Andalousie & Estremadure

Une escapade en Andalousie de 15 jours a la découverte du patrimoine Espagnol
Septembre 2021
15 jours
1

Depuis le temps que cette destination nous trottait dans la tête, nous partons à la toute fin Septembre 2021 pour un road-trip de 15 jours en Espagne. Nous avons une folle envie de prolonger l’été et l’Espagne offre à cette période, encore de belles et chaudes soirées comme on les aime.

Nous atterrissons donc à Madrid et louons une voiture. C’est parti pour un séjour plutôt axé culturel. Nous débutons par la ville de Cuenca à 2h de route à l’est de Madrid.

Située à 1000m d’altitude, la vieille ville de Cuenca, classée à l’Unesco est bâtie sur un promontoire dominant les gorges du Jucar et du Huecar.

Fondée par les maures au VIIème siècle puis reprise par les chrétiens, elle doit son essor à l’élevage des moutons et à l’industrie textile de la laine au XV-XVIème. Aujourd’hui, c’est clairement le tourisme qui fait vivre cette petite ville certainement un peu endormie hors-saison.

La vieille ville a beaucoup de charme et est emplie de couvents de tous courants réhabilités.

Nous dormons d’ailleurs dans un hôtel situé dans un ancien couvent. Le lieu est charmant et on est assez content de notre trouvaille!

Les placettes se succèdent toutes plus belles les unes que les autres.

Autre particularité de la ville: les casas colgadas, qui sont d’étonnantes maisons suspendues au bord du vide. Ces maisons anciennes ont en fait des balcons suspendus au-dessus des gorges. Assez vertigineux! Ça nous rappelle un peu les météores en Grèce avec ces célèbres monastères accrochés au même type de formations géologiques. En tout cas c’est très, très photogénique au coucher du soleil.

La ville est aussi réputée pr ces musées d’art contemporain. Nous n’avons pas pris le temps de les visiter car nous n’étions qu’une journée sur place et voulions privilégier les visites extérieures mais ça avait l’air de valoir le coup, avis aux amateurs.

Les alentours de Cuenca ont l’air d’offrir aux portes de la ville de belles évasions nature avec des balades et spots d’escalade assez chouettes pour admirer les formations géologiques.

Cathédrale de Cuenca 
Panorama sur Cuenca 
2

Le lendemain, nous quittons Cuenca pour rejoindre Cordoue.

Nous nous arrêtons en route sur les terres de Don Quichotte en Castille de La Mancha.

A Campo de Criptana, nous nous trouvons sur un plateau au cœur de cette région agricole et peu peuplée.

On peut y voir de beaux moulins parmi lesquels 3 ont des toitures de bois datant du XVIème siècle. Les autres sont des années 60.

3
Quartier de la juderia ancien quartier juif tout autour de la mezquita. 

Nous posons nos valises à Cordoue pour 2 nuits. Les hôtels ne font pas le plein en ce moment, Covid oblige. Nous trouvons donc facilement à nous loger.

De suite, nous partons explorer la ville à pied.

La ville est assez étendue et est bourrée de ruelles étroites piétonnes toutes plus photogéniques les unes que les autres. Les rues pavées, les nombreuses placettes et l’unité de style donne un charme fou à la ville.

Micka marche dans la Calleja de las Flores. 

Cordoue comptait près d’un million d’habitants au Xème siècle, ça parait tellement fou! Elle était alors un centre islamique important au temps des Omeyyades.

On voit de suite que sa conception date d’une époque où la voiture n’existait pas! On peut marcher des heures dans Cordoue sans s’ennuyer dans ses ruelles étroites et fleuries.

Au bord du Guadalquivir et soirée dans un petit resto syrien délicieux!! 

Nous visitons les bains califaux. Construits au Xème siècle sous le règne du calife Alhakem II, ces bains maures ont été redécouverts lors de fouilles en 1903. Plusieurs salles avec des murs de pierre dont les voûtes reposent sur des colonnes de marbre se succèdent. Les lucarnes sont en forme d’étoiles. On passe de la salle froide destinée aux ablutions et à la purification du corps et de l’esprit, à la salle tiède dédiée aux massages et à la relaxation puis à la salle chaude.

Bains califaux 

À midi, nous mangeons un menu del dia avec le salmorejo, sorte de gaspacho local avec œuf dur et copeau de jambon.


Pause repas près de la Plaza del Potro
Une porte de la Mezquita 



Pont romain avec au bout la torre de la Calahorra, tour mauresque.  


La Mosquée de Cordoue constitue à elle seule la raison de notre venue dans la ville. C’est un bijou d’architecture, érigé en 756 à l’endroit où se dressait une basilique wisigothe.

Peu après, les maures prennent possession des terres habitées par les wisigoths. Commence alors la dynastie de califes arabes qui a régné sur l'ensemble de l'Empire musulman (califat omeyyade, 661-750), depuis sa capitale Damas (aujourd'hui en Syrie), puis dans la seule péninsule Ibérique avec l'émirat de Cordoue (756-1031, érigé en califat rival des Abbassides en 929).

Le minaret de la mosquée de Cordoue a été transformé par la suite en clocher renaissance. La mosquée-cathédrale est donc un mélange des cultes chrétiens et musulmans.

La salle de prières et ses 854 colonnes est absolument incroyable.

Le mihrab 

Le Mihrab est le lieu le plus sacré de l’édifice car il indique la direction de la Mecque.

La chapelle principale est architecturale ment intéressante: les styles gothique tardif, renaissance, baroque se mêlent.

Nous poursuivons nos explorations par la visite du Palacio de Viana. Cela nous donne l’occasion de nous enfoncer un peu plus loin dans les rues de Cordoue et de nous éloigner du cœur touristique. On découvre un nouveau quartier plus calme.

Le palais a été aménagé au XVIème siècle par un seigneur local transformant cette demeure médiévale en demeure renaissance. Il comprend une succession de 12 patios ravissants, havre de fraîcheur et lieu de repos, de méditation…. Les patios font la part belle au végétal: orangers, glycines et parterres fleuris.

Palacio de Viana 

En fin d’après-midi, nous terminons par la visite de l’alcazar de Cordoue. Le forteresse de style mudéjar date du XIVème. Pas grand chose à voir dans le château en lui-même mais les jardins sont assez jolis sous les lumières du soir et sont un bon avant-goût de l’alcazar de Séville, beaucoup plus vaste.

L’alcazar de los Reyes cristianos 

Le lendemain, nous rejoignons Grenade en faisant un détour par Guadix et le barrio de las cuevas, quartier populaire où les habitations sont construites dans des « cuevas », sorte de grottes ou habitations troglodytiques. Les images vues sur Internet m’avaient vraiment donné envie de découvrir ce quartier. Sur place nous sommes cependant un peu déçus. Le quartier est sale, mal entretenu et il n’y a pas tant de maisons troglodytes que cela…

Guadix 

Nous prenons notre pause repas dans le centre ville de Guadix et tombons sur un super resto qui nous fait vite oublié la petite « déception » de la visite.

Centre-ville de Guadix 
4










5








6










7




8







9

En Estrémadure, nous passons une journée et une nuit à Jarandilla de la Vera. Jarandilla a des airs de village corse, on y accède par une route qui serpente à travers les forêts de chêne et de châtaigniers.

Nous y allons pour visiter le Monastère de Yuste, situé à quelques kilomètres, monastère où l’empereur Charles Quint vint passer la fin de sa vie. Malade, il y vécut dans un certain dépouillement et une grande piété, qui surprirent pour un empereur.

La visite est émouvante. On peut voir le lit de Charles Quint qui donnait sur l’autel afin qu’il puisse, même très affaibli, suivre la messe

De même sa chaise de lecture « aménagée » rappelle à quel point l’empereur souffrait de la goutte.

Le monastère abrite deux cloîtres gothique et plateresque (renaissance espagnole) absolument sublime. Cette visite d’un lieu chargé d’histoire et d’une grande quiétude nous passionne. Micka avait la découverte de ce lieu en tête depuis longtemps.

10










11

Nous quittons Salamanque pour nous rendre à Avila, à une heure de voiture en direction de Madrid.

Avila fut la ville de naissance de sainte Thérèse d’Avila, cette célèbre religieuse de l’ordre du Carmel (contemplatif) qui vécut au XVIème siècle.

Le couvent qui porte son nom abrite des reliques de la sainte (un de ses doigts notamment).


Avila, située dans la région de Castille et Léon est avant tout une ville médiévale connue pour ses remparts absolument incroyables qui lui ont valu d’être classée au patrimoine de l’Unesco: 2,5 km de murailles entourent la ville avec 88 tours!

La balade sur les remparts nous a beaucoup plu!


12