À propos

Baroudeurs sur les mers durant plusieurs années, nous avons posé nos sacs de marins à terre et commençons de nouvelles aventures en camping- car. A bientôt sur les routes !

Soleil d'hiver en Algarve et Andalousie - partie 1

Besoin de soleil, de lumière et de chaleur. Nous descendons vers le sud avec notre "maison sur roues" ...
Du 11 janvier au 7 mars 2020
57 jours
Dernière étape postée il y a 1 jour
1
1
Publié le 19 novembre 2019

« Dans vingt ans, vous serez plus déçus par les choses que vous n'avez pas faites que par celles que vous avez faites. Alors sortez des sentiers battus. Mettez les voiles. Explorez. Rêvez. Découvrez. »

Dans 20 ans nos regrets seront éternels ... c'est aujourd'hui que nous mettons les voiles avec notre "maison à roues" le Pilote G740, notre camping-car pour ce périple au soleil du sud avec deux autres couples d'amis. Finalement en y réfléchissant voyager sur terre ou sur l'eau c'est du pareil au même, l'élément support est juste différent !

Les étapes sont : où souhaitons nous aller : AU SOLEIL, combien de temps : LE PLUS LONGTEMPS POSSIBLE, que souhaitons nous visiter : DE BELLES CHOSES et FAIRE DE BELLES RENCONTRES !

Problèmes administratifs, budget, matériel, sécurité (moins important que sur l'eau) pas besoin de faire un stage de survie en mer.. ! ouf ! avitaillement aussi, il faut alléger.. on trouve de tout sur le parcours... tout ceci est secondaire.

Bon je crois qu'on va y arriver... première réunion en octobre, deuxième la semaine prochaine, et on attendra le départ en janvier en continuant à potasser les guides, cartes et les applications sur téléphone. C'est quand même plus pratique que de faire le point avec son sextant ! bon j'exagère un peu... on avait du matériel au top sur notre bateau.

Quelques mots sur notre "maison sur roues". Nous avions envisagé d'acheter un camping-car, mais il y a aujourd'hui tellement de choix, et de prix ... que nous avons opté pour une formule, toute nouvelle, une location longue durée (2 ans) à raison de 10 semaines par an. Pour un CC de moins de 2 ans, et à un prix des plus raisonnables sans les inconvénients de l'immobilisation, de l'entretien, des charges, et de la dévaluation du véhicule. Certes il ne nous appartient pas et nous ne pouvons y ajouter notre touche personnelle, mais on ne peut pas tout avoir. Notre camping-car pour ce périple est un PILOTE G740 de 2019. Nous vous tiendrons informés de ses performances au cours de ce périple. Et si l'envie vous vient vous pourrez faire comme nous !



<

L'un des camping -car - celui de Yannick et Jean-Claude 
• • •
2
2
Publié le 31 décembre 2019
Voila "l'équipage" au complet ! Marc, Gilles, Viviane, Annette, et Jean-Claude avec Yannick  

Nous sommes à J-12 jours et commençons à sentir le soleil se profiler à l'horizon ! enfin un horizon encore lointain et bien froid dans notre Touraine, et Vendée, sauf pour nos sudistes du Var Yannick et Jean-Claude. Nous avons tous les six recherchés sur internet, (quelle heureuse invention...) les blogs, applications qui pouvaient nous renseigner sur notre futur périple. Il semble que nous ne soyons pas les seuls à rechercher un peu de chaleur, à partir du moment où vous habitez au delà de Valence, qui pour nous les ex-sudistes (ex 06 et 83) c'est le NORD !

Tous les retraités ... français ou étrangers, possédant un camping car, migrent comme les oiseaux, vers le sud de l'Europe ou le Maghreb pendant l'hiver. Notre problème majeur, semble t-il, avec notre caravane de 3 véhicules est de trouver un emplacement pour se poser ! Gilles est donc en charge, il s'est porté volontaire, pour trouver les stationnements ou poser "nos maisons roulantes".

Quelques mots sur "l'équipage" : Vous l'avez compris, nous sommes pour 4 d'entre nous d'ex marins. Gilles, Viviane, Marc et votre rédacteur avons navigué pendant plusieurs années dans les Antilles avec nos bateaux respectifs après une vie bien remplie. L'âge aidant, façon de parler, aie la vieillesse.. nous avons du nous résoudre à affaler les voiles et renoncer aux joies des eaux chaudes et des alizés des Caraïbes. Yannick et Jean-Claude ne sont pas des marins au sens pur du terme, mais aussi des baroudeurs a leur façon.

Nous entreprenons aujourd'hui un nouveau "voyage". L'eau n'est plus notre élément, mais nous espérons nous en sortir avec le "bitume" car : Rester c'est exister, mais voyager c'est vivre !

"Qui a l'habitude de voyager... sait qu'il arrive toujours un moment où il faut repartir" et pour nous c'est dans quelques jours !

notre parcours de janvier à mars 2020 

NOUS VOUS SOUHAITONS UNE BONNE ANNEE 2020 !

3
3
Publié le 14 janvier 2020

Samedi 11 janvier 2020

Aujourd’hui, nous prenons possession de notre « Pilote 740G », notre nouvelle maison pour quelques semaines. La prise en main est assez rapide chez le concessionnaire SLC de Parçay Meslay, mais nous aurons tout le loisir durant la descente vers le sud du Portugal de nous « atteriser » nouvelle expression pour signifier « amariner » … Pourquoi l’invention de nouveaux mots, serait-elle le propre de nos chers Ministres ! Nous avons environ 500 kg de charge utile a embarquer … cela signifie peser tous les éléments devant rentrer dans la soute ou les « équipets » du camping-car. La liste est longue … car pour 2 mois il nous faut un minimum de matériel pour un maximun de confort Aie, l’addition des poids…

22 h nous sommes épuisés et ce sera notre première nuit à bord, dans le jardin… Dur le matelas et froide la température de l’habitacle. Mais la perspective du soleil qui nous attend nous permet de résister à l’envie de retrouver notre lit bien douillet et notre chambre à 18°.

Dimanche 12 janvier 2020

6 h du mat ! Debout les « braves » nous avons 360 km à faire et une partie de notre équipage nous attend quelque part en Gironde. Nous quittons notre Touraine vers 9h pour nous élancer sur l’autoroute A10 direction Bordeaux.Quel bonheur les nouvelles technologies de navigation et communication: Waze, Park4night, WhatsApp...Mais comment faisait-on avant pour voyager ?

Nous retrouvons en fin d’après-midi Yannick et Jean-Claude sur l’aire de Cestas pour passer la nuit. Notre troisième camping-car, Viviane et Gilles, nous retrouvera en Espagne lundi. Premier apéro avec bulles pour fêter notre départ, et en prévision d’une nuit qui va être difficile, car nous sommes en bordure de l’autoroute Bordeaux-Bayonne. Pire qu’une nuit au mouillage avec un clapot qui résonne dans la coque et les drisses qui tapent sur le mat !

Lundi 13 janvier 2020

On avait dit départ 8h30. Mais à 7h, Yannick tambourine à la porte : on s’en va ! Direction Irun. Arrêt à Auchan (Al Campo) pour avitaillement. Première rencontre avec les jambons, et fromages Espagnols. Ca sent la société de consommation… on ne parle ici que Français, Anglais et toutes les autres langues du Nord de l’Europe ! On résiste. C’est ici que « park4night » entre en jeu. Nous avions prévu l’étape de nuit sur une aire à IRURA (il faut bien s’organiser, surtout lorsqu’on est 3 camping-cars en vadrouille) : impossible de se garer ! Deuxième option : toujours avec la même application qui nous signale une superbe aire, calme à la verdure à VILLABONA. Nous traversons la ville, pas facile, et nous nous engageons sur une petite route qui monte, monte, monte ! Et se rétrécit de plus en plus. Au bout de plusieurs kilomètres et après quelques agacements de nos chauffeurs nous décidons de poser nos « roues » ailleurs. Troisième option, TOLOSA. Pas terrible mais pour une nuit cela ira.

Viviane et Gilles arrivent enfin. Pour une deuxième journée ce n’est pas trop mal et sûr qu’on va s’améliorer. Pour se détendre, je propose de faire un peu de cuisine… une « daube aux olives et citron confit » ! Superbe soirée ! Les vacances commencent vraiment et s’annoncent sous les meilleurs auspices.

Soirée daube ! 

Mardi 14 janvier 2020

Un programme c’est bien connu, c’est fait pour être chamboulé ! L’étape du jour prévoyait TOLOSA – BURGOS autour de 210 km soit trois heures de route. Et bien ce sera TOLOSA SALAMANCA …470 km. Soit 7 heures de route avec un arrêt.

Belle journée, malgré un temps nuageux, que des lignes droites … et des autoroutes ou Nationales gratuites. Nous traversons l’Espagne en diagonale vers la frontière Portugaise : GUARDA. La région de Castilla y Leon est un grand plateau, plat, aride, avec peu de végétation. Nous sommes dans une zone de culture.

Pour passer le temps nous communiquons à travers notre groupe « Portugal » sur whatsApp. Ce soir nous sommes dans un « camping » à Santa de Tormes/Salamanca avec tout le confort (électricité, eau, vidanges en tout genre..) et Wifi !

Demain jour de repos et visite de SALAMANCA

Comme vous pouvez le constater, pour l’instant, peu de photos et j’écris beaucoup. Des choses simples du quotidien, ce qui s’est passé, fait et dit. Il faut lire ce blog, si celui-ci vous intéresse, comme un carnet de route, souvenir des jours qui passent…

Une petite devinette pour terminer ces premiers jours :

« Que dit un escargot qui rencontre une limace ? »

La réponse sera dans le prochain article !!!

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires à la fin de chaque article !

4
4
Publié le 16 janvier 2020

Mercredi 15 janvier 2020

Le vent a soufflé toute la nuit, il fait froid (6°). Malgré le chauffage électrique il faut se couvrir dans la cabine. Le jour se lève tard dans la région, autour de 8h30, nous sommes plus à l’ouest, mais en contrepartie il fait nuit plus tard. Le ciel est gris, il pleut. Nous décidons avec J.C. et Yannick de partir visiter Salamanca. Nous allons prendre le bus de 10h45. Il fait froid, très froid !

Quelques mots sur Salamanca, 140 000 habitants : la ville fait partie de la région de Castilla y Léon, à environ 230 km au Nord Ouest de Madrid. Le cœur de Salamanca, c’est sa vieille ville, le centre historique, qui se déploie du pont Romain à la porte de Zamora. Palais et édifices religieux composent la cité autour de l’université dont la splendide façade constitue l’emblème de l’art plateresque (style architectural de transition entre l’art gothique et la Renaissance il s’est surtout développé en Espagne, de la fin du 15ème siècle jusqu’à la fin du 16ème).

place Mayor le matin avec la pluie  et le soleil l'après-midi  et détail du fronton de l'Hôtel de ville 

Nous commençons par la Plaza Mayor : c’est l’épicentre de la ville. Elle forme un immense carré bordé de galeries à arcades sous lesquelles se trouvent de nombreuses boutiques, cafés et restaurants. La façade de l’Hôtel de ville est une merveille d’architecture.

Nous continuons par la « Catedral Vieja et Nueva ». Une curiosité, puisque les deux cathédrales sont imbriquées l’une dans l’autre suite à deux constructions distinctes réalisées à deux époques différentes. La première d’art roman construite entre 1140 et 1150. Pour la seconde, la construction débute en 1513 et le gros œuvre est achevé en 1560 ! Mais de nombreuses adjonctions se firent jusqu’au 18ème siècle, d’où la cohabitation de styles gothique, renaissance et baroque. Voir les photos : une pure merveille !

la Cathédrale nouvelle et la chapelle avec les orgues , le plafond peint 

Après quelques tapas (nos premières…), nous nous inquiétons de l’absence de Viviane et de Gilles. Pour cause, ils sont restés bloqués au camping, le chauffeur du bus leur ayant refusé l’accès à cause de Pyxie, leur petite princesse (Cavalier king Charles, 3 mois et 3 kg) qui n’avait pas de…panier. Nous sommes invités à notre retour pour l’apéro à bord du Notin.

l'entrée du chœur en réfection   

Mais oui, je vais vous donner la réponse de l’Escargot ! Encore un peu de patience …

quelle architecture ! 

L’apéro nous permet de faire le point, et de discuter de la suite du voyage. Il faut s’habituer ce sera : Salamanca – Guarda – Coimbra soit 330 km. On saute encore une étape mais on gagne 2 jours sur le programme ! La météo n’est pas bonne, il fait froid et il pleut. Yannick souhaite plus que tout autre, que nous avancions vers le sud.

Jean-Claude pose pour son buste à Cotignac  

Bonne nuit à tous et à demain !

Réponse de l’Escargot à la limace : « Belle décapotable ! » Elle est mignonne, non ?

Jeudi 16 janvier 2020

7 h du mat ! Il fait nuit et froid. Ce matin nous quittons « la Castille et Léon » et nous nous dirigeons vers le Portugal, première étape Guarda qui en est l’entrée. Le plateau de Salamanca est à 800 m d’altitude nous devons être au niveau de la mer à Coimbra. Nous espérons que la descente ira de pair avec le réchauffement.

9 heures - Tout le monde est prêt. La caravane peut se mettre en marche ! Nous allons « naviguer de conserve », vieille expression marine qui signifie : voyager ensemble, en se protégeant !

La tête du convoi sera Gilles, le chauffeur, avec son routeur Viviane, au milieu, « les jeunes », et nous, les plus anciens pour fermer la marche et veiller au grain. Au fur et à mesure de la descente, le paysage change, nous ne sommes plus sur un plateau aride et sec, mais nous commençons à voir de la verdure et des vaches dans les prés ! Le soleil pointe timidement son nez et nous apercevons un bout de ciel bleu. Nous retrouvons à nouveau les vallons, les premiers oliviers, les eucalyptus, et les mimosas.

La température remonte, Yannick se réchauffe.

« Nous les femmes… » (ah, Julio) nous continuons à travers whatsApp (quelle belle invention gratuite) à communiquer, à délirer, à se raconter des devinettes, des blagounettes, à vérifier la route sur waze et google maps (Viviane fait cela très bien, c’est normal, c’est elle le routeur) le temps passe plus vite.

11 heures – GOOOOOOD MOORNING … PORTUGAL !

Voila, nous y sommes. Petit arrêt pour faire « matcher » nos cartes de crédit et l’immatriculation des véhicules, afin de pouvoir régler les autoroutes payantes. Heureusement que Gilles veille pour ne prendre, que si nécessaire, les voies payantes. Nous avons fait depuis la frontière espagnole 800 km sans payer un seul euro. Qu’en est-il en France ?

Nous arrivons à Coimbra à 15h pour garer nos « montures » sur une aire en bordure du « rio Mondego », peu de service, mais nous avons rechargé les batteries et avons les pleins d’eau et de gaz. Nous ne sommes pas les seuls, IL PLEUT mais il fait 14° !

Demain, visite de COIMBRA.

Boa noite.

N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires à la fin de chaque article.