Par CBL
Les fjords norvégiens sous la tente…c’était il y a 40 ans! On s’était promis d’y retourner quand on aurait notre van à nous. Achat réalisé l’an dernier…(10 mois d’attente)! On concrétise en 2022!
Du 10 juin au 4 juillet 2022
25 jours
Partager ce carnet de voyage
10
juin

Départ de Lyon vers 9h30. 3 jours pour arriver au Nord du Danemark. Le ferry pour Stavanger est réservé depuis…quelques mois ! (Fjord Line. 554€ pour une cabine pour 2 avec hublot et dîner buffet)

Temps d’été en France et en Allemagne où nous passons la nuit sur une aire pour camping car (ne pas arriver trop tard la cinquantaine de places est prisée…). La petite ville de Ladenburg est très agréable à parcourir : belles maisons restaurées, colorées et fleuries, terrasses de café accueillantes. À 10 mn à pied de l’aire où nous stationnons.

Pensez à faire le plein avant de passer la frontière :2€30 le litre de diesel sur l’autoroute allemande et 70 centimes pour aller aux toilettes !

11
juin

Longue étape sur autoroute. Des ralentissements dus à des chantiers et à des bouchons surtout à hauteur de Hambourg. On se pose en fin d’après-midi sur une aire pour camping car à côté de la piscine municipale. Terrain en herbe et ombragé.

Avant d’arriver en Norvège : tout savoir sur les péages !

En Norvège, des tronçons de route, des tunnels, des ponts ou des villes sont soumis à péages. Ces péages sont automatiques, les plaques d’immatriculation sont filmées et l’automobiliste est facturé, soit à posteriori par facture adressée à son domicile, soit sur le compte de télé péage ouvert à cet effet.

Nous avons retenu cette deuxième solution qui permet aussi, avec le même boîtier de télé péages, de régler l’ensemble des passages en ferry en bénéficiant d’un discount. Le système s’appelle Autopass. Il nécessite quelques formalités à prévoir 2 semaines avant son voyage:

  1. S’enregistrer et commander un boîtier Autopass auprès d’un des opérateurs de télé péages norvégien. Comme en France, plusieurs opérateurs couvrent l’ensemble des réseaux. Les opérateurs agréés sont référencés sur le site Autopass https://www.autopass.no/en/user/contact-a-toll-service-provider/. Pour notre part, nous nous sommes enregistrés chez Flyt https://flytpass.no/en
  2. Quelques jours plus tard, nous recevons à notre domicile en France, le boîtier de télé péages. L’envoi provenant d’un pays hors UE, nous avons du payer une taxe d’importation de 9 €….
  3. La caution pour ce boîtier est de 200 NOK (19 €). La facture correspondante est à aller chercher sur son compte Flyt et à régler par virement bancaire (les coordonnés figurent sur la facture). Nous avons viré à Flyt une somme en euro légèrement supérieure (20 €) et la différence a été créditée sur notre compte. Cette opération a permis d’activer le boîtier.
  4. Ensuite, pour pouvoir utiliser le même boîtier Autopass pour payer les ferry, nous avons ouvert un compte chez Autopassferge https://autopassferje.no/?lang=en en enregistrant les references du boîtier.
  5. Le compte Autopassferge, pour être actif, doit être approvisionné avec une avance de 3000 NOK (300 €) sur lequel seront déduit le montant des traversées. Une facture, qui nous a été adressée par mail, est à régler par virement bancaire (les coordonnés figurent sur la facture). Nous avons viré à Autopassferge une somme en euro légèrement supérieure (320 €) et la contre valeur en NOK a été créditée sur notre compte. Cette opération a permis d’activer le paiement des ferry.
  6. A notre arrivée en Norvège:
  • les péages route, tunnels, ponts et villes sont directement imputés sur notre compte Flyt, facturation mensuelle à régler par virement bancaire
  • Les traversées en ferry sont directement déduites de notre compte Autopassferge

A l’issue du voyage,

  • le boîtier Autopass est à retourner par la poste à l’opérateur (Flyt) et le compte a clôturer
  • Le compte Autopassferge est à clôturer et le solde est remboursé par Autopassferge.

Ça semble un peu compliqué mais sur place, ça simplifie bien la vie !

12
juin

Dernière étape avant le bateau qui nous emmènera durant la nuit à Stavanger.

1800 km en 3 jours ! Que de l’autoroute française, allemande puis danoise. Seule la française est payante …mais les prix de l’essence augmentent lorsqu’on progresse vers le Nord de l’Europe …on fait le plein avant d’embarquer: le carburant au Danemark (2,23 €/litre) est moins cher qu’en Norvège !

Nous nous sommes autorisés une petite route côtière au nord du Jutland pour aller jusqu’à Skagen avant de rejoindre le port d’embarquement. En fait on ne longe pas la mer mais on traverse des étendues de dunes végétalisees et très ventées. Skagen est une petite ville côtière, aux maisons de pêcheurs jaunes, connue pour avoir accueilli de nombreux peintres à la fin du 19e.

13
juin

Nous avons débarqué ce matin à Stavanger, après une nuit sur un ferry de la compagnie Fjord Line. Navire très confortable, récent et fonctionnant au gaz naturel …

Le temps est pluvieux et frais:12 degrés ! Notre projet de visiter Stavanger a été contrarié par la météo et les difficultés de stationnement au centre ville.

Aussi, nous avons commencé notre itinéraire le long de la côte Ouest. Un tunnel sous marin de 14km (le plus long de ce type au monde), accessible depuis peu, ouvre la route du Ryfylke qui longe de nombreux fjords.

Nous abandonnons aussi la balade à pied permettant d’atteindre le plateau de Preikestolen, compte tenu de la forte pluie mêlée au brouillard. Attention: le simple arrêt d’environ 1/2 h sur le parking du site nous a coûté 25€ !

Notre plus jolie étape sera dans le hameau d’Ardal où une vieille église du 17eme offre une décoration intérieure remarquable et touchante.

Encore un stop dans le petit village de Jelsa, et nous rejoindrons notre point d’arrêt du soir peu après Etne sur l’ancienne route qui domine l’Akrafjord.

14
juin

Le long du Hardangerfjord : glaciers encore enneigés sur les hauteurs, vergers d’arbres fruitiers et maisons de bois peintes aux toits végétalisés toujours entourées de jardins fleuris de rhododendrons et soignés, dans les petites villes traversées. Des écumes blanches projetées du haut des montagnes ponctuent la route, à Langfoss et Latefoss notamment.

L’étonnement du jour : Kjeasen, une ferme de montagne dans un paysage alpin que l’on atteint par une route sinueuse et un long tunnel de plus de 2 km à sens unique (horaires à respecter pour monter ou descendre) Improbable !

Les tunnels alternent avec les routes plus ou moins étroites, plus ou moins en chantier…La liaison Oslo Bergen a été raccourcie avec la mise en service du plus long pont suspendu de Norvège (1380 m) auquel on accède de chaque côté par de longs tunnels (plus de 7 km) avec rond points intégrés !

Arrêt ce soir dans le petit camping Gaupholm, avec vu sur le fjord, mais en bordure de route. (330 NOK la nuit avec électricité). Le cadeau : un peu de soleil et 16 degrés. Magret de canard à la plancha ce soir !


15
juin

Réveil soleil, ciel bleu…Étonnant ! Profitons en ! 45 mn de route et nous sommes à Bergen. Nous stationnons notre van sur l’aire pour camping car Bergenshallen, (300 NOK) proche d’un arrêt de tramway direct pour le centre ville. Certes ce sera nuit sur parking bitumé ce soir, mais c’est pratique pour visiter sans soucis de stationnement une grande ville.

15 mn et 80 NOK (pour 2) plus tard nous voilà dans le vieux quartier de Bryggen. Tout ce qui caractérise Bergen pour un touriste est là : dédale de passages étroits entre maisons de bois rouge, ocres ou blanches, bien entretenues et restaurées alignées sur le quai avec les montagnes en arrière plan. Agréable d’y flâner en observant les détails des constructions. Cite médiévale inscrite au patrimoine mondial par l’Unesco.

Notre circuit nous mènera ensuite à l’église Romane Notre Dame, un des plus vieux monuments de Bergen, puis à la forteresse : tour de Rosenkrantz et salle de Haakon.

Au delà se trouve la baie de Skutevik et le vieux quartier des pêcheurs : maisons sur pilotis colorées au bord de l’eau ou maisonnettes toutes blanches dans les ruelles pentues.

Après un déjeuner salade/wok dans un agréable petit restau (Pygmalion, 600 NOK pour 2 avec bières !) nous prenons le funiculaire ultra moderne qui monte au Mont Floyen et offre une vue panoramique sur la ville (300 NOK l’aller-retour par pers.)

Nous retraversons enfin la place du marché aux poissons aux étals tentants mais chers, avant de reprendre notre tramway, pour regagner notre aire-parking.

16
juin

Après une nuit bruyante (engins de chantier en action, puis reprise de la circulation des tramways), nous avons quitté Bergen en direction du Sognefjord. Près de 50 km cumulés de tunnel dont les 25 km du Laerdal (le plus long tunnel routier du monde, à l’intérieur 3 cavernes éclairées de bleu pour rompre la monotonie) Impressionnantes infrastructures…

2 belles haltes aujourd’hui :

Le minuscule hameau d’Undredal posé au bord du fjord et son église en bois debout.

On peut acheter à l’épicerie les fromages de chèvre locaux, le brunost, un petit cube curieusement tout brun et le gammelost à pâte molle mais au goût puissant (200 NOK les 2 petits morceaux) À savourer avec le bon pain complet aux graines, très lourd en poids et donc assez cher, mais qui se conserve très bien plusieurs jours.

La Stavkirke en bois foncé de Borgund. Une des plus belles de Norvège et des plus photogéniques compte tenu de sa situation et de son environnement. Originale par ses têtes de dragons sculptées sur le toit et remarquablement conservée depuis le 12eme siècle.

Après avoir traversé en ferry le Naeroyfjord, le fjord le plus étroit du pays, inscrit au patrimoine mondial par l’UNESCO, nous arrivons à Kaupanger où nous nous installons au bord de l’eau dans un camping en self service, spécial camping car. À coup sûr la nuit sera plus paisible qu’à Bergen

17
juin

Un rayon de soleil au réveil…mais la pluie nous rattrapera copieusement dans la journée…En France c’est une intense canicule qui s’est installée…

Nous traversons le fjord de Luster depuis Solvorn à bord d’un tout petit ferry très vite plein…2 camping car dans celui de 10h, nous devrons attendre celui de 11 h.. De l’autre côté, à Urnes, la plus ancienne église de Norvège, inscrite au patrimoine mondial par l’Unesco, avec un portail sculpté remarquable. Le site se prête à sa mise en valeur.

Nous continuons la route très étroite (les croisements sont stratégiques !) de ce côté du fjord jusqu’à Skjolden. Là commence la route 55, Sognefjellsweg, qui rejoint Lom en passant par le plus haut col de Norvège à 1440m. Hauts plateaux enneigés, lacs gelés et températures inférieures à 8 nous y attendent! Nous avons quitté la région des fjords pour la montagne et ce par une des plus belles routes du pays. La route en lacets qui nous ramène ensuite vers les fjords et Geiranger passe à 1500 m d’altitude au pied du Dalsnibba.

Nous nous installons au camping Dalen (calme et bien équipé - lave et sèche linge) au pied d’une cascade. But d’une petite balade à pied.sous la pluie.

18
juin

Nous quittons Geiranger, petite ville blottie au fond d’un fjord inscrit au patrimoine mondial par l’Unesco pour parcourir « Les routes suspendues ».

D’abord la route des aigles qui grimpe à 620 m d’altitude et d’où une vue magistrale s’ouvre sur le Geirangerfjord. Nous sommes une nouvelle fois dans la neige !

Puis après avoir traversé le Storfjord à partir d’ Eisdal, et une verte vallée, nous nous attaquerons à la Trollstigveien : torrents d’eau en amont à Gudbrandsjuvet, col désertique que dominent des sommets de plus de 1800 mètres et route vertigineuse qui descends en lacets encadrée par d’énormes chutes d’eau.

Une journée riche en images panoramiques, étonnantes et grandioses !

Retour via Molde vers le bord de mer à Bud, ou nous nous installons pour la nuit : UNE place au bord de l’eau aménagée par des particuliers (100 NOK pour le tracteur du petit fils) : on en rêvait et on était pas les seuls….mais les autres sont arrivés trop tard!

19
juin

Du soleil et du ciel bleu sur notre bout du monde au réveil ce matin. Horaires du soleil ici : 3h/23h…

Nous prenons la route de l’Atlantique qui passe d’île en île par 8 ponts dont un spectaculaire qui donne l’impression de s’envoler.

Un détour sur l’île de Langoya avant de rejoindre Kvernes et sa petite église du 13 eme fortement soutenue par des poutres de part et d’autres…

Nous filons ensuite sur Tronheim. Les magasins sont fermés mais la ville est animée surtout aux alentours du Vieux Pont. Depuis celui ci belle vue sur les anciens entrepôts à pignons alignés le long de la rivière et construits sur pilotis. Rouge, jaune, brun, les couleurs alternent.Des ruelles pavées permettent de découvrir de vieilles maisons basses en bois.

Nous avons pu nous garer sur le parking à côté de l’imposante cathédrale en pierre grise, dont la façade présente de multiples personnages et une très belle rosace.

À côté se dressent les bâtiments du palais de l’Archeveque qui abritent plusieurs musées.

Mais le temps nous est compté….encore beaucoup de km avant les Lofotens Il nous faut avancer !

Encore une heure de route et nous nous arrêtons sous un ciel gris au camping de Levanger

20
juin

Notre objectif : être à Bodo mercredi matin pour prendre le ferry (réservé) pour les Lofoten. Notre itinéraire prévu : la route du littoral Fv.17. Mais ce trajet fait plus de 650 km, longeant la côte par voie terrestre et maritime en pleine nature. 3 ou 4 jours seraient nécessaires pour en profiter vraiment et s’attarder pour faire des excursions dans les îles. Aussi nous avons décidé de monter par l’E 6 et de ne rejoindre cette fameuse route Fv.17 qu’après Mosjoen, soit à mi chemin. Solution de compromis qui nous fait gagner quelques heures.

La route jusqu’à Mosjoen sera assez monotone mais nous retrouverons de belles perspectives dès Nesma : la route suit les contours du terrain, traverse des tunnels et emprunte des ferrys bien synchronisés. Le dernier que l’on prends à Kilboghamn nous mènera en une heure à Jektvik. Il est 20h30 ! Et nous avons passé le cercle polaire!

21
juin

Nous reprenons la route du littoral Fv..17 sous la pluie. Tout est gris et la visibilité est nulle. Heureusement nous n’avons plus beaucoup de km jusqu’à Bodo mais nous ne profiterons pas des paysages. Nous longeons la côte du Holandsfjord et profitons d’une lueur d’éclaircie pour apercevoir le glacier de l’Engebreen.

Après un tunnel de plus de 7km (encore un tunnel, on ne les compte plus!) nous traversons le village d’Ornes et faisons un détour vers l’église de Gildeskal. L’accès est en travaux !

À Bodo nous nous installons dans un camping tranquille (Geitvagen avec machine à laver et sèche linge) à quelques km de la ville et donc du départ du ferry pour les Lofoten

22
juin

Nous prenons le ferry comme prévu à 11h en direction des Lofoten.

Visible depuis le Vestfjord, le « mur des Lofoten « semble surgir de la mer. Puis apparaîssent de petits villages à découvrir.

Nous débarquons 3 h après à Moskenes, au sud des Lofoten.

Plus à l’extrémité encore se trouve le pittoresque village musée de À i Lofoten, terminal de la route E10.

Le vent souffle, il fait 10 degrés mais il ne pleut pas…ce qui permet quelques visites à pied.

Nous découvrons, au milieu d’un cirque de montagnes, un chapelet d’îles abritant des hameaux de pêcheurs aux maisons rouges ou jaunes sur pilotis et de grands séchoirs à morue (l’odeur est forte et caractéristique des îles Lofoten!). Le bourg de Reine est plus animé. Le pont qui y conduit offre de belles images à photographier que l’on retrouve dans toutes les brochures touristiques sur les Lofoten.

Peu d’endroits sauvages pour passer la nuit. Nous nous installons au camping Skagen au bord de la plage, spot de surf. Une belle vue sur l’océan qui nous permettra peut être de voir le soleil de minuit.

23
juin

Pas de soleil de minuit …mais une grosse tempête: Pluie cinglante et vent violent….une bonne partie de la nuit.

Ce matin du soleil…direction Nusfjord, bourg de pêcheurs transformé en éco-musee. Dans des cabanes de pêcheurs restaurées, au fond d’un fjord, un complexe hôtelier bien intégré. Autour, une boulangerie, un hangar à bateaux, un magasin général, un atelier de maréchal ferrant, un fumoir à saumon…le tout tél qu’il y a 150 ans. Intéressant et agréable à découvrir.

À Vikten, arrêt dans une soufflerie de verre ( Glasshytta) : un artisan au travail et de beaux objets (prix à partir de 1500 NOK).

Pause à Uttakleiv : 2 plages de sable blanc reliées par un sentier côtier ( 4 Km AR) une belle balade. Stationnement 50 NOK les 3h.

La pluie revient : notre dernière visite sera consacrée au musée Viking à Borg. Très belle reconstitution d’une grande demeure d’époque (83 m de long) bien intégrée sur la colline. Le site permet aussi la visite d’un hangar à bateaux et d’une ferme, mais il pleut…nous écourtons.

Soirée et nuit dans un camping (Rystad) bien situé au bord d’une plage de sable blanc (lave et sèche linge à dispo pour 20 NOK les 50 mn)

En moyenne une nuit dans un camping pour un van et 2 personnes sans électricité tourne autour de 300 NOK

24
juin

Un rayon de soleil et un peu moins de vent froid nous attendent ce matin pour nos dernières étapes aux Lofoten.

Nous nous arrêtons à Henningsvaer, après une route étroite le long de l’eau et des récifs, pour flâner un peu dans de jolies boutiques et découvrir une galerie d’art d’avant garde : Kaviar Factory. Gros cube de béton blanc, ouvert sur le fjord, abritant cette saison des œuvres de l’artiste chinois Ai Weiwei., notamment des tableaux réalisés en LEGO. Surprenant et intéressant. Accueil pro et gentil. (100 NOK par personne)

Nous traversons ensuite Kabelvag en passant devant la cathédrale des Lofoten et prenons le ferry à Fiskebel pour Melbu porte sud des îles Vesteralen

Nous nous posons ce soir encore dans un joli camping bien aménagé au bord de l’eau à Stocmarknes.

25
juin

Du soleil au réveil…qui tiendra toute la journée. Des températures autour de 16 degrés quand le vent ne vient pas rafraîchir l’atmosphère…Mais au moins la lumière est là, révélant les bleus turquoises de l’océan et le relief des hauts sommets enneigés.

Avant de quitter Stokmarknes, nous visitons le musée de l’Express côtier. Vraiment intéressant! (200 NOK par personne)

Étonnant bâtiment contemporain vitré abritant un navire de 1956, encore tout aménagé qui reconstitue la vie à bord: cabines, salons, poste de pilotage…nombreuses explications et expositions tout autour qui montrent l’importance et l’intérêt de ces services de transport pour la Norvège et ses habitants.



Depuis des infrastructures routières impressionnantes et nombreuses facilitent également la circulation et donc les communications. Il aurait à cet égard été intéressant de compter le nombre de km de tunnnel, le nombre de ponts et le nombre de ferry pris tout au long de ce voyage. Trop tard !

Nous allons ensuite jusqu’au petit village de Nyksund. Deserté et devenu villlage fantôme dans les années 1970, il reprends depuis les années 1990 peu à peu vie, grâce à la réhabilitation de certains bâtiments. La petite route qui y mène est non revêtue et le stationnement est payant !

Nous nous arrêtons sur l’île d’ Hinnoya pour passer la nuit au bord du fjord et sur le côté d’une petite route en terre.

26
juin

Nous avions mis le réveil à 1 h du matin (minuit heure solaire) pour voir le soleil …de minuit. Nous avons donc pu le photographier à son point le plus bas sur l’horizon avant qu’il reprenne sa course ascendante pour une nouvelle journée.

Au vrai réveil le matin, il était toujours là et la température était douce…enfin! Elle grimpera jusqu’à 19 degrés en journée.

S’il est sûr et appréciable que l’on puisse stationner pour la nuit avec son van pratiquement partout en Norvège, les installations permettant la collecte des déchets ménagers sont trop sommaires. Difficile de trouver des containers publics de tri et d’en comprendre la destination…. Les bouteilles en plastique sont consignées ce qui renchérit le prix de l’eau…et aucun container à plastiques n’est donc prévu ! Des dispositions mal adaptées à la vie itinérante favorisée et encouragée en Norvège : Liberté de camper, aires de pique-nique nombreuses, généralement pourvues de toilettes et bien entretenues, parkings dédiés aux véhicules de loisirs dans les grandes villes. Tout l’inverse des communes françaises où fleurissent les interdictions de stationner et les barres de hauteur.

Nous reprenons notre tour des Vesteralen, en passant par la petite église blanche de Dverberg et le phare d’Andenes, point le plus au Nord.

La route côtière qui descend d’Andenes jusqu’à Noss longe la mer et offre des paysages impressionnants : parois abruptes de hautes montagnes, multiples îlots rocheux, marais.

Nous avons quitté les îles Vesteralen par le ferry qui traverse de Lodingen à Bognes

et passons la nuit sur l’aire pour camping car d’Hinnavet, bien équipée et située en bord de mer.

Notre but principal de voyage atteint, nous devons prendre la route du retour : plus de 4500 km à optimiser d’ici le 4 juillet.

Par rapport à notre plan initial tout « camion », nous avons déjà décidé (et réservé) de prendre un ferrry entre Oslo et Copenhague.

27
juin

Nous reprenons la route ce matin après une nuit encore bien ensoleillée! Le trajet jusqu’à Fauske permet encore d’admirer les fjords et avec la lumière de l’été c’est encore plus majestueux. Le compteur affiche 5000 km ! Nous traversons la frontière suédoise et les paysages changent: des lacs, des forêts et la température monte : 28 degrés.

Les étapes vont être longues car les routes sont assez monotones. Tiens un renne sur le bord de la route ! Hier c'était un élan!


Un petit arrêt à Arjeplog, ville Same pour faire le tour de l’Eglise…rose et stop final au camping de Slagnas au bord de la rivière.

On sort les chaises longues mais il y a beaucoup de moustiques.

28
juin

Nuit infestée de moustiques malgré la pulvérisation de produit dans le van et les moustiquaires !

Longue route un peu lassante jusqu’à Ostersund : des paysages tranquilles et verts de lacs et de forêts mais sans trop de relief. Le soleil et la douceur nous accompagnent. Un petit arrêt sans grand intérêt à Storuman : une tente église dans le camping et la plus grande église en bois de Suède à 5 km. Bof ! Après les découvertes majestueuses de Norvège on devient difficiles.

Nous faisons étape dans le grand camping d’Ostersund ce soir (370 Sek) à proximité de la villle où nous irons nous balader demain avant de reprendre notre itinéraire pour Oslo.

29
juin

Petite ballade dans les rues piétonnes d’Ostersund, seule grande ville de la Région du Jamtland sur les rives d’un grand lac entouré de montagnes.

Avant de reprendre notre itinéraire nous faisons une escapade sur l’île de Froson où se trouve une église du 12e caractéristique de la Région du fait de sa tour clocher séparée, puis longeons le lac d’Alsen par une petite route qui offre de jolies vues.

Des petites maisons rouges en bois, dispersées le long du trajet égayent le paysage. On ne sait par quel miracle d’assemblage les plus vieilles tiennent debout. Partout des gazons bien tondus, des lilas en fleurs et des lupins le long des fossés.

Dernière nuit en Suède : beau camping à Sveg, avec de grands emplacements.

30
juin

Réveil sous une pluie battante alors que la soirée d’hier fut si douce nous permettant une jolie balade depuis le camping.

Nous repassons la frontière Suède Norvège et nous arrêtons dans le 1er supermarché pour faire provision de viande de renne et d’élan et de fromage Jarlsberg ! Et aussi de tubes de fromage aromatisé Kavli!


À Oslo nous nous garons pour la nuit sur le parking à côté du départ du ferry. Pour oublier le manque de fun de l’endroit, nous partons à pied vers les quais de la ville.

Le temps est très ensoleillé et chaud. Forteresse d’Akershus,

Hôtel de Ville

et Aker bridge : beaucoup d’animation, des jeunes en maillot sur les pelouses aux queues devant les restaurants prisés et chers en terrasse.

Dès 18h30 les restaurants sont pris d’assaut! The place to be ! Difficile de trouver un endroit sympa et bien noté sur Tripadvisor mais nous finissons par trouver une table au Salmon. Assiette de sushis : 40€, bouteille de Sancerre…70€! Produits très frais, assiettes bien présentées mais portions frugales ! Un restau en 3 semaines on craque !

1
juil

Nous avons passé la nuit sur le parking longue durée à côté du départ du ferry, relativement tranquille. Hier soir grand soleil, ce matin pluie! La balade à pied prévue au centre ville tombe…à l’eau !

Nous devons être prêts pour l’embarquement à 12h30. Nous décidons d’une virée dans un des plus grands centres commerciaux d’Oslo : Storo storsenter, pour essayer de trouver quelques petites bricoles à rapporter. Tous les parkings sont souterrains et nous sont donc inaccessibles ! Après avoir longuement tourné dans le quartier, nous finissons par trouver une place payante le long d’un trottoir.

Retour au quai où le bateau nous attends. Nous avons une petite cabine avec fenêtre. Nous nous éloignons d’Oslo et profitons de belles vues sur le fjord.

Le prix de la traversée est raisonnable (environ 500€ avec le petit déjeuner), mais les services à bord font vite monter l’addition. Le dîner dans le restau italien (á priori le moins cher, réservation conseillée : on a attendu plus d’une heure !) nous a coûté 75€ dont une pizza, une burrata, et surtout une bouteille de rosé 45€!!!!!!)

2
juil

Longue, longue et fastidieuse route aujourd’hui…! Un bon petit déjeuner sur le bateau avant l’arrivée à Copenhague à 10h. Puis des ralentissements alors que nous sommes sur l’autoroute…et que tout devrait rouler. Mais le Tour de France démarre à Copenhague et les préparatifs entraînent des limitations de vitesse sur le tronçon du jour …, viennent ensuite successivement des travaux conséquents à hauteur de Hambourg, puis un accident qui bloque l’autoroute plus de 30 mn! Nous ne ferons pas les km escomptés et nous arrêtons dans un joli camping au bord d’une rivière pour une pause tranquille bien méritée !

3
juil

Encore une très longue étape et beaucoup de km…pause de midi et camping du soir en dehors de l’autoroute pour retrouver un peu de nature..Retour en France!

4
juil

Et voilà notre périple est terminé! Beaucoup de km pour atteindre la Norvège et en revenir c'est sur! mais la majesté et la beauté des paysages les valent.Nous avons fait le plein d'images de nature encore préservée et sauvage, et apprécié un mode de vie en rapport, simple et sans superflu.

Au final :

plus de 8000 km et 105 heures de conduite,

et un budget assez conséquent dont 1800€ de carburant, 1100€ de ferry, 450€ de camping et 200€ de péages routiers.