Carnet de voyage

Road Trip au Monténégro

10 étapes
2 commentaires
Un véritable bijou à découvrir !
Du 14 au 23 juillet 2018
10 jours
Partager ce carnet de voyage
1

Ça y'est nous y voilà ! Depuis le temps que j'attendais ces vacances de juillet ! Pourquoi avoir choisi le Monténégro ? Un si petit pays à peine plus grand que l'île de France? Déjà parce que je n'aime pas les destinations à touristes, j'apprécie l'authenticité d'un pays, le dépaysement, loin de l'agitation de la vie quotidienne française. D'autre part, après avoir visité l'Albanie en 2017, j'avoue que je suis tombée sous le charme des Balkans, et de la côte Adriatique. Et, en me documentant, les paysages que j'ai pu voir dans les guides ou sur internet m'ont laissée rêveuse, et c'était donc l'endroit idéal pour se ressourcer !

Jour de fête nationale en France, départ de Bordeaux-Mérignac via Volotea en Boeing 717 !

C'est parti !  😀

Un vol sans encombre, à l'heure, à peine le temps de lire mon petit guide sur le Monténégro que nous voilà déjà à Dubrovnik, dans le sud de la Croatie, les tarifs étant plus avantageux pour nous que d'atterrir directement au Monténegro! 1h40 de vol depuis Bordeaux, et nous sommes déjà dépaysés ! Coupe du monde de foot oblige et à la veille de la finale Croatie-France, les croates arborent fièrement leur maillot, leurs rétroviseurs sont même aux couleurs de leur équipe (ah ce fameux napperon !! ). Location de voiture chez Sixt que nous avions réservée : surclassés dans une belle Dacia duster, on a la place pour deux !

Depuis l'aéroport, la frontière n'est qu'à une quinzaine de kilomètres, la principale route permettant de passer d'un pays à l'autre emprunte la vallée de la Sutorina. Passage donc par la douane : côté croate ce fut assez rapide, mais coté monténégrin, quelques centaines de mètres plus loin, une bonne demie heure d'attente ! Rappelons que depuis le 1er juillet 2013 et l'adhésion de la Croatie à l'Union européenne, elle constitue une frontière extérieure de l'Union européenne. Paradoxe : la monnaie en Croatie est le Kuna, et le Monténégro lui dispose de l'Euro !

Le Monténégro est indépendant depuis 2006  

A peine passés le poste frontière, nous avons directement la vue sur l'entrée des bouches de Kotor ! C'est magnifique ! Ces dernières sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elles forment une baie de 30 km apparentée à un fjord, même si le terme géologique n’est pas strictement correct. Il s’agît en réalité d’un canyon submergé. La baie de Kotor est composée de quatre golfes intérieurs Risan, Perast, Kotor et Tivat.

Comme il se fait tard et que nous n'avons rien mangé depuis le matin, on s'arrête à Herceg Novi, avec sa citadelle qui domine la baie. Nous rentrons donc dans la vieille ville Stari Grad.

La Tour de l'horloge est un monument de l'époque turque. Au centre de la ville, elle sépare la place basse de la place haute  

Nous nous arrêtons manger sur une petite placette au pied de l'église Saint Jérome et à deux pas de la tour de l'horloge, et ce malgré l'heure tardive 17h ! Ce qui frappe c'est que malgré les touristes, certes bien moins nombreux que sur la côte d'Azur, ou sur la côte croate, les lieux sont calmes, paisibles, avec beaucoup de félins, tous plus beaux les uns que les autres ! Bon petit repas : légumes grillés et pizza, et le dessert je vous laisse regarder :

2 belles crêpes pour 2 € 50 !!!  

Petite marche rapide dans la vieille ville, mais nous savons que nous y reviendrons en fin de séjour !

Nous reprenons la voiture, direction Perast en longeant la baie.

Arrivés à l'entrée de Perast, charmant petit village baroque, nous devons laisser notre voiture sur le parking à l'entrée de la ville. Celui-ci est à 2 euros. Nous allons devoir faire une petite trotte avec nos bagages mais le village et les paysages en valent le coup. Quel calme, malgré les touristes, je m'attendais à plus de vacarme. Les maisons ou palais ont pour la plupart des petites plages privés où les touristes se baignent, toujours autant de chats et chatons! D'après les guides que j'avais lus, impossible de ne pas s'arrêter dans ce petit village en pierre au charme typiquement méditerranéen. Ils avaient raison !

Perast 

Surplombé par la colline Saint Elie (873m), cette petite cité se concentre à l'extrémité d'un cap, non loin de la ville de Kotor. Ce qui fait sa particularité, c'est qu'elle a autrefois appartenu à la République de Venise, entre 1420 et 1797, et l'on peut encore aujourd'hui facilement distinguer cette influence sur les façades de ses dix-neuf palais baroques, témoins de son ancienne grandeur, et de ses dix-sept églises catholiques et notamment l'église Saint-Nicolas dont le clocher surplombe la place principale.

Après avoir grimpé une cinquantaine de marches dans des ruelles on ne peut plus typiques , nous arrivons à la guesthouse 

La chambre est charmante et propre.

Guest House Dragutinovic 

Un peu de repos, et zou on repart manger, et cette fois au bord de l'eau ! Tous les restaurants sont au bord de l'eau de toute façon !

La traditionnelle salade grecque !  Et la bière monténégrine (Pivo en monténégrin, ça on a bien retenu!) 

On finit avec un Raki bien sûr, trèèèès fort, je ne sais pas comment ils font pour le boire dès le matin!

La journée se termine, avec déjà de belles images en tête ! un bon dodo s'impose maintenant !

2

Après une bonne nuit de sommeil, nous voilà prêts pour de nouvelles aventures aujourd'hui! Et en regardant par la fenêtre, ca donne envie :

On commence par .... manger .... petit déjeuner au bord de l'eau transparente 😀

Perast : des bancs de poissons juste sous nos pieds ! 

On engloutit tranquillement notre jus d'orange frais maison, les croissants, omelette aux légumes et salade de fruits, en profitant de la vue.

Puis sous la chaleur harassante direction notre dame du Rocher en bateau.

Vue sur Perast depuis le bateau avec l'église Saint Nicolas et son imposant clocher  

Notre dame du Rocher est une curiosité en soi !

Ile de Notre Dame du rocher, îlot artificiel de 3000 m2 créé au XVème siècle 
Deux siècles plus tard, en 1630, les Pérastois y érigèrent une église à laquelle ils donnèrent le nom de Notre Dame du Rocher  

L'intérieur de l'Eglise est toute petit, et bondé de monde nous ne nous y attardons pas, puis visite du musée attenant à l'église qui contient des objet marins.

Vue depuis le musée  

Nous attendons notre bateau pour repartir qui ne revient pas nous chercher. Finalement au bout de 3/4 d'heure nous arrivons à trouver un bateau !

Ile Saint Georges aussi appelée Ile aux morts, abritant le cimetière du village et un petit monastère bénédictin  

Après cette belle matinée, nous filons vers Kotor. On voit que le tourisme y est déjà plus présent vu les prix.... Après déambulation dans les sublimes ruelles baroques, asymétriques de la ville avec ses multiples palais et églises où l'on retrouve cette influence vénitienne : repas, ou surtout boissons ! Nous sommes KO avec cette chaleur ! Comme tous les chats que nous croisons d'ailleurs ! Farniente !

Après avoir manger, la citadelle et ses fortifications qui surplombent la vieille ville nous donne envie mais la chaleur a raison de notre motivation.

C’est à la suite du tremblement de terre de 1979 que l’UNESCO se décida à faire entrer Kotor au sein de la liste des sites classés...

Du coup, balade tranquille avec visite de la cathédrale saint Triphon et de son musée.

La cathédrale Saint Triphon est une des deux cathédrales catholiques du Monténégro  

Puis tranquillement nous recherchons un bar pour regarder la finale de la coupe du monde de foot forcément ! Nous tombons sur un groupe de français supporters qui nous invite à leur table. Ouf, car plus de places dans aucun bar ! nous 6, sommes entourés de croates, nous ne faisons pas les malins, mais la première mi temps tourne à notre avantage ! A 3-1 on change de bar pour rejoindre le clan français, juste devant la tour-horloge, à l'entrée de la vieille ville et l'ambiance est superbe, au final CHAMPIONS DU MONDE !

Les supporters français font la fête, les croates font la tête ! Mais tout ceci dans une ambiance bon enfant  

Direction Budva et sa proche banlieue, l'Air Bnb est niché dans les hauteurs de Budva.

Prijevor House Radjenovic  

La personne qui nous accueille ne parle pas du tout anglais, un tout petit peu d'allemand alors on se débrouille ! Le jardin est magnifique, avec des arbres fruitiers, le potager à disposition, et les 3 adorables chatons !

Pour des amoureux des animaux comme nous sommes, c'était le pied !  

Repas ici ce soir après quelques courses chaotiques dans le centre de Budva, car pour trouver où se garer nous avons eu du mal !

3

Après un petit déjeuner tranquillement installés sur la terrasse à regarder les chatons jouer, nous prenons tout doucement la route pour Budva, à 5 min en voiture. Nous nous garons assez loin de la vieille ville mais au moins le stationnement y est gratuit ! Petite marche dans Budva, l'occasion de voir les monténégrins au volant, et bien ce n'est pas de la tarte ! Entre les stationnements gênants, l'absence de ceinture, le téléphone au volant ou en scooter, on aura tout vu ! La ville moderne de Budva est faite pour les touristes, plutôt aisés, au vu du nombre de grands hôtels ou de magasins de luxe, il faut dire que c'est le repère de la jet-set russe ! Le saint Tropez monténégrin en quelque sorte !

Le port, et surtout la vieille ville avec ses remparts, ses ruelles à l'allure vénitienne à l'instar de Kotor, sont un bonheur pour les yeux ! On repère rapidement notre lieu pour le repas du midi, un resto vegan ! Plein de petits magasins de souvenirs sympathiques, un peu moins de monde qu'à Kotor.

Nous arrivons sur une place de la vieille ville de Budva, où les religions se cotoient. L'église catholique et romaine de St Jean avec son clocher du 19 ème jouxtant la vaste résidence épiscopale n'est pas très éloignée de l'église orthodoxe de la Sainte Trinité érigée en 1804.

A gauche sur la photo, l'Eglise catholique et à droite l'Eglise orthodoxe  

Sous un temps magnifique, nous profitons de l'atmosphère de cette place, du guitariste qui y est installé et de sa vue dégagée sur l'Adriatique.

Petit passage dans l'église orthodoxe pour y voir l'architecture, les murs colorés et les icônes que nous n'avons pas l'habitude de voir dans notre pays.

Eglise orthodoxe de la Sainte Trinité  

Nous continuons notre visite par la citadelle et ses remparts. L'entrée est payante mais ça reste raisonnable et nous avons droit à un rafraichissement ! Pour ses points de vue, ça vaut vraiment le coup.

De la citadelle, on a une vue sur l'île de Saint Nicolas (Stevi Nikola) surnommée "Hawaii" par les habitants de Budva  
On continue la balade le long des remparts  
La vieille ville tranche avec les constructions récentes, qui poussent comme des champignons sur les hauteurs 
La bibliothèque, qui sert aussi de salle de réception pour des mariages, par exemple  

Il est l'heure de manger : nous retournons donc à l'entrée de la vieille ville là où nous avions repéré le resto vegan !

Chez Smsom : resto VG libanais !  
Des rolls au zaatar à tomber, puis houmous et falafels ! Un régal ! 

Tranquillement, nous repartons sur le port, nous buvons une bière dans un bar pour les motards avec une déco plus que marrante !

Les prix sont très bas !  

Finalement on se laisse tenter par un tour en red submarine : découverte d'une bonne demie heure des fonds marins, et pour une fois ce sont les humains enfermés dans un tout petit espace et pas les poissons 😉 !

Nous avons effectivement vu pas mal de bancs de poissons, mais le choc a été de voir toutes ces algues recouverts de "neige", nous ne voulions pas croire à de la crème solaire... et pourtant si...

Comment ne pas être dépitée par ce désastre écologique....  

Nous nous sommes jurés de ne plus mettre des crèmes solaires contenant des filtres UV qui polluent de la sorte ( les crèmes solaires contenant de l’oxybenzone et de l’octinoxate, deux filtres chimiques jugés impactant pour l'environnement). Cela nous a vraiment marqué. Chaque année, près de 14 000 tonnes de crème solaire finissent dans les mers !! Un effet sur les algues, les coraux et également sur les poissons....

Nous allons quand même nous baigner en cette fin de journée mais sans crème ! De toute façon, le soleil se couche rapidement, l'heure est tardive mais il fait encore très bon. Direction Przno, et sa petite crique charmante, préservé de l'urbanisation galopante de Budva, un véritable décor de carte postale !

Paysages de rêve, paisibles 

Une eau cristalline, des poissons et .... des oursins!!

Flo s'en souviendra !   

Nous rentrons retrouver les 3 petits chatons pour notre 2ème nuit sur les hauteurs de Budva, puis séance retrait d'épines d'oursin pour Flo !

4

Aujourd'hui, le ciel est plus capricieux, ce n'est pas plus mal il fait un peu moins chaud comme ça ! On quitte notre logement et ses 3 petits félins pour la côte adriatique. Mais avant, petite halte obligatoire à la pharmacie pour acheter une aiguille afin d'essayer de retirer les épines d'oursin sous le pied de Flo ! Elles sont tenaces !

La route longe la côte, c'est splendide, par contre la conduite des monténégrins est tout sauf sécuritaire ! Petit arrêt photo pour admirer le panomaro et la vue sur Stevi Stefan.

L'îlot de Sveti Stefan, ancien village de pêcheurs transformé en un complexe hôtelier de luxe 

Direction Petrovac, où nous avons bien du mal à nous garer gratuitement ! Ce village était encore jusqu'ici épargné par les nombreuses constructions hôtelières qui défigurent les environs de Budva, mais... je pense qu'ils se rattrapent ! Il y a pas mal de constructions en cours... Cependant, la plage est magnifique, avec ses deux petits îlots au large.

Les Ilots Katic et Nedjelja surmontés d'une chapelle en signe de gratitude des pêcheurs ayant survécu aux périls de la mer 
Grande plage de Petrovac Na Moru  

A l'extrémité de la plage se trouve la forteresse vénitienne de Kastelo, datant du 18ème siècle. Le cadre est enchanteur de ce point de vue : une baie surplombée de montagnes où les strates de la roche calcaire surmontées d'une magnifique forêt se reflètent dans l'eau turquoise de l'Adriatique ! On pourrait y rester là des heures, à admirer cette nature et cette géologie, tout ceci me laisse rêveuse.

Côte préservée à Petrovac  

Petite halte pour manger une pizza en bord de mer sur l'agréable promenade piétonne aux nombreux bars, restaurants et boutiques. Le décor est typique des petits villages de la mer adriatique. L'ambiance y est détendue, loin de l'agitation de la Côte d'Azur !

Nous reprenons la voiture, pour une plage juste à côté, celle de Buljarica en espérant pouvoir faire du snorkeling (on a d'ailleurs acheter un masque à Petrovac pour ça ! ). Nous passerons la nuit à Buljarica, dans une petite maison dénichée sur Air bnb où habituellement il faut y rester au moins trois jours, mais là, il n'y avait plus de disponibilités, mais Tanja la fille des propriétaires que j'avais contactée sur Air bnb a eu la gentillesse d'accepter que l'on n'y passe qu'une seule nuit. J'y tenais absolument car il s'agissait d'un Eco Garden, avec un âne, mon animal fétiche ! Mais on en reparlera plus tard, pour l'instant direction la plage moins bondée qu'à Petrovac. L'eau est bonne, et le soleil revient : après-midi détente !

La plage de Buljarica  

Vers 17 heures, nous retrouvons nos hôtes. Ils parlent allemands alors on se débrouille comme on peut ! Ce logement est juste "amazing" ! Un Eco garden avec fruits (des vignes en guise de pergola !) et légumes à volonté, ils nous offrent même une bouteille de vin rouge maison, et l'âne de la famille y est juste à côté ! Un vrai paradis idéal pour décompresser dans ce décor de rêve : vue sur les montagnes et au calme ! Les photos parlent d'elles-mêmes !

Eco Garden Perovic, Kaluderac   
Vue depuis le jardin 😀

Pour le repas du soir, ce sera légumes maison grillés au barbecue miam ! Merci Flo

Dommage que l'on n'ait pas pu avoir plusieurs nuits dans ce paradis terrestre. Des vacances authentiques, dépaysantes, en plein nature, avec de belles rencontres comme je les aime !

Un festin, suivi de raisins bien sucrés et figues du jardin  😉
5

Ce matin, nous devons déjà quitter notre petite maison bucolique. Nous cueillons quelques figues dans le jardin puis, le moment attendu : le repas de l'ânesse, qui au vu de ses hennissements n'attendait que ça ! L'occasion d'un moment de complicité avec cet animal que j'adore.

Les plaisirs simples des vacances  

Petit déjeuner en terrasse avant de repartir : l'ânesse était sortie de son enclos, nous avons essayé de la faire rentrer en vain ! L'expression "tétû comme un âne" prend ici tout son sens ! Mais avec la nourriture, nous y sommes finalement arrivés !

Direction le Mont Lovcen, qui est le coeur historique du Monténégro. Nous longeons la côte adriatique en sens inverse jusque Budva, puis on prend la route qui mène à Cetinje. Les panoramas sont à couper le souffle d'ailleurs obligés de s'arrêter pour une halte photo !

Vue sur Budva  

Après une grosse demie heure de virages, nous arrivons à Cetinje à 670 m d'altitude. L'ambiance y est vraiment différente de la côte. Il s'agit de l'ancienne capitale royale, elle conserve un rôle particulier dans le coeur des monténégrins. Compte tenu de son titre de « capitale du trône », elle accueille aujourd’hui la résidence principale du président de la république du Monténégro. Le centre est mignon, on se serait cru en forêt noire par moment, ou dans Heidi !

La rue piétonnière, ses commerces et cafés dont les terrasses rappellent l’art de vivre propre aux pays d’ancienne Yougoslavie   

Un parc jouxte le monastère et le musée de Petar II Petrović-Njegoš, dont nous reparlerons plus tard. Et là que voit on ? Pas un ni deux mais sept chiots avec leur maman ! Faisant la sieste ou jouant, pas peureux du tout et plutôt en forme ! Cetinje est vraiment la ville des chiens, pour des amoureux des animaux comme nous, c'est le rêve !

Le bâtiment antique le plus ancien à Cetinje, l'église orthodoxe de Valaque 
Farniente !  

Cetinje, bien que peu touristique, présente une unité temporelle qui en fait tout son charme. En un rien de temps, on semble transporté dans « le monde d’avant ». Nous nous y sentons bien, nous décidons alors de manger le midi ici avant d'attaquer le Lovcen !

Assiette végétarienne digne de Pantagruel !  Restaurant le Kole, Cetinje 

Après ce bon repas copieux avec un prix défiant toute concurrence, nous reprenons la voiture direction le Mont Lovcen. La route est plutôt en bon état, je m'attendais à bien pire ! Malgré l'étroitesse, ça se fait bien car il y a peu de voitures. Nous passons des prairies proche de Cetinje à la forêt puis aux paysages rocheux, lunaires.

Comme il s'agit d'un parc national nous nous acquittons de l'entrée, pour y accéder en voiture, 4 euros.

Arrivés en haut, à près de 1700m il fait à peine 20°C ! Le mont a deux pics, le Štirovnik culminant à 1 749 mètres et le Jezersky, à 1 657 mètres en haut duquel siège le mausolée de Petar II Petrovic-Njegos, ancien roi monténégrin. La vue est dingue, le Lovcen c’est la rencontre entre deux climats, celui de la côte et de la montagne et de deux mondes… avec une vue à 360° sur le Monténégro : des bouches de Kotor à l'Adriatique, du lac de Skadar au massif du Durmitor. Nous profitons de la vue, avant de rentrer dans le mausolée.

Paysages de rêve, évasion garantie  
Le mausolée, construit en 1974, dans un style très "réalisme socialiste"  

L'entrée du mausolée est à 3 euros. Les dimensions hors normes de ce bâtiment sont impressionnantes.

L'entrée de l'imposant mausolée, où est enterré le roi “fondateur” du royaume du Monténégro, Petar II Petrović-Njegoš 
Figure grandiose de Njegoš, au-dessus de laquelle se trouve un aigle aux ailes déployées et la voûte en perles d'or (18 kgs ! ) 
Sarcophage en marbre blanc  

On sort de l'autre coté où encore une fois, tous les paysages du Monténégro s'offrent à nous !

Cetinje vue depuis le Mont Lovcen 
Le Durmitor depuis le Lovcen  

Il est temps de redescendre les 450 marches qui menaient au mausolée : aie les genoux !

Maintenant direction Rijeka, tout d'abord en redescendant par la même route serpentine vers Cetinje puis en prenant la route entre Cetinje et Rijeka : celle ci est vraiment flippante de part son étroitesse et la végétation adjacente qui empiète sur la route et qui entrave la visibilité ! Coups de klaxon obligatoires! Arrivés à Rijeka Crnojevica, encore une tout autre ambiance : le village est authentique, l’adorable petit hameau est situé sur un lac éponyme qui laisse voir un éblouissant panorama de montagnes et de forêts.

Superbe pont à arches datant du 19e siècle traversant la rivière Cnrojevica 

L'appartement en coeur de village est confortable et les propriétaires adorables, bien qu'on ait dû les attendre un peu ! Mais dans ce lieu magnifique, ça n'a pas posé problème !

Appartement Petra à Rijeka Crnojevica avec vue sur la rivière en plein coeur de ce village paisible  

Nos hôtes possèdent un restaurant, qui a la particularité d'être à 2 kms de là, sur les hauteurs du village. Nous nous y aventurons donc, et nous ne regretterons pas !

Vue du restaurant, l'EkoRestoran Sindon, sur l'entrée du Lac Skadar 

Nous avons eu la chance de discuter avec le patron et ses quelques amis attablés en terrasse, dont un parlait anglais : nous avons appris que le serbe, le bosnien, le croate et le monténégrin étaient en fait la même langue contrairement au slovène et au macédonien ; que les enfants n'apprennent pas l'anglais à l'école mais le russe. Ils nous ont offert du Raki, pour ma part, j'ai préféré ne pas en prendre car je trouve ça vraiment trop fort, 4 verres de Raki en revanche pour Flo 😉 ! Une grande assiette de fromages locaux et des légumes du jardin cuisinés exprès par notre hôte pour les végétariens que nous sommes. Miam ! Demain, il nous emmènera faire le tour du lac dans sa barque 😀.

6

Aujourd'hui je prends un an ! Et que rever de mieux pour son anniversaire que d'être en vacances dans ce magnifique pays, sous le soleil ?

Nous avons bien dormi, le village est paisible le matin, nous montons en voiture pour le petit déjeuner avec une vue à couper le souffle sur le Lac Skadar.

Petit déjeuner exceptionnel : Risotto aux légumes et différentes confitures et un jus maison à la menthe, tout cela servi avec le traditionnel verre de raki du matin ! Allez, c'est mon anniversaire je me laisse tenter !

Le verre de Raki, c'est le plus petit !  
Pendant le petit déjeuner !  

Puis départ pour l'excursion en barque avec le gérant, un personnage haut en couleurs ! Un couple et ses 2 petites filles sont également de la partie, et ils parlent français ! Ils vivent en belgique à Namur mais le mari est serbe, ce qui est pratique pour dialoguer ici car les gens parlent peu anglais!

On traverse le pont de l'autre coté de la Crnojevica, pour accéder à la barque  
Hop, on embarque, après avoir vu une belle mue de serpent, j'en ai encore froid dans le dos !  

Découverte du lac avec un peu d'histoire sur le village, par notre hôte qui a un accent anglais à couper au couteau ! Rijeka Crnojevića était un des plus gros centre de commerce du Monténégro. Son nom vient de Ivan Crnojevic (Seigneur du Monténégro de 1465 à 1490).

C'est parti à la découverte du lac Skadar et de sa faune ! 

Le lac Skadar est le plus grand lac de la péninsule balkanique, il s'étend sur 40 000 hectares, à cheval entre le Monténégro et l'Albanie. Succession de virages, montagnes environnantes, eau couverte de nénuphars qui forment un véritable tapis végétal !

C'est aussi un sanctuaire ornithologique : on y observe des cormorans, des hérons. C'est aussi un des derniers habitats des pélicans frisés d'Europe.

Un héron au décollage !   
Petite pause baignade avec une "fish pédicure" gratuite!!!   
On ne se lasse pas de ces paysages  

Retour vers 13h au village. Petite pause boissons en bord de rivière avant de reprendre la route !

Nous poursuivons notre road trip plus à l'intérieur des terres, vers le Nord Est, Mojkovac notamment, nous avons en effet un peu de route. A peine sortis de Rijeka, nous nous arrêtons déja en bord de route. Mais il y a de quoi ! il s'agit là du plus beau point de vue sur le lac Skadar. Voyez plutôt !

Ne serions-nous pas au Paradis?  😀

Nous sommes obligés de passer par Podgorica, la capitale du pays. La ville possède plusieurs ponts et rivières, notamment le pont moderne du Millenium qui enjambe la rivière Morača, rivière que nous allons suivre en voiture par la suite. Nous nous arrêtons à Podgorica pour y manger un morceau. C'est un peu le passage obligé pour rejoindre l'ouest à l'est, le nord au sud. Le relatif plat-pays dont dispose Podgorica contraste avec les terrains accidentés du reste du Monténégro. la capitale ne compte que 150 000 habitants ! Ce qui représente quand même près du quart de la population du pays à elle seule !

Puis nous suivons la rivière Moraca, juqu'au monastère orthodoxe situé à 980 m d'altitude près des stations de ski de Kolasin. A l'intérieur, les jardins sont magnifiquement entretenus, l'atmosphère y est paisible. Nous ne pourrons pas rentrer dans l'église, nous n'avons pas les tenues adéquates !

A l'exterieur, à peine repassés les portes du monastère, des déchets à foison, laissés là par des touristes peu scrupuleux.....

Nous reprenons la route et nous arrivons peu de temps après à Mojkovac. Cette petite ville de 4000 habitants fut autrefois une importante cité minière de plomb et de zinc.

Nous montons dans les hauteurs du village, en pleine campagne, entourés de montagne, tout y est calme excepté le meuglement des vaches ! Nous les croisons d'ailleurs sur notre chemin 😀.

Un cadre enchanteur : nous voila entourés de champs de framboisiers, de myrtilles avec une vue incroyable sur la vallée et les montagnes environnantes. Un calme, et une fraicheur inhabituelle pour nous ici : 17 °C, la dame qui nous accueille est vraiment très chaleureuse, elle nous fait cadeau d'une grande caisse de framboises cueillies du jour ! Elle nous a fait remarqué que pour des français on était très sympathiques ! 😉 Elle nous fait visiter notre petit chalet pour la nuit : les vacances comme je les aime : discuter avec des locaux, profiter des paysages et surtout le calme !

Un superbe anniversaire !  
Kolibe Coric à Mojkovac  😀

Flo m'invite au resto de l'hôtel situé pas loin de notre petit chalet, dont les gérants sont des amis de notre hôte. Ambiance typique, montagnarde, chaleureuse, du vin monténégrin très bon, un plat de pâtes aux morilles délicieuses et une part de gateau pour mon anniv' avec une bougie s'il vous plait !

Retour à pied dans le noir à la lumière du téléphone ! Des images plein la tête, le sommeil arrive vite quelle journee splendide ! Je me souviendrai de mes 33 ans !

7

Réveil sous le soleil dans notre petit chalet avec un petit déjeuner maison servi sur la table extérieure par notre hôte.

Jus et confitures de framboises, oeufs au plat, tomates, tartinade de poivrons, burek au fromage, gros pain chaud : 5 euros ! 

Nous profitons du calme. Même les guêpes ne gâchent pas notre plaisir, nous avons du mal à repartir mais il le faut ! Direction le pont Durdevica Tara : il surplombe la rivière Tara et son canyon, le plus haut d'Europe !

Arrivés sur place, beaucoup de touristes et pas de parking alors nous stationnons comme nous pouvons ! Mais, les monténégrins ne semblent pas très à cheval sur les règles de sécurité routière et le code de la route alors ça ira !

Cet immense pont surplombe la Tara de 172 mètres et offre une vue panoramique sur le canyon. 
Lieu idéal pour le rafting !  

Les amateurs de saut à l'élastique, de zip-line ou de rafting y trouveront leur bonheur à coup sûr ! Pour aujourd'hui, on se laisse tenter par la zip line ! 3 compagnies se partagent le marché, chacune prétendant être la plus longue, la plus rapide, la plus impressionnante... Cela valait vraiment le coup de le faire, Et plutot long pour une tyrolienne ! Le prix est aléatoire par contre, à la tête du client ! De 40 € annoncés en haut, nous nous en sortons pour 30 € pour 2 !

Puis nous partons pour le Lac noir près de Zabljak : L'entrée du parc est payante, 3 euros car nous sommes au coeur d'un parc national, celui du Durmitor.

On se croirait dans les rocheuses canadiennes !  

Et au bout du chemin ... la vue est unique, avec cette eau aux couleurs changeantes avec le soleil !

Le célèbre Crno Jezero (le « lac noir »), au pied du mont Medjed 

Ce lac est considéré, à juste titre je pense, comme le plus beau du parc national. Bordé de forêts de sapins, et dominé par les sommets du Durmitor, il est en fait constitué de deux lacs communiquant entre eux par un passage étroit. Il paraît que la fonte des neiges après l’hiver crée de nombreuses cascades d’eau qui se déversent sur le lac. Nous profitons de ce paysage et ce visage nouveau que nous ne connaissions pas encore du Monténégro ! Un de plus !

Couleurs changeantes ...  

Petite pause pique nique au soleil, puis nous nous decidons à faire le tour du lac. Le début est plutôt tranquille :

Et non, ce n'est pas le Canada !  

Mais après cela se corse ! Les chemins sont plus abrupts, et je crois bien que l'on a pas fait dans la facilité non plus en sortant du sentier de randonnée ! Du coup, pause baignade sauf que l'eau est trop froide pour moi mais Flo a apprécié ce bain revigorant !

Le reste de la rando est ardu mais le lieu tellement fantastique!

Nous repartons en fin d'après midi vers Pluzine, notre lieu de villégiature pour deux nuits : pour 57 km le GPS nous indique 1h40 ! De quoi faire peur, mais cela se comprend en fait : routes serpentines dans le Durmitor et ses paysages qui pourraient nous faire penser aux steppes mongoles !

Paysages du Durmitor  

Nous en prenons encore plein les yeux avec ces paysages grandioses, d'une beauté naturelle saisissante.

Des moutons partout, des vaches sur les routes !  

Nous nous aventurons même à prendre un vieux monsieur en stop avec son vieux poste de radio et ses musiques serbes traditionnelles ! Quoi de plus folklorique !

Arrivés sur Pluzine, nous avons une magnifique vue sur le lac Piva, les chalets sont au bord de l'eau l'accueil est très chaleureux, dommage qu'un husky attaché à l'entrée nous fende le coeur.... Mais, ils ne doivent pas avoir le même rapport aux animaux de compagnie que nous.

Lac Piva, au soleil couchant.... vue depuis la chambre B&B Konak 

Repas dans un resto traditionnel avec un plat typique serbe : le Kachamak qui est le nom d'un plat serbe et bulgare à base de maïs jaune. C'est l'équivalent de la polenta italienne, que nous avons mangé comme une purée mélangé à du fromage ! Pas mauvais du tout !

Retour au chalet, et dodo car nous sommes épuisés et demain, nous nous levons tôt pour une journée RAFTING que nous attendons depuis longtemps ! 😀

8

Cela fait un moment qu'on attend cette journée, et voir du balcon, le lac Piva et le temps ensoleillé nous motive encore plus !

Nous prenons un petit déj' sur le balcon justement pour profiter de la vue, 2 petites crêpes roulées, frits en beignets et des tomates, assez succint mais qu'à cela ne tienne un autre petit déj' nous attend avec le rafting !

La demie heure de route qui nous sépare du Waterfall rafting center, et encore une fois splendide, le long de la riviere Piva, puis après le long de la Tara. Heureusement que nous avons un Duster pour se rendre au point de rendez-vous, car la route est peu carrossable ! Arrivés là bas, ambiance camp de vacances très sympathique , avec en bruit de fond les cascades de la rivière Tara, et une eau allant du turquoise au vert émeraude.

On se contentera de pain et de fromage pour le petit déj' par contre, le reste etant carné ! Puis, préparation pour le rafting avec toutes les nationalités qui se côtoient dans la quarantaine de touristes présents pour cette activité sportive ! Les explications se font donc en anglais ! Casque, combinaison, gilet de sauvetage et chaussures sont au menu ! C'est notre baptême de rafting pour tous les deux !

La classe ! 

Nous montons par groupe dans les voitures chargés des bateaux sur les toits vers l'endroit de départ du rafting a la frontière bosniaque, d'ailleurs on passe le poste frontière !

Go ! 

Nous prenons place dans notre bateau, avec notre guide du jour Lazar, et nous sommes huit : Deux croates, deux belges flamands, un danois, une italienne et deux français ! Les hommes devant et les deux filles à l'arrière! La descente est d'abord tranquille puis les rapides arrivent avec son lot d'éclaboussements et de fous rires, le tout est parsemé de moments où on nous pouvons descendre hors du bateau pour se baigner, l'eau est terriblement bonne voire même pour les plus téméraires sauter depuis les rochers ! On voit que le rafting est un business dans le coin, ce sont des dizaines d'entreprises de rafting qui travaillent côte à côte. Le prix est vraiment bas, par rapport au marché français, 90 € pour tous les deux, petit déjeuner, repas du midi, matériel et transports pour la journée inclus. C'est l'activité phare du Monténégro, il faut dire qu'avec ce canyon il y a de quoi faire ! Le Canyon de la Tara est sans doute la plus grande fierté des Monténégrins qui aiment le comparer avec le Grand Canyon américain. Et pour cause, il est le 2ème plus long et profond du monde avec 82km et jusqu'à 1300m de profondeur.

Au milieu de notre descente de la Tara, nous nous arrêtons pour une pause boisson, et ..... un verre de raki pour tous puis deux ! On discute du pays , on fait connaissance avec nos camarades bien sympathiques et avec le guide, un vrai amoureux de son pays et de son histoire !

Et oui, il y a aussi des scorpions là bas !  

Puis, retour dans le bateau, Florian me fout à l'eau bien sûr !

Grand bol d'air pur, nous profitons des rapides, j'avoue à l'arrière, ce n'était pas trop épuisant pour ma part ! Retour au camp de base après un trajet en jeep épique ! même s'il est déjà 16h30, nous attend un bon repas de midi, et nous avons très faim avec ces émotions ! Spécialement végétarien pour nous deux. Nous sommes attablés avec Tania l'italienne qui vient de la vallée d'Aoste et de son compagnon danois Rasmus ! Belle rencontre meme si mon anglais à l'oral est catastrophique.

Retour à Pluzine ou l'on passe au supermarché faire quelques courses pour grignoter le soir car nous n'avons plus très faim ! Le chien est toujours attaché malheureusement. ...

le lac Piva, sur la route du retour de rafting  

Nous passons la soirée à voir ce que nous allons faire le lendemain, car déjà le dernier jour.... Ca sera donc une halte à Herceg Novi où nous réservons la nuit suivante et un baptème de parapente offert pour mon anniversaire !

9

Retour au point de départ aujourd'hui, la boucle est bouclée : Cette ville fut notre première halte au Monténégro, et notre dernière, nous prenons la route tranquillement en fin de matinée, et arrivons à Herceg Novi vers 13h30.

C'est dimanche et il y a plus de monde aujourd'hui, chaleur étouffante, nous descendons les escaliers de la vieille ville pour se retrouver sur la promenade en bord de mer où des touristes, beaucoup de russes ont jeté leur serviette à même le bitume.

Nous trouvons le resto que nous avions repéré sur "happy cow ", Barbarella : un resto chouette avec des produits frais, pâtes aux "zucchini " , pignons, câpres, le régime méditerranéen par excellence ! Et un gateau maison en dessert rien de mieux avant le parapente!

Miam 😀

Ascension des nombreux escaliers sous un soleil de plomb, puis direction Zelenika pour le point de depart pour le parapente, nous retrouvons Denis le gérant et son ami Christian croate, travaillant à l'aéroport de Dubrovnik ! La pression monte un peu pour moi, surtout quand je vois le champ d'atterissage et qu'ils nous montrent le lieu de départ sur les montagnes alentours !

Le vent était un peu capricieux, il a fallu attendre avant de s'envoyer dans les airs ! Mais quelles sensations, au dessus de la baie de Kotor, un souvenir qui restera gravé dans ma mémoire.

Une grande première !  

Flo s'élance dans un deuxième temps, une fois mon vol fini, malheureusement avec le vent son vol n'a pas été très long.... Retour sur la terre ferme, et nous profitons de cette dernière soirée au Monténégro....

10

Petit pincement au coeur, de devoir déjà repartir, c'est passé tellement vite. Nous ne sommes pas très loin de Dubrovnik, mais avec la douane nous partons assez tôt pour être sur d'avoir l'avion à midi ! A l'aéroport, un petit coucou à notre ami Christian avec qui nous avons fait du parapente la veille, et qui nous a servi de traducteur ! Puis, en bons touristes, passage obligé par le duty free !

Nous voilà dans l'avion du retour, le temps de conclure sur ce beau voyage : Une destination unique, à bien des égards dans un si petit territoire qui renferme un patrimoine naturel, architectural très denses, sans compter toutes les activités sportives auxquelles on peut s'adonner !

Une destination qui ravira petits et grands, entre amis, en famille, ou comme nous, en amoureux. Les neuf jours nous ont paru courts, et même si nous avons vu du pays, nous n'avons pas pu tout faire, notamment le Sud (Bar, Ulcinj). L'occasion d'y retourner? 😉

Les monténégrins peuvent paraître un peu froids au premier abord, mais cela est lié à la barrière de la langue. Ils sont très accueillants et aiment à parler de leur histoire.

Bref, un pays récent, où l'on ne peut soupçonner qu'il renferme autant de richesses ! Il est encore temps d'y aller sans subir le tourisme de masse, à des prix très attractifs. En espérant que la côte Adriatique reste préservée et qu'elle ne cède pas encore plus de territoire aux complexes hôteliers, qui gâcheraient le paysage...

Amoureux de la nature, de la randonnée, de la montagne, de la mer, des grands espaces, de sensations fortes, de petits villages historiques, le tout en passant en seulement quelques heures de l'un à l'autre, n'hésitez pas ! A CONSOMMER SANS MODERATION 😀