De Tokyo à Kyoto - 2ème partie

Ce carnet décrit la seconde partie de notre aventure au Japon : Kyoto et ses alentours dans la région du Kansai.
Du 11 au 25 novembre 2017
15 jours
7
J1

Ce 1er jour à Kyoto (et 8 ème jour de notre voyage complet) a débuté par un voyage en Shinkansen au départ de la gare centrale de Tokyo. En deux heures, nous étions arrivés à destination. J'en profite pour donner une mention spéciale aux transports japonais qui sont très efficaces et surtout accessibles pour des voyageurs ne parlant pas japonais. C'est très clair et très bien fait (ça compte pour le train, le métro et même le bus) 😀

Première impression de Kyoto : l'ambiance diffère très fortement de celle de Tokyo ! La ville est encaissée entre les montagnes (assez basses) et à ce titre dispose d'un horizon visible contrairement à Tokyo qui s'étendait à perte de vue de buildings en grattes-ciel. Les déplacements se font à pied, en bus ou en vélo à l'instar des Kyotoïtes. J'ai trouvé que l'atmosphère était beaucoup plus détendue et les habitants plus aimables n'hésitant pas à discuter 5 minutes.

La contrepartie, c'est que Kyoto est très fréquentée par les Chinois, Corréens, Américains et quelques Européens rendant les déplacements difficiles et certains sites surpeuplés. Je le précise car avec le jeu du cadrage des photos on a toujours l'impression d'être tout seul, mais qu'on se le dise : Kyoto est blindée de touristes !

• • •

Une fois l'Air Bn'b récupéré, nous sommes allés nous promener dans le quartier de Hygashiyama qui est traversé par des canaux.

Le quartier est plutôt sympa 

A proximité de notre Air bn'b se trouvait le parc Maruyama, célèbre au printemps pour ses cerisiers et haut lieu du Hanami. Comme nous y étions en automne, nous avons profité des magnifiques couleurs des érables.

Les japonais n'hésitent pas à revêtir les tenues traditionnelles  pour se rendre dans les sanctuaires et festivals

A partir du parc, nous avons pris un sentier qui serpente le long de la montagne pour déboucher à son sommet sur le Shogunzuka. Un ancien dojo d'arts martiaux qui dispose aujourd'hui d'une superbe terrasse d'observation offrant un magnifique panorama sur Kyoto, le palais impérial, le Mt. Hiei ... A la tombée de la nuit (vers 16h30 17h00 à cette saison) le jardin s'illumine pour pouvoir observer le Momiji Koyo : le rougeoiement des feuilles d'érable.

L'observation deck du Shogunzuka 
Donc voilà, c'est pour ça que nous avons choisi cette saison <3
voilà, voilà ... absolument magnifique ... 
• • •

Nous avons terminé la soirée en dînant au restaurant d'Okonomiyaki (sorte d'omelette/crêpe japonaise) Kiraku Sanjo Honten.

Yum Yum 😀
J2

Kyoto est une ville chargée d'histoire car elle est l'une des anciennes capitales du Japon (après Nara et avant Tokyo). A ce titre elle fait figure de musée à ciel ouvert et dispose de nombreux temples, sanctuaires et parcs. Tous les visiter est impossible sur un court séjour, même en les rushant (ce qui de toute façon n'a aucun intérêt).

Une sélection de sites et promenades s'est imposée pour réaliser notre marathon des sanctuaires et jardins 😀 Ligne de départ au nord du quartier d'Hygashiyama (lui même situé à l'est de Kyoto) et ligne d'arrivée au sud de ce même quartier.

Premier sur la liste, le sanctuaire et pavillon Ginkakuji qui ne porte "d'argent" que le nom puisque le projet de le recouvrir de ce métal a été abandonné.

Le monticule figure le mont Fuji dans le jardin sec

A partir du Ginkakuji, il est possible de rejoindre "La promenade des philosophes" qui est très fréquentée au printemps car elle est bordé de Sakura (cerisiers roses). En automne, elle n'en reste pas moins une charmante ballade le long d'un canal, et bien commode pour rejoindre le sanctuaire suivant.

Et hop, on descend la promenade des philosophes au pas de sénateur

La promenade des philosophes nous a menés sur les marches du sanctuaire Eikando Zenrin-Ji surnommé le temple du Momiji tellement les érables y sont présents (et beaux) !

Le temple et ses jardins... bon par contre c'était blindé de monde, même si ça ne se voit pas forcément 😉

Notre marathon s'est poursuivi jusqu'aux portes du sanctuaire Heian Jingu dont nous avons visité les magnifiques jardins. La première partie doit être magnifique au printemps et en été car elle accueille de nombreux cerisiers pleureurs (shidarezakura) et des plafonds de glycines. Ce n'est donc pas de cette partie que nous avons le plus profité mais plutôt des bassins et des pins. De tous les jardins que nous avons fait au Japon, celui-ci est de loin mon préféré (hors jardins secs)

Passion feuilles de Ginko ... oui j'ai beaucoup de passions 

Le quartier de Gion se trouvait sur cet itnéraire et nous l'avons un peu visité, même si par la suite nous y sommes retournées plusieurs fois car on y trouve de nombreuses boutiques d'artisanat, des antiquaires et des restaurants bien sûr 😉 C'est aussi the place to be si l'on veut apercevoir une Geisha. Attention à ne pas les confondre avec les nombreuses japonaises (et même touristes) qui viennent se faire prendre en photo en tenue traditionnelle (nous en avons entraperçu une dans un restaurant le soir)

ok elles sont jolies, mais les p'tites fesses du gars derrière aussi 

Notre journée s'est achevée au Kiyomezu Dera que malgré les belles illuminations de nuit je ne recommande pas vraiment tellement il était peuplé :/

Si vous êtes intéressés par une réplique de sabre japonais, je vous recommande de vous rendre dans cette boutique : Shogoin "Sword & Yoroi" store

24 Shogoin Entomicho, Sakyo-ku, Kyoto 606-8323, Kyoto

Le personnel y est très accueillant et parle bien anglais. Ils vous donneront de nombreuses explications. Pour info, zéro difficulté pour le ramener en France. Un certificat d'imitation vous est remis, à présenter au check-in des bagages en soute avant de repartir.

Toujours pour ramener des souvenirs, nous avons découvert à Gion une boutique qui vend des carrés de tissus de kimonos mis sous verre. Le résultat est très joli et chaque pièces est unique.

Galerie Wa glass

70 Motoyoshicho, Higashiyama Ward, Kyoto, Kyoto Prefecture, Japon


J3

Le Château de Nijo est situé au centre de Kyoto et est l'ancienne demeure de Tokugawa Ieyasu qui a unifié le Japon au début de l'ère Edo et est devenu Shogun. Il est constitué de deux palais et jardins attenants : Ninomaru et Honmaru. Pour qui aime les mangas, je recommande "Gate 7" du collectif "Clamp" qui permet de découvrir cette période de l'histoire du Japon 😉

Le palais Ninomaru est équipé du fameux "parquet du rossignol" sensé avertir la garde lorsqu'un intrus pénètre le palais. En effet, lorsque nous avons marché sur celui-ci, il a bien grincé (et même beaucoup). Cependant il semblerait qu'il y ait débat sur le véritable source de ce grincement qui ne serait peut être dû qu'au type d'attache utilisé pour le fabriquer. Bref, les photos étant interdites dans le palais, il faudra y aller en personne pour admirer les merveilleuses peintures et plafonds des salles de celui-ci.

Vue sur le palais Honmaru 
Porte vers les jardins  Honmaru
Pavillon de thé Koun-tei
• • •

Après la matinée passée au château, nous avons filé vers le temple Daitoku-ji qui est en fait un complexe composé de plusieurs sous-temples réputés pour leurs jardins secs. Nous nous sommes concentrés sur deux d'entre eux le Daisen-in et le Ryogen-in. A noter, ces temples étant à l'écart du centre de Kyoto, ils sont très au calme et constituent un bon interlude pour qui veut éviter la foule (comme nous).

Jardin sec du temple Ryogen in - île de la tortue, de la grue, océan cosmique, île de la félicité éternelle
Plus petit jardin sec du Japon (on veut bien le croire)  au temple Ryogen-in

Les photos sont interdites dans l'enceinte du Daisen-in mais nous avons vraiment tous adoré ce jardin. Les explications données par la gardienne du temple ainsi que sur la tablette informative donnée à l'entrée permettent de comprendre la signification des jardins secs et de fait une partie de la pensée Zen. C'est vraiment une expérience à faire que je recommande très très très fortement.

• • •

Suite à toute cette zenitude, nous sommes partis vers le quartier Ponto-cho qui propose un large choix de bars et restaurants et où l'ambiance est vraiment bonne 😀 Pour ne rien gâcher les happy hours durent jusqu'à 21 heure à 200 yens la bière (moins de 2 euros).

Qu'est-ce qu'on mange ce soir ?
J4

Nous ne pouvions pas aller au Japon sans tenter l'expérience du Onsen. Il s'agit d'un bain thermal qui peut être intérieur ou extérieur, pour ma part j'ai bullé dans les deux 😀

A 1 heure au nord de Kyoto se trouve la petite ville de Kurama qui offre justement la possibilité de faire une ballade en montagne débouchant sur un temple puis de se relaxer dans un Onsen.

Les photos étant interdites dans les bains car la tenue d'Eve (ou d'Adam) y est de rigueur je ne vous montrerai dans ce carnet de voyage que celles de la montée jusqu'au Kurama Dera qui passe par le sanctuaire Yuki.

Comme le montrent mes autres carnets de voyage, j'aime particulièrement me retrouver en pleine nature. J'ai trouvé qu'au Japon les sanctuaires s'insèrent très harmonieusement dans le paysage (et ce malgré l'omniprésence du rouge qui était quand même pas évident à placer)...

Mousse par ci, fougère par là ... 


Lors de notre visite la liaison entre Kibune et Kurama par le sentier était fermée. Néanmoins afin d'optimiser un peu la ballade je vous recommande de descendre à Kibune, rejoindre Kurama par le sentier de montagne et de redescendre vers le Onsen pour clore la journée avant de retourner à Kyoto.

J5

A l'origine nous avions prévu de finir notre voyage par Nara, mais pour profiter d'une dernière journée à Kyoto même nous avons décidé de nous y rendre en milieu de semaine.

Au même titre que Kyoto, Nara est une ancienne capitale du Japon. Cependant, la ville étant petite, la visite peut se faire assez rapidement.

Le premier point d'intérêt touristique est ce fameux parc aux daims. Par contre, j'ai trouvé qu'ils étaient un peu sur-vendus. Il y a bien des daims en liberté dans le parc au milieu de la ville, on peut effectivement les approcher et leur donner des gâteaux de riz vendus sur place. Par contre, ils sont plutôt collants (voire limite chiants) et pas si mignons qu'on veut bien le prétendre. Bref, pas différents d'une armée de pigeon devant une miette de pain. Et bim pour les "messagers des dieux".

Bon j'ai quand même fait une photo avec un mignon.... 

Pour ce qui est du grand Bouddha même constat. Il y a tellement de monde sur ce site qui est l'un des plus visités du Japon que je me suis sentie un peu à l'usine. J'ai préféré, et de loin, celui de Kamakura dans la région de Tokyo. Il est beaucoup plus sobre et l'ambiance est plus tranquille.

La statue principale est celle de Bouddha Vairocana et est situé dans le complexe du temple Todai-ji. Il est assis sur une fleur de lotus à 28 pétales gravés. A sa gauche et à sa droite, on retrouve deux statues de bodhisattvas Samantabhadra et Manjushri. Pour plus de détails voir ici 😀

Non je n'ai pas mis ma photo en mode miroir  😉
Miniature des anciennes configurations du temple, avant reconstruction 

Pour ma part je ne dirai pas que je ne recommande pas Nara, mais qu'il faut y aller en connaissance de cause 😀

A Nara nous avons déjeuné dans le restaurant d'Okonomiyaki Kameya qui était très bon (bon sauf mon choix qui n'était pas exactement ce que j'attendais, mais tous les autres ont adoré)

Taruicho, Nara 630-8218, Nara Prefecture


Perso je n'ai pas aimé le poisson séché sur le dessus 
J6

Arashiyama est un quartier à l'ouest de Kyoto qui est bordé par les rivières Katsura et Hozu. Anciennement la famille royale venait pour s'y rafraichir. Il est possible d'y faire un tour en barque pour profiter de l'eau.

Par contre je ne sais pas si nous sommes tombés au milieu des vacances scolaires de la Chine, mais ce qui est sûr c'est que si l'on ignore ce que le terme "densité" signifie, un petit tour par Arashiyama permet de bien comprendre le sens de ce mot. L'endroit est superbe, malheureusement je pense que c'est la pire journée que nous ayons passé à Kyoto tant la foule était importante. Prendre des photos relevait d'ailleurs du challenge en raison de la forêt de selfies-sticks autour de nous.

Heureusement que notre soirée a rattrapé le tout 😉

La couleur de l'eau ressort vraiment en contraste avec l'orangé des feuilles 

En prenant un peu de hauteur, nous passons par le Kamameya Koen (parc).

Mousses et reflets 
Variations sur le même thème 😉

Puis nous rejoingnons le sanctuaire Tenryu-Ji et la fameuse bambouseraie.

J'ai bien sûr coupé la tête de la foule avec mon cadrage 😀


Parc du Tenryu-Ji 
• • •

Le temps de sauter dans le bus 11 et nous étions arrivés dans le quartier du pavillon d'or !

A proximité du Kinkaku-ji et un peu à l'écart des restaurants bondés, nous avons déjeuné chez un très bon Indien. Le choix du niveau d'épice des plats est possible (medium, hot, super hot 😉) et les nans sont géants (genre vraiment géants).

Je recommande cette adresse : Ganesha Kyoto

Japon, 〒603-8357 京都府京都市北区Kita-ku, Hirano Miyanishichō, 55 HAINES フェイム1F

Facile à trouver, en face du Mac Donald's !

Reflets du soleil sur le pavillon d'or et du pavillon d'or sur l'eau 
• • •

Nous avons passé la soirée à Gion et plus précisément au Yasaka Jinja où un petit festival avait lieu avec de nombreux vendeurs de street-food bien sympathique 😀

Yasaka Jinja 
youpi, des lanternes ! 
J7

Fushimi Inari ou le sanctuaire des 10 000 torii est un immense sanctuaire shintoïste dans les montagnes du sud de Kyoto qui culminent à 233 m d'altitude (autant dire que ce sont des collines).

Je n'avais jamais entendu parler de Fushimi Inari avant de voir le film "Mémoires d'une Geisha" mais je me souviens très nettement de cette scène où la petite Chiyo court parmi cette allée de Torii rouges. A ce moment je me suis dit que quand j'irai au Japon je passerai moi aussi sous ces torii !

Passage sous les torii à la montée 

Inari, à qui le temple est dédié, est souvent représenté accompagné de Kitsune (renards) qui seraient ses messagers. De fait dans ce sanctuaire c'est un peu la fête au renard... c'est bien simple il y en a des représentations partout ! (Et ils sont très mignons).

Kitsune tenant une gerbe de riz (parfois une clef)

Comme sur beaucoup de sites à Kyoto, il y a énormément de monde MAIS il est possible de s'échapper de la foule en prenant un chemin qui contourne un peu la montagne et passe par une magnifique bambouseraie et de petits sanctuaires. Par ce chemin on passe également non loin d'un artisan qui sculpte du bois à la main.

J'ai trouvé ça plus sympa qu'à Arashiyama 


Passage sous les torii à la descente
J8

Nous sommes repartis vers Paris à partir du KIX, l'aéroport international du Kansaï à environ 1h30 de Kyoto via la ligne JR Haruka Express.

Pour conclure sur ce voyage, le Japon est un pays magnifique à l'automne et il est plaisant de déambuler en ville tant la nature y est inscrite.

Je ne saurai dire si j'ai préféré Tokyo ou Kyoto car l'écart entre ces deux villes est immense. Ce qui est sûr, c'est qu'il faut voir les deux pour appréhender deux facettes différentes de ce pays.

J'espère retourner au Japon, notamment pour le Nord de celui-ci et faire de la randonnée dans les Alpes japonaises.