🇰🇭 Sud Cambodge : Kampot et Kep

On descend dans le sud du Cambodge à la découverte de Kampot et de Kep.
1
19
nov

Après quelques jours passés dans le nord du Cambodge et à la capitale, on part vers le sud pour y trouver on l’espère des coins plus calmes et loins de la ville.

On arrive à Kampot après 4h de mini van pour 155 km. On avait réservé une Guesthouse assez proche du centre, finalement elle ne nous convient pas, elle est sans espaces verts, au troisième étage sans ascenseur et plus chère que ce que nous avions budgétisé.

Après cette nuit, Timothée et Louna partent à la recherche d’une autre Guesthouse.

Ils en trouveront une complètement en dehors de la ville de Kampot, mais nous avons vraiment eu notre dose de ville ces derniers jours donc tant pis pour l’éloignement on préfère largement. Surtout que dans ce lieu il y a une piscine naturelle, un sauna, un hamam, et une salle de sport. Bref .. tout ce qu’il faut pour reprendre des forces :)

La guesthouse a également un restaurant, un tout petit peu plus cher qu’à Kampot mais c’est très bon.

On passe la 1ere journée à profiter du lieu, les enfants s’amusent et passent du bon temps dans la piscine.

• • •

Le lendemain nous prenons un Tuktuk qui nous emmène voir le lac secret et une plantation de poivre.

La route est bien pendant un long moment et ensuite c’est un chemin rempli de bosses, on se prend de la poussière tout le long des 10 km mais les enfants sont morts de rire avec les bosses.

On arrive devant le lac secret. Peu d’informations sur ce lac. Nous savons juste que les locaux ne se lavent pas dedans. 2 possibilités de réponse sur le fait qu’ils ne se baignent pas dedans : Ils y viennent laver leur moto donc forcément pas top coté propreté.

L’autre explication est que cet immense lac a été creusé par les détenus pendant la sombre période des Khmers rouges. Beaucoup y sont morts et c’est devenu un lieu chargé d’esprits pour certains locaux.

Quand on voit l’immensité du lac on imagine facilement la souffrance des gens qui l’ont creusé. 

On reprend le tuktuk pour faire les quelques kilomètres qui nous sépare de la plantation de poivre.

C’est une exploitation gérée par un couple de Franco Belge. La visite peut donc se faire en Français ou en Anglais, et ça c’est top parce que bien plus captivant pour les enfants. Cette exploitation est gérée de façon traditionnelle avec une IPG (c’est à dire indication géographique protégée), le label Ecocert et un label bio.

Notre guide une jeune Française qui viens de commencer son job 2 mois auparavant nous emmène dans les chemins de la Plantation. Elle nous explique le cycle de pousse du poivrier, une liane qui grimpe sur des poteaux. La liane peux faire 17m de haut et a une durée de vie de 18-20 ans.

Elle nous parle de l’association « la Plantation » du nombre d’employés, des différents arbres fruitiers et épices qui sont plantés autour des plantations de poivre ( fruit de la passion, ananas, citronnelle, curcuma, épices ...)

Le poivre de Kampot est réputé pour être le meilleur au monde ! Oui rien que ça !! (Compter environ 40 € le kilo) La guide nous explique que c’est du à 3 facteurs : un sol riche en minéraux, un microclimat chaud et humide et de fréquentes précipitations.

P1 :citronnelle, P2 fruit de la passion, P3 Grain de poivre, P8 poivre long rouge

Il y a 4 sortes de poivres : Le vert, le rouge, le noir et le blanc. La grappe de poivre est ramassée quand il y a environ 15-20 % de poivres rouges, les autres sont verts (quand nous visitons nous voyons que des verts). Le rouge est le meilleur poivre. Ce grain est séché et va rester rouge.

Le poivre vert lui par contre s’oxyde très vite et dois être consommé dans les 4-5 jours après la récolte. Sinon il devient noir.

Et puis pour finir le poivre blanc c’est le poivre noir où la peau à été enlevée.

Les grains sont ramassés un à un à la main, tous les mois, pendant 3 mois. Les grains sont ensuite ébouillantés pour être stérilisés. Le début du ramassage c’est mi Novembre pour le poivre vert, ensuite en Février pour le poivre rouge et en Mai pour la grappe complète.

Plusieurs tris sont ensuite effectués. Un premier avec une machine qui va trier pour avoir un grain de 4 mm, puis une autre machine « le souffleur » pour écarter les peaux. Et enfin chaque grain est repris un par un pour être remesuré à la main. Tous les grains reclassés sont revendus dans les restaurants locaux.

Cette plantation produit environ 20 tonnes par an.

Cette association embauche environ 150 personnes ( majoritairement des Cambodgiens ) à l’année et 350 pour les périodes de ramassage. Elle a également un projet social, en effet pour chaque poivre acheté à la boutique, une partie de l’argent est reversée pour l’école. De la plantation nous voyons l’école, ils fournissent donc tous les manuels et un vélo à chaque enfant pour qu’ils puissent venir à l’école.

Quelques jours après notre passage un nouveau bâtiment voyait le jour. Ils ont récupéré un grand bâtiment sur pilotis qu’ils ont ramenés à la propriété. Il s’en serviront comme « centre de loisirs » pour les enfants de l’école. Leur jour de repos est le jeudi après midi, ils pourront ainsi venir ici pour faire des activités manuelles, du sport ... et cela gratuitement.

Futur « centre de loisir » financé par l’association La Plantation 

Infos pratiques :

* nous utilisons l’application Passapp pour la réservation des tuktuk

* l’entrée et la visite (et dégustation) de la Plantation est gratuite.

* une boutique permet de faire le plein de poivre à la sortie, compter entre 30 et 40 € le kilo, une partie des achats est reversé à l’école

22
nov

Nous avions hésité à loger à Kep pendant quelques jours, mais finalement nous sommes bien installés à Kampot donc nous allons visiter Kep en tuktuk.

Nous commençons un peu comme d’habitude quand nous arrivons dans une nouvelle ville : le marché local. Celui ci est tout petit, et comme un peu partout dans les marchés on y trouve de tout : stand poisson à côté du stand tongs qui se trouve à côté du stand coiffure ... bref un beau mélange de couleur et d’odeur.

En sortant de ce marché, un coiffeur propose à Timothée de lui couper les cheveux pour 2$, allez .. pourquoi pas.


P1 : sieste d’un futur vendeur du marché  

Ensuite nous retournons vers la plage, parce que oui, on est venu à Kep non pas pour gouter son crabe bleu qui est hyper connu, mais pour aller à la plage 😀

P1 :comme un peu partout les déchets sont omniprésents  P10 - 11 des touristes franco cambodgiens nous offres un dessert typique 

On fini cette belle journée par une petite balade de 1h30 sur la rivière de Kampot à la découverte des lucioles.

Le début de balade est très sympa, arrivé au point précis où nous voyons une petite dizaine de lucioles nous nous faisons carrément manger par les moustiques !!! Nous n’avions pas prévu le spray anti moustiques. Nous sommes à environ une trentaine de piqures chacun ! Belle leçon pour les prochaines fois : ne jamais sortir sans son spray.

infos pratiques :

* pour le tuktuk nous utilisons l’application Passapp qui nous permet de commander et d’avoir le prix à payer, ne pas hésiter à le confirmer dès le début de la course car même avec un prix fixe ils essayent de négocier plus.

* la balade vers les lucioles : 5$ par personne Lili et Emy n’ont pas payés. Une boisson est offerte

23
nov

Et si faire le tour du monde ce n’était pas aussi « ne rien faire » ?

C’est vrai ça ... est ce que nous sommes obligés (sous prétexte que nous sommes partis que pour un an ) de faire une activité par jour, de forcément visiter ce qu’il y a à voir dans le pays ? De s’extasier de tout parce que tout le monde trouve ça top, de voir des lieux à couper le souffle, de rencontrer des animaux en voie de disparitions etc etc...

Eh bien nous avons depuis quelques jours posés nos sacs à dos à Kampot et nous alternons un jour ou nous sortons et un jour ou nous profitons de l’espace piscine naturelle et de nos enfants.

C’est sympa aussi de prendre son temps, et d’apprécier les tous petits rien.

Ces journées n’ont rien de très palpitantes à raconter sur le blog :) mais nous en profitons un max.

Le fait de ne rien faire nous oblige à jouer ensemble (ce que nous faisions que très rarement à la maison) de prendre du temps pour soi (sport, musique...) de découvrir nos 4 enfants jouer et rire ensemble dans la piscine.

On prend le temps de vivre au moment présent, sans penser à ce que nous ferons demain ou la semaine prochaine, et ça faut dire que c’est assez nouveau pour moi (Céline).

On commence doucement à ne plus savoir quel jour nous sommes...

Nous apprenons à vivre avec ce que nous avons et non avec ce qui nous manques.

On est heureux, on est bien et tant pis si finalement nous n’aurons pas découvert le Cambodge aussi profondément que les autres pays, cette pause nous aura permis de vivre des petits moments complètements anodins mais tellement importants pour la vie de famille.

Pendant cette semaine de pause voici ce qui c’est passé (entre autre) :

Emy a appris à nager seule, a chassé les grenouilles, a discuté longuement à un couple de Français voisin de notre logement, a parler en Anglais avec un petit garçon de 5 ans voisin aussi de la chambre.

Louna c’est découvert une passion pour les machines de sport et le hammam, a conduit un scooter, a passé beaucoup de temps seule et elle en a besoin.

Nino prend soins de ses sœurs quand elles sont fatiguées en acceptant qu’elles s’endorment sur lui le temps d’un trajet tuktuk. A négocier les prix des tuktuk, a servit d’interprète pour traduire ce que les chauffeurs voulaient dire, a conduit un scooter (et ça on as pas fini d’en entendre parler :) )

Lili à composé des tours de tête en fleur pour sa sœur, à demandé un verre et des glaçons en anglais à la serveuse, commande ses plats toute seule, avec Emy elles ont pris l’initiative d’aider le Mr de l’auberge le matin à ramasser les feuilles mortes, elles ont aussi passer beaucoup de temps avec une fille très sympa de la team de l’auberge sans parler la même langue.

Parce que finalement chacun fait son voyage comme il le sens, comme il l’entend. Il est autant de voyages que de routes non ?

25
nov

Pour cette journée au parc national c’est Louna qui vous raconte tout ça.

Histoire :

La montagne Bokor est un lieu assez particulier, chargée d’histoire que nous avons pu visiter hier. Il y a quelques temps, lorsque les Français découvrirent l’existence de cette montagne, ils eurent envie de découvrir ces mystérieux paysages et leurs habitants. Le projet de construction d’une route pour monter sur la montagne fut lancé à la fin 1917. Les conditions de travail étaient difficiles ce qui fit perdre la vie à plus de 800 personnes durant cette construction. Quand la route fut construite, la montagne devint une station de détente pour les colons Français et les Khmers de la haute société, par exemple la famille royale Cambodgienne. Lors de la guerre d’Indochine, dans les années 1940-50, la station fut détruite et les bâtiments détruits et brûlés. Peu de temps après avoir été réhabilitée, la station fut de nouveau abandonnée après la destitution du roi Sihanouk après le coup d’état en 1970. 9 ans plus tard, la montagne servit aux Khmères Rouges pour avoir une vue d’ensemble sur tout le Sud Ouest du Cambodge et pouvoir se défendre contre les attaques Vietnamiennes. Les armées de Pol pot se réfugièrent dans l’église alors que les Vietnamiens se situaient dans le palace.


KR = Khmers Rouges

V = Vietnamiens

En 1993, une armée Française arrive et chasse les derniers Khmers Rouges de la montagne Bokor. 4 ans plus tard, les touristes commencent à revenir doucement. En 2014, des rénovations sont faites.

Le but du gouvernement royal du Cambodge est de faire de cette partie de la montagne, une ville écologique et intelligente avant 2035. Pour l’instant, il n’y a que des constructions inachevées de gros hôtels tous plus où moins semblables.

P5 : le palais noir  

Notre découverte :

Nous sommes d’abord partis à 3 sur le scooter (maman, papa et moi) car maman ne voulait plus reconduire après son expérience au lagon 4 au Laos. On a attendu en bas de la montagne avec maman en attendant que papa aille chercher Lili Emy et Nino restés à la guesthouse. Lorsqu’il sont arrivés, on a enfin pu partir avec Lili sur le scooter pendant que maman Nino et Emy ont pris un petit passap parce que maman ne se sentait pas de faire toute la montée en scooter. Nous avons du prendre un petit Passapp car la veille nous sommes arrivés avec un grand tuk-tuk et les policiers ne voulaient pas nous laisser rentrer car la route était trop dangereuse pour ce genre de véhicules. Le premier arrêt était le palais noir où le roi séjournait lors de ses « vacances » à la montagne. Ensuite en montant, on a pu découvrir une ville abandonnée, on aurait dit une ville fantôme. L’atmosphère que dégagent les bâtiments est vraiment très bizarre mais pas autant qu’à la prison S21. Le décor était par contre très joli, cela donnait un air de film post-apocalyptique. La vue est à couper le souffle, on voit toute la ville jusqu’au golfe de Thaïlande et aux petites îles. Par contre il fait assez froid. Le projet de construire un complexe hôtelier est très étrange dans cette atmosphère où tout parait très vieux et abandonné. Le style de certains bâtiments tel que le palace, ressemble énormément au style architectural art déco ce qui rappelle la période du protectorat Français. Mon lieu préféré est le palais noir car la végétation commence à envahir les pièces ce qui les rendent très jolies. Au bout d’une heure, on est redescendu : Nino et Emy en scooter et Lili et moi en tuktuk car maman ne voulait toujours pas faire du scooter. C’était une journée très enrichissante.

26
nov

Nous prenons un tuktuk qui nous emmène à la Champa lodges, c’est une guesthouse tenu par un Belge et nous avons vu sur le net qu’il était possible de Louer des Kayak et de faire une petite boucle de 3,5 km.

On embraque sur nos kayaks 3 par 3. Rapidement ça ne va pas, nous n’arrivons pas à diriger le notre (Louna, Lili et Céline) un coup à gauche un coup à droite, on n’est pas rendu. Plus loin nous échangeons Nino avec Louna, mais c’est pareil, je crois que le problème viens de moi (Céline), on fini par mettre Louna, Nino et Emy dans un kayak et dans l’autre je suis avec Timothée et Lili, et finalement c’était la meilleure combinaison.

Le paysage est magnifique, si on enlève mes cris quand on fonçait dans le décor l’endroit est super calme et reposant 😀

Je vous laisse juger par vous mêmes, on passe une excellente journée, tout le monde est ravie de ces moments.

infos pratiques:

* location de kayak : 5 $ de l’heure par kayak.

27
nov

Aujourd’hui Lili a une otite externe depuis 2-3 jours, et Emy c’est levée avec un gros mal de ventre. Il était prévu que Timothée et les 2 grands partent en scooter faire une petite rando et voir une cascade. Je reste donc avec les 2 petites malades à laver les culottes d’Emy car son mal de ventre c’est déclaré en Gastro (ou un truc du genre 😀 ). Lili passera une partie de la matinée à faire des devoirs et Emy se reposer.

• • •

Pour la sortie rando / cascade c’est Nino qui vous raconte cela : (pas besoin de beaucoup de temps pour le lire il a fait rapide😀 )

Aujourd'hui nous sommes allés avec papa et Louna voir une cascade, car les filles étaient malade et maman est restée avec elles.

Nous avons donc louée un scooter et nous sommes partis en route vers la cascade. Il y avait environ 5 km de route pour arriver à un chemin de fallin qui faisait à peine 1 km ensuite nous nous sommes garés devant un restaurant. Les locaux nous indiquent un chemin que nous suivons pendant 4 km à pied. Une fois au bout nous nous sommes tenu fasse à la cascade elle était assez petite avec un bassin un petit peu sale mais c'était vraiment bien. Au bout d'une petite heure nous sommes rentrés sur le même chemin et nous avons retrouvé le scooter.

Nous traversons des champs de Bananiers pour rejoindre la cascade. 

Bel article encore une fois ! Meilleure ambiance entre frère et soeur apparemment ! Et je pense que vous avez raison de prendre le temps de vivre ensemble tranquillement ! Tes propos Céline sur le fait de prendre du temps, me font penser à notre retraite 😂 bises à tous

Merci de nous faire voyager avec vous et profiter de tous ces moments en famille

Merci pour cette belle aventure en famille que j'espère vous partagerez avec les spectateurs du festival " 360° à l'Ouest" en Octobre 2020 par une conférence et/ou un film à Chalonnes et en tous cas n'arrêtez pas de nous faire rêver ... Bonne continuation ! Denis Vatelot

Poster un commentaire

Si vous ĂȘtes dĂ©jĂ  inscrit sur MyAtlas, connectez-vous ! Pas encore inscrit ? DĂ©couvrez MyAtlas, le site qui permet de raconter et organiser ses voyages.