours, et faire leurs devoirs sur des bureaux mis à disposition. La plupart profitaient de leur séjour pour recouvrir les murs de graffitis symbolisant leurs exploits et leur appartenance à des fraternités. Quelques années avant sa fermeture, l’administration autorisait les visites des amis et familles, très vite elle fut le symbole de liberté, où la fête régnait. Nous arpentons ensuite les rues, et mangeons un calzone à la terrasse d’un fastfood.

Prison des étudiants 
Ancien amphithéâtre  de l'université d'Heidelberg et place de l'Université

Nous partons pour Fribourg vers 15 heures. Encore une ville que nous avions visitée l’an dernier, à la fin du voyage, nous avions bien aimé.

Arrivés à 19h30, nous décidons d’aller manger au restaurant où nous étions venus, repas très copieux peu cher, avec décorations et ambiance atypiques : le Schlappen.

Nuit bancale dans une rue résidentielle.

30

Jour 26 : mercredi 15 août 2018     (250 km)

En visitant la ville, le matin, nous assistons à une grande cérémonie du 15 août dans une cathédrale gothique. Il y a beaucoup de monde, et les chants entonnés ensembles donnent une dimension particulière, une profondeur.

14 heures, départ pour Pully proche de Lausanne, cette ville au bord du lac Léman, a été notre première et dernière étape du voyage en Bavière. Nous voulons clore notre voyage au même endroit. Nous apprenons qu’à cette époque de l’année, le parking est plein et la police n’aime pas les camping-cars (comme le reste de la Suisse). Malgré tout, nous nous rendons à Pully, en effet le parking est bondé, après réflexion, il est plus sage de ne pas rester ici, et partons pour la France, à Annecy. L’horreur de la Suisse, notamment Genève et Pully, les feux tricolores ne durent que 10 secondes, de quoi laisser passer 3 ou 4 voitures maximum. Nous mettons une bonne heure pour sortir de la ville, je commençais à perdre patience.

31

Jour 26 : mercredi 15 août 2018     (110 km)

Nous arrivons enfin à Annecy vers 20 heures, sur un spot très sympa. Au pied d’une église sur les hauteurs d’Annecy, qui domine toute la ville et une partie du lac. L’éclairage judicieux de l’église la rend encore plus belle.

Repas et nuit.

Église Annecy  
32

Jour 27 : jeudi 16 août 2018     (170 km)

Dernier jour du voyage, nous voilà de retour à Vizille, nous sommes jeudi, place désormais aux souvenirs qui s’embrouillent un peu dans nos têtes, avec le recul tous se remettront en place. Nous décidons alors de finir notre séjour à Valbonnais dans notre maison de campagne.

33

Jours 28, 29, 30 : 17 août au 19 août 2018     (40 km)

Nous profitons des derniers jours avant la rentrée. Nous faisons des lessives, nettoyons à fond notre camping-car, intérieur et extérieur, et faisons du rangement, durant 2 jours, avant de repartir dans la réalité !

Nous atteignons les 6000 km.


Bilan du voyage :

- C’est notre plus long voyage, nous avons fait un périple sans ennuis de quelque ordre que ce soit. Au fil des voyages nous prenons de plus en plus de plaisir, cette fois Fifi a conduit, il a vraiment assuré, et heureusement, car nous avons parcouru plus de 6000 km.

- 6 pays traversés : France, Belgique, Pays-Bas, Danemark, Allemagne et Suisse.

- Beaucoup de villes visitées dont : Blois, Bruxelles, Bruges, La Haye, Amsterdam, Odense, Skagen, Copenhague, Berlin… et bien d’autres.

- Plus de 6000 km parcourus, un budget d’environ 1500 € tout compris, dont 700 € de carburant.

Parcours Europe du Nord