Carnet de voyage

COVID19 - CONFINEMENT A LA FRANCAISE

Dernière étape postée il y a 820 jours
Un voyage dans l'inconnu, la solitude, et sans mouvement... C'est le voyage que nous faisons tous simultanément...
Mars 2020
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 20 mars 2020

Ce matin, je suis allée travailler comme si de rien était ou presque. Le Corona Virus est maintenant dans toutes les bouches, au sens littéral du terme pour le moment, mais aux vues de ce qu'il se passe en Italie ou en Espagne, ainsi que partout dans le monde, cela ne sera bientôt plus uniquement littéral...

Les italiens sont confinés depuis quelques jours maintenant, et pourtant l'épidémie continue de gagner du terrain, et fait tous le jours plus de morts... Mardi un triste record a été établi, 328 morts en 24h...

En France, nous circulons encore normalement, même si nous avons été invité à limiter nos déplacements au stricte nécessaire. Mais là encore, trop peu de personnes prennent conscience de ce qu'il se passe, et le stricte nécessaire ne tient apparemment pas du bon sens, mais d'une interprétation libre à chacun... Nombreux sont les français qui vont encore au cinéma, où rendent visite à leurs proches et/ou amis...

Dans la journée, nous apprenons que, ce soir, le Président de la République doit prendre la parole. C'est ainsi que mon cœur à commencer à palpiter.

A 20h, tous les yeux étaient donc tournés vers l'écran de télévision. Nous attendions, non sans une pointe de stress, les mots d'Emmanuel Macron. Quelques minutes plus tard, le couperet tombe. A partir de lundi, toutes les crèches, écoles élémentaires, collèges, lycées, facultés... seront fermées. Les enfants devront désormais restés confinés à domicile.

Ces derniers étant porteurs sains, ils représentent désormais un risque pour l'accélération de l'épidémie, et peuvent être contagieux pendant les 14 jours d'incubation d'un virus, qui passera inaperçus chez eux.

Les personnes âgées et les personnes souffrant de maladies chroniques ou ponctuelles et qui affaiblissent leur système immunitaire sont également invitées à rester à leur domicile.

Adresse aux français - 12 Mars 2020 

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/12/adresse-aux-francais

2
2
Publié le 20 mars 2020

L'ambiance est particulière... Je ne suis pas concernée par les nouvelles consignes, je n'ai pas d'enfant, et je ne fais pas partie des personnes à risques, mais je commence plutôt à m'inquiéter pour mes proches.

Un tournant a eu lieu. Désormais une grande partie de la population, de ma famille, de mes amis ou de mes collègues, commencent à comprendre que ce qu'il se passe est grave, que nous devons absolument faire attention. Mais encore trop de personnes prennent tout cela à la légère. Pensant qu'ils sont au dessus des consignes, qu'ils ne craignent rien, et n'ayant pas conscience que c'est surtout pour les autres qu'il faut faire attention. Nous avons tous parmi nos proches quelqu'un de plus fragile que les autres, quelqu'un pour qu'il le virus serait très dangereux, voir mortel. Il en incombe donc à chacun d'entre nous de faire le nécessaire pour limiter les risques de contamination.

Je n'ai pas toujours été aussi à jour sur les consignes à respecter. Je ne vais pas faire la morale aux gens, moi même j'ai mis du temps à capter l'importance du problème. Mais il est temps que tout le monde ait le déclic.

Ce vendredi 13 mars marque définitivement un tournant dans ma vie. J'assiste à des scènes incroyables et impensables en France, en 2020... Les supermarchés se font littéralement dévalisés. Aujourd'hui, si nous voulions acheter des pâtes ou du papier toilettes, il fallait patienter de longues heures, sans pour autant être sûr d'avoir quelque chose...

(Le parisien) 

Comment imaginer cela... Il y a les millions d'enfants qui sont désormais confinés chez eux. Il faut bien les nourrir, alors qu'ils allaient, encore jusque ce midi, à la cantine. Il y a ceux n'ont pas de moyens et ont pensé que les prix augmenteraient avec la "pénurie" qui s'annonce, d'autres toujours à cause de cette même "pénurie" se sont mis à faire des stocks impressionnant. Entre nous, prendre 50 rouleaux de papier toilette ? Est ce que c'est vraiment utile et vital ? Je me suis plus inquiétée à l'idée de ne plus trouver de quoi nourrir mon chat, plus qu'à essuyer mon derrière quand je suis à coté de ma douche.

On ne cesse pourtant de dire que les supermarchés ont environ 1 semaine de stock, les entrepôts quelques semaines ou mois, et les usines en capacités de production maximales. Cela n'empêche pas les gens de piller les supermarchés, au risque de s'agglutiner au moment même où il faut respecter des mesures de distanciation sociale... Ils viennent en famille, parfois avec des enfants et/ou des personnes âgées...

Si le virus provient initialement de Chine, et que les asiatiques sont montrés du doigts parce que victimes d'amalgames stupides, il est désormais pour moi le virus de la connerie humaine...

• • •

En parallèle de tout cela, les entreprises doivent rapidement mettre en place le télétravail pour tous ceux qui ont des enfants.

Chez nous, nous recevons un tableau Excel à remplir : Vient Travailler / Télétravail pour garde d'enfant / Télétravail pour garde d'enfant de moins de 15 mois. La rapidité à laquelle l'entreprise réagit est appréciable, même si l'inquiétude continue de grimper. Après tout, nous commençons à nous dire que parce que nous n'avons pas d'enfants, nous devons continuer à prendre le risque de se côtoyer, tout en sachant que certains côtoient des enfants...

3
3
Publié le 20 mars 2020

N'ayant rien de prévu aujourd'hui et ayant réussi à convaincre mon conjoint de ne pas se rendre à Paris pour le week-end, nous passons la journée à la maison.

Nous sommes samedi. Même si cela nous semble un peu long de ne pas sortir, ce n'est finalement pas quelque chose qui nous est inhabituel.

Ce soir, c'est au tour du Premier Ministre de parler aux français. A 20h, il prend la parole. Cette fois le ton est plus dur, moins indulgent. Nous sommes de nouveau appelés et plus fermement que la première fois, à rester chez nous, à ne sortir que pour une raison primordiale.

Pour nous obliger à le faire, désormais tous les lieux rassemblant du publics resteront fermés à partir de ce soir minuit, et ce jusqu'à nouvel ordre.

C’est ainsi que nous sommes passés au stade 3 de l’épidémie. Les bars, restaurants, commerces, salles de spectacles, cinémas, fermeront leurs portes ce soir, pour une durée indéterminée. Plus que jamais nos déplacements doivent être limités au stricte nécessaire et le télétravail est de rigueur.

Les personnes à risques doivent absolument restées confinées chez elle. Cela concerne les personnes âgées mais également toutes personnes ayant une santé fragile. Il est donc désormais impossible de faire garder ses enfants par les grands parents. Les enfants doivent rester à bonne distance, et nous commençons à en avoir « peur ».

Discours Édouard Philippe - 14 mars 2020

4
4
Publié le 20 mars 2020

Jour des élections municipales, et tout le monde se demande pourquoi elles sont maintenues…

Après tout, tout le reste est fermé. Nous n’avons plus le droit de nous réunir à plus de 100 personnes, ni de recevoir des amis, ou aller voir un film au ciné, mais les élections ont été maintenues… Les mairies ont dépensé des fortunes en gels hydro-alcooliques, en crayons à usage unique, et ont pris les mesures nécessaires pour que tout se passe bien…

Un fossé commence à se creuser entre ceux qui comprennent et appliquent les recommandations, et ceux qui n’en tiennent pas compte ou n’ont pas encore réalisé ce qu’il se passait.

Malgré ce que l’on entend depuis des semaines, la vigilance demandée, les consignes barrières indiquées par le gouvernement, les médecins et les scientifiques, des gens continuent de se réunir en famille, avec personnes à risques et enfants porteurs sains, d’aller au parc entre amis... Pour moi, cela devient incompréhensible.

Ce soir, je me couche avec un sentiment bien étrange… Plus que ressentir, je ne peux que constater que l’on vit quelque chose d’inédit, de grave, et que rien ne sera plus pareil. Je n’aurais jamais imaginé vivre cela. Ces dernières années ont été parsemées de plusieurs évènements dramatiques et compliqué à gérer, mais l’épidémie je ne l’avais pas vu venir…

Demain matin, je dois me rendre au travail, sans réellement savoir ce qu’il va se passer… On s’approche rapidement d’un confinement général… L’Espagne et l’Italie l’ont mis en place il y a quelques jours pour l’Espagne, et maintenant quelques semaines pour l’Italie.

Les questions vont bon train…

5
5
Publié le 20 mars 2020

Ce matin, comme prévu j’ai pris ma trottinette et me suis rendue sur mon lieu de travail. L’état de mon esprit n’est pas plus éclairé que la veille… Habituellement, à l’heure à laquelle je pars au travail, je croise pas mal de monde… Ce matin, quasi aucune voiture… Conséquence de la fermeture de toutes les écoles, les gens restent à la maison pour travailler ou garder les plus petits… Puisque les grands parents ne doivent pas être mis à contribution pour une fois… La ville me parait plus silencieuse, plus calme, mais je croise si peu de monde…

Arrivée sur le parking de la boite, la moitié des places sont libres… Les gens se croisent dans les locaux, se disant bonjour comme si de rien n’était, mais une ambiance étrange règne… Tout le monde sait qu’il va rentrer chez lui dans la journée, pour essayer d’installer son poste et faire du télétravail, ou directement passer au chômage technique… Mais chacun attend l'aval des supérieurs pour savoir exactement comment l'on doit s'organiser. Nous passons la matinée à contrôler les mots de passe, se demander si tous les accès seront possibles, ramasser les infos… tout en essayant de faire notre travail, mais si la tête n'y est vraiment plus. Même combat chez les clients… Sur les trois que j’ai réussi à joindre, deux m’ont dit qu’ils nous rappelleraient plus tard, que c’était plus urgent…

12h30 – Verdict. Nous rentrons tous à la maison. Certains partent avec la tour centrale et les écrans de leur poste, d’autres comme moi espèrent juste pouvoir paramétrer leur ordinateur personnel pour continuer à travailler. Il y a comme une sensation d’adieux… Nous ne partons pas à la guerre, mais nous sommes apparemment bien partis pour rester confinés pendant 15 jours…Voire beaucoup plus...Après pas mal de péripéties, j’ai fini par réussir a récupérer ma boite mails, mon logiciel de prise en main à distance, mais l’accès au serveur Windows depuis un MacBook demeure impossible… J’attends donc que mon conjoint rentre avec un ordinateur pour que je puisse réessayer et continuer de travailler… Cela dit, aucune envie de bosser aujourd’hui, alors que Le Président va prendre la parole ce soir, pour nous annoncer enfin que nous passons au confinement général… Les gens ont d’ores et déjà vidé les supermarchés qui régulent désormais les entrées, et des files d’attentes vont jusqu’au bout des parking…

16h50. Je suis chez moi, n’ayant pas réussi à travailler cet après-midi, je réfléchis… Pour le moment je ne réalise pas… Je ne réalise pas que ce n’est pas anodin d’être confiné… Nous allons devoir rester à domicile H24, 7 jours sur 7… Le seul motif pour aller trainer dehors : faire des courses, ce qui est désormais impossible, puisque des milliers de gens (qui ne voulaient pas aller voter) font la queue et dévalisent les magasins; se rendre chez le médecin ; aller travailler si l'on ne peut pas faire de télétravail ou si notre emploi est indispensable, aider une personne fragile.

Qui aurait pensé que cela puisse arriver… Au mois de janvier on se disait « mais quoi ? on va paniquer pour quelques cas de coronavirus ? », on plaisantait au moindre bruit de toux, mais quelques semaines plus tard, nous en sommes là… J’ai du mal à y croire…

20h, adresse du président... Durcissement des mesures de confinement, sans pour autant nous parler de confinement... Le discours est un petit peu flou, compte tenu que les français ont manifestement toujours du mal a comprendre que ce n'est pas pour soi qu'il faut le faire, mais pour protéger les autres. Le virus ne se déplace pas, mais nous le faisons voyager.

Adresse aux français - 16 mars 2020

https://www.elysee.fr/emmanuel-macron/2020/03/16/adresse-aux-francais-covid19

6
6
Publié le 20 mars 2020

Ce matin, pour moi c'est la décision prise avec ma responsable de me déclarer auprès des RH au chômage partiel. Pour mon conjoint, en revanche, travaillant dans les transports, il doit quant à lui se rendre sur son lieu de travail. Il dispose désormais de son attestation de déplacement permanente...

Comment être rassurée quand finalement, moi je ne prends plus aucun risques ni pour moi, ni pour les autres, mais que la deuxième personne qui vit à la maison sort tous les jours...

Je ne pensais pas céder à la panique générale, mais je me rends compte que je finis par me désinfecter les mains plusieurs fois par jour depuis vendredi, que je lui saute dessus dès son entrée à la maison pour m'assurer que ses mains à lui le sont également. Un simple bisou devient désormais pour moi inquiétant.

Et si j'étais moi même contaminée sans le savoir, ou lui ? Est ce que finalement, nous n'allons pas nous retrouver tous contagieux, contaminant d'autres personnes. Cette période d'incubation de 14 jours, met une sorte d'épée de Damoclès au dessus de nos têtes. Nous disions tous au départ "ce n'est qu'une grippe". Sauf qu'avec une grippe on ressent les symptômes dans les 72 heures maximum, mais souvent plus rapidement, et automatiquement, nous restons chez nous. Avec le Covid-19, nous pouvons contaminés les autres pendant 14 jours sans le savoir, et ces personnes vont contaminer d'autres gens, et ainsi de suite. Comme une suite interminable de dominos qui s'entrainent les uns les autres, jusqu'à être tous tombés...

En fin de journée, je reçois un appel... Une bonne ou une mauvaise nouvelle ? Ma responsable me contacte pour me dire que l'entreprise n'ayant pas à proprement parlé de baisse d'activité, je ne suis pas concernée par le chômage partiel. Qu'une journée de congés me sera décomptée pour aujourd'hui, et que pour la suite, j'ai le choix entre poser mes congés (au risque de journée sans solde) ou me rendre dans les locaux de l'entreprise, où l'on serait trois, donc minimum de risques. Surtout que je serai seule dans le bureau où nous sommes 6 habituellement, je dis oui.

7
7
Publié le 20 mars 2020

8h10. Aujourd'hui, peu rassurée à l'idée que nous sommes désormais deux à devoir sortir du domicile, je pars au travail sur ma trottinette.

Il y a encore moins de monde que lundi matin. Les gens sont de plus en plus organisés en télétravail, et comprennent un peu mieux (ici en tous cas) le pourquoi du confinement.

Arrivée sur le parking, cette fois-ci ce n'est pas un parking à moitié vide que je trouve, mais complétement vide, à l'exception d'une voiture, appartenant à une personne du service RH.

Finalement, dans le service, nous ne serons pas trois. Je serai toute seule, et après de longues minutes pour pouvoir entrer dans les locaux, je m'installe à mon poste. Ce service où nous sommes habituellement nombreux, est totalement vide. Aucun bruit...

Cette journée est particulière... Angoissante même. Je n'ai absolument pas envie de laisser tomber, mon contrat se termine le 31 mars, et j'aime bien mon boulot, mais tout ce qui est dans ma tête, c'est l'idée que tout le monde est à la maison, et moi je suis seule ici. Je ne devrais même pas être seule...

Les bureaux sont vides 

J'ai mis la radio pour avoir un bruit de fond, et essaye de passer quelques appels, mais encore aujourd'hui la plupart des clients ne répondent pas. Nombreux sont ceux qui nous ont demandés d'installer les logiciels sur d'autres postes pour pouvoir se mettre en télétravail. Ceux que j'arrive à joindre n'ont pas non plus la tête aux problèmes de paie ou de compta.

Finalement, je prends la décision de poser les congés acquis depuis le début de mon contrat. La perspective de venir tous les jours dans des bureaux vides, ne pas me sentir en sécurité malgré le fait que je ne croise absolument personne ne m'enthousiasme pas vraiment...

Nous verrons donc par la suite ce qu'il adviendra de moi dans l'entreprise, et comment organiser tout cela.

Compte rendu conseil des ministres 

Allocution Édouard Philippe - 18 mars 2020

8
8
Publié le 20 mars 2020

1er jour de confinement réel pour moi. Je prends mon mal en patience, et trouve un moyen de m'occuper.

Entre le ménage, le tricot, les séries, j'essaye de ne pas tout faire d'un coup, histoire de garder un peu d'activité pour les jours à venir.

Une chose est sure, ce n'est pas le temps qui va me manquer, et je vais pouvoir faire des choses que je ne prends pas le temps de faire habituellement, comme trier les placards !

De toutes façons il va falloir me faire une raison, je ne vais pas sortir de si tôt, hors mis pour éventuellement m'aérer l'esprit dans ma rue. Nous n'avons pas le droit de nous éloigner à plus de 500 mètres de notre domicile (sauf raisons impérieuses).

J'ai relancé les mises à jour de la console de jeu et je commence à roder sur Netflix et MyCanal de manière plus intensive. Habituellement, ce n'est pas hyper conseillé de passer du temps devant les écrans, mais je ne vais quand même pas lire toute la journée.

Je redécouvre d'ailleurs ces moments de lecture en journée, qui en temps normal sont plutôt rares et réservés au moment du couché.

Aujourd'hui encore de nombreuses personnes ne respectent pas les mesures mises en place. Certains se sentent définitivement au dessus des lois. Les amendes de 38e sont passées à 135e, les plages et littoraux sont désormais interdit d'accès.

Se dégourdir les jambes à proximité du domicile, ne signifie pas aller tous les jours s'installer sur la plage. Les beaux jours qui démarrent jouent sur le fait que les gens ont envie de sortir.

L'intérêt personnel passe encore au dessus de l'intérêt collectif. Parce que les gens sont inconscients ou parce que les gens aiment défier l'autorité.

Les italiens ont eu du mal à le comprendre, mais encore aujourd'hui alors que leur confinement est plus stricte qu'en France, les cas positif au Covid-19 font toujours plus de victimes. L’Italie compte désormais plus de décès que la Chine, pays de plus d'un milliard de personnes. Les autorités chinoises ont d'ailleurs envoyés personnels et matériels pour aider l'Italie. Et les plus grands médecins et chercheurs chinois, pensent que le confinement italien diminue la propagation du virus, mais qu'il est loin d'être suffisant...

Par conséquent, on peut aisément se dire que pour nous également. Nous pouvons encore prendre les transports en communs, et nous balader.

Nous attendons une nouvelle intervention du gouvernement dans les prochains jours. Pour le moment on nous certifie que les mesures ne seront pas amplifiées, mais seront beaucoup plus contrôlées.

La grande question est qu'est ce qui doit rester ouvert ou non ? Est ce que les libraires ou les cavistes sont des commerces indispensables ? Qui doit travailler ? Est-il normal que les commandes en ligne et livraisons de colis de marchandises en tous genres soient encore possibles ? Les gens ont-ils encore besoin d'acheter des fringues sur internet alors que de toutes façons ils ne pourront pas sortir avec ? Est-il normal que bon nombre d'employés, obligés de travailler, n'aient pas de gants et/ou de masques à disposition ? Nos propres personnels hospitaliers sont obligés de fabriquer des masques lavables pour se protéger à minima...

9
9
Publié le 20 mars 2020

Deuxième jour de confinement.

Aujourd'hui une fois de plus, l'Italie bat son record. A 20h, déjà 627 décès dus au coronavirus. En France, nous avons recensé 78 décès, ce qui monte le total de victimes à 450. Lorsque l'on regarde les courbes de démarrage de la propagation, on constate que la France a exactement la même évolution que l'Italie, avec une semaine environ de décalage.

Voir tout ce qu'il se passe en Italie, me donne l'impression de voir la bande-annonce ou le teaser d'un film apocalyptique. Sauf que tout cela n'est pas un film. La France a mis du temps à prendre des mesures, et beaucoup ne les prennent toujours pas. C'est fou de devoir se répéter, mais il y a encore du monde qui ne comprend pas le concept de confinement.

De nouveau le gouvernement fait passer le message de l'urgence du confinement, de la prise de conscience de chacun, pour que tous à l'issu de cette "crise du coronavirus", comme on l'appelle, nous puissions en sortir sain et sauf.

Nos urgences sont submergées par l'arrivée constante de cas positifs et graves.

Pour me changer les idées, j'essaie de faire une liste de tout ce que j'ai à faire dans l'appartement. Et aujourd'hui ce sera nettoyage de la salle de bains. Ha ça pour briller, elle brille.

J'ai appelé ma maman par skype. Nous sommes tous confinés séparément, certains en région parisienne, d'autres dans la Marne, et ce n'est pas évident. Se dire que dans tous les cas ils nous est interdit de sa voir. Mais se parler une petite heure sur Skype, finalement cela vide la tête, même si nous avons beaucoup parlé le virus, nous avons plutôt rigolé sur les aléas du confinement.

J'ai fais à manger aussi. En règle générale, ce n'est pas moi qui cuisine, mais finalement quand on a le temps...

J'ai roder sur internet, pour essayer d'installer un logiciel sur mon ordinateur. J'ai lu des blogs de voyages (et oui, je bouge par procuration).

Pour le moment ce n'est pas si dur que cela. Cela fait 2 jours que je ne suis pas sortie...

10
10
Publié le 4 avril 2020

Deuxième week-end de confinement avec mon conjoint. L'angoisse est montée d'un cran chez moi, qui suis confinée depuis 10 jours maintenant.

Il y a désormais un gros décalage entre lui et moi, lui continuant de sortir pour travailler et faire les courses... Sa vie n'a finalement pas tant changée que ça...

À chaque retour à la maison, je scrute ce qu'il ramène, angoissant à l'idée que le virus de trouve quelque part. Ses affaires allant à l'extérieur, restent désormais en vrac dans l'entrée, et ne doivent plus être en contact avec ce qu'il y a à l'intérieur.

Je sais bien pourtant que ce virus ne survit pas sur toutes les matières, et qu'il y a quand même peu de chances de le contacter si on se désinfecte les mains, et qu'on jette avant tous les emballages inutiles.

Mais chaque jour, le virus est dans tous les médias, sur toutes les chaînes, dans toutes les conversations que je peux avoir, comme une obsession.

Ce soir, l'émission que nous regardons tous les dimanche, porte encore sur le Corona virus. C'en est trop.

Attention, je ne sombre pas dans la paranoïa, à dévaliser les magasins, ou désinfecter des choses que personne ne touche, mais je fais partie des gens angoissés par nature.

Et j'ai surtout du mal avec le fait de savoir que si je suis contaminée, je peux contaminer les autres.

11
11
Publié le 4 avril 2020

Le confinement commence à se faire sentir. Le ménage est fait, voir plus que fait. Je finis un à un tous les jeux installés sur ma console (c'est dire que j'y passe pas mal de temps). Les activités créatives deviennent pour moi un trompe ennui, alors qu'auparavant je consacrais un vrai temps à tout ça.

Depuis le début du confinement, et sans grande surprise aux vues de ce qu'il se passe à l'étranger, le nombre de morts ne fait qu'augmenter chaque jour. Les médecins manquent cruellement de mains et de matériels.

Un pont aérien entre la France et la Chine, où la vie commence à reprendre son cours, a été ouvert pour des commandes de masques. Les usines de grand groupe de mode, parfum, textiles, ont cessé leur activité habituelle pour fabriquer masques et gels hydroalcooliques.

Nous n'avons pas encore atteint le pic de l'épidémie.

Alors que depuis le début de la crise on pensait que les enfants était asymptomatiques, en 2 jours 3 adolescents sont morts en France, en Belgique et au Portugal...

J'essaye chaque jour de trouver quelque chose a faire que je n'ai pas fais la veille, me documenter sur un sujet qui m'intéresse, écrire ce blog, danser en passant l'aspirateur pour me défouler, faire des yaourts maisons ou des cookies au caramel...

Nous sommes le premier jour d'un nouveau mois, et je me suis dis que c'était le bon jour pour commencer à faire du sport. Et non, ce n'est pas un poisson d'avril. Aujourd'hui au programme abdos, cuisses, fessiers. J'ai décidé de tenter (parce que je sais comment cela se termine souvent) de faire 30mn de sport par jour. A voir !

52.128 cas de coronavirus Covid-19 sont désormais confirmés en France a annoncé Jérome Salomon, le directeur de la Direction générale de la Santé (DGS), dont 7.528 nouveaux cas en 24 heures. 9.444 personnes en tout sont désormais guéries. 499 décès ont été recensés à l'hôpital en 24 heures, ce qui porte le nombre de morts à 3.523 au total. 22.757 personnes sont hospitalisées en France dont 5.565 en réanimation. 458 nouvelles personnes ont été admises en réanimation les dernières 24 heures. Deux TGV médicalisés partiront demain de Paris vers la Bretagne. D'autres transferts vers le Luxembourg, la Suisse et l'Allemagne sont en cours pour 121 patients de la région Grand Est. Jérôme Salomon a par ailleurs salué la "mobilisation extraordinaire" des soignants.

Nous avons repris pour 15 jours supplémentaires, il va falloir être patients.

12
12
Publié le 4 avril 2020

Troisième samedi coincée à l'intérieur.

Nous finissons par être résigné à passer encore quelques week-end à la maison. Nous commençons à avoir l'habitude. Dans tous les cas, rien ne sert de s'impatienter ou râler, cela ne changera rien du tout.

Après la mission courses pour mon conjoint, et vaisselle/aspirateur pour moi, nous passons un long moment à jouer à des jeux vidéos.

Cet après midi, j'ai décidé de faire des tartelettes aux fraises et framboises pour le dessert de ce soir. Sur notre liste des courses, nous avions noté la farine, mais étrangement je ne dois pas être la seule à mettre mise à la pâtisserie, puisque plus de farine dans les rayons. Le contournement : de la farine de coco.

La recette :

Pâte Sablée : 2 jaunes d’œuf ; 80gr de cassonade ; 80gr de beurre ; 70gr de farine T55 ; 70gr de farine de coco ; 15gr de coco râpée ; 1/2 sachet de levure ; 2 pincées de sel.

  1. Mélangez les jaunes et le sucre.
  2. Ajoutez le beurre, puis les farines, la levure et le sel.
  3. Faites reposer au frigo 2 h.
  4. Préchauffez le four à 180°C (Th 6).
  5. Placez la pâtes dans les moules à tartelette et enfournez pour 20 à 30 min. (Si pas de moules à tartelette, faites des palets bretons assez grand pour que pouvoir mettre la crème sans que ça coule sur les cotés)

Crème pâtissière : 1/2 l de lait ; 2 œufs ; 80gr de sucre ; 1 cuillère à café de vanille liquide ; 30gr de farine.

  1. Faire bouillir le lait avec le parfum choisi (vanille ou autre).
  2. Battre les œufs et le sucre, ajouter la farine.
  3. Verser dans le lait chaud.
  4. Mettre à feu doux pour faire épaissir en remuant très soigneusement pendant 5 à 10 min. (ne jamais arrêter de remuer pour éviter que ça colle dans le fond de la casserole
  5. Arrêter la cuisson dès les premiers bouillonnements.

Au moment de servir, dresser les tartelettes, en mettant la crème sur les sablés, et en disposant les fraises coupées ou des framboises, ou les deux.