Carnet de voyage

La Patagonie, un rêve de plus 🇦🇷🇨🇱

9 étapes
4 commentaires
Dernière étape postée il y a 946 jours
Tellement d'années que j'en rêvais. ll était temps !
Février 2020
38 jours
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 29 février 2020

Je tournais une belle page asiatique en arrivant en Amérique du Sud. Tous ces pays visités, ces rencontres et découvertes faites, ces émotions vécues depuis ces 6 derniers mois... J'étais plutôt émue de commencer un nouveau chapitre de mon voyage. C'est comme ça que je le voyais en tout cas.

Et puis physiquement, j'ai un peu accusé le coup. Mes cervicales, entre autres, avaient pas mal souffert avec tous mes déplacements, transports, portage de sacs, sommeils légers, chaleur insupportable si ce n'est insurmontable parfois 🙈. Et faire un massage des épaules avant de partir du Cambodge ne fut pas non plus ma meilleure idée, ça ne m'a pas vraiment aidé. On parlera plutôt d'un moment douloureux que j'éviterais à l'avenir 😂

J'avais également quelques appréhensions quant à explorer l'Amérique du Sud seule. J'avais lu des articles pas très réjouissants. En effet, avant d'arriver en Argentine, je me suis, comme d'habitude, pas mal inspirée de nombreux blogs et sites officiels, et quand tu lis ce genre de phrases sur le site du gouvernement français, ça ne rassure pas vraiment (même si je suis consciente qu'ils noircissent le tableau évidemment mais bon...)...

"L'insécurité existe en Argentine. La délinquance est fréquente notamment à Buenos Aires où aucun quartier n'est épargné : escroquerie, vols parfois avec violence, drogue du voleur : des chauffeurs de taxi utilisent un spray pour vaporiser de la scopolamine sur le passager pour ensuite le voler. Il convient d'être vigilant, en particulier dans les zones touristiques où les agressions sont de plus en plus violentes (usages d'armes à feu). En cas de vol, ne résistez pas à l'agresseur qui pourrait utiliser une arme."

Okaaaaaaayyyyyyyy 😅


Et pour finir, je n'ai pas eu le temps d'apprendre l'espagnol comme je l'avais espéré et ça m'a pas mal attristé. Je m'en suis voulue car quand tu visites un pays, tu te dois au moins de pouvoir échanger avec les locaux. Tu t'invites chez eux, ils t'accueillent donc le minimum c'est de pouvoir parler leur langue ou de les comprendre un peu.

Mais tant pis, je ne peux pas tout faire en un laps de temps si restreint. J'ai donc acheté 2 mini-dictionnaires pour parfaire mes bases en espagnol, que dis-je pour apprendre les bases 😅. Oui, j'ai fait allemand en 1ère langue 😭.


Voici donc l'état d'esprit dans lequel j'étais en arrivant en Argentine 😁 et j'avais omis un fait, devinez quoi ... 40 degrés ressenti 45 à mon arrivée dans la capitale 🤣. Rappelez-moi de retourner dans les pays froids que j'aime tant quand je reviendrai de mon voyage ! Ben oui, il faudra que je​ programme mes prochaines vacances à mon retour ! 😏

2
2
Publié le 29 février 2020

BUENOS AIRES : 2 jours

Mes impressions :

- assez européen

- beaucoup de policiers un peu partout

- nombreux SDF, souvent alcoolisés

- les argentins sont adorables. Ils viennent vers toi pour t'aider quand ils voient que tu​ regardes une carte ou que tu ne sais pas vraiment vers où te diriger

- métros et bus très bien développés pour se balader dans toute la ville

- beaucoup de Portenos (habitants de Buenos Aires) parlent anglais

- les prix sont moins élevés ici qu'au Cambodge malgré l'inflation qu'ils subissent tous les ans ! Ex : 1 course en taxi = 3€ vs 15€ au Cambodge !


Ce que j'ai aimé

- en apprendre plus sur l'histoire de l'Argentine

- découvrir Buenos Aires et me dire que je suis en Ar-gen-tine !!

- assister à de nombreux spectacles de tango en pleine rue !

- visiter plusieurs musées d'art et voir que les artistes français sont bien représentés

- le street art un peu partout dans la ville et en particulier dans le quartier de Palermo. Très dur de faire une sélection tant j'aime ça...

- visiter le théâtre Colon qui est sublime et a des spécificités uniques au Monde

- visiter la synagogue centrale de Buenos Aires et en apprendre plus sur l'histoire des argentins juifs

- prendre un café dans un ancien théâtre transformé en une magnifique bibliothèque

- réaliser que Mafalda est argentine et me rappeler que le pape actuel est argentin !

- me balader dans la ville et imaginer la vie des locaux


Ce que je n'ai pas aimé 😣

- la chaleur, pas de vent. Impression d'étouffer

- le sentiment d'insécurité dans certains quartiers

- contrairement à l'Asie, les auberges de jeunesse ne mettent pas de rideau autour des lits dans les dortoirs. Il n'y a donc aucune intimité et ça, c'est nouveau pour moi et pas très agréable. C'est pareil en Argentine et au Chili. Vraiment dommage car le rideau fermé nous permet de nous sentir un peu chez nous. Le lit dans le dortoir, c'est notre petite maison pour la nuit et ici, la maison est donc ouverte tout le temps 😬


....................


IGUAZU : 2 jours dont 1 côté Argentin et 1 côté brésilien

Ce que j'ai aimé

- les chutes des 2 côtés sont extraordinaires et puissantes ! Je pense que j'ai été encore plus impressionnée par les chutes nommées "Gorges du Diable" que par les chutes du Niagara

- prendre une bonne douche en m'approchant des cascades avec un bateau

- les animaux dans le parc : coatis, crocodiles, papillons etc.

- visiter le parc des oiseaux côté Brésil : le plus grand d'Amérique du Sud ! Je me suis régalée à prendre des photos de tous ces oiseaux encore jamais vus en vrai auparavant. Et ça, c'est grâce à l'appareil photo que vous m'avez offert les amis alors encore merci 🤗

Ce que je n'ai pas aimé 😣

- la chaleur (encore, oui je sais 😂). Impression d'être dans un barbecue tellement il fait chaud

- l'humidité melangée aux moustiques et à la chaleur : un bonheur

- me faire abandonner par le bus à la douane brésilienne ! Je savais que les bus n'attendaient pas toujours les voyageurs mais je ne pensais pas qu'ils pouvaient partir sans toi au beau milieu des 2 pays 😂 ! J'ai dû attendre le bus d'après sans être certaine que mon ticket serait valable. Quelques minutes de stress car ni les brésiliens, ni les argentins à cette frontière ne parlent anglais et mon espagnol est plus qu'approximatif ! Finalement, j'ai pu rentrer dans le bus et retourner en Argentine 😅

- mes colocs dans mon auberge à Iguazu : 2​ ​ nuits horribles. J'étais dans une chambre de 4, en dortoir mixte. Un homme qui ronflait, puait, pétait, parlait pendant la nuit. Une mère et son fils d'une quinzaine d'années qui rentraient à 1h du matin, éteignaient la clim (donc je mourrais de chaud juste après), allumaient la lumière, parlaient fort comme si je n'étais pas là... Bref, 48h sans dormir, génial pour être au taquet le lendemain

3
3
Publié le 29 février 2020

PUERTO NATALES : 3 jours

C'est de cette ville que partent les trekkeurs pour explorer le parc national Torres del Paine qui se trouve au Chili.

Ce fut le parcours du combattant pour arriver à destination :​ 5h d'attente à l'aéroport d'Iguazu + 2h de vol avec des turbulences sans cesse (j'ai eu troooooop peur 😨) + 6h d'escale à Buenos Aires (j'ai "dormi" à l'aéroport car arrivée à 23h30 et vol suivant à 5h30 du matin) + 3h de vol jusqu'à El Calafate (1er pied en Patagonie youhouuuuuuuuuuuu 💙💃) + 7h30 d'attente à la station de bus + 5h de bus pour arriver enfin à Puerto Natales après avoir passé les douanes argentine et chilienne. N'oublions pas que je n'avais pas dormi les 48h précédentes à cause de mes colocs de chambre.

J'ai été en mode zombie les 24h suivantes !

L'arrivée à El Calafate en avion avant de poursuivre en bus jusqu'à Puerto Natales fut superbe. Premiers paysages patagoniens. C'était si beau. Si poétique. Si paisible.

Ce que j'ai aimé

- passer de l'Argentine au Brésil puis au Chili en l'espace de 3 jours !

- chiller pendant 3 jours : siestes, cafés, location de matériels pour le trek, rencontre avec d'autres trekkeurs, préparation du trek qui allait durer 8 jours etc.

- m'émerveiller devant les premiers paysages patagoniens. Ça m'a fait penser à plein de paysages différents : de l'Islande à Lanzarote, en passant par l'Ecosse, la Bolivie, Longyearbyen. Et en même temps, ça ressemble à nulle part ailleurs

- la sensation d'être au bout du Monde. Sur le chemin, il n'y a rien à part 1 route et quelques habitations, quelques chevaux, beaucoup de vent. Ce sera d'ailleurs mon plus fidèle compagnon en Patagonie !

- se sentir privilégiée d'être ici

- découvrir que le coucher du soleil est à 23h en Patagonie et qu'il est incroyablement rose. Si joli

- regarder les graffitis d'indiens réalisés sur certains murs de la ville racontant son histoire

- rencontrer d'autres voyageurs bien sympas avec qui j'ai passé de bons moments

- tout le monde est en mode trek. J'adore ça ! Je me sens à ma place au milieu de ces touristes randonneurs. Les gens qui sont là savent qu'ils vont marcher des heures pour accéder à des vues uniques et sublimes. Que l'on va avoir froid. Pas forcément bien dormir. Mais que l'on va vivre quelque chose de rare. J'ai l'impression d'appartenir à un groupe. D'être au bon endroit. C'est ce que je ressens à chaque fois que j'entreprends une nouvelle randonnée ou challenge dans les montagnes. Je crois que je suis devenue une passionnée de ce genre d'aventures. Je ne pourrais plus m'en passer. Ça fait partie de moi. Ou l'inverse, je fais partie de​ ça. Ces dernières années, je suis devenue une "droguée" de ce genre de voyage. C'est ma morphine. Ou mon chocolat. Comme vous voulez 😁


Ce que je n'ai pas aimé 😣

- me retrouver à côté d'un asiatique dans le bus. Il éternuait beaucoup. J'ai pensé au coronavirus pendant les 5h de trajet 😂 et pour couronner le tout, 5 minutes après le départ, il a mangé un burger frites... on avait encore 4h55 de route et ça sentait déjà la bouffe dans tout le bus grâce à lui

• • •

TORRES DEL PAINE : 8 jours

Cela faisait des années que je rêvais de cet endroit et ça y est, j'y étais enfin ! Je me suis pincée plusieurs fois car je n'arrivais pas à réaliser que j'étais réellement là.

C'est ici que l'on fait des treks pour découvrir entre autres les fameuses "Las Torres" ! J'étais en manque de montagne et d'air frais ! Et j'ai été servie 😅

Beaucoup font des randonnées d'1 journée mais impossible pour moi : l'idée de faire le circuit complet était trop tentant. Je suis donc partie faire le "trek 0" pendant 8 jours.

Au programme :

- Jour 1 : 13km / 4h de marche / selon moi, niveau facile

- Jour 2 : 18km / 6h de marche / facile

- Jour 3 : 9 km / 4h30 de marche / plus challengeant

- Jour 4 : 22km / 8h30 de marche (ça aurait dû être 11h mais on était instoppables !!) / dur 😅

- Jour 5 : 11km / 3h / facile

- Jour 6 : 20,5km / 9h30 de marche / pas très facile avec 2 bonnes heures bien difficiles : beaucoup de montées, de descentes, de soleil tout le temps et 5 jours de trek dans les pattes

- Jour 7 : 16km / 5h de marche / moyen

- Jour 8 : 19,5km / 7h de marche / moyen puis dur. C'était la montée à "Las Torres". La récompense en haut fut à la hauteur des heures de marche !

...................

J'ai eu la chance de rencontrer 2 hollandais géniaux avec qui j'ai fait tout mon trek : Saskia et Erwin. Et sur le chemin, on a croisé des randonneurs que l'on retrouvait en fin de journée à chaque refuge. On se suivait tous toute la journée. Le soir, on se cherchait pour être sûrs que tout le monde allait bien et surtout passer du temps ensemble. J'ai eu l'impression de me retrouver dans la même ambiance si conviviale que j'avais vécue sur le GR20 sauf que cette fois-ci, 95% des touristes étaient d'ici, du Chili (les touristes internationaux font d'autres treks plus faciles et surtout moins longs). Les 5% de touristes restants étaient les hollandais avec qui j'étais, 3 brésiliens, 3 israéliens, 3 américaines, un belge, un allemand et moi !

C'était top de découvrir les chiliens dans ce contexte et d'en savoir plus sur leur culture et bien sûr, la situation politique (critique) de leur pays.

Et puis, tous les ingrédients des treks que j'aime étaient réunis : soleil, vent, pluie, douche gelée, tente, pas de réseau, musique, de super rencontres (je vous en parle dans ma partie "mes plus belles rencontres"), des kilomètres et des kilomètres de marche dans la bonne humeur avec de bons compagnons de voyage, des paysages à couper le souffle, voire parfois surréalistes : les glaciers à l'infini, la jungle, les montagnes vertigineuses et enneigées... Tout était très surprenant et inattendu !

Bref, j'ai passé 1 semaine hors du temps, à rire, manger, parler, marcher, dormir un peu et surtout m'en prendre plein les yeux !

Évidemment, un trek sans blessure n'est pas un vrai trek 😋💃. J'avais loué un sac à dos pour pouvoir le porter pendant toute la durée de l'aventure mais avec le poids et le sac pas forcément adapté à mon dos, je me suis retrouvée avec une belle marque sur la hanche et cette sensation d'avoir un couteau qui appuie régulièrement sur ton os 👌 et un bel hématome sur le pied mais ça, c'est à cause de ma blessure de guerre, pas encore guérie, due à mon accident de scooter 💪. Ah oui, et j'allais oublier ma petite entorse de fatigue à un doigt de pied et un de mes genoux qui a pris cher dans les descentes. Bibi a peut-être trop marché ces derniers mois 😁. Bref, rien de grave du tout mais je reviendrai bien "marquée" à la fin de ce tour du Monde, et pas que sur le plan émotionnel 😅.


Résultat des courses : des dizaines de jolies rencontres avant et pendant le trek, un rêve réalisé, des souvenirs gravés à jamais dans ma mémoire, quelques bobos, 1 petite chute (c'était le dernier jour donc on mettra ça sur le compte de la fatigue 😁) et un point à souligner : je suis blaaaaaaaaaack 🙋🏾‍♀️ ! Je pense n'avoir jamais été autant bronzée de toute ma vie ! De vous à moi, je suis canon mouahhahhaha💃🏾😎 #toujoursresterhumble.

Voici une sélection de photos pour vous illustrer ce trek de folie !

Les glaciers... que dire devant ce genre de paysages ? Rien, juste contempler et apprécier 💙🙏

Le lendemain de cette aventure, mon pote Pierre-Antoine ("PA") qui vit à New York m'a rejoint. On a organisé ça en mode "last minute" car je suis devenue fan de la "non-anticipation" du voyage. Alors merci à toi PA de t'être adapté et d'avoir été patient pour que je te donne mes dates définitives seulement 2 semaines avant que l'on se retrouve 😆

On a passé quelques jours ensemble. Ça m'a permis de reparler un peu français car cela commençait à faire longtemps ! Autant vous dire que le franglais est devenu (encore plus) ma spécialité !

Ce qui est sympa, c'est que nos retrouvailles se sont déroulées à Puerto Natales au Chili, au bout du monde ! Improbable comme endroit mais tellement drôle !

Et ce qui est encore plus sympa, c'est que la veille de notre rendez-vous, PA s'est fait mordre par un chien, seul dans la rue à 23h. Je tiens à préciser que tous les chiens sont adorables ici (je passe mon temps à leur faire de gros câlins) donc je mets toute la faute sur toi PA 😇.

Regardez-moi ces petites bouilles, ils ne feraient de mal à personne... sauf à la jambe de PA apparemment !

Qui dit bout du Monde dit pas d'hôpital. Qui dit 23h dit pas de pharmacie ouverte. Et on avait un bus assez tôt le lendemain donc impossible d'aller voir quelqu'un pour le soigner. On avait 6h de bus direction l'Argentine et El Calafate plus précisément.

Et évidemment, après 8 jours de trek, je ne pensais qu'à une chose : faire une lessive ! En arrivant à El Calafate, j'étais donc prête à en découdre avec les laveries comme vous pouvez le constater ci-dessous 🤗

Mais le chien qui a mordu PA en a décidé autrement : direction une 1ère pharmacie, puis une 2ème puis un 1er hôpital mais on s'est trompés, on est allés à l'hôpital de la gendarmerie nationale de El Calafate 😂. Il nous a envoyé à l'hôpital publique qui est gigantesque pour seulement 20.000 locaux !

Personne ne parle anglais dans cette ville mais on a eu une chance incroyable : le médecin le parlait ! Il ne nous fallait que lui pour comprendre si PA allait survivre ou non 😏. Que dis-je : elle ! Le médecin était une femme et PA est tombé sous son charme (la démence causée par la rage ?😏)

Conclusion : la morsure n'est pas profonde et ça n'est pas infecté. PA aura le droit à 2 vaccins sur les fesses, un bandage sur la morsure à faire chaque jour et hop, la vie continue ! C'est pas beau tout ça ? L'heure n'étant pas grave, j'ai évidemment immortalisé cette péripétie pour son dossier médical 😏

Ah oui, pour moi, tout va bien au fait mouahhahaha !

On a croisé les doigts car le lendemain, on avait prévu un trek sur le glacier du Perito Moreno et on ne savait pas vraiment comment il réagirait à ses vaccins. On vit dangereusement ici oui 😇

Ce qui est bien, c'est que l'on connaît la ville comme notre poche maintenant donc n'hésitez pas si vous avez des questions sur El Calafate 😁

4

EL CALAFATE : 2 jours

1/ le fameux et le le légendaire Perito Moreno

On commencera par le point de vue sur le glacier. Comment vous décrire ce que l'on a ressenti ? Mes mots seront faibles par rapport à ce que l'on a vraiment vécu.

Comme diraient "les coflocs" (regardez leur fabuleux et inspirant film Génération Tour du Monde : https://youtu.be/ItrF-dA0DFg) : "celui qui peut décrire ce genre de lieu avec des mots n'y est jamais allé !".

Mais tentons : c'est un autre monde, une vision surréaliste ! Je n'ai jamais vu ça de si près. Ça relève du sublime. Le Perito Moreno fait 80 mètres de hauteur, il est majestueux, somptueux, stupéfiant par sa beauté et son caractère sauvage. Chaque seconde, un peu de glace en tombe, certaines chutes sont spectaculaires de là où je me tiens. C'est un glacier qui s'effondre dans le lac en avançant contrairement au glacier Grey au Chili par exemple, qui recule.

Je suis hypnotisée. Subjuguée. Je n'arrive pas à détacher mes yeux de ce paysage. Je le contemplerai pendant un long moment.

*******

Instant flash info 🤔

Ce glacier est bleu, blanc, noir.

Cette couleur dépend du nombre de bulles d'air emprisonnées dans la glace. Car dès qu'un rayon de soleil entre dans une des bulles, une partie de la lumière est réfléchie. Cette lumière se compose de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, qui réunies, donnent la couleur blanche.

Mais la glace absorbe tous les rayons de lumière à l'exception du bleu. La lumière qui en ressort est donc bleutée. A noter aussi que plus la glace est dense et ancienne, plus elle est bleue.

Les icebergs ou glaciers peuvent aussi avoir une couleur noire à certains endroits, causée par les sédiments.

Fin du flash info 😏

L'après-midi, avec PA, on a prévu 4h de trek sur le BIG ICE comme les argentins le nomment. Je ne pensais pas que ce serait si physique mais si ! Je meurs de chaud tellement on va vite. On est 8 dans le groupe mais que des jeunes qui veulent sûrement se prouver qu'ils sont plus rapides en marchant sur un glacier 😂. Heureusement que je suis là pour ralentir le groupe, m'arrêter prendre des photos etc. Mais je crois que c'était l'adrénaline du début de l'aventure en crampons qui a fait courir les gens car après la pause déjeuner au milieu du glacier, il n'y a plus personne sur le retour 🤪. Tout le monde est épuisé mais toujours aussi motivé. Comme on dit en France, JPP !!

Alors on prend le temps de faire des pauses et de contempler encore le glacier qui ressemble à une grosse meringue.

A la fin du trek, la guide nous demandera : "how do you feel ?". PA répondra : "I feel old" 🤣

1ère parenthèse : PA avait 10.000 couches chaudes sur lui (j'aurais peut-être dû lui dire que ça faisait beaucoup mais je n'avais pas vu 😁 : collant de ski, chaussettes de ski, 2 tee shirts, 1 pull, 1 polaire, 1 couvre vent... rajoutez à ça des crampons, un casque, des gants et du sport pendant 4h, ça donne un PA caliente 🤣. Pour sa défense, je ne pensais pas qu'il ferait "bon" sur un glacier, le réchauffement climatique se sent donc à ce point-là sur un glacier !

2ème parenthèse : les treks sur le Perito Moreno sont gérés par une seule compagnie pour préserver le lieu. Avec PA, on a été choqués de voir qu'ils interdisaient aux plus de 50 ans de s'inscrire. OK, c'est sportif mais il y a des gens de plus de 50 ans qui le sont beaucoup plus que moi ! Le lendemain, on a fait une croisière en bateau pour voir d'autres glaciers donc autant vous dire que l'on s'est retrouvés avec beaucoup de "plus de 50 ans" qui nous ont demandé si on avait fait le trek.. on était très gênés de dire oui et de leur confirmer que c'était géniaaaaaaaaall (avec un peu moins d'entrain promis).

3ème parenthèse : on a eu le droit à un "calafate sour" (alcool local) avec un glaçon du glacier. OK, c'est du marketing, les touristes sont contents de faire une photo avec de la glace du Perito Moreno (moi la 1ère) mais je ne comprends pas qu'ils exploitent ce pauvre glacier pour chaque groupe et qu'ils parlent ensuite de protéger la nature...

4ème parenthèse : à la fin du trek, j'avais les yeux qui brûlaient après avoir regardé la glace pendant des heures ! Les lunettes de soleil n'ont pas servi à grand chose 🤣

Bilan : une journée spectaculaire, incroyable, intense aussi bien visuellement que physiquement. On a eu l'impression d'être (encore) seuls au Monde pendant le trek.

J'étais si heureuse de partager ces moments avec un ami et de me dire que l'on pourra s'en souvenir ensemble. Merci PA 🙏


2/ croisière autour des glaciers Upsula et Spegazzini

Ce que l'on a vu est d'une beauté indescriptible. Ce que l'on a ressenti est inexplicable. Les icebergs et les glaciers sont... je ne sais pas... je ne comprends pas comment tant de beautés peuvent exister ! Leurs formes, leurs couleurs, leurs tailles... c'est étonnant, surprenant, hypnotisant, fascinant.

On est tellement heureux d'avoir vécu ça avant que les glaciers ne disparaissent petit à petit. Ça fait réfléchir. On se sent très chanceux.

EL CHALTEN : 5 jours

Après avoir été obnubilés par ces merveilles du Monde, on part direction El Chalten. Je dormirai presque pendant tout le trajet, mes yeux me brûlant toujours un peu et surtout, je ne me suis pas encore reposée depuis les 10 derniers jours, n'enchaînant que des treks 😅 j'accuse un peu le coup dans le bus ! Et ce n'est pas à El Chalten que je vais pouvoir me poser car ce village, c'est le paradis pour les trekkeurs et les amoureux de la montagne. Donc je suis au paradis 🤗 !

El Chalten, c'est :

- 1 jour, 1 trek ! Et donc beaucoup de barres de céréales, de sandwichs, d'eau...

- 1 montagne, 1 glacier !

- une météo capricieuse : elle peut changer chaque seconde, c'est impressionnant !

- des tempêtes de vent à plus de 100 km/h à certains endroits de la montagne mais aussi dans le village ! Ce vent est tellement déstabilisant qu'on l'entend siffler, c'est comme une musique. On peut de suite s'imaginer ce que l'on doit ressentir quand un typhon arrive !

- un village créé pour les touristes en 1985. Peu de locaux vivent ici, au milieu des montagnes. Ça reste assez hostile à cause de la météo. On est loin de tout. Il faut conduire minimum 3h pour retrouver une grande ville. Ici, on a l'impression d'être dans une station balnéaire faite pour les trekkeurs.

- des chaussettes et des tongs pour tout le monde en soirée. J'ai adopté depuis bien longtemps cette mode après chaque longue journée de marche 😆. Mes pieds de randonneuse sont déjà dans un piteux état, autant les laisser respirer sans avoir froid le soir 😁. Et en plus, ici, si tu n'es pas avec tes tongs/chaussettes, t'es pas un vrai trekkeur 😏

- des magasins et des restaurants fermés entre 12h et 18h ! T'as intérêt à randonner si tu ne veux pas t'ennuyer !

- El Chalten, c'est aussi beaucoup d'asiatiques qui font les treks mais devinez quoi : non non, ce ne sont pas des chinois ! Ils sont japonais et sud-Coréens.

- Il y a aussi pas mal de jeunes enfants avec leurs parents qui montent les montagnes. C'est beau et parfois complètement irresponsable avec le vent qu'il y a ou le chemin qui peut s'avérer difficile.

- c'est aussi 1 seul distributeur de billets mais aucune banque ! Bien compliqué pour les locaux qui y habitent

...........

Il y a une dizaine de treks à faire ici, j'en ferais (seulement) 5. Oui, à un moment donné, il a fallu partir et continuer de voyager 😇

Au programme : Cerro Torre (mirador del Torre, Laguna Torre, mirador Maestri), Lago del Desierto et son glacier Huemul, l'emblématique Fitz Roy (mirador Piedras Blancas, Poincenot, laguna de Los Tres, laguna Sucia, laguna Capri), Loma del Pliegue Tumbado et enfin Las Aguilas.

• • •

Ce que j'ai adoré

- faire une lessive 🙏🥳

- retrouver par hasard en haut d'une montagne, et par 2 fois, mes potes hollandais avec qui j'avais fait le trek à Torres del Paine au Chili.

On avait l'habitude de faire une photo des "Charlie's angels" au Chili alors on a continué la tradition 👌 comme vous pouvez le constater sur quelques unes de ces photos (je n'ai pas encore récupéré toutes les autres "Charlie's angels" malheureusement pour vous 🤣) :

Quel plaisir de partager tous ces moments avec eux et PA !

Ce fut aussi le cas avec d'autres touristes que j'avais rencontrés au Chili et avec qui on avait passé de très bons moments. On fait tous un peu le même itinéraire donc c'est normal de se recroiser de temps en temps mais je ne m'attendais pas à ce que ce soit à chaque fois dans des endroits si inattendus et que l'on soit si heureux de se retrouver et de se raconter nos aventures !

- les paysages si fascinants, si sauvages, si irréels, qui ressemblent à des tableaux.

Ces montagnes m’ensorcellent. Je suis en admiration quand je les vois de loin et davantage quand j'arrive à leur sommet. Il y a une magie qui opère à chaque fois. Pourquoi ? Je ne sais pas très bien. Peut-être car elles sont intimidantes et incontrôlables, elles ne nous attendent pas, elles sont indifférentes à l'humain et ce sentiment d'être tout petit face à la nature rend l'expérience exaltante et donne envie d'aller encore plus haut, encore plus loin.

- ne jamais me lasser de marcher pendant des heures pour atteindre le sommet d'une montagne et les miradors toujours aussi grandioses et étonnants

- tomber encore et toujours sur un glacier à côté de chaque montagne. Il est toujours différent. A noter que tous ces glaciers proviennent des "glaces continentales sud", la plus vaste calotte glaciaire continentale du Monde qui s'étend sur près de 10.000 km2 !

- cette chance incroyable que l'on a eue presque tout le temps d'avoir du soleil, pas de pluie, peu de vent. Les couleurs étaient folles

- déjeuner tous les jours avec une vue magique

- voir des animaux tels que des cygnes à col noir, des flamants roses, des condors, des guanacos... mais pas de puma malheureusement

- mes bâtons que j'aime tellement et qui me sauvent régulièrement la vie 🙏meilleur investissement EVER : 10€ chez Decathlon 😊


Voici quelques photos reflétant mon séjour à El Chalten :

Le FITZ ROY

LOMA DEL PLIEGUE TUMBADO

LAGO DEL DESIERTO

EL CHALTEN et ses environs

LAGUNA TORRE

Ce que je n'ai pas aimé 😣

- un peu de vent, c'est sympa quand ça ne dure pas trop longtemps mais quand ça fouette pendant quelques heures, on est contents de rentrer chez soi après !

- que mes yeux aient du mal à enregistrer ce que je voyais tellement c'était surréaliste. J'espère que je n'oublierai pas mes ressentis en haut de chaque montagne (les centaines de vidéos et de photos devraient m'aider 😆)

- stresser un peu avant de monter au Fitz Roy. Tout le monde nous disait que c'était super dur, bien costaud etc. On a pris un peu peur avec PA. Au final, pas si dur que ça honnêtement. Ça ressemble à un niveau 3/5 ou 2,5/5. J'hésite. Oui ça grimpe bien mais ça se fait bien aussi !

Et comme on n'aime pas suivre les touristes, on a commencé le trek sur l'autre versant de la montagne pour ne pas avoir à monter et redescendre par le même chemin comme tout le monde le fait. On était (encore) seuls au Monde. C'était tellement beau et serein. Les nuages dansaient, la lumière du lever du soleil était orange, tout comme le Fitz Roy... bref, une belle journée.


C'est à El Chalten que nos chemins se sont séparés avec PA. Je suis restée un peu plus longtemps pour faire encore 2 treks 😇. Et puis, au final, on s'est retrouvés le temps d'une matinée à Bariloche.

• • •

LA ROUTE 40 : 23 heures

Après le Sud, il était temps de remonter vers le Nord de l'Argentine. J'avais le choix entre prendre un avion pour 1h30 de vol et arriver à Bariloche ou prendre un bus pour 23h. J'ai évidemment choisi le bus car il passait par la route 40, qui m'a-t-on dit maintes fois, est l'une des plus belles routes du Monde !!

Impossible de rater ça !

Il faut savoir qu'en Argentine, les bus sont très modernes, mastoc, beaux, avec de la place. Je savais donc dans quoi je m'embarquais. Pas de galère comme en Asie où les transports peuvent être surprenants !

Regardez-moi ce bolide 👌

J'avais bien sûr choisi le siège tout devant pour avoir une vue parfaite 😁

On a eu le droit à un dîner, un déjeuner, un goûter, 3 films et surtout un fauteuil qui permet d'être allongé (3/4). Donc pas totalement un lit mais ça fera largement l'affaire. Grand luxe pour moi !

Il n'y avait plus qu'à dormir un peu, manger et regarder la route en même temps : guanacos, moutons, chevaux, route infinie, montagnes, lacs, désert, quelques villages... mes yeux brillaient et je n'ai pas regretté l'avion !

C'était impressionnant de voir cette nature si belle, si préservée encore et d'être seule face à cette immensité.

1 seul hic : je n'avais pas pensé que même dans les bus il pouvait y avoir des ronfleurs ! Depuis que je suis en Amérique du sud, ils sont partout et surtout dans mon dortoir. Je songe à arrêter quelques temps les dortoirs mixtes pour essayer de dormir qu'avec des femmes et donc je me dis, sûrement sans ronfleurs !😅

Après ce trajet en bus, j'arrive enfin à Bariloche, capitale nationale du chocolat !

• • •

BARILOCHE : 5 jours

C'est la station de ski la plus prisée dans le pays en hiver. Il y a de magnifiques chalets de montagne en bois, des lacs, des montagnes, des volcans, des plages...

L'atmosphère y est alpine. Le centre-ville se résume à quelques rues où tout le monde se balade. C'est assez chic.

Certains chalets s'appellent "Gstaad", "Chamonix" ou encore "Mont-Blanc".

L'ambiance est sympa, c'est aussi beaucoup plus fêtard que dans le reste de la Patagonie. Les soirées commencent à 2h30 du matin ici 🥴

C'est très vert. Les paysages ressemblent de temps en temps au Canada puis à la Thaïlande (oui oui) ou encore à la Suisse parait-il (je ne peux pas confirmer, je n'y suis jamais allée).

Il y a pas mal de treks à faire aussi. Le bonheur continuait donc pour la randonneuse que je suis 😁


Au programme : Cerro Otto, Llao Llao, Cerro Campanario, Puerto Blest, Lago Frias, la route des 7 lacs, Villa la Angostura, San Martin de Los Andes, Cerro Catedral et enfin Refugio Frey

• • •

Ce que j'ai aimé

- les argentins sont adorables partout dans le pays et ici, d'autant plus. Les gens sont sereins, tranquilles et très souriants. On se sent accueillis !

- l'étonnement des locaux quand ils voient une française parler un "bel anglais" comme ils disent. Apparemment, ils n'ont pas l'habitude de rencontrer des français parlant anglais !

- ma super auberge de jeunesse : pour des raisons économiques, le soir, avec les autres voyageurs, on allait au supermarché, on cuisinait et on mangeait tous ensemble autour d'une même table. C'était l'auberge espagnole. Ça parlait toutes les langues, dans tous les sens. C'était génial !

- j'ai eu la chance d'être sur place au moment du carnaval de la ville ! Ambiance festive, concerts et spectacles dans toute la ville !


Ce que j'ai moins aimé 😣

- j'étais un peu triste car je n'ai trouvé personne de partant pour faire 2 jours de trek jusqu'au refuge Otto Meiling pour dormir au milieu de 2 glaciers et approcher de plus près la montagne Tornador. Et cette fois-ci, j'ai été raisonnable. Pas question que j'aille en montagne seule. Trop dangereux avec le vent, les conditions climatiques qui peuvent changer si vite et tout simplement, car on ne s'aventure pas seule en montagne. Un peu déçue je vous l'avoue, mais c'est comme ça. J'y retournerai sûrement un jour pour faire ce trek, qui sait !

- le Saint-Bernard est comme un symbole ici. C'est même un business. Les argentins raffolent de pouvoir faire une photo avec eux. Ils restent toute la journée avec leur maître sur la place principale de la ville et attendent que les gens viennent faire des photos. Pauvres chiens.

- apprendre que Bariloche était un refuge pour criminels nazis en fuite à la fin de la guerre. Une légende prétend également qu'un chalet aurait été le lieu de refuge secret d'Hitler et de sa compagne Eva Braun.

Voici quelques photos de mon passage dans la ville et ses alentours :

PUERTO MADRYN : 3,5 jours

Pour y arriver, 16h20 de bus de nuit ! 😁

Interminable ! J'étais bloquée entre un homme qui ronflait et une femme qui bougeait un peu trop pour que j'arrive à m'endormir. Bref, une nuit où j'ai écouté 3 fois ma playlist et pas dormi 🤪

Arrivée tôt le matin, mon auberge me conseille de faire du vélo et d'aller jusqu'à la réserve naturelle de Punta Loma pour voir mes premiers lions de mer. Elle me précise que ce n'est pas très dur ni long.

Mais au final, je vais faire 36 km de vélo sur la moitié d'une route gravillonneuse avec une selle que je décrirai comme tranchante... 🙈

Je rappelle que je n'ai pas dormi de la nuit et que je suis fatiguééééeeeee 🤣

Heureusement, le paysage est magnifique. Et quand j'arrive enfin devant les lions de mer (otarie) au pied d'une falaise cachée, je découvre une scène superbe : ils sortent de la mer et s'allongent les uns à côté des autres tout en "criant". Ça ressemble à des rugissements, j'ai bien ri en les observant et en les écoutant.

Le retour à été un peu douloureux (#pireselleduMonde) mais ça valait le coup. Et j'en ai profité pour m'arrêter sur la plage et bronzer encore.

Les 2 jours qui ont suivi, j'ai visité la Péninsule Valdés (classée au patrimoine naturel de l'humanité par l'UNESCO), Puerto Piramides (le seul village de la péninsule avec un peu plus de 500 habitants) et Punta Tombo.

Je suis allée à Punta Tombo en partageant une voiture avec 1 israélien (enfin 1 sympa !) et 3 argentins. Un bonheur de voyager avec eux le temps d'une journée. Les argentins nous ont évidemment fait boire le maté, boisson locale. Les locaux ont l'habitude de se balader avec un thermos, leur tasse et du maté. Dans la voiture, sur un bateau, dans la rue... partout. ils en boivent jusqu'à 2 bouteilles par jour ! C'est une habitude à laquelle il est impossible de dire "non merci" quand ils vous en proposent. J'en ai donc bu des tonnes même si je ne suis pas vraiment fan. Mais ils sont si généreux que ça fait plaisir de leur faire plaisir.

En plus des réserves naturelles, j'ai traversé des estancias (ranchs) superbement entretenus mais aussi 2 déserts de sel de loin, points les plus bas d'Amérique du Sud (42 mètres sous le niveau de la mer). L'un d'entre eux, le Salina Chica est rose car il abrite le crustacé rose Artemia salina (petit cousin de la crevette) qui donne également la couleur rose aux flamants roses !

..........

Des lions de mer donc mais aussi des dizaines d'autres animaux que l'on peut voir pour la plupart d'entre eux seulement en Argentine, en Patagonie.

Maras (lapins), guanacos, Peludo, choique (autruche), éléphants de mer (phoques), pardela oscura, cormoran imperial, flamants roses, moutons, chevaux, chouettes... Je mesure ma chance oui, ne vous inquiétez pas pour ça 😊.

Et puis le tonina overa, dauphin de Patagonie. Une merveille. Noir et blanc. Assez petit et sautant dans tous les sens. On a bien ri en naviguant à côté d'eux !

Comment oublier les manchots de Magellan ? J'en ai vu des colonies !

Moments encore incroyables, suspendus. J'étais comme une gamine. Fascinée par cet animal que je voyais pour la 1ère fois de ma vie en vrai ! Il n'existe donc pas que dans les dessins animés !

Ils étaient parmi des milliers sur la plage. Dès qu'une mouette s'approchait d'eux pour les chasser, ils allaient dans la mer. Leur façon de marcher est si drôle que j'ai pouffé de rire de nombreuses fois.

J'avais envie de leur faire de gros câlins mais c'est évidemment interdit 😁.

Et puis, je me suis fait un petit plaisir, encore un ! J'ai nagé avec les lions de mer 🙏. Sentiment exceptionnel. Fabuleux. Les observer, les respecter, les laisser venir vers moi et me frôler, me mordiller le doigt. Danser avec eux. J'étais bouche bée (j'avais un tuba dans la bouche donc de toute façon, je ne pouvais pas parler 😏). Moment vécu à 10000%. Souvenirs à jamais dans ma tête. Mes yeux ont (presque) pleuré de joie. J'étais comme un poisson dans l'eau. J'aurais voulu y rester beaucoup plus longtemps. Au milieu des lions de mer adultes, il y avait des bébés. Si petits. Si mignons. Si drôles à regarder marcher et nager. Si intense comme journée. Vidéos non téléchargeables sur ce blog mais elles sont incroyables 🤙

LE DEPART DE LA PATAGONIE

En partant de Puerto Madryn, je quittais aussi la Patagonie. Ça m'a fait tout bizarre car j'ai tellement apprécié cette région que je m'y voyais encore restée longtemps ! J'ai passé les 3/4 de mon temps à randonner ici ! C'était le pur bonheur, la liberté.

La Patagonie, c'est le genre d'endroits où tu es a peine partie que tu veux déjà y revenir. Cette partie du Monde m'a fait beaucoup de bien. Mon petit cœur n'a pas arrêté de faire "boum boum" devant ces paysages si spéciaux. J'ai été envoûtée par tout ce que j'ai vu.

La Patagonie apaise. Elle a été dure à quitter, tout comme les "potes" rencontrés tout le long de ce voyage chilien et argentin.

La Patagonie m'a aussi beaucoup fait penser à ma petite maman quand j'étais en haut des montagnes. Et aux 71 ans qu'elle aurait dû avoir à ce moment-là...

5
5
Publié le 1er mars 2020

BUENOS AIRES : 3 jours

Devinez quoi ! Encore un bus de nuit de Puerto Madryn à Buenos Aires 😆. 19h de transport. La base 🤪. Trajet fait avec 2 français et 1 allemand rencontrés à Puerto Madryn.

Ça sonnait comme la fin du voyage. J'étais pas mal nostalgique pendant le trajet, en admirant le paysage argentin si beau, le coucher du soleil, en me rappelant tous les gens que j'avais rencontré et avec qui j’espérais garder contact longtemps pour beaucoup, en revoyant mes photos, mes vidéos, en me souvenant des moments très forts vécus à des moments bien précis... bref, ce voyage en Amérique du Sud fut incroyable. J'ai déjà très envie d'y retourner. Et j'y retournerai, c'est sûr.

Quand je pense que j'ai failli annuler cette partie de mon voyage car j'avais peur de ne pas aimer, de galérer sans parler l'espagnol, de ne pas réussir à voyager 'solo'...

Ce fut tout le contraire. Ce genre de bilan me confirme à chaque fois que je dois essayer pour me faire une idée. Ne jamais croire, juger, faire des conclusions hâtives sans savoir, sans tester, sans voir de ses propres yeux.

Quand j'hésiterai à faire quelque chose à l'avenir, je me rappellerai toujours de ça. Toujours oser. Toujours. La vie est si courte. Ne jamais regretter. Y aller. Faire. Vivre. (c'est beau ce que je dis non ? 😁 j'écris en écoutant de la musique "calme" donc mon inspiration est peut-être un peu biaisée/ perchée à cet instant mais tant pis 😉).

• • •

J'ai profité de mes 3 derniers jours à Buenos Aires pour me faire un dernier plaisir : prendre une chambre pour moi toute seule ! Très longtemps que ça ne m'était pas arrivé et je dois vous avouer que j'en rêvais un peu après avoir vécu avec des ronfleurs non stop. Et juste pour être libre d'allumer la lumière quand je veux, de ne pas mettre de boules quies (mes BFF de ce voyage), de me reposer sans être réveillée par mes colocs, de dormir quand je veux, d'étaler mes affaires comme je le veux...

Ça ne veut pas dire que je suis restée dans ma chambre. J'ai encore pas mal visité la ville et les quartiers que je n'avais pas encore exploré (la Boca...).

Je confirme : j'aime beaucoup BA et l'énergie qui s'en dégage (mais pas sa météo 😁)

6
6
Publié le 1er mars 2020
7
7
Publié le 1er mars 2020

Ce que j'aime le plus dans les voyages, c'est rencontrer de nouvelles personnes, des gens que l'on n'aurait jamais croisés dans un autre contexte.

Apprendre à les connaître, les écouter me raconter leur vie, leurs projets, les laisser se confier alors que l'on se connaît à peine et faire de même...

Pendant ce tour du Monde, j'avais peur de m'attacher aux gens et d'être triste en les quittant. Mais finalement, ça m'a fait tout l'inverse : j'étais davantage heureuse de les rencontrer que de les quitter. Les moments vécus ensemble furent souvent très intenses, fun,​ passionnants, uniques. On se disait "au revoir" avec le sourire qui voulait dire "à bientôt". Avec les réseaux sociaux, c'est si simple de garder le contact. Même si pour la plupart, on ne se reverra pas, on garde quand même ce lien digital qui nous permet de nous suivre partout dans le Monde et ça, j'adore ! Me dire que l'on continue de partager ensemble nos aventures me ravit !

Car quelque part, ce sont les mieux placés pour comprendre ce que je vis car il sont dans la même situation. On s'est souvent dit entre nous que personne ne pouvait vraiment comprendre ce que l'on ressentait et je pense que c'est vrai : ce sont des sensations inexplicables que de bouger tous les jours, voir des milliers de choses très vite, s'émouvoir devant des paysages, créer des amitiés en si peu de temps, vivre des galères ensemble, s'organiser chaque jour pour le lendemain, apprendre chaque seconde quelque chose de nouveau sur la culture locale, le pays où l'on est etc.

Et en Amérique du sud comme en Asie, j'ai eu la chance de faire de très jolies rencontres dont celles ci-dessous (dans l'ordre chronologique) qui m'ont plus marquées que d'autres :

1/ François, 42 ans, breton, marié, 2 enfants. On était assis à côté dans l'avion qui nous a mené jusqu'à Buenos Aires. Il était avec 5 copains et partait 1 semaine sur un bateau pour faire de la "pêche active". Un passionné de ce sport, voyageant partout dans le Monde pour pêcher de gros poissons et les remettre à la mer juste après.

On a parlé de tout, de sa famille, sa perception de la vie, de ses projets, des miens etc. L'échange fut passionnant. On a gardé contact pendant tout notre séjour, en se donnant des nouvelles régulièrement. Qui sait si on se reverra en France !


2/ Debby et Hap : un couple américain d'une soixantaine d'années. On était côte à côte pendant le vol Iguazu-Buenos Aires. 3h de vol, 3h de discussion.

Ils vivent au Japon depuis 3 ans mais viennent de Californie. C'est une famille militaire. Après le 11 septembre 2001, Hap a été envoyé 5 ans en Afghanistan puis 3 ans en Irak. Pendant cette période, un de leurs 2 fils​ a eu un accident de voiture et est mort sur le coup. Il avait 19 ans. C'était très étonnant la façon dont ils se sont confiés à moi. J'étais honorée et en même temps c'est si difficile de rebondir sur ce genre d'histoire. On a beaucoup parlé de leur changement de vie après ce drame. Ils étaient fiers de me montrer des photos de leur fils. Et de me parler de leur second fils. J'étais émue. On a partagé et discuté pendant tout le vol. On s'est quittés à l'aéroport en se faisant de très longs hugs et en se souhaitant le meilleur pour la suite.


3/​ Céline, 27 ans, française et vivant à Barcelone depuis 4 ans.

Elle était courtier et avait démissionné 8 mois avant. Depuis, elle fasait un tour du Monde. On s'est rencontrées dans notre auberge à Puerto Natales. Il lui restait 17 jours avant de finir son voyage. Elle prévoyait de rentrer en France pour trouver un nouveau job mais ne voulait plus être courtier. Elle réfléchissait encore à ce qu'elle voulait faire.

On a très vite accroché, on s'est racontées nos vies, nos inquiétudes quant à l'avenir, notre passé. Et puis, à un moment, elle m'a tout raconté, sur son enfance, son père et... ce qu'il lui avait fait subir... (sans rentrer dans les détails, on est sur un père pédophile...). Et là, je me tais, je l'écoute, je suis très émue intérieurement, j'ai envie de pleurer en l'écoutant se confier. Je suis admirative quant à la force dont elle fait preuve et les combats qu'elle a dû mener toute seule depuis toutes ces années (ça a commencé à ses 3 ans...). Son histoire est atroce et pourtant, elle s'est relevée de tout ça. Personne ne sait ce qu'il s'est passé sauf sa mère qui n'a jamais rien fait pour stopper ça et qui l'a fait culpabiliser !

Ce voyage de 8 mois lui a permis de trouver la paix. Elle a encore beaucoup de choses à régler mais elle a déjà fait tellement de travail sur elle.

Céline, c'est le genre de personne avec qui j'aurais pu voyager beaucoup plus longtemps. On s'est quittées un peu tristes mais si heureuses de s'être rencontrées. Si heureuses de se dire que l'on se reverra en France après notre voyage. Je l'espère.


4/ Mon groupe avec qui j'ai fait un trek à Torres del Paine au Chili :

Saskia, 31 ans, hollandaise, adorable et drôle. On s'est retrouvées en Argentine par hasard. On a passé des moments extras ensemble

Erwin, 29 ans, hollandais, très curieux et blagueur. Idem, on s'est recroisés en Argentine pour mon plus grand plaisir

Ruben, 36 ans, belge, ayant déjà voyagé partout dans le Monde. C'est un original. Il a au moins 5 paires de chaussures de randonnées chez lui, 5 sacs de couchage, 5 backpacks pour être prêt à partir n'importe où avec le meilleur matériel

Francesco, 39 ans, allemand, s'étant blessé dès le 1er jour 🤦‍♀️ il a fait 2 iron man donc ça ne l'a pas vraiment arrêté. C'est quelqu'un qui ne se pose jamais. Il est pire que moi 😅

Sebastian, mon chouchou : 34 ans, chilien. Il a servi 9 ans dans la navy et l'a quittée il y a 4 ans pour revenir au Chili et monter son propre business. Il a servi en Afghanistan et au Pakistan entre autres. Vous pouvez compter sur moi pour lui poser des millions de questions et les plus personnelles évidemment 😁. Il a joué le jeu et j'étais même surprise qu'il rentre autant dans les détails. Mais je ne peux pas vous en dire plus, il faudrait que je vous tue 😏. Et puis ce qui se passe à Torres del Paine reste à Torres del Paine 💃🇨🇱! Je me suis tellement marrée avec lui que je n'ai pas vu le temps passer. Il a été mon coup de cœur du Chili ! Ah oui, et il m'a aussi précisé que dans son pays, on travaille 6 jours sur 7 !! Vive la France non ?


5/ Nassim, 28 ans, algérien vivant en Suisse et Brice, 29 ans, américain venant du Texas. Ils étaient tous les 2 dans mon auberge à Bariloche. On a discuté pendant tout notre séjour dans cette ville de notre voyage, nos projets, nos interrogations, notre vie avant ce voyage, nos désirs après ce voyage. On a pas mal philosophé aussi sur la vie en général. C'est ça que j'aime dans le voyage. Ces rencontres si enrichissantes. Ces partages si intéressants.

8
8
Publié le 1er mars 2020

• 38 jours en Amérique du Sud dont 11 au Chili et le reste en Argentine

• 31 bus dont 3 bus de nuit

• 13 taxis

• 8 bateaux

• 6 métros

• 5 téléphériques

• 4 avions

• 2 voitures

• 2 vélos

..............................

• 11 hôtels

• 7 refuges

• 1 visite d'hôpital

..............................

• des dizaines de glaciers admirés

• de nombreuses montagnes explorées

• 2 grosses tempêtes de vent

• 40 degrés à Buenos Aires

• des milliers de pingouins observés

• des centaines d'otaries, d'éléphants de mer et de guanacos aperçus

..............................

• Beaucoup trop de sandwichs et de barres de céréales

• Beaucoup trop de maté

• Beaucoup trop de ronfleurs dans les dortoirs et les bus

..............................

• 2 genoux affaiblis 😅

• 1 bobo sur le pied toujours en cours de guérison

• un bronzage magnifique

• De bons souvenirs à profusion

9
9
Publié le 1er mars 2020

Ce qui va me manquer 🥺

• la gentillesse des argentins et des chiliens, leurs sourires, leur bienveillance, leur curiosité, leur culture, leur aide, leur façon de s'exprimer

• les paysages grandioses et uniques de la Patagonie

• l'Amérique du Sud. Mais ça m'a donné très envie d'y revenir et de découvrir plus de pays sur ce continent

• la météo de la Patagonie ! Tellement géniale par rapport à la chaleur en Asie 😆

• faire des treks tout le temps

• voir des guanacos, des pingouins, des lions de mer...

• écouter les gens parler en espagnol. Cette langue est belle. Je vais sérieusement l'apprendre pour le futur

• Le dulce de leche tous les matins ! Mon petit-déjeuner préféré maintenant !

• et tant d'autres choses...

• • •

Que puis-je ajouter à tout ce que j'ai déjà écrit précédemment sans me répéter ?

Ce voyage patagonien a été à la hauteur de mes espérances et les a même dépassées.

La Patagonie était un doux rêve. Je l'ai réalisé. Je rêve maintenant d'y retourner un jour. Je comprends mieux pourquoi Florent Pagny y vit la moitié de l'année (oui, chacun ses références 😁).

Alors si vous y allez prochainement, pensez à moi pour que l'on s'y aventure ensemble. De même, pour l'Argentine et le Chili en général 😁. D'ici là, promis, je serai "fluida en español"🙏


Next stop : New Zealand 🌏✈