Par AB76
Le Portugal du Nord au Sud en 4 points de chute
Juin 2024
2 semaines
Partager ce carnet de voyage
1

Flixbus de Rouen à Orly : 15 €/pers

Orly - Porto par Transavia : 163 €/pers

Nous voilà donc passer de 12° à 29° et d'un temps maussade et humide à un grand soleil pour la modique somme de 180 €. Les temps modernes ont du bon.

Nous prenons possession de notre AirBnB, beau studio mezzanine en penthouse situé au centre de Porto, à 2 pas de l'église Santo Ildefonso.



vues du studio

Après quelques courses pour assurer le pdj du lendemain, nous voilà prêts à découvrir la cité.

Baucoup de monde dans les rues, aux terrasses des cafés, et sur les rives du Douro, dont pas mal de français. Les gens font la queue pour une glace, une bière ou une table en terrasse : c'est clairement l'été, ici...mais c'est samedi soir...à voir lundi.

2

Un petit vent fait mentir, ce matin, les 19° annoncés par la météo locale. On supporterait presque une petite laine dès que l'on s'aventure hors des faisceaux solaires.

On continue notre découverte de la ville par le quartier Ribeira et la cathédrale (la Sé), qui cache un très atypique cloître en azuleijos et schiste.

La Sé et vue du quartier Ribeira

Déambulation dans le quartier Ribeira jusqu'au Douro.

les quais du Douro

Puis suivons la rive droite du fleuve jusqu'au très retiré et bon marché restaurant le Papavinhoste, oú nous avons dégusté des palourdes puis un bar grillés...une tuerie avec une très belle vue sur le Douro et Villanova de Gaïa (merci le Routard!).

Resto Papavinhoste

Petite sieste digestive puis nous allons découvrir le chais Calem sur l'autre rive (on n'est plus à Porto mais à Vila Nova de Gaia) : intéressante visite guidée, en français, soldée par une dégustation de 3 sortes de vins. On y apprendra que Vila Nova est devenue Le spot de maturation des vins de Porto car les taxes, levées à Porto à l'époque, ont décourragé les vignerons d'y rester.

Nous poursuivons la descente du fleuve rive gauche pour prendre le téléphérique menant au jardin do Morro, où, tous les soirs, locaux et touristes assistent au coucher du soleil en buvant un verre et en écoutant des chanteurs de rue.


Nous n'attendrons pas l'échéance et refranchissons le Douro pour prendre un verre (encore!) dans le bar-pilier repéré la veille au bas du pont Eiffel (Luis I).

3

Nous consacrons cette 3ème matinée à la découverte des architectures reconverties en lieux insolites.

Gare de Sao Bento et ses azulejos
Le M Donald's Imperial dans un authentique immeuble art déco
les cafés A Brasileira et le Majestic

Nous déclarerons forfait pour la visite de la librairie Lello : trop de queue et entrée payante pour une visite de quelques minutes dans un endroit exigü et bondé...dégâts collatéraux du succès mondial d'Harry Potter!!

Mais ce quartier des universités présente d'autres centres d'intérêt (fontaine des Leoes, streetart en azulejos façon Miro, tour de Clerigos). Beaucoup de bars et restos en terrasse ; il faudra venir y diner!



Quartier des universités

Nous passons par le marché de Bolhao avant de déjeuner vers notre BnB.

Mercado de Bolhao

Nous repartons après déjeuner louer 2 vélos chez TT3ways, très sympa, sans réservation et pour 50 euros de caution seulement. Situés au niveau du pont Luis I, c'est un départ idéal pour longer la piste qui longe le Douro jusqu'à l'océan sur sa rive gauche ; c'est plat et en piste aménagée (à partir du dernier pont enjambant l'estuaire).

Nous finissons la journée dans un autre établissement, victime de son succès : la très convoitée Adega Sao Nicolao, oú, même en arrivant à 18h57, nous avons dû attendre 20 minutes qu'une table se libère. Restaurant petit, tables peu confortables et sans vue directe sur le fleuve pour la plupart, on y vient pour la qualité de la cuisine et notamment pour son poulpe grillé.

4

Les trains partent tous les matins de la belle gare de Sao Bento (7h20, 8h25, 9h20) en direction de Pocinho. Ils vous amènent, en un peu plus de 2 heures, dans des wagons vintage (sans clim', ni wifi, ni prise électrique), tirés par une micheline diesel et donnant du klaxon à chaque passage à niveaux jusqu'à Pinhao. Cette petite gare, comme Sao Bento, ornée de scènes de vie typiques en azulejos, était naguère le quai de chargement, sur les bateaux "rabelos", des raisins vendangés, pour les conduire jusqu'aux caves de maturation de Vila Nova de Gaïa, situées 100 kms en aval.

train de Porto à Pinhao

Une fois à Pinhao, on est au coeur du vignoble de Porto. Vous pourrez y faire une croisière en bateau de 1, 2 ou plusieurs heures en remontant le fleuve vers Tua, partie la plus préservée de la vallée. Le mieux est de partir à pieds en se donnant pour objectif une quinta (propriété viticole) où l'on pourra se raffraichir, se restaurer, déguster du vin, du Porto, du miel, de la charcuterie ou le tout ensemble, en profitant d'une vue sur ce patrimoine de l'humanité qu'est la vallée du Douro.

Notre choix s'est arrêté sur la quinta do Jalloto, accessible facilement depuis la gare, en 1 heure de marche, 370 m de dénivelé et sous 30° à l'ombre (quelle ombre?). L'endroit justifie l'effort : dégustation de planches de charcuteries ou/et de fromages, de vins, de Porto, de miel, avec une vue magnifique et plongeante sur la vallée. Le tout à l'écart des touristes, qui préfèrent la facilité des croisières à l'effort.


Rando vers la Quinta do Jalloto

L'un n'empêchant pas l'autre, nous ferons une croisière d'1h de retour au village de Pinhao : reposant, agréable, mais sans grand intérêt concernant les vues sur la vallée.

Croisière vallée du Douro

Nous finirons la journée en mangeant des spécialités locales en petites portions, façon tapas, chez Mago, situé dans le quartier Clerigos (des facs). L'occasion de tenter, enfin, la francesinha, mixte entre la fondue et le croque-monsieur : pas très fin, mais coupe-faim.

5

Nous quittons notre AirBnB de bon matin et allons récupérer notre titine chez Europcar, à distance de marche : une clio zéro franchise avec boitier de télépeage Via Verde (essentiel au Portugal !!). Une caution de seulement 100 euros nous sera demandée (pour le paiement des péages).

Nous quittons Porto plein Nord pour visiter d'abord le village médiéval et fondateur de la nation portugaise : Guimaraez. Le temps est gris. mais propice à la visite. Le granit et le bois, omniprésents dans le centre historique sont un peu tristes sans soleil.

Guimaraez

Nous y déjeunerons sur la place centrale puis continuerons vers le Nord pour grimper les 577 marches du sanctuaire du Bon Jesus du Mont...rien de tel pour digérer.

Sanctuaire du Bon Jesus du Mont

Poursuivons toujours vers le Nord pour rejoindre notre prochain point de chute "Leiras do tempo Cottages". C'est un ensemble d'anciennes maisons en granit, totalement rénovées à base de corten (acier oxydé) en chambres ultra-confortables. Piscine, restaurant, vue superbe sur la vallée de l'Homem, greniers à grains en bois ou granit (espigueiros) destinés à protéger les réserves de la vermine, ruisseaux. Le tout est enchanteur.

Leiras do tempo cottages
6

8h30, c'est l'heure d'ouverture du pdj. C'est tard, mais ça vaut le coup de patienter : c'est pantagruélique.

notre chambre et le pdj au Leiras do tempo

Nous voilà parés pour attaquer la montagne. Nous gagnons Campo de Geres, point de départ de nombreuses randonnées. Nous arrêterons notre choix sur le PR5, boucle de 9 kms avec 372m de dénivelé, qui longe le lac Homem et présente de nombreux paysages contrastés : des biotopes hyper-humides, moussus qui font penser aux forêts irlandaises et d'autres secs, entourés de pins et d'eucalyptus, rappelant les parcs nationaux américains.

Cet itinéraire longe pendant un temps la Via Romana XXIX. Des bornes d'époque jonchent encore le chemin.

PR5 au départ de Campo do Geres

Nous déjeunons de retour à Campo de Geres, puis partons découvrir les cascades do Arrado et do Pincaes.

Cascata do Arrado et Pincaes

Retour à l'hôtel, une bonne douche et une bouteille de vinho verde en apéro pour ce détendre de cette rude journée☺️

7

Nous consacrons cette deuxième journée à la découverte du Nord-Ouest du parc national de Peneda-Geres, notamment autour du village de Soajo.

En route, nous croisons des vaches aux cornes impressionnantes en forme de lyre, et des chevaux paîssant en toute liberté.

Bétail" en liberté

A Soajo, déambuler dans les ruelles étroites du centre et rejoindre les espigueiros (greniers à grains), situés en général à l'endroit le plus aéré du village (sur un monticule).

Ne pas rater la cascade de Poço Negro facilement accessible par une volée de marches. Vous pouvez vous y rendre à pieds ou mieux, vous garer 200 m après l'escalier (ça vous évitera la remontée au village par la route assez pentue). Une belle cascade et une vasque profonde aux couleurs émeraude vous inviteront à la baignade (vivifiante!).

Espigueiros et cascade de Poço negro

Si vous êtes à Soajo pour le déjeuner, je conseille, pour une cuisine typique et locale le restaurant Videiro : portions TRES génereuses à prix doux et intérieur pitoresque.



Videiro resto

Nous pousserons ensuite vers le village de Lindoso, qui peut honnêtement être zappé : le seul intérêt y étant la plus forte concentration de greniers en granit du Portugal, jouxtant un chateau moyenâgeux. On ne s'y éternisera pas trop, l'orage grondant à l'horizon, on préfère reprendre les petites routes sinueuses de montagne par temps sec. De retour à l'hôtel, on se fait un petit plouf-piscine sous un ciel nuageux et lourd : le pied!

Espigueiros et château de Lindoso
8

Nous quittons sans regret Brufe et le Parc de Peneda-Geres sous 12° pluvieux, pour poursuivre notre périple vers le Sud.

Nous ferons une première halte à Aveiro. Surnommée "la petite Venise du Portugal", cette ville côtière présente quelques jolies maisons jalonnant 3 ou 4 canaux, mais on est honnêtement très loin du charme et de la richesse de la cité des doges. Cela justifie juste une halte pour se dégourdir les jambes ou/et déjeuner, mais on ne se verrait vraiment pas y passer une nuit.

Aveiro

Nous ferons à quelques kms au Sud une autre halte à Costa Nova, station balnéaire un peu froide qui présente comme seul intérêt un déploiement anarchique de styles architecturaux : des maisons de style art nouveau, art moderne, mexicain, balnéaire, etc... s'y côtoient.

Quelques bizarreries archi de Costa Nova

Nous arrivons enfin au bout de l'étape à Nazaré oú nous longeons dans le B&B Océane, tenu par un couple de français. Situé à Sitio, sur les hauteurs de la "plage du Nord", il dispose d'une piscine chauffée, et de 4 chambres très confortables et décorées sobrement. Nous irons découvrir la place de Notre Mère de Nazaré, les remparts, le fort puis emprunterons les escaliers qui mènent au centre ville. Nous tombons par hasard sur le restaurant de poisson fortement conseillé par notre hôtesse "Rosa dos ventos" qui, par chance avait une table pour 2 de libre. On se régale de coques et espadon grillé, tant que nous réservons notre table pour le lendemain.

Sitio de Nazare
9

Un temps nuageux et frais nous engage à la visite de la région de Nazaré.

Nous commençons par Obidos. à 40 minutes. Joli petite ville, ceinte de hauts remparts, des jolies maisons, des jolies églises, des boutiques et des restaurants : tout est fait pour le bonheur des touristes, en nombre, même à cette saison.

Obidos

Nous décidons d'aller déjeuner à Peniche, située sur la côte, non loin d'Obidos. N'en vaut clairement pas le détour.


Puis allons visiter, plus au Nord le monastère de Batalha (dimensions impressionnantes, 2 cloitres et une chapelle inachavée) et le château de Leiria.

Monastère de Batalha

Pour achever cette bonne journée de marche, nous retournons diner à la Rosa dos Ventos, d'un beau vivaneau grillé...une tuerie!

10

Nous pensions passer une journée enchanteresse dans ce parc, découvrir d'extraordinaires demeures romantiques dans un écrin de verdure...on était proche du cauchemard : 2 heures de route pour arriver sur site, puis 1/2 heure de bouchons sur place (une unique route dessert la colline, avec aucune possibilité de se garer...une fois engagé, on est dans le merdier. Je vous passe les files d'attente pour ceux qui n'ont pas réservé leur entrée sur internet. On fini par trouver un. parking à Sao Pedro Penaferrim. De là, vous pourrez vous rendre en touc-touc, ou comme nous après 25 mn de marche jusqu'à la Quinta de la vraie galère...oups de la Regaleiria.

Prévoyez l'achat de vos bilets d'entrée sur internet à l'avance ou, comme nous, sur place pour éviter une longue queue aux caisses. Sorte de chateau de la belle au bois dormant barocco-gothique entouré d'un superbe parc romantique (escaliers, cascades, tours, mares, etc...) déjà du monde malgré le temps frais et maussade.

Quinta de la Regaleira

Nous finissons la visite vers midi. Ayant réservé nos entrées pour 13h30 au Palais National de la Pena, on se croit large, la Regaleiria étant très proche à vol d'oiseau. On se prend quand même un touc-touc car la côte pour parvenir à la Pena est abrupte. Entre les sens uniques et les bouchons, nous mettrons plus d'une heure (et 30 euros)! Là encore, grosse queue pour ceux qui n'ont pas prévu leur créneau horaire sur internet, puis queue pour la navette qui mène de l'entrée principale au palais (nous abdiquerons et avalerons les 20 minutes de côte), puis queue pour manger un morceau (il fait faim à 14h00!!). On échapera par chance à la queue pour pénétrer dans les pièces du chateau. Tout cela pour voir un délire architectural pas très harmonieux, pas très beau, bourré d'instagrameurs en herbe, qui n'en ont pas eu pour leur argent, ni leur peine (pas de soleil), mais qui font comme si ; je ne vois vraiment pas sur quoi s'est construite la notoriété du site, en dehors de son aspect historique de demeure royale. Bref, vous pouvez zapper, même en étant bien organisés en amont (je rappelle que nous sommes en juin et sous un temps frais).

Palais national de la Pena

On récupère notre voiture après 1/2 heure de descente à pieds, direction Cascais. Jolie ville balnéaire, belles plages et criques, belles demeures, vivante, ça sent le Portugal friqué, ici (c'est là que séjournent Madonna, Laurent Pagny, Eric Cantonna, etc...).

Cascais

De retour on décide de rester sur Sitia pour le diner : on tente le arroz ao marisco (riz aux fruits de mer)...une tuerie!

11

Après ces deux jours de découverte de la région de Lisbonne, nous nous accordons une journée sans voiture pour approfondir Sitio et Nazaré.

Sitio et Nazaré

Déjeuner sur la plage, petite sieste et nous profitons enfin de la piscine du B&B.

12

Nous quittons notre charmant BnB et Nazaré sous un vent glacé pour faire route vers l'Algarve.

Les autoroutes sont tellement vides, que l'on décide de faire un détour de 2 heures pour découvrir et déjeuner à Evora. Très jolie petite ville aux maisons blanchies à la chaux et liserées de jaune, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco.

La végétation passe du luxuriant au prairies sèches dès que l'on passe le Tage. On y croisera de plus en plus de cigognes qui font leur nid sur n'importe quel perchoir au fur et à mesure que l'on descend au Sud.

Evora

Puis nous reprenons la route vers notre dernière étape : la résidence Vitor's Village à Ferragudo (petit village de pêcheurs qui a réussi à échapper à la surconstruction touristique). Soirée détente (piscine, apéro et une excellente cataplana de lotte et palourdes).

Ferrugado
13

Départ vers 9h00, direction la praia Marinha, point de départ de la plus belle randonnée de l'Algarve. On y longe la côte et ses falaises ocres sur une dizaine de kms A/R. Très bien aménagée et sécurisée, surtout sur les premiers kms jusqu'à Benagil, c'est aussi la partie la plus riche en promontoires, arches, rochers, et autres formations géologiques sculptées par l'érosion. Allez-y tôt car le parking était déjà bien plein à 9h30, il fera moins chaud et le vent/la mer seront calmes.

Les 7 vallées suspendues

Déjeunerons de retour sur Benagil.

sardinhas grilhadas

Puis après-midi baignades sur les plages de Marinha et des 3 Irmaos (l'eau y est moins fraiche).

Praias Marinhas et 3 Irmaos
14

Visite de la ville de Lagos, bourrée de cafés et restaurants, avec ou sans rooftop. J'en profite pour faire le plein d'e-liquide, très compliqué à trouver au Portugal (rien sur Nazaré). La plupart des commerces ouvrent à 10 ou 11 heures, signe d'une vie nocturne agitée...un joli fort, de belles églises et quelques fresques streetart notoires.

Lagos

Nous allons déjeuner ensuite à la plage Dona Ana, obligés de se garer hors des 2 parkings prévus, bourrés dès midi. L'eau, très fraiche, et la plage, pas assez sauvage à notre goût, nous conduiront à retourner terminer ce séjour à la piscine de notre résidence.

Praia Dona Ana

Dernière soirée à Ferragudo.

Ferragudo & dernière cataplana

Conclusion :

La belle surprise de ce trip a clairement été le Nord du pays, Porto, la vallée du Douro et le parc de Peneda-Geres : belle nature vallonnée, très verte, très peu de monde sur les routes, peu de touristes et des prix qui suivent.

Le Sud est beaucoup plus fréquenté (rançon d'un soleil omniprésent), même début juin et moins authentique : les portugais semblent minoritaires en Algarve, lieu de villégiature et de retraite des européens.


Cependant, oû que vous soyez, on peut se régalet pour peu au niveau restauration : Cataplana, riz aux fruits de mer, poissons, poulpe, calamars grillés, palourdes, gambas, porc, etc...sont toujours frais et très bien préparés. L'acceuil et le service sont également toujours chaleureux.