La montagne dans tous ses états... au Viêt-Nam

Dix jours en famille pour découvrir l'extrême nord du Viêt-Nam avec ses rizières en terrasse, ses paysages à couper le souffle et une culture millénaire...
Juillet 2015
10 jours
5
22
juil

Dès notre arrivée à Hanoi, nous avons pris la route pour la ferme du Colvert. Après une demi journée et une grosse nuit de repos, nous avons petit-déjeuné local : jus d’orange fraichement pressé, crêpes, œuf au plat (trứng chiên), ramboutan (chom chom), mini bananes du jardin, thé et café locaux ...

Nous sommes partis sur des vélos pour une balade d'environ 20 km à travers les rizières et des mini montagnes qui ressemblent à la baie d'Halong (ce coin s'appelle d'ailleurs Mini Halong Bay).

Il ne faut pas se fier à la tenue : la chaleur est assommante en cette saison ! Mais le meilleur moyen de se protéger des piqures et du soleil reste le port des manches longues et des pantalons...

Sur la route du retour, nous avons emprunté la piste Hô Chi Minh et nous sommes arrêtés à un petit marché local pour acheter quelques fruits.

Et nous sommes rentrés à la ferme du Colvert, où nous avons pu nous reposer.

24
juil

Nous sommes revenus sur Hanoi dans le but de prendre un train de nuit pour Lào Cai. Cette petite escale nous a permis de faire quelques emplettes pour notre grande fille et de nous promener et découvrir la ville de nuit (car le soleil se couche tôt !).

Hanoi by night

Nous sommes allés diner au meilleur phở de la ville, d'après notre guide. C'est un peu l'usine et très occidentalisé (j'ai trouvé que ça ressemblait beaucoup aux restaurants du 13è arrondissement de Paris), et c'est très certainement jugé fameux car il y a beaucoup de monde et nous avons du faire la queue pour manger. C'était bon, mais ça n'a rien à envier à ceux de ma mère qui ont plus de gout !

Anecdote : La circulation à Hà Nội est, pour un occidental, chaotique. C'est chacun pour soi, les plus gros gagnent et les klaxon tournent à plein régime pour signaler un dépassement à venir (ou simplement pour dire "Pousse-toi je passe !").

Pour traverser, il ne faut pas faire de mouvement brusque, mais avancer doucement (en s'étant assuré qu'il n'y a pas de moto qui déboule à toute allure) et compter sur l'anticipation des autres usagers de la route qui ont l'habitude des touristes😀 Et bien évidemment, il faut également être attentifs aux coups de klaxon pour évacuer la route !

Puis vient l'heure d'embarquer dans notre train de nuit pour Lào Cai. L'heure d'arrivée n'est pas ferme... 5h ou 6h du matin, selon les conditions de transport !

Il faut signaler que nous avons pris la meilleure classe de confort possible pour le voyage (4 couchettes équipées de climatisation). Le confort n'a rien à envier à celui que l'on peut trouver en France. Nous étions très bien installés, avec couvertures, oreillers et bouteilles d’eau. Il y a même des charriots ambulants qui passent pour vendre du café, du thé, des maïs cuits à l'eau (quel délice) et autres snacks faciles à grignoter !

Le contrôleur du train sait exactement qui sort à quelle gare. De ce fait, à chaque fois qu'on approche d'une station, il passe devant les compartiments concernés et toque à la porte pour signaler qu'il faut se préparer pour descendre. Pratique 😉 !

25
juil
25
juil

Après un copieux petit-déjeuner à 6h du matin dans un hôtel près de la gare, nous avons pris la route pour le marché de Sapa, où nous avons découvert les couleurs traditionnelles des H'mong noirs, des Dao rouges ... sous la pluie.

Nous avons ensuite marché 2km ou 3km pour rejoindre notre maison d'hôtes, que l'agence de voyage avait qualifiée de chez l'habitant au confort sommaire. Cette description est tout à fait incorrecte, car le confort n'a rien de sommaire ! Nous avions une minuscule chambre dans lequel le lit prenait toute la place, mais avec des oreillers, une moustiquaire, l'eau courante, une chasse d'eau aux toilettes, et même le wifi ! D'après notre agence, c'est toujours la meilleure maison du village qui est mise à disposition des touristes. Ceci explique cela 😀

Une fois le déjeuner englouti, nous avons chaussé nos chaussures de marche, enfilé nos kway, pris un sac avec des bouteilles, l'appareil photo et les objectifs, et sommes partis pour une petite balade en montagne de près de 4h.

Il a plu une bonne partie de la marche, mais une pluie fine seulement, je ne connaissais pas trop ça au Vietnam (je n'en connaissais que la grosse pluie de la mousson !). Et il a fait un temps très agréable, aux alentours de 25° avec une petite brise c’est vraiment sympa !

26
juil

Après avoir petit déjeuné local dans un boui boui (du phở gà : la soupe traditionnelle au poulet !), nous sommes passés rapidement à la frontière chinoise.

Le guide nous a raconté que les véhicules sont taxés lors de leur passage, tandis que les piétons ne le sont pas. Il s'est donc créé un métier à la frontière : des gens attendent de chaque côté du pont, et monnaient leur service de transport piéton de marchandise d'un pays à l'autre. Futés !

• • •

Puis après un peu de route nous sommes arrivés à Bac Hà où nous avons pu visiter le marché local qui n'a lieu que le dimanche ! Contrairement à Sapa, il y avait des H'mongs verts, bleus, bariolés... mais pas noirs.

Nous avons négocié des bols en noix de coco avec l’intérieur pseudo laqué à 65 000 đồng (3 €) le bol, 1 pièce dite « piastre de commerce » de l’époque indochinoise, et un petit chat bariolé. Une fois nos achats terminés, nous avons vu un monsieur dans une posture un peu compliquée : il voulait acheter les mêmes bols que nous, et la dame les lui a proposés à 160 000 đồng (8 €) l'unité ! L'arnaque se monte vraiment à la tête du client, puisque la négociation pour nous a commencé à 100 000 đồng (4,50 €) . J'ai aidé le monsieur à négocier un peu, il s'en est tiré pour 260 000 đồng (11,50 €) les 4 bols.

Pendant notre balade d'après-midi, notre guide nous a expliqué que le dimanche, les villageois vont au marché et souvent les hommes en profitent pour boire. Et il arrive qu’on retrouve des hommes qui dorment le long de la route du retour car ils sont beaucoup trop alcoolisés pour rentrer...

Nous n'avons pu que constater cette anecdote par nous-mêmes en croisant une moto qui se renverse à l'arrêt avec ses 2 passagers à bord (dont le mari ivre !) sans être capable de se relever, et un monsieur qui titube le long de la route, abandonné par son comparse reparti à moto...

Sacrés vietnamiens !

26
juil

En quittant Bac Hà nous avons visité le palais d'un roi H'mong du Nord-Ouest du pays. On dit que pour montrer sa richesse et pour asseoir son pouvoir, ce roi fit construire un somptueux palais. Il aurait demandé l'aide d'architectes Français et Chinois afin que tous les éléments soient en parfaite harmonie. Petite anecdote, ce roi avait même 3 chambres séparées pour ses 3 femmes !

Il y a un article complet sur ce palais sur le site vietnamsurmesure.

Nous avons fait la route vers Viet Quang en prenant notre temps et en profitant des paysages alentours. Nous avons pu voir des pêcheurs à l'ouvrage, un pont suspendu sur lequel passent encore des motos (!!), de magnifiques rizières cultivées en terrasse à flanc de montagnes.

Et nous avons terminé ce périple par un bon nước mía préparé par un marchand ambulant dans la rue près de l'hôtel de ce soir. Le nước mía est un liquide extrait de cannes à sucre. Évidemment c'est un jus extrêmement sucré, un vrai délice !

Le soir nous sommes sortis un peu en ville. Nous voulions manger un phở bò, la soupe traditionnelle au boeuf, mais c'est un plat qui se mange le matin ! Nous avons quand même fini par trouver notre bonheur et sommes repartis repus. Sans oublier un autre sachet de nước mía pour le dessert 😉

27
juil

Sur la route pour Hà Giang, nous avons traversé des villages, notamment des villages Tay. Ils vivent du riz et du maïs, certaines familles vivent également de galettes de riz au sésame, et d'autres de feuilles de bambou qui sont séchées et exportées pour Taïwan (par contre ils ne savent pas pour quel usage).

Rendez-vous compte : 1 planche de 9 piles de feuilles de bambou est vendue 300 đồng soit 1,5 centime seulement ! La dame nous a dit qu’elle avait commencé la veille à 11h et qu’elle serait payée pour la demie journée de travail environ 100 000 đồng (soit 4 €).


Ici, les gens sont très accueillants : ils nous ouvrent les portes et nous proposent de visiter et toujours du thé ou à boire (on nous a proposé une fois de l'alcool de maïs ...). La difficulté dans ce genre de voyage c'est de réussir à tenir le rythme des petits verres d'alcool qu'il faut partager avec les hôtes !

Dans une des maisons, une vieille dame égrainait un maïs et notre grande s'est proposée de l'aider...

La minute culturelle

Comment le riz est-il cultivé ?

  1. Tout d’abord, les agriculteurs jettent en vrac les graines de riz pour qu’elles germent (photo de gauche).
  2. Une fois germées, ils récupèrent les herbes qu'ils assemblent en bottes pour les répartir dans le champ (photo du milieu)
  3. Pour finir, ils repiquent les herbes de riz en les alignant (photo de droite) !
29
juil

Pour aller à Dong Van nous avons fait un détour par Meo Vac (7h à 8h de route dans la journée !) pour observer de beaux paysages typiques du Nord Vietnam.

Nous passons d'abord par Núi Đôi Quản Bạ (Montagne doublée de la fée), située dans la ville de Tam Son. Elle se situe à 47km de Ha Giàng et possède deux sommets calcaires qui rappellent la forme de deux seins, dressés au milieu du champ de Quản Bạ.

Les paysages traversés sont bien différents de ceux croisés jusqu'à aujourd'hui : il n'y a pas de rizière en terrasse, les montagnes sont très escarpées et le maïs est cultivé à flanc de montagne. Ces cultures sont impressionnantes, vu la pente et l'état caillouteux de la montagne. Ce doit être un travail très difficile au quotidien !

Sur la route nous avons capturé des moments de la vie des Vietnamiens comme un vélo tracté par une moto, des femmes qui s'occupent des cultures (maïs, chanvre), des enfants qui s'occupent ...

Après une halte pour la nuit à Đồng Văn, nous avons rebroussé chemin vers Ha Giàng. Coup de chance, c'était la rentrée et nous avons pu visiter une école (niveau élémentaire je dirais), et assister au rituel du matin.

La cour de l'école était entourée des dortoirs tout du long : les internes dorment sur des lits superposés sans matelas et avec une couche de paille sur le lit ! Les enfants jouaient : les garçons avec leur costume noir traditionnel et les filles en tenues très vives, et dans les salles de classe il y avait des inscriptions sur les tableaux, de la très belle écriture des vietnamiens. Puis un enfant s’est mis à battre d’un bâton sur un gros tambour et tous les enfants se sont alignés (a priori par niveaux) et se sont mis à « danser » selon le rythme décidé par l’enfant tambourin. Le guide nous a dit que c’était leur activité du matin pour être en forme pour l’école, comme une gym en fait. C’est incroyable : tous ces enfants alignés, pas un adulte pour les surveiller, et qui s’auto-gèrent.

Sur chaque rangée il y avait quelques enfants qui portaient un châle rouge : ce sont les enfants les plus méritants de leur promotion, ceux qui travaillent le mieux. J’ai pu remarquer qu’il y avait une proportion raisonnable de garçons et de filles qui portaient ce châle !

Puis nous sommes passés à l’ancien palais d’un roi H'mong Dinh Vua Mèo (jusqu’en 1947), dans une région qui était dominée par le commerce de l’opium avant que ça ne soit plus autorisé (et qu’il ne s’enfuie !).

Enfin, nous sommes passés par un col dans les nuages, avec une vue à couper le souffle, avant notre retour à Ha Giàng !

31
juil

Nous avons voulu nous rendre au lac Ba Bể plus tôt afin de pouvoir profiter des lieux... C'était sans compter sur la météo qui a été particulièrement capricieuse et a rendu les routes impraticables à 40km de l'arrivée. Nous avons du rebrousser chemin pour dormir à Tuyên Quang, étape qui était initialement prévue sur notre planning.

Au passage sur la route nous avons vu des plantes carnivores et des rizières à perte de vue. Un couple d'habitants nous a invité à boire de l'alcool de riz après le déjeuner, nous sommes même repartis avec un régime de petites bananes du jardin !

Malheureusement ces pluies diluviennes n'ont pas concerné uniquement notre zone, car il y a également eu des tempêtes plus à l'Est du pays, notamment à Halong. De nombreuses routes ont été coupées pour des raisons de sécurité, à cause des inondations.

Un article du figaro indique même que ce sont les plus graves intempéries depuis plus de 40 ans dans le pays !

1
août

Après une matinée de route, nous avons embarqué sur un bateau pendant près de 45 minutes, dont un passage dans une grotte !

Le lac Ba Bể

Il a plu toute la journée, et nous pouvons constater la montée des eaux sur le lac ... Heureusement, nous sommes dans une maison sur pilotis 😀

Le premier soir, après le diner, nous avons passé près d'une heure à boire avec les guides, chauffeurs et le chef de la maison ainsi que deux autres touristes français ! De l'alcool de riz dans de minuscules verres qui étaient à nouveau remplis dès que nous avions le malheur de boire. Le chef de famille était très heureux et honoré de nous recevoir à la maison. L'hospitalité est ici exceptionnelle.

Après une nuit reposante au bord de l'eau (mais sous les moustiques), nous passons une journée sans voiture. Malgré la pluie qui n'a pas cessé, nous louons des vélos et nous rendons au marché hebdomadaire à quelques kilomètres de notre logement. C'est très agréable, il a beau pleuvoir la pluie est chaude.

Nous avons poursuivi cette sortie par une petite balade à pied. Nous avons croisé un serpent que nous n'avons pas eu le temps de prendre en photo, niché dans un tronc d'arbre, et une immense araignée. Dans un registre plus léger nous avons vu des papillons, des buffles et de jolis paysages.

Après le déjeuner nous avons loué des kayaks à notre hôte et sommes partis pour une balade sur le lac. Il ne pleuvait pas à notre départ, mais nous avons eu une grosse pluie sur le retour. Cette sortie était agréable, enfin des activités de plein air ! Par contre il fallait veiller à ne pas se faire emporter par le courant, car on peut être vite fatigués par les efforts à fournir.

La première partie de notre séjour touche à sa fin !

Nous avons découvert des zones difficiles d'accès mais avec des paysages à couper le souffle, un mode de vie agricole extrêmement rude, mais également des habitants chaleureux et très accueillants.

Nous sommes ravis d'avoir commencé notre voyage par l'extrême nord du pays de mes origines, avant de poursuivre sur un circuit plus classique (Hà Nội, Halong, le centre : Đà Nẵng et Huế, puis Saigon).