Carnet de voyage

Laos, simply beautiful 🇱🇦

Dernière étape postée il y a 1016 jours
Cela faisait des années que j'étais attirée par ce pays. Il était temps que je l'explore !
Décembre 2019
4 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1

Ça m'a pris 2 jours entiers car je tenais à passer la frontière en prenant le bateau et non le bus ou l'avion. Je voulais naviguer sur le Mékong en arrivant au Laos. Fleuve si mythique !

Les étapes furent les suivantes :

JOUR 1

1/ départ à 6h du matin de Chiang Rai en Thaïlande pour 2h de route jusqu'à Chiang Khong (immigration thaïlandaise)

2/ je descends du bus pour passer l'immigration laotienne. Je traverse un pont. Je suis maintenant à Huay Xai au Laos !!!

3/ je fais le visa

3/ je prends un bus pour aller jusqu'au port pour prendre le bateau

4/ c'est parti pour 6h de "slow boat" jusqu'à la ville de Pakbeng où je dormirai. 1ère nuit au Laos 😀

JOUR 2

1/ départ de Pakbeng pour 7h de bateau

2/ arrivée à Luang Prabang en fin de journée. Cette fois-ci, j'ai fait une folie : j'ai pris une chambre pour moi toute seule à 14€ la nuit (très cher pour l'Asie), pour me reposer un peu avant d'attaquer l'exploration de la ville le lendemain et de rejoindre une autre guesthouse pour partager ma chambre et rencontrer du monde

• • •

Ce que j'ai pensé de ces premiers jours laotiens :

- déjà : on ne prononce pas le "s" de "Laos", il faut dire "Lao" : Lao People, Lao culture etc.

- très sympa de passer 2 jours sur un "slow boat" car on retrouve les mêmes personnes passant la frontière et pour la plupart, ce sont des jeunes et des locaux. L'ambiance est plutôt cool. J'ai l'impression d'être en colonie. Personne n'a vraiment de plan une fois arrivé à Luang Pabang. "Que fera-t-on demain ? Je ne sais pas encore on verra..." j'adore ! Je commence à prendre goût à cet état d'esprit. Je sais que j'ai du temps devant moi donc c'est sûr que c'est plus facile de vivre au jour le jour. De se laisser aller en fonction de ce que l'on verra, ressentira, des gens que l'on rencontrera...

Sur le bateau, on partage avec les locaux et les autres touristes. Certains écoutent leur musique, d'autres regardent des films, jouent aux cartes, mangent, boient des bières locales, dorment... C'est la zénitude absolue

- les paysages sont magnifiques ! C'est donc ça le Mékong ! Un mélange de montagnes, de villages isolés, d'enfants jouant sur les bords du fleuve, d'une eau marron/vert où les pêcheurs ont installé leur matériel pour attraper les poissons, des pirogues si typiques aux couleurs du pays...

- le slow boat m'emmène vers une slow life et j'aime ça 🤗

2
2
Publié le 16 décembre 2019

Je voulais prendre le temps de connaître l'histoire du pays une fois sur place. Alors j'ai beaucoup lu depuis mon arrivée, j'ai eu la chance aussi de pouvoir pas mal échanger avec les locaux et de vivre avec une famille pendant une mission humanitaire que j'ai réalisée lors de ce voyage et que je vous raconte juste après 😉.

Je vais tenter de vous faire un récap des grandes lignes de l'histoire du Laos ci-dessous car je pense important de partager ça avec vous (ne partez pas, lisez 😅 !). Je ne savais pas tout et leur histoire est passionnante même si poignante. Oui, je vais faire un gros raccourci de l'histoire donc il manquera plein de choses mais ça donne une idée 😁 :

Quelques dates :

- 17ème et 18ème siècles : le Laos est sous domination birmane, chinoise puis thaï

- 1893 : le protectorat français s'installe et aide à la reconstruction du pays

C'est pour cela qu'à Luang Prabang et à Vientiane par exemple, les devantures de la plupart des administrations sont écrites en français, c'est assez étonnant !

- 1940 à 1945 : invasion japonaise

- 1946 à 1954 : première guerre d'Indochine (vietnamiens contre français) : une partie des nationalistes laotiens luttent contre les français et s'intègrent dans le mouvement communiste mondial. Les anti-communistes laotiens soutiennent quant à eux les français

- 1953 : la France donne son indépendance au Laos mais le pays est envahi par les troupes du Vietnam et se retrouve en état de guerre civile

- de 1964 à 1973 : deuxième guerre d'Indochine. Pendant cette période, les Etats-Unis vont lancer une opération de bombardements intensifs sur le Laos pour ne pas revenir avec des munitions non lancées au Vietnam ! C'est pour cette raison que cette guerre est aussi appelée "guerre secrète"

* Plus de 580 000 raids, soit une attaque toutes les 8 minutes, 24h/24 pendant 9 ans !

* Plus de 270 millions de bombes à sous-munitions ont été jetées sur des zones peuplées du pays, ce qui fait du Laos le pays à avoir été le plus bombardé de l'histoire par rapport à sa superficie 😱!!!

* Entre 10 à 30% des bombes n'ont pas encore explosé à ce jour

* Il y a environ 500 morts / amputés par an dont 40% qui sont des enfants

* Chaque jour, 3000 laotiens inspectent les zones à risque et désamorcent les bombes retrouvées pour éviter que des enfants qui jouent à cet endroit explosent ou que des laotiens qui cuisinent juste au-dessus d'une bombe ou des paysans qui récoltent du riz avec leurs outils par exemple ne meurent.

Les points rouges représentent toutes les bombes lâchées par les US sur le Laos

- 1975 : le Laos devient une République démocratique populaire lao : plus de 400 000 laotiens (de l'ethnie des Hmongs principalement) sont envoyés dans des camps et 10% de la population fuit le pays vers la Thaïlande majoritairement


Aujourd'hui :

- le pays est encore communiste

- il fait face à de nombreux problèmes écologiques

- l'ethnie des Hmongs est toujours persécutée : certains s'étaient engagés contre les communistes aux côtés des Français puis des Américains. Mais la fin de la guerre en 1975 a amené un gouvernement communiste au pouvoir qui a vu d'un mauvais œil une partie des populations Hmongs, considérées comme des « traîtres » pour avoir collaboré avec l'ennemi français et américain.

Plusieurs milliers d'anciens soldats Hmongs ont alors décidé de partir avec leurs familles dans les forêts reculées, pour monter une résistance armée contre le nouveau gouvernement. La résistance a été rapidement balayée par l'armée laotienne, appuyée par les troupes vietnamiennes. Leurs descendants sont aujourd'hui victimes d'un génocide par les autorités du Laos. Ils vivent et se cachent pour la plupart d'entre eux dans la jungle

- les chinois achètent de plus en plus de terres et de commerces laotiens

- de nombreux français se sont installés et ont monté leur business en employant des locaux

3
3
Publié le 16 décembre 2019

Les laotiens

- la tranquillité des gens ! Ils ne se prennent pas la tête, ils vivent paisiblement, pas de stress. Ce qui ne les rend pas très ambitieux ! ls n'ont pas vraiment le sens du business et n'aiment pas forcément ça. Du coup, les chinois en profitent pour tout acheter !! On parle déjà d'une invasion chinoise !

- Dans les villes, les touristes n'ont pas beaucoup d'intérêt pour eux. La plupart du temps, ils les ignorent. Ils ne sont pas très souriants non plus. J'étais vraiment étonnée mais ce sentiment était unanime. Tous les touristes que j'ai rencontrés ou avec qui j'ai fait un bout de chemin pendant ce voyage ont eu le même ressenti. Sauf pour les laotiens dans les petits villages et les campagnes. Eux, sont adorables, très avenants et curieux d'échanger avec des étrangers. Les enfants étaient trop mignons et venaient vers nous pour dire bonjour et checker les mains, trop choupinou. Ça faisait super plaisir de voir tous leurs sourires !

- On a de temps en temps l'impression d'être un vrai porte-mo­nnaie pour certains. Les touristes doivent tout payer. On peut se sentir un peu racketter à la fin

- les laotiens écoutent de la musique thaïlandaise, mangent thaïlandais, leurs vêtements sont importés de la Thaïlande. Bref, ils perdent un peu de leur culture à force

- ils vendent des ustensiles/bijoux ou autres accessoires, construits à partir des bombes lâchées sur le Laos par les USA pendant la guerre secrète

- ils vendent des accessoires en bambou pour limiter le plastique selon eux mais ils proposent des sacs plastiques pour les emporter 😂

Le pays

- Le drapeau communiste est omniprésent. Il est affiché sur pratiquement toutes les maisons et encore beaucoup d'administrations, et ce dans les villages comme dans les grandes villes. On comprend vite l’histoire et quand on se renseigne, on découvre que le pays a un des pire indice démocratique du Monde.

Le Laos reste l'un des 5 derniers pays communistes avec la Chine, le Vietnam, la Corée du Nord et Cuba.

- il y a un couvre feu presque dans tout le pays : les magasins, bars et restaurants doivent fermer à 23h30. La raison : lutter contre l'alcoolisme des jeunes qui se tuent en moto/scooter. Du coup, ils commencent à boire plus tôt pour en profiter plus longuement !! Malins (et stupides) ces jeunes

- le Laos est encore très conservateur

- On parle du "Lao Time" : cette nonchalance laotienne quand ils prennent le temps de vous servir très lentement aux restaurants par exemple ou quand tu sens que rien n'est pressé, ils sont relax

- le pays est assez cher pour l'Asie car il doit importer beaucoup de choses, et ce principalement de la Thaïlande, donc ça fait grimper les prix mais ça reste évidemment raisonnable par rapport à chez nous. Louer un scooter, c'est 8€ la journée alors que c'était 3€ en Indonésie par exemple

- beaucoup d'allemands et de français au Laos : impression d'être de temps en temps en France, je n'ai jamais vu ça dans un autre pays jusque-là !

- les temples ont été construits avec des mosaïques. Ça change des temples thaïlandais ou birmans

- pas de magasins 7 eleven. C'était l'invasion en Thaïlande. Pas de KFC non plus, ni de Burger King ou Domino's pizza. Les américains ne sont pas les bienvenus ici

- leur tuk tuk, c'est un pick-up en fait

- Il y a pas mal d’écoles un peu partout donc c'est bien mais beaucoup abandonnent leurs études au collège car elle devient payante

- les laotiens exploitent beaucoup leurs terres et vivent bien grâce à elles. Il semblerait que le pays soit moins pauvre que le Cambodge, ce qui m'a surprise. Je pensais le contraire

- il y a du wifi partout. Le pays est plutôt bien développé pour les touristes

- Les transports sont faciles même si pas donnés. C'est bien organisé. Comme en Thaïlande

- les banques sont très smart : le max que l'on puisse retirer, c'est 150€ et on est obligés de payer entre 2 à 6€ de frais à chaque retrait. Ça dépend de la ville et surtout plus il y a de touristes à un endroit, plus les frais sont élevés

- Les routes sont pas mal. Il y en a et elles sont belles pour beaucoup d'entre elles !

- Très peu de clim dans les magasins ou restaurants

- ils n'ont que des billets, pas de pièces

4
4
Publié le 16 décembre 2019

Je cherchais à aider les laotiens qui en avaient besoin mais je ne voulais pas refaire le même type de mission qu'en Inde. Pas que des travaux manuels. En me renseignant un peu partout, en écrivant à des français habitant au Laos, ou encore en écrivant à d'anciens bénévoles, j'ai trouvé une association qui aide les locaux : Sae Lao Project (saelaoproject.com) située près de Vang Vieng dans un éco-village. Elle a pour principale mission d’être un exemple pour les communautés locales environnantes.

Elle est fondée sur 3 axes principaux : l'Education, l'Emploi et l'Environnement. IElle a de nombreux projets comme par exemple faire de la permaculture (cultiver durablement, de façon permanente en prenant en compte l'écologie naturelle), être autonome en eau et en électricité, donner des cours d'anglais aux enfants, apprendre aux villages ce que c'est que le recyclage, leur montrer comment faire etc.

L'association vise aussi à créer des emplois et de nouvelles sources de revenus pour les populations locales, en proposant des ateliers qui permettent aux habitants d'acquérir de nouvelles compétences et de générer de nouvelles ressources de revenus par eux-mêmes.


Au programme pour moi :

- donner des cours d'anglais aux enfants de niveaux 1, 2 et 3 , soit entre 10 et 14 ans. J'étais un peu stressée pour les premiers cours car je ne suis pas prof et ça peut vite devenir une catastrophe si le cours n'est pas pertinent, structuré et amusant pour les enfants. Ça a été pas mal de boulot pour préparer les cours mais ce fut un tel plaisir de les voir appendre que j'ai adoré ça !

Normalement, je n'ai pas le droit de publier de photos des élèves mais j'ai demandé l'autorisation et ils m'ont dit ok après les avoir sélectionnées donc je respecte et je vous mets en ligne celles qui ont été choisies :

- travailler dans leur ferme où ils cultivent plein de choses. Ils ont leur propre potager et ils l'utilisent pour servir les plats dans leur restaurant. Les plats et boissons consommés permettent de financer les activités diverses de l'association dont par exemple un petit camion pour emmener les bénévoles donner des cours d'anglais gratuits dans les écoles à côté

- réaliser des travaux manuels : rénover, construire, peindre

Peinture faite par bibi 😁 on est sur une Artiste je sais 😎

- nettoyer le site : restaurant, wc, douches, cuisine

Déroulement d'une journée

7h : début des morning tasks. Nettoyer le restaurant, les toilettes, faire le petit déjeuner. Ah oui, j'ai oublié de vous dire mais les bénévoles cuisinaient le petit-déjeuner et le dîner pour tous. Je me suis donc mise aux fourneaux et c'était cool de faire ça en équipe ! Je ne sais pas si c'était bon mais j'ai au moins essayé 😅

9h30/12h : travaux manuels

12h/13h : repas préparé par les "ladies" si gentilles du restaurant

13h/14h : sieste

14h/17h : préparation des cours d'anglais, échange avec les bénévoles etc.

17h/19h : cours d'anglais

19h : préparation du dîner

A cela se rajoute la vaisselle matin/midi/soir avec un système de planning roulant décidé par le coordinateur laotien Peter qui fut mon "best friend" sur place ☺️

Bilan

- c'était du travail mais j'ai adoré ça ! A croire que travailler me manque 😆

- visiter les villages pour lesquels on travaillait était tellement concret que je me suis investie à fond dans cette mission de bénévolat. J'ai entre autres été invitée à la kermesse d'une des écoles d'un village. J'étais la seule étrangère à ce moment-là, c'était si drôle ! Ils m'ont appris la danse traditionnelle : tourner en rond en faisant des gestes avec les mains. Danse très lente et sans grand mouvement. C'était très sympa 💃

- j'étais très heureuse d'avoir trouvé une association qui ne proposait pas que des cours d'anglais aux enfants car je dois avouer que c'était assez fatiguant de temps en temps ! Mais leurs sourires et le lien crée avec eux efface tout ça

- j'étais émue de quitter les enfants et la famille avec qui j'avais vécu le temps de cette mission : énormément de gentillesse de leur part, ça fait chaud au cœur et ça rend triste quand il est temps de partir...

- j'ai appris énormément sur la culture laotienne en vivant avec eux

- le cadre était sublime : au milieu des montagnes karstiques

Bref, cette expérience fut des plus intéressantes. J'ai ensuite enchaîné sur l'exploration du pays et je n'ai pas été déçue !

5
5
Publié le 16 décembre 2019

1/ Peut-être ma plus émouvante : Ilva, allemande d'origine turque, 25 ans.

On s'est rencontr­ées à Chiang Rai en Thaïlande. On s'est retrouvées par hasard à passer la fronti­ère du Laos ensemble­. On a donc passé 48h ense­mble sur le "slow boa­t". C'est surtout le 2ème jour que l'on s'­est découvertes. On avait toutes les 2 ce feeling inexplic­able que l'on se con­naissait depuis long­temps, que l'on pouva­it se confier en tou­te liberté, sans jug­ement.

Ce jour-là, elle m'a avoué avoir eu un cancer de la gorge à 18 ans et qu'à part ses parents et ses 2 frères, absolument personne de son en­tourage ne le savait, et encore aujourd'hui. Elle ne l'a jamais dit ni à ses amis les plus proches ni à ses collègues 😓 Incro­yable. Moi qui pen­sais ne pas me confi­er assez...

On a longuement pa­rlé, comment on avait toutes les 2 beaucoup changé ces dernières années, comment notre vision de la vie avait évolué, forcément impactée par notre vécu.​ Apr­ès ces épreuves, elle avec la maladie, moi avec celle de ma petite ma­man chérie, la vie avait un tout autre sens pour nous mais cela de façon positive. Elle est précieuse. Il n'y en a qu'une. On doit la vivre à fond sans se soucier du regard des autres, de la pre­ssion de la société.

Les obstacles sont devenus des challen­ges à relever, le ma­nque de ceux que l'on aime est devenu une force, les incertit­udes ont laissé la place aux "on ose".

J'ai compris à ce moment-là que la plup­art des gens qui voy­agent seuls ont pour beaucoup d'entre eux une histoire qui leur a fait voir la vie différemment. Voyager nous permet de vivre, respirer, penser librement, se rencont­rer, s'enrichir les uns des autres. On n'a pas tous des histoires aussi tristes mais on a des choses en commun et c'est ça qui nous fait sentir si proches les uns des autres alors que l'on ne se connaît pas. On partage des moments très forts pendant notre voyage même si la plupart du temps, ils sont courts.

J'ai essayé de convai­ncre Ilva de raconter son épreuve en rentr­ant en Allemagne, to­ut en choisissant le­s bonnes personnes à qui le dire. J'espère qu'elle le fera. Po­ur se libérer. Parta­ger. Se faire compre­ndre. Ça m'avait pris du temps. C'est même assez récent. Mais il y a un temps pour tout. Ce jour-­là, avec Ilva, c'était le temps de l'échang­e, de l'écoute et du partage.


2/ Ma team avec qui j'ai fait la boucle de Thakhek : Raph, Aïda, Jérémie, Jessica, Justine

On a fait un road trip de 4 jours en scooter autour de Thakhek. On était comme une famille, c'était juste génial ☺️ ! Je vous en dis plus sur eux et sur cette folle expérience dans la partie "Mon itinéraire-Thakhek".


3/ Ma team avec qui j'ai chillé très fort aux 4000 îles 😎 : Andrew, Aurélie la brune, Aurélie la châtain, Maxime et Lisa. Avec une des 2 Aurélie, on a également fait la boucle des Bolovens ensemble juste après les 4000 îles. C'était tellement cool ces derniers jours au Laos tous ensemble ! Je vous en parle un peu plus dans la partie "mon itinéraire-4000 îles".


4/ Giselin, un français de 26 ans rencontré dans un restaurant à Nong Khiaw

Il y travaillait depuis quelques jours et faisait un peu de tout pour aider les locaux. Le matin, c'était marché puis pêche, puis il gérait le restaurant qui avait une vue sublime sur les montagnes. Il vivait avec la famille laotienne qui gérait cet endroit. Il voyageait comme moi et il s'est senti super bien ici. Il a tout simplement proposé son aide et en échange, ils lui ont offert hébergement et nourriture.

On a pas mal échangé, c'était top de se raconter nos expériences de voyage. Je serai bien restée plus longtemps avec lui mais il a fallu que je parte pour ne pas rater mon bus. Giselin fait partie de ceux avec qui j'aurais adoré passer plus de temps. Toujours bizarre de rencontrer des gens supers ou en tout cas inspirants et avec qui le feeling est de suite là, et puis STOP, il faut passer à autre chose...


5/ Damien, un jeune français qui avait voyagé il y a 2 ans en Asie et qui était tombé amoureux du Laos et plus précisément de la ville de Luang Prabang. Il n'est plus jamais reparti, s'est associé avec un ami, et propose maintenant des croisières sur le Mékong. Ça marche bien mais ils sont nombreux à proposer ce service dans cette ville où énormément de français se sont installés les 20 dernières années ! C'était donc sympa de discuter avec lui et de connaître un peu sa vie ici. Il n'est pas près de revenir en France !


6/ Kasia, allemande, vivant à Berlin, 36 ans

On s'est rencontrées sur la route entre Luang Prabang et Nong Khiaw. On a très vite sympathisé et on a passé plusieurs jours ensemble, c'était vraiment cool !

Pour vous la décrire, elle est en couple depuis 12 ans avec un irlandais, sa famille le déteste, elle s'est donc éloignée d'elle. Elle ne veut pas d'enfants pour ne pas contribuer à la "destruction" de la planète... mais sinon elle est très sympa 😂!

Elle voyage avec son copain (qui la rejoindra après le Laos car il était au Vietnam à ce moment-là) pour trouv­er un terrain quelque part dans le Monde pour s'installer et construire leur maison. Ils sont donc très concernés par la planète et très inquiets également. On a eu de nombreux débats sur le sujet. Elle pouvait être assez radicale dans ses propos mais ça a rendu nos discussions plus enrichissantes !

Ah oui, élément important (papa, ne lis pas cette phrase..) : elle fume de la we­ed chaque soir pour dormir et se déstresser à Berlin... 😁 Je vous avoue que l'on s'est séparées quand elle a voulu aller à Vang Vieng pour fumer, boire etc. car oui, dans cette ville, 98% des gens viennent pour ça. Les autres veulent juste se balader dans les montagnes, comme moi 😀 Je passerai donc à Vang Vieng après car c'est dans les environs que j'ai fait mon bénévolat


7/ La néerlandaise avec qui j'ai partagé le bus de nuit de Nong Khiaw à Vang Vieng

On a été très proches même si ce n'était que 10h de route et vous allez comprendre pourquoi 😅

Le bus de nuit n'était pas vraiment celui auquel on s'attendait :

- on nous avait dit qu'il y aurait des toilettes. Evidemment, il n'y en n'avait pas. Donc on a demandé si on pouvait s'arrêter car on n'en pouvait plus. Le chauffeur nous a regardé et nous a répondu : "ok maintenant ?". On a dit oui et il a freiné d'un coup au milieu d'un virage pour que l'on se soulage sur la route puisqu'au Laos, il n'y a pas vraiment de "bord de route"..

- les lumières du bus ressemblaient à des lumières de boîte de nuit

- ils nous ont distribué un sac plastiqu­e pour mettre nos chaussur­es et un autre pour vomir. Ok. Apparemment les routes vont être compliqué­es 😅. Finalement non, c'était plutôt nickel

- le bus a 2 étages mais sans fauteuil ni lit ni rien. On est par terre ! On est censées s'allonger par terre et dormir mais ce sont des espaces pour 2 personnes ! J'étais donc super heureuse d'avoir une touriste dans le même bus que moi pour partager cet espace commun 🤪

- ils fournissent couverture et oreiller Hello Kitty

Et pour couronner le tout, la néerlandaise m'avait dit avant de monter dans le bus qu'elle avait pris un médicament pour ne pas être malade pendant le trajet et donc qu'elle était à moitié endormie...

Je n'ai donc pas vraiment dormi, au cas où...

On est arrivées à 3h du matin à Vang Vieng. Et là, surprise, aucun taxi. Personne, c'est le néant total. Le bus ne veut pas s'arrêter dans le centre, impossible de lui faire entendre raison. On est au milieu de nulle part. Je marcherai 45 min avec mes 2 sacs pour arriver enfin à mon auberge après avoir accompagné la néerlandaise à la sienne car elle était pas mal stressée !

Je croiserai quelques drogués et bourrés et d'autres en train de fumer... Ça a l'air sympa Vang Vieng 🤣

Au final : couchée à 4h du matin, réveillée à 5h à cause des coqs. Une nuit comme j'aime !

8/ Mona, l'espagnole, la quarantaine

On s'est rencontrées dans notre guesthouse à Luang Prabang. On a parlé des heures ensemble. Elle est directrice d'un théâtre à Londres mais donnait des cours de yoga pendant ces 2 derniers mois à Vang Vieng. Echanger avec elle sur l'état d'esprit des yogeuses, la méditation et tout simplement sur la vie en général fut passionnant.


9/ Gabrielle, française, 24 ans

Idem, on s'es connues à Luang Prabang. Elle venait de vivre 3 ans à Rio au Brésil où elle travaillait comme journaliste pour une chaîne de télévision. Elle faisait un break de 3 mois en Asie avant de reprendre son nouveau boulot en tant que journaliste chez BFM Paris.

Gabrielle m'a raconté son expérience au Brésil, sa peur de se faire voler, agresser et plus chaque jour. Elle m'a parlé de la violence de cette ville même si elle a adoré y vivre. Le Brésil, ce ne sera pas pour moi tout de suite du coup ! Et puis, on a parlé de nos vies. Finalement, elle avait 10 ans de moins que moi mais avait déjà vécu plein de choses. C'était impressionnant de voir la maturité dont elle faisait déjà preuve !


10/ Maïka, française, 32 ans

On s'est rencontrées dans note auberge à Vientiane et on s'est recroisées à Thakhek.

Elle faisait un break de 4 mois en Asie. Initialement, elle devait faire ce voyage avec son copain et en vélo mais ils ont rompu quelques mois avant. C'était son rêve de faire l'Asie à bicyclette mais elle n'a pas eu le courage de le faire seule. Elle s'est donc débrouillée avec les transports asiatiques mais elle se sentait pas mal limitée car elle ne conduisait pas de scooter.

Et puis, elle n'a vraiment pas eu de chance depuis le début de son voyage : elle a eu la dengue en Thaïlande et a dû se faire hospitaliser une dizaine de jours. Elle a ensuite eu le droit à des punaises de lit. Elle ne parle pas très bien anglais donc compliqué pour elle de rencontrer d'autres personnes que des français. Bref, c'est en l'écoutant que j'ai réalisé que je gérais plutôt bien mon voyage 😁 ! Je touche du bois mais jusque-là, tout va bien malgré quelques galères qui se finissent toujours bien !

6
6
Publié le 23 décembre 2019

1/ Passage de la frontière Thaïlande - Laos : 2 jours


2/ Luang Prabang : 2 jours

- énormément de français dans cette ville : aussi bien des gens qui s'y sont installés que des touristes.

- le night market est gigantesque : il y a de très belles choses et on a l'embarras du choix pour manger mais aussi acheter des vêtements, accessoires etc. C'est aussi sur ce marché que l'on peut manger des rats rôtis. Autant vous dire que j'ai failli vomir en les voyant allongés et morts donc je n'en n'ai évidemment pas mangé ! On peut aussi boire des fruits shakes de tous genres, manger des sandwichs vraiment bons, déguster des gâteaux français, du poisson, des légumes etc.

- la vue sur le Mékong est magnifique

- c'est une ville propre et assez moderne, avec de nombreux bâtiments coloniaux et des ponts en bambou

- il y a des temples bouddhistes à chaque coin de rue. Tous les matins, très tôt, les moines de différents monastères marchent à travers la ville pour récolter l'aumône des habitants

- pour le sunset, tout le monde se rend sur la Colline Phousi d'où on a une superbe vue sur la ville et le Mékong

- il y a de belles cascades à quelques kilomètres de la ville ainsi qu'un sanctuaire d'ours noirs (en disparition) qui ont été sauvés des braconniers et qui sont soignés et choyés dans ce centre crée par des australiens

3/ Nong Khiaw : 1 jour

C'est au Nord du Laos, au milieu des montagnes.

Il y a plusieurs treks à faire. Ils sont bien durs, font bien transpirer même s'ils ne sont pas très longs. Il faut limite faire de l'escalade pour atteindre le sommet de la montagne ! Les sentiers sont pointus et pour l'un d'entre eux, on y est allés pour le sunset donc on a dû redescendre de nuit avec la lampe frontale, bien galère... Mais ça valait le coup, la vue était extraordinaire !

Ah oui, élément important : lorsque l'on a fait ces randonnées, on n'a pas quitté le chemin car il reste des bombes de la guerre du Vietnam qui n'ont pas encore été identifiées et donc désamorcées... c'était très rassurant 😅💣 !

4/ Muang Ngoi : 1 jour

Encore un peu plus au Nord du Laos, on y accède seulement en bateau. Un peu tendue la traversée du Mékong car le niveau d'eau est vraiment très très bas. Quelques jours après notre passage, on apprendra que les bateaux ne pouvaient plus atteindre le village car il y avait encore moins d'eau... Le climat qui change... ça promet !

Dans ce village, il y a seulement quelques ruelles en terre et plusieurs treks bien fatiguants comme à Nong Khiaw mais qui valent le coup. C'est très charmant et les habitants sont adorables.

5/ Vang Vieng : 17 jours

La ville se situe en plein cœur des montagnes karstiques, la verdure y est incroyable !

A savoir : dans les années 90, la ville était un vrai paradis mais à cause de l'arrivée d'investisseurs vietnamiens et chinois, elle est vite devenue un enfer en moins de 2 ans. Des milliers de touristes venus des pays occidentaux vont détruire l'âme de la ville en buvant, se droguant etc. Surnommé le "cancer du tourisme" ou "la Cancun d'Asie" dans les années 2000, de nombreux morts et blessés étaient recensés chaque jour après avoir fait du tubing complètement ivres ou s'être drogués. Les autorités laotiennes ont enfin réagi en 2012 en prenant des mesures drastiques : fin de la vente de la consommation de toutes les drogues, fermeture des bars illégaux et couvre-feu à 23h ! Il n'en reste pas moins que maintenant, les jeunes peuvent faire la fête à l'intérieur de leur guesthouse.

Perso, je suis allée à Vang Vieng pour faire du bénévolat pour les villages d'à côté et j'en ai bien sûr profité pour randonner dans les montagnes qui sont grandioses. Donc oui, ça vaut le coup d'aller jusqu'à Vang Vieng, il y a autre chose que des fêtes, de l'alcool et de la drogue.

6/ Vientiane : 2 jours

C'est la capitale du pays, là où est concentré le plus grand nombre de laotiens (11%) : 760 00 habitants sur 7 millions.

Contrairement à beaucoup de touristes qui trouvent qu'il n'y a pas d'intérêt à s'arrêter ici, moi j'ai bien aimé la ville, sa modernité, sa frénésie occidentale, ses belles rues, ses nombreux temples, ses grandes écoles, ses galeries d'art, ses beaux hôtels, ses nombreuses entreprises implantées un peu partout. J'ai passé 2 jours à découvrir la ville en vélo, c'était top !

Et puis, à Vientiane, il y a surtout le musée COPE (Coopérative Orthèses et Prothèses Enterprise) qui se consacre à fournir une aide et des soins médicaux à la population qui a subi les conséquences des bombardements de la guerre du Vietnam. Ce musée explique l'histoire du passé, l'horreur de la guerre et l'œuvre humanitaire de cette ONG.

Il ne faut pas oublier que le Laos détient le triste record d'être le pays plus bombardé d'histoire, pendant la guerre du Vietnam, de 1964 à 1973. Une partie du matériel militaire n'a pas explosé et est toujours enterrée dans les champs et les villages. Ces bombes qui n'explosent pas, mais qui possèdent la charge explosive sont connues sous le nom de UXO (UneXploded Ordnance = munitions non explosées), et représente un grand danger pour le pays et la population locale.

Je vous avoue que je suis forcément ressortie de cette visite très émue. Et surtout silencieuse. Rien que pour ce musée, un stop à Vientiane est essentiel !

7/ Thakhek : 1 jour

Petite ville sans grand intérêt mais parfaite pour commencer la boucle de Thakhek. En plus, l'auberge dans laquelle j'étais fut une des meilleures que j'ai faites en Asie !

8/ La Boucle de Thakhek : 4 jours

Que dire sur cette "loop" ? Ces 4 jours de road trip en scooter furent extraordinaires ! J'étais un peu stressée car je savais que je devais trouver des compagnons de voyage pour faire ce voyage et quand je suis arrivée à Thakhek, je n'avais encore rencontré personne. Je comptais donc beaucoup sur les gens de mon auberge. Il était hors de question que je démarre cette boucle seule en scooter. Sécurité avant tout ! Et en même temps, j'espérais tomber sur des gens fun et cools 😅

Et j'ai eu beaucoup de chance ! J'ai d'abord rencontré Justine dans le bus. Très bon feeling entre nous de suite. On s'est naturellement dit que l'on ferait cette boucle ensemble. Et puis on a rencontré Jérémie et Jessica dans notre dortoir. On a tout de suite accroché. Dès l'instant où je vois qu'ils rigolent (de temps en temps) à mes blagues, je me dis que c'est bon, on se marrera ensemble 😁. Et ce fut tellement le cas !

Le 1er jour de la boucle, on a également rencontré Raph et Aïda quand ils s'apprêtaient à explorer une grotte et que l'on a décidé de le faire ensemble car ça semblait un peu dangereux...

Et c'était parti pour l'aventure à 6 !

Difficile de vous décrire ce road trip avec eux tellement ce fut génialissime ! Quel crew, quelle équipe, quelle ambiance !

On s'est sentis en "famille" très vite. On était tous les 6 en train de voyager partout dans le Monde depuis des mois et encore pour pas mal de temps. On s'est racontés nos expériences, nos tops, nos flops, nos ressentis, notre vie, nos projets etc. C'était fou cette symbiose entre nous. Je crois que je n'avais pas encore ressenti ça depuis le début de mon voyage !

On aurait pu encore voyager ensemble longtemps mais certains allaient en Thaïlande juste après, au Cambodge ou encore avaient prévu de faire des choses différentes au Laos.

Quant à la boucle de Thakhek en elle-même, ce fut peut-être une de mes plus belles aventures vécues au Laos, avec celle de mon bénévolat !

On a connu de belles galères mais il y avait une grande solidarité entre nous. Ça a rendu ces moments plus fun :

- le moteur d'un scooter noyé, impossible de le redémarrer

- une mini-chute sans gravité

- 2 pneus crevés

- 1 scoot en panne

En 4 jours, on a fait 500 km à travers des montagnes, des villages, des grottes magnifiques. On a rencontré des gens géniaux sur la route, de nombreux "loopers" que l'on retrouvait le soir et avec qui on passait de chouettes soirées autour d'un feu, d'un barbecue, de jeux, d'une ambiance conviviale...

Bref, vous l'aurez compris, j'ai adoré faire cette boucle et je pourrais encore en parler pendant des centaines de lignes mais je vais m'arrêter là 😉

9/ Champassak : 1 jour

Encore une belle galère pour y arriver 🤣

Avec Justine, Raph et Aïda, après avoir fini la boucle, on décide de prendre le bus de nuit en partant de Thakhek pour aller jusqu'à Paksé puis Champassak.

Mais on nous avait prévenu que le service du bus était très... approximatif. Ce fut en effet le cas !

Comme convenu, un tuk tuk vient nous chercher Justine et moi à la guesthouse pour nous emmener normalement à la station de bus après avoir également récupéré Raph et Aïda à leur auberge. Mais le tuk tuk a 1h d'avance et nos 2 amis ne sont pas là.

Après nous avoir pris dan son tuk tuk, le chauffeur va chercher 3 autres personnes dans d'autres auberges et il nous emmène ensuite chez lui pour dormir 2h dans son garage au milieu des cafards, des lézards et de son scooter !! OK ce n'était pas prévu ça... Il est 22h, le bus est prévu entre 1h et 2h du matin et si on le rate, il faudra attendre celui de 5h du matin... C'est là que le côté approximatif se précise 🥳!

Avec Justine, on n'a évidemment pas dormi pendant ces 2h. A 1h du matin, le chauffeur nous dit qu'il est temps d'aller chercher Raph et Aïda à leur auberge puis d'aller à la station de bus tous ensemble. Sauf qu'il nous emmène d'abord à la station. Il nous fait descendre et nous dit d'attendre nos 2 amis qu'il va chercher. Mais entre temps, le bus arrive et est sur le point de partir. Puis IL DEMARRE ET PART sans nous ! On hallucine ! On commence à courir derrière pour essayer de le rattraper et de lui dire d'attendre nos 2 amis ! A ce moment-là, le tuk tuk avec Raph et Aïda arrive à toute allure et bloque le bus qui est obligé de s'arrêter. On finit par monter dedans tous les 4 😆!

C'est parti pour 6h de bus de nuit, allongés 2 par 2. Quelle blague tout ça. Le charme des transports laotiens ! On a bien ri quand même et j'ai bien immortalisé tout ça en vidéo, ne vous inquiétez pas 😏

Arrivés à 6h du matin à Paksé, je poursuis ma route avec un tuk tuk qui m'emmène à Champassak après 2h d'attente. Quant à Raph, Aïda et Justine, ils restent à Paksé. Nos chemins se séparent 😫.

Dans mon tuk tuk, j'aurais la chance de rencontrer de nouveaux touristes avec qui je ferais un petit bout de chemin pendant quelques jours : la suisse Franziska, l'anglais Alestair, la française Gabrielle et l'allemande Claudia. On passera la journée ensemble pour découvrir Champassak en vélo et on ira ensemble jusqu’aux 4000 îles.

10/ Les 4000 îles : 4 jours

Les fameuses, les mythiques, les légendaires ! J'ai du mal à réaliser que j'y suis enfin !

Cet endroit est si paisible, il y règne le calme et la quiétude !

Il y a en effet 4000 îles mais 1 arbuste = 1 île donc ça va assez vite ! Seules 3 îles sont habitables : Don Det où je dormirai, Don Khong et Don Khone que je visiterai en vélo.

• • •

Ce que j'ai aimé :

- la rencontre avec Lisa, Aurélie la brune, Aurélie châtain, Andrew et Maxime avec qui on a passé de supers moments sur ces îles

- la vue sur le Mékong depuis mon bungalow à 5€ la nuit

- c'est un havre de paix. Au programme : détente, chill, relax, farniente

- les paysages y sont superbes

- les habitants des villages sont adorables, souriants, accueillants, gentils

- les balades en vélo

- faire du kayak au milieu des îles, pour voir, entre autres, les 3 derniers dauphins dont l'espèce est menacée

- les levers et couchers de soleil magiques

- les jolies cascades

- la naissance d'un veau au moment où on passait en vélo. On est allés chercher quelqu'un dans le village car la poche du placenta de la maman semblait lui faire mal. En même temps, on n'y connaît rien et comme on voit une poche en dehors de l'animal, on se dit que ce n'est pas normal 😂. Les enfants du village sont arrivés en courant pour voir la scène. C'était un très joli moment !

- la plage avec musique et cocktail

- flâner dans mon hamac

- croiser plusieurs fois les mêmes personnes sur plusieurs jours : impression d'être chez moi !

- observer les habitants pêcher, récolter du riz, cultiver les légumes, les noix de coco, tisser la soie...

- découvrir les îles avec ses coqs, ses buffles, ses chiens, ses poules, ses dindons

Ce que je n'ai pas aimé :

La visite inattendue d'un laotien dans mon bungalow à 4h du matin...

Voyageant seule, je ferme toujours la porte à clé partout où je dors. Et encore plus ici, car c'est un bungalow, il n'y a donc pas d'accueil géré par du personnel. Tout le monde peut accéder à la terrasse.

Je crois que j'ai eu un peu de chance tout de même car une de mes boule quies est tombée et c'est à ce moment-là que j'ai entendu du bruit. J'ouvre mes yeux et là je vois la porte de mon bungalow ouverte et l'ombre de quelqu'un devant moi 😱

1ère réaction : "Oh mon Dieu, mon Dieu..." Je le vois au niveau de mes papiers, mon passeport est juste devant lui, mon portefeuille, ma tablette... tout est pratiquement dans ses mains. Il part en courant au moment où je crie. Je pense alors au pire : il s'en va avec tous mes papiers, tout mon argent, tout...

Je le course sur quelques mètres mais je le perds de vue très rapidement. Je reviens dans mon bungalow, toute tremblante, en stress total. Alestair et Gabrielle qui sont dans le bungalow juste à côté, m'ont entendu crier et viennent me voir. Je réalise que le laotien ne m'a rien volé, incroyable ! Il n'a pas eu le temps d'atteindre mon porte-monnaie mais il a quand même déplacé mon passeport. Je ne comprends pas bien ce qu'il cherchait du coup.

C'est quand Alestair et Gabrielle retournent dans leur bungalow et qu'ils réalisent que le voleur est également passé chez eux avant moi, que l'on comprend qu'il cherchait juste de l'argent. En effet, il a pris tout leur argent mais n'a pas touché au reste ! On se dit que sur cette île, tout le monde se connaît et que ça se saurait vite si un local essayait de revendre notre matériel électronique ou retirer de l'argent avec notre carte. Alors qu'avec des billets, on ne peut pas le retrouver, il n'y a pas de trace !

Là où j'ai eu beaucoup de chance, c'est que mon argent était à quelques mètres du voleur et qu'il n'a pas eu le temps de l'atteindre comme je me suis réveillée avant. Et là, je me remercie moi-même d'avoir un sommeil très léger 🙈

Evidemment, impossible de dormir le reste de la nuit...

Il me restait encore 1 nuit dans ce bungalow avant de partir des 4000 îles. Avec mes voisins, on s'est dit que le voleur ne reviendrait pas une deuxième fois. On a donc décidé de rester tout en prévenant le gérant des bungalows de ce qui s'était passé. Il n'en n'avait à peu près rien à faire 😂

La dernière nuit, on a donc mis en place un système chacun de notre côté pour empêcher toute ouverture de porte. Car on ne comprend toujours pas comment il a pu rentrer dans nos bungalows alors qu'ils étaient lockés ! Je n'ai pas vraiment dormi non plus cette dernière nuit.

Mais dans cette mésaventure, je me suis sentie épaulée et entourée grâce à mes voisins mais aussi ma team des 2 Aurélie, Maxime et Andrew qui m'ont choyée le lendemain 🥰. Il y a toujours du positif dans mes galères au final ! Et rien ne m'a été volé contrairement à mes voisins ! Je continue de toucher du bois pour que ça ne m'arrive jamais 🤞🙏

11/ Paksé : 1 jour

La ville n'a pas d'intérêt mais c'est le point de départ pour faire la boucle des Bolovens. J'ai tout de même découvert la meilleure auberge EVER de tout mon voyage : banana cakes et pastèques gratuits de 15h à 21h tous les jours et accueil incroyable du personnel ! Je me suis sentie chez moi, dortoir nickel et joliment décoré, douches bien chaudes et propres, restaurant très bon. Bref, un lieu idéal !


12/ Plateau des Bolovens : 3 jours

Contrairement à la boucle de Thakhek qui est plus ciblée sur les montagnes et les grottes, la boucle des Bolovens est surtout intéressante pour ses cascades.

Au programme : le voyage avec la super travel mate Aurélie "châtain" que j'ai rencontrée aux 4000 îles, de très jolies rencontres et moments vécus avec les loopers dans les auberges, 2 visites de plantations de café et de fermes, 7 cascades, la visite de nombreux villages sur la route, la joie et le bel accueil des locaux, des fous rires et surtout des souvenirs plein la tête !

Et incroyable mais vrai, on a eu 0 problème avec nos scooters !!

Après cette boucle, on a passé une dernière soirée ensemble dans notre super auberge à Paksé puis le lendemain, direction l'aéroport pour le Cambodge !

7
7
Publié le 23 décembre 2019

• 12 tuk tuk / pick-up

• 10 bâteaux / pirogues

• 5 bus

• 5 vélos

• 4 scooters

• 3 mini van

• 2 bus de nuit

• 1 voiture

• 1 kayak

• 1 shuttle

....................................

• 16 guesthouses / bungalows / fermes

• 1 record : une cha­mbre à 1,80€ à 3 à Ch­ampassak

• 1 visite nocturne d'un laotien penda­nt que je dors

• 2 road trips : boucles de Thakhek et plateau des Bolovens

• 1 mission humani­taire

• des centaines de locaux ultra accueillants

• tellement de beaux moments avec des travel mates devenus des amis pour certains

• la chance de nav­iguer sur le Mékong qui était au plus bas depuis 1 siècle et qui selon certains locaux, n'aura plus d'eau dans 2 ans....

• 1 kermesse d'éco­le dans un village

• de nombreux levers et couchers de soleil sublimes

• des milliers de "Sabaïdi" (bonjour), "Kop jai lai lai" (merci beaucoup), "La Kon" (au revoir)

....................................

• 1 dessert préféré : sticky rice with coconut milk and ba­nana

• des dizaines de laap and fried noodles

• des dizaines de lao coffee

• des centaines de fruit shake (mango, banana, watermelon...)

....................................

• 12 boutons de mo­ustique en 1 journée

• quelques bobos comme toujours

• 1 tee-shirt jeté

• mon pyjama et ma brosse à cheveux oubliés dans une auberge

8
8
Publié le 23 décembre 2019

LES PLUS

- j'ai eu l'impression de ralentir mon rythme tout en profitant à fond. Je suis restée plus d'1 mois au Laos et j'ai visité ce pays en mode "Lao time", en prenant le temps de prendre le temps et j'ai aimé ça ! Je crois que c'est plus qu'une victoire 😁

- j'ai rencontré les compagnons de voyage idéaux avec qui j'ai partagé des moments incroyables et ai eu des discussions passionnantes et inspirantes

- les laotiens dans les villages sont si gentils et accueillants que j'en étais parfois émue

- les paysages laotiens sont incroyables et les treks nombreux

- les 2 boucles en scooter étaient extras

- ma mission humanitaire fut très enrichissante. J'espère avoir été un peu utile 🙂


LES MOINS

- les laotiens dans les grandes villes ne sont pas très avenants ni accueillants

- le pays est un peu cher pour l'Asie

- le vol qui n'en n'a finalement pas été un dans mon bungalow sur les 4000 îles. Mais le moment a été... flippant


Je pars nostalgique de toutes ces rencontres et fabuleux moments vécus au Laos.

Certains pays restent gravés en nous. Le Laos en fera partie.


Next step : CAMBODIA 😀