Carnet de voyage

Le Perma Cool Tour

58 étapes
53 commentaires
320 abonnés
Dernière étape postée il y a 1 jour
 avec 
2 participants
En chemin pour l'autonomie et la résilience!
Juillet 2019
52 semaines
Partager ce carnet de voyage
11
oct

Du 11 au 15 octobre

1540 km

Pascal Médard, alias l'indiana Jones du Minervois !

Il est prêt à vendre ou à transmettre un oasis, un havre de paix situé dans la commune de Félines-Minervois, Languedoc-Roussillon, France (34). Ça vous parle ? 😀

Pascal Médard s'occupe de la protection de la nature depuis plus de 30 ans et milite pour les minorités ethniques en Afrique. Biologiste/naturaliste, il est devenu expert en biodiversité circo-méditéranéenne et africaine. Il a aussi formé et ouvert la voie à plusieurs centaines de personnes à la sensibilisation et à la protection de la nature.

Prise de vue en compagnie de sa dernière stagiaire lors de la migration des oiseaux.

Mais c'est quoi la Fumade ?

Le domaine de La Fumade est un projet de re-naturation d'éco-système, qui s'effectue dans un vallon de 10 hectares isolé sur un causse de garrigue calcaire de plus de 2000 hectares, dans le but de préserver et dynamiser la faune et la flore.

Nous venons de passer une semaine avec Pascal Ménard. Il souhaite vendre et/ou transmettre son projet de vie à un collectif de belles âmes (idéal pour 3 à 5 foyers).

La Fumade, c'est (entre autres) :

- une maison de 100 m2 avec panneau solaire & eau chaude solaire, un gîte de 18 m2, une yourte de 32 m2, une bergerie (pour une future petite maison) de 32 m2, une ruine (pour une future petite maison) de 25 m2, 2 conteneurs de stockage (avec outillages) de 6 pouces

Mais aussi 30 arbres fruitiers (amandiers, oliviers, cerisiers, cognassiers...), des animaux (trois ânes, poules, coqs et pintades), des herbes aromatiques en abondance, une flore et une faune sauvage foisonnante (site classé Natura 2000). Toutes les terres sont vierges d'intrants chimiques depuis plus de 30 ans. L'eau de la ville traverse toutes les parcelles, ainsi que deux sources dont une pérenne.

L'estimation du domaine s'élève à 500 000 euros. Toute autre formule d'acquisition reste à étudier... La transmission est possible, il cherche les bonnes personnes. D'où le potentiel… Si vous êtes, comme lui, un passionné de nature, d'oiseaux, etc, vous pouvez bien vous entendre avec Pascal 😀

Pour avoir un aperçu en images de la personne et du terrain, nous vous recommandons la vidéo ci-jointe :

Une vidéo par Pierre Allaire 

Pourquoi vendre ?

Actuellement, Pascal entre dans une phase de restitution. Ainsi, il souhaite réduire son activité sur le terrain pour se concentrer sur l'écriture et la transmission de ses expériences et connaissances. C'est pourquoi il cherche à transmettre son terrain soit à un particulier, soit à un collectif correspondant à sa vision. Lui a envie de voyager, de refaire de l'affut photographique. Il propose de partir faire un stage avec lui… Une immersion en pleine nature pour photographier des animaux. L'envie ne manque pas, mais l'aventure continue ! Une autre fois Pascal.

La liberté a un coût ! 😉

"Putain de moineaux… Ils bouffent tout le grain des poules." P. Ménard


Trêve de plaisanterie, voici sa citation :

"Ne perds pas le chemin que chemine ton coeur sinon tu perdras le bonheur."

Si le projet vous intéresse, vous pouvez retrouver l'annonce sur la fabrique des colibris pour prendre contact directement avec Pascal.

Alexis: Ce que j'aime dans cette aventure, c'est le "flow" ! Par exemple, le lien qui se crée de manière très fluide entre les lieux. Je vous fais le topo: chez aunte Jessie and uncle Andy Darlington, nous découvrons une assiette remplie de petits fruits rouges. Ces fruits ressemblent aux cenelles (le fruit de l'aubépine) mais en plus gros et plus goûtus. Ils nous informent que c'est des Azèroles (Crataegus azarolus: un "cousin" de l'aubépine). Heureux d'apprendre un nouveau fruit sauvage, nous reprenons la route avec toujours plus de connaissance sur la Pacha Mama. Puis sur la route entre Carcassonne et la Fumade, bingo ! On les trouve à l'état sauvage et en abondance... La vie est bien faite.

Les Azéroles ou "pommettes" (dans l’argot du Sud), de la taille de petites pommes jaunes à rouges (2 à 4cm de diamètre), contenant deux à trois noyaux. A la fois juteuses et sucrées, à la saveur acidulée, elles ne sont pas sans rappeler la pomme, et sont très bonnes crues ou cuites en compote, confitures et gelées. Les azéroles sont très nutritives (100kcal/100g), elles contiennent des sucres, de la pectine, de la vitamine A et C ainsi que des antioxydants (flavonoïdes).

(Source: https://jardinage.lemonde.fr/dossier-2249-azerolier.html)

• • •

Une partie de Carcassonne à Carcassonne?

Alexis : Avant de passer un moment avec Pascal Médard, petit passage obligé par Carcassonne ! Et là, j'ai un rêve à réaliser. Jouer à Carcassonne dans la ville de Carcassonne.

Ce rêve fut réalisé grâce à Didier. Ancien patron d'un bar "le 98", il se consacre actuellement à un projet de houblonnière pour brasser sa bière avec son propre houblon.

Perdre de 4 points seulement face au champion de Carcassonne… (Samaël: 5 ans) 😆

"Le jeu est la forme la plus élevée de la recherche" Albert Einstein

• • •

Actuellement, nous sommes chez Anne-Catherine & Jean-Denis qui ont un beau projet d'éco-hameau et qui font partie du réseau Humus Pays d'Oc.

Nous avons passé un chouette week-end avec les organisateurs du Perm'ACTE ! Merci les Perma'potes !

Prochain article : "la Roquette : le sanctuaire de la spiruline".

Merci pour votre lecture.

Soyons heureux et vive l'aventur'euh !

www.lepermacooltour.fr

Tipeee - Le Permacooltour

7
oct

Du 7 au 11 octobre

1429 km

Kevin : Nous rencontrons Louise au Mantra Fest le mois dernier lors de notre atelier, le cercle des possibles.

Sa présence me touche, assise dans ce cercle, c'est la première à prendre la parole. Tout de suite, la question du foncier fait place dans le débat. Comment acquérir une terre lorsque l'on est jeune et sans économie ? Ou moins jeune d'ailleurs ! Son expérience dans la création d'un village de yourte nous intrigue.

Une histoire à la fois belle et resplendissante de joie et d'humilité. C'est ce qui me fera rester une semaine de plus chez elle, en compagnie de Léna (à la prise de son) et de Nelly. Me séparant ainsi de l'équipe quelques jours, pour réaliser le portrait qui constituera le troisième épisode de la série documentaire du Permacooltour.

Je pars à la recherche d'un sujet essentiel dans la permaculture : la santé et le bien-être !

Pionnière, bâtisseuse de yourtes, passeuse d'un art de vivre, à l'initiative d'une vie collective en village de yourtes, autodidacte à l'écoute de ses besoins, fondée dans sa relation à la Mère Nature, marcheuse de beaux chemins. Regard poétique et geste graphique accompagnent ses voyages. Qi gong, méditation et massage participent à son cheminement.

Après vingt ans de vie passée en yourte, sa vision de cet habitat me donne finalement envie de construire la mienne aussi : 3 000€ pour une petite maison faite à la main, qui peut se déplacer où bon me semble ne laissant aucune trace une fois enlevée. En tant que nomade, l'idée me plaît beaucoup.

Louise a commencé grand. Sa première yourte faisait 9 mètres de diamètre, imaginez le chapiteau !

Puis l'inconcevable… Laissez-moi vous transmettre un poème de son livre Dans ma yourte, qui compte ses 13 ans d'expérience en village de yourtes dont elle était à l'initiative.

La danse des objets


Après l'incendie

Mon coeur brûlait

Mon corps se consumait

Toute la yourte et ses objets

Disparus en fumée

Durant mes nuits

Ils se présentaient

Un à un

Sous leur plus beau jour

Mûs par leur propre vie

Ils faisaient un petit tour

Et disparaissaient avec révérence

En signe d'adieu.

{…}

Derrière un grand vide noir dont je m'éloigne

Plus de nid douillet

Fu, le maître chat de la yourte et moi en errance

Dans la voiture qu'il me reste, où aller ?

Plus de direction, un grand point d'interrogation…

Cette semaine à ses côtés m'installe dans un monde où l'alimentation, la respiration, le silence, l'observation, la joie, le rire et la nature importent plus que tout. S'imaginer devoir tout reconstruire, du jour au lendemain, ce que l'on a mit des heures, des jours, des mois à concevoir, coudre et élever. Accueillir la vie comme elle se doit. Observer et décrypter les signes qu'elle peut nous envoyer, prendre d'autres chemins. Accepter, remercier.

Un nouveau cocon pour Louise, depuis 7ans maintenant. 

Une histoire comme la sienne (je vous conseille vivement de lire son livre), pose les bases d'une grande réflexion autour du bien-être intérieur. La santé en découle naturellement. Être bien à l'intérieur de nous-même, s'alimenter sainement et se trouver dans un environnement sain et naturel. Tout est présent ici pour réaliser le troisième épisode de la série documentaire.

La fleur de la permaculture par David Holmgren 

Je n'ai pas trop envie de vous en dire plus sur ce que nous avons pu faire ensemble cette semaine. Vous verrez le résultat en vidéo. L'épisode hivernera dans les disques durs en attendant d'être monté à mon retour du tour.

Je peux cependant vous donner une idée, avec deux images prises sur le vif par Nelly. 😉

Action ! 

À 70 ans, j'ai envie d'avoir ce sourire et ce regard sur ce monde.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet de la santé et de la régénération, je vous invite à découvrir le film Vivante (que nous avons eu la chance de voir en avant-avant première à l'éco-village de Pourgues) et qui parle notamment du travail de Wim Hof the Iceman, ainsi que tout ce que propose Thierry Casasnovassur la santé et le bien-être.

Merci Louise pour ton accueil, ton partage et ta bienveillance. Je suis impatient de me mettre au travail et de te dévoiler l'épisode une fois monté. On se dit donc à très vite. 😉

• • •

Découverte sauvage : Les baies de genévrier en café !


J'ai découvert cette recette dans le livre de Kim Pasche, Arts de vie sauvage : gestes premiers

Avoir un café le matin n'a jamais été aussi simple. Récolter les baies, le torréfier à la poêle et les moudre au moulin. C'est tout la différence avec la facilité, qui aurait été de l'acheter en supermarché, entrainant ainsi une traversée du globe et un sur-emballage pour remplir ma tasse le matin…

Le café de genévrier, merci Kim Pasche. 

Avant de conclure ! (Je vous ai préparé une petite vidéo pour une annonce poétique 😉 )

Vous l'avez compris, nous lançons un tipeee ! C'est quoi un tipeee ?


Nous faisons le maximum pour ne pas être dépendant de l'argent car nous visons la sobriété.

Cependant, nous sommes sur Tipeee pour pouvoir nous consacrer un maximum au partage de ces connaissances, inspirations, choix de vie par la réalisation de vidéos, de podcasts, de photos et d'articles de qualité !

L'argent récolté grâce à Tipeee nous permet de débloquer du temps pour cela, mais aussi de pouvoir contribuer dans les lieux où nous nous rendons toute l'année. Le surplus servira à l'achat d'un lieu pour enfin enraciner notre arbre à notre retour.


Vous partager cette aventure, c'est beau, mais recevoir un soutien pour continuer, nous permet d'aller encore plus loin ! Nous vous remercions de tout notre coeur. Pour vos retours, vos messages, vos soutiens. Merci 🙏


Accès au Tipeee ici. 👈

« Le secret, C’est de faire ce qu’on aime faire, il n’y a pas la place pour des compromis qui n’ont pas de sens ! » Louise.

Drôle de rencontre alors que je regonfle mon pneu crevé… 😀

Il est maintenant temps de rejoindre les copains, chez Pascal Médard dans l'Hérault, pour la suite de l'aventure qui m'attend !

Merci pour votre lecture.

Soyons heureux,

et vive l'aventur'euh !

www.lepermacooltour.fr

Tipeee - Le Permacooltour

3
oct
3
oct
Publié le 21 octobre 2020

Du 3 au 7 octobre

1455 km

Récolter les pommes chez Andy et Jessie Darlington !

Kevin : Vous avez sûrement déjà entendu parler de ce couple si vous vous êtes un peu renseigné.e sur la permaculture française. (: Éleveurs ovin dans l'Aude depuis presque 30 ans, Andy et Jessie Darlington sont parmi les pionniers de la permaculture en France. Ils ont passé des Certificats de Design en Permaculture en 1985 et 1986, et leur Diplôme de Permaculture Appliquée en 2010. Andy Darlington était déjà cité dans le livre "Designer’s Manual" de Bill Mollison, en 1990 et participe aussi à la rédaction de l’édition française du livre "Introduction à la Permaculture" du même auteur. Ils sont les premiers à organiser un PDC (Cours de Design en Permaculture) en France. Ils partagent et enseignent la permaculture dans de nombreux lieux et centres de formation depuis plusieurs années. Ils suivent aussi, en tant que tuteur-ices, des conceptions et designs de projets pour les apprentis en quête de leurs diplômes en Permaculture Appliquée. Andy est l’un des rares spécialistes du Keyline Design en France. Jessie est passionnée par l’alimentation sauvage, la nutrition et la permaculture humaine. Ils sont tous deux formateurs certifiés par Permaculture College of Australia de Robyn Francis. Ils sont les personnages principaux du film-documentaire "L'Eveil De La Permaculture“.

Imaginez donc la joie pour nous de rencontrer ce couple, qui pour nous, sonnait comme une référence française... Nous devions faire notre Cours Certifié de Permaculture avec eux au mois de mai, dans l'Association Chouette de Vie. Suite au confinement, tous nos plans ont changé. CCP annulé, chemin retracé. Nous rendre ici nous permet de voir directement la mise en pratique d'une autonomie alimentaire sur leur terrain, sur un projet de vie et à une échelle familiale. Un jardin immense, des arbres de partout… Des pommiers plantés naturellement par les blaireaux, puis greffés avec soin. Nous sommes impressionnés par la quantité qu'ils peuvent produire. Une matinée sur un seul arbre pour récolter les pommes. 🍎🍏

Un podcast avec eux est en cours de montage, vous en saurez plus sur leur aventure et leurs expériences personnelles ! À suivre…

Un petit message pour vous de leur part : "Nous sommes à la recherche de quelqu'un.e qui serait prêt.e à prendre en main l'élevage des moutons. Nous rendons accessible tout le matériel pour cela. Nous souhaitons nous concentrer maintenant entièrement aux formations en permaculture que nous proposons. S'occuper des moutons devient trop énergivore maintenant et nous avons besoin de bouger. Si le projet vous intéresse, contactez-nous !" À bon entendeur(s)… ;)

La Courge Hopi Pale Grey!

Cette courge a une histoire…

Les graines trouvées dans des amphores au fond d'une grotte en Amérique centrale. Un ami d'Andy et Jessie Darlington leur a envoyé quelques graines. Jessie s'est empressée pour les mettre en terre et de les multiplier. Une redécouverte de cette variété ancienne, perdue puis retrouvée. La courge Hopi se trouve maintenant un peu partout dans la région, de belle taille et d'un gout majestueux en soupe, son histoire nous fait voyager lors d'un beau repas avec la famille. Nous récoltons quelques graines que nous envoyons tout droit à la banque de graines du Jardin Respectueux (les reines et rois de la courge). La banque de graines : la seule banque qui aime se faire braquer. Vive les graines, vive la vie et merci à celles et ceux qui se donnent le courage de multiplier ces trésors perdus d'aujourd'hui !

 La courge Hopi Pale Grey en plantation et récoltée !

Kamil : une rencontre enrichissante ! Les Darlington m'ont particulièrement touché dans leur façon de voir le monde. Arrivé à la campagne dans les années 70, le jeune couple a absolument tout construit à partir d'une ruine et d'une terre inculte qui, dorénavant, donne une magnifique biodiversité pour les nourrir toute l'année!

"Nous faisons tous partie de la solution" Andy Darlington

"Rien dans la nature ne vit pour lui même:

- les rivières ne boivent pas leurs propres eaux

- les arbres ne mangent pas leurs propres fruits

- le soleil ne brille pas pour lui-même.

Vivre les uns pour les autres est la règle de la nature."

"La règle de la nature" selon un peuple amérindien, citation offerte par Jessie Darlington

Kevin : Nous quittons l'Aude pour l'Hérault... Un dernier rayon de soleil pour un nouveau départ... Ou pas ?😉

À suivre… Prochain article : "Louise, 20 ans de vie en yourte".

Alexis : Si cet article vous a plu et que vous souhaitez nous soutenir dans notre projet : c'est possible ici ! L'argent nous aidera à planter des arbres cet hiver sur les lieux où nous irons. Chacune de nos activités génère du carbone rejeté dans l’atmosphère (quand j’écris ces lignes sur mon ordinateur par exemple...).

Nous tenons à limiter ces rejets de CO2 et à les compenser par la plantation d’arbres afin de stocker le carbone durablement et améliorer la biodiversité de notre beau pays.

Nous encourageons chacun à contribuer en pleine conscience à la hauteur de vos moyens : cela peut être sous forme monétaire versée à notre projet ou une association locale, ou bien en vous engageant vous-même à planter des arbres autour de chez vous.

Soyons heureux,

et vive l'Aventur'euh !

www.lepermacooltour.fr

29
sept

Du 29 septembre au 2 octobre

1400 km

PER - MA - COOL Clap!

Kevin: C'est l'histoire de la "graine vadrouille" qui voyage, voyage, voyage…

Kevin: Nos vélos nous portent à la frontière de l'Aude jusqu'à un étudiant permaculteur bien connu des rencontres nationales de la permaculture, Benjamin Burnley. 1 400km sont atteints. Les mollets !

Kevin: Nous venons le voir car il propose différents outils de ce qu'il nomme la permaculture sociale ; utilisant les étapes de conception en permaculture et différentes méthodes pour ralentir, observer, identifier ses ressources, son potentiel, être conscient de ses limitations et comprendre ses besoins.

Ces outils permettent d’avoir une vision d’ensemble des éléments de notre vie, de nos activités, de nos relations, de comprendre les interactions et de nous poser la question :

« Est-ce que la vie que je mène me rend heureux ? ».

Des méthodes qui aident à vivre une vie plus harmonieuse et vibrante, à nous connecter à notre rêve et à apporter de l’abondance dans nos vie. Des étapes et des outils du design de vie qui peuvent aussi être utilisés et adaptés pour un design de collectif. Cela tombe assez bien, Le Permacooltour est un collectif qui se veut vivant et qui grandit au fur et à mesure que nous avançons…

Nouveau podcast avec Benjamin :

"Parce que la résilience de ma communauté dépend de la résilience des communautés voisines." Benjamin Burnley

Benjamin vous propose dès le 26 Octobre, pendant une semaine, un stage d'émergence de communauté régénérative avec de l'éco-construction, de la permaculture, du partage, du vivre ensemble et de la célébration. C’est une expérience d’autogestion et de vie en communauté, une occasion de vivre des moments de partage, d’acquérir des outils de facilitation de projets collectifs.

Plus d'infos ici, si le stage vous botte : https://caravanedepermaculture.wordpress.com/emergence-de-communautes-regeneratives/

Alexis: Pour nous montrer le potentiel d'un stage d'émergence de communauté régénérative, Ben nous emmène au collectif OBDR ("Ô bout du rouleau".. euh..."Ô bord du ruisseau" 😇) à la Bastide-sur-l'Hers. Aperçu en images :

2 ème podcast avec Cédric du collectif Ô bord du ruisseau :

Kevin: Cette étape marque un nouveau départ dans l'aventure du Permacooltour, car plusieurs idées ont vu le jour.

  • Première idée :

Sur notre route, nous proposons dès à présent, des méthodes d'accompagnement de projet collectif, de gouvernance et de Permaculture sociale ! Accompagné par La caravane de Permaculture tout au long de l'année, nous vous proposons un véritable soutient dans la création d'éco-lieu, de projet collectif ou autre. Via le Mandala Holistique ainsi que d'autres outils : imaginons la vision du collectif et tentons l'aventure ensemble !

  • Deuxième idée, et non la moindre :

Peut-on imaginer une économie basée sur la graine ? Pendant tout le reste de l'aventure, nous allons tenter une expérience. Faire des graines notre monnaie et créer une économie d'abondance. Jusqu'où peut nous porter l'aventure sans argent ? Quel impact peut avoir l'économie du don dans notre aventure ?

Soyons semeurs !  

Les premiers tests, au marché, sont déjà concluants ! Maintenant, il est temps d'essaimer ! (et de s'aimer) 😀

Plus d'info sur notre site Internet : https://lepermacooltour.fr/economie-de-la-graine/

Alexis: Grand merci à Jimmy le "commando" maraîcher qui oeuvre pour la résilience et l'autonomie alimentaire sur le territoire de Mirepoix: Pays de Mirepoix en transition !

C'est notre première transaction en mode "économie de la graine": des graines de piments de l'éco-Village de Pourgues contre un sac de légumes (pour aussi nous soutenir dans l'aventure).

Bravo et Merci Jimmy!

Kamil : Le voyage en Van nous permet de porter le projet de la Graine Vadrouille pour sensibiliser à la conservation de semences biologiques libres de droits et reproductibles. Les banques de graines permettent la protection de la biodiversité alimentaire et médicinale. Votons pour la sécurité alimentaire ! Osons l'abondance !

"Ca va aller. On est ensemble !" la philosophie de Benjamin Burnley suite à ses nombreuses aventures en Afrique.

• • •

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez nous soutenir dans notre projet : c'est possible ici ! L'argent nous aidera à planter des arbres cet hiver sur les lieux où nous irons.

Nous sommes actuellement des Héros euh...dans l'Hérault, prochaine article: "Le couple Darlington" !

Soyons heureux,

et vive l'Aventur'euh !

www.lepermacooltour.fr

17
sept
17
sept

Du 17 au 27 septembre

L'aventure en stop: une aventure sans vélo dans l'Aventourrre à vélo

Quand Clément des Vagabonds de l'énergie nous a contacté cet hiver dernier pour nous inviter aux Virées Alternatives, on était tellement en joie d'être invités à un festival qu'on s'est dit: "qu'importe où on sera à ce moment là, on s'y rendra"... On ne savait pas encore que nous serions en Ariège à l'opposée de la France par rapport à Rouen ! 😀

Prés de 900 km sépare l'écovillage Sainte Camelle de la friche Lucien à Rouen... Notre plus longue aventure en stop peut commencer ! Départ à trois de Sainte Camelle le jeudi 17 septembre, il est 11h...

Kamil: Un goût de reviens-y ! Le stop n'est pas seulement une question de prendre son sac à dos et lever son pouce ! C'est aussi toute une philosophie qui parle du pouvoir de l'intention et des lois de l'attraction ! Garder son sourire intérieur durant les heures d'attente au bord des passages bruyants, qui est vite récompensé par la générosité et la bienveillance de nos belles rencontres qui ne représente aucun hasard, à nos yeux il n'y a que des rendez-vous !

Kevin: J'ai déjà eu l'occasion de traverser plusieurs fois la France juste à la force de mon pouce. Poser mon vélo le temps d'une semaine m'a rappelé la frustration et la joie de ce moyen de locomotion. Faire du stop en pleine pain de mie de Covid… Quelle idée… Mais quelle joie, ceux qui prennent sont les meilleurs ! Merci à vous pour ces temps de partage et de bienveillance ! Il m'a suffit d'uniquement 7 voitures pour me rendre à Rouen. 😎

Alexis: Je ne sais pas si c'est la chance du débutant, mais le trajet en stop a été hyper fluide pour moi ! Très peu d'attente au bord de la route (max: 1 heure) et chaque voyage avec les différent.es conducteur.trices a été vraiment riche en échange; que de belles rencontres ! Gratitude aux 15 belles âmes rencontrées en deux jours qui m'ont permis d'avancer sereinement sans ne manquer de rien. Il est 13h du vendredi 18 septembre et je suis à la friche Lucien. 👍

Une fois réunies tous les 3, nous retrouvons Clémence de Mercycle avec qui nous co-animerons la table ronde "agro-écologie et permaculture, de ferme en ferme". C'est fou, j'avais rêvé que l'on co-animerait une conférence ensemble... Le rêve devient réalité ! 😀

Et puis la surprise ! Mes parents débarquent au festival sans rien me dire. Quelle joie de les retrouver sans s'y attendre ! <3

Une photo s'impose.

 Au départ de Sainte Camelle / À l'arrivée à la Friche Lucien à Rouen

Les Vagabonds de l'Energie

Kevin: À Rouen, un accueil pas comme les autres !

C'est lors de l'événement "les virées alternatives" que nous sommes hébergés chez Arnaud et Gaëlle des Vagabonds de l'Energie. Quelle surprise de découvrir la passion d'Arnaud au fond de son jardin !

Quelle sera l’énergie de demain ? La question du Low-tech nous intéresse de plus en plus sur la route. Ici, à Rouen, les Vagabonds de l’énergie affirment qu’elle sera mixte et ils veulent le démontrer avec un four solaire.

Cuire son pain dans un four solaire avec 57 miroirs, le rêve !

  • Aucun matériau rare n’est utilisé
  • On utilise le soleil directement sans stocker l'énergie (pas besoin de batteries polluantes)
  • C’est à nous, humains, de nous adapter à la ressource naturelle (ici le soleil)
  • Aucune pollution n’est générée par la cuisson
  • Bon… La contrainte c'est qu'il faut du soleil !

-> Pour en savoir plus sur l'entreprise NeoLoco … C'est la première entreprise d'artisanat solaire en Europe pour la torréfaction et la boulangerie. NeoLoco invente des alternatives locales et saines aux cacahuètes, cafés, épices, confiseries, à base de graines qui peuvent être cultivées en Normandie.

Merci les vagabonds de l'énergie pour votre accueil et votre amitié ! On se revoit dans un an quand nous repasserons dans le coin

Le four solaire de Neo-loco 

Les voyageurs engagés des Virées Alternatives

Ciné-cyclo – projection de films à travers le monde à l’aide de vélo-projecteurs.

Avec eux, on rêve d'organiser une projection de Que notre joie demeure pour un descendant de Jean Giono avec les spectateurs qui pédalent !

Sidewaysweb-série itinérante, enquête d’un autre monde.

On vous a déjà partagé une de leur vidéo dans l'article à la commune imaginée du Bandiat. En voici une deuxième qu'on aime beaucoup:

La Roulotte scarabée – des roulottes culturelles itinérantes en Normandie

Les Vagabonds de l’énergie – étude de la transition énergétique citoyenne dans le monde

On vous partage leur vidéo du passage en Inde à Auroville car on y retrouve Christian Tarpin qui nous a fait justement un témoignage de son expérience à Auroville dans un précédent podcast. Vous vous souvenez ? 😀

Mercycle – tour de France à vélo de réflexions et de rencontres sur l’agroécologie.

Notre copine Clémence qui est passée au Jardin Respectueux et qui nous a logé à Paris ! 😀

La Tribu des sauvages – réalisation d’un documentaire sur la déforestation et les Indigènes en Amazonie

OdySeine – descente de la Seine en vélo et canoë, pour mesurer la qualité de l’eau et rencontrer les riverains

Cycling for earth – un mois à vélo en France à la rencontre d’initiatives écologiques et sociales

Inspirations citoyennes – étude d’initiatives citoyennes écologiques en France, Panama, Costa Rica

Dekiru, c’est possible – voyage et documentaire au Japon sur la transition écologique et sociale.

Chouettes échanges avec Jonathan ! (Il est disponible sur ImagoTv)

PAMacée – série documentaire itinérante sur les plantes médicinales dans le monde

School trotters – exploration de la pédagogie alternative à travers les écoles du monde.

Un très chouette film sur l'éducation et les pédagogies "alternatives" ! Ami.es qui travaille et/ou qui s'intéresse au grand monde de l'Éducation, on vous le recommande :

Compagnie de l’Arrozoir – une compagnie qui invente le « théâtre itinérant d’investigation anthropologique »


Et NOUS: Le Permacooltour – tour de France (presque) sans argent des acteurs de la permaculture, pour nous former et vous transmettre ces initiatives ! 😀

Du coup, on vous remet le 1er épisode de la série documentaire réalisé par Kevin :

• • •

Le retour de L'Aventourrre

Kevin: C'est sur notre retour de Rouen que nous sommes pris en stop par Pauline. Elle connait très bien un endroit près de Nantes qui pourrait attiser notre curiosité…

Allons voir !

Un dôme en bois recouvert de paille de lin. Une conception par Jean-Charles Meunier, JCM - cabanes et dômes insolites.

Construire son cocon pour 10 000€, Robin y vit depuis maintenant deux ans. Nous ne sommes pas à la fin des découvertes sur notre route. Impatient de savoir quelle genre de maison nous construirons à notre retour à la fin du Permacooltour. En tout cas, des inspirations comme celle-là, nous n'en manquons pas !

Merci Robin et Pauline pour cette belle découverte !

Alexis: Après ce dôme insolite près de Nantes, direction Bordeaux. J'ai la chance d'avoir une guide qui me fait visiter une partie de la ville et me fait découvrir les Chantiers Tramasset ! Depuis le temps qu'elle m'en parlait. Merci Laur'Aya 😘

Association "Les Chantiers Tramasset" à Tourne (Gironde)
• • •

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez nous soutenir dans notre projet : c'est possible ici !

Mercycle d'avance! 😀

Nous sommes revenus en Ariège, la suite au prochain épisode !

Soyons heureux,

et vive l'Aventur'euh !

www.lepermacooltour.fr

10
sept

Du 10 au 17 septembre & du 27 au 29 septembre

1340 km

L'écovillage Sainte Camelle

Alexis: Wahou ! Semaine très intense à l'éco-village Sainte Camelle! On va essayer de vous partager notre ressenti de cette semaine de folie passée en la compagnie des "Camellitos" comme ils aiment s'appeler.

Bienvenue !  Welcome ! Bienvenido !

Nous sommes situés en Ariège, à 5 km de Pamiers et à 70 km de Toulouse.

Face à la montagne, 18 ha nous accueillent dont 10 ha de forêt et le reste en prairie.

Sainte Camelle se présente comme un petit village. Ses habitants y sont rassemblés pour vivre le bonheur et retrouver les relations de proximité des petits villages d’autrefois où l’entraide et le faire-ensemble étaient encore d’actualité.

"Depuis neuf années, une quinzaine de personnes se sont réunies autour de cet habitat groupé et il y reste encore quelques places..

Ce petit collectif est un site expérimental. Il est une réponse à un individualisme exacerbé, généré actuellement par notre société." (source: https://ecovillagestecamelle.fr)

L'éco-village Sainte Camelle pour nous c'est :

  • un lieu rempli d'Amour et de Joie
  • des habitants accueillants, bienveillants et engagés pour un monde plus beau ("Les Créateurs de Réalité")
  • des soirées chants-mantra remplis d'énergie et très inclusifs
  • une nourriture saine, locale et durable
  • un dojo central emblématique
  • un chemin des fées ressourçant
  • une tiny accueillante et optimisée (qui se transforme en bureau de co-working pour le PermaCoolCrew) Merci Camille <3
 La vue aerienne du site

"La vie est belle à Sainte Camelle. Tout ce qui est simple est divin. Tout ce qui est compliqué est humain" Jeannine, habitante depuis 3 ans.

Dane & Alain (co-fondateur.rice du lieu) ont écrit 2 fascicules que l'on vous recommande:

- 7 "incontournables" pour réussir une vie collective harmonieuse

- L' "incontournable" pour réussir sa vie de couple.


Ces 2 livrets téléchargeables de 37 et 33 pages sont au prix de 5 € chacun. Cette somme revient entièrement au pôle humanitaire de l’éco-village.

"Tout est possible. Alors OSONS" parole de Dan, co-fondatrice de Sainte Camelle

Kevin : Une chose me plaît en découvrant ces nombreux lieux à mesure que nous avançons, c’est d’aller voir les forêts qui les alimentent. Ici, à Sainte Camelle, les arbres arrivent encore une fois à me surprendre. Leur silence et leur beauté me touche au plus profond de mon h-être. Me balader, appareil photo à la main, pour m’en inspirer et leur rendre grâce. 🌳


Une école de la forêt est en train de voir le jour au coeur de celle-ci. Avez-vous vu le film « L’autre connexion » de Cécile Faulhaber ? Je croise les doigts pour en découvrir une sur notre route cet hiver. Il est disponible ici !

L'éco-village organise et accueille des formations-ateliers, des rencontres et des événements. C'est pour le Mantra Fest (du 11 au 13 septembre) que nous sommes venus à Sainte Camelle.

Le Mantra Fest

Le Mantra Fest est un festival de musique, de chants sacrés et de danses du monde entier, célébrant l’unité dans la diversité, la rencontre spirituelle dans la différence, l’union du Sacré dans le respect, la tolérance et la joie.

Kamil: l'harmonie se fait même sentir jusqu'à nos assiettes, avec une alimentation saine et durable, le village Sainte Camelle s'engage à fournir des produits Bio et Végan, et même sans gluten si besoin ! Bravo, c'était délicieux !

Alexis: un festival qui unit les gens avec une telle intensité, je n'ai jamais connu d'événement comparable ! Ok il y a le carnaval de Dunkerque... Mais là, c'est sans alcool et sans drogue !

Kevin : être ensemble, se rassembler… Joie du coeur et de l'âme !

Kamil: en cette période complexe, où le virus nous pousse à l'individualisme, merci à cet instant festif de pouvoir nous re-connecter à toutes ces belles âmes, partager nos sourires devient primordial !

Un dojo chargé d'énergie & d'Amour ! 

Alexis: Nous avons une nouvelle fois pu proposer notre atelier autour de la fleur de la Permaculture. Merci aux participants, c'était un chouette moment qui donne envie d'aller de l'avant !

L'atelier est nouvellement renommé le cercle des possibles ! Ca donne envie non? 😀

 La découverte au Mantra Fest
• • •

Prochain article : "Les virées alternatives" une aventure sans vélo dans l'Aventourrre à vélos !

Actuellement nous sommes à Léran avec Benjamin Burnley et la caravane de Permaculture. Nous quittons l'Ariège ce week-end pour l'Aude.

Si cet article vous a plu et que vous souhaitez nous soutenir dans notre projet : c'est possible ici !

Soyons heureux

et vive l'Aventur'euh

3
sept
3
sept

Alexis: Je suis heureux de vous laisser entre les mains (les mots?) de mon ami Ludo qui a rejoint l'Aventourrrre et qui a pris la responsabilité de vous relater notre visite dans un lieu emblématique...

Ludo: Un petit haiku pour se mettre en jambe . . .

(On fait le plein de poésie et de lyrisme sur quelques lignes les amis, parce que quand on va en arriver aux hybrides F1 et au catalogue, ça va être une autre paire de manche…)

Chaude après-midi,

Visite à Kokopelli -

Oh ! Des millions de graines : )

Cet article aurait dû, aurait pu paraître bien des jours auparavant. Mais voilà, la vie est pleine de facéties et de surprises. Parfois, on a d’autres choses en tête qui ne laissent pas beaucoup d’espace disponible. Parfois, on veut trop bien faire, on cherche le bon angle. Parfois, on oublie qu’il est si simple de juste raconter ! Et au fond, les idées sont peut-être un peu comme les graines : on pourra s’agiter et vouloir forcer les choses, rien n’y fera sans leur levée de Dormance – pour moi une nuit de tempête sur la côte – et un peu de temps.

Oh lecteur ! Pardonne-moi donc ce décalage temporel et accompagne moi un saut en arrière. La chaleur de l’été plane encore dans l’air et la lumière du soleil réchauffe les cœurs. Les arbres, peut-être, se languissent de la pluie, mais n’en laissent rien paraître. Déployant leur vert ramage, ils nous font ce double cadeau de l’ombre et de la photosynthèse, captant dans leurs cellules pleines de chlorophylle l’énergie du soleil sous forme de sucres. La base de la vie et des milliers d’années d’avance sur l’homme ! Mais je m’égare...

Premiers jours de septembre, Le Mas d’Azil, petit village au cœur de l’Ariège. Un grand bâtiment en charpente de bois se dresse, les murs avantageusement isolés de pailles. Dedans, des milliers de graines à foison : engrais vert, légumes, fleurs, herbes médicinales, céréales, le tout en variétés anciennes et reproductibles. Une bibliothèque à faire pâlir d’envie tout amateur de nature et d’alimentation saine. Des tomates de toutes couleurs en dégustation et de petits potagers tout autour, de l’amour-en-cage et une odeur d’aromatiques dans l’air. . . C’est la grande banque de graine de Kokopelli !

 Où sommes-nous ?

Nous y sommes accueillis par Anita, responsable communication à Kokopelli. Après avoir traversé la boutique, à mi-chemin entre les bureaux et l’entrepôt, nous démarrons notre visite par une grande discussion sur le Monde de la Graine, et du rôle de Kokopelli dans tout cela. Suivez nous chers lecteurs, à travers ces quelques points d’intérêt.

Pourquoi la graine, c’est important...

La graine, c’est quand même magnifique : un petit cocon de vie enveloppé dans une enveloppe protectrice, attendant patiemment les conditions propices pour se lancer dans la Grande Aventure. Des réserves de sucre, de protéine, de graisse, autant qu’il en faut pour démarrer en autonomie le temps de dresser en toute hâte un ou deux panneaux solaires de fortune (les cotylédons) et quelques radicelles.

Et pour nous, c’est la base de toute l’alimentation ! Il en faut pour faire pousser nos céréales qui donneront nos farines, nos pains, nos semoules et nos pâtes. Il en faut pour faire pousser nos légumes, oignons, patates, courges, choux, poireaux, salades et l’été nos délicieuses ratatouilles ! Il en faut pour faire pousser nos arbres fruitiers, nos fraises, nos framboises. Et il en faut aussi pour l’élevage puisque pratiquement toutes nos bêtes sont nourries par des productions agricoles tout ou partie de l’année (y compris les poules pondeuses) ! Ce qui est magique avec une graine, c’est qu’on peut en faire plein d’autres ! En théorie du moins…

Un monde d’enjeux.

Le monde de la graine, c’est aussi un monde d’enjeux éthiques comme financiers, avec des géants comme Monsanto (enfin, Bayer maintenant), avec l’opposition habituelle entre agriculture paysanne et industrielle.Il y a notamment l’enjeu circuit long contre circuit court. Par exemple, quelle sélection pour les tomates ? On veut une peau dure et un aspect uniforme bien rond, bien rouge (au détriment d’autres qualités, car la sélection est une affaire de compromis) ? On les cultivera dans d’immenses serres en Espagne puis on inondera les supermarchés des pays autours avec. Et puis on utilisera des travailleurs immigrés sous-payés. Vous allez voir ça va être super rentables. On en fera même tout une partie en bio. Quoi l’empreinte carbone ?

Pensons-y lorsque nous nous baladons dans un supermarché devant des stands de légumes uniformes : derrière, il y a du calibrage (c’est-à-dire un gâchis alimentaire conséquent et une perte nette pour le producteur.) et de la sélection au dépens de qualités nutritives ou de résistance aux conditions climatiques (donc plus d’irrigation) ou de résistance aux maladies (donc plus de traitements, souvent chimiques, jamais sans conséquences sur l’environnement). Vive les légumes biscornus et variés de nos producteurs locaux !!!

"Moins de supermarché. Plus de supers maraîchers !"

Mais il y a aussi des enjeux d’autonomie. Faut-il produire ses graines et être ainsi autonome, quitte à perdre en productivité ? Où est-il plus intéressant de sacrifier son autonomie, les acheter et être plus efficace, quoiqu’en devenant totalement dépendant aux semenciers ? Parfois, la compétition avec les grandes surfaces et la difficulté du travail nous offre un choix bien restreint hélas. Mais cette question est cruciale. On en reparlera plus bas dans « qui produit ses graines ». Disons tout de suite que si l’on s’en sort bien en France, dans d’autres régions du monde des communautés entières n’ont plus de graines reproductibles et dépendent entièrement de multinationales qui les fournissent en graines conçues pour avoir une descendance non-fertile. Je ne sais pas pour vous, mais moi, je n’aimerais pas être à leur place. Difficile de garder sa liberté avec un rapport de force aussi défavorable face à des acteurs si puissants et sans scrupules.

La question du brevetage du vivant.

Deux points de vue. D’un côté un semencier, après des années d’efforts et de recherches de sélection, est content de pouvoir breveter et protéger sa découverte, la variété qu’il a fini par obtenir. De l’autre, des tas de variétés, issues de la très grande diversité du vivant, fruits de milliers d’années de sélection naturelle (ou de sélection de dizaines de générations d’agriculteurs paysans) qui un jour se retrouvent appropriées et brevetées par une grande entreprise semencière, peut-être à la suite d’une légère modification par sélection. Une inscription au Catalogue (le Catalogue on en parle beaucoup plus bas en détails) et exit le reste, c’est du passé ! Au final, c’est un peu la question des biens communs face aux biens privés, et la place de la recherche si elle porte sur un bien commun. Kokopelli (et de nombreux autres) se positionne très fortement contre le brevetage du vivant. Et puis la question de milliers de variétés non brevetées voir non brevetables, et de comment on légifère sur leur commercialisation. On retombe sur la question du Catalogue. On rentrera dans le vif de ce sujet un peu plus bas.

Les graines hybrides F1

Elles cristallisent souvent des tas de débats houleux, pas toujours sur les bonnes raisons. Mais là, il va falloir détailler un peu. Version courte : des graines issues de croisement entre deux variétés choisies avec soin. La résultante de ce croisement, la graine F1 (fille 1) possède les qualités choisies des deux variétés, mères. Cela en fait une graine très performante sur les critères qui ont guidé la sélection. Inconvénient : si on veut refaire ses graines, la génération suivante (les F2, les filles des F1) n’est pas stable, c’est-à-dire que dans les F2, il y a pêle-mêle des graines qui ont les qualités des F1, des graines qui ont une partie de ces qualités mais pas toutes et des graines qui n’ont pas du tout ces qualités. Autant dire que pour refaire ses graines, ça ne convient pas du tout.

"Des détails !" Me hurlent certains lecteurs (si vous ne faites pas partis d’eux, n’hésitez pas à garder des forces et sauter directement plus bas, il y a une branche pour vous rattraper).

Version longue : c’est un procédé complexe, mais qui existe depuis longtemps, depuis le début du XIXème siècle et qui ne requiers pas de manipulations génétiques ou autres procédés très techniques : il s’agit simplement de sélections et de tests. On prend deux variétés A et B qu’on sélectionne chacune pour un critère précis. Par exemple, essayons de faire la tomate de mes rêves. La variété A est sélectionnée pour sa résistance à la sécheresse, la variété B, est sélectionnée pour ses qualités nutritives.

Petit rappel génétique : les caractères des êtres vivants sont codés par des gènes et chaque gène possède deux allèles. Si les deux allèles sont identiques, pas de débat sur le résultat. S’ils sont différents, l’expression du gène peut être une combinaison des deux ou alors il y a un allèle dominant et un allèle récessif. Le dominant donne l’expression du gène et le récessif existe, mais ne s’exprime pas. Retour à nos plantes ! On sélectionne tant et si bien nos variétés A et B que chez A le gène qui programme la résistance à la sécheresse devient homozygote, c’est-à-dire qu’il possède deux fois le même allèle « résistant à la sécheresse », appelons-le Sa. Le gène sur la qualité nutritive est lui aussi homozygote, il s’appelle Na. Sa est performant, Na est quelconque (on a sélectionné la variété A pour sa résistance à la sécheresse. En face, nous avons la variété B, également homozygotes sur ses gènes de résistance à la sécheresse et de qualités nutritives, avec les allèles Sb et Nb. Nb est performant, Sb est quelconque (la variété B est sélectionné pour ses qualités nutritive.On croise A et B. Petit schéma explicatif sur les gènes :

De sa parenté, l’hybride F1 obtenue possède sur le gène de résistance à la sécheresse les deux allèles Sa et Sb. De même, elle possède sur le gène de la qualité nutritive les allèles Na et Nb . Maintenant, pour que le mariage soit heureux et l’hybride F1 commercialisable, il n’y a qu’à tomber sur un allèle Sa dominant par rapport à un allèle Sb récessif et un allèle Nb dominant face à un allèle Na récessif. Oh joie ! Vous avez la graine d’une plante à la fois résistante à l’eau et avec de bonnes qualités nutritives ! Le meilleur de ses deux parents. (si vous avez eu le courage de tout lire jusque-là, merci de l’indiquer dans les commentaires, je n’aurais pas vécu sur cette Terre pour rien).Maintenant imaginons que vous refaites vos graines, vous obtenez la génération F2, fille de la génération F1. Par brassage génétique, vous aurez maintenant statistiquement :

Une première partie des graines (9/16) qui seront résistantes à la sécheresse et avec de bonnes qualités nutritives, avec des allèles Sa/Sb (ou Sa/Sa) et Na/Nb (ou Nb/Nb).Une autre partie (3/16) sera résistante à la sécheresse, mais sans qualités nutritives, avec des gènes Sa/Sb (ou Sa/Sa) et Na/Na.Une troisième partie (3/16 aussi) ne sera pas spécialement résistante à la sécheresse, mais aura de bonnes qualités nutritives, avec allèles Sb/Sb et Na/Nb (ou Nb/Nb).Et une dernière partie (1/16) ni spécialement résistante à la sécheresse ni nutritive, avec des allèles Sb/Sb et Na/Na.Et la génération d’après-pareil, mais dans des proportions moins intéressantes et ainsi de suite ! (si vous n’avez pas bien compris, c’est sans doute que ce n’était pas très clair. J’ai été prof de maths dans une autre vie.)



Branche où se rattraper... 😀

Ça va tout le monde est là ? Rassurez-vous le plus dur est passé.





Idées reçues erronées sur les graines F1 :

Les graines F1 ne sont pas des graines non-fertiles ! En revanche, leur descendance n’est pas génétiquement homogène, comme on l’a vu précédemment.Les graines F1 ne sont pas issues de manipulation génétique en laboratoire. Simplement d’une sélection rigoureuse puis d’une reproduction contrôlée entre deux variétés (Ce qui se fait de diverses manières selon les espèces. Par exemple, s’il s’agit d’une plante possédant des fleurs mâles et femelles, on peut supprimer toutes les fleurs mâles de la variété A et toutes les fleurs femelles de la variété B pour forcer la reproduction à être exclusivement entre A et B. Autrement, on peut aussi fertiliser à la main et refermer les fleurs après). Les graines F1 ne sont pas des OGM !

Les graines F1 ont pris une grande place dans le monde de la semence parce que ce sont des graines très performantes sur les critères qui ont été sélectionnés ! Selon ces critères d’ailleurs, on peut faire des graines orientées pour une agriculture industrielle ayant un recours massif aux pesticides ou bien des graines pour une agriculture bio portée sur une commercialisation locale en circuit court. La grande efficacité des hybrides F1 est donc leur gros point positif. Inconvénient : la production devient dépendante du semencier. Pas au point de mourir de faim si tout tourne mal puisque ces graines sont fertiles. Mais pour l’efficacité économique, pas question de refaire ses graines et semer des F2. Il faut racheter.

Qui fait les graines ?

Comme on l’a vu précédemment, certaines régions du monde ont perdu leur indépendance sur les semences pour être à la merci de multinationales qui vendent uniquement des graines non-reproductibles à prix d’or, leurs gardant ainsi le couteau sous la gorge. Une figure phare et inspirante de lutte contre cette situation est Vandana Shiva en Inde.

Kevin : la question de la sauvegarde du vivant, et donc des graines, est un sujet qui m'a toujours passionné. C'est d'ailleurs une des thématiques qui nous a tenue le plus à cœur dans le long-métrage documentaire "Que notre joie demeure" que j'ai pu co-réaliser juste avant de me lancer dans l'aventure du Permacooltour ! D'ailleurs, si cela vous intéresse (j'en profite), il vient tout juste de sortir sur la plateforme ImagoTv.

Je suis curieux d'avoir votre retour en commentaire !

Pour avoir accès au film, c'est ici : www.quenotrejoiedemeure-lefilm.fr

 Que notre joie demeure - le film, en accès libre sur Imago Tv


Ludo : En France, la situation est assez différente. Il y a des tas d’acteurs dans le monde de la semence, de tailles très diverses : de Bayer à des petits semenciers en agriculture biologique. Je vais parler surtout de maraîchage parce que c’est le domaine que je connais le mieux. On trouve à vendre beaucoup de semences F1, mais aussi des tas de variétés anciennes très adaptées pour refaire ses graines. D’ailleurs, Kokopelli a joué un rôle important là-dedans, on en reparlera plus bas. Cependant en maraîchage, y compris en agriculture biologique et paysanne, très peu d’exploitants font leurs graines. D’abord, le travail de maraîcher est difficile. Travailler en moyenne plus de 50h/semaine pour gagner un SMIC, c’est un peu le top du top quand on regarde leurs conditions de vie et beaucoup d’exploitants sont bien en dessous. Et souvent, au lancement, il faut quelques années pour pouvoir commencer à se rémunérer ne serait-ce qu’un peu...

Alexis: c'est là où l'idée des CEMs d'Etika Mondo est une idée très intéressante :

Un jour on CEMera aussi ! 😀

Ludo: En quelque sorte, ces gens consacrent leur vie à nous fournir de quoi manger pour un salaire horaire absolument misérable, parfois absent et un engagement de toute une vie. Ces gens sont les super-héros de nos temps modernes. Plus besoin de lire des comics. Ils sont là, ils font partie de nos vies et on peut les rencontrer tous les jours dans nos marchés et nos magasins de producteurs ! Je m’emballe de nouveau, mais le fond est totalement vrai. Un documentaire qui parle de cela, est, par exemple :

 « Semeur d’Utopie » http://champdeluttes-semeursutopie.fr/ 

Revenons sur cette question de produire ses graines. Si l’on cultive des F1, déjà, c’est foutu ! Mais j’ai vu beaucoup de maraîchers et de maraîchères qui utilisaient peu ou pas de F1 et pourtant ne produisaient pas leurs graines, ou pour très peu de variétés. En effet, produire ses graines peut être assez complexe et délicat à gérer pour un maraîcher qui cultive beaucoup de légumes différents, d’autant qu’il y a des légumes peu « stables » et qui s’hybrident facilement ! Par exemple, si vous faites des courges dans votre potager et que vous récupérez les graines, vous ne pourrez jamais anticiper, avant la récolte suivante, la forme, la taille, la couleur et les qualités culinaires des courges qu’elles donneront !

J’en profite pour signaler que Kokopelli fournit gratuitement sur son site des tas de fiches techniques pour produire ses graines. Ils connaissent aussi des producteurs autonomes en graine. 😀

Enfin, signalons que les semenciers peuvent avoir beaucoup de mérite sur deux points. Ils passent des années à faire un travail de sélection pour faire émerger des variétés nouvelles avec des propriétés intéressantes (par exemple résistance à la sécheresse, à des maladies, etc.). Ils maintiennent une diversité de variétés issues de centaines d’années d’agriculture, des graines peu ou plus utilisées face aux quelques variétés massivement cultivées. C’est par la diversité que la nature est résiliente, et nos légumes n’échappent pas à cette règle ! Gardons de la variété, qui sait de quoi demain sera fait ? Kokopelli, notamment, possède un catalogue de graine particulièrement fourni. De parole de producteur, on y trouve là quelques petites pépites, des variétés intéressantes et rustiques difficilement procurable ailleurs !

Le Catalogue officiel des espèces et variétés de plantes cultivées.

Il recense l’ensemble des variétés commercialisables légalement. Il y a donc des tas de graines interdites à la vente ! Pendant un moment, les échanges de graines entre agriculteurs étaient de même interdit quoique si j’ai bien compris, cela s’est assoupli après la loi Biodiversité d’août 2016. Le Catalogue a officiellement vocation à s’assurer que toutes les graines d’une variété donnée soient homogènes. C’est-à-dire que si vous achetez des graines dans le Nord de la France ou près de Toulouse et qu’elles portent le même nom, vous êtes sûr qu’elles donneront les mêmes plantes. C’est aussi un outil pratique pour la gestion des brevets et des droits de commercialisation.

Comment peut-on inscrire une variété au Catalogue ? C’est un processus coûteux et complexe. La variété doit vérifier 3 critères : la distinction (cette variété est suffisamment différente d’autres variétés déjà inscrites), l’homogénéité (toutes les graines donnent la même chose) et la stabilité (d’années en années, la variété se maintient de manière identique). Notons que pour nos hybrides F1, on ne considère pas la lignée (c’est-à-dire la génération F2, F3, etc.) qui n’est clairement pas homogène (et peut-être pas très stable non plus ?) mais plutôt la production F1 de 2019, la production F1 de 2020, celle de 2021, etc. C’est-à-dire qu’on arrive à produire les mêmes graines F1 d’années en années.

Que critique Kokopelli (et d’autres) sur le Catalogue ? D’abord que ce Catalogue est plus au service des gros semenciers que de l’agriculture Paysanne, à cause des acteurs qui l’organisent et des jeux de lobbying. Ensuite, les conditions d’inscription mettent en difficulté des tas de variétés anciennes qui ont tendance à être moins homogènes et stables que celles issues de l’agriculture industrielle (qui elles sont ultra-contrôlées et standardisées) ou que les hybrides F1. De nombreuses variétés ont ainsi été rejetées dans l’ombre. Il a fallu et il faut encore se battre pour qu'elles y soient inscrites (ou même simplement qu’elles ne disparaissent pas, car n’étant plus utilisées). En caricaturant, imaginez un texte officiel à moitié écrit par des grosses entreprises et qui tombe en disant : seules nos graines et une poignée d’autres sont autorisées, le reste est désormais interdit à la vente ! Enfin, le Catalogue donne la part belle au brevetage du vivant.

Kokopelli s’est beaucoup battu avec le Catalogue, mais on racontera cela un peu plus tard.

Au final, j’ai un peu débordé sur le fil de ma narration et condensé ci-dessus toutes nos discussions d’un coup. Mais reprenons. Après avoir évoqué une partie de ces sujets, Anita nous a emmené visiter les locaux de Kokopelli, le stockage et la logistique. Il y a une grande chambre froide où sont conservées des milliers de graines qui sont réparties par variétés, mais également par année de récolte et par lot selon leur provenance. Un semencier fait toujours attention au taux de germination de ses graines (c’est-à-dire quel pourcentage, dans les meilleures conditions, germe effectivement). C’est pourquoi il est important de différencier ces lots et de les tester régulièrement. Ces graines proviennent pour une partie d’une ferme présente tout près et gérés par le président de l'association et pour une autre partie d’un réseau de producteurs paysans en contrat avec Kokopelli. J’ai une très mauvaise mémoire des chiffres, malgré (ou à cause ?) de 5 années d’études des mathématiques et je ne saurais vous dire le nombre de producteurs de ce réseau. Cependant, je crois me souvenir qu'ils sont environ 20 salariés à temps pleins et que l’équipe monte à 50 au plus fort de la haute saison !

À l’étage et autour des bureaux, nous avons pu discuter aussi plus en profondeur de leur investissement et convictions. D’abord, il faut savoir qu'ils sont une association loi 1901 et que c’est ce qui lui a permis d’exister et de tenir face à des procès en série. Avant, il y avait Terre de Semence, un semencier paysan dissout il y a plus de 20 ans à la suite de procès portant sur la commercialisation des graines. Kokopelli est la renaissance de Terre de Semence, mais sous un statut associatif.

S'ils ont fait face à de nombreux procès, c’est à cause de leur engagement militant sur les semences. En effet ils commercialisent des semences sans se soucier de leur inscription ou non au catalogue. Ils ont beaucoup œuvré pour mettre en avant ce sujet et ont eu un impact médiatique fort, notamment à travers les procès qu’ils ont remportés, parfois contre de gros semenciers qui l’accusaient de concurrence déloyale (ce qui prête un peu à rire lorsque l’on regarde le volume de leur production).

Kokopelli a également un engagement humanitaire fort. Vous vous souvenez des zones dépossédées de graines reproductibles ? Ils y soutiennent des. paysans locaux en leur envoyant gratuitement des graines pour qu'ils retrouvent leur autonomie.

Mais si vous voulez en savoir plus sur Kokopelli et les valeurs qu’ils défendent, je vous invite surtout à aller écouter le podcast de l’interview d’Ananta, président de Kokopelli !

https://soundcloud.com/user-494510187/ananda-a-kokopelli-parce-que-lon-seme-le-permacooltour-podcast-12 

"Semons dans les coeurs et les consciences, les semences d'une révolution fertile et vivante." Ananda, président de Kokopelli

Voici venir le moment difficile de la conclusion. Cher lecteur, chère lectrice, merci de ton obstination curieuse si tu m’as suivi jusque-là ! C’était mon premier article pour le Permacooltour et d’ailleurs mon premier article pour un blog. En fait, c’était même mon premier article tout court et je n’ai absolument aucune idée de comment conclure. Les gars, je vous laisse la main. Soyons heureux pour rendre le monde meilleur et vive l’aventur'euh !

Bon sang, est-ce que ça ne ressemblerait pas à une conclusion ça en fait ?

Ps : Oh au fait j’ai essayé d’être le plus juste dans mes propos mais c’est un sujet compliqué et je ne suis pas journaliste. J’ai une année d’étude en maraîchage bio (un BPREA) dans les pattes, un peu de jugeote, j’espère et autant que possible d’honnêteté. Cependant, si ces sujets vous intéressent, creusez, complétez et rectifiez si besoin !

Kevin : Merci Ludo pour cet article. Heureux que tu puisses rejoindre l'aventure à nos côtés ! La route continue pour nous.

Vous nous direz : et la graine vadrouille alors ? Vous n'en parlez pas ? La prochaine rencontre, à la suite de Kokopelli, nous pousse encore plus dans la réflexion autour des graines. Jusqu'à imaginer une nouvelle économie pour l'aventure !

La suite, au prochain épisode… 😉

Prochain article : L'économie de la graine ! 
• • •

Visite & interview : Kamil / Ludo / Kevin & Alexis

Rédaction / mise en page : Ludo / Kevin / Alexis

Relecture & correction : Lisa

Photos : Kevin

Montage du podcast : Kevin

Remerciement: Josepha et Jonathan pour leur partage inspirant !

Cet article (avec le podcast), ce n'est pas loin de 30 h d'investissement (entre la visite, la rédaction, la mise en page, la relecture, la prise & la sélection des photos, l'interview & le montage...). On le fait par ce que nous aimons partager nos découvertes avec vous. 😀 Mais si cela vous a plu et que vous souhaitez nous soutenir dans notre projet : c'est possible ici ! L'argent servira en partie à planter des arbres cet hiver. Affaire à suivre...

30
août

du 30 août au 9 septembre

1304 km

Kevin: Non loin de Kokopelli (article à venir), 1 ferme sur 74 hectares, 7 bâtiments… Un coin de nature sauvage et magnifique… Une terre d'asile s'offre à nous.

Nous venons de passer 10 jours dans ce bel éco-lieu situé en Ariège, au village du Mas-d'Azil.

L’écolieu Terr’Azïl est un projet reliant à la fois lieu de vie coopératif, terrain d’expérimentation agricole, et centre d’accueil pédagogique, pour ré-apprendre à grandir ensemble. Ici, la place du vivant, de la mutualisation des ressources et des savoirs ; de la remise en question personnelle et systémique ; de la communication authentique ; de la liberté individuelle ; de la recherche du consentement ; de la revalorisation du statut de l’enfant ; et du rapport au pouvoir, sont piliers dans la construction de ce rêve.

Ce projet nous touche particulièrement, car ils se lancent tout juste ! Le terrain acheté en décembre se voit transformé à coup de chantiers participatifs et de changements de cap individuel et collectif.

Comment se passe la création d'un éco-lieu ? Comment le rêve se construit-il, avec ses coups durs comme ses coups de beauté ?

Voici le nouveau podcast avec le témoignage de Noémie et Blaise sur la construction de ce coin de paradis. Est-ce toujours simple et beau ? Quels obstacles peuvent-ils affronter ?

https://soundcloud.com/user-494510187/terrazil-grandir-ensemble-naturellement-le-permacooltour-podcast-13/s-KAYC9pn7gdC 

Terr'Azïl a bénéficié de plusieurs emprunts notamment un avec la Coopérative Oasis.

"La Coopérative Oasis a prêté 120 000 euros sur 10 ans à l’association Terr’azïl en janvier 2020. Le prêt avait pour but de finaliser l’achat du lieu. En parallèle la Coopérative Oasis accompagne Terr'Azïl pendant les 10 années de la convention. Lors de la première année, cela inclut notamment un soutien dans les démarches d’urbanisme pour les habitats légers, un soutien sur le cadre légal de l’instruction en familles et une aide à la création d’un fonds de dotation." (source: Coopérative Oasis)

Alexis: "Grandir ensemble naturellement !" C'est certainement cette "pushline" qui m'a incité à programmer un passage sur cet éco-lieu. Ces trois mots ont tellement de sens pour moi. Grandir Ensemble, c'est le nom d'une association qui a largement contribué à mon développement personnel en étant "jeune" puis animateur puis directeur de camp. D'ailleurs, Ludo (ami d'enfance grâce à cette fameuse association A.G.E.) nous rejoint pour cette étape... "Coïncidence? Je ne pense pas..."

Pensée et p'tit clin d'œil à tous les copains de l'A.G.E. : "le monde m'appelle, le monde m'attend, la vie est si belle, je ne veux pas perdre mon temps"

L'Ariège : une terre d'alternatives, de collectifs et d'éco-villages!

Retrouver notre carte pour voir le nombre de projets présents dans ce coin.

Kevin : L'apprentissage libre dans la nature semble être un sujet qui nous rassemble au fur et à mesure que nous avançons dans cette aventure. Les enfants, connectés ainsi à cette terre qui nous lie tous de par leur insouciance et leur soif de découvrir le monde qui les entoure, nous remettent les pieds et le mental dans une vision commune. Ils font le lien entre terre et ciel et nous ré-enracinent...

Photo d'équipe du chantier participatif !

Kamil: Blaise (cofondateur du lieu) s'est formé avec L'université du nous!

Depuis 2010, l’Université du Nous (UdN) réinvente le “faire ensemble” par sa propre expérience de la coopération et de l’intelligence collective, et trouve sa raison d’être par la transmission de ses apprentissages à celles et ceux qui veulent aussi emprunter ce chemin, animées par une profonde transition de notre société.

Conseil que nous retenons de Noémie & Blaise :

Lors d’un conflit dans un collectif, même si vous êtes formés à des méthodes de gouvernance, il est bon de se faire accompagner par une tierce personne (totalement neutre au projet). C’est pourquoi l’idée de créer du lien, du soutien entre les éco-lieux (avec des personnes qui connaissent les problématiques et les outils de médiation) peut être bénéfique pour accompagner un collectif en difficulté. Une manière de développer la résilience des projets d’éco-lieux ?

Grâce à ces belles rencontres, on apprend pleins de nouveaux moyens de communiquer efficacement au sein du collectif, de chouettes outils pour amener à résoudre nos conflits quotidiens dans un projet commun !

Cela nous motive à suivre des stages de l'Université du Nous ou de l'Aerium sur l'outil du "forum ZEGG".

" Aussi loin et aussi vite qu'on aille, on est toujours là où l'on est ! "

proverbe mongol par Noémie

"Il n'y a pas de chemin vers le bonheur, le bonheur, c'est le chemin."

Martine

Merci pour votre accueil et pour votre énergie. Longue vie à Terr'azïl ! Que la joie vous guide <3

• • •

Nous avons quitté l'écovillage Sainte Camelle (prochain article N°2, ok on a du retard à rattraper) pour nous rendre ce week-end en Stop à Rouen pour les Virées Alternatives, le dernier arrivé paye sa tourné ! Perma-Express ! 😀

Le podium: 900km pour traverser la France !

3ème position: Kamil avec une arrivée vendredi à 20h30 au Festival à Rouen

2ème position: Kevin avec une arrivée à 18h

1ère position: Alexis avec une arrivée à 13h (la chance du débutant)


Soyons heureux,

et vive l'aventur'euh !

22
août
22
août

Du 22 au 29 août

1275 Km

Alexis: Il fut un temps, j'avais pour rêve de créer une école... Je me suis alors intéressé aux pédagogies et écoles alternatives. La visite de Pourgues était une évidence. Suite à la création, il y a quelques années à Paris, de l'École dynamique & l'École démocratique "les enfants font ce qu'ils veulent" (dixit le TEDX de Ramin), ils rêvent "de fonder une communauté de vie où les enfants (et les adultes !) évoluent en toute liberté dans une démarche volontaire de transition écologique." (Source, leur site : le village de Pourgues)

Petit selfie de départ 

Le rêve devient réalité en mars 2017. "L’éco-village de Pourgues est un lieu de vie fondé sur les valeurs et le fonctionnement des écoles démocratiques Sudbury".

Au cœur de ce lieu de 50 hectares, vit un collectif de 25 personnes (dont 8 enfants) qui nous invitent "à revoir notre vision de l'enfant, de l'autre et de soi-même au sein d'un collectif démocratique qui prône la liberté, l'égalité, la responsabilité, le respect de la vie et de la nature qui nous entoure."

Dans la préparation du tour et de la série documentaire cet hiver, cet éco-village nous a semblé le lieu incontournable pour parler éducation et ainsi illustrer le pétale "enseignement & culture".

Kevin : La liberté dans l'éducation… Le rêve ! Petit, je rêvais de pouvoir construire des cabanes partout, ou encore de passer mon temps avec mes legos à m'imaginer un monde de couleurs. À l'école, j'ai vite compris que ma passion pour le dessin devait se transformer à remplir des cahiers d'écritures, de mathématiques et de tant d'autres. La connaissance doit arriver à des âges précis de notre vie, comme la lecture, l'écriture, le calcul ou autre.

Et si on imaginait autre chose ? Et si l'enthousiasme pour la créativité devenait la clé de l'enseignement ?


Pétale "Enseignement et Culture" de la fleur de la Permaculture 

Alexis : Le lieu et ses habitants ici sont vraiment inspirants. L'apprentissage "en faisant" y est formidablement bien illustré. Exemple (parmi tant d'autres) avec :

  • Yohan qui a construit son habitat et qui a planté un verger-vigne sans avoir de connaissance dans la construction ou dans l'agro-foresterie, mais simplement en suivant son intuition et en expérimentant.
  • David qui gère le jardin qui produit une bonne partie des légumes du lieu alors qu'il n'avait jamais jardiné dans sa précédente vie parisienne.
  • Jonathan et son travail du bois (voir la vidéo réalisé par Kevin).

Kevin: Tout est réuni pour la réalisation d'un troisième épisode. Un détail, cependant, me retient. J'ai le sentiment que notre expérience à Pourgues ne deviendra pas la représentation du pétale dans cette série documentaire. Le village de Pourgues n'est pas le seul endroit où ils réfléchissent autant l'enseignement. D'autres rencontres, d'autres histoires inspirantes vont se dévoiler sur notre route.

Bien qu'en ayant passé cette semaine à filmer la vie des habitants en immersion avec ce village, ce sentiment m'a tenu toute la semaine. Il faut savoir s'écouter attentivement et suivre ses intuitions, ne nous pressons pas ! J'ai quand même souhaité illustrer une rencontre qui m'a touché ici, l'apprentissage "en faisant" pour tous les âges. (Voir en fin d'article).

Le lieu et la philosophie de l'apprentissage libre de cet éco-village a déjà été merveilleusement mis en images par Alex Ferrini (résident du lieu) dans son long-métrage que nous vous conseillons vivement : En liberté !

C'est pourquoi nous allons rechercher un autre lieu qui illustrera ce pétale. Peut-être avez-vous des recommandations, des suggestions ? Une personne, un couple, une école, une histoire qui vous inspire profondément dans son rapport à l'éducation et à la joie ? La forêt m'inspire, en sera t'elle le point de départ…? L'avenir nous le dira ! 😀

Dédicace à nos amis malgache Alala en concert au village pendant le film à 1h09 ! 

Concept que nous avons découvert à Pourgues: l'âgisme.

L'âgisme est pour l'âge ce que le sexisme est au sexe ou ce que le racisme est aux "races". Ainsi, l'âgisme regroupe toutes les formes de discrimination, de ségrégation, de mépris fondées sur l'âge.

Pour aller plus loin, Elfi (villageoise de Pourgues) a écrit ce livre :

Qu'est-ce que l'âgisme ? - Reconnaître et prévenir les discriminations liées à l'âge

Nous avons eu la chance de pouvoir l'interviewer.

Voici donc le tout nouveau podcast : Elfi au village de Pourgues - La liberté me rend Vivante ! - Le Permacooltour PODCAST #11

https://soundcloud.com/user-494510187/elfi-au-village-de-pourgues-la-liberte-me-rend-vivante-le-permacooltour-podcast-11 

"Il faut tout un village pour élever un enfant." Proverbe africain

"Et une femme qui portait un enfant dans les bras dit, Parlez-nous des Enfants.

Et il dit : Vos enfants ne sont pas vos enfants.

Ils sont les fils et les filles de l'appel de la Vie à elle-même,

Ils viennent à travers vous mais non de vous.

Et bien qu'ils soient avec vous, ils ne vous appartiennent pas.

Vous pouvez leur donner votre amour mais non point vos pensées,

Car ils ont leurs propres pensées.

Vous pouvez accueillir leurs corps mais pas leurs âmes,

Car leurs âmes habitent la maison de demain, que vous ne pouvez visiter, pas même dans vos rêves.

Vous pouvez vous efforcer d'être comme eux, mais ne tentez pas de les faire comme vous.

Car la vie ne va pas en arrière, ni ne s'attarde avec hier.

Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.

L'Archer voit le but sur le chemin de l'infini, et Il vous tend de Sa puissance pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.

Que votre tension par la main de l'Archer soit pour la joie;

Car de même qu'Il aime la flèche qui vole, Il aime l'arc qui est stable."


Extrait du recueil Le Prophète de Khalil Gibran

Poésie offerte par Elfi

Conclusion

Alexis: Ma vision sur l'éducation évolue. Je considérais les écoles démocratiques comme une alternative intéressante, mais un peu "trop" laxiste n'offrant pas un cadre (un tuteur) suffisant pour grandir sereinement. Puis Jonathan (habitant du lieu) nous a amené voir son arbre remarquable. En observant cet arbre, nous nous demandons s'il a eu besoin d'un tuteur pour grandir et s'épanouir?

Kevin et son regard sur les arbres  & Kamil le grimpeur

Ce voyage et ce passage à Pourgues ainsi que ceux à Ecolectif et à Terr'Azil m'amènent à reconsidérer ce jugement. En faisant le constat de l'état de notre planète (et de ce que nous allons laisser aux générations futures), n'est-il pas urgent de se libérer de nos croyances limitantes, de notre morale, de nos aliénations pour offrir aux générations futures ce dont nous aurions eu besoin : être libre de grandir ensemble, de pouvoir s'autodéterminer sans pression sociétale, d'apprendre à coopérer, d'apprendre à identifier et à gérer ses émotions?

L'époque n'a jamais été aussi propice à la réalisation de ses propres rêves, donnons à ceux qui nous suivent toutes les cartes en mains pour en faire de même.

 L'apprentissage "en faisant" avec Jonathan, par Kevin
• • •

Les prochains articles, nos envies de partage :

  • Kamil: bientôt quelques mots sur mon expérience des 10 jours de médiation silencieuse à Vipassana.
  • Nous avons eu la chance de visiter Kokopelli et de faire une chouette interview (prochain podcast) du président de l'association, Ananda. Ludo (le maraîcher, nouveau membre du Permacooltour) fera un retour de cette visite pour parler des semences, du brevetage du vivant et des hybrides F1.
  • Kevin propose un porte-folio photographique sur une page Instagram avec une sélection de ses clichés. Il réfléchit déjà au prochain tournage sur l'énergie et le low-tech, tout en gardant en tête celui sur l'éducation… Suspens !

Actuellement, nous sommes sur le tout récent éco-lieu Terr'Azil toujours en Ariège. Le Perma Cool Crew s'agrandit avec Lisa, Ludo et Nelly qui nous ont rejoint. Une belle énergie se dégage pour un chantier participatif qui dépote. 😀

On se retrouve ce week-end à l'éco-village Sainte Camelle pour le Mantra Fest où nous animerons l'atelier des possible!

Soyons heureux et vive l'Aventur'euh !

18
août

Du 18 au 22 août

1190 Km

L' Aventoure

Mardi 18 août : nous quittons Pau et notre prof de batucada (merci Arnault et sa famille pour leur accueil); en route pour Gaillac (près de Toulouse) pour assister le deuxième épisode de Pensée Sauvage. Entre Pau et Gaillac, il y a 250 Km alors il nous faut trouver une étape intermédiaire.

Notre idée : la ferme en Coton (près de Auch). Un peu l'équivalent de la ferme du film américain "The biggest little farm" mais en France. J'ai connu cette ferme à travers ce chouette reportage de France 2 (vous vous souvenez Rém' et Tonton?) 😀

Mais en cours de route, Anne-Catherine de la ferme nous rappelle en nous disant que ça va être compliqué de pouvoir nous accueillir... alors changement de programme... C'est ça l'Aventoure! 😀

Nous n'avions pas vraiment d'autre plan de secours sur notre carte. Alors nous avons jeté un oeil sur la fabrique colibris. Et là nous tombons sur cette annonce: Eco-hameau Ecolectif. Alors en route (même si nous n'avons pas réussi à joindre le collectif)

Etape un peu dur psychologiquement et physiquement: 100km, les collines de la haute Garonne sont redoutables et nous offre un sérieux challenge sportif!

A 20 km de l'arrivée, c'est Astrid qui nous explique que normalement c'est une demande qui doit être faite en cercle à l'ensemble du collectif mais là c'est trop juste... alors nous serons ses invités! Quelle chance! Nous arrivons finalement à notre destination de nuit avec qu'une seule envie: DORMIR!

Le lendemain, nous découvrons l'éco-hameau. Et on sent vite que le lieu est très intéressant et que ça sera certainement frustrant de repartir sans en savoir davantage. Kevin reçoit un appel... le tournage de Pensée Sauvage est annulé. Alors changement de programme, on prend le temps de rester... C'est encore ça l'Aventoure! 😀

Ecolectif: recréer un art de vivre

Un collectif d'habitat: entre espaces communs et parties privées.

C'est le plus gros collectif que nous découvrons depuis le début du voyage. Ils sont 46 personnes (25 adultes et 21 enfants) sur un terrain de 46 ha.

Il y a une grande bâtisse centrale pour maison commune, où on y trouve:

Une grande salle pour se rassembler "la grange", une cuisine, une bibliothèque, une salle de musique, un bureau, une salle de jeux, une buanderie, des chambres pour accueillir woofeurs et invités et une épicerie où sont vendus les productions de chacun.

Chacun a son espace privé en yourte repartie sur le terrain.

La Grange collective d'Ecolectif!

Juridique et finances


"Le souhait dans la conception du montage juridique a été de dissocier les personnes et la propriété du lieu.


Juridiquement, c'est la SCI qui est propriétaire, et elle a 2 sociétaires: MV Finances (Michel Valentin, entrepreneur philanthrope, qui a permis l'achat) et "Chemins d'Ecolectifs", qui est l'association des habitants.


Pour l'achat du lieu, un calcul simple avait été fait: comme l'investissement total était de 500k€, et comme, à terme, le souhait était qu'il y ait 40 habitants adultes, chaque nouveau membre doit verser 500k/40 = 12 500€ en arrivant. C'est la SCI qui reçoit cette somme, sous la forme d'un prêt, et elle est restituée dans les 6 mois à un membre qui quitte Ecolectif, grâce aux prêts des entrants.


Chaque adulte paye un loyer pour l'occupation de son espace de vie. Les loyers sont de 200€ charges comprises pour les logements dans la maison, 105€cc pour les habitants en yourtes connectées et 60€cc pour les habitants en yourte autonome. Chacun dispose d'un bail qui lui permet de recevoir éventuellement les aides au logement. Ces loyers financent les charges et quelques menus investissements, et permettent de peu à peu rembourser l'emprunt à MV Finance."

Revue Passerelle Eco N°67

Collectif d'alimentation

Production maraîchère, commandes groupées, poulaillers partagés, verger.


Le collectif inspire d’expériences menées sur tous les continents en favorisant d’abord la vie microbienne du sol. La quantité de matière organique s’accroissant, l’érosion diminue, la terre peut retenir plus de carbone et sa fertilité augmente, offrant des récoltes de meilleure qualité. Afin de réduire leur impact écologique, ils visent une consommation nulle en énergie fossile (retournement du sol minimisé, peu de transports, autoproduction des fertilisants).

Leurs activités agricoles:

- Des surfaces de maraîchage (5000 m carrés) : c'est Astrid (notre hôte Suédoise) qui est actuellement la maraichère du collectif. Elle vend directement sa production via l'épicerie de l'éco-hameau (il y a pas plus local!)

- Des vergers et une pépinière

- Une activité de fabrication de pain et la construction d’un four à bois (avec Maxime, le voyageur inspirant qui est parti des Pyrénées jusqu'en Suède à pied. C'est d'ailleurs comme ça qu'il a rencontré Astrid. Une belle histoire)

- Plusieurs poulaillers

- Quelques ruches


Un groupement d’achats: ils organisent plusieurs groupements d’achats pour compléter leur production alimentaire grâce à des partenariats avec d’autres producteurs, les plus proches possibles éthiquement et géographiquement. Plusieurs familles prennent part à des groupements d’achats existant en dehors du projet.

Isabel & Astrid pour le "dispatch" d'oignons  

Un équilibre entre individus, famille et collectif.


"Dans certains éco-lieux, la participation au collectif se concrétise par une économie commune, ou par des journées obligatoires de travaux aux champs ou au chantier construction.


À Ecolectif, ni les journées de chantier collectif, ni les réunions ne sont obligatoires. Et pourtant, la dimension collective est bien là et cohabite avec cette liberté. C'est une notion chère au concept du continuum : s'appuyer sur les envies et les besoins de chacun, dans l'instant. Les enfants ne sont pas forcées d'apprendre: ils participent à la vie, et à un moment ils ont envie d'apprendre. Les écolectiviens ont également adopté le concept du continuum pour les adultes."

Revue Passerelle Eco N°67

Vivre en collectif n'est pas forcément simple…Isabel (co-fondatrcire du projet depuis 2009) nous donne sa vision du vivre ensemble dans un tout nouveau Podcast sur Soundcloud.

"Dans un groupe humain, il y a plein de turbulences, mais ça veut pas dire que c'est compliqué. Ça veut juste dire que c'est vivant, que ça bouge. Quand on regarde la mer, il y a plein de turbulences, on va pas dire qu'elle est hyper compliquée, c'est la mer." Merci Isabel pour ton témoignage. 🙏🌿

Pour en savoir plus sur le collectif : ecolectif.jimdofree.com

Pour en savoir plus sur Isabel et ses propositions d'accompagnement de collectifs en créations : equivalence-creative.com

https://soundcloud.com/user-494510187/isabel-estevez-ecolectif-un-hameau-ecole-en-continuum-le-permacooltour-podcast-10 

Une nouvelle fois, l'idée de mettre les mains à la terre nous réjouit.

Damien professeur de physique-chimie dans un collège proche du hameau et aussi chanteur-compositeur du groupe Freedams, nous propose de lui filer la patte pour monter des murs en terre paille chez lui.

Sous le regard avisé de son dernier fils, la paille se mélange à la barbotine, puis se tasse à grands coups dans les coffrages bois qui serviront de guides à la structure. En quelques heures, le mur se monte. Quelle facilité déconcertante… Ne restera plus que l'enduit à appliquer après séchage, mais déjà la route nous attend… Nous sommes attendus à l'éco-Village de Pourgues !


Voici un site Internet par Association pour la Promotion des Techniques Ecologiques qui vous expliquera la manière utilisée avec Damien. Ou encore les vidéos de la chaîne Youtube Avenir Permaculture et Terre Paille & Compagnie que vous commencez à bien connaître maintenant 😉

"La violence est une tentative généreuse pour combler la distance perçue en termes de compréhension." Dominic Barter (cercles restauratifs) citation offerte par Isabel Estévez

• • •

Actuellement nous sommes à l'éco-village de Pourgues. Encore un collectif qui sait accueillir: tente de luxe, piscine, cuisine de pro, babyfoot... on a pas à se plaindre. 😇

Prochain article: on parlera éducation dans la continuité du concept de continuum 😀

Soyons heureux et vive l'Aventur'euh!

Publié le 12 octobre 2020

Kamil : Voici le témoignage de mon aventure personnelle, où j’ai quitté Le Permacooltour pour réaliser une retraite de méditation silencieuse, pendants 1O jours.

Il s'agit de Vipassana !

Vipassana, qui signifie « voir les choses telles qu'elles sont réellement », est une des techniques de méditation les plus anciennes de l’Inde. Cette technique de méditation est enseignée par Mr Goenka, lors de cours résidentiels de dix jours. Pendant cette retraite, les participants apprennent les bases de la méthode et pratiquent suffisamment pour obtenir des résultats bénéfiques, à réemployer à sa guise, dans le quotidien.

Mon retour et mon avis sur Vipassana

Un mélange de curiosité, de challenge personnel pour nourrir une quête de spiritualité.

Avant mon entrée à Vipassana, mon mental avait peu de renseignements sur le sujet. Mon esprit lui, savait que ce serait une étape importante dans cette vie. J’y suis entré pour une parenthèse, j’en suis sorti pour un nouveau départ.

Dans ce cadre paisible, je me suis déconnecté du monde extérieur, j’ai pu prendre pleinement conscience que Vipassana est une méthode de transformation de soi par l’observation de son soi intérieur.

Cette transformation est passée par plusieurs étapes :

D’abord, celle d’être seul face à moi-même, face à mes doutes, face à mes pensées quotidiennes indisciplinés. Puis mes sensations se sont aiguisées, j’étais le témoin de ce qui se passait plus profondément en moi. Enfin, j’étais face à ma réalité qui pouvait être observée et écoutée comme elle est.

Me retrouver dans cette solitude n’a pas été évident. A maintes reprises j’étais traversé par diverses états d’âmes. C’est alors que je me concentrais pour évacuer la couche superficielle des pensées qui encombraient mon esprit. Mon esprit en quête de sérénité. Ainsi, la tâche était sérieuse, avant de pouvoir atteindre ce stade un travail assidu sur soi était de mise.

C’est là que j’ai appris que toute énergie varie constamment avec « Anitya » la loi de l’impermanence. Qui démontre bien qu’à chaque heure, la méditation est différente et que le ressenti d’un moment ne reste pas le même, l’instant d’après.

Ce que je constate à présent, c’est que c’est à l’échelle individuelle qu’il faut apprendre « l’art de vivre » pour mener des vies qui aspirent à la paix. Ce principe est au coeur de ce que Mr Goenka enseigne à des personnes issues de différents milieux. Une de ses actions en Inde a contribué au développement de l’harmonie entre les religions. Il a porté cela de façon subtile mais notable avec Vipassana qui veut dire « vision intérieure », afin de « voir la réalité telle qu’elle est » . Et pas comme on voudrait qu’elle soit.


Description de mon voyage au gré des jours

Durant les trois premiers jours notre attention est minutieusement portée sur notre respiration naturelle, au même temps que nous apprenons à nous concentrer avec précision sur une infime partie des narines.

Pendant ces 3 jours, j'ai observé de nouvelles douleurs apparaître. Ce travail mentale de l'observation, à permis à mon corps d'enclencher le processus de guérison naturel. Il a été important pendant ce temps que j'accueil la douleur pour la comprendre et l'accepter comme elle est.

Le quatrième jour est un grand jour, nous entrons véritablement dans la méthode Vipassana qui est basée sur l’observation de nos propres sensations sur des zones ciblées de notre corps. Au fil des jours mon corps change, mes sensations ne sont jamais les mêmes.

En passant par « Anitya » on peut se réconcilier avec notre approche habituelle et tendancieuse de nos sensations de douleurs ou de bonheurs.

  • Dans le cas de la douleur, notre rôle est de se détacher de ce qu’au premier abord, nous parait négatif et douloureux. A partir du constat d’une souffrance corporelle dois-je pour autant en faire une souffrance mentale ?
  • Dans le cas du bonheur notre rôle est de le vivre quand il est là, pleinement, sans restriction ou crainte qu’il ne disparaisse.

Dans l’un est l’autre cas, il s’agit de se donner le pouvoir de poursuivre et de persévérer pour déconstruire et reconstruire les habitudes de notre mental.

Le 5ième jour, je découvre sans le savoir mon premier free flow, je sens un courant d’eau intense parcourir mes bras et mes jambes en un cercle infini. Il s’agit du flux de mes énergies que je parviens à ressentir en observant patiemment et équanimement* mes sensations.

*L’équanimité, (égalité d’âme, d’humeurs) est « une disposition affective de détachement et de sérénité à l’égard de toute sensation ou évocation, agréable ou désagréable ». Une approche qui me permet de rester neutre face aux nombreuses formes de bloquages dans le corps.

Après ce premier séjour de 10 jours, je peux à présent comprendre que Vipassana n’est pas seulement une technique de méditation. Cette retraite est un véritable travail personnel, avec des efforts à mobiliser pour surmonter ses propres freins. Un engagement donc, et pas des moindres, celui de soi à soi.

La finalité de la méthode de méditation Vipassana est le “vivre en paix et en harmonie” qui passent par la recherche de l’équilibre. On y apprend à rejeter l’aversion, l’attachement et les désirs qui nous rendent malheureux.

Je vous invite à explorer le site officiel et les code de conduite à suivre lors d’une retraite.

L’idée est que chacun puisse ensuite poursuivre la pratique de la méditation chez lui, s’il le souhaite. A l’issue des 10 jours, nous avons intégré les éléments nécessaires pour pratiquer en autonomie.


C'est avec plaisir que je partageais cette première expérience à Vipassana. Eh oui, je présage de participer à une seconde retraite, bientôt...

écrit par Kamil & Nelly

Soyons heureux et vive l'Aventur'euh !

Méditation du soir à l'éco-village de Pourgues. Avec Léna, qui a vécu Vipassana aussi !
10
août
10
août

Du 10 au 17 août

1020 Km

Les 1 000km sont dépassés! 🏔Contents de pouvoir les atteindre à Lescun, dans le plus haut village du Béarn, au coeur du Département des Pyrénées-Atlantiques. Lescun est connu pour son grand et majestueux cirque...

 Point de lions, d'acrobates et de clowns mais bien des pics dolomitiques pour former le cirque pratiquement clos 😀

C'est Christophe (l'incroyable chanteur/musicien rencontré à Uzeste) qui nous envoie là-haut! Quand on arrive au centre du village on ne connait personne. Après avoir repris notre souffle, on pose nos intentions:

1) Avoir de quoi recharger les batteries (un p'tit casse-croûte avec un carbuvant serait le bienvenu après la montée).

2) Savoir où on dort (on a le contact de Laetitia par Christophe mais on ne sait pas qui c'est ni où la trouver).

3) Rencontrer le prof de Batucada pour lui demander si on peut participer (gratuitement) à son initiation de 4 jours (on a vu une affiche en arrivant au village).

Une fois les intentions posées on se lance. On demande à l'hôtel/café du village (Le pic d'Anie) s'ils ont des "restes" pour des voyageurs affamés sans argent...

Et là tout s'enchaîne! Le serveur (Théo) connait le Permacooltour! Normal il est le coloc de Laetitia 😀 Il nous offre d'abord du pain, puis un un fond de fût et enfin une magnifique assiette à partager. Intention N°1: check!

Puis Laetitia arrive. Elle nous propose de nous installer après notre repas. Intention N°2: chack! Elle est accompagnée. On leur demande si à tout hasard, ils connaissent le prof de Batucada. "Bin ouai, c'est moi" répond Arnault qui l'accompagnait. Il trouve notre projet cool alors aucun soucis pour participer à la Batuc'. Intention N°3: chouck!

Notre semaine à Lescun commence très bien. Merci à chacun et au pouvoir de l'intention (clin d'oeil à Gab & Sappho) 😉

Une vidéo de la Batucada est disponible sur notre page Facebook

Quel plaisir de pouvoir faire de la musique et créer une harmonie/énergie sans être (vraiment) musicien! Un lien se fait avec la fleur de la permaculture: "Musique et création artistique participative".

Utiliser Pythagore en construisant un abri pour les ânes 📐📏

Il en faut de peu pour qu'une formule mathématique soit comprise et mise en application.

Pas besoin d'équerre pour savoir si un angle est droit. On utilise la méthode 3/4/5 !

a2 + b2 = c2, si 90cm + 160cm = 250cm alors vous avez un angle droit. Facile non?

À quand des exercices de construction à l'école pour apprendre à calculer dehors?

Merci Bruno, Maël et Laetitia pour ces instants de partage !

Lorsque nous sommes arrivés à Lescun, rouges et suants par cette montée, nous avons été aussi accosté par Albert, un ancien du village.

"Ben vous êtes bien chargés vous…!"

Lui racontant notre histoire, Le Permacooltour sonne comme un gong chez lui. "Permaculture ?? C'est incroyable ça !"

Il nous raconte qu'il vient de finir un roman celui de Mélissa Da Costa, Tout le bleu du ciel. Elle raconte l'histoire d'un jeune homme de 26 ans condamné en espérance de vie qui part pour un dernier voyage. Son périple l'emmène dans une cabane de berger dans le cirque de Lescun à la rencontre d'une communauté de permaculteurs perdu dans les montagnes.

"Venez je vous y emmène !"

Nous lui demandons quelques jours pour nous reposer et c'est un matin que nous partons randonner à ses côtés.

Découverte plantes sauvages et comestibles:

- Sorbier de l'oiseleur: à ne pas manger cru! (ce que nous avons fait... on en est pas mort ou tombé malade 😉)

- Panais sauvage (Théo en a plein autour de son jardin)

- La petite Pimprenelle (et son bon gout de concombre)

- Retrouver les sensations de l'escalade en pleine nature. Merci Théo. D'ailleurs on vous recommande son site(il y parle alpinisme, escalade, écologie, aventure...)

- Avoir une chanson dédicacée lors du concert des Bambines. Merci les filles c'était beau, puissant et touchant <3

La chanson dédicacée: "Pas o panori" veut dire "Pas de champagne". Une ode à la sobriété heureuse 😀

"Le plus riche des Hommes est celui dont les plaisirs sont les moins coûteux" Henry David Thoreau

• • •

Prochain article: "Ecohameau Ecolectif: l'école du collectif"

Aujourd'hui nous sommes arrivés à l'écovillage de Pourgues! Nous y restons une semaine et nous espérons pouvoir illustrer un pétale de la fleur de la Permaculture pour la série documentaire. A votre avis quel pétale?

6
août

Du 6 au 10 août

975 km

C'est lors d'une formation "Guide composteur" à l'association Au Ras du Sol que j'ai rencontré Sébastien. A l'époque, il m'avait déjà fait rêvé en me racontant la construction de sa maison en terre paille. Quand nous avons communiqué sur le projet, il m'a de suite proposé de nous accueillir "si on passait par là"... Pas de hasard, leur maison a été l'étape parfaite entre Soustons et Lescun.

Sophie et Sébastien vivent avec leurs trois enfants dans 160m² de terre et de paille. Une année de conception, deux années de bâti et plus de 80 participants.

Cette maison transpire la joie et possède une vraie âme. Auto-construire son habitat nous inspire.

Voici leurs conseils : "réfléchir, dessiner, faire au plus simple et aller voir d'autres maisons pour avoir des conseils avant de se lancer, se former, ne pas se décourager, faire attention à sa santé, faire des pauses et oser demander de l'aide. Bien protéger sa maison, penser aux ponts thermiques, à la rétractation de l'énergie et bien orienter sa maison. Prévoir large en temps de chantier pour ne pas se mettre la pression et ne pas hésiter à faire intervenir des pros pour s'économiser de l'énergie (plomberie, élec, tout dépend). Mais le meilleur conseil, c'est de compter sur la bonne humeur des chantiers participatif, lâcher prise et ne pas être trop dans le contrôle. Bichonne ceux qui participent et n'oublie pas ta famille !" 😀

Nous pourrions une nouvelle fois vous conseiller de regarder le premier épisode de la série docu du Permacooltour et vous diriger vers Terre Paille & Compagnie, mais cette fois c'est deux livres que nous vous suggérons. Celui de notre ami André de Bouter "Bâtir en paille" et celui de Tom Rijven nommé "Entre paille et terre" des éditions Goutte de sable. Ils ont beaucoup inspiré Sophie et Sébastien lors de la conception de leur maison.

La dernier bon plan de Sébastien concerne les carottes.

Vivant avec un sol extrêmement argileux, il fait pousser ses carottes dans un mélange de terre, de compost et de sable dans les baignoires qui ont servies au chantier pour la barbotine.

Merci Sophie, Sébastien, Violette et Téomé pour votre accueil, votre joie et votre générosité. Nous avons passé quelques jours de partages merveilleux et inspirants avec vous.

Les photos bonus: la cabane tressée des enfants, l'engagement de Séb et leur "génie du lieu" 

"Poursuivez vos rêves, c'est un beau projet. Car paix dit Aime" Téomé et Violette

Les bons plans éco-lieux des Pyrénées Atlantique:

- La Ferme légère: j'aurais beaucoup aimé rencontrer Marc & Valérie car ils ont entrepris un voyage à vélo, avec le thème de l’effondrement, en animant des soirées sur le thème au fil du voyage. Une autre fois peut-être, à la bonne heure...

- Village Emmaüs Lescar Pau

- Ecolieu Les Prêles à Estialescq

• • •

Découverte au lac de Léon: La châtaigne d'eau

Si vous cherchez à "optimiser" vos milieux humides (marre, étang...) avec de l'aquaculture, "la châtaigne d’eau est consommée comme les châtaignes terrestres : faire bouillir ou griller. Sa chair farineuse est légèrement salée avec une saveur délicate de châtaigne et de noix de coco mélangées."

On a pas encore rencontrés de personnes qui la cultivent et qui la consomment mais elle serait "un élément clé de la cuisine chinoise et vietnamienne" (source: canalvie). Si vous connaissez quelqu'un qui la cultive, ça nous intéresse 😀

La châtaigne d'eau 
• • •

Prochain article: "Arrivés là-haut même pas Lescun-tés".

Nous quittons Lescun aujourd'hui pour faire 350 km (en trois jours) vers Gaillac où nous sommes attendus pour participer (Kevin sera second caméra) à la deuxième vidéo de Pensée sauvage.

1ère vidéo: "Réveillons-nous" 

Kamil a suivi une retraite méditative et silencieuse pendant 10 jours: Vipassana. Nous le retrouverons (certainement métamorphosé) sur la prochaine étape.

Soyons heureux et vive l'Aventur'euh

4
août

Du 4 au 5 août

810 Km

Le Permacooltour est aussi l'occasion d'organiser des projections du film Que notre joie demeure coréalisé par Kevin. Alors quand on est invité par Eléonore (amie de Kevin) pour parler du projet et projeter le film dans le Tiers lieu FISH (Foyer Intensif de Savoir Humain) où elle travaille, on prend nos vélos et on fonce!

Merci à tous pour votre présence, votre bienveillance et vos encouragements. La projection du film, après la présentation du Permacooltour s'est déroulée à merveille ! À très vite pour une nouvelle projection !

Si vous aussi vous souhaitez qu'on passe dans votre tiers/éco-lieu, dans votre collège ou lycée, pour un événement que vous organisez, pour une fête de votre village: contactez-nous!

Prochaines dates:

• • •

Questionnement: Tiers-lieux, éco-lieux? Kesako?

Le questionnement a débuté à l'éco-lieu Jeanot qui, comme son nom l'indique, est un éco-lieu. Les salariés de Jeanot ont remarqué que le terme peut être trompeur pour beaucoup de personnes... De plus, l'éco-lieu a été invité à un réseau de tiers-lieux dans les Landes. À l'étape d'après, nous nous sommes retrouvés à FISH, le tout nouveau tiers-lieu de Castets. Alors éco-lieux / tiers-lieux, quelles différences et qu'est-ce qui les relies?

Le tiers-lieu 

Le tiers-lieu est un terme traduit de l'anglais The Third Place (qui ne doit pas être traduit par « troisième place » mais éventuellement par « troisième lieu ») faisant référence aux environnements sociaux qui viennent après la maison (1er lieu) et le travail (2ème lieu). C'est une thèse développée par Ray Oldenburg, professeur émérite de sociologie urbaine à l’université de Pensacola en Floride, dans son livre publié en 1989 : The Great Good Place. (source: Wikipédia)

La définition vue par le sociologue: "Le tiers-lieu désigne explicitement, et par un simple mot, une situation somme toute assez ordinaire : plusieurs personnes indépendantes les unes des autres se rencontrent pour concevoir et administrer ensemble quelque chose – qu’il s’agisse d’une recette de cuisine, d’un service informatique ou d’un texte de loi." (source: Movilab)

Autre définition et carte des tiers-lieux du sud-ouest sur la coopérative des tiers-lieux.

Concrètement? "Les tiers-lieux peuvent prendre la forme d’espace de travail partagés (appelés aussi « coworking »), d’ateliers partagés, de fablab (laboratoire de fabrication) et accueillir des services hybrides tels que des salles de réunions, des jardins partagés, des boutiques partagées, des cafés, des épiceries, des ressourceries, des espaces de médiation culturelle et bien d’autres." (source: la coopérative des tiers-lieux)

L'éco-lieu / l'Oasis

Définition: "un éco-lieu est un lieu de Vie en transition vers un idéal écologique, solidaire, en équilibre économique". (source: Ecoliens)

Cette définition nous rappelle la définition de la permaculture donnée par Brin de Paille: "la permaculture est une conception s'inspirant de la nature pour créer des lieux de vie écologiquement durables, socialement équitables et économiquement viables."

L'Oasis définie par le mouvement colibris:

"L'oasis est un endroit où chacun peut trouver la réponse à ses propres besoins et, plus largement, contribuer à répondre à ceux de son territoire"

"Dans sa forme la plus aboutie, une oasis se construit autour de cinq principes fondamentaux, cinq leviers de changement individuel et collectif:

  • Agriculture et autonomie alimentaire
  • Éco-construction et sobriété énergétique
  • Mutualisation
  • Une gouvernance respectueuse
  • L’accueil et l’ouverture sur le monde"

On vous recommande ce hors-série de Kaizen si comme nous vous rêvais de rejoindre ou créer un oasis / éco-lieu.

KAIZEN fait partie des déclics à la création du projet: le Permacooltour.


Si vous souhaitez voir notre propre référencement des lieux inspirants, cliquez-ici !


Conclusion

Si l'éco-lieu Jeanot n'est pas un lieu de vie (personne n'y vit à l'année), il peut être considéré comme un tiers-lieu avec des valeurs écologiques fortes: un éco-tiers-lieu? 😀

Dans tout les cas, tiers-lieu et éco-lieu partagent une valeur fondamentale. Les tiers-lieux / éco-lieux sont collectifs et partagés. Des lieux qui sont un bien commun révélé, délimité, entretenu par et avec un collectif.

On en revient à cette idée de définir et développer les Communs vue à la commune imaginée du Bandiat ou comme en parle Frédéric Bosqué de TERA dans le Podcast#8 sur l'écosystème.

« Ne doutez jamais qu’un petit groupe de personnes peuvent changer le monde. En fait, c’est toujours ainsi que le monde a changé. » Margaret Mead

26
juil
26
juil

Du 26 juillet au 4 août

785 Km

C'est lors d'une réunion du Réseau Compost Citoyen Nouvelle-Aquitaine en février 2019 que j'ai pris connaissance de l'éco-lieu Jeanot pour la première fois. A l'époque je recensais les lieux inspirants sur une grande carte de France. Alors quand j'ai annoncé que je rêvais de faire le tour de France à vélo des éco-lieux, Charlotte & Alex (tout les deux salariés de l'asso) m'ont direct invité à passer sur leur lieu. 1 an et demi plus tard, l'équipe du Permacooltour, le "AKKA" (Anaïs, Kamil, Kevin et Alexis) débarque!

L'éco-lieu Jeanot c'est:

Ce que nous avons particulièrement apprécié du lieu:

1) Le lieu propose un espace test pour des jeunes (ou moins jeunes) qui cherche à expérimenter la production maraichère ou vivrière.

2) un lieu inspirant pour des résidences d'artistes ou des groupes (qui réfléchissent à la création d'un éco-lieu par exemple).

3) un lieu particulièrement ouvert qui accueille de nombreux woofeurs, compagnons (du réseau REPAS) et où nous avons pu proposer l'atelier des possibles pour une journée porte ouverte.

Lieu d'expérimentation agricole.

Virginie était archéologue. Métier de rêve lorsqu'on est enfant, mais très vite, la réalité nous rattrape en grandissant. Et comme beaucoup, quand un sytème s'empare d'un métier pour le rendre plus productif que jamais, changement de profession oblige...

Se reconnecter à la nature, mettre les mains dans la terre. C'est là où rentre en jeu l'éco-lieu Jeanot. Depuis 2011, l’association « C Koi Ça » anime l’écolieu. Des prémices d’un jardin partagé chez Jean Diviths (surnommé Jeanot) au projet d’aujourd’hui, l’équipe de « C Koi Ça » défriche et expérimente de nouvelles façons de vivre son territoire et le monde qui l’entoure. L'éco-lieu met ainsi à disposition un espace de maraichage pour Virginie cette année, une zone test. Deux serres, de l'eau, des terres et même de quoi vendre sa production. Pendant trois ans, c'est le temps pour elle de savoir, si oui ou non, elle souhaite continuer ce métier et se lancer dans la production alimentaire. Ces zones se développent ici et là à travers la France. Quand on pense que le pourcentage d'agriculteurs est seulement de 3,6% de la population active et que le nombre d'agriculteurs reste en baisse continue: de 1,5% à 2% par an (source: la MSA pour Le Figaro). L'idée de pouvoir mettre les mains dans la terre et ainsi nourrir nos proches peut, nous aussi, nous traverser l'esprit. Ici, l'éco-lieu permet d'explorer cela, en prenant moins de risques qu'avec sa propre terre si on commençait de zéro.

Merci à Aline (2ème contributrice) à nous avoir rejoint dans l'Aventour 😀

Lieu d'inspiration et de résidences d'artistes

À l' Eco-lieu Jeanot de nombreux artistes ou groupes sont accueillis pour une résidence ou réfléchir à un projet.

Nous avons eu l'honneur de séjourner à Jeanot en même temps qu'un groupe unique!

Ils sont une vingtaine à s'imaginer une société idéale en LSF - Langue des Signes Française. Les idées fusent, l'économie, l'éducation, l'habitat, le vivre ensemble. Une semaine de résidence sur l'éco-lieu pour construire les bases d'un lieu de vie, en accord avec la Nature tout en prenant soin des uns et des autres. Imaginez à quel point cela nous inspire…

Chacun raconte son rêve, ses projections, ses peurs. L'énergie d'un groupe prend vie. Les graines germent en chacune et chacun. Le projet nous touche au plus profond de nous, nous apprenons à dire "ami" avec nos mains et à rire de blagues signées. Il est beau de découvrir que notre rêve de créer ou de rejoindre un éco-lieu ou un éco-système s'imagine chez autant de monde. Si le projet vous intéresse, un film est en cours de production de leur côté. Impatients de voir la suite…

Nous avons pu nous ouvrir à un monde. Celui du silence et de sa communication. Un geste, un message. Nous apprenons à dire Permacooltour en signe. 😀

Lieu d'accueil & de compagnonnage

Très heureux d'avoir pu mettre en place l'atelier des possibles lors de la porte ouverte de l'éco-lieu. Ce que nous aimons lors de ces instants, c'est d'avoir la possibilité de se rencontrer et de créer du lien, de voir des synergies se mettre en place, de partager des expériences et d'imaginer de nouveaux possibles (écrire et s'inscrire dans de nouveaux récits plus joyeux et plus durable)!

Pari gagné une nouvelle fois 🙏😊

Merci pour votre joie et votre participation.

3ème contributeur.trices à nous avoir rejoints: Mamie Reine Claude et Papi Pruneau (en témoigne la photo mère et fils) 😀

Lieu de compagnonnage REPAS. Un réseau qui nous inspire dans cette idée de proposer une formation, un compagnonnage en lien avec les lieux inspirants qui partagent certaines valeurs (écologiques, solidaires, alternatives...). Nous y avons déjà pensé, la suite du Permacooltour pourrait être cela: un compagnonnage permaculturel pour aider et apprendre des éco-lieux pour les jeunes (et les jeunes depuis plus longtemps que les autres).

Témoignage pour mieux comprendre le réseau REPAS 

Beignets de carottes sauvages (il y en a pleins en ce moment) et de fleurs de courge:


Prévoir 6 à 8 fleurs de carottes sauvages par pers selon leur taille. Cueillir la sommité des fleurs de carottes sauvages (belles ombellifères blanches sur vos chemins). Pour ne pas se tromper, c’est facile : en coupant la tige juste en dessous de la fleur, cela sent la carotte !

Pour la pâte à beignet :

Mélanger délicatement au fouet les ingrédients dans l’ordre ci-dessus. Laissez reposer 30 mn.

Faites chauffez de l’huile. Trempez chaque fleur dans la pâte à beignet. Mettez les dans l’huile. Dès qu’elles sont bien dorées, retirez et égouttez sur du papier absorbant. Ces beignets peuvent se déguster salés ou sucrés selon votre goût. (source: les aventurières du goût)

"L'utopie c'est le possible non encore réalisé" Ariane Mnouchkine (citation offerte par Coline lors de l'atelier des possible)


"Exister est un fait, vivre est un art" Inconnu (citation offerte par Anaïs l'aventurière)

• • •
https://www.mixcloud.com/hapchot/linterview-de-la-semaine-rencontre-avec-le-perma-cool-tour/  

Cette fois c'est nous qui sommes interviewés: l'interview Hapchot

Si vous souhaitez connaitre notre histoire et nos voix, la Hapchot Radio nous a interviewé vendredi dernier à l'Eco-lieu Jeanot autour de notre aventure! 😀

Merci à eux pour ce temps de partage! Bonne écoute.

Découvrez l'univers Malgache qui nous tient en musique sur la route et que nous avons souhaité mettre en avant au milieu du Podcast! Voici le clip réalisé par Kevin au Jardin Respectueux l'été dernier avec ALALÁ!

ALALA dans le tunnel de courges (calebasses) du Jardin Respectueux  
• • •

Actuellement nous reprenons nos forces à Soustons (merci Léa, croisé au marché de Léon) avant de reprendre la route pour les Pyrénées (ça va grimper)!

Autre info: un nouveau Permacooltourier est en route! Il traversera la France (départ du Nord, en témoigne la photo) pour nous rejoindre en Ariège fin août - début septembre (et notamment pour le Mantra Fest où nous sommes attendus du 11 au 13 septembre).

Force et honneur Ludo. On a hâte de te retrouver! 😀

Depuis notre passage à la commune imaginée du Bandiat et la découverte des Communs (comme les fameuses auberges de Genettes), nous avons un regard particulier sur ce qui peut être mis en commun, mutualisé ou fait ensemble en coopérant.

Voici deux chouettes idées de Communs mis en place à Uzeste que nous aimerions trouver dans notre éco-système idéal:

  • Le groupement d'achat
  • La brasserie coopérative

Faire ses courses en commun: le groupement d'achat

Le groupement d'achat par Uzeste d'AudaceOu comment réfléchir à la résilience alimentaire de son territoire ? 🌱

Groupement d'achat au Café du Sport à Uzeste 

L’idée de départ est simple : Réunir les habitants du territoire afin d’acheter en quantité des produits biologiques et/ou locaux.

Ce système fort vertueux permet de:

  • Garantir aux consommateurs un approvisionnement en produits de qualité,
  • Assurer aux petits producteurs et aux artisans une filière de distribution régulière,
  • Diminuer les coûts d’achat en réduisant le nombre d’intermédiaires, et ce sans rogner sur la rémunération des producteurs,
  • Réduire l’impact environnemental lié au transport de ces marchandises,
  • Créer du lien social.

Mika, le maraîcher en agroécologie à Uzeste d'audace, comme d'autres producteurs du coin, vendent ainsi une partie de leur production grâce à ce réseau.

Le travail de la Commission Alimentation et l’expérience du confinement en Avril 2020 leur ont permis de mettre en place, avec le Café du Sport, une distribution hebdomadaire de paniers dans le village d’Uzeste. Suite à la belle aventure débutée pendant le temps suspendu du confinement, ils ont décidé de continuer de proposer ces paniers qui contiennent exclusivement des denrées produites localement, si possible labélisées bio ou en tout cas par des producteurs qui appliquent des méthodes respectueuses de leur environnement. Chaque samedi matin sont donc proposés à la commande légumes, fruits, vins, bières, farines, fromages, pain, jus de fruits… au Café du Sport à Uzeste. Une action qui vise à favoriser la résilience du territoire et qui nous questionne sur l'approvisionnement globale de notre alimentation...

• • •

Faire sa bière en commun: la brasserie coopérative

Lors des portes ouvertes d' Uzeste d'Audace , nous avons rencontré une bande de potes brassant eux-même leur bière. Le rêve…

Nous nous sommes donné plusieurs défis sur notre tour de France. Un de nos rêves serait d'apprendre à brasser la bière, entre amis, avec des produits locaux et où chacun pourrait venir apprendre et utiliser les outils de brassage. Faire commun.Et c'est exactement ce qu'ils font !Pendant le confinement, ils ont regroupé leurs équipements et la brasserie coopérative est lancée. La Houn est née.

L'idée d'acheter à plusieurs, d'utiliser les mêmes locaux, de brasser sa propre bière et de proposer un accès libre à l'apprentissage est inspirant. Surtout quand la bière est bonne ! 🍺 La brasserie accueillera bientôt un vrai Sal'Houn pour déguster. Les idées fusent ici autour d'Uzeste (: Merci pour cette matinée de brassage et longue vie à la Brasserie Houn !

• • •

Prochaine article sur l'éco-lieu Jeanot. Nous passons nos derniers jours dans les Landes. Demain, mardi 4 août à partir de 19h, nous projetons "Que notre joie demeure" au Tiers-lieu FISH à Castets. Ensuite direction les Pyrénées pour de nouvelles aventures 😀

14
juil

Du 14 au 25 juillet

650 Km

"Il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace!" Et ils ne manquent pas d'audace ici à Lespiet lieu-dit d'Uzeste en sud Gironde (33).

Ils? 16 habitants (de 3 à 45 ans) qui osent et qui coopèrent pour expérimenter la transition écologique sur un terrain de 3 hectares. 16 belles personnes bien différentes les unes des autres. Parmi eux: un maraicher, une juriste, un charpentier, un banquier / créateur de site éco-responsable, un postier & une coordinatrice de l'association.

Comment? En proposant:

Pendant ces 11 jours passés en leur compagnie, nous avons expérimentés le chantier participatif en éco-construction, le groupement d'achat (qui fera l'objet d'un prochain article "faire ses courses et sa bière en commun") et l'agenda culturel avec l'organisation d'une journée porte ouverte.

La journée porte ouverte
Le chantier participatif 

Nos coups de coeur:

Kevin: "Arriver sur un lieu et avoir une formation à la création d'un site éco-responsable avec un banquier! Un grand merci Micka Proust! Voici notre site: https://lepermacooltour.fr."

Kamil: "Créer un partage et une ouverture inconditionnelle avec chaque personnes " Namasté

Alexis: "Revivre cette ambiance de chantier participatif avec les "météos du matin", les belles tablées, les veillées feu de camp, les échanges, les partages, les journées chantier riches d'apprentissage et pour clore le tout, un magnifique et puissant cercle de parole. Le flambeau des Camptiers de Terre Paille et Cie se vit sur d'autre lieux"


Un MERCI particulier à la reconnaissance offerte à notre projet par les habitants d'Uzeste, les volontaires, les visiteurs. Nous ne gagnons pas d'argent pour accomplir nos rêves mais cette reconnaissance a bien plus de valeurs à nos yeux et nous poussent à faire le trait d'union entre les lieux inspirants et à continuer à coolporter (comme le dirait les habitants d'Uzeste)! 😀

L'équipe d'Audacieux 

Dans le même coin, les bonnes adresses de lieux inspirants :

La ferme des filles: quatre jeunes agricultrices gèrent une ferme dynamique en agriculture biologique

Les champis de l'Antre-Deux-Mers: 2 potes avec des carrières de pierre pour des champignons bio

L'oasis des p'tits potes: jeune oasis - éco-lieu qui mérite qu'à être connu.

La glace à la banane un peu trop mûres (de recup' BIO !)

1. Trancher et Congeler les bananes ! minimum 2 bananes par personne

2. Remplir à moitié un bon mixeur (genre robot coupe)

3. Ajouter un peu de lait de riz et/ou de crème (soja, coco) bio

4. Bien mixer rapidement à grande vitesse ! Déguster immédiatement ! miaammm

Alors n'hésiter pas à réclamer les invendus de vos magasins/marchés locaux !

"Un sourire est une clé secrète qui ouvre bien des coeurs" Baden Powell (citation offerte par Solène, scoute du groupe des Compatates)

"Une mauvaise herbe est une plante qui a maîtrisé toutes les compétences de survie sauf celle d'apprendre à grandir dans le rang. Soyez une mauvaise herbe" Doug Larson (citation offerte par Kaly, le charpentier / berger de chantier)

"Qui a risqué un regard vers les étoiles? S'y répandre en myriades de particules et se fondre dans le bleu de l'immensité. Comme une Essence de l'Essentiel... Quand les Hommes dans une humilité nouvelles découvriront le lien qui les unit au tout, alors ils retrouveront le sens du beau, de la bienveillance et de l'infini de la vie qui est en eux" Thierry Ousty (citation offerte par Laur'Aya Ousty)

Nouveau podcast à écouter en cliquant ici: Kaly, devenir charpentier en collectif - PODCAST #9

• • •

Nous sommes maintenant à l'éco-lieu Jeanot jusqu'au mardi 4 août. Si vous souhaitez découvrir l'éco-lieu et participer à "l'atelier des possibles", rdv samedi 1er août à partir de 14h. Et si vous n'avez pas encore eu l'occasion de visionner le film "Que notre joie demeure", rdv le mardi 4 août à partir de 19h au Tiers-lieu FISH à Castets.

Soyons heureux & vive l'Aventur'euh

3
juil

Du 2 au 13 juillet

605 Km

Les Jardins d'Atyoula

Atyoula signifie en patois Landais: "se reposer, faire reposer, s'accroupir" 

Quand Kamil me dit qu'il a trouvé un lieu permacole sur Workaway: Les jardins d'Atyoula, je me souviens d'emblée que j'ai déjà répertorié ce lieu grâce au recommandation d'une amie (merci Lisou). Alors quand par deux reprises le lieu se présente à nous, on se dit qu'on doit aller voir ça de plus près. On prend le téléphone, Romain décroche et tout de suite le feeling passe. Il voit avec sa compagne, Maya (on voit qui gère l'organisation de l'éco-lieu 😀). L'affaire est conclue: nous resterons une semaine sur place. Merci du fond du coeur à vous pour cet accueil inconditionnel !

Design du mandala représentant les 4 éléments

Le lendemain de notre arrivée. C'est l'effervescence: l'artiste Adriano du bureau des pensées perdues fait sa sortie de résidence samedi 11. Alors nous proposons notre Conf' Gesticulo Participative. Nous sommes aidés par Lisa (une woofeuse comédienne) pour re-concevoir la présentation du projet. Nemo (un woofeur dessinateur et étudiant en illustration) se propose de réaliser une affiche de l'événement. Mathis (campeur et cuisinier) et Domi (la maman de Romain) s'occuperont de proposer un repas pour les visiteurs.

Avec le soutien dans l'organisation de Guillaume & Octavie (membre actifs de l'association), l'événement est organisé et la com' est lancée le mercredi (3 jours avant le jour J). Merci pour avoir permis cette magie opérer !

Et là… Surprise ! Kevin et Nelly nous rejoignent pour la soirée (d'où les belles photos 😛) 

Si vous habitez les Landes (ou que ce coin vous intéresse pour ancrer votre arbre), rapprochez-vous de Maya, Romain & l'association Atyoula. Ils ont du terrain et ont conscience que la coopération et l'entraide entre acteurs locaux est essentiel pour le développement du territoire. Ils souhaitent réfléchir à un Design à plus grande échelle que leur éco-lieu, l'échelle de la biorégion.

Si vous souhaitez vous renseigner sur ce qu'est le Design en permaculture, on vous recommande cette vidéo d'Avenir Permaculture.

Arbre. "énigme à la Nicoco":

Qu'est-ce qui est en même temps 8 arbres (le même!) et en même temps une célèbre symphonie de Beethoven?

P.S.: et Dieu sait qu'on en voit sur la route dans les Landes!

• • •

Apicooltour

du 2 au 6 juillet

 Les abeilles sont devenu nos amies pour la vie !

Merci à toi Pierre, 1er contributeur a nous avoir rejoint sur une étape !

Avec lui nous avons pu découvrir le monde apicole professionnel avec les fameuses transhumances de nuit des abeilles. Merci à Quentin & Cristobal Lobbé de nous avoir accueilli et montrer le métier d'apiculteur.

• • •

Prochaine étape: Uzeste d'Audacedu 14 au 23 juillet pour un chantier participatif et l'organisation d'une porte ouverte de l'éco-lieu, le dimanche 19 juillet.

Publié le 11 juillet 2020

Pourquoi repenser notre système économique et lui trouver des alternatives? C'est vrai ça? Pourquoi? "Fais ton blé, gagne ta croûte, consomme et détend-toi, tout est sous contrôle! Le progrès nous sauvera et puis le Monde est complexe, fais confiance aux experts".

Tout est-il vraiment sous contrôle? Notre système économique est-il résilient aux chocs présents et à venir? Voyons ce qu'en pense Frédéric Bosqué, co-fondateur de l'éco-système TERA, à travers notre interview:

Frédéric Bosqué - Repenser l'économie à Tera ? - Le Permacooltour PODCAST #8 - Première partieou, en version plus courte et plus visuelle, à travers cette vidéo:

Les 5 démesures de la monnaie - Frédéric Bosqué (co-fondateur de TERA)

Les alternatives économiques mis en place dans l'éco-système TERA:

La monnaie locale et citoyenne

Dans le secteur de TERA (Villeneuve-sur-Lot), elle s'appelle L'abeille; En Charente (Angoulême et Cognac), elle s'appelle La bulle; "Depuis la crise financière de 2008, les monnaies locales ont fleuri un petit peu partout en France. Bien qu'il soit difficile d'en déterminer un nombre exacte, on estime qu'il y en a environ 80 sur le territoire français." (Source: Info Durable, 15/02/2020)

Un billet de 50 abeilles 

En quoi cela peut transformer notre territoire ? (Source: Le mouvement colibris)

Modèle actuel Vs modèle proposé avec la MLC (monnaie locale et citoyenne)  

Le revenu d'autonomie

"Afin que chaque habitant de Tera puisse choisir ses activités, il sera destinataire d'un revenu d'autonomie : un revenu de base inconditionnel versé au maximum en monnaie citoyenne locale. Ce revenu sera fondé prioritairement sur la valorisation des activités économiques et culturelles locales qui assureront les besoins fondamentaux des habitants du village : habitat, énergie, eau, alimentation, mobilité partagée et information. Un développement économique soutenable et un renforcement de la cohésion sociale seront alors à nouveau observables dans le territoire de vie de son implantation." (Source: TERA)

À l'heure actuelle, 3 personnes (porteurs de projets) reçoivent un revenu d'autonomie à hauteur d'un euro supérieur au seuil de pauvreté (soit 801€/mois).

L'Économie de la Fonctionnalité et de la Coopération

"La libre circulation des personnes, des biens et des informations sera conçue dans une logique optimale de partage entre les citoyens. Le système économique s’inspirera entre autres de l’Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération pour mettre au point des solutions intégrées de partage des ressources et favoriser l’économie circulaire." (Source: TERA)

"L’économie de la fonctionnalité et de la coopération consiste à fournir aux entreprises, individus ou territoires, des solutions intégrées de services et de biens reposant sur la vente d’une performance d’usage ou d’un usage et non sur la simple vente de biens. Ces solutions doivent permettre une moindre consommation des ressources naturelles dans une perspective d’économie circulaire, un accroissement du bien-être des personnes et un développement économique." (source: l'EFC)


• • •

Les alternatives économiques qui se développent:

La monnaie libre

Depuis que Sappho (voir article "chez Gab & Sappho: la passion de la faux") nous en a parlé, nous avons re-croisé plusieurs fois le chemin de la monnaie libre (La Jüne). Dernièrement, c'est lors d'une conférence-débat sur l'économie au tiers-lieu la Maison Forte que nous avons été convaincu d'essayer cette monnaie.

Mais c'est quoi cette monnaie Libre?

Alors si t'as pris le temps (ou pas) de comprendre ce qu'est la monnaie libre, il ne te reste plus qu'à l'essayer! Pourquoi? Par ce que ça ne coûte RIEN d'essayer et plus on sera d'utilisateurs plus il y aura des échanges /achats possibles et intéressants à faire.

  L'épargne citoyenne et solidaire

Si t'as un peu de blé, un peu d'oseille ou peu de radis de côté, tu peux épargner. Mais autant le faire de manière éthique, histoire de ne pas soutenir (malgré toi) un projet lié aux énergies fossiles ou autre projet climaticide financé par les banques dîtes "les plus sales" (Crédit agricole, HSBC, BNP ou Société Générale...).

Donc on peut choisir la banque la plus éthique: la NEF. Mais on peut aussi épargner en faveur de projets citoyens et solidaires avec ces deux exemples:

  • Terre de liens: Pour préserver les terres agricoles, faciliter l'accès des paysans à la terre et développer l'agriculture biologique et paysanne.
  • La Coopérative Oasis: pour que, partout en France, des collectifs citoyens inventent de nouveaux lieux de vie écologiques et solidaires : les oasis.
• • •

CONCLUSION

Il n'y certainement pas UNE alternative parfaite. Mais pour développer notre résilience, il me semble judicieux de "ne pas mettre tous ces oeufs dans le même panier". Autrement dit, utilisons l'Euro (avec les banques éthiques), créons, soutenons et utilisons une monnaie locale et développons la monnaie Libre. Mais surtout n'oublions pas qu'il y a l'entraide, le troc, l'échange direct avec les gens proches de chez nous.

Pour ma part, j'ai un livret à la NEF; ma résolution de l'année 2020 a été de changer de banque (passer de la SG au Crédit Coopératif) et j'envisage dès que l'occasion se présente (certainement au festival Oasis des Colibris du 2 au 4 octobre 2020) de placer une partie d'épargne à la Coopérative Oasis.

Et vous? Quels sont vos bons plans finances éthiques / alternatives économiques?

21
juin

Du 21 juin au 2 juillet

465 km

TERA (Tous Ensemble vers un Revenu d'Autonomie) fait partie des étapes (très) attendu de notre tour. Comme nous, vous avez certainement dû entendre parler de ce beau projet à travers le documentaire "En quête d'autonomie"? ou alors à travers la vidéo ci-dessous? Non? Alors prenez le temps de la/les regarder, ça vaut le coup d'oeil!

Tera, le modèle économique de demain? 

Pourquoi le projet TERA est si particulier à nos yeux?

Primo, l'un des cofondateurs (Frédéric Bosqué) a fait un tour de France à vélo (découverte de 60 éco-lieux). Donc forcément ca nous inspire 😀

Deuxio, TERA est pour nous le projet le plus abouti pour illustrer le pétale "finance et économie" de la fleur de la Permaculture.

Pétale "Finance et économie" de la fleur de la Permaculture 

Nous y sommes attendu pour fêter le solstice d'été et participer à une semaine de chantier participatif. Au programme: fauchage, hache paille, creuser une tranchée pour l'exploitation de spiruline, rénovation d'une toiture, aide à la tisanerie, entretien du jardin-forêt, aménagement de l'atelier menuiserie...

Mais aussi: baignade et méditation au magnifique et paisible lac, rituel autour du feu de camp, chants, jeu du modèle économique, conférence sur la monnaie libre, balade à vélos, yoga, découverte de l'éco-système (et non l'éco-village) TERA et de ses habitants...

En résumé: 10 jours riches en rencontre, partage, apprentissage, amour & joie! Parfait pour commencer l'été!

GRATITUDE énorme à toute l'équipe de TERA et aux volontaires présents.

Les TERreurs de TERA 

Une vidéo est en préparation. Kevin vient de tourner le deuxième épisode vidéo en compagnie de Léna au son. Ils sont reparti sur Angoulême pour derusher tout ça à chaud une petite semaine.

Vivement notre retour pour voir la série se dévoiler 😀

Léna et Kevin en action! 

Si vous avez raté le premier épisode sur l'habitat, le voici ! 😉

Épisode 1: l'habitat  

Prochain article: "les alternatives économiques: les monnaies locales, la monnaie libre, le revenu d'autonomie, l'épargne solidaire..."

"Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune." 1er article des droits de l'Homme (et de la Femme) de 1789, citation offerte par Frédéric Bosqué, co-fondateur de TERA.

Nouvelle énigme "arbre à la Nicoco":

"Qu'est ce qui est en même temps un arbre? Et en même temps ce que pourrais dire un maçon à la fin d'un chantier?"

Merci l'équipe de TERA pour cette trouvaille! On a bien ri! 😀

17
juin

Du 17 au 20 juin

385 km

On pourrait se croire au village des enfants perdus à la Peter Pan, mais il s'agit bel et bien du collectif de charpentier(e)s Dordognais : copeauXcabana.

L'atelier: le bâti central de "Copeaux"

Au jardin des poètes, nous sommes tombés sur ce livre "Cabanophiles" de Yogan Bredel Samson. Une source d'inspiration immense dans lequel il raconte sa passion pour les cabanes lors de ses nombreux voyages à travers le monde. "La cabane c'est une philosophie."

Un message envoyé et nous nous retrouvons au coeur de la forêt avec eux pour une session d'équarrissage du bois à la hache. (souvenir du chantier participatif à La Gibbeuse, l'été dernier)

Un atelier, une cuisine partagée, une vie de travail collective… C'est tout un art de travailler le bois, le couper, le sculpter, l'honorer, lui donner forme. Comme une grande famille, ils oeuvrent ensemble de la plus belle de manières. L'objectif étant de créer du lien social et intergénérationnel, de participer à la dynamique de leur commune et de promouvoir la culture et l'évolution des techniques de bâti ancien.

La cuisine partagé, l'atelier et la relève des charpentiers

Le grand bâtiment en photo, c'est l'atelier. Il a vu le jour en 2014 grâce à des dizaines de charpentiers et d'amateurs qui sont venus donner la main pour construire cette structure en charpente traditionnelle.

C'est à la hache et à l'aide de "Plume", le cheval, que le chantier s'est déroulé.
Si vous souhaitez découvrir la traction animale, je vous recommande ce film:  Trait de Vie 

Pourquoi pas commencer le chantier d'une ou de plusieurs cabanes au retour? En tout cas, la graine est semée en nous… Le rêve d'enfant revient. Nous avons eu beaucoup de chance d'avoir pu nous y rendre. Ils sont énormément sollicités et inondés de demandes.

Pensée à nos amis qui aime le bois (Léon & Aloïs), si vous avez l'occaz de rencontrer le collectif; voir de vous former sur le lieu, ca serait une tuerie! Nous aurons besoin de charpentiers de leur trempe pour la construction d'un futur éco-lieu en commun 😀

Leur jardin 

P.S.: Le jeune "Padawan de la Permaculture", Kylian, est reparti dans sa contrée. C'était chouette de pouvoir l'intégrer à l'aventure pendant une semaine. Encore merci au Domaine de la Salamandre et au collectif de CopeauXCabana pour avoir permis son intégration.

Alexis: "prendre une douche perchée dans un arbre"

Kamil: "une hache bien affûtée procure un vrai plaisir pour travailler le bois"

Nelly: "la visite guidée des cabanes insolites"

Kevin: "rencontrer l'auteur de Cabanophile, le livre révélation que j'ai découvert au Jardin des poètes. Coïncidences? Je ne pense pas"

La boulette de millet fondante au fromage !

- Cuire le millet, ajouter les épices désirées, de l'ail, laisser refroidir

- Former des boulettes de taille moyen, introduire un cube de fromage (compté), refermer, boulet

- Frire dans une huile chaude, égoutter, DEGUSTER avec une salade !

Et en dessert: un pouding de tapioca à la noix de coco ! miam miam

"La vie m'a enseigné au moins une chose: si quelqu'un avance avec confiance en direction de ses rêves et qu'il s'efforce de mener l'existence qu'il a imaginée, il jouira d'une réussite hors du commun!" Henri David Thoreau

15
juin

Du 15 au 18 juin

354 km

Véronique et Vincent ont un rêve. Celui de créer un éco-hameau qui tend vers l'autonomie alimentaire et énergétique… Mais pour créer un éco-hameau il faut des belles âmes motivés! Alors si le projet t'intéresse n'hésite pas à les contacter.

Cela aiguise votre curiosité ?

Voici leur site internet: https://www.domainedelasalamandre.com

La ferme  + le futur terrain constructible pour l'éco-hameau

Le domaine de la Salamandre (40 hectares) se situe à 35 min de Périgueux dans un petit village, nommé Auriac-du-Périgord. Avec ce projet d'éco-hameau, ils souhaitent donner une place plus équilibrée à l'Homme en harmonie avec son environnement dans un respect des écosystèmes présents.

Aujourd’hui, ils ont:

- un verger de 180 arbres fruitiers différents. Ils pratiquent l'agroforesterie en associant arbres & cultures sur une même parcelle agricole.

- des cultures en plein champs, 9 hectares.

- un poulailler

- des gîtes, chambres d’hôtes à but pédagogique autour du bien-être / santé

- des terrains (2 hectares) bientôt constructibles qui pourront accueillir l’éco-hameau.

Verger et culture de pois chiche sur la même parcelle. 

L'idée serait, avec ceux qui souhaitent les aider :

- Organiser des chantiers participatifs (serre bio-climatique, bassins d’eau…)

- Lancer une dynamique collective pour la construction et la vie de l’éco-hameau

- Accueillir des porteurs de projet pour tendre vers une autonomie alimentaire et énergétique.

Noyer au milieu de la prairie 

Véronique et Vincent sont très attachés à une alimentation saine et durable. Pas de lait de vaches ni de blé moderne pour eux. Ils nous recommandent une lecture qui les a touché: "L'alimentation ou la troisième médecine" par le Docteur Jean Seignalet

Kevin: "Revenir dans les vignes et cueillir des champignons avec le voisin et Jérem'".

Alexis: "Après avoir taillé la vigne, mettre le vin (cuvée 2019) en bouteille... et le savourer!" 😇

Kylian: "la vue merveilleuse que l'on a du haut de la colline, l'imagination peut transformer ce paysage en un lieu merveilleux"

Kamil: "Retrouver la culture des variétés de céréales anciennes bio non hybridés (petit épautre, grand épeautre, sarrasin, seigle...) + avoir une belle récolte de noix suffisante pour être autonome une année pour 5 personnes & partager/troquer avec les amies !

Nous sommes repartis avec un sac de noix de 5kg! C'est énorme! Merci V&V" 😘

Nelly: "Apprendre avec Véronique leur recette de pain maison sans four. La cuisson à l'étouffée."

Le pain maison  & la taille de la vigne avec Véronique

Recette du pain du domaine de la Salamandre:

- 500g de farine ancienne petit épeautre

- 1 c.à.s de levain (maison)

- 1 petit verre de raisin sec et de noix

- 1 pincée de sel- de l'eau jusqu'à obtenir une belle pâte bien humide


Mettre dans un moule à cake

Laisser reposer 7h dans son moule directement

Cuire à feux très doux dans une cocotte avec un fond d'eau; pendant 1h minimum; ne pas ouvrir le couvercle!

Puis laisser sécher pour le petit déjeuner et Miam Miam 😀

Vincent, le "Clint Eastwood" paysan. 

« Moi, je suis agriculteur. J’ai bien profité dans ma vie d’avant, dans l’industrie pharmaceutique. Mais j’ai une honte complète envers ma génération, on a tout détruit après la guerre…T’as vu le film « Nos Enfants Nous Accuseront » ? Il est lourd de sens pour moi… Personnellement, je la trouve là mon énergie, quand je me lève tous les jours, car oui, j’ai aussi des enfants. » Vincent

Nous regardant le champ des possibles & Kylian "le jeune padawan de la permaculture" perché mais pas noyé 

Le domaine a un potentiel énorme, les paysages sont magnifiques et les propriétaires nous ont accueillis avec un tel amour que nous avons été triste de passer si peu de jours ici. Mais un nouveau lieu nous attend... Aventure à suivre 😀

11
juin

Du 11 au 14 juin

309 km

Au jardin des poètes

En suivant le Flow du moment (merci Guillaume) sur la route de la Flow Vélo, les coïnci-danses nous amènes jusqu'"Au jardin des poètes"; une association avec un grand jardin, une maison pour les gens (de) pas sâges, des carabanes (dont un studio) qui met en avant la Culture (des Arts et de la Terre).

Nous arrivons pour un chantier participatif: celui de mettre en place la base d'une toiture auto-portée qui élèvera le chapiteau pour accueillir spectacles, conférences, projections-débats, concerts...

Les chapiteaux en construction 

Nous rêvons d'un lien qui se tisse entre les différents lieux inspirants (ex: Les Jardins Respectueux à Cognac, Le port du Lys à Salignac-sur-Charente, Le Mycélium à Dignac, la commune imaginée du Bandiat, ...) le long de la Flow Vélo, avec pour trait d'union des camps itinérants ou des tournées de spectacles à vélo, à cheval ou à pieds...?! Avis aux touristes curieux, aux compagnies d'artistes et/ou aux voyageurs-troubadours!

La Flow Vélo (bientôt la Perma Flow Vélo avec les lieux inspirants?) 

Cueillette sauvage de:

- Cerises, merises (fruit du merisier, le cerisier sauvage) & griottes

- Prunes rouges du prunier pourpre: contrairement à ce qui est souvent dit, elles sont comestibles, juteuses et un peu acides, et peuvent être consommées crues ou en confitures.

En arrivant à Thiviers, les prunes nous ont appelées! Et comme on aime l'aventure, on en a fait de la confiture 😀

Présente dans les mares au Jardin des poètes, La massette (Thypha latifolia)ou "la belle quenouille" est une plante aux nombreuses fonctions et comestible.

Nelly: "Faire le troc d'un massage contre une coupe de cheveux avec Laura"

Kevin: "la recette de pesto de bourrache & les courbes, les cercles du jardin."

Kamil: "la magie des connexions humaines (extra)ordinaires, merci la vie..."

Alexis: "chanter, jouer du ukulélé lors d'une soirée musicalement chouette. Merci les Poètes!"


Au départ des Jardins des poètes l'équipe s'agrandit... Affaire à suivre au prochaine article 😉
• • •

Rencontre Moilamain

Si nous passions par Thiviers, il était logique de rencontrer Moilamain et sa Librairie PermaCulturelle.

Une véritable mine d'or, si on peut redéfinir ce qu'est véritablement l'or… Il y a tout dans cette librairie: des bases pour faire son jardin en Permaculture jusqu'à la création d'une bio-région en passant par le soin, l'économie ou encore la cueillette des champignons et plantes sauvages (oui… on a craqué… Mais bien utile en voyage).

Nous vous conseillons vivement de jeter un oeil sur la boutique en ligne, c'est bien mieux qu'Amazon... ! 😁

Voici l'interview réalisée dans la caravane studio, cliquez ici: Moilamain - La Permaculture Humaine - Le Permacooltour PODCAST #7

NOTE À VOUS, lecteurs: tous les mots en gras et soulignés peuvent être cliquables et vous renvoient à des liens intéressants 😉

"Arrêtez de vous prendre la tête, la vie est beaucoup plus simple que ce que vous imaginez" Moilamain

Rencontre de Moilamain et du Clap Solidarité en 2016
Merci Marlène pour me rappeler cette chanson (pensée pour Elise V) 
1
juin

du 1er au 10 Juin

184 km

La Ferme de la Goursaline se situe à Bussière-Galant dans le Périgord-Limousin. Vous connaissez peut-être la ferme via PermacultureDesign et Benjamin Broustley (l'ancien propriétaire)? Elle est gérée aujourd'hui et depuis 1 an par un couple Suisse Olivia & David Weber. Olivia était dans le marketing de cosmétique de luxe, David était banquier (un vrai Suisse). Puis le déclic: DEMAIN (le film). Maintenant ils souhaitent lier l'écologie et leur foi évangélique en proposant des accueils, des formations, des stages et inspirer d'autres à une transition écologique et spirituelle.

Au passage, ils nous racontent leur histoire, leur témoignage est poignant et inspirant.

Voici donc le cinquième Podcast sur Soundcloud, cliquez ICI 😀

2 magnifiques gîtes:1) Une yourte de 50m². Les sensations dans cette yourte? Les mots de Zeb (voyageur passé 1 mois auparavant avec son âne Piloul) nous semblent les plus appropriés:

"Le terme c'est fœtal. Nous avons dormi dans le ventre de mère nature.

De part sa conception, les sons extérieurs vous parviennent étouffés, mais ils sont là.

Que ce soit le rythme de la pluie, le chant des oiseaux, le bruissement des feuilles, le pas léger du chevreuil..."

2) Un chalet en fuste (en rondin dans le style chalet canadien ou scandinave) au milieu du taillis de châtaigniers. On se sent comme des bûcherons nordiques en habitant le chalet 😀


Découvrez ces hébergements atypiques: https://www.fermedelagoursaline.fr/nos-gites/

Le lait de chaux pour assainir et peindre en mur de manière écologique et économique. Il vous faut: - de la chaux (photo 1)

- puis de l'eau (photo 2) 1 volume de chaux pour un volume d'eau

- et quelques gouttes de savon (photo 3)

Mélangez et attendre quelques heures (photo 4)

Puis peindre votre mur (photo 5) et le tour est joué (photo 6) 😀

Kamil & Alexis: "on a vu une Genette! Selon la légende locale, si tu vois une Genette c'est que tu es le bienvenu en Dordogne."

Nelly: "coopérer tous ensemble pour l'aménagement de la toiture végétalisée et me rendre compte qu'on peut mettre de la Vie partout, même sur les toits"

Lena: "à la recherche de l'eau avec Jean-Pierre et Laurence (les voisins) et peinturer avec la chaux: chaud devant!"

Kevin: "j'ai aimé découvrir ce réseau de personnes inspirantes (la ferme de la Goursaline, les voisins Chateau (c'est leur nom de famille), Terres de cabanes lié à l'éco-hameau du moulin de Busseix & Yan le passionné) qui s'entraident mutuellement et qui sont ainsi connectés aux uns et aux autres comme le mycélium dans la forêt"

Chantier toiture végétalisée - visite du jardin de Yan - visite de Terres de Cabanes avec Corinne - cours de sourcier par JP

Notre découverte culinaire: le vin d'épines & vin de sureau & vin de roses!

Nos apéritifs collectifs 😇

La recette (pour 1 litre):

- 1l de vin rouge

- 20 cl d'eau de vie ou d'alcool de fruits à 40°

- 150g de sucre

- 1 poignée de jeunes pousses d'épine noir (prunellier: prunus spinosa ) / 6 corymbes (sans le vert) de sureau (environ 40g) / 40g de pétales de rose

Mettre le tout à macérer 10 à 15 jours en remuant de temps en temps.

Filtrer et mettre en bouteille.


Vin de roses devant le chalet 

Dépense de la semaine pour nous 5:

20€ de riz, de pâtes, et de cacahuètes: la base (difficile de s'en procurer sans argent).

"J'ai décidé d'opter pour l'amour. La haine est un fardeau trop lourd à porter" Martin Luther King, citation offerte par David&Olivia.

C'est nous ! Vu du ciel ! 😀
Un film qu'on a découvert grâce à Olivia et David, on vous le recommande! 
"Love is All, love is All"
27
mai

Du 25 au 31 Mai

Vous aussi vous avez entendu parler de la Suite du Monde? Peut-être à travers ce reportage de France 5: L’enquête - Collapsologie : notre monde va-t-il s’effondrer ? - C Politique, la suite - 17/03/19

Ces idées "d'acheter les terres de notre émancipation", "de faire communs et communes" & "de se préparer face à l'effondrement en cours" nous questionnent et résonnent en nous.

La boutique des communs: la boutique qui rassemble!

Nos questionnements:

  • Comment acquérir des Terres pour développer son autonomie quand on a pas ou peu d'argent?
  • Comment faire Communs/Communes? Quels leviers? Quels obstacles à dépasser? Avec quels outils de facilitation?
  • Comment se préparer concrètement à l'Effondrement en cours?

Nos rêves en nous rendant au marché de Piégut-Pluviers (point central de la commune imaginée du Bandiat):

  • Trouver une Histoire, un portrait pour réaliser une vidéo sur le projet et pour illustrer le pétale "foncier et gouvernance" de la fleur de la permaculture
  • Participer à un chantier permacool, d'éco-construction ou de maraîchage contre le gîte et le couvert
  • Voir de nos propres yeux & capturer (en image bien sûr) la Genette!
Pétale "Foncier et Gouvernance"

Au final, nous avons aidés Adrien, PE et Quentin sur un des terrains en maraîchage des communs, nous n'avons pas vu la Genette (mais l'auberge de Gennettes), nous n'avons pas réaliser de vidéo mais un super podcast. Puissent-ils nous/vous inspirer à tendre vers plus de communs, d'entraide et de solidarité!

En résumé la commune imaginée du Bandiat pour nous c'est:

  • 2 auberges de Genettes pour un accueil inconditionnel (welcome aux voyageurs, aux gens de pas sâge, aux porteurs de projet...)
  • 3 terrains agricoles pour cultiver, planter, expérimenter (avis à ceux qui rêvent de se lancer sur un terrain mais qui n'ont pas les moyens)
  • 1 carte (1 réseau de "bandits") qui facilite les transitions personnelles
  • beaucoup de gens à rencontrer pour débattre, échanger et ré-enchanter le Monde!

L'expérience du Bandiat nous amène à réfléchir sur la gouvernance au sein d'une communauté/d'un groupe. Leur principal challenge (comme beaucoup de projets collectifs) reste le PFH (le put*** de facteur humain). L'enjeu est de transformer ce PFH en Précieux Facteur Humain. Affaire à suivre...

"Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères ou nous allons mourir ensemble comme des idiots" Martin Luther King

https://soundcloud.com/user-494510187/effondrement-et-entraide-la-suite-du-monde-le-permacooltour-podcast-3 


Kevin: Echanger des graines de mirabellier de Terre Paille et Cie contre des graines de courges luffa (parfait pour faire des éponges végétales). C'est aussi l'un des objectifs du PermaCoolTour: être un trait d'union entre les lieux inspirants.

Kamil: Se tester à la forge avec Quentin (un voyageur de passage au Bandiat)

Alexis: Récolter les fleurs de tilleul(pour infusion, cuisine...) chez Adrien dans le laps de temps restreint où elles sont ouvertes (seulement trois jours!).

- Les amélanches (fruit de l'amélanchier). Quel plaisir de les découvrir tout autour de l'église de Piégut, alors que nous venions de prendre connaissance de ces baies, succulentes et riches en vitamine C, quelques jours auparavant dans le jardin de notre ami Benjamin des Compagnons du végétal.

- Récup' de supermarché (poulet rôti, rillettes et yaourts) et du marché (des fruits et des huîtres!)

- Salade de plantes sauvages.

- Manger 2 poules (rôties au feu de bois puis en bouillon) que le renard nous a laissé car surpris en pleine journée à chasser dans le poulailler.

Nous avons décidé de compter les dépenses que nous réalisons lors de notre tour de France. Rappelons-le, nous souhaitons réaliser ce projet (presque) sans argent pour montrer qu'il est possible d'apprendre, de découvrir et de voyager (en somme de Vivre) dans notre beau pays. C'est aussi une manière pour nous de s'efforcer à ne pas consommer ce que nous n'avons pas vraiment besoin et de retourner à l'essentiel. L'argent, nous souhaitons qu'il soit orienté vers des projets/des rêves qui ont du sens pour nous et pour un Commun.

Nos dépenses (à trois) depuis le 25 Mai:

- 50 € d'essence pour le van (si vous avez un contact sur notre route qui peut faire rouler le van à l'huile de friture ou à l'eau, on est preneur)

- 5€ de déjeuner à l'auberge des communs du Bandiat

- 10€ de courses au marché des producteurs

- 20€ de bières locales (ok c'est pas essentiel mais faut-bien se détendre aussi 😀)

- 4 € de soirée poker (ok c'est pas essentiel mais on aurait pu gagner les bières ^^')

Dans le réseau de la commune imaginée du Bandiat, il y a aussi la "Eartship" à Champs-Romain. Cette vidéo fait parti des déclics qui a donné envie de participer à des chantiers écologiques.

Un vaste chantier qui change la vie  

"Grandir ensemble et pourquoi pas s'engueuler en plantant des tomates et des concombres, tant que ça avance." Adrien


Pour retrouver l'interview sur Soundcloud, c'est ici !


Chanson d'arrivée à l'auberge de Genettes (et non de  Jeunesse) à la commune imaginée du Bandiat
4
mai

Du 4 au 25 Mai

Après notre passage à l'Unis-Vert des Sens, nous sommes invités à finir le confinement chez nos amis Sappho, Gab & leur bébé Izidore qui viennent de s'installer et qui souhaitent tendre vers l'autonomie.

Un matin, un camion nous livre un colis. C'est une faux qu'a commandé Gab sur le Comptoir de la Faux.

Cela tombe à pic, il y a du foin à faucher, des buttes à pailler, des pommes de terre à planter sous foin...

Et puis grâce au Vivre avec la Terre - Tome 3 , nous avons tous les bons conseils pour battre la faux, l'affûter et faire une belle meule de foin!

"La faux est un fantastique outil, injustement tombé en désuétude depuis l'invention des débroussailleuses à moteur. N'importe qui peut utiliser une débroussailleuse, alors que la faux demande un véritable apprentissage, notamment pour son affûtage. A dire vrai, le maniement de la faux est un art. Une fois maîtrisé, cet outil écologique donne de grandes satisfactions - il peut devenir addictif! Une faux bien bien maniée permet de travailler aussi vite qu'avec une débroussailleuse à moteur, en silence, en profitant des parfums de la végétation coupée, sans engendrer aucune dépense et sans abîmer la planète! (...) Le coût d'une faux est très inférieur à celui d'une débroussailleuse à moteur. C'est un outil inusable que l'on transmet à ses enfants."

Perrine & Charles HERVE - GRUYER, VIVRE AVEC LA TERRE, Tome 3 p.868

• • •

Chez Gab & Sappho: la création d'une asso!

Quelque jour avant de reprendre la route, Gab & Sappho nous partage leur envie de créer une association pour organiser et impulser une autonomie et une résilience locale.

Au même moment, Avenir Permaculture partage une vidéo sur le mandala holistique.

Le mandala holistique - un outil d'organisation collective 

Alors nous testons concrètement dans le jardin cet outil de permaculture humaine.

Mandala Holistique pour poser les bases de leur asso 

Le nom est trouvé: l'association Mycélium, un réseau solidaire pour une autonomie collective et locale. (Ça clac non? 😀 )

Quelques mots clés de l'association?

  • Alimentation: via un groupement d'achat, complémentarité de cultures, jardin collectif et partagé
  • Pédagogie: matinées d'entraide (les "matins coup de main"), apprentissage libre (le unschooling)
  • Economie: via le troc et la monnaie libre (la Jüne)
  • Art-isanat: une grange à aménager pour spectacle, musique, danse, exposition, conférence...
  • Habitat: low-tech, mutualisation
  • Santé
  • Lien Social: fête de saison (la première aura lieu le 21 juin!)
Carte heuristique de l'asso 

Si vous êtes interessés par cette association et ce réseau qui se monte au sud d'Angoulême, contactez les: mycelium16@gmail.com.

Nouveau podcast à écouter: Sappho Et Gabriel - Du Tandem À L'accouchement chez Soi

Gab, Sappho & Izidore 
• • •

Le virus (le micro, l'infiniment petit) a réussi à arrêter la machine du capitalisme mondialisé (le macro, l'infiniment grand) et nous sentons qu'une prise de conscience s'accélère. Une véritable métamorphose de la société est en chemin, le réseau de gens (le mycélium) qui réinvente un mode de vie plus respectueux de l’Homme et de la Nature s’agrandit ! Nous sommes heureux d'avoir des amis qui impulsent cette dynamique localement, là où ils sont!

On ne vous cache pas que l'envie de s'ancrer (en ces temps compliqués de crise sanitaire) pour s'investir dans cette association et créer l'éco-lieu Beaulieu s'est fait ressentir. Mais l'appel de la Pirogue est davantage présent en nous! Nous avons tant de chose à découvrir avant d'enraciner notre Arbre. Partir pour mieux revenir? Qui sait? L'avenir nous le dira. Mektoub!

Nous avons profité de la saison:

- des asperges sauvages (Ornithogales)

- des fleurs de sureau (en sirop, en pétillant et en beignet)

- des pestos et des salades de plantes sauvages (ail des ours, ortie, alliaire, plantain, roquette sauvage, gaillet gratteron, la vesce commune, la stellaire, pâquerette, pissenlit...) tout cela avec du pain maison!

"Je veux me libérer de tout ce qui m'empêche de vivre dans la plus belle harmonie pour m'accomplir et être pleinement heureux-se." Mantra de Sappho

"Mieux vaut une goutte d'eau régulièrement q'un seau d'eau de temps en temps" citation offerte par Gab

La musique du moment: "c'est le temps de l'Amour, le temps des copains et de l'Aventur'euh!"
8
avr

du 8 au 16 avril

Comme vous, nous nous sommes retrouvés confinés le 17 Mars 2020. Kamil dans sa maison familiale à Chalais, Kevin et moi à Angoulgoul. Après 3 semaines de confinement, le besoin de se sentir utile s’est vite fait ressentir.

Alors quand le ministre de l’agriculture a appelé à rejoindre « l’armée de l’agriculture » via le site #desbraspourtonassiette, nous nous réjouissons d’avoir l’opportunité de pouvoir aider des producteurs et de mettre les mains dans la terre.

Rencontrez-les au marché de Victor Hugo à Angoulême tout les vendredis! 

Nous nous retrouvons donc à prendre nos vélos pour aller à la rencontre de Natacha et Angélique et leur "cosson de compagnie", qui se sont lancées dans l’installation de leur micro-ferme de 10 hectares en Dordogne, il y a 2 ans.

Voici leur histoire (et le premier audio du Permacooltour!). N'hésitez pas à vous abonner, d'autres podcasts suivront si le format vous plaît. 😀

"Choisissez un travail que vous aimez et vous n'aurez pas à travailler un seul jour de votre vie" Proverbe chinois

Conseil de nos maraîchères préférées: "le non paillage des salades, évite le pourrissement des feuilles et donne de belles salades bien croquantes"

Un animal se cache dans cette photo. Où est l'âne y mal? 😀

- l'Amour partagé par Angé et Natacha à leurs animaux: Naïko leur fidèle compagnon, Cosson la mascotte, les beaux paons, les rasta baudets du Poitou, les auxiliaires de la serre les fameux canards coureurs indiens, les abeilles butineuses, les poules pondeuses...


- Nous avons adoré construire l'abris flottant pour les canards coureurs indiens que nous avons nommé: Le canardier. Vivons heureux et vive les canar'euh!

Création du "Canardier"  ou  "Canarailler" ?

"Pour vivre heureux... Vivons nus pieds" Tatouage sur les pieds d'Angélique

Photo de départ 

Citation présente sur la ferme et d'actualité: "Il te restera toujours tes rêves pour réinventer le monde que l'on t'a confisqué" Yasmina Khadra

Nous préparons le nouveau programme de notre aventure! Restez à l'écoute, le départ (enfin!) est imminent.

Soundcloud / Facebook

Nouvelle chanson dans le carnet de champs (de chants? 😀)

Pendant 3 mois, nous avons: beaucoup communiqué sur le projet, mis en avant le financement participatif, envoyé de nombreux mails, proposé des "Conf' Gesticulo participatives" parfois (souvent 😀) bordéliques, eu la chance d'être invité dans un théâtre Parisien, douté d'atteindre notre objectif...

Mais vous avez répondu présent pour nous soutenir. Vous êtes 156 à avoir rassemblé 6 610€ pour notre aventure... C'est juste fou ! Merci à vous tous de nous permettre l'achat de matériels audiovisuels pour la réalisation de cette série de portraits à travers Le Permacooltour.

On a encore du mal à le croire, mais vous rendez notre deuxième rêve (celui de réaliser une série documentaire) possible ! Merci infiniment.

Aujourd'hui, nous sommes le 1er Mars et dans un mois c'est le départ ! Il ne nous reste plus qu'à rassembler le matériel manquant et c'est parti pour vivre notre 1er Rêve: le tour de France à vélo de la permaculture et des éco-lieux !

Hier en regardant un épisode de Nus et culottés, nous avons décidés d'un nouveau rêve: partir à la rencontre de Nans & Mouts en partant habillés mais en arrivant nus! 😀

"Si vous avez construit des châteaux dans les nuages, votre travail n'est pas vain; c'est là qu'ils doivent être. A présent, donnez leurs des fondations." Henry David Thoreau, citation offerte par le don'acteur et l'ami Loïc Roucou <3

"Nous tous - adultes et enfants, écrivains et lecteurs -, nous avons l'obligation de rêver. Une obligation d'imaginer. Il est facile de se conduire comme si personne ne pouvait rien changer, comme si nous étions dans un monde où la société est énorme et l'individu moins que rien; un atome dans un mur, un grain de riz dans un champ. Mais la vérité, c'est que les individus changent sans cesse le monde, les individus fabriquent l'avenir, et ils le font en imaginant que les choses peuvent être différentes"

Neil Gaiman dans Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture, et de l'imagination cité par Laure Parasote dans Yggdrasil N°1.

Publié le 25 février 2020

Pour ceux qui n'ont pas encore eu l'occasion de le voir, voici le 1er épisode de la série documentaire du Permacooltour sur l'habitat!

Depuis mon passage à Terre Paille et Cie ma liste de rêves pour ma vie s'est rallongée avec le suivant: Bâtir une maison bioclimatique & naturelle.

Ceci vous donne un premier aperçu de ce nous souhaitons créer comme série documentaire.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l'autonomie et la permaculture, allez jeter un œil sur la chaîne Youtube de Pascal Depienne: Avenir Permaculture.

Je rappel que notre but est d'illustrer la fleur de la Permaculture à travers des portraits de personne et de lieux inspirants. Ici notre questionnement est le suivant: peut-on construire son habitation de manière écologique, durable et abordable (sans être dépendant des banques)?

Détail du pétale "Habitat":

- Maisons passives: Vitrages orientés au Sud avec avant-toits, inertie thermique, aération passive.

- Matériaux naturels: Terre, bottes de paille, enduits à la chaux, rondins, pierre.

- Collecte et réutilisation de l'eau: Citernes, toilettes à compost, épuration phytosanitaire.

- Biotecture: Manipulation de la croissance des troncs et des branches pour constituer des structures et des maisons vivantes.

- Bâtiments semi-enterrés: "Earthships" et autres conceptions de bâtiments semi-enterrés.

- Prise en compte des risques naturels: constructions résistantes aux incendies de forêt, aux tempêtes, aux inondations, aux tremblements de terre.

- Autoconstruction: Autonomie technique et financière des habitants et des collectivités pour construire leurs bâtiments eux-mêmes avec des technologies et des matériaux accessibles.

- Langage des formes: Théorie de design organique et outils de Christopher Alexander.

• • •

J-4 pour le financement participatif! Merci aux 116 donna'cteurs qui nous permettent de croire en notre rêve en commun avec Kevin: celui de réaliser une série documentaire inspirante.

8
fév
8
fév
Publié le 17 février 2020

Le 8 & 9 Février 2020

Nous avons profité de notre montée dans le Nord pour participer à un chantier bénévoles au CPIE Flandre Maritime avec les Blongios (merci à notre coordinatrice préférée: Juliette Fouquet, la Queen des chantiers!).

Au programme: pose de barrière à amphibiens, étrépage, entretien de mare.

Attention: la manipulation de toutes les espèces d'amphibiens est strictement interdite sauf autorisation délivrée par la DREAL. A ne pas reproduire près de chez vous! 😉

La Vélomaritime (l'EuroVelo 4) passe juste derrière la Dune au Lierre. Nous y passerons certainement l'an prochain (février 2021) après avoir fait le tour de la Belgique.

Si vous aussi vous avez envie d'agir pour la Nature, trouvez et inscrivez-vous à un chantier participatif. Il y en a forcément un près de chez vous!

En cliquant sur les Blongios: vous pouvez trouver un chantier et/ou adhérer à l'asso.

"La nature est à la fois ce qui nourrit le corps et le guérit, émerveille l'âme, le cœur et l'esprit" Pierre Rabhi

• • •

Tu veux nous soutenir pour arriver à 100%? c'est ici: https://www.proarti.fr/collect/project/permacooltour-la-serie-documentaire/0

7
fév
7
fév

Vendredi 7 février: participation à la distrib' de repas pour les migrants de Grande-Synthe avec Emmaüs + Conf' à la Maison de l'Environnement de Dunkerque

Reportage photos de Kevin à Emmaüs  

Il me tenait à cœur d’emmener Kevin à Emmaüs pour participer à la distrib' de repas pour les migrants. . Car au final, pour reprendre les mots de Julien Moreau, l'éco-aventurier:

"Ce sont eux les vrais aventuriers. N'ont-ils pas franchi plusieurs frontières clandestinement? N'ont-ils pas avalé des milliers de kilomètres à travers l'Afrique ou l'Eurasie? N'ont-ils pas, pour certains, dû traverser la Méditerranée sur des navires de fortune?" Julien Moreau dans L'éco-aventurier - Mon tour de France au service de l'environnement

Vous souhaitez, vous aussi participer à la distribution de repas aux migrants et essayer de mieux comprendre par l'expérience la crise migratoire? Rdv à Emmaüs Grande-Synthe chaque vendredi: 03 28 21 24 88. Merci à Sylvie pour son extraordinaire accueil, ses explications sur la crise migratoire et son engagement exemplaire et bravo à l'ensemble des bénévoles et compagnons.

Nous avons eu l'honneur aussi de rencontrer Béatrice Jaud, réalisatrice du film "Grande-Synthe : La ville où tout se joue"

Bande annonce du film 

Pour regarder le film en entier c'est ici: http://grandesynthelefilm.com/

• • •
Conf'  Gesticulo participative à la Maison de l'Environnement à Dunkerque 

De chouettes échanges et partages avec vous! Nous avons pu, entre autre, réfléchir et définir ensemble le mot RÉSILIENCE. Et j'ai envie de rajouter ces propos, lus récemment dans le magazine Yggdrasil:

"La résilience n’est pas destinée à rester un concept théorique. C’est surtout quelque chose qui se pratique sur le terrain, ca s’expérimente, ca se teste.La résilience, c’est comme le bonheur : ce n’est pas évident, ca commence par soi et ca n’a de sens que si c’est partagé"

Et pour relier les mots "voyage - aventure", "migrant" et "résilience" voici un extrait qui nous inspire et que nous tenions à vous partager:

"Se mettre à voyager sans objet matériel, sans argent, vulnérables, comme le font Nus et culottés...Une bonne manière d'expérimenter notre résilience, nos capacités d'adaptation et d'acquérir des compétences, voir des habitudes, de réciprocité, d'empathie, de modestie, d'humilité, de sobriété et d'accueil.Car nous sommes TOUS de potentiels Migrants !"

Pablo Servigne, Raphaël Stevens, Gauthier Chapelle dans

• • •

N'oubliez pas: J-17 avant la fin de notre financement participatif! Merci aux 86 contributeurs!

1
fév
1
fév
Publié le 3 février 2020

Retour aux sources: Le Jardin Respectueux. Pour le traditionnel 1er chantier participatif de l'année: "Osez l'osier".

Que c'est chouette de retrouver le réseau, la grande famille des adhérents du Jardin Resp'.

Osons l'osier, osons adhérer à l'asso pour les soutenir dans leurs actions!

Vidéo "Osez l'osier 2018": l'édition inondée 

Et si vous souhaitez en apprendre plus sur les Jardins Respectueux et sur l'osier: voici un podcast du frangin sur France Bleu. 😀

Lien entre l'osier et les trognes! 

Demain nous sommes à Paris au théâtre de la Contrescarpe pour présenter le projet!

Pour ceux qui ne pourront être là. Vous pouvez suivre la diffusion en live à 21h!

Osez l'osier, osez planter et osez nous aider: J-26 pour nous soutenir dans notre aventure!

Merci aux 71 contributeurs! Grace à vous nous sommes à 37% de notre objectif!

"Il n'y a pas de vent favorable pour un bateau qui ne connait pas son port" Sénèque

25
janv

Cette chouette "faîtes la transition" me rappelle que nous sommes en 2020... année d'élections municipales. Plusieurs membres de ma famille, amis ou connaissances s'engagent en politique (bravo pour leur engagement), et si ces élections municipales qui se profilent nous offraient enfin la chance d’amorcer une transition juste face à l’urgence écologique ?

Voici une bonne source d'inspiration avec le film documentaire "Qu'est-ce qu'on attend" de Marie-Monique Robin sur le village d'Ungersheim (et sa "paille High-Tech" 😀 )

D'ailleurs le Mouvement Colibris est partenaire de notre aventure! Vous pourrez retrouver le reportage photo à la rencontre de ceux qui nous inspirent sur le Colibris mag cette année ! Voici le 1er article lié au PermaCoolTour: Pascal Depienne, la permaculture par la construction terre paille.

"Mais alors, dit Alice, si le monde n'a absolument aucun sens, qui nous empêche d'en inventer un?" Lewis Carroll, Alice au pays des merveilles

• • •

J-14 pour nous aider à acquérir du matos audiovisuel et mettre en image des chouettes initiatives permacoles de transition en France. Merci aux 91 contributeurs. Plus que 5€ et nous aurons atteint les 50% de notre objectif! 😀 Tu veux nous soutenir? c'est ici: https://www.proarti.fr/collect/project/permacooltour-la-serie-documentaire/0

19
janv

Du 19 au 21 janvier

Sappho et Gab' sont le genre d'amis lumineux et inspirants (en témoigne la photo). Ils sont aussi partis 3 mois à l'Aventure cet été mais avec un tandem, une poule & un coq et leur roulotte auto-construite!

Sappho & Gab et leur "Roule Hot"

Installés depuis début janvier en pleine campagne, nous avons pris plaisir à rejoindre leur maison à bicyclett'euuuuuh (petit entrainement avant le nouveau départ). Nous avons pu saisir le plein potentiel de leur lieu et poser les idées en faisant en mandala holistique avec eux, leurs valeurs et leurs envies.

Ensuite nous avons réfléchis à l'ébauche d'un design permaculturel d'une partie de leur terrain. Puis nous sommes passés à l'action en construisant la première butte avec des copains qui nous ont rejoint.

Construction d'une "grosse" butte
 Bonus: Gab aiguisant Sappho (sa faux? 😀)

"Il fallait que nous changions du tout au tout notre attitude à l'égard de la vie. Il fallait que nous apprenions par nous-même et, de plus, il fallait que nous montrions à ceux qui étaient en proie au désespoir que l'important n'était pas ce que nous attendions de la vie, mais ce que nous apportons à la vie. Au lieu de se demander si la vie avait un sens, il fallait s'imaginer que c'était à nous de donner un sens à la vie à chaque jour et à chaque heure."

Citation de Victor Frankl choisie par Sappho lors de la conf' gesticulo participative à Angoulême.


Mais qui est Victor Frankl? Un exemple de résilience! Professeur autrichien de neurologie et de psychiatrie; il survécu au camp de concentration d'Auschwitz. C'est la vie dans les conditions inhumaines des camps qui l'a poussé vers sa théorie du sens de la vie (la logothérapie).

N'oubliez pas: J-37 avant la fin de notre financement participatif plus que 126€ avant notre premier pallier! Merci pour votre soutien. Kevin & Alexis

https://www.proarti.fr/collect/project/permacooltour-la-serie-documentaire/0 
4
janv
4
janv
Publié le 7 janvier 2020

Nous (Kevin et moi) débutons l'année 2020 dans une belle douceur hivernale à Terre Paille et Compagnie, où j'ai le plaisir de retrouver de nombreux Permapotes rencontrés pendant les 3 mois d'aventure (de juillet à septembre)! Ce fut un Perma-Blitz (entendez une action, un chantier permacole sur une courte durée) très efficace. Nous avons construit une serre pour la future pépinière de l'arche de Néo, fait le paillage des jeunes arbres de la foret comestible (et il y en a !), construit une cabane pour les futures oies et posé une clôture. Un magnifique moment en leur compagnie qui nous lance sur une année pleine de partage et de joie (: Plantons des arbres, prenons en soin, créons nos forets comestibles de demain, aménageons ensemble l'avenir ! Plus de détail sur : L'arche de Néo

 Perma-blitz: Week-end pour les arbres à l'Arche de Néo
Vidéo du Week-end à l'Arche de Néo 

Et c'est avec une immense joie que je ramène 2 arbres plantés dans le poulailler du Jardin Respectueux! Hâte de voir l'arche de Néo dans quelques années et hâte de voir le pommier et poirier grandir!

Pommier (reinette de Parthenais) & Poirier (Triomphe de Vienne greffé sur Cognassier) au poulailler du Jardin Respectueux 

"Le meilleur moment pour planter un arbre était il y a 20 ans. Le second meilleur moment, c'est maintenant." Proverbe Chinois

N'oubliez pas: J-53 avant la fin de notre financement participatif 😀 (merci au 43 contributeurs qui ont déjà rassemblé 21% de notre objectif! Pour les autres il n'est pas trop tard 😉)

10
déc
10
déc
4
déc
4
déc
Publié le 4 décembre 2019

Slt les Aventouriers!

Au lendemain du "giving tuesday" (l'anti-black friday solidaire et engagé), à l'approche de Noël et de ses cadeaux sur emballés, nous (Kevin, Kamil et moi) lançons le financement participatif de la série documentaire du PermaCoolTour!

Une bonne occasion de faire pleins d'heureux!

1) Votre proche. A qui vous pouvez offrir un cadeau plein de sens (comme une "invitation à nous rejoindre sur un éco-lieu + assister au tournage d'un épisode")

2) Vous même. Parce que "quand on donne aux autres, on obtient de la dopamine et on se fait du bien"

3) Tous ceux qui pourront voir les futurs épisodes du PermaCoolTour parce que sans votre aide pas de série docu

4) NOUS, que vous comblerez de bonheur car c'est un peu une reconnaissance de notre rêve et de notre projet.

MERCI d'avance les amis

Nouveau départ au printemps à 3!

Soyons heureux et vive l'Aventur'euh!

30
sept
30
sept
Publié le 7 octobre 2019

Après la tempête, le calme 😀 et un temps parfait (pas de rafale de vents, ni de pluie) pour faire à vélo les 80kms qui me restent avant de me (re)poser dans mon village natal : REXPOËDE .

Une PAUSE s'impose pour faire le bilan de ces 3 premiers mois d'aventure et de réfléchir à la suite.

Le BILAN:

  • Les Kilomètres: 1110 kms à vélo + 360 kms en camion (merci Flo'rent & Kamil) + 335 kms en train = 1805 kms
  • Les dépenses: 1198€85 soit 400€ / mois (dont Formation: 650€, Boissons: 163€46, Bouffes: 132€89, Train: 97€40, Adhésions Asso: 95€, Équipement: 60€) On peut se questionner sur le fait que j'ai plus dépensé en "boissons" qu'en "bouffes"... 😇
  • Les apprentissages: avoir une connaissance générale sur la permaculture et ses domaines (voir article "CCP" du 6 juillet), pratiquer l’équarrissage et le maniement de la hache pour faire une charpente à partir de tronc de la forêt, apprendre et pratiquer les techniques d'éco-construction en terre-paille (voir article "Camptier"), me nourrir des plantes et fruits sauvages et comestibles, voir et aider des maraichers dans leur quotidien, voir et comprendre différents modèles économiques... Le plus bel apprentissage reste celui de: s'ouvrir et d'aller à la rencontre de l'autre (merci à toutes les personnes dont j'ai pu croiser la route pendant ces 3 mois)
  • Les lieux découverts, 12: Festoyez, Terre Paille et Cie, La Gibbeuse, Ecocentre de Danne, Troglobal, La Rigole, PERMA G'Rennes, Les p'tites mains de Gaïa, La Ferme de St-Ursin, La Ferme des Cara-Meuh, le Hameau Bouet, Ecopya
  • Les départements traversés, 10: la Charente (16), la Vienne (86), la Maine et Loire (49), la Loire Atlantique (44), l'Ille et Vilaine (26), la Manche ( 50), le Calvados (14), la Seine-MAritime (76), le Pas-de-Calais (62) et le Nord (59).
  • Les déchets: J'en ai plus ramassé que produit! "le meilleur déchet est celui que l'on ne produit pas"

La SUITE:

1) Le 19 & 20 octobre: je serai au Jardin Respectueux pour la Fête de la COURGE (8éme édition)

Samedi 19 à 14h: animation de la "courge (course) de brouettes"

Dimanche 20 à 11h: "conf' gesticulo participative: sur les traces du Perma Cool Tour".

Venez on va bien manger, jouer, danser, chanter et se marrer! Pas convaincu? Voici un aperçu! 😉

Fête de la Courge 2018... vivement la 2019! 

2) La série documentaire se prépare.

Fin octobre: tournage de la vidéo d'introduction de la série et lancement du financement participatif. Rast'à l'écoute, nous aurons besoin de vous pour partager un maximum le projet! 😀

3) Le Perma Cool Tour s'ouvre à d'autres aventouriers!

Si toi aussi tu souhaites tendre vers une vie autonome et résiliente, avoir un faible impact écologique (déplacement à vélo, stop ou véhicule peu émetteur de CO2), si toi aussi tu n'as pas beaucoup d'argent mais le temps de prendre le temps, si toi aussi tu as une furieuse envie d'aller de l'avant (malgré l'état de notre monde) avec un puissant espoir d'un monde plus respectueux de l'Homme et de son environnement, si toi aussi tu as soif d'aventures, de rencontres et de découvertes (d'une France et de ses régions qui sont belles!), si toi aussi tu souhaites te former et vivre pleinement et incarner les valeurs et les principes de la permaculture au quotidien, si toi aussi tu rêves créer ou rejoindre un éco-lieu ALORS le Perma Cool Tour peux être ton Aventour!

Pour un jour, une semaine, un mois ou une année, contacte moi et voyons ce qui est possible de partager pour grandir ensemble 😉

27
sept
27
sept

Du 27 au 30 Septembre

SKAN, une maison accueillante & reposante. Merci Barth!

Retrouvailles de mes amis pour l’anniversaire de Barth: "Buvons encore une dernière fois, à l'amitié, l'amour, la joie!" 

"Les amis sont des compagnons de voyage, qui nous aident à avancer sur le chemin d'une vie plus heureuse." Pythagore


Je vous partage une autre belle histoire d'amitié qui m'inspire énormément et que je compte visiter sur ma route: La ferme de la Tournerie (vidéo et reportage radio)


Tempête et marée haute sur le fort d'Ambleteuse 

Petite énigme à la Nicoco de permaculteur/arboriculteur: qu'est ce qui est en même temps un arbre et un refuge au bord de la mer? À vous de jouer 😉 (votre réponse en commentaire)

"Apprends à maitriser tes émotions comme si tu te protégeais d' une tempête - en te construisant un abri formé de foi et de confiance jusqu'à ce que se dissipe la tourmente. Libère-toi de la tyrannie de l'impulsivité et des désirs compulsifs. Deviens un guerrier pacifique!" Dan Millman, Les aventures de Socrate

26
sept
26
sept

Warmshowers: chez David, Léa & leur bébé Oscar

Départ après avoir mangé une bonne dose de spiruline sous toutes ces formes (merci AKAL Food), je roule environ 50 kms pour traverser le pont de Normandie et "la puissance du port du Havre"; puis, être accueilli au paradis du warmshower. David & Léa ont l'habitude de recevoir et savent accueillir les voyageurs à vélo. Ils ont eux-même voyagé à vélo (comme en témoigne la carte de France, dans leur chambre, où de nombreuses véloroutes sont surlignées).

David me recommande l'Eurovélo 19 "la Meuse à vélo" pour traverser l'Est de la France depuis la Belgique. Cela pourrait bien être ma route... L'avenir nous le dira...

Avant de prendre le train pour monter dans mon Nord natal, la télé est ouverte, l'ex-président est mort... Mes hôtes choisiront une de ses citations :

"Dans la vie il y a des hauts et des bas. Il faut surmonter les hauts et repriser les bas." Jacques Chirac

Et moi je choisis la célèbre:

"Notre maison brûle et nous regardons ailleurs" Jacques Chirac sous les conseils de Jean-Paul Deléage.

Je partage tout de même les bonnes adresses permaculturelles de Normandie que je n'ai pas pu visiter par manque de temps, par choix ou tout simplement par non réponse à mes demandes... (coïncidences?):

24
sept

Du 24 au 25 septembre

C'est lors de la présentation du Perma Cool Tour au Cara Meuh Festival que je fais la rencontre de Catherine (coïncidence?) qui me laisse une carte de l'association Ecopya avec les coordonnées de Laurent (qui a lancé une ferme de spiruline). Après mon étape à "Caen, une pause?!", je décide d'aller voir à quoi ressemble ce projet d'Eco-domaine regroupant plusieurs activités & acteurs (ferme de spiruline, maraicher bio, lombriculture, cabanes dans les arbres, formations...).

Une cabane à côté des serres de spiruline

Aider à la préparation du caviar de spiruline

Participer à la récolte de spiruline fraîche

Découvrir les fruits abondants et faciles à récolter du Goumi du Japon (Elaeagnus multiflora)

Parler Forêt-Comestible avec Laurent et feuilleter le livre de Martin Crawford (un pionnier de l’agroforesterie)

Livre de Martin Crawford, préfacé par Rob Hopkins et Charles Hervé-Gruyer 352 pages, édité par Ulmer en 2017. 

Si vous souhaitez en savoir plus sur la spiruline: "la petite histoire de la spiruline" by AKAL Food

Si vous souhaitez apprendre à cultiver votre spiruline en mode "do it yourself" avec le spécialiste Gilles Planchon, c'est ici!

Merci à Catherine. Merci à Laurent et à toute l'équipe d'AKAL Food et de l'éco-domaine pour leur accueil et leurs partages!

"Si la gratitude n'est pas le bonheur lui-même, elle en a le goût" Robert Emmons

23
sept
23
sept
Publié le 26 septembre 2019

Lundi 23 septembre

Cueillette offerte par Thomas Novince pour mon voyage:

- les fruits de l'argousier (petit bombe de vitamine C!)

- des cornouilles (fruits du cornouiller)

- du raisin de Noah (le raisin qui rend fou? ou le raisin "gênant" car trop résistant et trop productif sans pesticide?)

Warmshowers: Chez Noémie.

Objectif du jour: environ 150 km pour aller jusqu'à l'Eco-domaine en Pays d'Auge (Ecopya).

Le début de la route est top! Une voie verte me permet de traverser avec plaisir le parc naturel régional des marais du Cotentin. La suite est moins drôle mais efficace: je longe une autoroute jusqu'à Bayeux. Ensuite la pluie, le vent et la fatigue arrive. Je me perds un peu au Nord de Caen. Je décide donc de ne pas me rendre à Ecopya ce soir me de trouver quelqu'un pour m'héberger à Caen après 110 km de pédalage. À quand une pause? À Caen, la pause s'impose!

C'est la première fois que j'utilise le site Warmshowers pour m'héberger. Et c'est Noémie, "une globe-trotteuse et une addict de l’émerveillement" qui me sauve d'une longue journée trempée.

Elle me partage ses anecdotes de voyages: "ce qui m'a le plus marquée c'est de nager avec des êtres vivants incroyables comme la raie Manta".

Noémie dansant avec des raies Manta

Merci Noémie pour ton accueil et tes partages. Tu m'as permis de remettre de l'huile dans "le moteur" et aussi sur ma chaîne de vélo. 😀

"C'est parce que nous vivons tous sur cette même planète que nous devons apprendre à vivre dans l'harmonie et dans la paix avec les autres et l'environnement. Ce n'est pas juste une utopie, c'est une nécessité." Dalaï Lama

17
sept

Du 17 au 23 septembre

Après 110 Km le long de la côte de la Manche, en passant par Granville, avec l'île de Jersey en vue (musique!), je me retrouve au hameau Bouet près de Saint-sauveur-le-vicomte.

Une rencontre improbable d'un autre cycliste en vadrouille (Antonin, pensée pour Marion Eck'cellent) m'a permis de mieux apprécier ce trajet (longue route monotone, contre le vent). Les relais nous ont permis ensemble de se motiver et d'aller plus vite. Conclusion à vélo: "Ensemble on va plus vite, ensemble on va plus loin"! 😀

"Le voyage à vélo est une école de la Vie" Antonin

Accueilli sur le lieu de Thomas & Sandrine Novince et de leurs enfants (Léa & Nolan), je fais la rencontre de Brendan & Thomas (tous les deux naturopathes) qui s'installent sur le lieu et de Marie (en woofing pour 2 mois).

Le lieu est incroyable! Autonomie énergétique, autonomie alimentaire. Une diversité et une abondance de plantes, de légumes, de fruits. 6 ha de possibilité pour développer un bel éco-hameau. Une forte et belle énergie se dégage de ce lieu unique.

Vous souhaitez un petit aperçu? voici un reportage de France 3 Normandie (2ème partie)

Vous souhaitez apprendre concrètement l'autonomie? Venez faire un wwoofing

Vous rêvez de participer et vivre dans un éco-hameau? Contactez-les: hameaubouet@gmail.com

"Rien n'est grave, tout est important" & "Il faut le croire pour le voir" Wayne Dyer et Thomas continue cette citation avec "imaginez la douceur et vous vivrez la douceur..."


Une petite caravane sur le lieu du hameau

Réaliser l'un de mes rêves listés avant le départ: Vivre une expérience chamanique en participant à un Temazcal (hutte de sudation). Un énorme merci à Laura & Jipi pour ce moment unique! Si vous souhaitez vivre une expérience chamanique voici les coordonnées de Jipi: info.jipijapa@gmail.com, +41 76 549 12 50.


Participer à un cours de Yoga (merci Virginia)


Découvrir la dynamisation de l'eau (mémoire de l'eau) avec Thomas


Échanger sur le jeûne avec Brendan

Récolter les noisettes avec Marie et se rendre compte d'un lien avec Isaac (hôte à Rennes)

Découvrir la numérologie avec les 2 Thomas (32;5)

"Si vous voulez trouver les secrets de l’univers, pensez en termes de fréquences, d’énergies et de vibrations" Nikola Tesla

13
sept
13
sept
Publié le 16 septembre 2019

Du 13 au 16 septembre

Week-end improbable et vireVOLtant! Les coïncidences (merci Jason) m'ont amenés à être bénéVOLe au Cara-meuh Festival. Et mon bénéVOLat a été gracieusement récompensé par un VOL au dessus de la baie du Mont St Michel en ULM (merci la famille Lefranc & Alain). 😀

Merci à tous les bénévoles du Festoch' (une chouette équipe) et peut-être à l'année prochaine avec une conférence gesticulée sur un retour du Perma Cool Tour... L'avenir nous le dira!

Rencontrer Christophe & Carole de Millefeuilles(lieu de vie et de partage permacole)

Suivre Christophe pour une balade de plantes sauvages et comestibles

Être bénéVOLe au bar et servir (entre autre) du pipi de dragon!

Assister à une joute de "chevaliers" sur vache à roulette (difficile à imaginer, je le conçois)

Chanter "Oh oui, oh oui, les vaches, les vaches..." au ukulélé dans un contexte très approprié.

Voler en ULM au dessus de la baie du Mont St Michel!


En tente sur le camping du festival & une nuit dans une grande coloc' à Avranches

Alain, agriculteur et pilote d'ULM 
Cara-Meuh Festival 2018 

"Hier est derrière, demain est mystère, aujourd'hui est un cadeau, c'est pour cela qu'on l'appelle présent" Maître Oogway (Kung Fu Panda ^^)

11
sept

Du 11 au 13 septembre

Après 70 km en longeant la baie du Mont St Michel, je me retrouve à la ferme de St Ursin chez Manu et Hélène: La Bentrider Fameuhly!

Faire caca nature face au Mont St-Michel, glaner des noisettes, des mûrs, des prunes, des pommes & des cenelles.

Découvrir la ferme de St Ursin avec l'ingéniosité des systèmes de Manu & Hélène:

- L'aggrozouk: le tracteur à pédale (voir photo)

- des serres roulantes sur rails

Participer à la récolte des haricots et des oignons.

Échanger avec Manu & Hélène sur leur tour d'Europe (voir vidéo)

Manger une omelette à l'oseille et au plantain (du jardin) cuite sur un réchaud "fait maison" que Manu m'a offert: le P3RS!

En caravane prévu pour les woofeurs

Hélène & Manu devant leur "Ginette, la binette" 
Une famille normande, des vélos couchés, un tour d'Europe... 

"Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas les faire. C'est parce que nous n'osons pas les faire qu'elles sont difficiles." Sénèque

9
sept

Du 9 au 11 septembre

Moment de grâce à midi avec Aline (95 ans) qui me permet tout d'abord de pique-niquer sur sa terrasse puis me prête un marteau pour casser mes noisettes glaner à Rennes pour enfin m'inviter à manger avec elle. Elle m'a offert une belle leçon de vie: "avec tout ce que j'ai traversé de bons comme de mauvais durant ces 95 années, je n'ai qu'une seule conclusion: il faut aimer la Vie pour avancer". Elle m'a fait penser à cette citation lu dans "les aventures de Socrate" de Dan Millman:

"Je ne sais même pas si le soleil se lèvera demain ou si je me réveillerai le matin. J'ignore même si Dieu m'accordera ma prochaine respiration. Dans ces conditions, je choisis de m'appuyer sur la foi plutôt que la connaissance - et d'accepter toute chose qui se présente à moi, bienvenue ou non, amère ou douce... car elle est un cadeau de Dieu."

La maison d'Aline + remerciement avec les coquilles de noisettes 

Après 90 km, dont la moitié sous la pluie où j'ai pu tester l'imperméabilité de mon paquetage 😀, je suis arrivé à Taganga (pas en Colombie mais bien chez Livia & Olivier, rencontrés lors des RNP, et leur 2 enfants, Léa & Inti).

"La cabane c'est la liberté"

Olivier & Livia ont bâti leur petite maison autonome de 38 m² sur un terrain non-constructible pour vivre au plus près de la Nature et repenser leur mode de vie pour leur donner encore plus de sens. C'est ce qui est appelé "la désobéissance fertile". Ils sont à l'origine d'une association "les p'tites mains de Gaïa", d'un jardin pédagogique & d'une ressourcerie. Famille et projets inspirants! Vous pouvez les retrouver sur le site du WWOOFing.

En caravane prévu pour les woofeurs

"La vie n'est qu'une blague. Elle peut s'arrêter dans la seconde. Alors, il faut travailler comme si on allait mourir à 100 ans et vivre comme si on devait mourir demain." Paul Bocuse

"Ce qui est légal n'est pas forcément légitime." Henry David Thoreau, concepteur et pionnier de la désobéissance civile.

6
sept
6
sept

Du 6 au 9 septembre

J'ai été parfaitement accueilli par Isaac et ses colocataires dans leur "éco-coloc" nommée: La Générale! Merci Bart Cassidy & Zgathou pour le contact.

Avoir un cours de couture en réparant mon pantalon avec la coloc Lucie.

Préparer un velouté de pommes de terre (j'ai la PATATE Daphné!) et d'oseilles du jardin en guise de remerciement à la coloc Générale!

Faire quelques achats avec la monnaie locale de la région Rennaise: Le Galléco

"La vraie richesse, ce n'est pas l'accumulation de biens matériels ou d'argent... c'est plutôt de vivre simplement et d'avoir un état d'esprit positif." Graham Burnett

"Caché dans un doux recoin,

songeur au fond de son nid,

pondéré et très précis,

rien ne l'arrête en chemin: escargot ne vacille point!" Isaac

• • •

Faire une balade "plantes sauvages et comestibles" avec Mika de Perma G'Rennes

Visiter le terrain de Perma G'Rennes dimanche matin

Bon plan potager & cuisine: le Baselle ou l'épinard de Malabar!

J'en ai goûté c'est excellent, voici une idée de recette.

Interview de Mika créateur de Perma G'Rennes 

Amis Rennais Mika propose aussi une école de Permaculture sur une année, plus d'infos sur: Perma G'Rennes

« Quand l’ordre est injustice, le désordre est déjà un commencement de justice »Romain Rolland

4
sept
4
sept
Publié le 5 septembre 2019

Du 4 au 6 septembre

En tente déjà installée sur le terrain

Après 105 km en longeant le canal "de Nantes à Brest" puis la Vilaine, je retrouve Gaëtan & Ella qui sont installés à Faix, un lieu dit de Langon.

Elle travaille pour l'agglomération de Redon, lui était dans la fibre optique. Et puis, il s'est un jour demandé "s'il n'était pas temps de faire enfin ce qu'il voulait". Alors il a entamé une formation de maraîchage bio de neuf mois (BPREA). Et a commencé à planter, "juste pour notre consommation personnelle".

La suite de l'article de son histoire de vie et de sa reconversion ci-dessous:

Article sur l'histoire de Gaëtan et son lancement en maraîchage

Préparer les paniers de légumes, tracter Vologio (leur cheval) pour récolter les pommes de terre, pailler les poireaux tout en parlant effondrement & vie sentimentale, cuisiner les bonnes courgettes et tomates du jardin.

Si vous souhaitez découvrir le lieu, vous y arrêter pour un court ou long moment et réfléchir à une vie en collectivité, Ella & Gaëtan vous accueillent les bras ouverts!

"Au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres l'envie de faire de même" Nelson MANDELA

1
sept
1
sept
Publié le 3 septembre 2019

Du 1 au 3 Septembre

Dans la confortable salle de cours des CCP

L'association La Rigole propose tous les lundis: La Permassistance.

La Permassistance? C'est l'idée de se retrouver avec des Perma'potes pour apprendre & pratiquer la Permaculture sur un lieu où les projets ne manquent pas.

Vous désirez apprendre la traction animal avec des ânes? Venez à La Rigole!

Vous voulez participer à un projet d'autonomie alimentaire à travers une coopérative de production? Allez à La Rigole!

Vous voulez apprendre la Permaculture avec du fun? Courez à la Rigole!

Plus d'infos sur: La Rigole

MERCI à Soizig (Team CCP), Julien, leurs filles (Céleste & Suzanne) et les Perma'potes du lundi 2 septembre pour l'accueil, les conseils, les partages et le FUN!

Vue aérienne de La Rigole & leurs 2 ânes  

"Face au changement, être inventif" & ajout d'un treizième principe de permaculture: "si c'est pas fun, c'est pas durable" Judith & Julien

"Too blessed, to be stressed" Perma'pote Hervé

28
août

Du 28 au 31 août

Dans une tente "d'ami", déjà installée sur le terrain

Tout au bout d'un chemin de campagne: un terrain de 5000 m², une vieille maison à rénover, le projet de créer une association pour une école alternative Montessori & un nouvel arrivant dans la petite famille (Lucien)... Voila le beau défi de Vie de Jade & Florentin (26 & 27 ans) qui ont pour objectif d'être autonome. Leur devise?

"La seule manière d'échouer c'est d’abandonner avant d'avoir réussit"

Ils sont un exemple de courage, de ténacité, d'écoute de leurs intuitions et d'éducation bienveillante. Merci la Vie d'avoir orchestré notre rencontre lors des RNP.

C'est la saison des mûres! Il y en avait à foison, la nature est abondante. Du coup point besoin d'achat pour se redonner des forces sur la route.

Faire une partie de la Loire à vélo, prendre un bac pour la traverser, passer à côté de Terra Botanica à me souvenir d'une anecdote très drôle d'Orane (si vous voulez savoir demandez lui), me faire accueillir les bras ouverts par Jade, Florentin, Lucien & Tiken (leur fidèle compagnon)... "plus rien ne m'étonnes" 😀

Musique!

26
août
26
août
Publié le 27 août 2019

Du 26 au 28 août

Défi réalisé: Dormir dans une belle grotte!

La vidéo date un peu mais elle présente "globalement" ce qu'est Troglobal 😀

Plus d'infos en cliquant sur Troglobal

"Celui qui déplace une montagne commence par déplacer de petites pierres" Confucius

19
août

Du 19 au 25 août 2019

En tente

Quatre jours de rencontres, d'animations, d'ateliers, de conférences, de présentations de solutions alternatives et concrètes.

Traduction: "Le plus grand changement nécessaire, c'est notre transformation de consommateur en acteur et producteurs, même si c'est à petite échelle, dans nos jardins. Il suffit que 10% d'entre nous le fassent pour nourrir tout le monde. Les révolutionnaires qui n'ont pas de jardin sont futiles car ils dépendent du système même qu'ils sont entrain d'attaquer en produisant des pamphlets et des balles, plutôt que leur subsistance et leurs toits" Bill Mollison

C'est lors des RNP 2018 que j'ai entendu parlé pour la première fois du terme d'Effondrement. La permaculture pourrait être une voie concrète d'espoir face à cet avenir incertain. Mais avant d'être autonome et résilient (le chemin paraît si long... mais plus c'est long plus c'est...), je peux d'ores et déjà rentrer en Résistance Climatique.

Dans les 2 à 5 ans qui viennent, je m’engage à :

- ne plus prendre l’avion et rouler moins de 2 000km/an en voiture

- me nourrir d’aliments 100 % bio, locaux, de saison, en mangeant de la viande 1 à 2 fois par mois au plus

- ne plus acheter d’appareils électroniques neufs (ordinateurs, écrans, smartphones…)

- demander à l’État et aux entreprises de tenir l’engagement de la France en divisant par 4 nos émissions de gaz à effet de serre

Merci Claire et Gildas Véret pour votre engagement!

"Si l'on m'apprenait que la fin du monde est pour demain, je veux quand même planter aujourd'hui mon pommier" Martin Luther King

"Aujourd'hui l'utopie a changé de camp: est utopiste celui qui croit que tout peut continuer comme avant" Pablo Servigne

2
août

Du 2 au 18 août

En tente dans la forêt ou dans la paill'yourte

Programme du Camptier 2019: Une demi-journée par semaine à l'Arche ( le terrain pépinière et agro-foresterie) / Aménagement dans la conserverie / Ré-aménagement du poulailler / Construction naturelle du futur bureau de l'association / Jardinage...

"Le camptier est un chantier participatif autogéré, nous y facilitons la transmission de savoir-faire en construction naturelle et nous partageons un moment de vie riche avec nos participants. Nous effectuons tous les tâches collectives, que ce soit la cuisine ou la vaisselle (la nourriture est fournie), et nous ne travaillons que 6h par jour avec un jour de repos par semaine. C’est en vivant une aventure similaire que Pascal a décidé de changer de vie et l’association poursuit donc cette expérience qui permet une éducation tout à fait informelle et gratuite tout en encourageant le développement de chacun et la découverte d’un mode de vie permacole. Nous partageons aussi d’autres activités telles que la fabrication du pain, le jardinage, les récoltes, la transformation, ou tout simplement des temps de jeux et de repos, d’où le nom de CAMPTIER."

Technique de construction naturelle & réalisation de la conserverie 

Profiter du sauna (auto-construit) les dimanches!

"Vivre simplement, pour que les autres puissent simplement vivre" GANDHI

"Sois ici et partout comme si tu y étais pour toujours" Pascal Depienne

18
juil
18
juil

Du 18 au 27 Juillet

Défi: Participer à la construction d’une géonef (earthship)

En tente au bord du Clain

L’association la Gibbeuse a pour objectifs d’animer des expérimentations et échanges de savoirs sur la permaculture et l’écoconstruction sur la propriété située au 84 rue de la Mérigotte à Poitiers.

Rencontres, porter des troncs, charpente, équarrissage, partage, feu de camp, jeux, chants, Qi Gong, yoga du rire

"La permaculture est un aménagement consciencieux du paysage, qui imite les modèles trouvés dans la nature, pour produire en abondance, de la nourriture, des fibres et de l’énergie, afin de combler les besoins locaux."

Graham Bell

“Lorsqu'on quitte un lieu de bivouac, prendre soin de laisser deux choses. Premièrement : rien. Deuxièmement : ses remerciements. L'essentiel ? Ne pas peser trop à la surface du globe.”

Sylvain Tesson citant Baden Powell

Dans les forêts de Sibérie

6
juil

Du 6 au 17 Juillet

Défi: Me former pour vivre pleinement, incarner les valeurs et les principes de la permaculture au quotidien.

En tente dans la forêt!

Découverte de l'association lors du MOOC Permaculture des Colibris et lors des Rencontres Nationales de Permaculture  (Août 2018)
Un CCP chez Pascal & Chenli Depienne

Étape importante du Perma Cool Tour: L'association Terre Paille & Compagnie

Vous vous demandez sûrement: "mais quelles sont les valeurs et les principes de la Permaculture"? Les voici résumées en un dessin:

Éthique et Principes de conception de la Permaculture 
Photos de groupe: "seul on va plus vite, ensemble on va plus loin" 

Bilan de la formation: le CCP permet d'avoir une vision globale de la permaculture et une connaissance générale des différents domaines qu'elle touche. Voici les différentes thématiques abordées lors du stage: le Design, la permaculture humaine, le Sol, l'agriculture naturelle, l'Eau, l'Arbre et la Forêt, les écosystèmes cultivés, les Animaux et l'agriculture régénérative, la construction naturelle et bioclimatique & les structures invisibles.

Cette connaissance générale est une bonne base pour se lancer, pratiquer et creuser chaque sujet avec les auteurs de référence.

Le CCP est surtout une belle aventure humaine (11 jours à vivre ensemble), riche de partages et d'échanges (débat sur l'effondrement, sur l'Amour, sur le sens de la vie, impro vocal, yoga dynamique, jeux...). Merci à tous pour vos partages!

Maintenant place à la pratique avec la suite de l'Aventoure!

"Bien que les problèmes de ce monde soient incroyablement complexes, les solutions demeurent honteusement simples" Bill Mollison

5
juil
5
juil
Publié le 9 juillet 2019

Merci à Lucie et Jonas pour leur accueil, leur gentillesse. Je vous invite à découvrir ces paysans très inspirants. Leur histoire est belle, leur engagement est fort... "La crêperie Festoyez dresse sa table au milieu des près. Visite de la ferme et repas sur réservation chaque vendredi d'été, à partir de 17h". Plus d'infos sur leur site:

En tente dans la pature

Promesse faite: Revenir chez Lucie et Jonas à la fin du Perma Cool Tour pour expliquer mon voyage et ce qu'il m'aura apporté.

"Ne te demande pas de quoi le monde a besoin: demande-toi ce qui te rend toi vivant et ensuite va et fais-le! Car le monde a besoin d'hommes et de femmes qui sont devenus vivants." H. Whitman

4
juil
4
juil
Publié le 1er juillet 2019

Je remercie la Cyclofficine d'Angoulême de m'avoir accompagné dans la préparation de mon vélo. Vélo qui a une valeur sentimentale car je l'ai depuis mes 14 ans! Merci Maman, merci Papa pour ce cadeau bien utile! Mon fidèle destrier se nomme: Pégasus 😀La phrase de motivation: "Roule Pégasus, montre-nous ce que célérité veut dire !"

Pour plus d'info ou adhérer à la Cyclofficine d'Angoulême il suffit de cliquer

A la coloc des copains du Clap soliarité qui ont réalisé un super documentaire: Que notre joie demeure!

Bande annonce du docu des copaings d'Angoul'goul! 

"La vie, c'est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l'équilibre." Albert Einstein

3
juil
3
juil

Connaissez-vous le mythe mélanésien de l’ile de Vanuatu : la Pirogue et l’Arbre?

« Tout homme est tiraillé entre deux besoins, le besoin de la Pirogue, c’est-à-dire du voyage, de l’arrachement à soi-même, et le besoin de l’Arbre, c’est-à-dire de l’enracinement, de l’identité, et les Hommes errent constamment entre ces deux besoins en cédant tantôt à l’un, tantôt à l’autre ; jusqu’au jour où ils comprennent que c’est avec l’Arbre que l’on fabrique la Pirogue »

Pour moi il est clair que le temps est venu de prendre la Pirogue avant de réfléchir à enraciner mon Arbre.

Mon objectif? Faire le tour de la France à vélo, (presque) sans argent, (presque) zéro déchets, sans limite de temps ("l'urgence de ralentir") tout en me formant à la Permaculture. D'où le "Perma Cool Tour".

Vous pouvez aussi suivre le Perma Cool Tour au Jardin Respectueux grâce à la carte (gros big up à Marie et à toute l'équipe du Jardin! C'est magnifique!), j'enverrai des cartes postales des différents lieux et expériences de mon chemin.

Pour plus d'info, soutenir et/ou adhérer à cette formidable association c'est ici: Les Jardins Respectueux

Carte et départ du Perma Cool Tour au Jardin Respectueux