Par CBL
5 Îles, 5 expériences différentes, des paysages variés et contrastés : à découvrir à pied absolument! Des Cap Verdiens accueillants et souriants... et leur musique partout...
Du 13 au 28 janvier 2019
16 jours
Partager ce carnet de voyage
13
janv

13 janvier 2019

Vol Lyon Praia sur TAP, via Lisbonne ( très mauvaise organisation à l’aéroport de Lisbonne pour l’embarquement. Airbus 321 néo, donc neuf !)

Arrivée à minuit : 1h pour passer les contrôles...très mal gérés et lents...

Bien récupérés par le chauffeur de l’hôtel Cesaria : petite chambre récente, propre et bien équipée.

14 janvier 2019

2 h de décalage horaire ...petite nuit. Petit déjeuner très correct sur la terrasse de l’hôtel : beaucoup de vent, du soleil, un temps plus que doux: aurons nous bien choisi nos 8 kilos de bagages autorisés en bagages cabine par la TAP pour s’habiller raccord ? Déjà des doutes ...

Chauffeur réservé à l’avance à l’hôtel pour le tour de l’île, départ à 11 h. En fait le patron français de l’hôtel assure la visite.

Route Praia-Tarrafal via l’étonnant petit jardin botanique de Saô Jorge, le baobab « pèlerinage « de Assomada, et les paysages de canyon de la serra Malagueta.

Encore un peu de verdure à cette saison mais la sécheresse n’est jamais loin.

Déjeuner au restaurant Baia Verde sur la plage de Tarrafal : conseillé par notre guide, pas forcément celui que nous aurions choisi ( mix de poissons grillés précédé pour faire patienter de « tapas knacki balls et fromage caoutchouc avec olives »).

Retour par la route pavée de la côte est qui offre de belles vues escarpées sur la mer.

Un arrêt dans un village indigène Rabelado, avec ses cases en paille tressée et ses peintures primitives

Toujours sur conseil de l’hôtel, nous irons dîner ce soir dans un restaurant typique et musical, une institution semble t- Il.

Soirée très sympa au Quintal da musica à Pria : vin blanc "Cha de Fogo" (bien!) cabri et carpaccio de poisson, le tout accompagné par une chanteuse : Césaria n’était pas loin : sodade...

15 janvier 2019

Ballade en voiture jusqu’à Cidade Velha à 15 km de Praia. Chauffeur "tortue" et stressé par les horaires. Donc on a fait vite : très belle Fortaleza Real de Sao Filipe qui domine la petite ville tranquille. Rua Banana aux pittoresques maisons et la place où survit le pilori, symbole de l’esclavage.

La visite express à Cidade Velha nous a donné du temps au retour pour une petite marche dans le quartier du Plato à Praia.

Voyagez en circuit individuel, personnalisé et abordable

Plus de 50 circuits inspirés des meilleurs blogs MyAtlas
Personnalisation facile en quelques clics de votre voyage
Devis instantané, réservable en ligne, sans intermédiaires
15
janv

Vers 13h direction aéroport de Praia pour le vers Fogo (1/2h en ATR). De belles vues sur le volcan Pico dont on va se rapprocher en traversant l’ile.

Ce soir nous dormirons dans la caldeira. Une bonne heure de 4*4 sur route puis sur piste à travers la dernière coulée de lave de 2014... la route est en cours de re construction! Paysage étonnant de bout , de fin du monde, impressionnant de chaos, de noirceur...

Pieds de vigne et petits pommiers renaissent... 

Arrivons à la casa Marisa 2 : au milieu de cette étendue minérale où poussent de façon très éparse vignes et mini pommiers, de la couleur : des bâtiments jaunes et ocres et des petites cases rondes en pierre (chambre et salle de bain simples mais confortables avec "chauffage au sol" ! ). Tout a été reconstruit depuis 2014 sur la coulée de lave, à peine quelques mois après l’éruption. 4 ans après, le sol des chambres est encore tiède... Un endroit totalement improbable...

Étonnement encore en voyant les assiettes copieuses et appétissantes! Comment imaginer cela quand on mesure le chemin à parcourir... Seul le vin est à proximité... Et puis la gentillesse de l’accueil (raconter sans se lasser son histoire...)

16 janvier 2019

Filet d’eau ténu et tiède pour se laver... mais quand on sait qu’elle est apportée par camion... on accepte!

Départ à 9h avec Jason notre guide, pour la marche vers le petit pico en plein soleil : belle balade, plein d’explications sur les éruptions et leurs conséquences sur le quotidien des gens d’ici dans l’impossibilité de se reconstruire ailleurs, et qui reviennent toujours. Plus de 3h de marche jusqu’au cratère du volcan : là souffles chauds, et pierres teintées de souffre. Heureusement un petit air frais nous rafraîchit.

Bonnes chaussures de montagne, crème solaire et chapeau sont indispensables. En redescendant on goûte quelques grappes de raisin, une pomme qui poussent au milieu de la pouzzolane. Quelques enfants font le trajet vers la salle d'école en crapahutant sur les grosses pierres de lave.

Après midi pause

17 janvier 2019

Départ à 8h30 pour notre descente à pied vers Mosteiros au bord de la mer. Plus de 5h de marche : bons genoux indispensables! Si la 1ère partie est facile, la 2ème toute en descente (sol glissant) et avec des marches est plus éprouvante... A mi parcours on retrouve la verdure : plans de café, eucalyptus, manguiers, et le paysage de la caldeira s’éloigne...

À notre arrivée à la route un chauffeur nous attend pour nous conduire à Sao Filipe. Là surprise : la chambre réservée à Pipi guest house depuis juillet 2018! n’est plus disponible. Surbooking évident et non anticipé! On atterrit dans l’hôtel à côté! On a bien besoin d’une bonne douche!

18 janvier 2019

L’aventure continue

Matinée tranquille : petit tour dans Sao Filipe, calme et colorée.

18
janv

Dans l'après midi départ pour Sao Vicente via Praia : petits vols cool : à l’arrivée pas de bagages... erreur fatale pour d’habituels voyageurs : sacs à dos allégés au maximum donc pas de rechanges, ni d’affaires de toilette (pas de lentilles, ni de lunettes surtout !) Pourtant on le sait, on l’a déjà vécu mais bon pour 2 petits vols intérieurs très courts pas trop d’angoisse... À tort !

Avions confié l’organisation du déplacement Sao Vicente / Santo Antao à une agence locale (Nobay dont nous avons par ailleurs été très satisfaits). Heureusement car notre séjour risque d’être bousculé et à réorganiser (bateau, hôtel...) : A voir avec l'arrivée des prochains vols.

Bel hôtel (Terra Lodge) à Mindelo pour nous poser et moment de détente dans un petit restau proche où guitares, musiques et chants enchantent notre soirée en attendant demain. Une certitude nous ne prendrons pas le bateau à 7 h !

À noter la gentillesse constante des Cap verdiens, leur sourire, leur bonne humeur et leur musique qui accompagne leur quotidien.

19 janvier 2019

Le pire est évité. Les valises sont arrivées par l’avion du matin !

19
janv

Bateau à 14 h à Mindelo pour Santo Antao, 1h de traversée. À l’arrivée notre chauffeur nous attend, nous aurons encore le temps de faire le tour prévu au programme : route de Porto Novo à Ribeira de Cruz : les paysages là encore, sont étonnants de majesté : canyons profonds, aiguilles et pics dominant des petites vallées très verdoyantes où les cultures se font sur des mini terrasses très soignées. Que de chemins à parcourir à pied par les agriculteurs pour descendre au marché de Porto-Novo. Les ânes sont ici précieux.

Nous dormirons dans les hauteurs sur cette même route dans une superbe maison d’hôtes totalement contemporaine, raffinée et bien intégrée "Quinta Cochete". Encore un endroit étonnant. Il fait très frais ce soir!

Bonne soirée autour de la table d’hôtes où la discussion a tourné autour des voyages et des randonnées.

20 Janvier 2019

Le chauffeur est venu nous chercher à 8h 30, beaucoup trop tôt par rapport à notre programme de la journée. On aurait pu profiter plus longtemps du beau petit déjeuner et du lieu! En fait on aurait dû prévoir de passer 2 nuits ici. Il y a beaucoup de ballades à pied à faire dans le secteur (village d’Alto Mira notamment)

Nous avons repris la route jusqu’à Porto Novo et remonté celle qui parcourt la vallée de Paul. Le chauffeur nous a laissé au bout et nous sommes redescendus à pied par un chemin tout en petites montées et descentes au milieu des cultures en terrasses, des élevages et des hameaux. Le roadbook donné par l’agence nous a été bien utile pour nous orienter durant ces 2h de marche: paysages apaisants et très verdoyants de montagne.

Nous avons retrouvé notre chauffeur au point de RV et après une petite visite de distillerie de punch et grogue , nous sommes arrivés à Ponta do Sol par la route de la Côte Est. Côtes découpées et hautes falaises rocheuses.

Après midi tranquille : 1er petit tour du village un peu endormi le dimanche : quelques restaurants et hôtels, de petites barques de pêche colorées, un magasin de souvenirs et....un salon de massage ( pour 25 euros l’heure, un peu de décontraction bienvenue pour les muscles ...)

Nous avons réservé dans le restaurant le plus souvent indiqué a Ponta del sol : Caleta : et nous n’avons pas regretté : tout simple, tout bleu, mais quelles assiettes. Et toujours des musiciens pour l’ambiance... Aussitôt nous avons pris une nouvelle réservation pour demain soir.

21 janvier 2019

Compte tenu de notre expérience d’hier nous avons décalé le RV avec le chauffeur qui doit nous emmener à Fontainhas pour nous permettre de faire le sentier côtier. Nous allons revoir nos ambitions et n’en ferons probablement qu’un morceau...Inutile de nous lever à l’aube.

Fontainhas est un petit village coloré accroché à la montagne et où s’arrête la piste étroite qui le relie à Ponta do sol. Parcourir à pied la distance Ponta do sol/Fontainhas présente peu d’intérêt : mieux vaut garder son énergie pour attaquer le sentier côtier à partir de Fontainhas. Les parcelles cultivées en terrasse dans le fond du vallon paraissent inaccessibles! Quelle détermination faut-il pour effectuer à pied quotidiennement les déplacements et transports de charge.

Nous avons marché jusqu’à Corvo, encore plus petit hameau, et sommes revenus (2h 30 de marche quand même, mais sur la partie la plus intéressante semble-t-il) Chemin en pierre tout en montées et en descentes ponctué d’un chemin de croix fort à propos! Après coup on se dit qu’on aurait pu aller jusqu’au bout du sentier qui devient à partir de là plus régulier, plutôt que de faire demi tour et remonter le " chemin de croix".

Après midi pause avec une séance shopping souvenirs dans un joli petit magasin de produits garantis Cap Verdiens : Eki-Eko.

22 janvier  2019

Départ à 7h45 pour redescendre à Porto Novo prendre le bateau de 10h via la route de la corde, ( Estrada a corda) : ouvrage pavé (10 ans de construction...) de 36 kms qui mène de Ribeira Grande à Porto Novo par la montagne. Vues impressionnantes de chaque côté de la crête.

22
janv

Le bateau qui mène à Sao Vicente est quelque peu délabré...sans doute une compagnie différente de celle de l’aller.

Notre chauffeur est bien là et nous conduit dans un petit mais très accueillant hôtel du centre de Mindelo. Centre bien calme par ailleurs...nous apprendrons qu’il s’agit d’un jour férié (Saint Vincent...!) et que l’animation est donc celle d’un dimanche...c’est à dire que les principaux centres d’intérêt sont fermés.

Un petit tour à pied nous permettra de découvrir toutefois une belle expo d’objets et de peintures africaines dans l’ancien palais tout rose du gouverneur, gratuit pour l’occasion.

Soirée un peu sinistre organisée par l’agence dans un petit restaurant familial Casa Tchicau : pas de choix des plats, pas de musique , 2 tables, la notre et celle d’un groupe ...à déconseiller !

23 janvier 2019

Sommes partis vers 10h avec Carlos, chauffeur, hôtelier par ailleurs, aux origines et parcours intéressants. Sortant du circuit initialement prévu, il nous a montré des quartiers moins touristiques de Mindelo et de Sao Vincente mais plus authentiques. La pauvreté des petites maisons est occultée par les couleurs sur les murs réalisés dans le cadre de programmes sociaux avec des artistes locaux.

Nous avons parcouru le nord Est de l’île, sommes montés en haut du Monté Verde, avons pris une infusion de citronnelle dans un petit kiosque,

et sommes redescendus faire le tour de petits villages côtiers tels Salamanza ou Baias das gatas

Puis le chauffeur nous a déposé au village de Calhau pour une ballade à pied d’un peu plus d’une heure au bord de la mer et autour du volcan.

Un poisson grillé et des légumes locaux nous attendaient dans un restaurant de Calhau.

Retour à Mindelo : magasin d’artisanat (Cap-Vert design et artisanat), tour de Belem avec son soi disant musée de la mer (ne vaut pas les 200 escudos de l’entrée) et marché municipal. Bonnes glaces et restau italien fort correct.

24
janv

24 janvier 2019

Transfert en avion pour Sal où nous allons passer 3 nuits dans un hôtel à taille humaine au bord de la mer

La 1ère impression que nous avons eu en parcourant la route venant de l’aéroport n’est pas très positive. Un autre Cap vert! Un urbanisme désordonné, des resorts énormes à perte de vue.

Trouverons nous un intérêt à cette île, nous qui ne faisons pas de Kitesurf ?

Notre hôtel étant légèrement excentré, nous avons loué un petit 4*4 Suzuki à 50 euros par jour. Ici Escudos où Euros c’est pareil. On paye en escudos, on nous rends la monnaie en euros ...1 euro devient alors 100 escudos !

25 janvier 2019

Ballade jusqu’au ponton de Santa Maria où reviennent les pêcheurs. Attraction touristique locale! Beaucoup de monde. A signaler un bon restau de poissons frais très sympa Chez Carlos.

Puis sommes partis jusqu’aux Salines : seule excursion de l’île ! Pas inintéressant. Baignades et bains de boue possibles : on s’est dispensé !

Le temps n’est pas top: le ciel est gris et le vent fraîchit l’atmosphère.

Cet ile à nos yeux ne présente pas un grand intérêt : les gens qui la choisissent sont surtout des « touristes all included « parqués dans les immenses resorts à 4 km du petit centre : les plus audacieux s’échappent et déambulent avec leur bracelets de couleur au poignet, abandonnant les copieux buffets pour les terrasses des restau de Santa Maria. Ils raconteront qu’ils sont allés au Cap Vert mais non! Pour nous, vagabonds curieux et chanceux, le Cap Vert authentique est ailleurs ...et à découvrir en marchant.

26 janvier 2019

Notre petit 4*4 nous permet une escapade sur les pistes de sable ocre jusqu’à la plage où les kitesurfeurs volent sur les vagues : impressionnant d’adresse et de vitesse.

27 janvier 2019

On passe de longues heures à lire, écrire, écouter de la musique. Rythme inhabituel qui nous dérangerait presque maintenant que nous ne subissons plus au quotidien la pression et les contraintes du travail...

L'hôtel nous permettra de garder la chambre jusqu'au soir, notre avion ne décollant qu'en soirée.

Vol de nuit donc pour Lisbonne, puis Lyon. A 13h le 28 nous serons de retour!