Carnet de voyage

Arizona - Year 2

Par
Dernière étape postée il y a 171 jours
Par Alise
2ème année de post-doc à Tucson
Novembre 2018
52 semaines
Ce carnet de voyage est privé, ne le partagez pas sans l'autorisation de l'auteur.
1
1
Publié le 12 novembre 2018

Nouvelle année, nouvelle procession pour le jour des morts ! Comme chaque année, quelques milliers de personnes se rassemblent le temps d'une nuit pour célébrer les morts. La procession marche 2 kilomètres, portant avec elle une urne contenant des lettres pour les morts. Arrivée au lieu du final, l'urne est soulevée par une grue et brûlée, la fumée emportant les messages jusqu'aux disparus...

2
2
Publié le 12 novembre 2018

Petite journée vélo-rando pour atteindre le Catalina state park, situé à quelques kilomètres au nord-ouest de Tucson, aux pieds des montagnes Santa Catalina.

Le parc offre un joli panorama sur les montagnes, notamment les dramatiques Cathedral rocks, Table mountain et Bighorn mountain, qui ne sont pas visibles depuis Tucson. Le parc permet également de visiter un site archéologique Tohono O'odham en assez mauvais état, il faut bien l'avouer.

Evidemment, à peine dans le parc, mon appareil photo tombe en rade de batterie...

3

C'est parti pour 4 jours de folie dans les plaines désertiques du Nevada !

Voiture récupérée, valises prêtes, Vijayalakshmi (Vijay) et moi partons de bonne heure et de bonne humeur pour une longue route en direction de Las Vegas. Le voyage est résolument palpitant, puisque l'on traverse dans des localités surprenantes, comme "Nothing" (où comme son nom l'indique il n'y a rien à voir)...

Au bout de 5 heures de routes, nous appercevons enfin le Colorado et le barrage Hoover.

Nous nous arrêtons sur les rives du Lac Mead, retenue artificielle sur le Colorado qui alimente Las Vegas en eau. Nous décidons de randonner un peu, la vue sur le lac est superbe, même s'il est visible que le niveau d'est est actuellement beaucoup plus bas que normal (à peine 40% du niveau habituel) du fait des sécheresses à répétition et de la surconsommation en eau.

Il est temps de rentrer vers Las Vegas pour une escale bien méritée après tant d'heures de route.

4

Destination : Vallée de la mort ! Levées de bonne heure, nous prenons la route pour rejoindre Furnace creek, station au cœur de la fameuse Vallée de la mort. Très vite nous traversons des paysages dignes des westerns les plus clichés.

Passant par Death Valley Junction, nous entrons dans le parc à proximité de Zabriski point, une formation calcaire colorée impressionnante.

Après une escale à Furnace creek, nous nous mettons en route pour le Bad Water Bassin, zone la plus basse du parc (dépassant les -80m en dessous du niveau de la mer), et recouverte d'une croûte de sel.

Nous reprenons la voiture le temps d'atteindre le début d'un chemin de randonné permettant d'admirer un canyon et une arche naturelle. Au loin, le paysage est presque lunaire, alternant entre le noir de la roche et le blanc du sel.

En regagnant Furnace creek, nous faisons un détour par the Artist palet drive, une boucle à réaliser en voiture qui permet d'admirer la fameuse "Artist palet"....

Après une petite ballade dans le coin, nous roulons vers les Mesquite flats sand dunes, qui comme son nom l'indique, sont des dunes de sable fin au beau milieu de la vallée...

Après une telle journée à parcourir la vallée en long et en large, il est temps pour nous de repartir en direction de Las Vegas. En chemin, nous faisons nos adieux à la Vallée depuis the Dante view, pour un coucher de soleil qui restera dans les annales.

5
5
Publié le 3 décembre 2018

Red rock canyon

Après un fat indian breakfast (sans rire, ce petit dej à constitué mon seul repas de la journée...), nous roulons vers un canyon tout proche de Las Vegas, le Red rock canyon. Il y a foule en ce samedi matin, et les services du parc ferment l'accès juste après nous, ayant atteins leur capacité maximale en visiteurs...

Nous choisissons un circuit de randonnée qui permet une vue sur les formations rocheuses du canyon et permet de traverser une ancienne forêt de Joshua tree, ayant brûlé en 2010...

• • •

Ce voyage étant la première fois à Las Vegas pour Vijay, nous rentrons de bonne heure du parc pour avoir le temps de descendre le strip à la lueur du soleil couchant...

• • •


Le lendemain, il est déjà temps pour nous de rouler vers Tucson, le tout sur de la musique Bollywoodienne, bien évidemment...



6

Retour à Los Angeles pour un court weekend avant de rentrer pour les vacances de Noël. Mon hôtel est situé tout proche du walk of fame, mais je m'éloigne des hordes de touristes pour une matinée artistique au Broad, tout nouveau musée d'art moderne de Los Angeles (qui en plus de contenir des chefs d’œuvres est complètement gratuit, oui, oui).

• • •

Après cette pause musée, je prends le métro jusqu'à Watts, un des quartiers de LA tristement célèbre pour ses émeutes raciales. Il est évidement peu recommandé de traîner dans ce quartier avec une gueule de touriste, surtout de nuit. Je traverse rapidement les quelques blocs de rues qui me séparent de ma destination : les Watts Towers.

Simon Rodia, immigré Italien vivant de petits boulots est le véritable Ferdinand Cheval de Los Angeles. Entre 1921 et 1954, le bonhomme décide d'entreprendre la construction de tours . Pour cela il utilise des câbles d'acier renforcés de ciment qu'il décore de divers objets provenant des décharges publiques (on trouve pelle-melle, des morceaux de verre et de vaisselle, des coquillages...). Il réalise cette construction démente sans outillages ni échafaudages. En 1954, il quitte Los Angeles pour San Francisco et refile les tours à ses voisins. Après avoir risqué un temps la démolition, les tours sont finalement classées "Historic landmark", et un programme de préservation est mis en place. Elles sont rapidement devenues le symbole de Watts, et apparaissent dans pas mal de films/séries se déroulant à LA (par exemple dans le Lalaland de Chazelle).

Actuellement en restauration, la visite de la structure n'est pas possible, mais des visites guidées à l'extérieur sont mises en place. Je suis le seul visiteur de la journée, mais le sympathique guide me fait un rapide tour avant de m'inviter à regarder quelques images d'archives/interviews de Simon Rodia.

Une fois la visite terminée, je retourne à la station de métro, et décide de continuer jusqu'au terminus de la ligne : Long Beach.

• • •

En cette fin de journée ensoleillée, cette escapade à la plage est bien sympathique. Le quartier est très urbanisé, et la plage est mangée par une énorme marina dont la pièce centrale est "the Old Lady". Le RMS Queen Mary, aujourd'hui reconverti en Hotel/musée est en effet amarré au loin...

En ce dimanche après-midi de début décembre, les animations de Noël pour les mioches vont bon train. Mais comme on est à Long Beach, le tout est mélangé à des costumes de pirates. Ben au final, un costume de père Noël passe très bien version Barbarossa...

Alors que la nuit tombe, il est temps pour moi de rentrer à Hollywood, pour une dernière nuit avant un long voyage vers l'Europe...

7
7
Publié le 6 janvier 2019

Los Angeles : lundi 3 décembre.

Me voilà en route de bonne heure (et presque de bonne humeur) pour l'aéroport, direction Amsterdam !

La veille, j'avais reçu un message de la compagnie aérienne, me prévenant que mon vol partirai avec 2h d'avance. Super. Me voilà contrainte de me lever à 4h du matin, pour quitter mon hôtel à temps. Le personnel de l'auberge est adorable, et je peux rendre mes clefs sans soucis malgré l'heure bien matinale. J'attrape le premier métro direction Union Station. A peine assise, je reçoit un message de la compagnie aérienne m'annonçant que, tout compte fait, mon vol aura 6h de retard sur l'horaire d'origine... A ce moment précis un jeune homme tente un maladroit "Hey lady ! you're a pretty girl"... Pauvre gars, je l'ai bien envoyé bouler comme il faut (au point qu'une dame à proximité se mette à applaudir).

A l'aéroport, je rejoint mes compagnons d'infortune, qui comme moi, raterons leur correspondance à Keflavik à cause de ce retard. Surprise ! Il n'y a qu'un vol Keflavik -> Amsterdam par jour. Me voilà coincée en Islande pour 24h, aux frais de la compagnie. Bon. Immédiatement, je me prépare au climat qui m'attends en achetant la plus grosse polaire de l’aéroport. Faut dire qu'avec mes vêtements d'Arizona, je suis pas vraiment parée.

Le bon côté, c'est que ces 6h de retard me permettrons de terminer la soumission de mon papier avant mes vacances!

• • •

Mardi 4 décembre

Après 9h de vol, nous atterrissons en Islande. On nous conduit à notre hôtel, situé tout près de l'aéroport à Keflavik. Ayant fraternisé durant le vol avec une croato-californienne (oui oui), nous partons toute les deux explorer les environs.

Il est 11h, le soleil se lève à peine (il ne se lèvera vraiment jamais, et se recouchera vers 4h de l'aprèm). Nous marchons jusqu'à la mer puis suivons la côte. Nous trouvons une pâtisserie/salon de thé parfait pour se réchauffer. Nous goûtons à plein de pâtisseries aux noms imprononçables, puis reprenons notre route.

Au bout de 2-3h de déambulations dans la neige, nous découvrons l'attraction locale : une espèce de grosse maison de troll. A l'intérieur, une poupée géante/troll nous accueille à grand renfort de ronflements et de pets bruyants.

Nous concluons immédiatement que voir un troll qui pète en Islande méritait bien ces 24h de retard.

8
8
Publié le 9 janvier 2019

Mercredi 5 Décembre :

Après un départ bien matinal depuis notre hôtel à Keflavik pour rejoindre l'aéroport, j'embarque enfin dans un avion direction Amsterdam ! Arrivée sur place, je découvre que la compagnie aérienne à oublié de transférer mon bagage, qui est donc resté en Islande. Joie absolue.

C'est donc fatiguée et légèrement déprimée que je prends le train depuis l'aéroport pour Rotterdam. J'atteins l'hôtel sans problèmes (je les avais prévenu pour mon retard de 24h), je les mets au courant pour mon bagage, et repart à la découverte de Rotterdam. Schiedam plus exactement, une des communes appartenant à l’agglomération de Rotterdam, dont la particularité est d'avoir les moulins les plus hauts du monde (ce qui vaut bien un petit détour). En tout Schiedam possède 8 moulins distribués le long de charmant canaux. Malgré le temps tout pourri, la balade est agréable.

Alors que la luminosité diminue, je quitte Schiedam pour rentrer à Rotterdam.

9
9
Publié le 9 janvier 2019

Jeudi 6 décembre :Delft

Journée chargée, j'embarque de bonne heure dans un train direction Delft, située entre La Hague et Rotterdam. Arrivée avant le levé du soleil, je commence à déambuler le long des canaux du centre historique.

Évidemment, comme partout en Hollande, on fini bien par trouver un moulin...

Delft étant la ville natale de Vermeer, peu étonnant de trouver un musée dédié au peintre... Sauf que la ville ne possède aucun tableau peints par celui-ci ! Le musée propose donc une analyse de sa peinture, comment Vermeer s'inscrivait dans les mouvements de son époque.... La visite est passionnante, et on ne regrette pas un seul instant de n'avoir pu admirer que des copies des œuvres de Vermeer.

Après cette visite au Musée Vermeer, je poursuit par une visite de la "Oude kerk" (vieille église), qui n'a d’intérêt que pour les passionnés dans mon genre : c'est là que Antoni van Leeuwenhoek est enterré (le papa du microscope, considéré comme l'un des précurseurs de la microbiologie). Bon, j’admets, c'était une de mes motivations principales pour cette visite à Delft... Après cette minute scientifique, je me rends sur les conseils d'un monsieur à la "Nieuwe Kerk" (nouvelle église).

Sur la place de cette nouvelle église, s’étend un marché qui tombe à pic pour ma pause déjeuner...

Nieuwe Kerk

Cette "nouvelle" église (la construction s'est terminée en 1496), a deux particularités : être la plus haute église des Pays-bas (quelques 112 mètres), et de contenir le caveau de la famille royale Orange-Nassau. La raison ? Guillaume d'Orange fut assassiné à Delft (par un mercenaire Français...), et il a fallu trouver un lieu de repos décent un peu à l'arrache. Depuis, les membres de la famille royale Néerlandaise sont enterrés là, sous l'église. D'ailleurs une partie de la nef est consacrée à l'histoire des Orange-Nassau.

Si le sous-sol de l’Église n'est pas accessible au public, il est possible de monter en haut du clocher pour une vue imprenable sur la ville. Cette vue se mérite cependant : l'ascension est longue, le long d'un étroit escalier en colimaçon...

Les jambes fatiguées, je me met en route pour la gare et attrape un train vers Leyde !

• • •

Leyde

Située toute proche de Delft, Leyde (ou Leiden en Néerlandais), est une ville plus moderne et sans doute un peu moins pittoresque que Delft. Le centre historique est, oh surprise, parcourue de canaux bordés de mignons moulins (dont le moulin "De Put", ce qui m'a fait rire, il m'en faut peu).

à droite, le moulin "De Put"... 

Ayant reçu un message de la compagnie aérienne disant que mon sac arrivait à Rotterdam, j'abrège un peu ma visite pour retourner à l’hôtel récupérer mon bagage.

• • •

Rotterdam

Je profite de la soirée pour me balader un peu à Rotterdam, ville à l'architecture très moderne (en même temps quand on voit ce qu'il restait de la ville après son bombardement en 1940...). Parmi les bâtiments les plus excentriques, on peut citer le Markthal et les maisons cubes. Le Markthal est un marché couvert construit en 2014 en forme de gros fer à cheval. Non loin, il est possible de visiter les maisons cubes de Piet Blom. Construites en 1977, ces maisons tests proposent un nouvel arrangement de l'espace intérieur (sensé être très optimisé)...

Markthal 
Maisons cubes
10
10
Publié le 9 janvier 2019

Vendredi 7 decembre : Kinderdijk

Après des retrouvailles avec le Erwann jeudi soir, nous optons pour le "romantisme" -aka, voir pleins de gros moulins- et décidons de visiter Kinderdijk, site classé à l'UNESCO tout proche de Rotterdam.

De bonne heure, nous rejoignons la station de bateau-bus, au pied du pont Erasme.

Pont Erasme 

Après une petite heure de bateau-bus le long de la nouvelle-Meuse, nous arrivons sans encombres à notre destination, la station Alblasserdam. Une petite heure de marche à pied (dans la pluie et le vent tout de même), suffisent pour nous mener au site. Vu la météo, nous sommes seuls, en tête à tête avec les 19 moulins que compte Kinderdijk. Par chance, la pluie se calme un poil, et nous profitons de la balade...

De retour à Alblasserdam, nous prenons un bateau retour pour Rotterdam, et attrapons le premier train direction Utrecht...

• • •

Utrecht

Nous quittons la Hollande-Méridionale (où sont situé Rotterdam, Deflt et Leiden) pour la province d'Utrecht, dont le chef-lieu est... Utrecht. Le temps est bien pourri, et nous visitons la ville en nous abritant régulièrement dans les églises et les librairies...

Biensur, le centre historique est traversé de canaux, cependant ceux-ci sont sur deux étages, ce qui est bien rare aux Pays-Bas.

Un des bâtiment les plus remarquable de la ville est la Cathédrale St Martin d'Utrecht (Dom van Utrecht), magnifique bâtiment gothique dont il ne reste que la tour, le cœur et le transept. La nef s'est en effet écroulé lors d'une tempête, et plutôt que de rebâtir la portion manquante, l'église est à présent en deux morceaux.

C'est complètement détrempés que nous retournons à Rotterdam pour une dernière nuit.

11
11
Publié le 27 janvier 2019

Samedi 8 Décembre et Dimanche 9 Décembre : Amsterdam

De bon matin nous quittons pour de bon Rotterdam pour atteindre Amsterdam, ou le Vodor nous attends.

Au programme du weekend : Manger Néerlandais (Moeders on t'aime), musée Van Gogh et balade sur les canaux...

12
12
Publié le 27 janvier 2019

25 décembre : Arêches

Les palpitantes aventures des "tres hermanos" à la montagne...

• • •

27 Décembre : matin blanc à Montereau-les-palmiers

13

9 au 13 Janvier 2019 : Hackathon NCBI à San Diego !

Partis une semaine pour un hackathon hébergé par NCBI, Matt, Ken et moi en profitons pour faire coucou aux lions de mer à La Jolla cove pour un joli coucher de soleil. Samedi étant pluvieux, nous visitons également le USS midway (gros bateau de la seconde guerre mondiale)

Vue depuis notre logement 
La Jolla 
Pleins de Lions de mer ! 
coucher de soleil à la Jolla 
14
14

2 Février 2019

Ayant loué une voiture pour aider au déménagement de Kai, j'en profite pour visiter le Saguaro West National park, plus éloigné que le East National park.

J'opte pour le Wasson Peak, le sommet le plus haut dans cette section du parc (1500 mètres).

15
15
Publié le 24 mars 2019

23 Février 2019 : Saguaro National Park East

Encore une randonnée dans le Saguaro National Park East, en ce début de printemps.

Tumeur sur Saguaro ! 

2 Mars 2019 : Neige sur Tucson !

Rare, très rare de voir de la neige à Tucson, même pour une seule après-midi !

10 mars 2019 : Sabino Canyon

Après toute cette neige le printemps se pointe enfin ! Après avoir été me renseigner auprès des rangers sur les zones du parc à éviter à cause de l'eau de fonte qui dévale de la montagne, je me décide pour le phonetrail dans le Sabino Canyon. Il me faudra cependant traverser des petits courants d'eau à plusieures reprises. Et bordel, elle était bien froide.

16
16
Publié le 24 mars 2019

Après un hiver bien pluvieux et humide, le grand sujet de conversation des locaux sont les fleurs sauvages, et les meilleurs spots pour les admirer. Sur les conseils d'un collègue, Kathryn et moi partons à l'assaut de Picacho Peak, un modeste state park au nord de Tucson. Paumé au milieu de nulle part, ce pic est remarquable par sa forme étrange. Autre fait remarquable : l'élevage d'autruches située à son pied. Au milieu du désert. Oui oui.

La randonnée n'est pas ardue, Kathryn n'a plus de bons genoux, mais nous permet d'admirer les parterres de fleurs sauvages s'étendant autour des cactus. Je n'avais jamais vu le désert aussi vert.


Kathryn, prête pour l'aventure 
17

Vendredi 29 Mars : Las Cienegas

A quelques minutes au sud de Tucson s'étendent Las Cienegas National Conservation Area qui constituent une étrange transition entre le désert du Sonoran (le désert de Tucson) et le désert du Chihuahua (au Nouveau-Mexique et Mexique). La zone est particulièrement remarquable pour ses prairies et peupliers, et a été utilisée pour l'élevage bovin depuis un bon bout de temps.

D'ailleurs un des points remarquable de la zone est the Empire ranch, classé au patrimoine historique. Ce "vieux" ranch - du moins pour des standard Américains - fut construit dans les années 1870 et exploité pendant plus d'un siècle, malgré les attaques d'apaches pendant les premières années d'occupation. Le lieu, fut immortalisé sur pellicules dans un bon nombre de westerns, et il faut bien reconnaître qu'il a la gueule de l'emploi.

La zone protégée est immense, et ses prairies à pertes de vue offrent une bonne balade, sous le regard passif des bovins du coin.

18

Vendredi 29 mars : Tumacacorì national historic park

Vestiges d'une mission Jésuite au milieu du désert, la colonie de Tumacacorì fut établie en 1701 pour convertir les natifs, les O'odham. Les Jésuites sont remplacés par les Franciscains qui finissent par se faire virer après la révolution Mexicaine. Les natifs finissent également par quitter définitivement les lieux en 1848 suite aux attaques Apaches répétées. Ne reste aujourd'hui que l'église et quelques bâtiments en Adobe.

19
19
Publié le 8 mai 2019

Une petite semaine à Vienne à l'occasion de l'assemblée générale de l'EGU (European Geoscience Union). Hébergés chez des amis de Kai, nous avons la chance d'avoir des guides locaux pour une petite visite de la ville entre deux conférences.

20

30 mars 19 : Saguaro West National Park

Dernière randonnée avant le voyage à Vienne. Le temps est frais, et les fleurs sauvages sont absolument partout, la faute à un hivers bien pluvieux.

Je profite du beau temps pour rejoindre le Saguaro West National park, zone que j'explore que rarement (plus loin que le Saguaro East pour moi). C'est un tort, puisque la zone west est également super intéressante.

• • •

11 Mai 19 : Pima Canyon

De retour à Tucson, je décide de consacrer mes randonnées du mois de Mai à l'exploration de la partie sud-ouest des Catalinas. Première étape : Pima canyon.

Ce canyon est en fait voisin du Finger rock canyon (on aperçoit parfois le finger rock de l'autre côté). Pima canyon est globalement moins intéressant que d'autres canyon de la région (Sabino Canyon ou Bear canyon par exemple), mais reste verdoyant et agréable. j'ai la chance de croiser un serpent corail qui prenais un bain de soleil pépère.

Comme nous sommes en mai : exit les fleurs sauvages et bonjour les cactus en fleurs. On commence à voir apparaître les ridicules fleurs de saguaros, les fleurs colorées des chollas et les pompons oranges des ocotillos...

• • •

18 Mai 19 : Linda Vista

Toujours dans la même zone des Catalinas, je décide de faire un tour du côté de la Linda Vista, censé offrir un joli point de vue sur les Catalinas et sur Oro Valley.

Mouais, je fait ma difficile, mais bof.

• • •

25 Mai 19 : Catalinas state Park

Pour terminer cette exploration de la zone sud-ouest des Catalinas, impossible de ne pas retourner au Catalinas state park. C'est loin quand on a un petit vélo comme le mien. Mais ça vaut le coup.

Je décide de m'aventurer dans le Romero Canyon dans l'espoir de trouver des Romero pools, petites zones d'eau saisonnière (mais comme l'hiver à été humide, j'avais toutes mes chances).

On est en pleine floraison des Mesquites qui couvrent de jaune le désert. Les allergies battent leur plein à Tucson !

Le début de ma randonnée est marqué par ma rencontre avec Bobby. Bobby est un serpent à sonnette pas commode. Bobby avait décidé de dormir au milieu du chemin, et Bobby bien grognon, ne voulais pas me laisser passer (l'avantage des serpents à sonnettes c'est que tu n'a pas trop de doute quand à leurs sentiments à ton égard).

Bonjour Bobby, fait un joli sourire à la caméra 

Bref, j'ai suivi les consignes habituelles en cas de confrontation avec ces charmantes bestioles : reculer immédiatement, ramasser un gros cailloux (on sait jamais), et attendre patiemment que Bobby se détende un peu et se tire. Si possible avertir les autres randonneurs qu'il y a un serpent peu commode dans le fossé.

Au bout de 10 minutes (durant lesquelles j'ai le temps de prendre mon nouvel ami en photo, puisqu'il prends la pause et que j'ai un bon zoom), Bobby décide que je suis digne de passer, et décide de se décaler suffisamment pour que je puisse reprendre ma route.

Le reste de la randonnée se déroule sans encombre, et j’atteins les Romero Pools... Pour découvrir un joli serpent prenant un bain dans la rivière !