Carnet de voyage

1ère destination : l'Inde 🇮🇳

6 étapes
8 commentaires
5 abonnés
Dernière étape postée il y a 1139 jours
Mon voyage commence par l'Inde, un pays que j'ai pu déjà découvrir par deux fois, en famille et entre amis. Cette fois-ci, l'objectif sera "d'aider", à ma petite échelle, les "Intouchables".
Août 2019
3 semaines
Partager ce carnet de voyage
1
1
Publié le 21 juillet 2019

Première étape de mon tour du Monde, un voyage en Inde pour réaliser une mission humanitaire dans le Tamil Nadu et plus précisément, à Rawttakuppam. Ne cherchez pas sur Google Map, ce village n'existe pas 😀. Mais il se trouve bien à plusieurs kilomètres de Pondichéry .

Je pars avec un groupe de français. Nous sommes 8 et avons en moyenne 34 ans. Au programme, la rénovation d'une maison communautaire qui sera louée par la suite pour des événements (mariage...). L'objectif est de générer des revenus pour le centre de santé pour les lépreux et autres malades sur place.

Oui, moi aussi, j'ai eu un peu peur quand j'ai entendu ce mot ! Après réflexion et surtout après avoir partagé nos craintes communes avec mon groupe, je pars finalement encore plus motivée ! Et franchement, au début, ce n'était vraiment pas gagné.

L'objectif de notre mission est de casser des murs, en remonter d'autres, faire du terrassement, du crépis, du carrelage et de la peinture sous la direction d'une équipe d'ouvriers indiens. Un grand chantier nous attend !

Ah oui, j'allais oublier un point... comment dire... essentiel : nous partons en pleine mousson sous 40°. L'aventure risque d'être "hot", humide, ensoleillée, pluvieuse, pleine de moustiques mais surtout UNIQUE 😀!

Que l'aventure commence : J-1 !

2
2
Publié le 20 août 2019

Après un vol Paris-Dubai de 7h, 1 heure d'escale, un autre vol Dubai-Chennai de 4h puis environ 3 heures de route jusqu'à Rawttakuppam, me voici enfin arrivée au centre de santé qui va nous accueillir pendant plusieurs semaines.

L'arrivée à l'aéroport de Chennai est intense : des centaines d'indiens attendent leurs familles, amis, collègues, des clients pour les taxis... Beaucoup beaucoup beaucoup de monde dans un espace très petit !! Ayant déjà voyagé au Rajasthan et au Kerala, cela ne me surprend plus mais les membres de mon groupe se sentent très vite oppressés par cette affluence.

Sur la route, les premières vaches sacrées apparaissent. Ça y est, je suis bien en Inde 😀 !

Quand nous arrivons au centre de santé de Rawttakuppam (le HRC : Health Rural Center), au milieu des cocotiers, l'accueil est très chaleureux et aussi spirituel. Des fleurs, un cercle avec une bougie, un salut traditionnel, des sourires, de la timidité mais surtout une joie commune de se rencontrer enfin.

N'oublions pas que je suis au Tamil Nadu, les indiens ne parlent pas hindi mais tamoul (langue dravidienne). Le "namaste" n'est donc pas valable. Les 2 mots essentiels à retenir seront : Wanacom (bonjour) et nandri (merci).

Je précise également que le HRC est géré par la sœur Dhorati. La dimension chrétienne est donc présente mais cela ne m'a jamais dérangé. Je trouve ça même très enrichissant. Après tout, les bonnes actions appartiennent à toutes les religions !

• • •

Nous avons le droit à une visite du HRC :

  • nos chambres : je la partagerai avec 3 autres filles du groupe. Nous avons bien un lit et une couverture très fine qui fait office de matelas ! Le dos va prendre cher, l'expérience va être physique. Mais je suis rassurée de voir que nous avons tout de même un toit et un ventilateur !! Car il fait plus chaud à l'intérieur de la chambre que dehors. Même si c'est du vent chaud, ça reste du vent et donc de l'air ! Je vous avoue tout de même que la chaleur a été certaines nuits insupportable. Peu de nuits où j'ai vraiment fait un vrai et bon dodo... Mais vous me direz que ce n'est pas vraiment nouveau pour moi 😉
  • la salle où nous mangerons matin, midi et soir pendant la mission. Ouf, il y a également des ventilateurs !
  • l'endroit où vivent les lépreux : nous passerons devant eux à chaque fois, pour aller manger, sortir du HRC... Je suis plutôt rassurée de les voir enfin car j'appréhendais cette vision. Au final, ils ont tous des bandages aux mains ou aux pieds (qu'ils n'ont plus...). On imagine donc leur douleur au quotidien. Le HRC héberge une vingtaine de lépreux dans le centre et accueille chaque jour des dizaines de malades pour les soigner.
  • la présentation des activités du HRC. Elles sont nombreuses et ont toutes le même objectif : diversifier les activités pour générer des revenus supplémentaires et pouvoir ainsi acheter des médicaments pour soigner les malades, recruter des médecins, des infirmiers, accueillir des enfants handicapés qui sont complètement mis de côté dans ce pays, créer des crèches, recruter des maîtresses pour les enfants, former des jeunes indiens sans diplôme à l'informatique, à la couture pour leur permettre d'avoir un avenir... Pour aider cette partie de la population, le centre a de nombreux projets : rénover des chantiers pour les louer, exploiter des terrains de cocotiers (vente mais aussi production de cordes et de filets de pêche à partir de la fibre des noix de coco) et bien d'autres encore...
Arrivée à la crèche gérée par le HRC
On a chanté, dansé et joué ensemble. Journée très riche.
J'ai évidemment lancé les "checks" , vous me connaissez 😉
Rencontre avec des enfants handicapés à l'école du HRC : beaucoup de rires, de musique, de pas de danse... Moment unique. 
Des étudiantes en couture qui apprennent le métier grâce au HRC. Elles achètent ensuite une machine et se mettent à leur compte
Rencontre avec des étudiants en dactylographie et en informatique
Création des cordes et des filets de pêche à partir de la fibre de noix de coco #coconutpower
3
3
Publié le 20 août 2019

Il se trouve à 20 minutes de route du HRC. Nous devrons donc chaque matin, midi et soir, traverser des petits villages indiens assez pauvres pour arriver à destination. Mais la route est belle, les vaches sont sereines, les indiens vendent des légumes, les enfants vont à l'école à pied... les scènes de vie sont nombreuses et jolies.

On the road 
Smiles 😀

LE CHANTIER : le voici, le voilà !

La maison se trouve au milieu d'un champ de cocotiers appartenant au HRC : c'est de toute beauté ! 
Maison encore jamais rénovée depuis 1996 ! 

Nous devions rénover la maison mais au fur et à mesure des jours et des découvertes, cette rénovation s'est transformée en gros œuvre !

L'ESCALIER

En arrivant, la base était posée, il fallait faire tout le reste ! Du sable, de l'eau, du ciment, des briques, le tout pour réaliser un bel escalier avec une belle rambarde...

Step by step 

LA SALLE PRINCIPALE

Nous devions remplacer une toute petite partie du carrelage mais son état était tellement mauvais que nous avons dû tout enlever ! Une nouvelle chape régulière a été faite et la pièce de 50 m² a été entièrement carrelée. A noter que 2 serpents trouvés en dessous du carrelage nous ont fait des frayeurs ! A nous, les français uniquement bien entendu. La team indienne était d'une zénitude absolue lol.

Nous avons également cassé 2 murs intérieurs : le kiff ! Et tout ça avec seulement 1 marteau, une masse et une barre à mine.

From A to Z 

LA CUISINE

Elle était à construire complètement. Nous avons commencé par creuser une tranchée avec des pelles. On en a bavé sous la chaleur. Ce fut vraiment physique ! L'objectif final était de monter les murs de la cuisine extérieure avant que le groupe français suivant ne prenne le relais.

Le début de la tranchée !! 
Indian Kitchen style

LES CHAMBRES

Pour les créer, on a cassé des murs et on en a reconstruit de nouveaux.

L'EQUIPE FRANÇAISE SUIVANTE 

Elle est en train de faire beaucoup d'enduits, de peinture, de finition et de terrassement. A ce jour (mi-août), voilà où en est la maison. Elle doit être prête pour le 1er septembre, jour du 1er mariage ! On croise les doigts 😀

La cuisine a bien avancé, les chambres et l'escalier aussi. Beaucoup de peinture à prévoir maintenant ! 

Nous voici fin août et le résultat est... rose ! Tout est très coloré en Inde mais je n'avais pas imaginé cette couleur pour la maison !

Je savais que :

  • le rouge était le symbole de la force, de la joie, de l'amour, la couleur du bonheur par excellence. C'est également la couleur du sari de la femme mariée. Je pensais donc que la maison serait peinte en rouge
  • Le blanc représente la paix, la pureté mais aussi le deuil. Les veufs s'habillent en blanc. C'est également la couleur des prêtres et des Brahmanes, la caste la plus élevée en Inde
  • Le bleu : le courage, la vérité, la sagesse
  • Le jaune : la lumière, l'instruction, la connaissance
  • l'orange : couleur sacrée de l’hindouisme, c'est la spiritualité, l'équilibre
  • le vert : c'est la vie, l’espérance
  • Et le rose... : cette couleur symbolise la sagesse divine. Elle est réservée aux jeunes filles. Les femmes matures et mariées portent plutôt du rouge ou du violet

Eh bien, je me dis que le sari de la mariée ne sera pas de la même couleur que les murs de la maison au moins, c'est déjà ça lol.

Regardez-moi cette petite merveille 😀 :

Pink power, côté droit 
Pink power, côté gauche 
Le 1er étage / la cuisine extérieure / l'escalier 

C'est l'heure de protéger ce nouveau lieu !

Inauguration 
Descente par l'escalier que j'ai construit de mes propres mains avec les teams indienne et française, je suis émue 😀

Ça y est, nous sommes début septembre et le 1er mariage a eu lieu. Voici quelques photos que j'ai reçues de l'équipe indienne 😀 :

Les mariés au milieu 
Manger sur des feuilles de lotus / cuisiner pour une centaine de personnes...
4
4
Publié le 20 août 2019

Quel plaisir d'avoir pu rencontrer cette équipe !

Il y a d'abord les soeurs...

Dhorati qui gère le HRC, Djonsi qui est son bras-droit et Michaela qui nous fait de bons petits plats typiques chaque jour. Ces 3 femmes sont 3 perles. Elles sont d'une gentillesse extrême et ont le cœur sur la main.

Elles ont été présentes à chaque moment de la mission : à notre arrivée, à chaque repas matin/midi/soir, à la fête de notre fin de chantier, à notre départ etc.

Elles ont également été des amours quand je suis tombée très malade. Non je n'ai pas eu de problème gastrique mais j'ai chopé un virus qui m'a abattu pendant plusieurs jours. Je n'en voyais pas le bout... Heureusement qu'elles étaient là.

Elles vont me manquer...

Djonsi / Dhorati / Michaela 


Puis les ouvriers indiens

Ils sont 7 :

RAVI, le "program officer", autrement dit le responsable du chantier.

Il a été plein d'attentions envers nous tous. Il s'assurait que l'on prenait bien 2 pauses par jour, que l'on avait une chaise à chaque fois (ça peut paraître idiot mais c'était un geste trop mignon de sa part), que l'on avait toujours de quoi manger et boire, qu'on ne se blessait pas ou que lorsque c'était le cas (sometimes 😀), on soignait de suite la blessure... Bref, un Amour !


DALADJAYEN, le tombeur de ces dames 😉!

Sourire ravageur, blagueur, bosseur et tant d'autres qualités !

Tous les jours, il s'habillait avec une jolie chemise et un beau pantalon. Nous avions beau transpiré comme jamais, lui, pas une goutte ! Cet homme, responsable de la ferme des cocotiers du HRC et de l'agriculture, est un mystère. Il faisait en 1 minute ce que nous faisions en 30 min ou plus. Le tout, en petite tong. Il a rendu les journées de travail plus joyeuses.


SINGUINI, le rebelle

On a mis du temps à "s'apprivoiser". Il ne parle pas anglais et on ne parle pas tamoul. Avec l'intonation de la région, on pensait qu'à chaque fois qu'il nous parlait, il nous criait dessus. Grâce à Ravi qui parle très bien anglais, on a compris qu'il nous disait des choses trop gentilles lol ! Il appelait une des filles du groupe "sa fille" et une fois qu'on l'a su, elle l'a appelé "Apa" (papa). Chou.

Singuini a 70 ans. Il continue de travailler malgré son âge et ses genoux usés après des années de chantier, pour son fils qui, à 30 ans et marié, ne fait rien de sa vie. Singuini subvient donc aux besoins de sa famille et de sa belle-fille...

AROQUIEMERE et ANTHONY, la force tranquille

Ils sont mariés et vivent derrière le chantier. Lorsque la maison sera rénovée, ils en seront les "gardiens".

Ils sont tous les deux assez silencieux mais travaillent énormément, ils savent tout faire ! Ils ne parlent pas anglais mais nos regards et quelques gestes suffisaient pour que l'on se comprenne. J'ai adoré travailler avec eux. On a peu parlé mais j'ai appris beaucoup à leurs côtés.


SOMU, l'homme au grand cœur

Un jour chauffeur, un jour ouvrier, un jour assistant infirmier, Somu est d'une générosité et d'une gentillesse incroyables !

Il aide les sœurs sur tous les projets. Il court partout mais prend le temps d'échanger avec nous. Il vit en face du HRC avec sa famille et se rend disponible à toutes heures pour nous, les sœurs, les ouvriers, les malades etc.

Petite leçon de vie apprise à ses côtés !


VILAPANE, le maçon de l'équipe

On a construit les marches de l'escalier tous les deux. Il est drôle et en même temps assez autoritaire. Le seul prénom qu'il avait réussi à apprendre était le mien. Aline par ci, Aline par là. Ça pouvait devenir un peu lassant pour les autres mais moi j'ai bien ri avec lui 😀!

Contrairement aux carreleurs qui étaient payés à la tâche, Vilapane était payé à la journée. Autant vous dire que s'il pouvait faire durer les travaux, il le faisait. On a pris un peu de retard à cause de lui mais c'est monnaie courante en Inde apparemment (comme partout dans le Monde j'imagine) 😉

• • •

Ils ont été ma petite famille pendant cette mission humanitaire qui a été parfois dure, aussi bien physiquement que mentalement.

La fraternité / solidarité a été vraiment forte entre nous, que ce soit avec l'équipe française ou indienne. Ça m'a permis de dépasser certains obstacles rencontrés lors de cette aventure qui sont maintenant de "beaux" souvenirs (le climat parfois insupportable, les moustiques, les sick days, les efforts physiques, la réalité des malades et des pauvres sur place etc.).

Je crois également que c'est la première fois depuis très longtemps que je me suis laissée "maternée" à certains moments et ça fait... drôlement du bien😉

5
5
Publié le 20 août 2019

Première chose qui me vient en tête : la détox du riz ! Non je rigole lol

Quoique je vous avoue que le riz va être absent de mes plats pendant quelques temps tout de même. Trop de riz tue le riz !

Plus sérieusement, cette expérience a été très enrichissante, humainement, culturellement mais aussi physiquement.

J'ai rencontré de très belles personnes avec qui je vais garder contact et cela me ravit de me dire que grâce à whatsapp et d'autres technologies, j'aurais des nouvelles d'elles très régulièrement (jusque-là, c'est tous les jours pour suivre l'avancée du chantier) !

Culturellement, ce fut passionnant. Je connaissais déjà un peu l'Inde mais ce pays est si complexe qu'à chaque fois que j'y retourne, j'apprends toujours énormément de choses !

Physiquement, ça a également été une expérience ! Beaucoup de sueur, d'efforts physiques, de courbatures, de bleus sur les jambes, de mini bobos, de kilos de perdus... Pour vous donner une idée, voici un petit avant/après de ma personne (oui, elle ose). Ne jugez pas mes fringues, vous me connaissez trop pour cela 😉 !

Jour 1 VS dernier jour (même tenue oui 😉)

A refaire ? Bien sûr ! L'objectif est tellement beau et le projet est si utile que la question ne se pose pas.

Maintenant, j'ai envie de réaliser de nouvelles missions mais de types différents. To be continued... 😀

6
6
Publié le 21 août 2019

Que le tourisme commence !

Au programme, un petit périple au Tamil Nadu en passant par Mahabalipuram, Gingee, Pondichéry, Chidambaram, Gangaikondacholapuram, Darasuram, Kumbakonam, Tanjore, Chettinad, Madurai, Kodaikanal (les montagnes #cœur), Trichy et pour finir Chennai.

L'itinéraire 
• • •

Nous avons voyagé en voiture avec un chauffeur car il est interdit de conduire en Inde pour un européen et ça me va très bien comme ça ! La conduite indienne est très sportive, ça va dans tous les sens, les klaxons pleuvent, l'impatience des conducteurs est la règle d'or, les vaches sont très sympas mais toujours là où il ne faut pas, les chiens ne traversent pas là où on aimerait qu'ils traversent... Bref, notre chauffeur du nom de "Money" (oui comme l'argent. Je pense qu'on a eu le droit à son surnom spécial touriste lol) nous a sauvé plusieurs fois pendant ce trajet !


MAHABALIPURAM 

C'est une ville pour les routards, ceux qui ont un petit budget 😀

A vu :

  • Les 5 Ratha sculptés dans le roc (groupe de monolithes). Ce sont avant tout des monuments plutôt que des lieux de culte. De nombreux couples indiens viennent se promener et flâner. Ce site est classé au patrimoine mondial de l'Unesco, c'est une petite merveille.
La boule de beurre de Krishna (Krishna's Butterball). Ce rocher en granite serait à la même place depuis 1300 ans !
I miss yoga 😀
  • le Temple du Rivage face à la mer
  • la ville
• • •

GINGEE

Son Fort est l'un des derniers existant au Tamil Nadu, il date du 16ème siècle.

Il se trouve au milieu de champs verdoyants, de pierres et de rochers. Pour arriver au sommet, une randonnée de quelques heures est nécessaire, tout ce que j'aime !

Nous ne rencontrerons que des singes et quelques indiens du coin. Nous assisterons aussi par hasard au passage d'une jeune fille à la puberté, devant le temple de Shiva qui est sur le chemin . Un brahmane lui cassera des œufs sur ses cheveux puis lui coupera. On ne restera pas longtemps car on se sent vite de trop pendant la cérémonie.

Pendant cette balade, on remarquera qu'énormément de bouteilles vides en plastique traînent par terre. L'un des français du groupe en ramassera quelques unes pour les mettre dans un sac poubelle et sera "félicité" et "remercié" par les indiens que l'on croisera. Tous feront le même geste juste après ! On a été très surpris qu'il ait juste fallu lancer le mouvement pour qu'ils nous suivent ce jour-là ! Petite fierté !

La vue d'en haut est superbe ! On a l'impression d'être sur la planète des singes, il y en a partout !

Up ! 
• • •

Sur la route vers Pondichéry :

Le cricket, sport national de l'Inde
La ville, les bus, les indiennes, leurs saris... 

PONDICHÉRY, alias Pondy

Ancienne colonie française jusqu'en 1954.

Un canal sépare la ville en 2 quartiers :

  • le secteur français à l'est avec des vestiges de l'époque coloniale (bâtiments blancs et jaunes, gendarmes en képi...), des boutiques gérées par des artistes français, des restaurants où la cuisine est française (je vous recommande "La Villa" - http://www.lavillapondicherry.com et "la Villa Shanti" - http://www.lavillashanti.com), l'Alliance française, le lycée français etc.
  • la partie indienne : l'ambiance y est totalement différente. Moins bohème, moins calme. Moins propre, plus chaotique...

Ce que j'ai aimé :

  • la plage où les indiens se réunissent pour passer du bon temps
  • l'ashram de Sri Aurobindo
  • la Basilique du Sacré Cœur
  • la balade de la ville (statue de Gandhi, hôtel de ville, street art, le parc Bharathi...)
Pondy Beach 
Le Phare de Pondichéry / la statue de Gandhi dos à la mer
A gauche, la basilique du Sacré Cœur, A droite, NEHRU qui lutta pour l'indépendance de l'Inde et fut 1er ministre de 1947 à 1964
A gauche, une représentation d'une divinité. A droite, le jeu des négociations pour cette petite jupe 
• • •

DE CHIDAMBARAM A TANJORE

Nous sommes passés par Gangaikondacholapuram, Darasuram et Kumbakonam. Une journée bien remplie !

  • Chidambaram avec son temple de Nataraja, incarnation de Shiva en Danseur de l'Univers. L'architecture dravidienne y est incroyable ! C'est l'un des plus grands lieux sacrés d'Inde du Sud consacré à Shiva, le destructeur du mal.
  • Gangaikondacholapuram : ancienne capitale de l'empire Chola. Son temple est dédié à Shiva. Son style est totalement différent de celui de Chidambaram : moins kitsch, plus sobre
  • Darasuram et son temple chola Airavadesvara
  • Thanjavur, alias Tanjore

La ville est moderne et bordélique. On a fait le choix de se faire plaisir pendant 2 nuits et pour cela, on s'est pris un petit resort très sympa, à 10 km de la ville, avec piscine, climatisation, jardin et un lit ultra confortable. Autant vous dire que j'ai a-do-ré faire une cinquantaine de longueurs dans la piscine en attendant que la chaleur de la journée s'éloigne. Ce qui était un peu déroutant, c'est que l'on avait cette jolie piscine mais qu'en face de l'hôtel, la rivière était complètement asséchée ! Pas très à l'aise...

Le resort 
Water VS no water... 

On a visité la ville pendant 1 journée : son temple Brihadishvara, son palais royal, ses mosquées, ses ateliers de bronze, ses ruelles...

Les gopurams (tours dravidiennes) du temple 
A gauche, l'arbre où les jeunes mariés viennent bénir leur union. A droite, une procession 
Le palais royal 
L’intérieur du palais royal 
Au milieu, l'un des plus anciens symboles de l'humanité : le svastika. Il représente le bien-être, la chance pour les Hindous
• • •

DE TANJORE A MADURAI, en passant par CHETTINAD

  • Premier stop : Elangakodi Ayyanar shrine, un sanctuaire en pleine nature, dédié à Ayyanar, cette divinité locale censée faire pleuvoir, protéger les enfants, le bétail, les villages et ses habitants, la nature...

L’atmosphère y est très spirituelle et silencieuse. Personne dans les environs. Aucun touriste, aucun indien. Juste des singes qui sortent de nulle part et le brahmane qui vit à côté. J'en profite pour préciser que pendant notre séjour dans le Tamil Nadu, nous n'avons vu AUCUN touriste occidental ! Quelques touristes indiens mais pas énormément. La mousson a eu raison d'eux 😉

Les singes arrivaient par surprise, ils m'ont fait sursauté plus d'une fois ! 
Cimetière de terres cuites derrière les divinités. Les indiens viennent prier et se faire bénir par le brahmane (prêtre) 
  • Deuxième stop : Chettinad, la partie du Tamil Nadu où le clan des plus grands banquiers, marchands et négociants s'est installé. Ils sont nommés les Chettiars. On visitera la petite ville de Kanadukathan qui en fait partie (4 800 habitants).

C'est très impressionnant de quitter les villes indiennes assez pauvres et d'arriver dans une ville riche, et pas qu'un peu !! Des maisons, que dis-je, des châteaux magnifiques et très colorés, construits, décorés et habités par les Chettiars. Evidemment, il y a un Palais, devant lequel les propriétaires entrent et sortent, habillés de leurs plus beaux vêtements. C'est très joli à voir et en même temps, totalement à l'opposé de l'Inde que l'on a vue jusqu'à maintenant.

Le palais (on ne peut pas le visiter, il est habité)
Les habitants de Kanadukathan se déplacent en vélo

Les enfants jouent au Kabaddi devant le bassin de la ville. C'est un sport typique indien, qui ressemble à de la lutte ou du rugby.

2 équipes, un "chasseur" et ses adversaires 

On visitera également le "Chettinadu Mansion" pour se faire une idée de la vie de château en Inde. On aura le plaisir de rencontrer son propriétaire, très accueillant et ravi de pouvoir parler avec des français et présenter sa famille.

Bijou 
Tout autour de cette cour, des photos de toute la famille du propriétaire sont accrochées, sa grande fierté !
Le "petit" salon si grand 
  • Troisième stop : Madurai

Retour dans les grandes villes bruyantes, colorées et beaucoup moins riches tout de même !

Vue sur le temple de Sri Meenakshi depuis notre hôtel (oui, on se fait encore plaisir 😀)

Visite de la ville sous la chaleur, la pollution, les bruits de klaxon, la circulation infernale, les vaches au milieu du chemin, les temples et les mosquées en pleine rue, les trottoirs qui sont simplement des dalles posées sur la route... Un vrai bonheur !

Le poteau tiendra-t-il longtemps avec tous ses fils électriques ? 
Trottoir = dalles plus ou moins mobiles
Certains indiens louent un lit ici... Un ventilo et un matelas sont inclus dans le prix...
A gauche, un centre commercial avec un temple pour prier. A droite, du sable et de la terre en cas d'incendie dans l'hôtel !

Ce qui est marrant à Madurai, c'est que les commerces sont séparés par spécialité : vous avez ainsi la rue des "health center", la rue des outils et du matériel pour faire des travaux, la rue des vêtements etc.

Evidemment, séance shopping obligatoire dans un magasin féminin ! L'expérience a été très sympa : nous sommes les seuls occidentaux, les seuls blancs. C'est une impression toujours très... étrange.

On est donc repérés très vite par les vendeurs qui touchent une commission sur chaque vente et qui se battent donc pour être LE vendeur qui nous suivra !

Notre vendeur va en voir de toutes les couleurs avec nous : nous ne savons pas ce que l'on veut, quelle couleur, quelle matière (coton, soie...), quel prix etc. Autant vous dire qu'il s'est bien marré ! Ça a été un beau moment de pouvoir découvrir la façon de porter un sari, le porter réellement, échanger des sourires avec les femmes indiennes qui s'amusent de nous voir essayer... On était en pleine immersion !

Sarees everywhere ! 
Les saris en soie sont les plus chers et se portent surtout pour les grands événements (mariage...).

Le tour de la ville se poursuit avec la visite du Gandhi Memorial Museum, une séance de cinéma d'un film en hindi (la base : danse, musique, histoire romantique, on adore Bollywood !), le temple de Sri Meenakshi et le Palais de Tirumalai Nayak

Le Gandhi Memorial Museum 
La soirée Bollywood. Avant le film, on se lève pour chanter l'hymne national du pays ! Entracte de 20 min au milieu du film
Les Indiens se préparent pour célébrer le lendemain l'Indépendance de leur pays (1947)
• • •

Direction KODAIKANAL

Comment vous dire que j'attendais ce moment depuis plusieurs jours ! Retrouver la montagne, l'altitude (2113 m), la randonnée, le climat plus doux et surtout respirable, la verdure...

Je suis HEUREUSE !

La ville est perchée sur les collines, au milieu de pins, d'eucalyptus, de fleurs de toutes les couleurs, de cascades, de falaises...

 On the road to Kodaikanal 
Tu peux te pousser stp le cheval ? 
L'arrivée dans la ville : ça monte !

La population y est plutôt aisée : des chettiars y habitent, leurs maisons sont splendides, il y a également de nombreuses écoles internationales, des internats etc. C'est assez riche.

Au programme : visite de la ville,tour du lac, randonnée jusqu'à Pillar Rocks et découverte des gâteaux et chocolats typiques d'ici.

Lac / La Saleth Church / The Hills
Pillar Rocks 

La ville semble très chrétienne. Beaucoup de décorations religieuses dans les rues pour célébrer "Marie" et de musique. On a assisté à une procession : une foule indienne se dirigeant vers l'église sur les hauteurs. Impressionnant.

• • •

TRICHY : retour dans la chaleur étouffante

Allez, plus que quelques jours avant de retrouver un climat occidental (je n'en peux plus lol) !

Trichy ou Tiruchirappalli est le centre du Tamil Nadu.

Visite des bazars, du Rock Fort Temple, du temple de Sri Ranganathaswami qui est extraordinaire (c'est le plus grand temple d’Inde et l’un des plus grands complexes religieux au Monde), de la Cathédrale...

Arrivée au temple de Sri Ranganathaswami, majestueux !
Y a plus qu'à visiter : 21 gopurams (tours) au total
From the rooftop of the Temple 
A droite : ça se soulage et ça fait sourire ! 
Jardins, cocotiers, sérénité au sein du Temple 

Après le temple, passons au Rock Fort Temple :

Go ! 
Mais d'abord, laissons les indiens se faire bénir à l'entrée du Rock Fort Temple par cette belle créature ! 
437 marches plus tard, me voici à 83 m de hauteur, vue colorée sur Trichy 
Retour en ville et visite de la Cathédrale (19ème siècle) qui est la réplique de la Basilique de Notre Dame de Lourdes en France

2 expériences vécues que j'aimerais souligner 😀 :

Pour tout achat de boule de glace, le prix est fixé en fonction du poids







  • pour répondre à une question de satisfaction après un achat dans un magasin, ça ne se passe pas en ligne mais en direct au moment de l'achat et ce, sur une belle machine pas très moderne ! Happy or not ?






• • •

Il est temps maintenant de se diriger doucement mais sûrement vers l'aéroport pour un vol de 50 minutes Trichy-Chennai ! Oui, on a eu la flemme de faire 6h de route ahah. On a voulu clore le chapitre indien de cette façon et ça valait le coup : le ciel était beau 😀

Ça sent donc la fin du voyage en Inde...

Dans quelques jours, j'attaque le GR20 en Corse. L'Inde sera un très beau souvenir et je ne suis pas triste de quitter le pays car je sais que j'y retournerai dans peu de temps, "Ladakh calling" 😉. Un autre rêve à réaliser 😀